Skip to navigation – Site map

HomeSociologieSDébatsPourquoi publier en langue frança...Deux enjeux pour la sociologie fr...

Pourquoi publier en langue française quand on est sociologue ?

Deux enjeux pour la sociologie francophone

Two stakes for French language sociology
Danilo Martuccelli

Index terms

Mots-clés :

publier en français

Palabras claves :

publicar en francés
Top of page

Full text

1La publication en langue française suscite un très grand nombre d’enjeux sociologiques, mais dans ce court texte, j’aimerais me limiter à évoquer deux d’entre eux. Commençons par écarter, voire « dédramatiser », la question linguistique proprement dite. Après tout, si « déclin » de la langue française dans la production sociologique il y a, cela témoigne aussi de l’affirmation d’autres langues en tant que foyer important de production de la sociologie – et dans ce sens, le « recul » n’est qu’une conséquence (mais il en est de même au niveau industriel ou démographique) de l’entrée progressive dans un autre monde. Dans un univers dans lequel la pratique (pour « basique » qu’elle soit) de l’anglais ne cesse de se répandre, la publication en langue anglaise apparaît comme une contrainte évidente de communication (après tout, il suffit de penser à la place qui est toujours celle de l’anglais dans l’UE… sans le Royaume Uni !). Pourtant, la question de l’écriture en anglais ne règle aucune question – qu’il suffise de penser à la maltraitance que subissent les économistes hétérodoxes britanniques de la part des revues anglophones mainstream… Ajoutons, toujours sur un plan strictement linguistique, que cette situation n’est pas vécue de la même manière par tout le monde, à commencer par les plus jeunes collègues qui ont souvent une bien meilleure maîtrise de la langue anglaise (c’est vrai au Québec comme en France). Enfin, sans tomber dans la science-fiction, les progrès indéniables effectués par les programmes de traduction immédiate rendent désormais possible – et le feront infiniment mieux dans l’avenir – des « lectures » de textes en langues que l’on ignore (à condition d’en avoir la curiosité suffisante…). Contrairement à ce qu’on affirme parfois de manière trop unilatérale, l’hégémonie de la langue anglaise coïncide avec de nouvelles formes de diversité linguistique (pensons par exemple au nombre de revues, souvent dans des pays non anglophones, qui permettent désormais la publication d’articles dans d’autres langues que l’anglais).

2Loin de moi l’intention de minimiser les affaires proprement linguistiques, mais elles n’ont vraiment de sens que dans la mesure où elles ouvrent à des enjeux sociologiques majeurs.

31. Le premier enjeu, particulièrement important, s’agissant de l’avenir de la sociologie francophone, suppose de la dissocier des défis spécifiques de la langue. L’enjeu n’est pas forcément l’expression en langue française, mais l’« esprit », la « tradition » intellectuelle propre à la sociologie francophone. Évidemment, les deux sont liées, mais seulement jusqu’à un certain point. La langue allemande, même globalement peu connue ou pratiquée, n’a nullement empêché par exemple la sociologie allemande de s’imposer comme une référence intellectuelle incontournable. Lorsqu’on lit en traduction (comme c’est mon cas), une œuvre sociologique allemande, c’est un « esprit » intellectuel que l’on retrouve. Certes, bien des sociologues allemands ont depuis longtemps intégré de façon organique l’enjeu de la publication en anglais (et cela est encore plus vrai des sociologues scandinaves), mais ils ont su dissocier la question proprement linguistique de l’enjeu spécifiquement sociologique. Les sociologues scandinaves ont su ainsi, par exemple, créer, en anglais, une véritable tradition intellectuelle scandinave autour des enjeux de l’État-providence.

4La sociologie francophone – sous hégémonie française – a également défini une tradition intellectuelle particulière (autour d’un ensemble de thématiques et même de méthodologies plus ou moins spécifiques) longtemps associée à la position particulière de la langue française. Désormais – et comme bien d’autres sociologies « nationales » – elle est confrontée à une nouvelle situation linguistique au fur et à mesure que le nombre des sociologues pouvant s’exprimer en français (voire pouvant le lire) recule. Mais notons-le au passage : certains anglophones se montrent tout aussi inquiets face à ces évolutions mais pour de tout autres raisons – ils craignent la « dissolution » de leur langue dans un Basic English planétaire.

