Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSPremiers textes2019Activer la confiance: stratégies ...

2019

Activer la confiance: stratégies de maintien du lien dans l’aide sociale en Belgique

Activating trust: relationship-maintenance strategies in Belgian social assistance
Valentine Duhant

Résumés

Cet article analyse les façons dont les travailleurs sociaux gèrent les incohérences des politiques d’activation dans les interactions avec les usagers, à partir d’une recherche ethnographique dans un service d’insertion socioprofessionnelle du secteur de l’aide sociale en Belgique. Il montre que, pour parvenir à articuler les dimensions capacitantes et disciplinantes de l’activation, les travailleurs sociaux valorisent une relation de confiance avec les bénéficiaires tout en déléguant les fonctions de contrôle à d’autres acteurs de l’organisation. Ces stratégies peuvent entrainer des contradictions entre différents niveaux de confiance car la confiance dans l’interaction peut se construire aux dépends de celle dans l’institution.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les secteurs de l’intervention sociale en général, et celui des politiques d’aide à la réinsertion professionnelle en particulier, sont marqués depuis plusieurs décennies par le développement des politiques d’activation. Sans former un ensemble unifié, elles constituent néanmoins un « projet global » appliqué de façon différenciée selon les contextes (Brodkin & Larsen, 2013 ; Brodkin & Marston, 2013) : par le biais d’une série d’instruments tels que le contrat ou le projet, ces politiques ont en commun d’avoir mené à une recomposition des modalités d’attribution et de la nature des droits sociaux. En effet, au lieu de compenser les risques a posteriori, l’activation vise la responsabilisation des individus pour qu’ils se prennent en charge de manière autonome ; partant, l’individu devient l’objet du travail social tout en étant appelé à se constituer en sujet de celui-ci, dans une logique de coproduction (Astier, 2007 ; Soulet, 2005). Selon ce mode d’intervention, il ne s’agit pas seulement d’agir sur les conditions d’existence objectives, par exemple par une aide financière, mais d’offrir les conditions de possibilité du développement de la subjectivité en garantissant ces « droits-autonomie » (Genard, 2007) sur une base individualisée et non plus universaliste (Astier, 2007 ; Dubois, 2012 ; Soulet, 2005).

2Ces évolutions ont été décrites comme le passage d’une « logique de guichet » – un modèle universaliste caractérisé par l’application de critères administratifs préétablis – à un modèle de « magistrature sociale » dans le cadre duquel les travailleurs agissent comme des juges et évaluent les situations au cas par cas (Astier, 2007 ; Lacourt, 2006 ; Rosanvallon, 1995 ; Weller, 2000). Au niveau relationnel, la logique de guichet est caractérisée par un modèle « réparateur » et une relation basée sur le travail « sur » autrui, dans laquelle le travailleur est responsable de la mise en correspondance de la situation du bénéficiaire avec des critères juridiques prédéfinis (Astier, 2009 ; Foucart, 2005). Quant à la magistrature sociale, elle serait liée à un modèle « accompagnateur », un travail « avec » un usager considéré comme « glissant sur la pente dangereuse de l’exclusion » (Foucart, 2005, pp. 103-104). Dans ce travail « avec » autrui, l’intercompréhension est rendue possible par la conclusion de « pactes » évolutifs et informels (Astier, 2009 ; Foucart, 2005 ; Giuliani, 2008). Ainsi, c’est aux travailleurs sociaux que revient la responsabilité d’évaluer « ce qu’il est juste de faire » (Astier, 2000, pp. 85-86) et de permettre aux bénéficiaires de disposer des conditions nécessaires à leur participation dans la définition de leur situation et des actions à mettre en œuvre pour s’en sortir. La relation d’accompagnement constitue donc un moyen de tendre vers l’horizon de l’autonomie de l’usager en élevant sa confiance d’un niveau interpersonnel à un niveau institutionnel (Breviglieri, 2005).

3Dans la mesure où l’autonomie vis-à-vis de la société devient un devoir moral, autonomie et contrainte constituent deux facettes du « projet global » de l’activation (Brodkin & Larsen, 2013 ; Brodkin & Marston, 2013). Selon le pôle qui est le plus sollicité, ces politiques portent en germe deux régimes d’interprétation et d’application différenciés : une version capacitante, qui viserait le développement des capacités et de l’autonomie des individus, et une version disciplinante, qui mettrait l’accent sur les devoirs et les sanctions (Arnsperger, 2000 ; Brodkin & Marston, 2013). Ainsi, l’activation peut constituer les dispositifs d’insertion soit en support d’émancipation et de reconnaissance soit en vecteur d’arbitraire et de jugement moral (Astier, 1995, 2007). Même si les deux se mêlent dans la pratique et que cette tension entre aide et contrôle est loin d’être récente dans le travail social (voir par exemple Lascoumes, 1977), les politiques d’activation la formalisent, renforcent les liens entre droits et devoirs et reportent la responsabilité de l’arbitrage sur les travailleurs sociaux dans l’espace de l’interaction avec le bénéficiaire. C’est cette tension entre le pôle capacitant et le pôle disciplinant de l’activation que cet article propose d’explorer, par le biais des façons dont les travailleurs sociaux tentent d’assurer l’engagement des bénéficiaires dans la relation.

4Néanmoins, ces relations interpersonnelles ne se déroulent pas dans un vide institutionnel dans lequel s’actualiseraient directement les politiques d’activation. C’est pourquoi je m’inscris également dans un ensemble d’études qui analysent la médiation organisationnelle des politiques publiques et leur mise en œuvre par les acteurs de terrain. Dit de la street-level bureaucracy, ce courant a été initié par Michael Lipsky (2010 [1980]) qui comprend les pratiques des travailleurs de terrain comme des réponses aux divers « dilemmes » auxquels ils sont confrontés, tels que l’ambigüité des objectifs à atteindre et des modalités d’évaluation, l’inadéquation entre les ressources à leur disposition et leurs missions, une demande illimitée pour leurs services ou le caractère contraint des démarches de ceux qu’il nomme les « clients » (Lipsky, 2010 [1980] ; Maynard-Moody & Musheno, 2000 ; Meyers & Lehmann Nielsen, 2012). Cette littérature permet de comprendre les interactions des agents de terrain avec le public comme des lieux de fabrication des politiques publiques et comme le résultat localisé d’objectifs formels et de conditions organisationnelles spécifiques, qu’il s’agisse des relations avec les supérieurs hiérarchiques (Evans, 2010), d’indicateurs de performance liés à la nouvelle gestion publique (Bergen, 2005 ; Ellis, 2011 ; Weller, 2003) ou encore des stratégies de gestion des flux de demandes (Dalle-Nazébi et al., 2012). La combinaison de cette approche avec celle qui analyse les évolutions relationnelles et morales du travail social permet donc de tenir compte du contexte organisationnel dans lequel s’inscrit la relation d’accompagnement entre travailleurs sociaux et bénéficiaires.

