Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDébatsPourquoi publier en langue frança...L’(in)compétence du membre

Pourquoi publier en langue française quand on est sociologue ?

L’(in)compétence du membre

(In)competent member
Laurence Kaufmann

Entrées d’index

Mots-clés :

publier en français

Palabras claves :

publicar en francés
Haut de page

Texte intégral

1Les implications de la véritable obligation professionnelle qu’est devenue la publication en langue anglaise oscillent en fonction de la conception de la langue que l’on défend. Renoncer à sa « langue maternelle » et donc à la reconduction impensée des significations qui la meublent pour adopter une « langue étrangère » dont il faut reconstruire l’horizon de sens peut être soit une épreuve, soit une libération. C’est une épreuve lorsque l’on conçoit la langue comme une « forme de vie » qui imprègne toutes nos manières de voir et de penser, comme un « contenant » culturel par rapport auquel l’étranger linguistique est nécessairement en position d’extériorité, sinon de subordination. Une telle épreuve est d’autant plus difficile que, pour comprendre une langue-en-tant-que-forme-de-vie, il ne suffit pas d’en maîtriser le vocabulaire. Il faut comprendre les membres de la communauté que cette langue soutient et nourrit – compréhension qui n’est possible que « si nous trouvons notre place parmi eux » (Geertz, 1973). En se pliant à une telle contrainte, celle de se glisser humblement dans un monde qui n’est pas le sien, le nouveau-venu francophone confirme le système abstrait de domination culturelle dont la suprématie anglophone est le signe contemporain.

2Mais associer langue et culture est problématique à bien des égards. D’une part, la langue n’est pas nécessairement le dénominateur commun d’une collectivité qui peut, au contraire, faire du plurilinguisme une de ses valeurs fondamentales (Widmer, 1989). D’autre part, une conception dense de la langue comme « forme de vie » fait de l’identité linguistique un marqueur d’appartenance culturelle. Or, le « parler anglais » est un phénomène mondial qui ne permet pas de tracer les frontières sensibles d’une seule et même communauté culturelle, ni d’identifier les sujets qui le parlent comme les membres d’un collectif substantiel. À l’encontre de la vision pesante de l’anglais comme forme de vie, il serait donc plus raisonnable d’adopter une conception instrumentale de la langue comme un simple outil, un ensemble de « contenus » relativement circonscrits plutôt qu’un « contenant » omniprésent. Dans ce sens distant et circonspect, l’emprunt de la langue anglaise reste, précisément, un emprunt : loin d’exiger la subordination ou la conversion à une forme de vie, il répond à un impératif pragmatique, celui d’étendre le public auquel l’on s’adresse. En répondant à des contextes d’énonciation bien spécifiques, la langue étrangère devient simplement une autre langue. Ainsi soustraite à sa ressaisie politique, elle n’est plus synonyme de servitude volontaire : elle devient un moyen d’élargir son propre entendement et d’illuminer en retour les recoins « désaffectés » de sa langue d’origine. La réflexion sociologique ne peut alors que bénéficier du défigement ou de la refluidification de ses présupposés ainsi que de la flexibilité cognitive que le basculement d’une langue à l’autre rend plus aisée. Dans cette perspective, publier ou parler en anglais n’est plus une épreuve mais une libération, ainsi qu’un enrichissement.

3Reste, toutefois, l’enjeu crucial du degré de maîtrise de la langue, qui est non seulement peuplée « de signes destinés à être déchiffrés » mais « de signes de richesse destinés à être évalués et de signes d’autorité destinés à être crus et obéis » (Bourdieu, 1982, p. 60). L’accent, notamment, reterritorialise et « recommunautarise » l’anglais, d’autant plus qu’il suscite dès le plus jeune âge des « préférences sociales » marquées : non seulement les jeunes américains préfèrent, dès l’âge de 5-6 mois, avoir un contact avec les inconnus qui parlent l’anglais mais ils préfèrent ceux qui la parlent avec l’accent américain plutôt que français (Kinzler et al., 2007). En montrant, notamment, que la saillance sociale de l’accent est plus intense et précoce que celle de la couleur de la peau, ce type d’expériences incite à une forme d’optimisme quant au poids des catégories raciales. Ces expériences invitent, par contre, le sociologue francophone à une forme de pessimisme. Contrairement aux « natifs » anglophones, ce dernier ne bénéficie ni de la valeur sociale et de l’efficacité symbolique de l’accent autorisé, ni des enchaînements spontanés et des clins d’œil qui signalent aux initiés les contours de l’« entre-nous ». En raison de ses maladresses, « l’étranger » risque alors à tout moment une dégradation statutaire, celle qui, lui refusant tout effacement énonciatif, le fait passer du « que dit-il ? » au « qui est-il ? » ou « d’où vient-il ? ».

4Un dernier point mérite d’être souligné, celui du type de publication sociologique. Alors que la communication de résultats factuels peut se traduire aisément, les cadres théoriques se heurtent aux visions du monde encapsulées dans les mots ou les concepts. Sans retomber dans le problème de « l’indétermination de la traduction radicale » que Willard van Orman Quine (1977) a quelque peu dramatisé, force est de constater que certains mots ou expressions voyagent peu ou mal. Comment ne pas déceler, lorsque la traduction anglaise de la « mise en commun » est le « pooling of wills », la marque d’une forme de vie qui privilégie la volonté individuelle et peine à penser une collectivité qui soit irréductible à des individualités consentantes ? À l’inverse, comment traduire en français le concept d’accountability des ethnométhodologues sans perdre la connotation morale qui l’accompagne ? C’est au socle pré-réflexif de ces concepts, pétris de mémoire, que se heurte le sociologue lorsqu’il s’aventure, de manière malheureusement unilatérale, dans des contrées linguistiques où le savoir partagé ne va pas de soi. Le mouvement d’expropriation et d’appropriation linguistiques qui accompagne désormais le métier de sociologue lui rappelle ainsi une vérité fondamentale : la rupture épistémologique qui est au fondement de sa discipline implique bien souvent une dissonance phénoménologique.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu P. (1982), Ce que Parler veut dire, Paris, Éditions Fayard.

Geertz C. (1973), The Interpretation of Cultures, New York, Basic Books.

Kinzler K. D. & E. S. Spelke (2011), « Do Infants Show Social Preferences for People Differing in Race ? », Cognition, vol. 119, n° 1, pp. 1-9.

Van Orman Quine W. (1977 [1960],) Le Mot et la chose, Paris, Éditions Flammarion.

Widmer J. (1989), « Écriture, corps et identité. Remarques sur le rapport aux langues et l'identité linguistique en Suisse », dans Sosoe L. (dir.), Identité. Évolution ou différence ?, Fribourg, Éditions universitaires de Fribourg, pp. 79-118.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Kaufmann, « L’(in)compétence du membre », SociologieS [En ligne], Débats, Pourquoi publier en langue française quand on est sociologue ?, mis en ligne le 17 janvier 2019, consulté le 23 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/9473

Haut de page

Auteur

Laurence Kaufmann

Université de Lausanne (Suisse) - laurence.kaufmann@unil.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search