Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31Notes bibliographiquesTerres de Taureaux

Notes bibliographiques

Terres de Taureaux

Bartolomé Bennassar
p. 203-205
Référence(s) :

Jean-Baptiste Maudet, Terres de Taureaux. Les Jeux taurins de l’Europe à l’Amérique, Madrid, Casa de Velazquez, 2010, 493 p.

Texte intégral

1Ce livre est certainement un des plus remarquables qui aient été écrits à propos des tauromachies et, de surcroît, il est d’une lecture passionnante. Dans sa conclusion l’auteur écrit que la tauromachie est « un formidable marqueur territorial » (p. 417) et c’est en effet ce qu’il démontre à l’issue d’une enquête d’une ampleur exceptionnelle qui a associé le travail de terrain mené par l’auteur, de la Camargue française à l’Alentejo portugais, de la Californie et du plateau mexicain aux Andes méridionales, les entretiens avec les acteurs actuels des tauromachies (organisateurs de spectacles, éleveurs, professionnels ou amateurs), la lecture des ouvrages et revues spécialisées (et notre revue est citée et utilisée à plusieurs reprises), celle des règlements, l’assistance aux spectacles de toutes sortes qu’ont suscités les jeux taurins etc.… Il me semble qu’un géographe bien au fait de la chose taurine était le plus qualifié pour mener à bien cette entreprise ambitieuse. C’est le cas de Jean-Baptiste Maudet, actuellement maître de conférences de Géographie à l’Université de Pau. Tous les aficionados a los toros qui veulent en savoir davantage à propos de leur passion devraient lire et posséder cette bible.

2Si la corrida à l’espagnole est « la seule véritable forme tauromachique d’envergure transatlantique » (p. 416), puisque d’Espagne elle a gagné le Mexique, la Colombie, le Venezuela, l’Équateur et le Pérou (et sous une forme soft la Californie), le rodéo est une forme taurine panaméricaine aux multiples ramifications, que l’on trouve dans l’ouest des États-Unis où il est né mais aussi au Mexique, dans les llanos de Venezuela et de Colombie, dans le sertao brésilien et jusqu’au Chili. Certaines pratiques proches du rodéo correspondent à des aires géographiques marquées par « une forte homogénéité historique et culturelle, parfois même paysagère » : tels les charreadas et jaripeo mexicains, le coleo des llanos colombiens et vénézueliens, la vaquejada du sertao, l’étrange turupuklay des Andes méridionales qui associe le taureau au condor, mais aussi les abrivados camargais ou les concours de recortadores qui ont pris dans le bassin de l’Èbre (de la Navarre au delta) un développement remarquable depuis 20 ans. Il arrive que certains jeux taurins soient la marque spécifique d’une communauté humaine dispersée de l’Europe aux États-Unis ou au Brésil : c’est le cas extraordinaire (et dont j’ignorais tout) de la communauté açorienne issue de l’île Terceira et à qui on doit l’essor récent dans la Central Valley Californienne, avec construction de nombreuses arènes des corridas soft, sans mise à mort et sans effusion de sang (ni piques ni banderilles), mais aussi les farras do boi du littoral de l’état brésilien de Santa Catarina (en particulier l’île de Florianopolis), beaucoup plus anciennes et d’une grande diversité : boi-na-vara qui rappellent les touradas a corda de l’île Terceira, toujours bien vivantes, ou les taureaux lâchés dans les champs (boi-no-campo ou boi solto).

3Le concept de territoire suppose celui de frontière et l’auteur, dans les dernières pages de son livre, a tiré un excellent parti de la notion de frontière taurine par exemple à propos de la France, pays « qui est coupé en deux par une frontière légale de la tauromachie. Cette frontière constitue à la fois une exception remarquable dans le droit français et une exception parmi les pays de corrida » (p. 427). Il est vrai que l’Espagne est maintenant dans cette situation puisque les corridas devraient être interdites dès l’année prochaine sur le territoire de la Communauté autonome de Catalogne.

