Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDébats2019Pourquoi publier en langue frança...La francophonie pour que la socio...

2019
Pourquoi publier en langue française quand on est sociologue ?

La francophonie pour que la sociologie mondiale reste un dialogue de singularités

Francophonie so that world sociology remains a dialog of singularities
Alain Bourdin

Entrées d’index

Mots-clés :

publier en français

Palabras claves:

publicar en francés
Haut de page

Texte intégral

1Je me souviens d’avoir entendu Immanuel Wallerstein expliquer deux choses : la première bien connue est que les hispanophones vont devenir plus nombreux que les anglophones aux USA, la seconde que l’anglais se différencie tant qu’à terme il cessera de former une seule langue.

2Le pire n’est donc pas toujours sûr et il se peut que demain un écouteur branché sur notre smartphone nous permette d’entendre en direct la traduction de ce que dit notre interlocuteur et réciproquement. Nous faisons un pas dans cette direction à chaque fois que nous utilisons « google traduction » – ni vous ni moi bien sûr, mais tel collègue allemand qui se débrouille pourtant très bien en français, anglais et chinois n’a pas notre pudeur. Les langues qui produisent suffisamment d’énoncés pour que le dispositif de traduction automatique se développe et soit rentable (quel que soit le modèle économique retenu) seront sauvées et pourront même se réaffirmer. Le français donc. Pleurons plutôt sur les milliers de petites langues qui s’en trouveront exclues et vouées à la disparition.

3Mais il s’agit ici d’expression scientifique et l’on ne pourra pas jeter le bébé avec l’eau du bain, hélas ! Il restera tout ce qui nous vient avec la domination de l’anglais : un modèle « canonique » de fabrication des articles scientifiques dont les méfaits sur la pensée en sciences sociales restent à analyser ; les critères d’évaluation des travaux et des individus ; la version la plus imbécile du publish or perish qui fait que les chercheurs de divers pays produisent des dizaines de fois presque le même article ou la même communication – et les Français ne le font pas moins que les autres.

4À travers la francophonie, c’est la sauvegarde d’un modèle scientifique original qui se trouve en cause et symétriquement la légitimité d’un modèle international unique. Peu importe que l’on écrive en français si c’est pour faire exactement la même performance que l’on réaliserait en anglais international.

5Défendons les institutions francophones, même s’il leur arrive de s’exprimer en anglais, du moment qu’elles restent porteuses de cette originalité. Je ne vois pas beaucoup d’inconvénients à ce que SociologieS ou la Revue Internationale d’Urbanisme que je dirige publient des articles en anglais, du moment qu’ils contribuent à une pensée francophone. Car ils sont là, les « marchés » à ne pas perdre.

6Mais qu’est-ce qu’une pensée francophone ? Elle repose moins sur une tradition disciplinaire que sur le rapport qu’ont entretenu ou entretiennent des intellectuels de divers pays avec la culture « française », à laquelle ils ont parfois contribué puissamment, dans une relation complexe qui relève au moins autant de l’appropriation que de la dépendance. Le réalisateur de la série de télévision qui décrit le mieux la politique française (Baron noir) est aussi celui de L’insulte, un film qui en dit tant et si finement sur son pays, le Liban. Là s’exprime la richesse francophone. Et c’est tristesse de se trouver dans un pays « périphérique » devant des doctorants qui se tournent en priorité et presque avec avidité vers la pensée française, mais ne trouvent guère d’interlocuteurs – en tout cas en France.

7Sauver ces échanges intellectuels sans aucun doute – même si on le fait en utilisant l’anglais – et jouer la défense de la diversité, autrement dit la lutte contre la domination de la science formatée parce qu’internationale, y compris au sein du monde francophone.

8La revendication de la spécificité comme justification entraine bien des dérives et je ne plaide pas pour des sociologies de l’entre soi sous prétexte d’un ancrage national. Que celles-là disparaissent très vite dans les poubelles de l’histoire. Mais que l’on puisse dire : « mes thématiques, mes choix épistémologiques, ma manière de construire la démarche, mes théories de référence, mon rapport à la société ne sont pas les mêmes que ceux de la science internationale, je suis capable de m’en expliquer, de le justifier et d’en débattre sur le plan international. Mais la justice veut que je sois à égalité de moyens d’expression avec mes interlocuteurs ». Cela me paraît non seulement légitime, mais indispensable au dynamisme des sciences de l’Homme.

9Nous ne sommes pas les seuls minoritaires à pouvoir revendiquer une tradition très forte. Il a existé dans les pays qui parlent le portugais et l’espagnol des courants de pensée originaux, qui ont au moins autant dialogué avec les écoles européennes (notamment françaises) qu’avec celles des USA. Et, si j’en juge par le domaine urbain, la sociologie allemande ne souhaite pas nécessairement abandonner sa spécificité pour se fondre dans le modèle international…

10Il est urgent que les minoritaires s’unissent. Pour cela, il faut investir un front essentiel : celui de la traduction scientifique, capable de rendre compte dans une autre langue de la spécificité d’une pensée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Bourdin, « La francophonie pour que la sociologie mondiale reste un dialogue de singularités »SociologieS [En ligne], Débats, mis en ligne le 17 janvier 2019, consulté le 28 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/9406 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.9406

Haut de page

Auteur

Alain Bourdin

IFU, Université de Paris Est, France - bourdin@msh-paris.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search