Navigation – Plan du site
Le naturalisme social

Codes et intelligences : externalisation, effets en retour et brouillage des frontières entre nature et culture

Codes and intelligences: externalization, feedback and blurring of the boundaries between nature and culture
André Petitat

Résumés

L’article retient quatre types de codes et d’intelligences, selon l’ordre historique de leur apparition : 1) les codes ADN, associés à l’intelligence génomique, 2) les codes neuraux, associés à l’intelligence sensori-motrice, 3) les codes linguistiques, associés à l’intelligence symbolique et enfin 4) les codes informatiques, associés à l’intelligence informatico-scientifique. Le texte présente schématiquement ces différents niveaux de codes et d’intelligences en s’intéressant aux effets en retour des niveaux supérieurs sur les niveaux antérieurs et en soulignant leurs rapports avec la tendance à l’externalisation des intelligences, qui trouve une expression remarquable dans la révolution informatique. Une grande spire de l’histoire du vivant semble en train de se boucler et une seconde initie son déploiement. Les frontières entre naturel, culturel et technique se brouillent. Les ingénieries bio- et neurologiques redessinent les étagements des intelligences du vivant. Ce retour du vivant sur lui-même bouscule nos ontologies et interpelle la division scientifique du travail.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier les collègues qui ont fait une lecture critique de cet article et m’ont fait b (...)

1Le texte qui suit présente un effort de synthèse transdisciplinaire. Il a été produit avec un sentiment d’urgence de comprendre les révolutions informatique et neurobiologique et leurs implications sociales. Comment aborder ce tournant dont chacun peut maintenant appréhender l’importance ? Cet article, qui échappe au genre scientifique standard avec données et critique des résultats, suggère une piste de réflexion 1.

2Certains collègues ne manqueront pas d’être étonnés qu’un tiers des pages qui suivent soient consacrées à la description, à vrai dire très schématique, des intelligences génomique et neuronale. Voilà qui heurte la division habituelle du travail scientifique et demande une explication. Les sciences sociales se sont très largement installées dans la conviction d’une ample autonomie du symbolique, attestée par la multiplicité des formes sociales et culturelles de l’humanité. L’immense déploiement actuel de nos capacités d’intervention sur le vivant et le non-vivant, malgré certaines tendances réductionnistes, vient conforter cette autonomie. L’opposition entre nature et culture se désagrège en faveur du pôle culturel, tendance qui est visible dans la fabrication du vivant, dans la gestion du neuronal, dans les efforts politiques mondiaux autour du climat et des écosystèmes. Ce grand retour sur nos propres bases fait basculer le physico-chimique, le biologique et le neuronal dans notre champ. Et nous voilà investis de nouvelles tâches et de nouvelles responsabilités. La sociologie, ne l’oublions pas, est née avec les bouleversements de l’industrialisation. Aujourd’hui, avec la constitution d’une médiation informatique intelligente indéfiniment perfectible, qui nous met en interaction constituante avec nos intelligences antérieures, une révolution plus profonde encore se met en place. De la même manière que Claude-Henri de Saint-Simon, Karl Marx et Émile Durkheim ne pouvaient ignorer les réalités mécaniques de l’époque, nous ne pouvons pas non plus ignorer les processus à travers lesquels nous transformons aujourd’hui le vivant et le non-vivant et constituons en même temps une nouvelle société.

3Le propos étant inhabituel, voici encore quelques précisions propres à limiter les malentendus.

41) Le principe de base des codes est formellement le même : c’est une combinaison d’éléments simples désignant des éléments et processus plus complexes. Une telle définition formelle semble convenir aussi bien au code morse qu’au code ADN. Cette simplicité structurale cache toutefois des différences abyssales de fonctions que la recherche ne peut pas ignorer. Le premier accomplit de façon stable et conventionnelle une même fonction de traduction en binaire et retour, alors que l’autre induit un gigantesque déploiement des formes de vie. Ce sont les codes associés à des sauts de complexité qui sont ici l’objet de l’attention.

52) Cet essai place l’intelligence informatico-scientifique et ses codes au même niveau d’importance que les codes ADN, neuraux, symboliques et leurs intelligences correspondantes. Cette posture se justifie du fait des retours que cette intelligence externalisée autorise sur les codes antérieurs et notamment sur nos soubassements biologiques et neurologiques. Ce fil d’Ariane de la comparaison des codes et des intelligences est risqué, vu qu’on est loin de connaître toutes les fonctions d’un génome, que les codes neuraux commencent à peine à être déchiffrés et que le processus d’« algorithmisation » de la société n’en est qu’à ses débuts. Il s’agit plus de tracer une ligne de réflexion que de proposer des conclusions.

63) Une précision s’impose également d’entrée à propos de la notion passe-partout d’information. Cet article est guidé par un postulat qui se rapporte à la coupure entre le non-vivant et le vivant : les particules physico-chimiques contiennent des informations (charges positives ou négatives, spins, intrication, masse, etc.), les êtres vivants élaborent des connaissances. Les connaissances subordonnent les informations à des processus intelligents.

74) Le terme d’incorporation est réservé ici aux soubassements neurobiologiques des intelligences et le terme d’externalisation à leurs inscriptions sociales, culturelles et techniques. Les codes ADN et les codes neuraux sont biologiquement inscrits. Ils incorporent toutefois des dimensions socio-culturelles, dans le sens d’une inscription neuro-corporelle de comportements sociaux (hypothèse du cerveau social). Les codes linguistiques et informatiques sont pour l’essentiel culturels, bien qu’ils supposent des substrats ADN et neuronaux qui les rendent possibles et permettent leurs apprentissages, leurs usages et leurs évolutions.

85) Les incorporations seront dites naturelles dans la mesure où les codes ADN, les codes neuraux et les codes linguistiques n’ont pas été fabriqués/orientés délibérément par nous-mêmes, contrairement aux codes ingénieurs ou artificiels qui relèvent complètement de l’artefact. Une espèce vivante naturelle sera dite autonome, car elle s’auto-transforme sans notre intervention. Un robot d’aujourd’hui sera soit complètement hétéronome soit doté d’une autonomie partielle, due à sa capacité d’auto-apprentissage.

Code ADN et intelligence génomique

9Le terme d’intelligence désigne le plus souvent des capacités symboliques. Toutefois, depuis plus d’un siècle, on a admis l’existence et exploré les intelligences sensori-motrices. Enfin, depuis la découverte de l’ADN et l’étude de ses fonctions, on sait qu’il existe un niveau plus fondamental encore, celui des intelligences génotypiques ou génomiques (Piaget, 1967), dont les connaissances sont codées et stockées dans le ruban ADN.

10Le code génétique commande notamment l’ordre d’entrée des acides aminés dans la fabrication des protéines. À cette fonction, déjà mise à jour dans les années 1960, s’ajoute la régulation de l’expression de l’ADN, que la recherche explore actuellement. D’autres fonctions également à l’étude concerne le développement embryonnaire, le vieillissement, la régénérescence cellulaire et la mort.

  • 2 Le projet ENCODE (Encyclopedia of DNA Elements), qui a fait suite en 2003 au Projet sur le génome h (...)

11Le décryptage des génomes de nombreuses espèces et individus de la même espèce a découvert un paysage d’une extrême complexité : 1) il existe une profusion insoupçonnée d’allèles pour un même gène, 2) un même caractère peut être contrôlé par plusieurs gènes, 3) un même gène peut être impliqué dans le contrôle de plusieurs caractères ; 4) des morceaux d’ADN ou d’ARN peuvent changer d’emplacement (transposons), 5) des transferts de matériel génétique sont susceptibles d’intervenir d’une bactérie à une autre et enfin 6) il existe des modulations dites épigénétiques d’expression de l’ADN. Le dogme initial « un gène - une protéine », déjà ébréché par la découverte du phénomène de l’épissage alternatif (qui permet à un même gène de produire de nombreuses protéines différentes), semble maintenant une île au milieu d’une foule d’autres interrogations 2. L’exploration des rapports entre les connaissances génotypiques et leurs dynamiques d’expression dans les multiples situations et phases de l’existence des êtres vivants est loin d’être terminée.

  • 3 Alors qu’en physique il est question de quatre interactions fondamentales et de leur unification au (...)

12Comment les sujets biologiques inventent-ils de nouvelles connaissances et comment les appliquent-ils ? La réponse dominante est fournie par la théorie synthétique de l’évolution, en termes de mutations génétiques contingentes et de sélection de celles qui octroient une meilleure adaptation, théorie qui fait régulièrement l’objet de critiques et d'ajustements. Le modèle épistémique central de la connaissance biologique se décline en termes de hasard et de nécessité, avec une insistance portée tantôt sur le hasard (mutations contingentes de gènes ordinaires, de gènes régulateurs de l’expression d’autres gènes, de gènes intervenant dans plusieurs caractères, migrations, isolats géographiques, variation comportementale avec effet sur la reproduction, mutations neutres du point de vue sélectif, etc.), tantôt sur la pression sélective (mutations adaptationnistes, épigenèse, sensibilité au milieu des mécanismes réparateurs des mutations). Les formes biologiques et leurs évolutions sont profondément marquées par le hasard. Alors que les lois nomologiques réversibles sont principalement le lot de la sphère physico-chimique, la sphère biologique baigne dans l’historicité et la contingence 3.

13Le code ADN est marginalement instable. Si sa réplication était parfaite, il n’y aurait jamais eu d’évolution. Tout au plus aurions-nous eu des formes primitives de vie indépendantes les unes des autres et incapables de s’adapter ou de produire de nouveaux contextes. L’imperfection du code – ses mutations, ses erreurs de transcription, de lecture et d’expression – est la condition sine qua non de sa combinaison dynamique avec la multiplicité des conditions locales de sélection.

14De la même manière que microphysique et astrophysique se fécondent l’une l’autre, microbiologie et évolution des espèces doivent accorder leurs violons. Il n’est pas étonnant que plusieurs voix plaident maintenant en faveur d’une « théorie synthétique étendue », qui prend ses distances avec le « génocentrisme », en mettant l’accent sur les variations phénotypiques, comportementales et épigénétiques (Laland et al., 2014).

