Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31Notes bibliographiques50 questions à la ville

Notes bibliographiques

50 questions à la ville

Alain Lefebvre
p. 205-206
Référence(s) :

Jean-Pierre Augustin, Michel Favory (eds), 50 questions à la ville : comment penser et agir sur la ville - Autour de Jean Dumas, Publications de la Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, novembre 2010, 454 p.

Texte intégral

1Le genre éditorial, cher au milieu universitaire, des « Mélanges en l’honneur de… » n’est pas facile à manier : entre la tentation du propos hagiographique à l’égard du bénéficiaire et le patchwork de contributions sans cohérence, la voie est étroite pour produire une œuvre qui honore le dédicataire tout en faisant progresser la connaissance scientifique. C’est donc avec une certaine appréhension que débuta la lecture de ces « 50 questions à la ville », d’autant que l’ouvrage est composé de pas moins de 56 contributions – nécessairement brèves en dépit de la haute densité typographique d’un volume de 454 pages – en sus de l’introduction générale cosignée par Jean-Pierre Augustin et Michel Favory et d’une conclusion en forme de « synthèse prudente », signée par Jean Dumas lui-même.

2Il est vrai que la richesse et la diversité du parcours scientifique et professionnel de Jean Dumas contribuent à justifier ce choix de la profusion, au même titre que le souci des directeurs d’ouvrage de « croiser les points de vue », rejoignant en cela la préoccupation constante de l’ancien directeur de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (entre 1987 et 1999) de développer des programmes de recherche pluridisciplinaires. Mais le propos de l’ouvrage va bien au-delà d’un hommage parfaitement mérité. Le sous-titre « comment penser et agir sur la ville ? » donne la mesure de cette ambition : il s’agit de croiser des points de vue d’universitaires et de praticiens de l’aménagement sur les questions fondamentales qui se posent aujourd’hui aux sociétés urbaines. Croisement pertinent mais néanmoins peu apparent à la lecture des contributions, dans la mesure où les interrogations et les intuitions formulées sur le devenir du fait urbain ne se partagent pas ici en deux camps distincts mais recouvrent largement la diversité des appartenances professionnelles des contributeurs.

3Par ailleurs, Jean-Pierre Augustin et Michel Favory ont pris soin de proposer un découpage clairement structuré de l’ouvrage en trois parties introduites avec soin et intitulées successivement « Sémiotiques : les langages de l’urbain », « Stratégies : les acteurs urbains », « Synergies : les énergies urbaines ». Certes ce classement paraît quelquefois un peu artificiel (la troisième partie est très… composite). On notera d’ailleurs qu’il ne correspond pas directement aux trois axes problématiques retenus dans l’introduction générale (i.e la forme urbaine, le changement et le projet), ni même tout à fait au triple questionnement (dire, faire, comprendre la ville) dégagé par Jean Dumas dans sa contribution finale. Néanmoins on peut voir dans cet assemblage problématique une sorte « d’ouverture épistémologique » ou tout au moins une volonté de rechercher de nouveaux agencements paradigmatiques qui soient pertinents à l’époque de la modernité 2 dont parle Jean Dumas pour la distinguer des analyses fonctionnalistes en vigueur à l’époque de la modernité 1.

4Cette volonté de proposer un « fil rouge cognitif » à partir d’un très large panel de contributions se retrouve dans l’importance donnée à la dimension sémiotique de l’urbanité ainsi que dans l’attention soutenue accordée aux faits de « superstructure » (religion, sport, culture…), sans chercher à s’appesantir trop longuement sur les analyses classiques de détermination économique, voire de gouvernance territoriale. Si la question de la métropolisation occupe une place éminente dans l’ouvrage, elle y est présente en tant que question de recherche ouverte aux émergences, aux incertitudes, aux hésitations, aux sensations, aux antipodes d’un système explicatif refermé sur lui-même. On a là peut-être quelques jalons de ce que pourrait être une « géographie compréhensive », à condition toutefois que celle-ci ouvre plus largement la porte à ceux qui « vivent » la ville, à toutes celles et ceux qu’il serait trop commode d’assimiler aux individus et aux groupes qui la « disent », la « font » ou la « comprennent ».

5Le champ d’étude balisé dans l’ouvrage est principalement bordelais. Ce n’est pas une surprise, étant donné l’inscription territoriale du dédicataire, à la fois comme chercheur et acteur de l’aménagement urbain. Quelques autres contextes territoriaux sont évoqués (la Chine, l’Afrique noire, le Canada), de manière assez peu convaincante, il faut le dire, en l’absence d’une méthodologie comparative adéquate. Plus intéressante que ces ouvertures à caractère trop exotique, on relève la présence de plusieurs signatures québécoises, même si la grande majorité des contributeurs appartiennent à la communauté scientifique hexagonale avec une forte consonance bordelaise. Ces contributions d’outre-atlantique ne sont d’ailleurs pas totalement extérieures au champ universitaire aquitain, dans la mesure où leurs auteurs ont effectué une partie de leur parcours académique à Bordeaux, ville universitaire réputée pour la qualité et l’intensité des relations scientifiques qu’elle entretient avec la « Belle province » et l’ensemble du Canada. En tout cas la présence de ces signatures extérieures contribue à plusieurs reprises à décentrer utilement un discours hexagonal un peu convenu (notamment sur la notion d’espace public ou sur la question de la place de l’art dans la ville)

6Au total et malgré quelques défauts qui ne sont pas tous inhérents à la structure même de l’ouvrage (certains auteurs semblent avoir eu du mal à respecter le cahier des charges fourni par les co-directeurs), ce livre présente un grand intérêt, tout particulièrement pour des géographes désireux de marcher en dehors de sentiers trop battus. Il peut être lu en effet de deux manières : soit comme une synthèse (prudente certes mais néanmoins stimulante) des interrogations contemporaines sur le fait urbain, à travers ces 56 « éclats de ville » dont parle judicieusement Jean Dumas ; soit comme une introduction aux recherches et aux interrogations des auteurs rassemblés dans l’ouvrage en même temps qu’une invitation à approfondir la connaissance de leurs travaux en utilisant les repères bibliographiques utilement indiqués à la fin de chacune des contributions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Lefebvre, « 50 questions à la ville »Sud-Ouest européen, 31 | 2011, 205-206.

Référence électronique

Alain Lefebvre, « 50 questions à la ville »Sud-Ouest européen [En ligne], 31 | 2011, mis en ligne le 29 avril 2015, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/soe/1018 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.1018

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search