5Cependant, l’enjeu n’est pas – pas plus pour le français que pour une autre langue – de nature linguistique, il consiste dans la continuité ou non d’une tradition intellectuelle. L’enjeu est « la » tradition sociologique francophone. Et à ce sujet, dans la dernière période, sans qu’aucune « anxiété » se justifie, certaines évolutions sont observables, qui ne sont certes pas sans risques. En un mot : la très grande attractivité de l’Académie étatsunienne sur les « jeunes » chercheurs francophones, sans commune mesure avec ce qui était encore le cas il y a quelques décennies, entraîne des défis spécifiques pour la sociologie francophone. Cette attractivité au sens large du terme (conditions de travail, horizons de carrière, salaires, discussions), entraine une inflexion au niveau des thématiques intellectuelles, des manières de « faire la sociologie » et bien sûr des références bibliographiques.

6Il va de soi (faut-il vraiment le dire ?) que la tradition sociologique francophone (ou allemande ou anglaise) est faite d’importations, d’hybridations, d’influences diverses ; mais cela n’a jamais compromis l’existence d’une « tradition ». Même si, comme toujours, il est difficile de définir une « tradition » intellectuelle, sa réalité s’impose d’elle-même lorsqu’elle existe. Ce qui est vrai à ce sujet pour le roman (voire le cinéma) français, dont la spécificité contemporaine est une réalité (en dépit de la diversité de ses influences « étrangères »), l’est aussi pour la sociologie française. En tout cas, ce sont des modalités de la continuité de cette tradition, dans de nouvelles conditions historiques, dont il est question.

7Le principal défi n’est pas forcément intellectuel – même si, disons-le au passage, l’évolution de la réception du pragmatisme américain en Europe, du « mépris » d’Émile Durkheim et de l’École de Francfort à l’« enthousiasme » de Jürgen Habermas ou de la sociologie pragmatique française mériterait un peu plus d’autoréflexivité professionnelle… Le principal défi pour la continuité de la tradition sociologique francophone est ailleurs et il est facile à entrevoir : le système de reconnaissance professionnelle tend à se « diviser », entre un espace proprement national (dans lequel les maisons d’édition et les revues francophones jouent encore un rôle important) et un espace plus international – de fait, étatsunien – dans lequel les réputations se fabriquent à partir d’autres supports et indicateurs. Bien sûr, la science s’est internationalisée depuis longtemps, mais ni de la même manière, ni dans tous les pays, ni dans toutes les disciplines. Si je pense, par exemple, au cas de l’Amérique latine, le mode de reconnaissance à dominance internationale a probablement été plus fort jadis qu’il ne l’est aujourd’hui – tant la production « locale » s’est dynamisée et, avec elle, un système d’émulation et de comparaison local. La situation, dans la sociologie francophone, est, à bien des égards, à front renversé ; la sociologie francophone, qui a longtemps été marquée par le primat presque exclusif d’un système national (en fait hexagonal) de reconnaissance (dans ce contexte, un auteur étranger, même Max Weber !, avait besoin d’un « introducteur » local pour s’imposer) bascule tendanciellement et progressivement dans un univers où la reconnaissance à l’international – par et dans l’Académie américaine – devient décisive. En fait, pour l’heure, plus qu’une transition, ce que l’on observe est une tension – voire un conflit plus ou moins larvaire – entre deux systèmes de reconnaissance et de validation de la production scientifique. D’ailleurs, les plus habiles ont bien compris les nouvelles règles du jeu et jouent désormais avec les deux systèmes de reconnaissance.

8Cette situation, que bien des sociologues ont connue ailleurs que dans l’espace francophone (pensons à l’Italie ou à l’Espagne) devient en partie désormais celle des sociologues francophones. Hier, pour les sociologues francophones (il suffit de penser par analogie à la French Theory) une éventuelle reconnaissance à l’international suivait leur reconnaissance au niveau national. Aujourd’hui, les injonctions à la publication dans des revues ayant certaines indexations (notamment le Web of Science) et l’attractivité professionnelle d’ensemble de l’Académie étatsunienne, transforment la donne. Laissons de côté le mirage qui subjugue certains collègues, notamment les plus jeunes qui, sous la pression de l’évaluation, « croient » à une reconnaissance à l’international pouvant faire l’économie de l’espace national et centrons-nous sur le vrai risque de cette nouvelle situation : à savoir que la sociologie francophone déserte l’espace « national » comme lieu des problèmes sociaux qu’elle se doit de penser. Après tout, tout le monde le sait, pour publier dans une revue mainstream il ne faut pas seulement écrire ou « raisonner » d’une certaine manière (ou dans une certaine langue), il faut aussi aborder certaines thématiques au détriment d’autres, faire des choix bibliographiques en consonance et même, de préférence, traiter des questions qui font « sens » pour le pays où la revue est éditée.

