Navigation – Plan du site
Pourquoi publier en langue française quand on est sociologue ?

Langue de travail, langue au travail

Working language, language working
Laurent Thévenot

Entrées d’index

Mots-clés :

publier en français

Palabras claves :

publicar en francés
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Deux compagnonnages de recherche transnationale ayant porté attention aux langues ont conduit à des (...)

1La « langue de travail » – communément l'anglais de Bruxelles, soit dit sans offenser nos amis Belges qui n'en sont pas responsables – est commode pour nos échanges scientifiques. S'ils ne passent pas par elle, les francophones en payent le prix fort. Mais, lorsque la discipline de travail est de sciences sociales et politiques, est-il possible d'en rester à cette langue dite de communication ? À partir d'expériences dans ces disciplines, je mentionnerai trois raisons pour lesquelles il me semble qu'il doit en être autrement 1.

21. Autrement. Le passage par la langue de l'autre fait partie du nécessaire détour méthodologique de l'estrangement par l'étranger et l'étrangeté, qui devrait constituer un mouvement obligé de la recherche dans ces disciplines – et de son apprentissage – qu'elle procède ou non à des comparaisons explicites. Érigée en « méthode de l'étranger » (Thévenot, 2017), ce mouvement d'éloignement-rapprochement prend appui sur le choc de la langue de l'autre. Une compréhension en est requise ainsi que le concours de celles et ceux qui la pratiquent nativement. Les obstacles à la traduction, ou les malentendus qui en résultent, défont l'évidence première de la familiarité avec son propre monde via sa langue.

  • 2 Sur le renouveau de l'approche du commun par l'hospitalité et son traitement des attaches, voir : S (...)

3Dans une première enquête sur la vie en foyer russe rédigée en français (Kopylova, 2003), la fréquence d'emploi des termes « communication » [obŝenie : общение] et « communiquer » [obŝatʹ : общаться] ne laissait d'intriguer le lecteur français. Il a fallu s'écarter du malentendu suscité par le sens contemporain le plus courant, la transmission d'information, pour repérer un mode de mise en commun particulièrement hospitalier 2 aux attachements et relations de proximité, que couvre aussi le terme russe de communication. Soulignons que la racine « commun » [obŝij : общий] se retrouve dans tous les termes précédents, y compris celui de foyer [obŝežitie : общежитие].

42. Pragmatiquement. On connaît le sens d'une pragmatique linguistique qui propose de passer par l'action pour traiter de la langue. Une sociologie dite pragmatique suppose un trajet en sens inverse : distinguer dans la langue les dépôts de figures d'engagements pratiques déployées dans le monde où elle prévaut. Le travail avec la langue de l'autre, de concert avec lui, fait alors partie d'une enquête qui, au-delà de l'apprentissage de la façon de parler, porte sur les façons de faire qui ont façonné le langage employé. Les œuvres littéraires sont aussi mises à profit, non pas seulement en tant que réserves de scènes mais en tant qu'elles procèdent à l'extension créative de ces dépôts.

5Pour analyser la construction du commun repérée précédemment, encore fallait-il prolonger l'enquête sur la langue par celle, pragmatique, des situations où son emploi convient. On a pu dès lors découvrir comment opère une « communication » par l'intermédiaire d'un lieu-commun investi très personnellement et avec émotion : scène littéraire, vers, chanson, réplique de film, etc. : « Nous communiquions constamment avec l’un l'autre : nous restions dans le couloir jusqu’au matin, chantant les chansons, jouant sur la guitare » ; « Le foyer est la meilleure école de la communication » (entretiens cités dans Kopylova, 2003). L'échec de cette communication profonde est marqué par la réduction du lieu-commun à la surface du cliché, reconnu à l'identique et entendu de la même manière, ce qui n'est pas le cas du lieu-commun assez compréhensif et labile pour exprimer des différences.

63. Conceptuellement. Lorsque la langue n'est pas de mathématique – et même dans ce cas limite – elle influence en outre la création conceptuelle du chercheur, en raison des relations sémantiques et grammaticales qui y sont déposées. Comment mieux comprendre un système conceptuel qu'en en considérant, avec distance, la langue d'origine ?

7Ainsi l'influent interactionnisme d’Erving Goffman privilégie-t-il implicitement une mise en commun fondée sur un agent individué, son action et son objet, que portent la grammaire de la langue nord-américaine aussi bien que celle de l'espace public libéral déployé dans une opposition radicale entre public et privé dont la prétention transculturelle n'a pas résisté aux enquêtes précédentes. Par contraste, la tournure volontiers passive du français, qui gêne tant la traduction en anglais quand on y est en quête d'un sujet agent actif, se prête à l'expression d'une tout autre mise en commun en exprimant notamment la dépendance des sujets à l'institution anonyme.

8Le détour par l'étrangeté de langues plurielles, et l'exploitation de ce qu'elles portent des engagements des êtres humains dans leurs mondes, devraient donc être au cœur de la démarche des sciences sociales et politiques, même quand elles se gardent de tout culturalisme. Que notre démarche prenne donc soin de ces langues indigènes, afin de travailler bien grâce à elles, en évitant de les confondre dans un seul idiome qui risque d'anéantir la légitime ambition de cette démarche à traverser les frontières nationales et culturelles.

Haut de page

Bibliographie

Kopylova S. (2003), « La vie privée dans l'espace public : le cas du foyer d'étudiants du MGU », Mémoire de fin d'études en sociologie au Collège universitaire français de Moscou.

Luhtakallio E. & L. Thévenot (dir.) (2018), « Politics of Engagement in an Age of Differing Voices », special issue of the European Journal of Cultural and Political Sociology, vol. 5, n° 1-2, pp. 1-11 [En ligne] https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/23254823.2018.1458432 .

Stavo-Debauge J. (2017), Qu'est-ce que l'Hospitalité ? Recevoir l'étranger à la communauté, Montréal, Éditions Liber.

Stavo-Debauge J., Deleixhe M. & L. Carlier (dir.) (2018), « HospitalitéS. L’urgence politique et l’appauvrissement des concepts », SociologieS, Dossiers, HospitalitéS, mis en ligne le 13 mars 2018, consulté le 08 décembre 2018 [En ligne] http://journals.openedition.org/sociologies/6785.

Thévenot L. (2017), « "Des liens du proche aux lieux du public" : retour sur un programme franco-russe pionnier », Revue d'études comparatives Est-Ouest, vol. 48, n° 3-4, pp. 45-93.

Thévenot L., Rousselet K. & F. Daucé (dir.) (2017), « Critiquer et agir en Russie », dossier de la Revue d'études comparatives Est-Ouest, vol. 48, n° 3-4.

Haut de page

Notes

1 Deux compagnonnages de recherche transnationale ayant porté attention aux langues ont conduit à des publications collectives récentes (Thévenot, Rousselet & Daucé, 2017 ; Luhtakallio & Thévenot (2018).

2 Sur le renouveau de l'approche du commun par l'hospitalité et son traitement des attaches, voir : Stavo-Debauge (2017) et Stavo-Debauge, Deleixhe & Carlier (2018).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Thévenot, « Langue de travail, langue au travail », SociologieS [En ligne], Débats, Pourquoi publier en langue française quand on est sociologue ?, mis en ligne le 17 janvier 2019, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/9506

Haut de page

Auteur

Laurent Thévenot

Groupe de sociologie politique et morale (GSPM-EHESS) et Laboratoire de sociologie quantitative (CREST-INSEE) - thevenot@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page