Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDébats2019Pourquoi publier en langue frança...Univers linguistique et écriture

2019
Pourquoi publier en langue française quand on est sociologue ?

Univers linguistique et écriture

Linguistic universe and academic writing
Cornelia Hummel

Entrées d’index

Mots-clés :

publier en français

Palabras claves:

publicar en francés
Haut de page

Texte intégral

1Pourquoi publier en langue française quand on est sociologue ? Dans cette question se cache une autre langue ; tout le monde devine laquelle. La langue tellement évidente qu’elle n’a pas besoin d’être nommée est l’anglais. De façon facétieuse, je pourrais faire semblant de ne pas voir ce qui n’est pas écrit et répondre : eh bien je publie en français parce que c’est la langue que parle le mieux, celle que j’ai apprise dans mon enfance et celle que j’utilise tous les jours. Mais, dans le cas présent, ma pirouette serait un mensonge car ma langue maternelle est l’allemand. Donc je renonce à la facétie et reformule la question : pourquoi publier (parfois/souvent/toujours – choisir ce qui convient) en langue française plutôt qu’en anglais ?

2Mon choix fréquent du français pour mes publications est guidé par trois motifs :

31. J'ai le goût des méthodes qualitatives et de l’exploration du sens donné par les acteurs. De mon point de vue, ce sens, saisi par le sociologue qui écoute l’acteur parler, est indissociable de l'univers culturel – et donc linguistique – dans lequel il est enchâssé. Il en va de même pour l'analyse, qui est réalisée avec mes cadres de pensées en partie déterminés par la langue. Donc, la dernière étape de la recherche, la publication, se situe dans cette logique d'homogénéité culturelle et linguistique.

42. J’aime écrire et j'accorde une grande importance à l'écriture dans notre discipline et de notre discipine. J’ai horreur des articles écrits dans un anglais « phrases principales », où toute subtilité disparaît sous l'impératif d'une écriture « simple », où on sent l’auteur avancer avec une prudence proportionnelle à son équipement linguistique plus ou moins lacunaire. Le même type écriture ménace également l’auteur qui rédige un article destiné d’emblée à être traduit en anglais car – ô joie – il a obtenu un crédit de traduction. Je peine à mettre en œuvre cette écriture épurée de toute métaphore, de toute figure de style, de toute esthétique – oui, osons le mot. J’ai encore en tête cette phrase d’une traductrice qui, alors que nous passions en revue son travail effectué sur une version initiale en français, me dit : « j’ai tellement de peine à te traduire, car je sens que chaque mot et chaque ponctuation porte en lui plus que le mot et le signe de ponctuation ». Alors elle m’a demandé de lui expliquer l’intention sociologique qui présidait aux choix des mots dans les passages « intraduisibles » puis a rédigé les passages avec ses mots à elle, en fonction de sa « traduction » de mon intention. Ce fut long, ce fut cher. Je fais alors un pas de plus : le « tout anglais » porte en lui un risque de contamination, les contraintes d’écriture pouvant affecter les étapes antérieures à la publication. L’horizon de la publication dans une langue moins familière et maîtrisée peut amnener l’auteur à réduire la finesse des analyses et ceci en particulier lorsque la matière première, le matériau analysé est de type qualitatif (entretiens, observations).

53. Je souhaite partager les résultats de mes recherches et être lue par une audience plus large que mes pairs académiques. Je publie donc régulièrement dans des revues dites intermédiaires s’adressant à un public panaché dans mon domaine de recherche (vieillesses et vieillissements) : chercheurs académiques, mais aussi chercheurs dans des administrations publiques et professionnels du champ. Là aussi, il s’agit de respecter la continuité linguistique et culturelle entre l’univers ayant fait l’objet de la recherche, chercheur-auteur et lecteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cornelia Hummel, « Univers linguistique et écriture »SociologieS [En ligne], Débats, mis en ligne le 17 janvier 2019, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/9573 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.9573

Haut de page

Auteur

Cornelia Hummel

Université de Genève (Suisse) - cornelia.hummel@unige.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search