9Dans ce contexte, l’enjeu n’est pas donc « l’ouverture » de la tradition sociologique francophone, même si, par le passé, il a été par moments happé par un certain nombrilisme, mais la redéfinition de son « esprit » dans ce nouveau cadre de production institutionnel. Le « flirt » avec l’Académie étasunienne n’est pas sans coût (comme tant de cinéastes absorbés par la machine de Hollywood le savent) ; en sociologie ce coût prend la forme d’une perte de la capacité à définir, de manière autonome, les questions intellectuelles.

10En tout cas, comprenons-le bien, il ne s’agit pas d’une affaire de langue. L’enjeu se précise et se transforme. La continuité (et le renouvellement) de la tradition sociologique francophone est aujourd’hui confrontée au conflit entre deux systèmes de reconnaissance professionnelle, qui, au-delà des questions linguistiques, engagent deux conceptions de la sociologie. L’une attache la sociologie à la tradition des sciences humaines et sociales, défend son inévitable enracinement « national », reconnaît la pluralité des « styles », accepte surtout, au-delà de l’expression vernaculaire, ce que les contextes font et doivent faire aux questions sociologiques. L’autre, sans nier forcément ces réalités, tend cependant à les dévaluer au nom d’une autre conception de la scientificité, des régularités, parfois de l’explication ou de la méthodologie, qui adhère, au moins implicitement, à l’idée d’une best way de la sociologie dans laquelle les « questions » peuvent largement se détacher des contextes. L’une n’est pas plus « scientifique » ou « idéologique » que l’autre ; mais il s’agit bien de deux manières de faire et de penser la sociologie. En fait, à bien y regarder, d’un côté on reconnaît ce que la construction sociologique des problèmes sociaux doit à un cadre national (et par ce truchement à la constitution d’une tradition intellectuelle) et de l’autre côté, on fait fi de cette réalité (…en imposant alors, en toute mauvaise foi, certaines questions sociologico-nationales et certaines manières de le faire aux autres).

11Évitons alors tout malentendu : on peut écrire en anglais (mais pas seulement…) et entretenir une tradition nationale ; on peut continuer à écrire en français et, en important de façon mimétique les questions et les orientations intellectuelles, assécher une tradition. Cette ligne divise désormais de plus en plus les sociologues francophones entre eux.

  • 1 Il ne s’agit nullement d’une question « identitaire ». Pour une analyse des enjeux de la production (...)

12La position d’hégémonie relative de la langue française et de la sociologie francophone leur a pendant longtemps permis de se désintéresser de ces questions. Le monde contemporain les contraint à s’y affronter. C’est un excellent défi pour la réflexivité professionnelle des sociologues francophones 1.

132. Un second enjeu est sans doute tout aussi, sinon plus, important encore. Il invite à penser l’avenir de la sociologie francophone à partir des spécificités « culturelles » propres à la langue française. Nous assistons à un processus d’écriture et de réécritures des récits sociologiques inédit depuis la cristallisation du Grand récit de la modernisation occidentale. Avec ses armes, sa force, sa tradition, le fait d’être une des seules deux langues parlées dans les cinq continents, la sociologie francophone ne saurait pas rester étrangère à ce processus. À condition de comprendre que, encore une fois, il ne s’agit pas seulement d’une affaire de langue.

14L’enjeu est infiniment plus important. Pour l’heure, malgré l’importance d’une sensibilité postcoloniale en Afrique francophone, la sociologie en langue française peine à renouveler son récit de la modernité. Ce qui est désormais bien visible ailleurs (notamment dans le monde anglo-saxon, mais aussi dans le travail de révision critique des sociologues chinois, indiens ou latino-américains), l’est infiniment moins dans l’univers francophone (malgré les efforts en direction d’une sociologie post-occidentale ou non hégémonico-occidentale). Or, la sociologie francophone ne peut rester en dehors de cet enjeu intellectuel. Peut-on comprendre Émile Durkheim sans son attachement à la différenciation sociale et par là à une vision de la « société moderne » ? Peut-on dissocier les lectures politiques de Raymond Aron de son attachement à une conception de l’industrialisation occidentale ? Peut-on ignorer l’effort des meilleurs sociologues francophones, en dehors de tout nombrilisme cette fois-ci, pour penser le monde après la Seconde Guerre mondiale ? Peut-on… la liste est tellement longue qu’il est inutile de continuer. Même l’acte de fondation de l’AISLF, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, est au fond indissociable d’une vision géopolitique de la modernisation.