  • 4 Si la mutation affecte un gène dit homéotique, qui contrôle l’expression de centaines ou de millier (...)
  • 5 Sur la diversité des échelles et des temporalités, voir Michel Grossetti (2006) et Bernard Lahire ( (...)

15L’évolution est faite de filiations et de ruptures et comporte des ralentissements et des accélérations. Quelles que soient les théories sur les dynamiques évolutives, qu’elles insistent plus sur les continuités ou sur les coupures, toutes admettent que c’est le cumul de micro-changements qui conduit sur des termes plus ou moins longs à des transformations majeures des espèces 4. Les articulations micro-macro sont associées à des échelles temporelles de mutations et d’expressions de l’ADN très différentes, selon le niveau auquel on se situe. Les modulations épigénétiques sont intragénérationnelles (certaines d’entre elles sont transmissibles à quelques générations ultérieures), les mutations individuelles de l’ADN n’exigent elles aussi qu’une seule génération, alors que les variations des espèces peuvent s’étaler sur des centaines de générations 5.

16Ces dynamiques micro- et macro-évolutives reposent sur le fait que ce sont les individus des différentes espèces qui sont porteurs des variations tantôt neutres tantôt avantageuses ou désavantageuses pour la survie. La génétique des populations a traduit cette réalité en modèles statistiques. Sans entrer dans le débat sur le concept d’espèce (en termes d’interfécondité, de morphologie, de ressemblance de l’ADN, etc.), il faut souligner un point de convergence : l’espèce est une réalité statistique mouvante comportant des variétés, sous-variétés et individualités. Chaque individu est virtuellement en écart par rapport à ses ancêtres et à ses contemporains. Ces écarts fonctionnent comme des sortes de tâtonnements pragmatiques dont le porteur lui-même et ses éventuels héritiers éprouvent pratiquement les conséquences.

17Le contexte des espèces, ce sont aussi les autres espèces. Les variations relationnelles sont innombrables, depuis les chaînes alimentaires en cascades, les concurrences, les coopérations, les symbioses, le parasitisme, les niches écologiques exclusives, etc. Cette multiplicité relationnelle comporte principalement ses assises au niveau de l’ADN et relève donc aussi des théories de l’évolution. Les connaissances génotypiques peuvent déjà ici être taxées d’interconnaissances.

  • 6 Je fais ici l’économie de l’exposé des systèmes dissipatifs et chaotiques, qui rapprochent physique (...)

18En résumé, les principaux ressorts non conscients de l’intelligence génomique consistent : en codes ADN marginalement instables, en variations alléliques des codes, en incorporations individualisées des codes, en expressions interactives des codes avec le milieu environnant, en élimination ou en marginalisation des variations individuelles les moins adaptées et en maintien des variations neutres ou favorablement adaptées, enfin en transformations interactives inter-espèces et entre vivants et non-vivants. Le premier code de l’univers ouvre un champ de phénomènes qui, tout en respectant les lois de la physique, intègre celles-ci dans ses dynamiques émergentes propres 6.

Incorporation/externalisation

19L’ADN est incorporé. Le mouvement d’externalisation n’a de sens ici que par rapport à la base physico-chimique, dont le vivant s’autonomise partiellement. Les qualités informationnelles pertinentes pour la vie sont extraites de la matière et transformées en connaissances incorporées dans l’ADN. Cette mutation de l’information lors du passage du non-vivant au vivant est ignorée par les conceptions physicalistes de l’information. Le travail de Claude Shannon (1948), qui portait sur la déperdition d’information dans les systèmes physiques de transmission, a largement contribué à brouiller les représentations. Cet auteur a très tôt souligné la parenté entre l’équation mathématique exprimant ce phénomène et la formule de Boltzmann exprimant la déperdition d’énergie en thermodynamique. D’autres à sa suite, notamment le physicien Léon Nicolas Brillouin (1959), ont assimilé les deux phénomènes et ont fait de l’information, ou ordre néguentropique, le pendant symétrique de l’entropie physique. De nombreux penseurs se sont basés sur ces extrapolations pour penser la vie en termes d’information physique, avec finalement à la clef des déceptions. Car cette notion est impuissante à comprendre la complexité de l’ADN et de ses fonctions. Georges Chapouthier a critiqué avec raison la confusion réductionniste entre la « quantité d’information par symbole dans un message » (Claude Shannon) et la notion d’information comme « morceau de connaissance » (Chapouthier, 2001, p. 28).

Retour sur l’échelon inférieur

20Si la vie dépend étroitement du milieu, celui-ci à son tour est transformé par le vivant. Les premiers unicellulaires sont apparus sur Terre dans une atmosphère dépourvue d’oxygène. Pour les cyanobactéries qui se sont mises à le produire par photosynthèse il y a environ 3,8 milliards d’années, l’oxygène était un déchet toxique… qui beaucoup plus tard, lors de la Grande Oxygénation (vers 2,4 mia d’années), a entraîné une limitation de leur prolifération et favorisé l’apparition des formes de vie aérobie pluricellulaires (vers 2,1 mia d’années). Les cas de figure inverses existent aussi, où des phénomènes exogènes, des glaciations ou des réchauffements, des activités volcaniques ou des impacts de météorites occasionnent des changements dramatiques de cadres de vie et poussent éventuellement le vivant dans des directions nouvelles. Nous sommes ici dans un dialogue au long cours entre des formes vivantes et leur cadre physico-chimique de déploiement. Ce dialogue continue avec l’émergence des intelligences sensorimotrices.

Codes neuraux et intelligence sensori-motrice

21Pour que les organismes multicellulaires puissent exister, les unités dont ils sont constitués doivent coopérer et donc communiquer. Laissons de côté le domaine des communications internes et externes chez les végétaux, qui est en pleine ébullition (Muday & Brown- Harding, 2018). À part une minorité, les animaux sont dotés d’un système nerveux, parfois diffus, le plus souvent central. On peut distinguer les fonctions internes, assurées par le système nerveux dit autonome, et les fonctions externes, assurées par le système nerveux dit somatique. Les premières concernent la régulation intercellulaire et inter-organes (système neurovégétatif), les secondes touchent aux interactions avec l’extérieur et à leur traitement (informations sensorielles, mouvements musculaires). Les remarques qui suivent se limitent à ce second aspect.

22Les capacités neuronales des êtres vivants font le pont entre les récepteurs sensoriels et les expressions motrices. Ces trois dimensions forment ensemble des intelligences sensori-motrices, incroyablement diversifiées, qui ont peu à peu redéfini la biosphère, en ajoutant un étage au-dessus du monde unicellulaire et en inventant toutes sortes d’affinements perceptifs, de différentiels moteurs et de rapports inter-espèces.

23La modalité la plus élémentaire de l’intelligence sensorimotrice consiste en réflexes préconstruits, inscrits dans l’ADN, commandant telle réaction pour telle configuration perceptive. Chez la plupart des animaux, ce premier niveau se conjugue avec une ou plusieurs formes d’apprentissage/désapprentissage (conditionnements pavloviens et skinnériens, schémas cognitifs plus complexes). En ce cas, les réactions peuvent s’adapter en fonction des expériences et faire face à des modifications subtiles des contextes, selon des modalités distinctes des modifications épigénétiques. Cette finesse adaptative est directement tributaire des développements neuronaux, des capacités de traitement, de stockage et de rappel des expériences biographiques de chaque organisme.

24On sait aujourd’hui que les neurones ne sont pas juste des boîtes passives de connexion : ce sont des cellules qui traitent activement les informations reçues avant de les renvoyer à d’autres. Reste à établir avec précision comment s’effectuent ces synthèses en cascades dans les larges populations de neurones concernées par une perception, une opération ou une action.

25Pendant de longues années, on s’est représenté le fonctionnement du cerveau en s’inspirant du modèle de l’ordinateur. Cette représentation computationnelle souffre d’un défaut de rigidité. Si quelques éléments du programme de traitement mutent ou disparaissent, toute la machine divague. Aujourd’hui, les chercheurs insistent plutôt sur la plasticité neuronale du cerveau, aux niveaux méso et micro. Ce terme désigne la capacité du cerveau à construire, déconstruire et réorganiser les réseaux de neurones et leurs connexions synaptiques. La plasticité neuronale se manifeste notamment par la production de nouveaux neurones, par la modification des réseaux de neurones, par la variation d’activité des neurones au sein des réseaux, par le nombre et l’activité des synapses, par la création et la destruction de connexions synaptiques, par la modulation des récepteurs synaptiques, par les modifications d’expression de l’ADN dans les neurones, etc. Dans cette optique, le cerveau est un organe dynamique en permanente transformation.

  • 7 On estime que le cerveau humain compte environ 90 milliards de neurones, répartis en plus de 200 ty (...)

26Ces propriétés plastiques du cerveau, ajoutées au fait que les réseaux neuronaux comprennent des milliers ou de millions de cellules qui communiquent entre elles par des milliers de synapses et de récepteurs, rend le décodage de ces échanges particulièrement ardu 7. Ce décodage a d’abord été possible pour des systèmes nerveux minuscules, comme celui du ver C. elegans (302 neurones), dont on a dressé d’abord le génome puis le connectome intégral (une carte des connexions interneuronales).

27Des percées remarquables ont récemment été réalisées à propos de la perception des visages et de l’espace. Les types de neurones impliqués dans le traitement de l’espace chez des rats ont été identifiés : les neurones de grille (pour la distance et la direction du déplacement), les neurones de direction de la tête (pour relativiser le point de vue), les neurones de vitesse (pour la rapidité des déplacements), les neurones de bordure (pour repérer cloison ou bord), les neurones de lieu (pour effectuer la synthèse des informations de nature spatiale et expérientielle relativement à chaque cadre spatial singulier). Le code neural de l’espace est maintenant en voie d’être décrypté (Moser & Moser, 2016).

28Grâce à une méthodologie très élégante, des chercheurs sont parvenus à identifier le code de la perception des visages humains chez des macaques. Ici aussi, la division neuronale du travail est à l’œuvre, avec une spécialisation selon telle ou telle variable : la distance entre les yeux, la grandeur du nez, la forme de la bouche… et une synthèse (Chang & Tsao, 2017).