  • 1 L’aide des CPAS est dite résiduaire, c’est-à-dire qu’elle ne peut être octroyée que si le demandeur (...)
  • 2 Vingt-huit rendez-vous (entre deux et huit par travailleur) dont quinze à la cellule insertion et t (...)
  • 3 Une douzaine d’entretiens semi-directifs, soit un entretien par travailleur du service ISP et par s (...)
  • 4 Ces contrats permettent aux CPAS d’engager des bénéficiaires le temps qu’ils ouvrent leur droit aux (...)

5Dans cet article, je me penche sur les acteurs en charge de l’insertion socioprofessionnelle des bénéficiaires de l’aide sociale en Belgique, où elle est assurée par des organisations locales appelées Centres publics d’action sociale (CPAS) 1. L’objectif de ce texte est d’analyser les stratégies mises en place par ces travailleurs sociaux pour maintenir le lien avec les bénéficiaires malgré les incohérences du cadre légal et organisationnel. Pour ce faire, je me base sur les résultats d’une enquête de six semaines réalisée en 2013 dans un CPAS de la Région de Bruxelles-Capitale dans le cadre de mon mémoire de master en sociologie. Je me suis principalement intéressée au service en charge de l’insertion socioprofessionnelle (ISP) des bénéficiaires, où j’ai observé leurs rendez-vous avec les travailleurs sociaux 2, les réunions du service, une réunion interservices et les interactions informelles entre collègues. Il s’agit donc d’une recherche ethnographique basée sur une présence continue sur le terrain, mêlant observation directe, discussions informelles et entretiens semi-directifs 3. J’ai également eu accès à divers documents (note de politique générale, règlement du travail, dossiers de certains bénéficiaires, rapport d’activités réalisé pour l’agence régionale pour l’emploi) et à des statistiques internes relatives au nombre d’aides financières octroyées, au nombre de suivis par le service ISP et au nombre de contrats article 60§7 4 entre 2012 et 2013.

6Dans la suite de cet article, je vais tout d’abord donner quelques éléments de contexte sur l’évolution du droit à l’aide sociale en Belgique. Ensuite, je me pencherai sur le fonctionnement du CPAS étudié en montrant que les relations entre services sont structurées par une incertitude relative à la définition de leur publics cibles respectifs, ce qui peut constituer un obstacle à la confiance des bénéficiaires envers l’institution. Afin de maintenir le lien avec les bénéficiaires malgré les informations contradictoires qu’ils peuvent recevoir, les agents du service ISP élaborent une vision de leur rôle basée sur le développement de la confiance et le rejet de ce qu’ils appellent le « contrôle », qu’ils associent au service social de première ligne. Néanmoins, ces oppositions peuvent également constituer des ressources dans la mesure où elles leur permettent de déléguer les fonctions de contrôle aux autres services et, paradoxalement, de rendre légitime dans l’interaction et viable sur un plan identitaire l’exercice de certaines pratiques disciplinantes.

L’activation de l’aide sociale en Belgique : le flou du cadre légal

  • 5 Loi organique des CPAS du 08 juillet 1976, chap. 1, art. 1. Publiée au Moniteur belge le 05-08-1976 (...)
  • 6 Loi du 12 janvier 1993, contenant un programme d’urgence pour une société plus solidaire. Publiée a (...)
  • 7 Loi du 26 mai 2002 concernant le droit à l’intégration sociale. Publiée au Moniteur belge le 31-07- (...)
  • 8 Dans le cadre de la loi du 26 mai 2002, les PIIS ne sont obligatoires que pour les bénéficiaires en (...)

7La mission principale des CPAS est de « garantir la dignité humaine » 5, notion dont le sens a évolué à mesure que se développaient les politiques d’activation en Belgique. Jusqu’au début des années 2000, cette mission passait principalement par l’octroi d’une aide financière, la dignité étant associée au droit à un minimum de moyens d’existence (Minimex). Dès les années 1980, les rôles des CPAS intègrent de manière croissante des objectifs d’insertion socioprofessionnelle, ce qui mène au développement de services spécialisés chargés de remplir ces fonctions et contribue à affaiblir la frontière entre assurance et assistance (Lacourt, 2007 ; Vrancken, 2010 ; Zamora, 2012). En 1993, le gouvernement vote un « plan d’urgence pour une société plus solidaire » 6 qui introduit la contractualisation de l’aide sociale pour les bénéficiaires de moins de 25 ans (Lacourt, 2007 ; Zamora, 2017). Avec l’introduction de la notion d’« État social actif » dans la déclaration gouvernementale de 1999 et le changement de nom des CPAS en 2004 – de « Centres publics d’aide sociale » à « Centres publics d’action sociale » (Lacourt, 2007) – l’activation de l’aide sociale devient de plus en plus explicite. La loi la plus emblématique de ces évolutions est celle du 26 mai 2002 qui remplace le Minimex par un droit à l’intégration sociale et prolonge la loi de 1993 7. Ce droit peut être attribué selon trois modalités : l’emploi, un revenu d’intégration et un projet individualisé d’intégration sociale (PIIS) 8 (Franssen, 2003 ; Lacourt, 2007). Ainsi, l’aide financière ne constitue plus que l’une des modalités du droit à l’intégration et la notion de « dignité humaine » n’est plus définie comme un droit à disposer de ressources financières suffisantes pour vivre, mais comme un droit à l’insertion par l’emploi (Gilson & Glorieux, 2005).

  • 9 Résidence, âge, nationalité, ressources insuffisantes, disposition à travailler et épuisement des d (...)
  • 10 La loi du 26 mai 2002 prévoit notamment un « espace de négociation » entre le CPAS et le bénéficiai (...)

