Navigation – Plan du site
Pourquoi publier en langue française quand on est sociologue ?

Non, publier en français n’est pas une coquetterie !

No, to publish in French is not a coquetry
Antoine Hennion

Entrées d’index

Mots-clés :

publier en français

Palabras claves :

publicar en francés
Haut de page

Texte intégral

1Au moins trois enjeux : le plus important, soutenir la pensée qui va avec une langue, une foule d'expressions disent des finesses dans une langue qu'on ne retrouve pas dans une autre, et cette pluralité si importante par exemple pour les philosophes, du xviième au xxème siècle, doit être vigoureusement défendue. Au delà de l’idée banale qu’une langue façonne la pensée, je crois que c’est Claude Hagège qui disait la réciproque, plus profonde : une langue est la somme des pensées qu'on a eues à travers elle.

2Le deuxième est celui que la revue met en avant dans l’enquête : avec la langue s'installe aussi une conception anglo-US plus globale (et très distincte de la nôtre) de la science en général et des sciences sociales en particulier (alignées sur la première alors qu'elles ont de fortes spécificités : observation, langage, aspects compréhensif et réflexif, etc.), mais aussi du marché des idées et des réputations et, plus prosaïquement, du marché des revues et des postes. Un fonctionnement plus affranchi de l'obsession des rankings et autres indices est nécessaire, non pas pour refuser les classements mais pour éviter les effets pervers du système : tout critère mesurant une réalité tend à être visé pour lui-même. Les jeunes doctorants qui déjà ne raisonnent qu'en fonction du rang des revues et de la conformité de leur écriture au style de l'article anglo-US au lieu de se demander ce qu'ils ont d'intéressant, d'original et de fécond pour leur sujet à publier, doivent être plus sensibilisés à ce danger et le meilleur moyen est en effet de promouvoir des revues qui affichent explicitement une exigence de qualité, d'originalité et d'invention et non une standardisation qui permettrait à un ordinateur de passer les épreuves de reviewing plus facilement qu'un chercheur.

3Enfin, un enjeu plus de politique internationale, non négligeable, est celui de la défense de l'aire culturelle francophone, non par chauvinisme mais pour la pluralité de pensées évoquée : elle concerne bien d'autres pays que la France, la Suisse, la Belgique et le Canada, eux-mêmes très concernés par le maintien du français comme langue des sciences sociales. Il faut accepter que l'anglais est devenu la lingua franca au moins pour le monde occidental, encore dominant en sciences sociales, mais il faut d'autant plus se battre pour que vivent des « secondes langues » avec leurs particularités conceptuelles et leurs traditions intraduisibles, en particulier le français et l'allemand donc, pour notre domaine. Avec un point supplémentaire pour le français par rapport à l'allemand, qui est le maintien et le développement d'une tradition intellectuelle en Afrique et au Moyen-Orient, voire en Europe ex-de l'Est et surtout en Amérique du Sud, si elle semble définitivement évanouie en Extrême-Orient.

4De plus en plus, je publie à la fois en français et en anglais, c'est l'avantage de l'âge, j'ai suffisamment de possibilités de publier pour que tout article publié en français (parfois sous une version plus souple, dans un livre ou comme communication dans des Actes) soit ensuite publié en anglais, et souvent en allemand, parfois aussi en espagnol et en portugais, par exemple. Dans l'autre sens cela existe aussi mais moins, bien sûr : une première version anglaise reprise en français. Mais c'est vrai que je devrais ne jamais laisser un texte seulement en anglais et toujours en publier au moins une version working paper, comme on dit en français, sur le site de mon centre.

5Il y a aussi des articles qui sont en français parce que tout le contexte par rapport auquel ils se situent fait qu'ils n'ont vraiment du sens que par rapport à lui, il faut les maintenir, comme c’est aussi le cas pour l’Allemagne, pour le coup, dont toute une importante production, désormais largement ignorée du reste du monde universitaire, n’existe qu’en allemand. C'est aussi une des raisons qui font qu'il faut entretenir ces traditions particulières et la variété de la pensée.

6En revanche, autre avantage de l'âge par rapport au problème soulevé, avec le recul je peux faire mes propres statistiques – au moins approximatives – et je peux confirmer sur mon cas que l'effet-langue sur les indices dont vous parlez est très puissant. Parmi mes cinq publications les plus citées, quatre sont en anglais, une en allemand et aucune en français. Sur les 20 premières ça s'équilibre un peu, c'est plutôt 10/20 pour les 30 premières (dont trois dans SociologieS !…). Mais vu la courbe exponentielle, cela veut bien dire qu'en gros le choix de l'anglais multiplie les citations par cinq ou, sans doute, plutôt dix… Les vrais chiffres globaux ont été étudiés, bien sûr, je vérifie juste sur mon cas, et c'est bien ce que je constate en pouvant ainsi comparer un article et sa traduction : sur un même texte dans des revues de même style, en français et en anglais, j'arrive à ce genre de coefficient multiplicateur pour l'anglais.

7Publier en anglais et dans d'autres langues est donc clairement indispensable si l'on veut être lu au-delà non seulement de la francophonie, mais surtout, ce qui est plus grave, au-delà du tout petit cercle intellectuel de chacun : le problème des langues moins internationalisées – comme le français l'est devenu – est que cet état plus « localiste » fait que même entre leurs locuteurs, l'absence de caractère international accentue aussi le cloisonnement interne, par disciplines, courants, sensibilités, etc. La France est caricaturale pour cela, les sociologues se lisent entre chapelles, au lieu d'aller voir partout, dans les disciplines et courants voisins, ce que la formule des Studies à l'américaine (gender, cultural, etc.) favorise mieux, ainsi que des espaces ouverts entre philo, études littéraires ou médias et sciences sociales.

8Un bon équilibre me semble être de cultiver au maximum les revues le plus typiquement françaises non seulement par la langue, mais par les conceptions de l'écriture, des sciences sociales, de la discussion intellectuelle, etc., bref ce qui maximise la variété de la pensée permise par celle des langues et des peuples et au contraire de se forcer (si on n'aime pas ça) à publier en anglais pour se faire connaître et défendre nos sciences sociales à la française en étant lus dans le monde. Mais on n'a rien sans rien, il est clair que cela suppose cette fois d'accepter de rentrer dans le standard plus international de la pensée elle-même qu'implique l'usage de l'anglais. Bref, défendre la variété d'un côté en la maintenant dans la langue, de l'autre en la diffusant via l'anglais. On ne peut plus faire les deux qu'en publiant beaucoup en anglais… Hélas, peut-être !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Hennion, « Non, publier en français n’est pas une coquetterie ! », SociologieS [En ligne], Débats, Pourquoi publier en langue française quand on est sociologue ?, mis en ligne le 17 janvier 2019, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/9465

Haut de page

Auteur

Antoine Hennion

Centre de sociologie de l’innovation, MINES-ParisTech, Paris, France - antoine.hennion@mines-paristech.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page