29Les neurosciences progressent rapidement, en construisant des techniques d’investigation de plus en plus précises. Après le scanner, la tomographie par émission de positons, l’IRM fonctionnelle et l'imagerie de diffusion fonctionnelle, l’optogénétique, le miniscope et les organoïdes cérébraux offrent de nouvelles perspectives. La jonction avec les manipulations génétiques permet des analyses précises des circuits neuronaux. La jonction avec la simulation informatique introduit un dialogue interactif serré entre les observations in vivo et les reconstitutions in silico. En 2018, le Blue Brain Project a terminé la réalisation d’un « Atlas cellulaire du cerveau de la souris » (Erö, Gewaltig, Keller & Markram, 2018). Les recherches sont en train de dépasser la topographie fonctionnelle approximative et abordent la complexité des échanges dans et entre les réseaux de neurones.

30Les mécanismes de la mémorisation ne sont pas encore tous élucidés. Les travaux d’Eric Kandel sur l’aplysie (un mollusque) ont marqué un tournant important. Ils ont établi que la mémorisation est liée à une densification des connexions synaptiques dans le réseau de neurones concerné (Ternaux & Clarac, 2012). Grâce à la technique de l’optogénétique, des laboratoires sont parvenus à modifier, supprimer et introduire directement des souvenirs chez des rats.

31Ce bref rappel de quelques résultats des neurosciences souligne à la fois les contrastes entre l’intelligence génomique et l’intelligence sensorimotrice et soulève la question de leur articulation. La première procède notamment par tâtonnements contingents suivis d’épreuves sélectives ; le hasard y joue un rôle important. La seconde s’appuie sur des outils d’investigation sensoriels, recueille des informations sur le milieu environnant et les transforme en connaissances éclairant les comportements ; elle est beaucoup plus proche du schéma usuel de l’intelligence symbolique.

  • 8 Le présent texte assume l’idée de niveaux de réalité distincts avec des propriétés distinctes, mais (...)
  • 9 Par exemple, on se demande pourquoi la souris et l’homme ont des cerveaux si différents, alors qu’i (...)

32Pour qualifier l’articulation de ces deux logiques épistémiques, ce sont les termes d’encastrement et de sous-système qui viennent à l’esprit, à condition de les utiliser en les connectant à celui d’émergence 8, qui insiste sur l’irréductibilité et la relative autonomie de l’une envers l’autre. Évidemment, chaque forme vivante a suivi un chemin évolutif qui lui est propre et exige une description spécifique 9.

Incorporation/Externalisation

33Comme les connaissances génomiques, les connaissances sensorimotrices sont incorporées. Le mouvement d’externalisation doit ici s’apprécier par rapport à l’intelligence génomique et elle se manifeste principalement sous deux formes : le raffinement des connaissances du monde extérieur et leur souplesse adaptative.

34Les développements des intelligences sensorimotrices signifient l’élaboration de multiples catégories du monde extérieur : de temps, d’espace, de mouvement, de lumière, de textures, de couleurs, de bruits, d’odeurs, de goûts, etc. Cette inventivité épistémique est couplée aux outils sensoriels, à leurs traitements neuronaux et aux capacités motrices. Éthologues et neurologues ont commencé à inventorier les multiples façons de donner forme au monde extérieur.

35L’intelligence génomique anticipe dans une plus ou moins grande mesure les variations du monde extérieur en prévoyant des conditions d’expression différenciées (plasticité au long cours) voire en les modulant épigénétiquement (semi-plasticité intragénérationnelle). L’intelligence sensorimotrice, grâce à la plasticité neuronale, développe magistralement cette souplesse adaptative en enregistrant et en effaçant les expériences de vie et les changements d’environnement.

Retour sur les échelons antérieurs

36L’effet en retour le plus remarquable sur le physico-chimique réside dans la transformation des paysages terrestres. Sables et rochers ont été peu à peu habillés (et aussi déshabillés) d’humus et de couverture végétale, ce qui a jeté les bases d’une grande diversité animale.

37L’intelligence sensorimotrice entraîne des changements d’ADN en fonction de sa logique propre : mieux ou différemment percevoir, se mouvoir et gérer les connaissances. C’est probablement le point le plus important. Comme au niveau génomique, il y a tout lieu de croire que les différenciations individuelles jouent ici aussi un rôle important dans les processus évolutifs.

38Enfin, l’intelligence sensorimotrice rend possible la modification intergénérationnelle des comportements sans passer par une modification de l’ADN, tout au moins durant un certain temps. Ainsi, on sait qu’une variation de chant ou de parade nuptiale peut entraîner un sous-ensemble reproductif et éventuellement, à terme, une espèce nouvelle. Si une telle variation est apprise et pratiquée par une « tribu » particulière avant d’être intégrée dans l’ADN, on a là les premiers balbutiements d’une externalisation d’un savoir-faire dans un rituel transmissible, incorporé par apprentissage. Ceci nous amène à l’avènement des intelligences symboliques.

Codes et intelligences symboliques

39Nous voilà maintenant dans le domaine classique des sciences humaines et sociales. Mais comme nous le rappellent maintenant quotidiennement les bouleversements des écosystèmes et plus récemment les bébés OGM chinois, les niveaux précédents sont aussi les nôtres et nous frappons délibérément à leurs portes.

40De la même manière qu’il existe une étroite liaison entre les deux codes précédents, le lien est aussi très serré entre les codes neuraux et les codes symboliques, à base verbale ou non-verbale. Il faut d’emblée distinguer deux niveaux du symbolique. Un premier niveau qui renvoie à la capacité de se représenter un objet en son absence et un second qui précise que cette représentation se fait par le truchement d’un signe ou d’un symbole.

  • 10 La domestication du loup remonte à environ 30 000 ans. Il se peut que les surprenantes capacités «  (...)

41La représentation mentale individuelle explicite (visuelle, phonique, etc.) d’un objet en son absence précède de beaucoup les codes symboliques. Présente chez les singes anthropomorphes, il se peut qu’elle remonte bien plus haut encore si l’on en croit une étude sur la compréhension lexicale et prosodique des chiens domestiques publiée dans Science 10 (Andics et al., 2016). À la reconnaissance perceptive par familiarité immédiate et inconsciente, se surajoute un processus de récupération en mémoire, plus lent, plus précis et délibéré. Ce saut dans les capacités cognitives exige une extension de la mémoire de travail (Dehaene, 2015). Il suppose très certainement de nouveaux codes neuraux et un développement du néocortex.

42Cet événement majeur rend mentalement évocables les contextes en dehors de leur présence, avec les traces expérientielles qui leur sont liées : évocation des lieux, des événements courants et exceptionnels, des interactions avec les individus d’autres espèces ou de la même espèce, etc. Cela signifie que les interactions hic et nunc mettent en rappel non seulement inconscient mais aussi conscient un arrière-fond d’images mentales. Avec pour conséquence d’accentuer la profondeur spatio-temporelle des relations. Dès lors, l’immédiateté in situ coexiste avec la richesse mémorielle des situations et orientent ce qui se profile déjà comme une action (par opposition au comportement instinctuel ou conditionné).

43Cette capacité représentationnelle précède le langage symbolique. Apparaissent avec elle les premières représentations de catégories sociales naturellement évidentes comme les mâles et les femelles, les plus jeunes et les plus vieux, le Nous de la micro-communauté et les Autres, etc. Chaque individu apprend sans pouvoir les nommer l’existence de ces distinctions – liées à des variations comportementales – à travers ses interactions biographiques concrètes et évolutives avec autrui. On peut dès lors dire que chaque interaction enrichit son expérience biographique évolutive, qu’elle l’instruit un peu plus sur les convergences et les divergences catégorielles et qu’elle participe elle-même à l’enrichissement de ces dernières. Émergent alors les premiers aspects socioculturels transmis dans le déroulement même des interactions (Boesch, 2015 ; De Waal, 2005).

  • 11 « Ainsi, les chimpanzés de trois populations distinctes produisent du son en déchirant des feuilles (...)

44À ce premier niveau du symbolique, on peut rattacher les premières inventions techniques et leur cumul ainsi que des éléments de langage non-verbal qui, contrairement au langage verbal, est à articulation simple et non pas double 11. Ces éléments, ajoutés aux configurations sociales particulières de chaque groupe, justifient que l’on parle de culture, tout au moins chez les chimpanzés.

45Le langage verbal signifie l’entrée dans de nouveaux rapports de l’individuel et du collectif. Ferdinand De Saussure soulignait déjà avec perspicacité que le signe alliait non pas un son et un sens, mais une image phonique et un sens (en termes d’abord d’images sensori-motrices, puis en termes d’opérations mentales : penser à, se souvenir de, calculer…). Par rapport à l’image représentationnelle individuelle, le langage apporte une dimension d’expression collective : les images phoniques exprimées publiquement vont s’associer avec régularité à d’autres images désignant des référents dès lors communs. Cela suppose que l’enfant puisse se centrer sur le signe et le référent que l’adulte lui désigne comme étant correct (capacité d’intersubjectivité secondaire). Nous entrons alors dans un monde de représentations collectives articulées sur des représentations qui restent partiellement teintées par les expériences individuelles. Ce monde possède de nouvelles propriétés émergentes.

  • 12 Les contextes culturels fournissent des cadres pour notamment nommer, interpréter et donner du sens (...)

46Le signe s’appuie sur la représentation mentale et va au-delà. Un au-delà qui suppose des régularités d’usage dans un groupe, leur apprentissage, les jeux possibles autour de telles régularités et leur contrôle normatif. Les mots, les phrases, les récits, ces ponts symboliques interindividuels et groupaux, s’élèvent sur l’incontournable enracinement sensori-moteur du signifiant. C’est à cette frontière que se joue l’essentiel de notre autonomisation culturelle envers notre soubassement biologique, autonomisation qui est rendue possible grâce à notre plasticité neuronale et à sa capacité d’accueillir n’importe quel lexique et n’importe quelle syntaxe, catégorie ou institution 12.

