Navigation – Plan du site
Pourquoi publier en langue française quand on est sociologue ?

Trois volets de la promotion de la langue française

Promoting the use of French language and its three dimensions
Maurice Blanc

Entrées d’index

Mots-clés :

publier en français

Palabras claves :

publicar en francés
Haut de page

Texte intégral

1Le sens de publier en français et les raisons de le faire me semblent constituer les deux faces de la même médaille. Je n’arrive pas à les distinguer et je réponds globalement aux deux questions.

2Je peux facilement écrire un article, présenter une communication ou participer à un jury en anglais ; je le fais aussi, un peu plus difficilement, en espagnol et en allemand. Je constate que, dans ma spécialité (la sociologie urbaine), mes articles publiés dans des revues anglophones sont plus souvent cités que ceux publiés en français. C’est ce qui amène à dire qu’il faut publier en anglais ; mais c’est une fausse évidence qu’il faut interroger. Oui, si l’on estime qu’il faut être présent dans la communauté scientifique internationale, somme toute très retreinte.

3Mais la sociologie a aussi des messages à délivrer aux acteurs sociaux : professionnels, élus et/ou citoyens. Dans mon cas, quand j’écris sur la démocratie participative, ou sur la transaction sociale comme processus d’élaboration d’un compromis sans compromission, je cherche à toucher un public plus large que les seuls sociologues (universitaires et/ou professionnels). Une interview dans un quotidien régional est importante, même si elle n’est pas prise en compte dans mon quotation index.

4Comme toutes les langues, le français est à la fois une langue, une culture et une identité. La langue est un merveilleux outil de communication, mais avec le risque d'aboutir à des incompréhensions et à des malentendus.

5Malgré sa grande diversité interne, la sociologie française est une culture qui a son histoire, ses grands auteurs, ses controverses et sa façon spécifique de conceptualiser, ce qui la distingue des sociologies allemande, britannique, espagnole, « états-unienne », etc. Je dis bien ici française (et non francophone) car, malgré une langue commune, les sociologies belge (wallonne), québécoise ou suisse (romande) se distinguent de la sociologie française par leur plus grande ouverture aux sociologies de leurs proches voisins. Si les Québécois sont très vigilants pour défendre la langue française et bannir les anglicismes inutiles, ils sont en même temps d’excellents traducteurs et passeurs des frontières entre la sociologie française et celles de leurs voisins du Canada anglophone et des États-Unis.

6La sociologie française est aussi une identité, mais attention aux « identités meurtrières » (Maalouf, 1998). Toute identité peut se refermer et se replier sur elle-même, avec la nostalgie d’un passé souvent idéalisé. Ce n’est pas en se prétendant universelle, parce que française, que la sociologie se met à l’abri de cette dérive.

7Quand j’ai commencé à fréquenter l’AISLF, il y a bientôt 40 ans, j’étais très mal à l’aise en écoutant des collègues qui dénonçaient à juste titre l’impérialisme sociologique des USA, mais en développant une rhétorique ridicule de défense de la langue française comme la langue par excellence de la critique de la société : les concepts critiques français seraient intraduisibles en anglais ! Même si ce discours n’a pas totalement disparu, il est – fort heureusement – beaucoup plus rare aujourd’hui. Pour moi, il s’agit d’une « rationalisation » (au sens psychologique et non au sens de Max Weber), justifiant la paresse à se mettre à l’anglais et s'appuyant sur la nostalgie du « bon vieux temps » de l’Empire colonial français, lorsque la langue française passait pour universelle.

8On parle souvent de la « défense » de la langue française, ou de la sociologie française, etc. Je préfère parler de leur promotion, ce qui est plus ouvert et positif. Elle a trois volets : (i) Utiliser le français à bon escient (attention aux malentendus créés par une mauvaise traduction). (ii) Utiliser l’anglais quand c’est nécessaire, y compris pour expliquer aux non francophones les richesses de la sociologie francophone). (iii) Utiliser d’autres langues : la diversité des langues fait partie de la « biodiversité culturelle », elle est une richesse et leur perte serait un appauvrissement.

Haut de page

Bibliographie

Maalouf A. (1998), Les Identités meurtrières, Paris, Éditions Grasset.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurice Blanc, « Trois volets de la promotion de la langue française », SociologieS [En ligne], Débats, Pourquoi publier en langue française quand on est sociologue ?, mis en ligne le 17 janvier 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/9386

Haut de page

Auteur

Maurice Blanc

Professeur émérite de sociologie à l’université de Strasbourg (France) - maurice.blanc@unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page