8La loi de 2002 constitue donc un modèle hybride entre la logique de guichet et la logique de magistrature sociale. D’une part, l’octroi du droit à l’intégration sociale par les assistants sociaux de première ligne est toujours basé sur des critères formels 9, ce qui correspond à la logique de guichet. D’autre part, les modalités d’application de ce droit sont individualisées : il revient en effet au travailleur social de déterminer s’il est préférable de se limiter à une aide financière, de proposer un emploi ou de réaliser un projet d’intégration et ce, en négociation avec le bénéficiaire. Non seulement la loi accorde explicitement un pouvoir de décision aux acteurs chargés de la mise en œuvre, mais elle comprend aussi plusieurs notions floues qui devront être arbitrées dans la pratique. Par exemple, le PIIS n’est obligatoire que pour les bénéficiaires de moins de 25 ans sans que soient précisés les cas où il doit être utilisé pour ceux qui sont plus âgés. Cette délégation de l’arbitrage aux acteurs de terrain, qui correspond à une volonté du législateur 10, implique la nécessité de s’intéresser aux organisations concrètes pour comprendre les dynamiques entre les potentialités disciplinantes et capacitantes de l’activation dans les interactions entre agents d’insertion et bénéficiaires.

Les relations entre services : le flou des critères organisationnels

  • 11 Loi organique des CPAS du 08 juillet 1976, chap. 2. Publiée au Moniteur belge le 05-08-1976, n° 197 (...)
  • 12 Le pouvoir exécutif au niveau local.

9Le CPAS étudié se trouve dans la Région de Bruxelles-Capitale. Comme tout CPAS, il est dirigé par une instance appelée Conseil de l’action sociale 11 et composée de représentants de partis politiques élus par le collège communal 12, à la tête de laquelle siège le Président. Celui-ci est assisté d’un Secrétaire, dont les principales fonctions sont celles de chef du personnel et de garant de la légalité des décisions, et d’un Receveur, qui assure la gestion financière du centre.

10Même si ces quelques éléments sont régis par la Loi organique des CPAS, ceux-ci disposent par ailleurs d’une autonomie d’organisation qui leur laisse une liberté importante dans l’exercice de leurs missions légales. Le CPAS étudié est composé de trois divisions : deux divisions administratives et financières et une division sociale, sur laquelle porte cette recherche. Cette dernière est elle-même composée de cinq services : le service social général de première ligne en charge des aides financières, l’insertion socioprofessionnelle, la médiation de dettes, l’aide au logement et l’aide à la gestion de l’énergie.

  • 13 À titre d’exemple, les agents d’insertion traitent en moyenne les dossiers de 259 bénéficiaires par (...)
  • 14 Le service est composé de cinq femmes et d’un homme aux trajectoires variées : leur ancienneté vari (...)
  • 15 La cellule est composée de deux femmes d’une quinzaine d’années d’ancienneté et d’un homme de trois (...)
  • 16 Environ le même nombre de contrats signés mensuellement est environ équivalent pour chaque secteur  (...)

11Le service d’insertion socioprofessionnelle (ISP) est donc un service de deuxième ligne, ce qui signifie que tous les bénéficiaires du CPAS n’y ont pas accès 13. Les assistants sociaux de première ligne, chargés de l’attribution des aides financières, doivent tout d’abord élaborer un bilan de la situation de la personne pour ouvrir le droit à l’intégration sociale et évaluer sa capacité à entamer un parcours d’insertion. En cas d’évaluation positive, les bénéficiaires sont orientés vers la « cellule insertion » du service ISP. Ils y sont suivis par l’un des six « agents d’insertion » 14 chargés de les aider à définir leur projet professionnel et de les encadrer dans leur parcours de formation ou de recherche d’emploi. Ensuite, certains bénéficiaires sont orientés vers la « cellule emploi » qui s’occupe de la mise à l’emploi dans le cadre de l’application de l’article 60§7 de la Loi organique des CPAS. Dans cette cellule, trois travailleurs 15 se répartissent les mises à l’emploi dans le secteur public, dans celui de l’économie sociale et dans le secteur privé 16.

12Néanmoins, en pratique, ce parcours est loin d’être linéaire : les critères d’orientation et les rôles de chaque cellule ne sont pas définis par la hiérarchie et ne sont pas compris de la même façon par tous, ce qui peut entrainer la communication d’informations contradictoires aux bénéficiaires et des allers-retours d’un service à un autre. Il en résulte des controverses constantes au sujet du profil des bénéficiaires devant être orientés, car tous jugent recevoir des personnes qui ne seraient pas suffisamment « prêtes » pour le suivi qu’ils assurent. Chaque service reproche donc à celui qui suit dans le parcours d’être trop sélectif et de ne pas accepter les profils les plus vulnérables, tout en étant lui-même plus sélectif que le service précédent et en regrettant que les autres ne connaissent pas suffisamment leur rôle. Par exemple, voici comment un agent de la cellule insertion décrit les relations avec la cellule emploi :

« La cellule emploi […], ils ont chacun leur vision de c’est quoi un usager qui peut être prêt à être envoyé à la cellule emploi et […] je pense qu’ils n’ont pas la bonne réalité des usagers qu’on rencontre vraiment aujourd’hui, et qu’on ne peut pas leur servir les espèces de Terminator en puissance, qui parlent français, et néerlandais, et anglais, enfin j’exagère un peu, mais voilà, qui ont plein d’atouts. Et nous on doit faire avec le public qu’on a et à un moment donné s’ils veulent qu’on leur envoie des gens, il va falloir commencer à… En même temps je comprends, ils ont aussi les exigences des gens qui leur demandent des gens en article 60, on veut tel et tel profil, ils doivent aussi faire avec. Mais nous aussi on fait avec ce qu’on a. Donc pas toujours facile de dialoguer. Et comme tout est neuf, depuis le mois de juin, depuis qu’on a emménagé ici, […] pour te dire, j’ai été à la réunion, j’ai dû expliquer ce qu’était le travail de la cellule insertion, pour te dire ! Donc on doit expliquer comment fonctionne notre cellule, donc manifestement il y a quelques problèmes de compréhension » [Insertion, F1].