47Une fois constituées, les catégories symboliques acquièrent une objectivité qui tient au fait qu’elles sont communes et collectives, quoique habitées en permanence par des écarts d’usage. De la même manière que les capacités sensori-motrices d’avant étaient pour chaque être vivant une donnée réciproque objective, les capacités symboliques ultérieures deviennent une donnée contextuelle avec laquelle chacun est confronté, dans ses groupes et ses réseaux particuliers. Ce qui confère une importance stratégique aux compétences sémiotiques individuelles acquises.

48Dès que les êtres vivants deviennent des enjeux les uns pour les autres, ils développent des ruses et tromperies moléculaires et comportementales. Le passage au symbolique prolonge ces tendances spontanées, à la faveur de l’indépendance du signe et du référent, qui rend le mensonge aisé et la construction de la réalité symbolique une chose à la fois courante et un objet de contestations et de débats infinis. Alors que les communications intra-espèces étaient jusque-là principalement de l’ordre du partage héréditaire (phéromones, cris d’alarme…), ce qui fait l’originalité de la communication symbolique, c’est paradoxalement le non-partage possible, à base de codes communs, que ce soit en termes de construction déformée de la réalité ou de violence interprétative. Au plan symbolique, ce qui est commun est indissolublement lié à la virtualité du non-partage. C’est pourquoi la vie socio-symbolique est parsemée de conflits. C’est pourquoi aussi la dimension normative s’impose au travers de rapports de force constants et parfois violents.

49Le langage verbal n’est pas né d’un coup. Il est très probablement passé par un stade de proto-langage avec des mots et des associations de mots (Bickerton, 1990). Cette première phase remonte très haut dans l’évolution de notre espèce, au moins jusqu’à Homo habilis, c’est-à-dire à plus de deux millions d’années. Le langage avec une syntaxe plus complexe, des phrases et des récits, serait apparu plus tardivement, non sans analogie avec l’acquisition du langage par l’enfant (Dortier, 2004). Cette vision s’accorde aussi avec la relative autonomie entre le lexical et le syntaxique.

50Déjà possible avec l’ADN et accentuée avec les codes neuraux, la différenciation intra-espèce reçoit avec le langage une impulsion formidable. L’arbitraire du signe ouvre toute grande la porte à la pluralité des cultures humaines, pluralité à peine ébauchée chez les primates. Cette pluralité a été encouragée par la communication d’abord orale qui favorise la multiplication des microsociétés orales et donc les divergences linguistiques et culturelles. L’écriture a plutôt servi d’appui aux grandes unités politiques et à la réduction de la diversité. Beaucoup de langues, en cette période de mondialisation, sont en voie de disparition.

51La sociolinguistique a mis fin à l’idée de codes linguistiques homogènes en documentant notamment les différenciations selon les milieux sociaux et les régions d’une même aire linguistique. Une certaine hétérogénéité est la règle, même dans les échanges conversationnels les plus simples (Gonzalez-Martinez, 2017). Et de la même manière qu’une espèce évolue par des micro-changements, une langue évolue à travers des écarts de sons et de significations assumés par des minorités puis par la majorité. Ces dialectiques micro-macro formellement convergentes n’ont évidemment pas les mêmes ressorts, les différences linguistiques faisant l’objet de tensions autour de leur légitimité ou illégitimité.

52Les variations individuelles d’expériences symboliques sont inévitables également, d’où résultent des identités individuelles toujours marquées par la pluralité et une relative hétérogénéité. Ces variations prolongent les processus d’individualisation déjà présents au niveau de l’ADN et des codes neuraux. Chaque individu sémiotique à la fois ressemble et se différencie des autres, identité qui varie au cours même de la vie, parfois de façon spectaculaire.

53L’hétérogénéité des pratiques, des identités et les virtualités du non-partage dans les échanges symboliques font de la communication ordinaire un processus approximatif où les malentendus, les erreurs, les non-dits, les mensonges, les demandes de précision, la construction buissonnante de la réalité et la pluralité interprétative prévalent sur l’échange objectif et univoque (Petitat, 1995, 2006, 2010).

Incorporation/Externalisation

54Les premiers pas du symbolique adviennent sous la forme de représentations mentales individuelles doublées de facultés accrues d’apprentissage. Cette combinaison repose sur une double location des connaissances, à la fois dans des rapports itératifs à la nature et à autrui et dans les capacités neuronales de chacun.

55Le langage étend ce couple d’incorporation-externalisation en le socialisant et en ouvrant sur la pluralité des cultures. Dès lors, la part des connaissances externalisées dans des pratiques sociales, des divisions du travail, des inventions, des rituels, des récits et des institutions plus ou moins partagées peut croître et s’épanouir dans de grandes poussées civilisationnelles. Multiplicité et hétérogénéité des cultures vont de pair avec une multiplicité et une hétérogénéité des incorporations, cette corrélation étant assurée du fait que les apprentissages et les pressions éducatives ont pour cadre les relations et les interactions sociales courantes. La dynamique d’incorporation-externalisation ne signifie donc pas unanimisme, le partage étant toujours lié au non partage possible et au conflit.

Retour sur les échelons antérieurs

  • 13 Certains sociologues plaident en faveur du recours à des biomarqueurs, par exemple pour mettre en é (...)

56Plus les connaissances et les mémoires socialisées s’étendent, plus leurs apprentissages doivent trouver à se loger dans les cerveaux individuels. L’hypothèse d’un cerveau social, qui anime les recherches en neurosciences sociales, devient alors plausible. Elle postule des influences réciproques entre le neurobiologique et les processus sociaux, ceux-ci s’incarnant dans celui-là et vice-versa 13.

  • 14 « Le recyclage neuronal est une reconversion : il transforme une fonction qui, autrefois, avait son (...)

57En ce qui regarde le langage, les espoirs de lui attribuer une aire précise dans le cerveau ont été largement déçus. On pouvait s’y attendre, car les langages symboliques s’élèvent sur une base sensorimotrice déjà traitée par des codes neuraux antérieurs : discriminer des sons, entendre, écouter, exprimer des suites signifiantes de sons, voir, différencier des postures, des expressions et des gestes, donner à voir des émotions et des attitudes, toucher et être touché, différencier des formes, des matériaux, des textures, des espaces, etc. Économie d’espace oblige, le cerveau ne recommence pas tout à zéro. Au contraire, il a tendance à mobiliser les structures antérieures déjà disponibles à des fins nouvelles supérieures 14. Plus d’une vingtaine d’aires sont concernées par les réseaux des langages symboliques, dont les bien connues aires de Broca (expression phonique) et de Wernicke (représentations linguistiques). Cette topologie, tributaire d’outils de recherche qui commencent à dater, devrait être bientôt dépassée au profit d’une identification plus précise des réseaux et des codes neuraux concernés.

  • 15 Certains font l’hypothèse que l’apprentissage d’une langue repose sur notre capacité d’apprentissag (...)
  • 16 Après avoir rappelé que « la masse du cerveau humain adulte est environ cinq fois plus importante q (...)

58D’autres données en provenance de la psychologie permettent de cerner d’un peu plus près la construction du cerveau linguistique. L’ensemble des langues connues de la Terre, approximativement 6 000, utilisent environ 800 phonèmes différents. Apparemment, il n’existe aucun pré-câblage favorisant la perception ou l’expression de telle ou telle gamme de sons. Les bébés commencent à apprendre une langue en détectant des fréquences de sons (voyelles d’abord, consonnes ensuite) et d’associations de sons (mots, suite de mots) (Le Calvez, Pepperkamp & Dupoux, 2007 ; Kuhl, 2014). Ils apprennent des régularités et leur envers, celui des figures plus ou moins exceptionnelles 15. Cette entrée dans la langue par des détections de fréquences est en accord avec le fonctionnement des codes neuraux qui, dès les premiers jours, enregistrent des régularités/irrégularités de toutes sortes (Rochat, 2006). Au lieu de pré-câblage ou de modules prédéfinis, les réseaux neuronaux se constituent en même temps que la langue s’acquiert. L’apprentissage et la pratique de la lecture mène aussi à des « changements structuraux de connectivité cérébrale » (Kolinsky et al., 2014, p. 178). Il y a bien câblage durable en construction, mais en étroite connexion avec l’apprentissage et les interactions verbales qui lui servent de creuset 16. Si le contexte est déficitaire, le cerveau linguistique le sera aussi très probablement. Joëlle Proust généralise : « La différenciation entre des cultures implique aussi une différenciation des cerveaux » (Proust, 2011, p. 17).

59D’une façon générale, les conceptions modulaires du cerveau sont en repli, au profit de réseaux neuronaux interactifs d’une plus grande plasticité (Trachtenberg, 2002). Par exemple, l’ablation d’une zone de Broca qui a été lentement envahie par un gliome n’affecte pas nécessairement les fonctions linguistiques, celles-ci ayant eu le temps de reconstituer des réseaux neuronaux alternatifs. Hugues Duffau remet même en question les croyances dans les fonctions de cette zone (Duffau, 2016). Un autre exemple du recul des conceptions modulaires est offert par la progressive transformation de la thèse initiale de Noam Chomsky, qui octroie de plus en plus de place aux outils cognitifs généraux auxquels l’enfant recourt dans son apprentissage de la langue (Tomasello, 2003 ; Ghalebi & Sadighi, 2015).

  • 17 L’idée de réseaux neuronaux en construction et déconstruction permanentes entre en résonance avec l (...)

