Navigation – Plan du site
Pourquoi publier en langue française quand on est sociologue ?

Publier en langue française quand on est sociologue, tout sauf une évidence !

Publishing in French language when you are a social scientist, everythong except an evidence!
Marc-Henry Soulet

Entrées d’index

Mots-clés :

publier en français

Palabras claves :

publicar en francés
Haut de page

Texte intégral

1Ce dossier anniversaire des dix ans de SociologieS, dans la droite ligne de l’intention initiale de cette revue, s’est assigné un incommensurable défi : trouver de justes motifs pour publier en langue française quand on a eu pour vocation, ou pour inconscience, d’être sociologue. Il faut en effet rendre grâce aux initiateurs-trices de ce projet d’avoir pris à bras le corps cette question minée d’avance par le « sens de l’histoire » et de tenter, non de défendre, tel un village gaulois assiégé, le pré-carré d’Une sociologie par essence francophone, mais au contraire de chercher de bonnes raisons de s’investir dans une sociologie d’expression française.

2Ce dossier de SociologieS entend, en pleine résonance avec la présente mandature de l’Association internationale des sociologues de langue française, reprendre à nouveaux frais la question d’un espace francophone des sciences sociales sur la base duquel cette association a assis sa constitution. Il répond à la volonté expresse de s’attaquer à la signification de ce que faire de la sociologie en français peut signifier dans un univers scientifique et académique internationalisé et ce, non pas uniquement dans les pays canoniques de la francophonie que sont la France, le Canada, la Belgique et la Suisse, sans oublier bon nombre de pays africains, mais aussi dans des pays où l’usage de la langue française en sciences sociales n’est plus une évidence (Bulgarie, Roumanie, Italie, Portugal pour ne citer qu’eux). Il faut savoir gré aux initiateurs-trices de ce dossier d’avoir pris, sous l’angle de la publication, expressément pour objet de réflexion la sociologie francophone, question jusque-là rarement débattue explicitement, comme si elle était un commun évident entre des chercheur-e-s, puisque partageant la même langue, sans qu’il apparaisse nécessaire d’aller plus loin.

3Répondre à la question de la justification du fait de publier en français n’est pas aussi simple qu’il y paraît de prime abord, notamment parce que cela impose un décentrement de la trappe interrogative originelle. Pourquoi, en effet, devoir centrer l’attention réflexive sur le « devoir » publier en français alors que, in fine, la question prend de tout autres formes selon l’angle ou le contexte considéré ? Essayons donc de déconstruire les termes d’une fausse alternative –Publish in English or perish in French – en l’éclatant en quelques interrogations.

41. Pourquoi ne pas publier en français alors que l’on est, la plupart du temps, de langue maternelle française ? Parce qu’on n’a pas trop le choix ! Postuler en effet qu’il s’agit d’une décision libre et consentie, comme on aime à le dire aujourd’hui, relève d’une profonde cécité sur l’état du marché de l’évaluation académique. Parce que, ne nous leurrons-pas, ce sont bien les évaluateur-rice-s, i.e. les collègues sociologues et nous-mêmes donc, qui imposent, à tout le moins infléchissent fortement, les orientations linguistiques de publication en formulant, indirectement, des indications bibliométriques. On assiste ainsi à la production d’une hiérarchisation professionnelle des types, des lieux et des langues de publication induite par les comités de recrutement, ou du moins par la représentation que les candidat-e-s ont de leurs attentes. Il est, à ce titre, utile, pour ne pas biaiser la réflexion, de rappeler combien les chercheur-e-s subissent l’influence des critères d’évaluation des candidatures à des fonctions universitaires ou scientifiques jusque dans leurs « choix » de publication, critères portés et relayés par la communauté scientifique elle-même. Tout comme il n’est pas non plus sans intérêt de se demander à quel moment un-e sociologue francophone cherche plus spécifiquement à publier en français ou en anglais. Là encore, nous sommes loin d’une décision pure et parfaite. S’y mêlent en effet, selon l’avancée dans la carrière, les nécessités de densifier un dossier académique, les ouvertures objectives au marché éditorial national et/ou international, les sollicitations plus ou moins directes à publier un texte, la nature des travaux entrepris (monographies ou articles, recherche collective ou production individuelle, recherche auto-orientée ou réponse à une demande institutionnelle…), les types de recherche développés (analyse conceptuelle, étude comparative, investigation empirique…) et les objets investigués. Le « choix » de la langue d’expression et du lieu de publication répond ainsi à une pluralité de facteurs dont nombre d’entre eux ne sont pas véritablement maîtrisés, ni maîtrisables par les chercheur-e-s eux-elles-mêmes.