13Lors d’une réunion interservices organisée pour tenter de clarifier les critères de chacun, plusieurs assistants sociaux de première ligne ont également expliqué que, selon eux, le rôle de la cellule insertion était de recevoir les bénéficiaires qui n’étaient pas suffisamment autonomes pour chercher un emploi par eux-mêmes. Les agents d’insertion, en revanche, définissent leur public cible comme des personnes ayant une situation suffisamment « stable » pour s’engager dans un processus d’insertion, qu’il s’agisse de leur santé, de leur logement, de leur situation financière ou familiale. À chaque étape du parcours, les bénéficiaires risquent donc de recevoir des informations différentes, voire contradictoires, comme l’illustre la situation suivante :

La scène a lieu lors d’une des permanences hebdomadaires de la cellule emploi, pendant laquelle un des trois travailleurs reçoit toutes les personnes orientées vers le service. L’une d’elles est un homme sans domicile fixe qui dit avoir été orienté par son assistante sociale. Il explique longuement sa situation et les difficultés qu’il éprouve à chercher un emploi. Il enlève son bonnet pour montrer les cicatrices qu’il a sur le crâne et se plaint de l’effet que cela produit sur les employeurs. L’agent d’insertion l’écoute en ponctuant le récit de remarques compatissantes. Elle explique néanmoins que la cellule ne peut pas l’aider tant qu’il n’a pas de logement. Après son départ, elle me dit ne pas comprendre pourquoi cette personne a été orientée, car l’assistant social aurait dû savoir qu’ils n’acceptaient pas les bénéficiaires sans domicile fixe. Elle dit l’avoir écouté parce qu’elle ne pouvait rien lui apporter d’autre, mais s’indigne de l’image non professionnelle que ces informations contradictoires lui renvoient et du risque d’une rupture de confiance.

14Ces divergences de vision sont également inscrites dans l’espace car les deux cellules et le bureau de leur responsable se situent à trois étages différents. De plus, chaque travailleur dispose d’un bureau individuel, ce qui leur accorde une autonomie totale au niveau de la gestion du nombre, de la durée et du contenu des entretiens avec les bénéficiaires. Chacun élabore également ses propres dossiers en version papier sur les bénéficiaires qu’il suit et ne les transmet pas à ses collègues, sans qu’existe une version informatisée disponible à tous. Les travailleurs de chaque cellule communiquent donc principalement à distance par e-mail ou téléphone sans supervision directe ni orientations communes impulsées par leur supérieur hiérarchique. Cette séparation a par ailleurs un caractère historique, car ce n’est qu’en 2010 que les cellules emploi et insertion ont été rassemblées en un seul service et en 2013 que la cellule insertion a rejoint le même bâtiment que le reste du CPAS. Ainsi, les conflits entourant la définition des publics reflètent une définition différente des rôles de chaque service qui relève d’une séparation à la fois historique, spatiale et organisationnelle. Étant donné l’autonomie laissée tant par le cadre légal que par leur responsable au sein de l’organisation, l’arbitrage entre les différentes dimensions de l’activation – l’accent mis sur les sanctions ou l’accompagnement – revient aux travailleurs sociaux.

La confiance, un outil multidimensionnel de maintien du lien

15Les agents de la cellule insertion ont développé une identité commune qui se cristallise autour du refus de ce qu’ils appellent le « contrôle » : ils revendiquent le fait de respecter le rythme et le projet de la personne au lieu de conditionner son allocation à des preuves concrètes de recherche d’emploi. Au sein du CPAS, ce « contrôle » serait selon eux plutôt caractéristique du service social général :

« Et donc comme je te disais, il y en a [des assistants sociaux de première ligne] avec qui on a beaucoup plus de dialogue. […] Certains répondent, d’autres jamais et ils ont une manière d’envisager le travail avec les usagers tout à fait personnelle également. Parfois ça bloque entre l’un et l’autre, pas définitivement, mais sur la manière de réagir sur un dossier ou l’autre. "Pour moi il faut conditionner", "pour moi il ne faut pas conditionner", "et si tu conditionnes et qu’ils arrivent chez moi à l’insertion, il est déjà complètement fermé". […] On n’est pas tout le temps d’accord sur tout » [Cellule insertion, F1].

« Je remarque aussi, je suis étonnée, quand on voit [le service social général], c’est du contrôle, c’est quand même beaucoup de contrôle, je trouve. Oui, parfois je suis un peu étonnée de certains comportements, de jugements […] de certains assistants sociaux. Et avant tout je suis quand même assistante sociale, et ils sont aussi assistants sociaux ! » [Insertion, F4].

16Les agents d’insertion cherchent donc à faire valoir une vision de leur rôle opposée au « contrôle », en tentant de se positionner en experts de l’insertion au sein de l’organisation et en revendiquant la légitimité de la définition des publics cibles et des modalités d’accompagnement. Cette dimension d’aide revendiquée par les agents d’insertion se cristallise au niveau relationnel par ce qu’ils appellent la « confiance ». Néanmoins, même s’ils la considèrent comme la condition de possibilité de la relation avec le bénéficiaire, ils peinent à la définir et sa signification apparait plutôt en creux :

« - Tu définirais ça comment, la confiance ? (silence) Tu essayes d’instaurer ça comment ?
- Je suis tellement naturelle avec les gens que je ne me pose même pas la question... […] Je ne sais pas comment te répondre. Ils rentrent, ça passe… » [Insertion, F4].

« S’il n’y a pas de confiance, on passe à côté de beaucoup de choses. On peut avancer, mais de manière superficielle. On n’a pas tout ce qu’il faut, toutes les informations. Et si l’usager n’a pas confiance en moi, il ne viendra même pas au rendez-vous ou ne me donnera pas la moitié des informations sur lesquelles je dois me baser, dont j’ai besoin pour avancer, pour l’aider » [Insertion, F2].

17Ainsi, la confiance possède une visée stratégique en permettant au travailleur d’assurer la collaboration du bénéficiaire et d’obtenir les informations nécessaires à son sujet. Il s’agit d’un outil de maintien du lien avec le travailleur social et, à travers lui, l’institution qu’il représente et la société au sens large. En effet, à suivre Marc Breviglieri, le travail d’accompagnement peut s’assimiler à un processus d’élévation de la confiance le long de trois échelles : tout d’abord, la « confiance dans le proche » permet une première accroche par la suspension du jugement et l’écoute du bénéficiaire. Ensuite, un « travail de mise en cohérence des biographies » permet d’accorder une « crédibilité dans la parole » de l’usager (Breviglieri, 2008, p. 100). Enfin, le troisième niveau ajoute « l’exigence (constante) de tenir présent, fût-ce en retrait, un cadre public d’action et la dimension impersonnelle de l’institution », le but étant de dépasser le niveau de la confiance en soi pour engendrer une confiance envers la justice de l’institution et, partant, envers la société dans son ensemble. Le travailleur social peut donc tour à tour être garant d’une confiance interpersonnelle, d’une confiance du bénéficiaire en lui-même et d’une confiance envers l’ordre institutionnel et social. La confiance est multidimensionnelle et implique des attitudes d’écoute, d’instauration d’une estime de soi et de « restauration identitaire » (Foucart, 2005, p. 109), lesquelles sont compatibles avec l’identité professionnelle défendue par les travailleurs.