60Les neurosciences sociales portent leur attention sur des dimensions très générales des rapports sociaux, donc supposément très anciennes, dans l’espoir d’en détecter des traces évidentes dans le cerveau social : l’appartenance et l’exclusion, la domination et la soumission, le conflit et la coopération, l’égoïsme et l’altruisme, etc. Comme cela a été signalé plus haut, le symbolique multiplie les subdivisions intra-espèces. Presque tout chez les humains peut servir de drapeau de ralliement et d’exclusion, de domination et de soumission, etc. : la langue, le sexe, la façon de parler, les croyances, l’habillement, la richesse, le bagage culturel, les régimes politiques, la couleur de la peau, les familles, les clans, les ordres, les classes... Faut-il rapporter cette tendance manifeste à des attentes cognitives pré-câblées plus fondamentales, soutenant des formes primitives de relations (Kaufmann & Cordonnier, 2011) ? Faut-il au contraire faire une plus grande place au recyclage neuronal ? Faut-il aussi rapporter cette luxuriance aux propriétés du symbolique et envisager leur incorporation par apprentissage selon des modalités analogues à celles applicables au langage ? C’est-à-dire moins en termes de pré-câblage que de câblages construits en lien avec la socialisation, avec un cerveau social qui reprend constamment les réseaux antérieurs, notamment en termes de force et de ruse sensorimotrices, pour les ouvrir à de nouveaux possibles relationnels, au fur et à mesure du développement (Grossi, 2017) 17.

Codes ingénieurs et intelligence informatique

61Avec l’écriture, au-delà de la peinture, de la sculpture et plus généralement de tout objet artéfactuel, les mémoires orales individuelles et collectives trouvent un support externalisé matériel stable. Les codes d’écriture sont une extension de l’externalisation socioculturelle. Simultanément, ils ouvrent une nouvelle fenêtre de l’histoire, dans laquelle viennent s’inscrire aujourd’hui les algorithmes ingénieurs, qui externalisent nos capacités cognitives. D’un point à l’autre, le parcours est long et il faut faire ici l’économie de son exposition. Disons pour faire court que l’écriture, mises à part ses contributions à la constitution de grands ensembles politiques et donc d’une division accrue du travail et des incorporations corrélatives, a constitué un outil de métaréflexion incomparable sur les langues courantes, sur leurs imprécisions, leur polysémie, leur sensibilité aux contextes, etc. Créer des langages affranchis de ces contingences ordinaires, afin d’aboutir à des raisonnements et des calculs débouchant sur des vérités plus stables, a suscité des efforts considérables, dont sont finalement issus la logique et les mathématiques. Certaines opérations mentales sont donc décrites, objectivées et formalisées. Puis, à partir de la pascaline (1645), vient la traduction en machines à calculer mécaniques.

  • 18 Le code ADN peut subsister dans un organisme mort. Il n’est alors rien d’autre qu’un polymère qui a (...)

62L’invention des ordinateurs s’inscrit dans cette tendance à l’externalisation des opérations mentales et de leurs dérivés logico-mathématiques. Le livre peut décrire des procédures et des résultats, il n’exécute pas lui-même des additions, des multiplications, des mises en corrélations, etc. L’ordinateur applique au contraire un programme, c’est-à-dire un ensemble d’opérations, à des données formatées pour être compatibles avec le traitement attendu. Le processus de l’externalisation reçoit donc une nouvelle extension 18.

63Ici encore, ce sont des codes qui servent de leviers pour bousculer l’état des choses. Des codes à base binaire qui permettent de transcrire les lettres, les chiffres et les opérations logiques d’abord, puis par numérisation extensive, les couleurs, les sons, le temps, l’espace, etc.

  • 19 À noter qu’entre des robots en interaction dotés d’algorithmes génétiques, le mensonge apparaît. Ce (...)

64Les évolutions aujourd’hui les plus intéressantes se produisent du côté de la robotique évolutionniste et du deep learning (Fuchs & Reichert, 2018). On s’efforce d’augmenter la part de l’auto-apprentissage dans les machines informatiques (groupe de robots fonctionnant en coopération pour parvenir à une procédure de recherche optimale, apprentissage à partir de big data pour dégager des régularités, auto-renforcement, etc.). Des programmes ouverts autorisent des interactions dynamiques avec l’extérieur. Cette nouvelle étape de l’intelligence informatico-scientifique étend encore un peu plus l’externalisation de nos fonctions cognitives et pose la question de l’autonomie des machines informatiques 19.

Incorporation/Externalisation

  • 20 L’externalisation des savoirs et des opérations mentales n’annule pas les processus d’incorporation (...)

65La figure du robot autonome est le fantasme d’une complète externalisation. Selon la perspective adoptée dans cet article, l’autonomie et ses degrés doivent être évalués à l’aune des organismes biologiques, capables d’auto-reproduction et d’auto-transformation, indépendamment de toute ingénierie externe. Les robots sont loin de cette complète et idéale autonomie. En multipliant la palette de leurs possibilités sensorielles et motrices (dispositifs multi-usages, trousse à outils à disposition, fabrication d’outils, fabrication de pièces pour autoréparation, recherche autonome des ressources énergétiques, etc.) et en introduisant des retours adaptatifs sur les algorithmes d’apprentissage eux-mêmes, on s’approchera un peu plus de l’autonomie du vivant. Les robots auto-construits, auto-répliquants et autonomes dans leurs buts et leurs moyens sont loin de voir le jour. L’ingénieur – dans le sens de compétence, non pas de diplôme – reste partout présent : c’est lui qui définit les capteurs sensoriels, les capacités motrices et les traitements informatiques. Les ressources qu’il mobilise proviennent de l’intelligence symbolique et de leur inévitable incorporation neuronale 20. L’appellation d’intelligence informatique doit donc être réservée au couple formé par l’ingénieur et la machine informatique et, plus extensivement, aux ingénieurs et aux systèmes informatiques interconnectés.

  • 21 Le test de Turing et la réponse pertinente de Searle (expérience de pensée de la chambre chinoise) (...)

66L’externalisation n’est pas un processus que l’on peut penser uniquement en termes de machine et de programmes logico-mathématiques. Mettre le versant humain entre parenthèses conduit à une approche incomplète. L’ordinateur ne sait pas ce qu’il fait 21. Seuls ceux qui l’ont programmé le savent. La machine manipule des bits, l’ingénieur mobilise des connaissances, une division des tâches admirable d’efficacité. L’intelligence informatique, de la même manière que les intelligences précédentes, se constitue en constituant le monde (Zarsky, 2016). C’est bien ce couple évolutif d’hétéronomie et d’autonomie qui initie une ingénierie étendue du monde, en définissant les éléments à numériser et la façon de s’y prendre, en incorporant aussi dans ces processus « des habitudes, des désirs, des compétences et des valeurs » (Jaton, 2017, 811).

67Si on se place dans la perspective adoptée dans cet article, on peut dire aussi que les ordinateurs représentent, par notre entremise, une seconde domestication de l’information physique par le vivant. De la même manière que les organismes vivants ont subordonné les lois de la physique aux nécessités de leurs propres codes et principes de fonctionnement, nous avons une seconde fois subordonné les lois de la physique aux nécessités de fonctionnement de machines qui s’activent selon des programmes dus à notre inventivité. Avec un grand avantage : on peut changer les supports, les machines et les logiciels selon un tempo accéléré, à un rythme endiablé si on en croit les dernières décennies. Les codes ingénieurs, ancrés en physique, donc sur un plan qui sert de soubassement aux mondes vivant et symbolique, sont en train d’opérer un retour aux effets incalculables sur tout ce qui dépend des codes naturels. C’est une des raisons qui poussent à croire que nous abordons une seconde grande spire de l’évolution.

Retour sur les échelons antérieurs

68On comprend mieux l’externalisation informatique si on replace l’ordinateur et ses réseaux mondiaux dans l’histoire des techniques. Celles-ci opèrent comme des médiations de l’auto-construction sociale et bouleversent notamment la division du travail. Les outils à la fois étendent nos capacités sensorimotrices et symboliques et orientent les apprentissages (externalisation de degré 1). Les machines intègrent certains outils et tours de main de l’artisan et déplacent l’effort vers l’entretien et la conception de nouvelles machines (degré 2). Les ordinateurs poussent l’externalisation à un niveau supérieur, en prenant en charge de larges pans d’activités des entreprises : fabrication, contrôle des produits, autocorrection, gestion administrative, inventaires, classements, etc. (degré 3). Au-delà, ils ouvrent la porte à des interventions massives sur les intelligences génomiques et sensorimotrices. Il faut noter que dans ce dernier cas le schéma classique de la technique comme prolongement du corps se renverse : ce sont tous les corps vivants qui deviennent potentiellement des prolongements de la technique (degré 4).

69Les impacts informatiques sur les activités socio-symboliques font l’objet de recherches et de commentaires constants. Il est impossible d’en rendre compte dans le cadre de cet article. Le lecteur m’accordera volontiers qu’après quelques décennies l’intelligence informatique a déjà pénétré largement dans l’économie, la politique, l’administration, la recherche, la culture, la religion, la guerre, etc., et que nous ne sommes qu’au début d’un long processus (Jauréguiberry & Proulx, 2011 ; Lévy, 2011 ; Meyer & Schroeder, 2015). Avec les réseaux sociaux, les algorithmes donnent à nos échanges des formes jusqu’ici inconnues, déplacent les frontières privé/public, formatent les messages, induisent des flux tendus d’information, modifient le tempo de nos relations, accordent à la réalité virtuelle une place accrue, renforcent la dimension collective de l’intelligence, etc.

70Les impacts sur les intelligences génomiques et sensorimotrices sont eux aussi conséquents. Ils passent par l’articulation entre la puissance informatique et les découvertes en biologie et en neurosciences. On peut parler d’intelligence informatico-scientifique, les techniques d’investigation, de traitement des données et d’intervention sur le vivant intégrant en quasi totalité l’outil informatique.

71Les manipulations génétiques, facilitées du fait que l’ADN est propre à tout le vivant, sont devenues une routine. La récente technique de découpage des gènes CRISPR/Cas9 augmente considérablement la précision et réduit les tâtonnements. Craig Venter, en oubliant délibérément la dimension écologique du vivant, proclame à qui veut l’entendre que la vie est un jeu en termes de 0 et de 1. Avec une machine guidée par un algorithme, il est parvenu à synthétiser un ADN et à le substituer ensuite à celui d’une bactérie (Venter, 2014). Avec l’aide de nouveaux logiciels et de modèles mathématiques du fonctionnement cellulaire, la biologie de synthèse s’éloigne des bricolages initiaux et prend la direction d’une véritable ingénierie du vivant, avec par exemple la recherche d’un ADN minimaliste pour une bactérie, la recherche d’un acide nucléique alternatif à l’ADN, la biosynthèse à moindre coût de multiples molécules, etc. (Hutchison III, 2016 ; Malyshev, 2014).