  • 1 Comme le souligne l’exemple des revues Populations et Revue française de sociologie (Gingras & Mosb (...)

52. Pourquoi publier dans une lingua franca en sciences sociales ? Parce qu’on a des résultats à communiquer qui sont susceptibles d’intéresser un public international, cela semble tomber sous le sens ! Mais tous les travaux sociologiques ne sont pas susceptibles de répondre à une telle exigence, tous ne sont pas internationalisables, tous ne sont pas significatifs hors de leur aire d’inscription. Il serait en ce sens fort intéressant d’examiner les types de travail sociologique les plus enclins à être publiés dans une autre langue que celle du cadre de saisie de l’objet empirique étudié. Certains objets d’étude sont en effet si profondément ancrés localement qu’ils ne tirent pleinement leur sens que de cette particularité. En forçant le trait, il serait même possible d’aller jusqu’à dire que le débat sur la décolonisalisation/indigénisation de la sociologie ou sur le nationalisme méthodologique ne fait que renforcer l’idée d’une valeur des connaissances sociologiques en lien à leur contexte de production (quand ce n’est pas l’idée de leur détermination exclusive par celui-ci), ce qui rend délicat le projet de recourir à une lingua franca qui subsumerait cet enracinement social des analyses. Pourquoi publier dans une autre langue alors ? Parce que, derrière la concurrence exacerbée pour accéder à des positions académiques et l’obligation implicite d’une internationalisation des parcours, il y a l’idée reçue que publier en langue vernaculaire limite la diffusion du travail scientifique et donc réduit le lectorat potentiel. Mais peut-être faut-il, là aussi, interroger cette évidence ? Inversons la proposition, publier en lingua franca, en l’occurrence aujourd’hui en anglais, va-t-il significativement accroître la visibilité des textes, augmenter le nombre de lecteurs, démultiplier le nombre de citations ? Demandons-nous s’il existe un marché et une demande réelle de textes en anglais pour des travaux portant sur des contextes nationaux allophones 1. Les sciences sociales étant portées par des traditions, épistémologiques et théoriques, spécifiques et leurs objets différant ontologiquement de ceux des sciences dures par leur caractère local ou indexical, il ne faut en effet pas sous-estimer la difficulté à faire circuler leurs analyses en dehors des frontières nationales, hormis auprès de quelques initiés maîtrisant bien souvent d’ailleurs la langue vernaculaire.

63. Ne publie-t-on alors en langue vernaculaire que faute de mieux ? Non, parce qu’il y a un intérêt pour les lecteurs à disposer des analyses et résultats du travail sociologique dans leur langue d’expression quotidienne sur des objets qui les concernent directement dans leur existence. Il ne s’agit pas seulement ici d’un processus de vulgarisation reposant sur le postulat selon lequel la langue vernaculaire est l’outil de communication prioritaire pour atteindre le grand public, mais bien aussi – et même davantage – de l’affirmation du caractère public des sciences sociales. Elles sont en effet là pour documenter les débats et élargir la réflexivité sociale des citoyen-ne-s. Le choix de la langue de publication répond en ce sens à des logiques différentes : d’une part, la dépendance des carrières académiques, encouragée par la communauté des pairs elle-même, au nombre de publications dans des revues académiques internationales ; d’autre part, l’exigence démocratique d’un accès public aux savoirs des sciences sociales supposant la publication dans la-les langue-s officielle-s respective-s des pays. Certes il peut alors exister une tension entre visibilité internationale et ancrage national, réputation académique et impact médiatique. Mais plus largement, il faut considérer qu’il existe « une régulation du marché des idées » (Boudon, 1986), soulignant une diversification des productions scientifiques afin d’atteindre des publics segmentés, y compris des publics linguistiques, bien loin en cela du postulat d’une unité du lectorat que véhicule le recours à une lingua franca.

