Navigation – Plan du site
Pourquoi publier en langue française quand on est sociologue ?

Français/anglais : que faire ?

French language/English language: what should we do?
Nathalie Heinich

Entrées d’index

Mots-clés :

publier en français

Palabras claves :

publicar en francés
Haut de page

Texte intégral

1Publier en français, publier en anglais ? Face à cette alternative, je suis ambivalente. D’un côté en effet, je n’aime écrire qu’en français, ayant trop conscience de mes faiblesses dans les autres langues que je pratique (anglais, italien). De l’autre, j’ai envie d’être lue au-delà de mes compatriotes et même de la francophonie, ce pourquoi il me faut bien faire l’effort, de temps en temps, d’écrire des articles en anglais – un effort qui d’ailleurs n’est pas seulement linguistique mais aussi intellectuel, tant les normes de qualité en matière de revues scientifiques diffèrent d’un monde à l’autre, du moins en sciences humaines et sociales.

2Mon ambivalence sur le plan personnel se redouble lorsque j’envisage les choses d’un point de vue plus général. En effet, au regard d’une sociologie des valeurs, je suis convaincue de la nécessité de préserver la diversité et la pluralité des cultures, tout autant que de la nécessité de construire un monde commun, d’améliorer l’intercompréhension. Or, de ce double point de vue, la domination mondiale de l’anglais est à la fois une catastrophe et une chance : catastrophe pour les cultures non anglophones et chance pour l’ensemble de la communauté scientifique de se voir dotée d’une sorte d’esperanto, certes moins universel et élaboré que le rêvaient les inventeurs de cette langue, mais du moins nettement plus répandu – donc plus efficace dans la visée d’intercompréhension entre les peuples.

3Face à une telle ambivalence, que faire ? Par principe, tout dilemme engageant des valeurs incompatibles mais également défendables ne devrait jamais donner lieu à des positions extrémistes, privilégiant un camp à l’exclusion de l’autre : ce serait la guerre assurée, avec d’interminables conflits. Une telle situation incite donc à la sagesse, c’est-à-dire au compromis.

4C’est, probablement, ce que nous faisons presque tous à titre individuel : nous publions – un peu – en anglais, tout en nous préservant une part plus ou moins large, selon les cas, de publications dans notre langue de prédilection. Toutefois, cela ne fait pas une politique. Reste donc la question : comment construite des outils collectifs et bénéfiques pour tous, de respect conjoint de ces deux impératifs linguistiques diamétralement opposés que sont, dans notre profession, la pratique de l’anglais et la protection du français ?

5Il y faut donc des compromis. Et comme tous bons compromis, ceux-ci devraient engager les deux parties : l’anglophone et la francophone. Concernant cette dernière, on peut saluer les initiatives consistant à faire traduire en anglais un certain nombre d’articles de revues en langue française, ou encore les aides à l’ex-traduction du Centre national du livre. Par ailleurs, j’ai tenté de suggérer à l’administration du CNRS de dégager une ligne de crédits pour aider les chercheurs à faire traduire ou, mieux, à faire réviser leurs articles pour qu’ils puissent les proposer à des revues anglophones en maximisant leurs chances d’être acceptés : suggestion restée pour l’instant sans effet, mais ne désespérons pas…

6De l’autre côté, il m’est aussi arrivé de suggérer à des éditeurs de revues de sciences sociales anglophones de réserver dans chaque numéro une rubrique « traduit de… », en incitant leurs collaborateurs à choisir un article dans la langue de leur choix qu’il leur paraîtrait intéressant de faire connaître à leurs collègues. Quoi de plus rageant en effet que de se voir refuser un article en anglais, dont on a pris soin de préciser qu’il constitue une version remaniée d’un article paru en français, au motif que la revue ne publie que des inédits ? Règle louable, certes, pour les chercheurs anglophones, mais qui a l’inconvénient de priver ceux-ci d’un accès à ce qui se produit en-dehors de leurs frontières.

7L’on ne dira jamais assez en effet les conséquences délétères de la domination linguistique sur le pays ou les pays dominants : à force de ne pas s’informer sur ce qui se passe ailleurs, faute de compétence à lire une autre langue, les chercheurs anglophones finissent par s’enfermer dans la tour d’ivoire de leur propre monde intellectuel, ne découvrant en général les importations de l’étranger qu’une génération après leur apparition dans leur pays d’origine et ayant ainsi, régulièrement, un train de retard sur l’actualité intellectuelle.

8C’est pourquoi, aux collègues étrangers qui me demandent quand ils pourront lire mes livres en anglais, je réponds : « Quand vous aurez convaincu vos presses universitaires d’en acheter les droits de traduction ! ». Les « petits » pays, linguistiquement parlant, ne tardent pas, eux, à traduire du français, parce qu’ils savent que c’est le prix à payer pour ne pas se laisser distancer. Tâchons donc de convaincre nos collègues anglais et américains que leur privilège linguistique, s’ils ne veulent pas qu’il se mue en handicap, doit impérativement s’accompagner d’un effort pour regarder ailleurs : nous n’en serons, nous, que plus motivés pour intensifier nos propres efforts pour sortir de, au moins de temps en temps, de notre pré carré linguistique.

9Chercheurs de tous les pays, encore un effort pour être vraiment polyglottes !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Heinich, « Français/anglais : que faire ? », SociologieS [En ligne], Débats, Pourquoi publier en langue française quand on est sociologue ?, mis en ligne le 17 janvier 2019, consulté le 01 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/9458

Haut de page

Auteur

Nathalie Heinich

Centre de recherche sur les arts et le langage, CNRS et EHESS, Paris, France – heinich@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page