72L’automatisation du séquençage des génomes met à la disposition des biologistes un outil incomparable pour revisiter l’histoire du vivant et pour étudier les variations innombrables de l’ADN au sein des espèces. Une des applications possibles concerne l’individualisation de la médecine. De façon un peu plus tonitruante, George Church, avec son Human Genome Project-Write, envisage de réécrire en dix ans la totalité du génome humain. Le projet ne se limite plus à des bébés à la carte. Il vise la création d’une espèce humaine nouvelle, une frontière qu’actuellement seule une minorité envisage de franchir.

73Dès que les codes neuraux auront livré leurs secrets, les neurologues seront en mesure d’installer des interfaces efficaces, pour lire les activités neuronales, pour les activer, les modifier, les connecter directement à des mémoires externes, etc. Les brainreaders augmentent en précision ; il est déjà possible de faire marcher un paraplégique en interprétant au moyen d’un logiciel les ondes de ses neurones moteurs et en transmettant les signaux adéquats aux muscles de ses jambes.

74L’optogénétique a frayé la voie à des découvertes qui entrouvrent la porte à des interventions délibérées sur le renforcement et l’effacement des souvenirs. Cette technique, qui permet d’activer ou d’inactiver un réseau neuronal associé à un souvenir, a permis de préciser les mécanismes de la mémorisation, comme le partage de neurones communs à plusieurs souvenirs et la ségrégation neuronale des souvenirs. Les neurologues sont parvenus à inactiver et à réactiver un souvenir chez des souris (Nabavi et al., 2014), à créer de faux souvenirs, aussi efficaces que les vrais, c’est-à-dire avec les mêmes conséquences comportementales (Ramirez et al., 2013), à faire et à défaire un lien entre deux souvenirs antérieurement distincts (Ohkawa et al., 2015 ; Cai et al., 2016).

75La perspective d’une ingénierie du souvenir et de l’oubli appliquée aux humains se dessine déjà, avant même que les mécanismes de la mémoire aient tous été inventoriés. La neuroscience débouchera en ce cas sur une perspective d’auto-construction de soi et des autres, à des fins d’abord thérapeutiques bien sûr et ensuite à d’autres fins plus troublantes, comme accéder aux souvenirs d’autrui, les modifier, supprimer certaines croyances, etc. Mené à son terme, le processus de rapprochement entre le in silico et le in vivo, permettra de court-circuiter les organes perceptifs incorporés (introduire directement des images, du son, etc., donc des mondes virtuels aussi puissants que les mondes réels), d’aboutir à des prothèses sensorielles plus efficaces que nos propres organes, de lire directement les activités neuronales, de les traduire pour activer des machines externes (exosquelette, ordinateur, etc.). Ceci n’est plus qu’à moitié de la science-fiction.

  • 22 L’informatique se rapproche de la biologie, avec les réseaux de neurones artificiels, les systèmes (...)

76C’est ici que se boucle le cercle ou plutôt la spire qui démarre avec l’ADN comme première intelligence incorporée jusqu’à son début d’articulation avec l’intelligence artificielle. On ne sait pas où mènera la seconde spire, mais elle sera sans doute placée sous le signe de codes interfaces entre les codes naturels et les codes artificiels, des codes janus facilitant les échanges et les transformations réciproques. Certaines convergences récentes entre les logiciels informatiques et les processus biologiques préfigurent une telle évolution 22.

Conclusions

77Proposer une piste de réflexion pour appréhender le tournant historique actuel a été la motivation première de cet article. Les types d’intelligence retenus sont très schématiquement décrits, leurs formes intermédiaires sont négligées, leurs articulations à peine ébauchées, ce qui expose le texte à de nombreuses critiques possibles. Ces limites ne devraient pas idéalement occulter l’objectif central du propos. La démarche empruntée entrelace trois fils rouges : les codes et les intelligences qu’ils autorisent, les différents rapports entre incorporation et externalisation des processus intelligents et les effets en retour des intelligences émergentes sur les précédentes.

78Les codes du vivant sont reliés à des phénomènes d’émergence. L’intelligence génomique a pu se déployer grâce au code ADN et à l’instabilité marginale du génome. L’intelligence sensorimotrice des multicellulaires est directement dépendante du traitement neuronal codé des expériences biographiques. L’intelligence symbolique s’appuie sur des codes phonologiques, graphiques et plus largement sémiotiques. Enfin, l’intelligence informatique recourt à des machines de traitement de l’information programmables grâce à différents langages codés. En bref, les codes du vivant sont des opérateurs de complexité.

79Ces logiques épistémiques différentes, imbriquées les unes dans les autres, restent toutes reliées au corps vivant, avec toutefois une tendance à l’externalisation, faible au niveau sensorimoteur, massive au niveau symbolique, intégrée dans des machines opérationnelles au niveau informatique. Chaque moment d’externalisation confère une capacité de retour sur les niveaux précédents. Les cyanobactéries initiales ont modifié l’atmosphère et ouvert la voie à d’autres types de métabolismes. L’intelligence sensorimotrice a orienté l’évolution des génomes et favorisé l’émergence d’une multitude de végétaux et d’animaux qui ont profondément modifié la surface de la Terre. La révolution symbolique a débouché sur la pluralité et l’hétérogénéité des cultures, tout en rétroagissant sur nos capacités neurobiologiques. Enfin, la médiation informatico-scientifique débouche sur la possibilité de redéfinir les codes incorporés antérieurs et d’induire une large automaticité dans la transformation du non-vivant.

80Au point de départ, le vivant a domestiqué certaines propriétés de la nature physico-chimique à ses propres fins. Au terminus d’un processus d’externalisation, qui est aussi un nouveau point de départ, l’ingénieur asservit lui aussi certaines propriétés informationnelles de la matière, ce qui lui permet, en confiant à des machines des opérations intelligentes adéquates, d’intervenir sur les façons dont le vivant domestique les lois de la nature.

81Les ontologies de la nature intangible et transcendante se transforment sous nos yeux en ingénieries du retour délibéré sur nos propres bases. Le vivant et le non-vivant participent dès lors directement du politique, du culturel et de l’art. Les corps vivants deviennent prolongement de la technique et des enjeux économico-politiques (Lafontaine, 2008, 2014 ; Le Dévédec, 2015 ; Turner & Knoepfler, 2016). L’opposition entre nature et culture s’effrite, bousculant nos représentations et interpellant la division scientifique du travail.

82L’ensemble de nos savoirs est concerné. La prise de conscience de l’ébranlement est générale en sciences sociales comme en sciences de la nature, en termes principalement d’écologie et de développement durable (Blanc, Demeulenaere & Feuerhahn, 2017). Le retour du vivant sur lui-même modifie la forme générale des représentations du savoir, de la ligne droite du progrès vers des boucles rétroactives et inclusives. Des dizaines de revues, surtout anglophones, témoignent de l’immense effort qui est maintenant consenti pour penser les écosystèmes dans leur complexité interdisciplinaire. Les définitions de la société et des humains changent d’épaisseur en incluant les liens avec l’environnement physique et l’univers biologique.

83La société qui s’en vient est une société de l’action délibérée sur les différents niveaux d’intelligence, action plus ou moins consciente de ses effets. On peut parler de société trans-épistémique, qui recourt aux OGM et à la biologie synthétique, qui gère les processus d’incorporation, qui redistribue les rapports entre les opérations et les mémoires incorporées et externalisées, qui perfectionne et généralise les interfaces entre le in vivo et le in silico.

84Les lourdes frontières entre les humains dotés d’une âme, d’un esprit ou d’une conscience et les autres vivants relégués à l’état de mécanismes biologiques se dissolvent peu à peu. Nous ne descendons pas seulement du singe : nous partageons des processus épistémiques avec les plus élémentaires cellules du vivant. L’épistémologie, telle que les diverses sciences la pratiquent, ne pourra pas se soustraire à cette évidence. Par exemple, nous ne sommes pas les seuls à construire des notions d’espace, de temps, de nombre et d’identité : les intelligences de la fourmi, de l’abeille, de l’oiseau et de la souris sont sur ces créneaux depuis longtemps. Il faudra bien un jour, en collaboration avec les éthologues et les neurosciences, se mettre à construire une épistémologie du vivant, dont les humains seront une branche avec ses caractères propres.

85La bio-neuro-économie, qui pour l’instant – avec les géants de la médiation informatique – s’impose comme un acteur essentiel de la redéfinition des rapports entre les types d’intelligence de la planète, est une économie de la connaissance en un double sens : au sens de maîtrise d’une ingénierie neurobiologique et au sens d’intervention avec des logiques de marché dans les processus de connaissances et d’interconnaissances végétales et animales. L’Anthropocène (Bonneuil & Fressoz, 2013) se présente tendanciellement comme un Capitalocène qui doit compter avec diverses régulations et luttes écologiques, des régulations qui visent surtout à protéger les humains...

86Les impacts de la médiation informatico-scientifique attirent l’attention de nombreux sociologues, surtout en ce qui concerne les effets en retour du numérique sur le symbolique. La réflexion s’étend aussi au-delà, dans nos enracinements plus profonds. Il est devenu impossible de réfléchir nos rapports à la « nature » sans évoquer les pesticides, les OGM et l’alimentation. Penser l’espace exige de penser climat et énergie, diffusion et extinction des espèces, migrations des êtres vivants, impact du global sur le local. Appréhender le temps ne peut plus faire abstraction des diverses temporalités épistémiques du vivant et du non-vivant. Soigner, enquêter, surveiller font maintenant appel à nos identités génomiques et bientôt neuronales. Penser notre fonctionnement sans nos rapports avec les animaux – et notamment avec les cent mille milliards de bactéries avec lesquelles chacun de nous vit en symbiose plus ou moins heureuse – devient problématique. Les stratégies éducatives commencent à prendre en compte la génomique et les neurosciences de l’apprentissage. Les sociologies du politique, de l’économique, du religieux, de l’imaginaire, des connaissances, des croyances, des inégalités, des mouvements sociaux, etc. sont inévitablement interpellées.