15Or, le nouvel enjeu est bien celui-là : la réécriture du récit même de la modernisation et ses différentiels de manifestations planétaires. Dans cet indispensable travail de réécriture (à quel moment la Chine a-t-elle vraiment cessé d’être le centre de l’économie-monde ? L’« exceptionnalité » occidentale est-elle soluble dans la seule révolution industrielle ?, etc., etc.), la sociologie francophone doit assumer sa place, toute sa place – à côté d’autres traditions intellectuelles.

  • 2 Pour un développement, cf. Martuccelli (2017).

16Mais elle a aussi, peut-être, dans ce contexte, des enjeux particuliers à affronter. Le premier n’est autre que la reconsidération de ce qui est constitutif d’une expérience spécifique de la modernité. On ne le souligne pas assez, mais l’hégémonie de la langue anglaise se prolonge par la consolidation d’une « anglosphère » de plus en plus consciente, dans le monde globalisé, de sa spécificité culturelle, politique et institutionnelle. Les relations entre l’Europe et les États-Unis qui n’ont jamais été uniformes (tant elles varient selon les périodes) sont désormais traversées par des nouvelles tensions, certains parlant même d’une « dérive des continents ». Mais au moment où les continents dérivent s’impose, plus que jamais, la nécessité, non pas de « défendre » une identité, mais de préserver, en tant qu’objectif de connaissance et de vérité, une manière particulière de regarder et d’analyser le monde. Pour le faire et afin de tenir compte des réalités contemporaines et surtout du travail de réécriture de la modernisation déjà en cours, plusieurs pistes sont possibles. Mais sur ce registre, une voie me semble la plus prometteuse : un travail de réécriture de la propre modernité (occidentale) mettant en dialogue – et en tension – une modernité anglo-saxonne et une modernité latine (jadis autour de la France, l’Italie, l’Espagne, le Portugal et désormais en rapport avec une géo-modernité « latine » spécifique en Europe, en Afrique, en Amérique latine et en Asie) 2. L’enjeu est tellement important que cela inviterait même à la création d’un espace de discussion institutionnelle entre sociologues de langues latines.

17L’autre enjeu est tout aussi central et aura comme acteurs principaux (en ce qui concerne la francophonie) les sociologues de l’Afrique francophone. Dans cet énorme travail d’écriture et de réécriture de la modernisation, le Sud global – et surtout les échanges Sud-Sud – auront un rôle de plus en plus significatif. Rien n’empêche bien sûr à la sociologie francophone européenne ou québécoise d’y participer, mais cela sera avant tout l’œuvre des sociologues francophones africains (du Nord de l’Afrique et de l’Afrique subsaharienne) en dialogue – et en tension – avec des sociologues d’autres « Sud », à commencer par les sociologues latino-américains. Et cet effort engagera aussi – engage déjà – entre autres un travail de réécriture de la spécificité de la modernisation africano-francophone (à côté d’autres enjeux et traditions possibles) et des relations entre l’Afrique et l’Inde ou la Chine.

18Dans les deux illustrations rapidement évoquées, la modernisation se pense – se repense – à partir des différents avatars historiques des sociétés francophones (sa très longue tension avec la modernité anglo-saxonne ; le fait que les pays indépendants n’ont pas abandonné la langue de l’ancien colonisateur…), mais l’enjeu excède de toute évidence une question de langue. Il s’agit, à terme, en s’appuyant sur le périmètre-monde de la langue française, d’inventer une autre manière de penser sociologiquement le xxième siècle.

Top of page

Bibliography

Martuccelli D. (2015), « Cartografía y horizontes de la sociología sobre América Latina », Los Papeles del Ceic, n° 1 [En ligne] http://www.ehu.eus/ojs/index.php/papelesCEIC/article/view/13012

Martuccelli D. (2017), « Les deux modernités occidentales et la géo-modernité actuelle », Revue internationale de philosophie, vol. 71, n° 281, pp. 349-367.

Top of page

Notes

1 Il ne s’agit nullement d’une question « identitaire ». Pour une analyse des enjeux de la production sociologique à partir d’une autre langue (l’espagnol), je me permets de renvoyer à Martuccelli (2015).

2 Pour un développement, cf. Martuccelli (2017).

Top of page

References

Electronic reference

Danilo Martuccelli, « Deux enjeux pour la sociologie francophone », SociologieS [Online], Discussion, Pourquoi publier en langue française quand on est sociologue ?, Online since 17 January 2019, connection on 19 May 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/9489

Top of page

About the author

Danilo Martuccelli

Universidad Diego Portales, Santiago (Chili) et université Paris-Descartes (France) - danilomartuccelli@gmail.com

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search