4Mais J.-B. Maudet sait éviter les pièges : ainsi, il explique avec élégance le dilemme catalan. Comment expliquer la contradiction entre l’aficion de Ceret, bastion torista en France, et le rejet au moins partiel de la tauromachie par la Catalogne « espagnole », alors même que les gens de Céret revendiquent leur catalanité en chantant l’hymne d’Els Segadors lors de leur fête ? « La tauromachie n’est donc porteuse d’aucune valeur territoriale intrinsèque. Elle n’est porteuse de valeur territoriale qu’en fonction d’un lieu pris dans un contexte national et frontalier plus englobant. Sur ce point, la démarche multiscalaire du géographe est irremplaçable. » (p. 312).

5Il est impossible de rendre compte de la richesse d’un tel livre dans les limites de cette reseña. Je voudrais seulement indiquer au lecteur ce qu’il peut espérer trouver dans ce livre.

6D’abord la distinction très suggestive entre tauromachie professionnelle et tauromachie participative. L’étude de la tauromachie professionnelle est conduite méthodiquement : les aires et les ferias majeures d’Espagne, de France du Mexique, de Colombie, du Venezuela, du Pérou, sont étudiées d’une manière très remarquable avec un sens aigu de leurs spécificités : ainsi l’auteur montre que la place d’Acho à Lima, qui jouit d’un immense prestige car elle date de 1766 (!) est en quelque sorte « déconnectée de la trame taurine péruvienne ». Fortement intégrée au marché taurin international, elle est un élément du réseau des grandes arènes latino-américaines et n’a pas pour fonction de célébrer les grands noms de la tauromachie nationale. Est-ce pour cela que le Pérou n’a pas encore produit de grand torero, à la différence du Mexique, de la Colombie ou même du Venezuela ?

7L’auteur montre aussi comment la feria de Jesus del Gran Poder à Quito, intelligemment créée en 1960 par un groupe d’aficionados a tiré la tauromachie équatorienne vers le haut, avec, depuis 1977, l’importation de bétail espagnol qui modifie la qualité des élevages installés sur les pentes des volcans ; J-B. Maudet montre encore l’importance essentielle du Mexique central qui dans le polygone Aguascalientes-Guadalajara-Mexico-Puebla produit 80 % des spectacles et totalise 70 % des arènes permanentes. Il distingue bien et explique les phases d’expansion et de récession des tauromachies de chaque pays, par exemple l’actuel déclin du Venezuela opposé à la croissance colombienne. Il n’ignore pas l’importance du facteur humain : il est évident que Rodolfo Gaona, Armillita, Arruza, entre autres, ont beaucoup compté dans l’expansion de la tauromachie mexicaine, de même que les frères Giron (César surtout) dans celle du Venezuela ou Cesar Rincon pour la Colombie car le retentissement de ses 4 sorties a hombros de Las Ventas a été énorme. Les diversités régionales espagnoles sont également soulignées (grossièrement une Andalousie torerista et un Nord torista) et la complexité du cas catalan, avec une revendication identitaire qui masque le goût pour le toreo, n’est pas éludée. Les différences entre le sud-est et le sud-ouest français ( ce dernier plus proche de l’Espagne et notamment de la Navarre) sont expliquées avec finesse et la part de la France dans cette étude exhaustive n’est pas le moins du monde négligée.