87Les articulations situées entre humains et non-humains proposées par Bruno Latour ont remplacé avantageusement le binôme trop statique entre culture et nature et elles ont donné lieu à d’intéressantes recherches. Elles comportent toutefois le défaut, progressivement reconnu par son auteur (Akrich, Callon & Latour, 2006 ; Charbonnier, Latour & Morizot 2017), d’occulter la distinction entre vivants et non-vivants. Elles ont aussi l’inconvénient de maintenir les humains au centre des préoccupations. À l’heure du retour sur les fondements et les conditions d’existence du vivant, il est important de procéder à une décentration plus poussée des regards, d’une part en contrastant porteurs d’informations (non-vivants) et créateurs de connaissances (vivants) et d’autre part en distinguant les étagements de l’intelligence.

88Car retours délibérés ne signifient pas nécessairement retours éclairés. Il y a une distance souvent difficile à franchir entre la modification d’un polymère de nucléotides (l’ADN) et la connaissance de ses conséquences métaboliques et surtout écologiques. La biosphère consistant en un équilibre dynamique des intelligences différentielles du vivant et du non-vivant, il est vital de bien évaluer les effets de nos interventions à ces différents niveaux.

89L’évaluation des risques encourus dans notre société trans-épistémique est au cœur des postures normatives et de leurs justifications, qu’elles penchent pour la condamnation absolue, l’acceptation conditionnelle ou l’enchantement utopique du retour sur nos propres fondements. Si on se donne pour objectif d’agir en interconnaissance de cause, il faut subordonner les applications de la démarche universaliste des sciences aux exigences largement contingentes et singulières du déploiement étagé de nos intelligences.

Haut de page

Bibliographie

Akrich M., Callon M. & B. Latour (2006), Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris, Presses de l’École des Mines.

Andics A. et al. (2016), « Neural Mechanisms for Lexical Processing in Dogs », Science, vol. 353, n° 6303, pp. 1030-1032.

Bailly F. & G. Longo (2006), Mathématiques et sciences de la nature. La singularité physique du vivant, Paris, Éditions Hermann.

Becker H. (2009), Comment parler de la société, Paris, Éditions La Découverte.

Bickerton D. (1990), Language and Species, Chicago, University of Chicago Press.

Blanc G., Demeulenaere E. & W. Feuerhahn (dir.) (2017), Humanités environnementales. Enquêtes et contre-enquêtes, Paris, Publications de la Sorbonne.

Boesch C. (2012), Wild Cultures: A Comparison between Chimpanzee and Human Cultures, Cambridge, Cambridge University Press.

Bonneuil C. & J.-B. Fressoz (2013), L’Événement anthropocène. La terre, l’histoire et nous, Paris, Éditions du Seuil.

Brillouin B. (1959), La Science et la théorie de l’information, Paris, Éditions Masson.

Bruder J. (2017), « Infrastructural Intelligence: Contemporary Entanglements between Neuroscience and AI », Progress in Brain Research, n° 233, pp. 101-128.

Cai D. J. et al. (2016), « A Shared Neural Ensemble Links Distinct Contextual Memories Encoded Close in Time », Nature, n° 534, pp. 115-118.

Cefaï D. (2003), L’Enquête de terrain, Paris, Éditions La Découverte.

Changeux J.-P. (2009), « Conférence introductive de J.-P. Changeux », La lettre du Collège de France, n° 27, [En ligne] mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 09 avril 2017, URL : http://lettre-cdf.revues.org/101.

Chang L. & D. Y. Tsao (2017), « The Code for Facial Identity in the Primate Brain », Cell, vol. 169, n° 6, pp. 1013-1028 [En ligne] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28575666 ; doi: 10.1016/j.cell.2017.05.011.

Chapouthier G. (2001), L’Homme, ce singe en mosaïque, Paris, Éditions Odile Jacob.

Chapouthier G. (2013), « Information, structure et forme dans la pensée de Raymond Ruyer », Revue philosophique de la France et de l'étranger, vol. 138, n° 1, pp. 21-28.

Charbonnier P., Latour B. & B. Morizot (2017), « Redécouvrir la terre », Tracés, n° 33, pp. 227-252.

Damasio A. R. (2016), « We Must Not Accept an Algorithmic Account of Human Life », New Perspectives Quaterly, vol. 33, n° 3, pp. 59-62.

De Waal F. (2005), Animal Social Complexity: Intelligence, Culture, and Individualized Societies, Cambridge, Harvard University Press.

Dehaene S. (2007), Les Neurones de la lecture, Paris, Éditions Odile Jacob.

Dehaene S. (2014), « Psychologie cognitive expérimentale. Le bébé statisticien », L’annuaire du Collège de France, n° 113 [En ligne], mis en ligne le 15 août 2014, consulté le 26 octobre 2016, URL : http://annuairecdf.revues.org/2464 ; DOI : 10.4000/annuaire-cdf.2464.

Dehaene S. (2015), « Une science de la conscience, entretien recueilli par F. Euvé s.j. », Études, n° 12, pp. 41-52.

Delahaye J.-P. (2017), « Le vivant, plus fort que l’électronique », Pour la Science, n° 473, pp. 78-83.

Dortier J.-F. (2004), L'Homme, cet étrange animal. Aux origines de la pensée, du langage et de la culture, Auxerre, Éditions Sciences Humaines.

Duffau H. (2016), L’Erreur de Broca : exploration d’un cerveau éveillé, Neuilly-sur-Seine, Éditions M. Lafon.

Erö C., Gewaltig M. O., Keller D. & H. Markram (2018), « A Cell Atlas for the Mouse Brain », Frontiers in Neuroinformatics, vol. 12, art. 84.

Floreano D. et al. (2007), « Evolutionary Conditions for the Emergence of Communication in Robots », Current Biology, n° 17, pp. 514-519.

Fuchs M. & R. Reichert (2018), « Rethinking AI. Neural Networks, Biometrics and the New Artificial Intelligence », Digital Culture & Society, vol. 4, n° 1, pp. 5-17.

Garfinkel H. (1967), Studies in Ethnomethodology, Englewood Cliffs (NJ), Prentice-Hall Publishing.

Ghalebi R. & F. Sadighi (2015), « The Used-Based Theory of Language acquisition: A Review of Major Issues », Journal of Applied Linguistics and Language Research, vol. 2, n° 6, pp. 190-195.

Gonzalez-Martinez E. (2017), « Passing-by "Ça va" Checks in Clinic Corridors », Semiotica, n° 215, pp. 1-42.

Grossetti M. (2006), « Trois échelles d’action et d’analyse. L’abstraction comme opérateur d’échelle », L’Année Sociologique, vol. 56, n° 2, pp. 285-307.

Grossi G. (2017), « Hardwiring: Innateness in the Age of the Brain », Biology and Philosophy, vol. 32, n° 6, pp. 1047-1082.

Hutchison III C. A. et al. (2016), « Design and Synthesis of a Minima Bacteria Genome », Science, vol. 351, n° 6280, p. 1414.

Jaton F. (2017), « We Get the Algorithms of our Ground Truths: Designing Referential Databases in Digital Image Processing », Social Studies of Science, vol. 47, n° 6, pp. 811-840.

Jauréguiberry F. & S. Proulx (2011), Usagers et enjeux des technologies de communication, Toulouse, Éditions Érès.

Kaufmann L. & L. Cordonnier (2011), « Vers un naturalisme social », SociologieS, [En ligne] http://sociologies.revues.org/3595 .

Kolinsky R. et al. (2014), « L'influence de l'apprentissage du langage écrit sur les aires du langage », Revue de neuropsychologie, vol. 6, n° 3, pp. 173-181.

Kuhl P. (2014), « Early Language Learning and the Social Brain », Symposium de biologie quantitative de Cold Spring Harbor, vol. 79, pp. 211-220.

Lafontaine C. (2008), La Société postmortelle. La mort, l’individu et le lien social à l’ère des technosciences, Paris, Éditions du Seuil.

Lafontaine C. (2014), Le Corps-marché. La marchandisation de la vie humaine à l'ère de la bioéconomie, Paris, Éditions du Seuil.

Lahire B. (1996), « La variation des contextes dans les sciences sociales. Remarques épistémologiques », Annales. Histoire. Sciences Sociales, 51ème année, n° 2, pp. 381-407.

Laland K. et al. (2014), « Does Evolutionary Theory Need a Rethink? », Nature, vol. 514, n° 7521, pp. 161-164.

Le Calvez R., Peperkamp S. & E. Dupoux (2007), « Apprentissage “bottom-up” des phonèmes : une étude computationnelle », Mathematics and Social Sciences, vol. 180, n° 4, pp. 99-111.

Le Dévédec N. (2015), La Société de l’amélioration, Montréal, Éditions Liber.

Lévy P. (2011), La Sphère sémantique 1. Computation, cognition, économie de l’information, Paris, Éditions Hermès-Lavoisier.

Malyshev D. A. et al. (2014), « A Semi-synthetic Organism with an Expanded Genetic Alphabet », Nature, n° 509, pp. 385-388. Doi:10.1038/nature13314.

Meyer E. T. & R. Schroeder (2015), Knowledge Machines: Digital Transformations of the Sciences and Humanities, Cambridge, Mass., MIT Press.

Moser E. I. et al. (2014), « Grid Cells and Cortical Representation », Nature Reviews Neuroscience, vol. 15, n° 7, pp. 466-481.

Muday G. K. & Brown-Harding H. (2018), « Nervous System-Like Signaling in Plant Defense », Science, vol. 361, n° 6407, pp. 1068-1069.

Mullan Harris K. & K. M. Schorpp (2018), « Integrating Biomarkers in Social Stratification and Health Research », Annual Review of Sociology, vol. 44, pp. 361-386.

Nabavi S. et al. (2014), « Engineering a Memory with LTD and LTP », Nature, vol. 511, n° 7509, pp. 348-352.

