Navigation – Plan du site
Pourquoi publier en langue française quand on est sociologue ?

Langue locale et langue globale

Local language and global language
René Levy

Entrées d’index

Mots-clés :

publier en français

Palabras claves :

publicar en francés
Haut de page

Texte intégral

1Il faut considérer a priori deux dimensions, l'une quantitative, l'autre structurelle. La première est l'importance numérique des locuteurs (scientifiques) d'une langue (comparons à titre d’illustration l'hébreu, l'allemand et le chinois). La deuxième est le statut d'une langue dans le système scientifique international, manifestement stratifié avec une position dominante pour l'anglais (ou plutôt l'américain, mais cette dernière distinction n'entre pas dans ces considérations car elle ne concerne pas la question de l’accès à un communauté de locutrices et locuteurs). De ce fait, on doit distinguer entre des publications scientifiques véritablement internationales, plus exactement rendant possible une visibilité internationale, qui sont obligatoirement en anglais, et des publications plutôt « locales », restant réservées aux locuteurs d'une langue régionale, même si le français qui nous intéresse ici – à l'image de l'espagnol et du portugais – couvre une francophonie elle-même internationale. On peut donc distinguer en matière de publication scientifique, en simplifiant quelque peu, des langues locales ou régionales et une langue globale qui est l'anglais.

2Vu ce contexte, il me semble indispensable de publier à la fois dans la langue locale et dans la langue globale. Nombre de publications scientifiques, en particulier en sciences sociales – et à plus forte raison des publications de vulgarisation – intéressent en premier lieu le périmètre local, soit parce que l'étude en question décrit ou analyse ce périmètre, soit parce qu'elle aboutit à des recommandations pratiques ou politiques qui, à leur tour, intéressent au premier chef des acteurs faisant partie de ce périmètre. Par contre, le débat proprement scientifique se déroule en grande partie sur le plan international, également l'évaluation des auteurs scientifiques qui participent à ce débat, qui ont donc un intérêt fort à assurer leur présence sur ce plan.

3C'est d'ailleurs pour cette raison que je suis d'avis que les deux domaines de publication devraient être pris en considération à égalité dans l'appréciation de dossiers de candidature de professeurs ou dans d’autres cadres d’évaluation de leur qualité scientifique (sauf exception particulière qui peut, selon les conditions, également être légitime, par exemple quand il s'agit de recruter une « star » sans autre considération d'intégration locale, ou au contraire une compétence locale spécifique sans ambition scientifique poussée).

4En ce qui me concerne, essentiellement, je dirais que j'opte pour l'anglais quand je veux assurer la possibilité d'un lectorat international et plus particulièrement dans le « centre » de la sociologie internationale, c'est à dire dans le domaine anglo-saxon, mais aussi dans une autre langue nationale, notamment l'allemand (langue majoritaire pour un auteur travaillant en Suisse). La raison est aussi simple que triste : on ne peut pas supposer que les sociologues lisent d'autres langues que leur langue maternelle et l'anglais, surtout quand ils n'ont pas de forte motivation a priori à lire un texte particulier qui serait écrit dans une langue tierce, même s'ils la maîtrisent plus ou moins, car cela exige un effort supplémentaire dans un contexte qui impose une économie réfléchie de l’investissement d’attention.

5Il importe aussi, dans ce contexte, de ne pas prendre pour acquis que la langue utilisée résulte d’un choix libre des auteurs. Sur un plan pratique, je constate au contraire que souvent ce n'est pas moi qui décide du choix de la langue, ne serait-ce que dans des cas où une contribution est sollicitée dans une langue fixée par les éditeurs, qu'il s'agisse d'un recueil de contributions ou d'une revue. De surcroît, le « choix » peut être dicté par les circonstances.

6Ce que j’entends par les circonstances est bien illustré par mon dernier livre, un recueil de textes issus tous d'un même projet de recherche, réalisé par une équipe francophone. Il est en français car il aurait été irréaliste, dans les conditions concrètes de sa production, d'exiger les manuscrits en anglais. Le prix à payer est manifeste : il n'y a que des francophones qui le lisent, il reste pratiquement invisible, donc inexistant dans d'autres communautés linguistiques et notamment dans le centre de la sociologie internationale, mais aussi dans la communauté linguistique majoritaire du pays, germanophone.

7Reste la douloureuse question de la traduction pour assurer la publication dans plusieurs langues. Elle est douloureuse parce qu’elle existe bel et bien, mais sa réalisation est très coûteuse ce qui limite sa portée pratique à des cas où la desserte de plus d’une communauté linguistique est d’un intérêt majeur pour les instances pouvant la financer.

Haut de page

Bibliographie

Le Goff J.-M. & R. Levy (dir.) (2016), Devenir parents, devenir inégaux. Transition à la parentalité et inégalités de genre, Genève, Éditions Seismo.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

René Levy, « Langue locale et langue globale », SociologieS [En ligne], Débats, Pourquoi publier en langue française quand on est sociologue ?, mis en ligne le 17 janvier 2019, consulté le 03 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/9480

Haut de page

Auteur

René Levy

Université de Lausanne (Suisse) - Rene.Levy@unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page