18Pour ce faire, les agents d’insertion tentent de développer des postures d’égalité et de fiabilité. L’égalité consiste en une tentative d’horizontalisation symbolique de la relation en s’éloignant de la posture de l’expert, en montant les limites de ses compétences et en traitant l’autre « en personne » (Astier, 2009, p. 53) :

« - Comment tu fais pour essayer d’établir cette confiance ?
- [...] À un moment donné, je me disais que je tournais en rond avec les gens. Et bien tu leur dis "je tourne en rond, voilà, je reconnais, j’ai des limites". Et je dis, si je vois que la personne à un moment donné n’a pas compris, je dis "aidez-moi parce que je ne comprends pas". Souvent je le répète, si quelque chose ne va pas, surtout au début, "n’hésitez pas, je ne suis pas parfaite, je n’ai pas de boule de cristal, aidez-moi, donnez-moi les solutions". Et bien souvent ça va les aider à dire [...] voilà, derrière ça, il y a une grande souffrance » [Insertion, F1].

19Se montrer « humain », accepter ses erreurs, permet également d’envisager la possibilité d’imperfections de la part de l’organisation, telles que les injonctions contradictoires dont peuvent être l’objet les bénéficiaires. Humaniser la relation, c’est donc aussi humaniser l’institution et anticiper ses manquements. Quant à la fiabilité, elle consiste à respecter sa parole, à montrer que les bénéficiaires peuvent compter sur eux, à se montrer disponible afin de créer une stabilité dans la relation :

« - Quel est le type de relation que tu essayes d’établir avec les usagers ?
- Elle doit être basée sur la confiance, je trouve, mais aussi sur l’engagement de chacun dans ce qu’on fait. [...] Si je reçois une personne qui doit faire des démarches de son côté, une sorte de contrat moral, il y a des démarches qu’elle doit faire de son côté pour essayer d’avancer. De mon côté, si je n’ai pas les informations nécessaires à donner directement dans un entretien, je promets d’aller les chercher, je dois aller les chercher. Sinon demain, "ah je n’ai pas pu aller chercher les informations", ce n’est pas une réponse je trouve. [...] On essaye chacun de faire sa tâche. Parce que ça permet de vite avancer aussi, sinon on tourne en rond, ça n’aide personne » [Insertion, F2].

20Les agents d’insertion se présentent comme des acteurs sur lesquels les bénéficiaires peuvent compter malgré les pressions dont ils peuvent faire l’objet au niveau du conditionnement de leur aide financière. Il s’agit donc de pallier les ratés potentiels de la confiance dans l’institution par le biais d’une confiance de proximité.

21Par ailleurs, la confiance possède également une dimension normative puisqu’elle dessine les contours des attentes de l’institution envers les bénéficiaires. Ce « contrat moral » auquel fait allusion le dernier extrait illustre l’idée de « pacte » caractéristique de la relation d’accompagnement, cet « engagement moral » (Astier, 2009, p. 53) qui « se révise et se module au gré des événements » (Foucart, 2005, p. 114). Ainsi, ces pactes peuvent se comprendre comme une socialisation progressive aux exigences de responsabilisation et d’autonomisation sous-jacentes à l’activation, une série « d’épreuves » permettant d’enjoindre le bénéficiaire à être acteur de son propre développement, selon une logique de « gouvernement de soi » (Vrancken, 2011). Le non-respect de ces attentes peut donc mener à un glissement des dimensions émancipatrices de l’activation vers ses dimensions disciplinantes.

De l’activation capacitante à l’activation disciplinante

22Les agents d’insertion considèrent que les contrats formels assortis de sanctions représentent l’apogée des dimensions disciplinantes de l’activation. Même s’ils refusent de signer les contrats relatifs à la recherche d’emploi car ils estiment qu’ils peuvent « démolir les gens », ils avouent néanmoins les utiliser « en dernier recours ». Cela signifie qu’ils peuvent les utiliser lorsqu’ils pensent qu’une personne fait preuve de trop de « mauvaise volonté », ne « collabore pas », les « manipule » ou « fraude ». Cette utilisation contradictoire avec l’identité professionnelle qu’ils promeuvent n’est rendue possible que par son caractère exceptionnel, après avoir « tout essayé » et lorsque « le manque de collaboration est perçu comme conscient et volontaire » (Duhant, 2014, p. 70). Cela a pour effet de renvoyer la responsabilité d’un éventuel échec au bénéficiaire, car la sanction n’est censée être utilisée que quand le travailleur social a épuisé l’ensemble des possibilités (Astier, 2007). Au-delà d’une utilisation potentielle des contrats formels, les ruptures de confiance peuvent avoir des conséquences concrètes sur le suivi des bénéficiaires, telles que le fait de ne pas les proposer pour certains emplois ou de risquer des sanctions :

« - Et la confiance, tu définirais ça comment ?
- La relation de confiance, c’est : on travaille à deux sur un projet qui est le vôtre, je vous apporte mes connaissances au niveau social et administratif pour vous mettre au travail, vous respectez le règlement de travail, je vous fais confiance pour me dire si ça se passe mal, ne pas tricher... Si je vois que ce n’est pas respecté, la confiance est brisée et je sors la casquette du contrôleur » [Emploi, F1].

« Si je ne lui fais pas confiance... Ça, c’est plutôt rare. Si je constate qu’il y a quelque chose qui n’est pas correct ou pas juste... Ce que je veux dire par là, s’il me donne de fausses informations alors que je sais bien que ce n’est pas vrai, j’aurai du mal à lui faire confiance, à l’envoyer par exemple chez un employeur » [Insertion, F2].