O'connor T. & Wong H. Y. (2015), « Emergent Properties », The Stanford Encyclopedia of Philosophy, 2015 (URL : http://plato.stanford.edu/archives/sum2015/entries/properties-emergent/).

Ohkawa N. et al. (2015), « Artificial Association of Pre-stored Information to Generate a Qualitatively New Memory », Cell Reports, vol. 11, n° 2, pp. 261-269.

Petitat A. (1995), Secret et formes sociales, Paris, Presses universitaires de France.

Petitat A. (2006), « Fiction, pluralité des mondes et interprétation », A Contrario, vol. 4, n° 2, pp. 85-107.

Petitat A. (2010), La Pluralité interprétative, Paris, Éditions L’Harmattan.

Petitot J. (1985), Morphogenèse du sens, Paris, Presses universitaires de France.

Piaget J. (1967), Biologie et connaissance : essai sur les relations entre les régulations organiques et les processus cognitifs, Paris, Éditions Gallimard.

Prigogine I. & I. Stengers (1978), La Nouvelle alliance, Paris, Éditions Gallimard.

Proust J. (2011), « Entretien avec Joëlle Proust », Cahiers philosophiques, vol. 127, n° 4, pp. 7-21.

Ramirez S. et al. (2013), « Creating a False Memory in the Hippocampus », Science, vol. 341, n° 6144, pp. 387-391.

Rashevsky N. (1954), « Topology and Life: In Search of General Mathematical Principles in Biology and Sociology », Bulletin of Mathematical Biophysics, n° 16, pp. 317-348.

Rochat P. (2006), Le Monde des bébés, Paris, Éditions Odile Jacob.

Shannon C. E. (1948), « A Mathematical Theory of Communication », Bell System Technical Journal, vol. 27, n° 3, pp. 379-423.

Ternaux J.-P. & F. Clarac (2012), Le Bestiaire cérébral, Paris, CNRS Éditions.

Tomasello M. (2003), Constructing a Language: A Usage-Based Theory of Language Acquisition, Cambridge, MA, Harvard University Press.

Trachtenberg J. T. et al. (2002), « Long Term in vivo Imaging of Experience-dependent Synaptic Plasticity in Adult Cortex », Nature, vol. 420, n° 6917, pp. 788-794.

Turner L. & P. Knoepfler (2016), « Selling Stem Cells in the USA: Assessing the Direct-to-Consumer Industry », Cell Stem Cell, vol. 19, n° 2, pp. 154-157.

Varela F. et al. (1993), L’Inscription corporelle de l'esprit, Paris, Éditions du Seuil.

Varenne F. (2013), « Théorie mathématique des catégories en biologie et notion d’équivalence naturelle chez Robert Rosen », Revue d’histoire des sciences, vol. 66, n° 1, pp. 167-197.

Venter J.-C. (2014), Le Vivant sur mesure : de la double hélice à l’aube de la vie numérique, Paris, Éditions Jean-Claude Lattès.

Zarsky T. (2016), « The Trouble with Algorithmic Decisions: An Analytic Road Map to Examine Effi-ciency and Fairness in Automated and Opaque Decision Making », Science, Technology & Human Values, vol. 41, n° 1, pp. 118-132.

Haut de page

Notes

1 Je tiens à remercier les collègues qui ont fait une lecture critique de cet article et m’ont fait bénéficier de leurs remarques : Dario Ciprut (IBM), Ruth Dürrer (Université de Genève), Fiorenza Gamba (Université de Genève), Esther Gonzalez-Martinez (Université de Fribourg), Michel Grossetti (Université de Toulouse 2 Jean-Jaurès), Laurent Keller (Université de Lausanne), Bernard Lachal (Université de Genève), Céline Lafontaine (Université de Montréal) et Irene Zampieron (Université de Lausanne).

2 Le projet ENCODE (Encyclopedia of DNA Elements), qui a fait suite en 2003 au Projet sur le génome humain, vise à décrypter les dimensions fonctionnelles de l’ADN. Il s’est avéré depuis qu’une bonne part de ce que l’on a appelé le junk DNA (les 98,5% du génome qui ne contrôlent pas directement la fabrication des protéines), était en grande majorité concernée par le contrôle de l’expression des gènes codant les protéines.

3 Alors qu’en physique il est question de quatre interactions fondamentales et de leur unification au sein d’une théorie mathématique unique, les biomathématiques se réduisent pour l’essentiel à des modélisations de phénomènes plus ou moins limités. Notons la tentative non aboutie de Nicolas Rashevsky (1954), qui s’appuie sur la théorie des graphes (Varenne, 2013).

4 Si la mutation affecte un gène dit homéotique, qui contrôle l’expression de centaines ou de milliers d’autres, un saut évolutif peut en résulter.

5 Sur la diversité des échelles et des temporalités, voir Michel Grossetti (2006) et Bernard Lahire (1996).

6 Je fais ici l’économie de l’exposé des systèmes dissipatifs et chaotiques, qui rapprochent physique et biologie (Prigogine & Stengers, 1978 ; Petitot, 1985 ; Bailly & Longo, 2006). Je laisse aussi de côté les diverses hypothèses sur l’émergence de la vie.

7 On estime que le cerveau humain compte environ 90 milliards de neurones, répartis en plus de 200 types distincts. Le ver Caenorhabditis elegans n’en possède que 302 (sur un total de 959 cellules).

8 Le présent texte assume l’idée de niveaux de réalité distincts avec des propriétés distinctes, mais sans prétendre trancher sur ce qu’il faut attribuer à notre ignorance ou à la nature des choses. Sur le concept d’émergence, voir l’article bilan de Timothy O'Connor et Hong Yu Wong (2015).

9 Par exemple, on se demande pourquoi la souris et l’homme ont des cerveaux si différents, alors qu’il y a tant de proximité entre le nombre et les séquences de leurs gènes ? Comment de petites différences induisent-elles de si grandes conséquences ? Cette non-linéarité est encore un mystère.

10 La domestication du loup remonte à environ 30 000 ans. Il se peut que les surprenantes capacités « linguistiques » des chiens actuels doivent beaucoup à cette histoire particulière.

11 « Ainsi, les chimpanzés de trois populations distinctes produisent du son en déchirant des feuilles dans trois contextes différents, le bruit ayant à chaque fois une signification particulière. À Mahale, en Tanzanie, les mâles l'utilisent pour attirer des femelles. À Bossou, le déchirement d'une feuille est une invitation à jouer. Enfin, à Taï, les mâles annoncent de la sorte une parade. Une même action sur une feuille, émettant un son, a donc trois significations différentes » (Boesch, 2015).

12 Les contextes culturels fournissent des cadres pour notamment nommer, interpréter et donner du sens aux expériences sensori-motrices de chacun. Ces cadres collectifs sont souvent plus pauvres que la finesse perceptive et échouent à en rendre complètement compte. Un décalage s’installe donc inévitablement entre les deux niveaux, qui s’exprime dans la musique, la danse et en général dans tous les raffinements sensoriels et moteurs.

13 Certains sociologues plaident en faveur du recours à des biomarqueurs, par exemple pour mettre en évidence des situations d’inégalité (Mullan Harris & Schorpp, 2018).

14 « Le recyclage neuronal est une reconversion : il transforme une fonction qui, autrefois, avait son utilité dans notre passé évolutif, en une fonction nouvelle plus utile dans le contexte culturel présent » (Dehaene, 2007, p. 200).

15 Certains font l’hypothèse que l’apprentissage d’une langue repose sur notre capacité d’apprentissage des régularités/irrégularités contextuelles par inférence bayésienne (Dehaene, 2014).

16 Après avoir rappelé que « la masse du cerveau humain adulte est environ cinq fois plus importante que celle du cerveau du nouveau-né », Jean-Pierre Changeux ajoute : « Chez l’homme, la phase d’évolution connexionnelle est une période de développement prolongé et d’apprentissage permanent où le jeune est en interaction étroite avec son environnement physique, social et culturel. Cette circonstance est sans doute décisive dans le développement prodigieux de la culture dans l’espèce humaine et dans le passage de l’hominisation à l’humanisation » (Changeux, 2009).

17 L’idée de réseaux neuronaux en construction et déconstruction permanentes entre en résonance avec les courants interactionnistes qui, en sciences sociales, insistent sur l’importance des contextes (Garfinkel, 1967 ; Becker, 2009 ; Cefaï, 2003).

18 Le code ADN peut subsister dans un organisme mort. Il n’est alors rien d’autre qu’un polymère qui a perdu toute fonction. Ce polymère étant très robuste, durable et compact, les ingénieurs pensent l’utiliser notamment pour le stockage à long terme de l’information.

19 À noter qu’entre des robots en interaction dotés d’algorithmes génétiques, le mensonge apparaît. Ce résultat a été obtenu par l’équipe de Laurent Keller à l’université de Lausanne (Floreano et al., 2007).

20 L’externalisation des savoirs et des opérations mentales n’annule pas les processus d’incorporation. La médiation informatico-scientifique ne peut pas se passer d’ingénieurs ni d’utilisateurs compétents (Varela, 1993 ; Damasio, 2016).

21 Le test de Turing et la réponse pertinente de Searle (expérience de pensée de la chambre chinoise) partagent un même défaut : ils se cantonnent au niveau sémantique. Ni l’un ni l’autre ne pose la question de l’intelligence dans toute la profondeur du vivant et de son autonomie autoconstructive.

22 L’informatique se rapproche de la biologie, avec les réseaux de neurones artificiels, les systèmes immunitaires artificiels, les algorithmes génétiques, les systèmes d’intelligence distribuée et enfin le stockage et le calcul avec des supports à base d’ADN (Bruder, 2017 ; Delahaye, 2017).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Petitat, « Codes et intelligences : externalisation, effets en retour et brouillage des frontières entre nature et culture », SociologieS [En ligne], Débats, Le naturalisme social, mis en ligne le 27 février 2019, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/9625

Haut de page

Auteur

André Petitat

Professeur, université de Lausanne (Suisse) - andre.petitat@unil.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page