Navigation – Plan du site
Pourquoi publier en langue française quand on est sociologue ?

Penser en français, écrire en anglais et après ? Pour une ouverture du débat

Thinking and writing in French language, so what? For an open debate
Didier Vrancken

Entrées d’index

Mots-clés :

publier en français

Palabras claves :

publicar en francés
Haut de page

Texte intégral

1On sait que dans le monde francophone les sciences sociales sont, à l’instar des autres disciplines scientifiques, gagnées par la quête de publications dans des revues à haut coefficient d’impact, le tout ayant une tendance à se confondre de plus en plus souvent avec la recherche de publications en anglais. On se souviendra qu’il fut un temps où la sociologie optait pour des choix bien différents. Ainsi que le rappelle André Petitat dans Global Dialogue (Petitat, 2013), la naissance, en 1958, d’une association internationale de sociologie telle que l’Aislf, s’inscrivit dans une perspective que l’on pourrait qualifier de « contre-hégémonique » face à la domination et à l’emprise nord-américaine sur la discipline. Cette hégémonie s’entendait tant dans ses dimensions linguistiques que militaires, économiques, technologiques et scientifiques.

2Plus de 50 ans après, l’idée prêterait presque à sourire. La cause semblerait entendue. Mais le débat apparaît toutefois plus complexe. La sociologie à laquelle des générations de sociologues, quelle que soit la langue, ont été formés au cours de la seconde moitié du xxème siècle, se voit aujourd’hui singulièrement interpellée, voire remise en question tant les sociétés, elles-mêmes, ont changé. Or, ces changements que les sociologues abordent à travers des thèmes tels que la globalisation, la reconfiguration du capitalisme, la diversité culturelle, la remise en cause des États-nation, font quelque chose à la sociologie ou plutôt aux sociologies dans leur diversité et dans leurs spécificités locales. Au cours des ans, à mesure que l’Aislf s’étendait à d’autres rives que celles des pays de tradition majoritairement francophone, cette association s’est aperçue qu’il ne s’agissait pas d’y diffuser unilatéralement de la sociologie de tradition française. Plus elle se déplaçait vers les pays de l’Est, l’Amérique latine, l’Asie et ailleurs, plus elle rencontrait des sociologies de traditions très diverses, traversées par les enjeux de la globalisation mais à la fois confrontées à des spécificités locales. Sans doute la première tentative de formalisation d’une approche transnationaliste de la sociologie et au-delà, d’une reconfiguration des rapports entre les diverses sociologies nationales, fit-elle son entrée de manière formalisée à l’Aislf, à Nancy en 2011 puis à Rabat en 2012, à travers les analyses de Frédéric Lesemann sur l’informalité (Lesemann, 2014). Celles-ci venaient notamment faire écho aux travaux de Laurence Roulleau-Berger sur la désoccidentalisation de la sociologie (Roulleau-Berger, 2011). Ces travaux mettaient clairement à mal un certain ethnocentrisme sociologique, que cette sociologie-là s’écrive en anglais, en français ou dans toute autre langue. Ainsi, dès que se pose la question de la traduction des savoirs, sommes-nous renvoyés à une autre interrogation, bien plus vaste que celle des langues de publication : celle de leur circulation, de leur diffusion vers des publics qui les reçoivent pour les lire, les parler, les écrire et à leur tour, les diffuser, voire les critiquer. Les savoirs franchissent les frontières, débordent. Or, si les savoirs débordent, c’est qu’ils circulent et s’ils circulent, ils disent, font et font agir sur la société. On se trouve dorénavant là dans un cadre contemporain qui n’est plus celui d’une « simple » expansion ou d’une transmission de concepts « durs », « lourds » qui ont fondamentalement structuré la discipline en français, en anglais ou autre. Au-delà de ce débat sur les langues, nous nous retrouvons plutôt face à un second mouvement, celui d’une circulation, d’une diffusion de savoirs sociologiques qui interagissent de manière itérative et réflexive avec la discipline mais aussi avec les sociétés. Ces savoirs seraient capables de circuler, d’entrer en dialogue avec les sociétés civiles mais également – insistons sur l’idée – d’entrer en tensions, voire en frictions constantes avec elles. Ces savoirs débordent de leurs contextes théoriques et culturels traditionnels mais aussi de leurs contextes nationaux ou continentaux. Ils appellent de nouvelles approches, de nouvelles associations mais surtout peuvent contribuer à un renouvellement d’une sociologie académique essentiellement construite autour de quelques questions structurantes, capables de faire consensus et, en ce sens, d’être relayées, étendues au plus grand nombre sur le mode de l’argument valide et attesté comme vrai, le tout sans doute, à l’origine, en très peu de langues différentes. Nous sommes désormais entrés dans une seconde modernité qui nous oblige à penser différemment des processus de production de connaissances pluriels, multisitués, complexes à partir d’expériences spécifiques mais toutefois indissociables de risques et d’enjeux partagés au niveau mondial. Il s’agit là de penser une sociologie publique (comme la qualifierait Michael Burawoy) qui ne serait toutefois pas découplée de tout savoir sociologique construit et « solide ». Et cet enjeu-là n’est pas une affaire de langue mais des langues dans leurs diversités. Comme l’écrivait Jean-Benoît Nadeau dans sa chronique du 27 février 2017 dans le journal Le Devoir (Québec), « défendre le français ne consiste pas à rejeter l’anglais : après tout, les langues ont le propre de s’additionner. Mais défendre sa propre langue, c’est d’abord user du privilège de se dire dans celle-ci ».

Haut de page

Bibliographie

Lesemann F. (2014), « Agir face à l’incertain, le potentiel heuristique de l’informalité pour penser l’incertain : quand le Sud questionne le Nord », dans Vrancken D. (dir.), Penser l’incertain, Québec, Presses de l’Université Laval, pp. 93-112.

Petitat A. (2013), « The Global Place of French-Speaking Sociology », Global Dialogue, vol. 8, n° 3 [En ligne] http://globaldialogue.isa-sociology.org/the-global-place-of-french-speaking-sociology-2/

Roulleau-Berger L., Désoccidentaliser la sociologie. L'Europe au miroir de la Chine, La Tour d’Aigues, Éditions de l'Aube.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Vrancken, « Penser en français, écrire en anglais et après ? Pour une ouverture du débat », SociologieS [En ligne], Débats, Pourquoi publier en langue française quand on est sociologue ?, mis en ligne le 17 janvier 2019, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/9521

Haut de page

Auteur

Didier Vrancken

Université de Liège (Belgique) - Didier.Vrancken@ulg.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page