« Tu vois bien, quand tu as affaire à une personne, si elle commence à tourner dans tous les sens, et elle chipote et tout tu dis "aïe aïe aïe". Ça m’est arrivé une seule fois, […] une jeune de 18-24 qui arrive, ok, recherche emploi, on signe le PIIS et on cherche, on fait le CV. Elle m’explique un peu dans quel domaine elle veut travailler. […] Tout ce que je lui propose, elle est fermée à tout. Donc j’ai fait une évaluation négative, j’ai remis à son assistante sociale et je lui dis : "écoute, moi je lui propose plein de choses […] j’ai l’impression que tout ce que je lui propose, elle ne veut pas". Donc d’un côté, attention, tu vois, peut-être un risque de sanction. J’ai fait mon évaluation négative en disant que c’était à la limite une pré-évaluation, que ce n’était à la limite pas la bonne évaluation – mais elle est quand même dans le dossier – et qu’elle devait changer » (Insertion, F4).

23Ainsi, le refus du contrôle permet d’adoucir les dimensions disciplinantes de l’activation. Si les sanctions sont peu utilisées, elles appartiennent à l’univers des possibles déployés devant le bénéficiaire, ce qui est rendu d’autant plus légitime que les agents d’insertion s’en distancient et ne les considèrent que comme des solutions de dernier recours. Peu importe que la sanction soit effectivement utilisée ou non, elle appartient à un réservoir d’outils mobilisables par le travailleur social. Ainsi, dans le cadre d’une « activation douce » (Astier, 2007, p. 8), la sanction joue le rôle de spectre planant sur la relation afin de définir les contours des attentes institutionnelles vis-à-vis de l’usager.

24Afin d’intégrer cette dimension potentiellement disciplinante à une relation de confiance, les agents d’insertion s’en distancient en considérant les autres acteurs comme plus « contrôlants » qu’eux, en particulier les assistants sociaux de première ligne. L’extrait suivant, qui décrit un rendez-vous entre une travailleuse de la cellule insertion et un bénéficiaire qu’elle soupçonne de travailler au noir, est révélateur de la façon dont cette distanciation peut permettre de gérer la tension entre les nécessités d’aide et de contrôle :

Le bénéficiaire, un homme qui semble avoir entre 30 et 40 ans portant un jean et une veste noire, tend son CV à l’agent d’insertion. Ils regardent son CV et la travailleuse y apporte des modifications en tentant de le faire participer et en lui posant des questions auxquelles il ne donne que des réponses vagues. Lorsqu’elle sort pour photocopier un document, le bénéficiaire me dit qu’il en a assez d’être forcé de chercher un emploi. À son retour, l’agent d’insertion lui fait remarquer qu’il a l’air contrarié. Avec énervement, l’homme dit être « obligé » et demande si les dix preuves de recherche d’emploi, « c’est par mois ou par semaine ». La travailleuse le corrige : « On est obligé, on est dans la même galère ». Elle tente de convaincre le bénéficiaire de l’utilité de la recherche d’emploi en expliquant que cela lui permettrait d’être autonome financièrement et de ne plus « avoir le CPAS au-dessus de sa tête ». Elle explique qu’elle va l’aider à utiliser les bonnes techniques de recherche d’emploi. Pour conclure, elle affirme : « Mais je suis bien claire, je ne suis pas dans le contrôle ». Monsieur répond ne « pas être à l’aise avec tout ce qu’on lui a fait subir » et l’agent d’insertion insiste : « Oui, mais par rapport à ici, il y a des choses qui peuvent sembler du contrôle, mais je ne suis pas là-dedans ». 

25Cet extrait met en évidence le fait que la délégation de la fonction de contrôle aux assistants sociaux de première ligne permet aux agents d’insertion de s’en distancier dans la relation avec les bénéficiaires afin de favoriser leur engagement dans l’interaction. Cela leur permet à la fois de maintenir une identité professionnelle viable et de maintenir la relation avec l’usager malgré les tensions entre l’aide et le contrôle inhérentes à leur fonction. Ainsi, le recours aux dimensions disciplinantes de l’activation par les agents d’insertion est rendu possible par leur incarnation symbolique dans d’autres acteurs de l’organisation.

26Cette délégation du contrôle à d’autres acteurs institutionnels permet donc non seulement d’avoir recours à certaines stratégies disciplinantes en interaction, mais aussi de maintenir un lien avec l’usager malgré les pressions auxquels il est soumis dans d’autres services. Par conséquent, les différents niveaux de confiance décrits par Marc Breviglieri peuvent être rendus contradictoires par le cadre organisationnel : la confiance interpersonnelle entre le travailleur et le bénéficiaire constitue un prérequis à la confiance du bénéficiaire envers l’institution, mais le rejet de la dimension de contrôle sur d’autres services peut favoriser la confiance interpersonnelle tout en minant la confiance envers l’institution.

Conclusion

27Par le biais de l’analyse des interactions entre bénéficiaires de l’aide sociale et travailleurs sociaux chargés de l’insertion socioprofessionnelle en Belgique, cet article visait à analyser les stratégies mises en place par les agents d’insertion pour combiner le pôle disciplinant et le pôle capacitant de l’activation dans le maintien des relations avec les usagers. En accroissant la prise en compte des situations individuelles et en associant la sécurité financière à l’autonomie et à la subjectivation, les politiques d’activation ont en effet transformé les modalités d’octroi et la nature des droits sociaux. Les outils comme le contrat et le projet formalisent la tension entre aide et contrôle qui traverse historiquement le champ du travail social et la montée de l’individualisation des droits reporte la responsabilité de la définition des critères à appliquer sur les travailleurs. C’est donc dans l’interaction en face-à-face avec les bénéficiaires que se joue la mise en œuvre de l’activation et l’arbitrage entre ses deux versants, capacitant et disciplinant.

28Un premier cadre théorique a mis en évidence que ces évolutions passent par celles des modèles relationnels propres au travail social dans le sens d’une relation d’accompagnement qui actualise les injonctions morales des politiques d’activation – responsabilisation, subjectivation, contractualisation – dans les interactions concrètes avec les usagers. Ensuite, un second courant a mis en lumière le rôle des agents de terrain dans la mise en œuvre des politiques publiques par le développement de stratégies de gestion des incohérences auxquelles ils doivent faire face. Celles-ci comprennent à la fois celles du cadre légal, qui porte en germe la double dimension capacitante et disciplinante de l’activation et celles du cadre organisationnel, caractérisé par un flou sur les rôles de chaque service.

29L’analyse a tout d’abord montré que les agents d’insertion composent avec ces incohérences en développant une position commune basée sur la valorisation d’une relation de confiance et le refus du conditionnement des aides, qu’ils nomment le « contrôle ». Cette posture professionnelle permet de maintenir le lien avec les bénéficiaires malgré les obstacles pouvant affaiblir leur confiance en l’institution que les travailleurs représentent. Ils revendiquent donc la mise en œuvre d’une version capacitante de l’activation, qui leur permet à la fois de se positionner comme experts de l’insertion face au service social de première ligne, de maintenir une identité professionnelle viable et de maintenir le lien avec les usagers.