8Le plus étonnant est peut-être l’extraordinaire développement des tauromachies participatives, phénomène ancien mais qui a pris depuis 20 ou 30 ans une extension considérable. De plus, la diversité des jeux taurins qui mobilisent ces participants est presque infinie aussi bien en Europe qu’aux Amériques. Dans le cas de l’Espagne « il s’agit assurément de l’aspect le plus méconnu et le moins étudié de la tauromachie espagnole qui, jusqu’à une date récente, passait largement inaperçu du plus grand nombre. » (p. 227). D’ailleurs ce n’est que le 10 mai 1982 que les festejos taurinos populares ont été autorisés officiellement. Dans certaines provinces (Madrid, Valence, Castellon, Navarre) ces festejos se comptent annuellement par centaines ! Les concours de recortadores (500 par an ?), devenus « incontournables » dans l’Espagne du nord-est, qui ont d’incontestables affinités avec les pratiques des bous al carrer valenciens, des écarteurs landais et des razeteurs rhodaniens en sont un des exemples les plus intéressants. Les encierros castillans (provinces de Guadalajara et Valladolid surtout) soulignent eux aussi la dimension populaire de la tauromachie (p. 230) En bref, en Espagne, le nombre très élevé des fêtes et spectacles populaires créés et interprétés autour du taureau, suivis par des centaines de milliers de personnes, démontre l’enracinement profond dans ce pays, de la relation entre hommes et taureaux, souvent compliquée, comme au Portugal, par l’intervention du cheval. Au point qu’il est impossible d’envisager leur disparition !

9D’autre part, les jeux taurino-équestres dérivés du rodéo étasunien ou des pratiques des charros mexicains, des vaqueiros du Nordeste brésilien ou des gauchos du Rio Grande do Sul représentent une autre veine d’une richesse qu’on ne soupçonnait pas. Il existe même un rodéo chilien, reconnu sport officiel en 1962 qui dispose de quelque 200 arènes et a fait naître plus de 250 clubs qui participent au championnat national de rodéo organisé dans la ville de Rancagua. Et dans la zone littorale de l’Équateur, sous l’impulsion de la ville de Salitre, une autre forme de rodéo, le montubio, prétend incarner la persistance de la culture indigène (?)

10Bien entendu, l’auteur n’est parvenu à connaître et comprendre des jeux d’une telle variété de formes et d’expressions que grâce à l’exploration des espaces tauromachiques qui constitue la troisième partie du livre et qu’il conduit avec le métier affirmé d’un bon géographe (p. 215-416). Cette exploration ne concerne pas seulement les « arènes et hauts lieux taurins » mais aussi les élevages. On découvre mille choses : la hiérarchisation de l’espace taurin espagnol qui s’accommode de l’ubiquité des jeux taurins populaires, le rééquilibrage récent nord-sud au Portugal au détriment de l’Alentejo ; le « désir d’hispanité » qui court autour de la frontière taurine franco-espagnole ; l’extrême complexité de l’espace taurin mexicain, dont Frédéric Saumade nous avait déjà donné une idée assez claire ; les contrastes entre les ferias réputées de l’altiplano colombien (Cali, Manizales) et les toros coleados des llanos orientaux avec Villavicencio et Aguazul pour centres, la spécificité andine de la tauromachie venezuelienne qui concentre les « hauts lieux taurins » (Merida, Valencia, San Cristobal) dans l’ouest du pays ; les cinq « routes tauromachiques » des Andes péruviennes qui conditionnent la localisation et la chronologie des corridas, et qui marquent la domination du nord, autour de Trujillo et de Cajamarca, en juin et juillet pour l’essentiel ; la façon dont s’est structuré l’espace taurin des Andes équatoriennes, au nord du pays d’autant qu’en Équateur où les autorités municipales décident des spectacles, la troisième ville, Cuenca, la métropole du sud, a interdit les corridas au nom de la protection des animaux, domestiques et sauvages…

11L’auteur est géographe. On ne s’étonnera donc pas que l’ouvrage compte de nombreuses cartes, très précises, de tous les espaces taurins étudiés, mais aussi un glossaire précieux… et indispensable, des figures, une bonne bibliographie. De plus un CD-Rom joint au livre présente en annexe les arènes et les spectacles de la plupart des pays taurins.

N.-B. : L’ouvrage peut être commandé à la Casa de Velazquez, C/ Paul Guinard, n° 3, MADRID.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1015/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bartolomé Bennassar, « Terres de Taureaux »Sud-Ouest européen, 31 | 2011, 203-205.

Référence électronique

Bartolomé Bennassar, « Terres de Taureaux »Sud-Ouest européen [En ligne], 31 | 2011, mis en ligne le 29 avril 2015, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/soe/1015 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.1015

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search