Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDébats2019Pourquoi publier en langue frança...Écrire en français, pour une soci...

2019
Pourquoi publier en langue française quand on est sociologue ?

Écrire en français, pour une sociologie plus culturellement contextualisée

Writing in French language, for a more culturally contextualized sociology
Joseph-Yvon Thériault

Entrées d’index

Mots-clés :

publier en français

Palabras claves:

publicar en francés
Haut de page

Texte intégral

1Dans un livre publié en 2010, The Last Lingua Franca. English Until the Return of Babel, le linguiste britannique Nicholas Ostler annonçait, comme le titre de son livre l’indique, que l’anglais pourrait être la dernière lingua franca de l’humanité. L’anglais comme langue maternelle (identitaire) ne progresse pas, autour de 5% de la population mondiale (Ostler, 2010). Si l’on y ajoute les usagers mondiaux de la langue anglaise, qui progressent faiblement, l’on dépasse à peine 12%. Il est vrai que ces nouveaux ajouts de locuteurs anglais dans le monde occupent des postes de prestige dans l’économie, dans la recherche universitaire, dans l’industrie touristique.

2Comme lingua franca, poursuit Nicolas Olster, l’anglais s’est imposé comme la langue des puissances impériales anglaise et par la suite américaine. Mais, l’ère des impérialistes serait terminée, nous entrerions dans un monde multilatéral où les nouvelles puissances économiques (notamment le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine : les BRIC) sont attachées à leur langue et imposeront celle-ci dans leur sphère d’influence. Par ailleurs, les nouvelles technologies de communication et les systèmes de traduction permettent maintenant d’avoir accès aux connaissances techniques sans apprendre la langue de l’autre. Bientôt, le monde retournera aux plurilinguismes des grandes aires civilisationnelles (le retour de Babel). Nous pourrons alors, tous comme les locuteurs anglais aujourd’hui, se croire mondialisé et ne parler qu’une seule langue : la nôtre.

3La situation que décrit Nicolas Osler de l’évolution linguistique du monde n’est pas très différente de l’univers de la recherche en sciences humaines. La généralisation de la langue anglaise est un phénomène abstrait, pourrait-on dire. Il a touché les domaines des sciences humaines universalisables, presqu’exclusivement les théories, les méthodes quantitatives (l’essentiel des citations de textes écrits en anglais provenant de la Revue française de sociologie portait sur les études durkheimiennes) (Gingras & Mosbah-Natanson, 2010). Si, en France, près de 50% des articles indexés en sciences humaines sont aujourd’hui publiés en anglais, c’est oublier que les sciences humaines francophones sont souvent publiées ailleurs. Par le livre, qui reste le vecteur principal de sa diffusion, par la revue d’idées et les grands magazines, par des rapports de recherche dont les productions demeurent de langue française.

4Voilà pour la diffusion, mais la dimension abstraite de la production en sciences humaines en lingua franca écrite par des francophones est encore plus remarquable par leur réception. On a maintes fois rappelé comment les articles dans les grandes revues scientifiques internationales, principalement de langue anglaise, sont peu lus (1,5 lecteur par article). Cela est encore plus vrai pour les locuteurs d’une autre langue (d’une autre culture) qui écrivent en anglais dans ces revues. Ils sont boudés par les lecteurs anglophones. Cela est même vrai au Québec pour les spécialistes du Canada qui écrivent en anglais. Cela n’est pas dû à la xénophobie, mais à l’intérêt de connaissances et au caractère contextualisé des sciences humaines. Plus un texte est ancré dans un univers culturel (théorique ou national) moins il est mondialisable. C’est la grande théorie française abstraite qui a réussi à s’exporter aux États-Unis (Jacques Lacan, Gilles Deleuze, Jacques Derrida, Michel Foucault, aujourd’hui… Alain Badiou !). Des auteurs plus marquants dans la vie intellectuelle française (Alain Touraine, Pierre Rosanvallon, Claude Lefort, Marcel Gauchet, Dominique Schnapper) y sont peu ou pas connus. On fera exception ici de Pierre Bourdieu, mais dont la réception américaine en a fait un théoricien abstrait de la French Theory fort éloigné de sa réception française.

5Heureusement, pour nous qui publions encore en français, nos étudiants lisent encore dans leur langue maternelle, c’est là notre plus grande réception. Le bibliothécaire de mon université (UQAM) fut fort surpris récemment, faisant l’inventaire de l’utilisation par les étudiants de sciences sociales des revues de sa bibliothèque, de constater que la grande majorité des étudiants consultaient le répertoire de langue française.

***

6Je ne sais trop si j’ai choisi de publier en français ou si mes déterminismes sociaux m'ont imposé ce choix. Je sais toutefois que ce fait m’a obligé à développer une sociologie qui, sans renier la grande théorie, était plus contextualisée (sur le Québec, sur l’Acadie, sur l’identité nord-américaine) tout en me permettant de participer à une communauté plus large (la francophonie). J’y ai trouvé un espace de dialogue (et de réception) plus concret, il me semble, que celui de mes collègues qui ont choisi de voguer en anglais dans l’océan mondialisé.

7C'est peut-être pour être lu que l’on abandonnera, en sciences humaines, la dernière lingua franca.

Haut de page

Bibliographie

Gingras Y. & S. Mosbah-Natanson (2010), « La question de la traduction en sciences sociales : les revues françaises entre visibilité internationale et ancrage national », Archives européennes de sociologie, vol. 51, n° 2, pp.  305-321.

Ostler N. (2010), The Last Lingua Franca. English until the Return of Babel, New York, Wlaker & company Editor.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joseph-Yvon Thériault, « Écrire en français, pour une sociologie plus culturellement contextualisée »SociologieS [En ligne], Débats, mis en ligne le 17 janvier 2019, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/9494 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.9494

Haut de page

Auteur

Joseph-Yvon Thériault

Professeur de sociologie, Université du Québec à Montréal (Qc., Canada) - theriault.joseph_yvon@uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search