30Néanmoins, les incohérences qui pèsent sur l’interaction peuvent également constituer une ressource pour construire une confiance interpersonnelle avec le bénéficiaire. Paradoxalement, c’est l’affirmation de cette identité professionnelle basée sur la confiance qui légitime les dimensions disciplinantes de l’activation, que ce soit par leur délégation à d’autres acteurs de l’institution ou par leur usage en dernier recours dans l’interaction. Les stratégies de maintien du lien ne visent donc pas uniquement à gommer les contradictions du cadre organisationnel, mais peuvent également en tirer parti dans la mesure où les travailleurs sociaux se distancient de ces dysfonctionnements face aux bénéficiaires.

31Ainsi, les arbitrages entre versions capacitante et disciplinante peuvent engendrer des contradictions entre différents niveaux de confiance, le maintien du lien interpersonnel pouvant être privilégié au maintien de la confiance en l’institution. Marc Breviglieri avait décrit le travail social comme un processus d’élévation de la confiance du niveau personnel aux niveaux institutionnel et sociétal, en passant par le niveau interpersonnel (Breviglieri, 2008). Or cet article montre qu’il ne s’agit pas forcément d’une succession linéaire lors de laquelle chaque niveau renforcerait les suivants, car ils peuvent entrer en contradiction les uns avec les autres. En effet, la confiance interpersonnelle entre le travailleur social et le bénéficiaire peut soit renforcer, soit affaiblir la confiance institutionnelle selon la façon dont sont gérées les controverses entre acteurs de l’organisation au sein même de l’interaction. Le fait de présenter d’autres services comme plus « contrôlants » que le leur permet aux agents d’insertion de se prévaloir d’une version capacitante de l’activation tout en légitimant l’éventuel usage de ses dimensions disciplinantes. En somme, il y aurait toujours plus disciplinant que soi, ce qui permettrait de maintenir une identité professionnelle viable malgré l’accroissement d’un sentiment de « crise » dû à l’éclatement de leur modèle professionnel caractéristique de la modernité (Dubet, 2006).

Haut de page

Bibliographie

Arnsperger C. (2000), L’État social actif « de gauche » : authentique idéal de solidarité ou lamentable mascarade idéologique ?, Chaire Hoover, U.C.L., 18/10/2000, texte dactylographié [En ligne] http://www.metiseurope.eu/content/pdf/n9/8_etat_%20social.pdf (Consulté le 12/01/2013).

Astier I. (1995), « Du récit privé au récit civil : la construction d’une nouvelle dignité ? », Lien social et Politiques, n° 34, pp. 121-130.

Astier I. (2000), « Présentation du dossier : les magistratures sociales », Droit et société, n° 44-45, pp. 85-89.

Astier I. (2007), Les Nouvelles règles du social, Paris, Presses universitaires de France.

Astier I. (2009), « Les transformations de la relation d’aide dans l’intervention sociale », Informations sociales, vol. 2, n° 152, pp. 52-58.

Bergen A. (2005), « "Implementation Deficit" and "Street-level Bureaucracy": Policy, Practice and Change in the Development of Community Nursing Issues », Health and social care in the community, vol. 13, n° 1, pp. 1-10.

Breviglieri M. (2008), « L’individu, le proche et l’institution. Travail social et politique de l’autonomie », Informations sociales, vol. 1, n° 145, pp. 92-101.

Brodkin E. Z. & F. Larsen (2013), « Changing Boundaries: The Policies of Workfare in the U.S. and Europe », Poverty & Public Policy, vol. 5, n° 1, pp. 37-47.

Brodkin E. Z. & G. (dir.) (2013), Work and the Welfare State. Street-level Organizations and Workfare Politics, Washington DC, Georgetown University Press.

Dalle-Nazebi S. et al. (2012), « La construction des savoirs des agents de centres d’appels d’urgence : entre individualisation et standardisation », Sociologies Pratiques, vol. 24 , n° 1, pp. 79-91.

Dubet F. (2006), « Au-delà de la crise : le "cas" du travail social », Empan, vol. 61, n° 1, pp. 138-145.

Dubois V. (2012), « Ethnographier l’action publique. Les transformations de l’État social au prisme de l’enquête de terrain », Gouvernement et action publique, vol. 1, n° 1, pp. 83-102.

Duhant V. (2014), « Mise en œuvre de l’État social actif : étude du pouvoir discrétionnaire des agents d’insertion socioprofessionnelle dans un CPAS bruxellois », Mémoire de Master en sciences sociales, Faculté des Sciences politiques et sociales, Université Libre de Bruxelles.

Ellis K. (2011), « "Street-level Bureaucracy Revisited": The Changing Face of Frontline Discretion in Adult Social Care in England », Social Policy & Administration, vol. 45 n° 3, pp. 221-244.

Evans T. (2010), Professional discretion in Welfare Services. Beyond street-level bureaucracy, London, Ashgate Editor.

Foucart J. (2005), « Relation d’aide, fluidité sociale et enjeux symbolico-identitaires. Du paradigme réparateur au paradigme de l’accompagnement », Pensée plurielle, n° 10, pp. 97-117.

Franssen A. (2003), « Le sujet au cœur de la nouvelle question sociale », La Revue Nouvelle, n° 12, pp. 10-51.

Genard J. (2007), « Responsabilité et solidarité : État libéral, État-Providence, État réseaux », dans Soulet M.-H. (dir.), La Solidarité à l’ère de la globalisation, Fribourg, Academic Press Fribourg.

Gilson S. & M. Glorieux (2005), « Le droit à l’intégration sociale comme première figure emblématique de l’ESA. Quelques commentaires de la loi du 26 mai 2002 », dans Vielle P., Pochet P. & I. Cassiers (dir.), L’État social actif. Vers un changement de paradigme ?, Bruxelles, Presses interuniversitaires européennes-Peter Lang, pp. 233-256.

Giuliani F. (2008), « Le "chuchotement" de la relation d’accompagnement. La gestion confinée des désordres du social », dans Payet J.-P., Giuliani F. & D. Laforgue (dir.), La Voix des acteurs faibles. De l’indignité à la reconnaissance, Rennes, Presses universitaires de Rennes, pp. 195-214.

