Navigation – Plan du site
Pourquoi publier en langue française quand on est sociologue ?

On ne pense pas de la même façon selon les langues

La domination de l’anglais dans les sciences sociales
We don’t think in the same way in different languages. The domination of English language in social sciences
Vincent de Gaulejac

Entrées d’index

Mots-clés :

publier en français

Palabras claves :

publicar en francés
Haut de page

Texte intégral

1Je suis membre depuis 30 ans de l’Association internationale de sociologie. À sa fondation, en 1949, cette association a reconnu trois langues d’échange, l’anglais, l’espagnol et le français. Depuis, elle est devenue de fait l’association internationale des sociologues de langue anglaise. Je dirige plusieurs collections dans lesquelles une soixantaine d’ouvrages de sociologie ont été publiés. J’ai moi-même publié une vingtaine d’ouvrages dont quatorze traductions en espagnol, portugais, russe, turc, grec, aucune en anglais. Dans mon université, Paris Diderot, les représentants des sciences dites « dures », défendent l’idée qu’il nous faut donner nos cours en anglais pour attirer des étudiants du monde entier et gagner des places au « classement de Shanghai ». Au-delà du dépit, du ressentiment, de l’envie de dénoncer une domination insolente, la question de la domination de l’anglais dans la science en général et en sociologie en particulier est un problème inquiétant : on ne pense pas de la même façon en anglais et en français. J’ai pu le vérifier au sein de notre comité de recherche de sociologie clinique (RC46) à l’AIS. Je le vérifie également au sein des rencontres internationales auxquelles je participe régulièrement en Amérique du Nord, du Sud et en Europe. Au-delà de la question linguistique, la domination de l’anglais conforte une conception de la science dominée par des paradigmes objectivistes, utilitaristes, pragmatiques, positivistes et fonctionnalistes qui conduisent à éliminer les épistémologies construites sur d’autres paradigmes (Gaulejac, 2009).

2L’anglais s’est imposé comme la langue de référence dans le monde des affaires, dans les institutions internationales et dans le monde scientifique. Cette domination va de pair avec l’extension de l’idéologie managériale, du New public management et de la corporate gouvernance comme mode de pouvoir pour gérer les entreprises, les États, les institutions publiques et, en particulier, les universités et le monde de la recherche (Gaulejac, 2012).

La corporate gouvernance entérine l’anglais comme langage universelle

3L’idéologie managériale prend sa source dans les entreprises multinationales anglo-saxonnes comme IBM, Rank Xerox, Hewlett Packard, American Express… Elle inspire des nouvelles pratiques de management, la corporate gouvernance, qui s'applique à l'ensemble des organisations de la planète sous l'impulsion des gouvernements néolibéraux. Elle a été complétée par un arsenal d'outils de gestion destiné à optimiser l'utilisation des ressources humaines, améliorer la productivité, soumettre l’ensemble des activités à des indicateurs de mesure quantitatifs permettant de comparer en permanence les performances des individus, des organisations, des États. Elle a été formalisée et vendue dans le monde entier par l'entremise des grands cabinets de consultant comme Arthur Andersen, McKinsey, Accenture, Ernst and Young, Deloitte, KPMG, PricewaterhouseCooper, Boston Consulting Group…

4L’exemple le plus flagrant de cette évolution est l’introduction du benchmarking et du ranking comme modalité d’évaluation des chercheurs, des revues scientifiques, des organismes d’enseignement et de recherche. Le benchmarking a été mis au point par Xeros en 1979. La technique repose sur le raisonnement suivant : toute organisation désireuse d’améliorer sa productivité tend à se comparer à celles qui réussissent le mieux. La production de données d’étalonnage permet d’établir des modèles, des échelles de rentabilité, des indicateurs de performance. La gestion par des indicateurs de performance permet l’émulation et la concurrence à l’intérieur de l’entreprise et entre des entreprises similaires. Pour l’entreprise, les indicateurs de performance permettent une traduction financière par l’établissement d’objectifs chiffrés qui détermineront les budgets affectés aux différents services de l’entreprise et le montant des rémunérations des salariés.

5Appliquer le benchmarking aux institutions publiques, c’est soumettre le service public aux critères du marché. Pour les universités, c’est les soumettre à une compétition effrénée dont va dépendre l’affectation des ressources qui consiste à donner toujours plus aux unes et toujours moins aux autres.

6Le classement de Shanghai est le symbole de cette nouvelle gouvernance. Il conduit les universités à rentrer dans une bataille pour attirer les meilleurs candidats, dans les meilleurs établissements, pour améliorer leurs performances. Il ne suffit pas d’être bon, il s’agit d’être le meilleur. Cette course à l’excellence est particulièrement destructrice parce qu’elle naturalise la lutte des places comme un état normal de la société à laquelle il faut s’adapter ou mourir.