74. Enfin, y a-t-il un même sens à publier en français lorsque l’on est sociologue selon que l’on vit et travaille dans un pays francophone, dans un univers institutionnel bilingue ou dans un pays non francophone ? Non, bien sûr, car la « francophonie sociologique » n’est pas aussi évidente qu’il y paraît de prime abord ! L’histoire d’une association comme l’Aislf est fort illustrative à cet égard ; elle révèle des formes distinctes de problématisation de l’internationalité et la complexité du sens de la francophonie sociologique au fil de son histoire. À la fondation de cette association en 1958 par Georges Gurvitch et Henri Janne, l’internationalité ne concernait que les pays expressément francophones pour lesquels, paradoxalement, l’enjeu premier ne se structurait pas autour d’un problème de défense ou d’affirmation linguistique. Elle visait, avant tout, à affirmer des objectifs nationaux de consolidation de sociologies en voie de structuration (en Belgique, au Québec et en Suisse) ou constituait, en France, un instrument de lutte contre une réorganisation institutionnelle qui incarnait l’emprise de la sociologie étatsunienne tant honnie par Georges Gurvitch. L’ouverture à l’internationalité hors de ses bastions traditionnels, portée une trentaine d’années plus tard par Renaud Sainsaulieu, cherchait à affirmer la diversité culturelle de la sociologie francophone et à lutter ainsi contre le monocentrisme dominant de la conception antérieure. L’internationalité ne se concevait toutefois qu’à l’intérieur de la francophonie puisqu’il était avant tout question de faire vivre et de comprendre l’espace pluriculturel de la sociologie francophone. Puis l’Aislf a défendu, au moment des manifestations liées à son cinquantenaire en 2008, avec Monique Hirschhorn et André Petitat, la sociologie d’expression française comme concrétisation du pluralisme scientifique. Avec, toujours en arrière-plan, le présupposé qu’une langue est plus qu’un instrument d’expression et qu’elle est aussi un instrument cognitif débouchant sur des modes particuliers de production et d’appréhension du monde, défendre l’usage du français en sociologie revenait alors à plaider le maintien d’un pluralisme théorique et scientifique dans un concert scientifique internationalisé.

  • 2 . Pour reprendre, de façon détournée, une formule utilisée par Régis Debray au sujet de la laïcité (...)

8Quelle conclusion tirer de ces détours ? Comment en effet justifier l’idée de publier en français dans un espace scientifique mondialisé ? Si la réponse n’est pas des plus simples, le constat est sans équivoque : il faut nécessairement ouvrir le débat intellectuel et institutionnel sur ce que faire de la sociologie en langue française veut dire, ce qui signifiera probablement accepter de renoncer à une sociologie francophone d’évidence, que l’on ne discute pas du seul fait de son existence et, donc, de sa permanence, pour passer à une sociologie francophone d’intelligence 2 à côté –et aux côtés – d’autres sociologies anglophones, hispanophones, lusophones, arabophones, sinophones…

9Il n’est évidemment pas question aujourd’hui – bien au contraire – de raviver la « guerre des langues » et de fomenter un instrument de combat contre l’hégémonie de l’anglais ou la montée en puissance du chinois, de l’arabe ou de tout autre idiome, comme langue de travail en sciences sociales. Loin d’une telle vision, datée et improductive, de la francophonie, l’idée d’une sociologie francophone d’intelligence devra interroger l’évidence d’une sociologie en français et proposer des arguments fondés et constructifs du maintien et du développement d’une sociologie de langue française dans le monde contemporain. La mondialisation du champ scientifique, à la différence d’autres disciplines, ne passe pas en effet en sciences sociales par l’usage d’une langue transverse plus ou moins commune. Elle ne passe pas non plus par la constitution de silos linguistiques plus ou moins étanches les uns aux autres. Elle passe, bien davantage, par un dialogue délibérément construit et entretenu entre plusieurs univers linguistiques, culturels et épistémiques de travail, ce qui suppose une familiarisation réciproque à ces univers dans un souci d’enrichissement mutuel et l’élargissement conceptuel.

Haut de page

Bibliographie

Boudon R. (1986), L’Idéologie. L’origine des idées reçues, Paris, Éditions Fayard.

Debray R (2002), L’Enseignement du fait religieux dans l’école laïque, Rapport, Ministère de l’éduction nationale, France [En ligne] https://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/024000544/index.shtml

Gingras Y. & S. Mosbah-Natanson (2010), « La question de la traduction en sciences sociales : les revues françaises entre visibilité internationale et ancrage national », Note de recherche, n°2, Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie, Université du Québec à Montréal.

Haut de page

Notes

1 Comme le souligne l’exemple des revues Populations et Revue française de sociologie (Gingras & Mosbah-Natanson, 2010).

2 . Pour reprendre, de façon détournée, une formule utilisée par Régis Debray au sujet de la laïcité (Debray, 2002).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc-Henry Soulet, « Publier en langue française quand on est sociologue, tout sauf une évidence ! », SociologieS [En ligne], Débats, Pourquoi publier en langue française quand on est sociologue ?, mis en ligne le 17 janvier 2019, consulté le 07 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/9725

Haut de page

Auteur

Marc-Henry Soulet

Université de Fribourg (Suisse) et Institut d’études avancées de Nantes (France), Président de l’Aislf - marc-henry.soulet@unifr.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page