Navigation – Plan du site
Pourquoi publier en langue française quand on est sociologue ?

Publier en français : une question de principe

Publishing in French language : a question of principle
Stéphane Vibert

Entrées d’index

Mots-clés :

publier en français

Palabras claves :

publicar en francés
Haut de page

Texte intégral

1Le chercheur francophone se voit confronté constamment à deux objectifs contradictoires : rentrer dans les débats internationaux en publiant en anglais, alors que partout autour de lui l'usage de cette langue est valorisé et considéré comme essentiel pour sa carrière (revues prestigieuses, colloques internationaux, échanges intellectuels, rang des universités, etc.) ; décider de publier uniquement ou majoritairement en français, ce qui le restreint à une visibilité beaucoup plus limitée, de même pour les débats et les discussions.

2Publier en français constitue donc une position de principe, qui pour ma part, consiste à faire exister cette langue en tant que langue scientifique, philosophique et littéraire, mais aussi à faire vivre une communauté de culture et de référence. Le problème est encore plus aigu lorsque – comme c'est mon cas – on vit et on travaille dans une communauté francophone minoritaire, où tous les intellectuels les plus connus aspirent à la notoriété internationale par des publications en anglais, au Canada ou aux États-Unis. Il faut donc renoncer à quelque chose pour vivre et travailler en français, au nom d'idées et de valeurs supérieures.

3L'exemple donné par la France ces dernières années est proprement catastrophique : célébration constante de l'anglais, au nom de « l'ouverture » et de « l'international » ; promotion d'événements en anglais ; universités françaises passant à l'enseignement en anglais, etc. Expérience personnelle : le consulat de France à Ottawa a renoncé à un partenariat avec notre centre de recherches à l'université principalement parce que nos publications et événements se faisaient uniquement en français. Le consulat (de France, je répète !) préférait organiser des conférences en anglais portant sur l'économie et les problèmes internationaux !

4Le problème relève au fond d'une incompréhension des élites culturelles quant au rôle effectif de la langue, vue désormais uniquement comme un moyen de communication et de promotion (d'où l'hégémonie de cet anglais globish standard, mal parlé par tout le monde lors de colloques où se côtoient des chercheurs d'horizons divers, renonçant à toute traduction réelle de leurs travaux) et non comme l'expression d'une culture, d'un monde historique et d'une pensée diverse.

5Correspondant à l'évolution d'une université toujours plus commerciale, qui voit le savoir comme une marchandise, il est donc tout à fait « naturel » que l'anglais, langue du dollar et de l'économie, s'impose partout. Il n'y a qu'à lire la « novlangue » qu'il nous est demandé de maîtriser par nos administrations universitaires pour la moindre demande de subvention, assimilée à un investissement, visant une « plus-value » sur le marché des connaissances et une « applicabilité » directe dans le monde social.

6Considérant le statut désormais essentiellement secondaire du français dans les échanges intellectuels, malgré l'excellence reconnue de ses chercheurs dans de multiples matières (philosophie et sciences sociales, notamment), la publication en français ne peut dès lors relever que de deux raisons principales :

7- l'incapacité du chercheur, qui n’écrit pas suffisamment bien l’anglais et ne trouve pas de traducteurs du fait d'une notoriété insuffisante ;

8- le choix principiel de se restreindre à une communauté limitée, en raison de sa formation, de ses valeurs, de ses références.

9Trois derniers constats sur cette question :

101) La plupart des chercheurs francophones lisent et discutent les auteurs anglophones de leur spécialité, traduits ou non – même lorsqu'ils n'écrivent jamais en anglais – alors que l'inverse est tout à fait faux. Les références des deux espaces sont donc extrêmement distinctes : il n'y a qu'à comparer les bibliographies d'articles portant sur le même sujet en anglais et en français.

112) Les intellectuels nationaux vivent encore dans des mondes relativement séparés lorsqu'ils ne publient pas en anglais : qui lit les auteurs (non traduits) turcs, néerlandais, italiens, russes, brésiliens ? Les francophones finissent simplement par rejoindre ce destin commun, même s'il se voit retardé par le prestige historique du français comme langue savante et l'existence d'une Francophonie internationale.

123) La publication en français ne saurait survivre sans une démultiplication des traductions : certains écrits fondamentaux d'auteurs du xxème siècle n'ont encore jamais été traduits (exemple : Talcott Parsons !), sans même évoquer les œuvres écrites dans une autre langue que l’anglais.

13En résumé, la publication en français part d'une question de principe, d'un rapport à l'histoire et à la culture, ainsi d’un désir de transmission pour une langue qui a donné nombre de chefs d'œuvre littéraires, philosophiques et scientifiques. Au fond, par-delà la question spécifique du français, il s'agit également de maintenir un pluralisme culturel et épistémologique : la réduction à un langage unique entraîne inévitablement l'appauvrissement de la pensée et la propagation de poncifs généralisés et indiscutés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Vibert, « Publier en français : une question de principe », SociologieS [En ligne], Débats, Pourquoi publier en langue française quand on est sociologue ?, mis en ligne le 17 janvier 2019, consulté le 24 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/9514

Haut de page

Auteur

Stéphane Vibert

Université d’Ottawa, Ont., Canada - svibert@uottawa.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page