L’évaluation soumet la recherche mondiale à la domination du monde anglo-saxon

7Le modèle est conçu sur les normes anglo-saxonnes des sciences expérimentales dites « dures ». Il dévalue d’une part toutes les sciences qui ne s’inscrivent pas dans ces paradigmes et, d’autre part, tous les chercheurs qui ne publient pas en anglais, sachant que les revues les mieux classées sont toutes en langue anglaise.

8Les universités doivent aujourd’hui appliquer un système d’évaluation basé sur le nombre de citations d’après la base de données SCI (Science Citation Index, pour les sciences « dures ») et SSCI (Social Science Citation Index, pour les sciences sociales), fondé par la société américaine Thomson Reuters. Cet indice qui fait désormais « autorité » se base principalement sur des critères quantitatifs et positivistes qui ignorent la nature différente entre les sciences « dures » et les sciences sociales et les humanités. La recherche académique se voit réduite à une compétition de publications et une accumulation d’articles. L’habilitation et la titularisation des maîtres de conférence ou des chargés de recherche, tout comme les fonds de recherche, les subventions et les récompenses universitaires, tout doit passer au crible réducteur des indices SCI et SSCI.

9SCI et SSCI ne collectionnent que les articles en anglais. Le nombre des citations reflète principalement les intérêts pour la technologie, les industries et la société tels qu’ils sont perçus dans le monde anglophone. Cela ne rend absolument pas compte du développement réel de la recherche de pointe du monde non-anglophone (l’Allemagne, la France, le Japon, etc.)

10L’évaluation selon le nombre de citations a conduit les chercheurs à se focaliser sur des sujets à la mode dans le monde anglo-saxon. En outre, les humanités et les arts ne sont par définition pas représentés dans SCI et SSCI, ce qui tend à les disqualifier comme disciplines universitaires. Les chercheurs et l’ensemble des activités scientifiques sont soumis au règne de la bibliométrie, du facteur H, de l’impact factor, de la logique de la performance mesurée en terme de notoriété.

11En dehors de la France, j’ai eu l’occasion d’analyser les conséquences de cette nouvelle gestion au Mexique, au Brésil, en Uruguay, en Argentine, en Suisse, en Belgique et au Canada. Le constat est le même. Les enseignants chercheurs sont devant un dilemme permanent entre accepter ces nouvelles règles du jeu et renoncer aux valeurs qui fondent leur conception de la recherche jusqu’à se déconsidérer soi-même, ou les refuser au risque de se retrouver marginalisé puis exclu. Ceux qui acceptent sont obligés de se livrer à des manœuvres peu glorieuses pour gagner des points, jusqu’à tricher en signant des articles qu’ils n’ont pas écrit, en falsifiant les données pour répondre à des grilles d’évaluation qui ne font pas sens pour eux. Ceux qui refusent se voient sanctionnés, doivent renoncer à toute promotion et sont mis en quarantaine parce que la course à l’excellence pénalise tous ceux qui n’y participent pas.

  • 1 Haut conseil pour l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur.

12En France, l’évaluation imposée par l’AERES (agence pour l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur, qui a précédé l’actuel HCERES 1) était entièrement calquée sur le modèle anglo-saxon. Outre l’obligation de présenter un texte ou, a minima, un résumé en anglais (executive summary) la notice de l’AERES était truffée d’anglicismes. Ainsi faudrait-il s’appuyer sur un Scientific Advisory Board et appliquer l’analyse SWOFT (Strengths, Weakness, Opportunities and Treath) qui désigne, selon les experts de l’AERES « un outil d’analyse de l’existant et de construction de stratégie ».

13L’anglais est imposé comme langue universelle, comme s’il était établi qu’elle était le langage scientifique qui s’impose au monde scientifique. Dans les sciences sociales, il est clair qu’on ne pense pas de la même façon en anglais ou en français, en espagnol, en portugais, en italien… Imposer une langue c’est se soumettre à un système de pensée, forcément réducteur.

Haut de page

Bibliographie

Gaulejac de V. (2009), La Société malade de la gestion, Paris, Éditions Points-Seuil.

Gaulejac de V. (2012), La Recherche malade du management, Paris Éditions Quae.

Haut de page

Notes

1 Haut conseil pour l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent de Gaulejac, « On ne pense pas de la même façon selon les langues  », SociologieS [En ligne], Débats, Pourquoi publier en langue française quand on est sociologue ?, mis en ligne le 17 janvier 2019, consulté le 22 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/9445

Haut de page

Auteur

Vincent de Gaulejac

Professeur émérite de sociologie à l’université Paris Diderot. Président du Réseau International de sociologie clinique (France) - gaulejac@univ-paris-diderot.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page