Lacourt I. (2006), « Les transformations des politiques d’aide sociale en Belgique : un éclairage en termes d’expertise », dans Cantelli F. et al. (dir), Les Constructions de l’action publique, Paris, Éditions L’Harmattan.

Lacourt I. (2007), « "Quel est votre projet ?" L’insertion socioprofessionnelle des usagers dans les CPAS bruxellois », La revue scientifique électronique pour les recherches sur Bruxelles, n°5 [En ligne] http://www.briobrussel.be/assets/andere%20publicaties/fr_36_bs5fr.pdf (consulté le 04/11/2012).

Lascoumes P. (1977), Prévention et contrôle social : les contradictions du travail social, Genève, Éditions Masson.

Lipsky M. (2010 [1980]), Street-level Bureaucracy. Dilemmas of the Individual in Public Services, New York, Russel Sage Foundation.

Maynard-Moody S. & M. Musheno (2000), « State Agent or Citizen Agent: Two Narratives of Discretion », Journal of Public Administration Research and Theory, vol. 10, n° 2, pp. 329-358.

Meyers M. K. & V. Lehmann Nielsen (2012), « Street-level Bureaucrats and the Implementation of Public Policy », dans Peter B. G. & J. Pierre (dir.), The SAGE handbook of public administration, Thousand Oaks, Ca., SAGE Publications Ltd, pp. 305-318.

Rosanvallon P. (1995), La Nouvelle question sociale. Repenser l’État-providence, Paris, Éditions du Seuil.

Soulet M.-H. (2005), « Une solidarité de responsabilisation ? », dans Ion J. (dir.), Le Travail social en débat[s], Paris, Éditions La Découverte, pp. 86-103.

Vrancken D. (2010), Le Nouvel Ordre protectionnel. De la protection sociale à la sollicitude publique, Lyon, Éditions Parangon/Vs.

Vrancken D. (2011), « De la mise à l’épreuve des individus au gouvernement de soi », Mouvements, vol. 1, n° 65, pp. 11-25.

Weller J.-M. (2000), « Une controverse au guichet : vers une magistrature sociale ? », Droit et Société, vol. 44, n° 5, pp. 91-109.

Weller J.-M. (2003), « Le travail administratif, le droit et le principe de proximité », L’Année sociologique, vol. 53, n° 2, pp. 431-458.

Zamora D. (2012), « Histoire de l’aide sociale en Belgique », Politique, n° 76, pp. 40-45.

Zamora D. (2017), De l’Égalité à la pauvreté. Une socio-histoire de l’assistance en Belgique (1925-2015), Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles.

Haut de page

Notes

1 L’aide des CPAS est dite résiduaire, c’est-à-dire qu’elle ne peut être octroyée que si le demandeur n’a droit à aucune prestation de la sécurité sociale. En pratique, elle s’adresse donc surtout aux personnes qui n’ont pas droit aux allocations de chômage.

2 Vingt-huit rendez-vous (entre deux et huit par travailleur) dont quinze à la cellule insertion et treize à la cellule emploi – cf. infra.

3 Une douzaine d’entretiens semi-directifs, soit un entretien par travailleur du service ISP et par supérieur hiérarchique (responsable du service ISP, responsable de la division sociale, Secrétaire et Président du CPAS – cf. infra).

4 Ces contrats permettent aux CPAS d’engager des bénéficiaires le temps qu’ils ouvrent leur droit aux allocations de chômage, en les mettant éventuellement à disposition d’un lieu de travail externe.

5 Loi organique des CPAS du 08 juillet 1976, chap. 1, art. 1. Publiée au Moniteur belge le 05-08-1976, n° 1976D70810, p. 9876.

6 Loi du 12 janvier 1993, contenant un programme d’urgence pour une société plus solidaire. Publiée au Moniteur belge le 04-02-1993, n° 33610, pp. 2189-2200.

7 Loi du 26 mai 2002 concernant le droit à l’intégration sociale. Publiée au Moniteur belge le 31-07-2002, n° 2002022559, p. 33610.

8 Dans le cadre de la loi du 26 mai 2002, les PIIS ne sont obligatoires que pour les bénéficiaires entre 18 et 24 ans. Cette obligation a été étendue à tous les bénéficiaires en novembre 2016 mais la recherche a été réalisée avant ce changement.

9 Résidence, âge, nationalité, ressources insuffisantes, disposition à travailler et épuisement des droits aux prestations sociales (Loi du 26 mai 2002, chap. 1, art. 3).

10 La loi du 26 mai 2002 prévoit notamment un « espace de négociation » entre le CPAS et le bénéficiaire.

11 Loi organique des CPAS du 08 juillet 1976, chap. 2. Publiée au Moniteur belge le 05-08-1976, n° 1976D70810, p. 9876.

12 Le pouvoir exécutif au niveau local.

13 À titre d’exemple, les agents d’insertion traitent en moyenne les dossiers de 259 bénéficiaires par équivalent temps-plein, soit 634 au total (statistiques issues du rapport d’activités réalisé en 2012 par le service à destination d’Actiris, l’office régional pour l’emploi), tandis que la moyenne des dossiers traités par le service de première ligne la même année est de 1790 pour l’ensemble des travailleurs (statistiques internes au CPAS).

14 Le service est composé de cinq femmes et d’un homme aux trajectoires variées : leur ancienneté varie d’un an à dix-sept ans, certains ayant déjà une longue carrière dans le travail social auparavant tandis qu’il s’agit du premier emploi pour d’autres. Tous sont diplômés d’un bachelier en travail social mais deux des travailleurs disposent également d’un master.

15 La cellule est composée de deux femmes d’une quinzaine d’années d’ancienneté et d’un homme de trois ans d’ancienneté, tous travailleurs sociaux de formation même si l’un deux suivait une formation en gestion des ressources humaines pendant la recherche.

16 Environ le même nombre de contrats signés mensuellement est environ équivalent pour chaque secteur : entre 30 et 40, selon le rapport d’activités de l’année 2012 à destination d’Actiris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valentine Duhant, « Activer la confiance: stratégies de maintien du lien dans l’aide sociale en Belgique »SociologieS [En ligne], Premiers textes, mis en ligne le 27 février 2019, consulté le 06 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/9977 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.9977

Haut de page

Auteur

Valentine Duhant

GERME, Université Libre de Bruxelles (Belgique) - vduhant@ulb.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search