Navigation – Plan du site

Présentation

Revue de l’Association internationale des sociologues de langue française, SociologieS publie des articles émanant de ses membres, d’auteurs en rapport avec des activités de l’AISLF, et plus généralement de sociologues du monde entier, principalement de langue française. Elle favorise le partage de la réflexion et l’ouverture à la diversité des courants théoriques et des perspectives méthodologiques, principalement à travers sa rubrique classique « Théories et recherches » et sa rubrique « Grands résumés » ; elle a l’ambition de faire le point sur des questions qui traversent la sociologie francophone à travers la rubrique « Dossiers ». Ouverte aux jeunes chercheurs grâce à sa rubrique « Premiers textes », aux expériences originales et aux questions de recherche dans sa rubrique « La recherche en actes », elle a aussi l’ambition de dynamiser l’espace scientifique francophone grâce à la traduction en français ou à la reproduction de textes anciens ou oubliés (rubrique « Découvertes/redécouvertes ») ou en suscitant le débat sur des enjeux théoriques, méthodologiques ou institutionnels qui traversent la sociologie francophone (dans la rubrique « Débats »).

La revue est publiée avec le soutien de l'Académie suisse des sciences humaines et sociales et de l'InSHS du CNRS.

 

Livraison février 2019

Cette livraison offre tout d’abord trois Premiers textes. Analysant les ambiguïtés et les contradictions entre dimensions capacitantes et disciplinantes des nouvelles politiques sociales, Valentine Duhant montre comment les travailleurs sociaux cherchent à établir de difficiles relations de confiance, comme condition de la pertinence de leurs interventions, mais au prix d’un défaussement par rapport aux dimensions disciplinantes de plus en plus associées à leur fonction. L’article de Clémence Boxberger s’interroge sur les « épreuves corporelles » auxquelles donnent lieu les moments de récréation dans les écoles élémentaires, en montrant notamment la place qu’y occupent et les formes qu’y prennent la violence ou son évitement. Enfin, dans son article, Abdou Simon Senghor, à partir d’une étude empirique menée dans un service de dialyse, s’intéresse aux interactions entre patients et infirmières dans la négociation des choix thérapeutiques.

C’est au champ de l’autisme et de ses politiques publiques en France que s’intéresse, dans la rubrique « Champs de recherche et enjeux de terrain » de La recherche en actes, l’article dans lequel Lise Demailly se propose de dépasser l’approche dominante opposant paradigmes analytiques et comportementalistes pour lui substituer une typologie à cinq entrées.

La rubrique Théories et recherches s’enrichit de deux contributions. Toujours sur l’autisme – et au travers de l’observation fine de leur mise en œuvre dans un service de pédopsychiatrie, Thomas Jammet, Audrey Linder et Krzysztof Skuza s’intéressent aux pratiques d’évaluation des enfants soupçonnés de troubles autistiques en montrant à la fois comment s’y articulent les compétences des différents acteurs qui y prennent part, mais aussi comment pèse sur les diagnostics l’horizon de la prise en charge future. Julie Gérard, à partir d’un terrain empirique en Belgique francophone, analyse les relations de pouvoir qui se construisent dans des processus d’accompagnement des chômeurs de plus en plus confiés à des opérateurs privés.

Le Grand résumé que propose Daniel Bizeul de son livre Martial, la rage de l’humilié, est discuté par Sébastien Chauvin et Christine Schaut, soulevant notamment la question épistémologique d’un ouvrage de sociologie dans lequel prédomine le discours à la première personne.

La livraison propose ensuite un Dossier sur le « changement institutionnel », coordonné par Lise Demailly, Frédérique Giuliani et Christian Maroy dont la spécificité revendiquée est d’en privilégier une approche multiscalaire, mais aussi de discuter abondamment une littérature anglo-saxonne peu connue et peu utilisée dans le monde francophone. Cherchant à construire une analyse du changement à partir de sa mise en contexte, Lise Demailly en propose trois modèles d’articulation. C’est ensuite au travers de l’analyse des modes d’émergence de mandats éducatifs au sein d’institutions publiques françaises que Denis Laforgue s’emploie à saisir, au-delà d’approches souvent trop généralisantes, comment changent et évoluent les institutions. S’intéressant également aux bougés de l’institution scolaire, suisse cette fois, l’article de Frédérique Giuliani s’intéresse aux changements dans les relations entre école et familles au travers de l’implémentation d’un dispositif intitulé « école des mamans ». Ce sont ensuite les changements des institutions scolaires québécoises confrontées aux impératifs d’ajustement aux exigences managériales qu’analysent Christian Maroy et Samuel Vaillancourt. Toujours au Québec, la contribution de Deena White, en se référant à la théorie de l’acteur-réseau, cherche à saisir comment s’insinue une part de contingence dans des dispositifs d’action publique basés sur le partenariat avec le secteur associatif. C’est encore une fois la nouvelle gestion publique qui est au cœur de l’article proposé par Philippe Lyet et Yvette Molina mais cette fois dans une étude comparative franco-québécoise du changement institutionnel dans des institutions du travail social. C’est également au travers d’une comparaison franco-canadienne qu’Anaïk Purenne et Anne Wuilleumier analysent les changements des politiques publiques relatives à la consommation de drogues en portant leur attention sur l’intégration des différents savoirs, d’experts mais aussi d’usagers.

Enfin, les Débats sur le « naturalisme social » s’enrichissent d’un texte dans lequel André Petitat interroge de manière transdisciplinaire le concept de code en en parcourant les différentes significations, du champ biologique à ses usages sociologiques, en passant bien sûr par ses occurrences dans les espaces de la communication.

Derniers textes