Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31Notes bibliographiquesSanté et mondialisation

Notes bibliographiques

Santé et mondialisation

Dominique Laffly
p. 206-207
Référence(s) :

Virginie Chasles (dir.), Santé et mondialisation, Éditions de l’université Jean Moulin Lyon 3, 2010, 328 p

Texte intégral

1Cet ouvrage fait suite au colloque éponyme organisé par l’EA 4129 « Santé Individu Société » en 2010 du 12 au 13 mars à Lyon. Il s’agit d’un ouvrage collectif de 328 pages où 24 auteurs et co-auteurs présentent leurs travaux de recherche. Jeanne-Marie Amat-Roze préface l’ouvrage laissant Alain Vaguet assumer l’introduction générale et Jean-Philippe Pierron la conclusion générale. Tout en soulignant l’importance des croisements méthodologiques, des disciplines et des comparaisons internationales, l’ouvrage s’organise autour de trois thèmes principaux :

  • l’émergence et la diffusion des maladies mondiales ;

  • la mobilité des populations et des malades ;

  • la diffusion des savoirs et des pratiques.

2Dans la préface, madame Amat-Roze se réjouit de voir émerger à Lyon un pôle de Géographie de la santé comme en témoigne la tenue du colloque « Santé et mondialisation ». Elle rappelle au passage que la Géographie de la santé – bien qu’un temps oubliée – est ancienne et fondatrice dans la discipline. Quant à la mondialisation en question, il est évident qu’elle est incontestablement porteuse de risques sanitaires tout en offrant à la fois des solutions pour y faire face voire éradiquer certaines formes de pathologies qui touchent inéquitablement les populations de la Terre. Encore faut-il s’en donner les moyens et il y a urgence puisque les maladies, elles, n’attendent pas.

3Alain Vaguet est brillant dans son introduction générale en posant d’entrée de jeu et sans ambages la question de l’abdication des États dans le domaine de la mondialisation de la santé. Les faits sont là nous rappelle l’auteur : la majeure partie de l’humanité n’a pas accès aux soins et aux médicaments ; la faiblesse des organismes multilatéraux ne leur permet pas d’imposer une éthique spécifique aux affaires de santé ; les médicaments des pays riches restent dans le plupart des cas inaccessibles aux pays pauvres. Pourtant les travaux de Spencer Moore démontrent que, comme le résume Alain Vaguet, la mondialisation économique c’est la santé. Citant en cela Moore « l’état de la santé des nations est réglé par le niveau d’intégration de leur économie à l’économie mondiale » Alain Vaguet nous rappelle cependant des exceptions : même pauvre l’État peut beaucoup pour la santé (Sri Lanka) et, a contrario, mêmes les plus riches ne s’empressent pas d’agir pour le bien sanitaire de leur population (en France, par exemple, à propos de la territorialisation des professionnels de la santé). D’une manière générale, le constat est pourtant simple, réduire la pauvreté et restaurer davantage d’égalité demeure vraisemblablement le meilleur atout pour améliorer la santé globale et limiter les épidémies. L’auteur ne peut cependant que regretter qu’en l’état, la gouvernance sanitaire mondiale demeure inopérante ou presque car il n’existe pas de moyen de pression sur les États. Pour conclure, Alain Vaguet nous rappellent que la « recette libérale fait recette partout » et qu’une certaine marchandisation de la santé est réclamée par beaucoup de chercheurs en santé publique. Marchandisation qu’il convient de ne pas confondre avec « machination mondialisatrice » puisque l’État encore et toujours lui doit en matière de santé plus que jamais être présent… du local au global.

4La diversité des thèmes et des exemples abordés ensuite dans l’ouvrage est telle qu’on ne peut en faire une synthèse ici. Médicaments, savoirs, Inde, Canada, stratégies d’action, interculturalité, mannequins anorexiques, dengue, diabète, migrants, tourisme médical… sont autant de thèmes et de pays que l’on retrouvera à la lecture de l’ouvrage.

5Jean-Philippe Pierron tente de nous convaincre en conclusion que le géographe pense avec ses pieds là où le philosophe recherche la transmission de valeurs : « l’humanité, dans son universalité, où qu’elle se situe sur cette planète et dans le temps, se soucie de santé ». La santé globale n’est pas celle locale, la santé individuelle n’est pas celle prise en charge par l’OMS… Ainsi, la santé peut-elle être appréhendée de façon universelle tant elle est héritée de pratiques sociales et culturelles, comment donc penser la mondialisation de la santé ? La globalisation des systèmes thérapeutiques ne se heurte-t-elle pas au savoir archaïque des modèles thérapeutiques traditionnels ou ne doit-elle pas au contraire les incorporer ? Ce n’est pas un mal après tout qu’une certaine forme d’altérité résiste à la mondialisation des pratiques de santé. En revanche, « l’incompréhensible, c’est le prix à payer pour une mondialisation qui ne soit pas une prédation généralisée ni la voie ouverte à un scepticisme relativiste ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Laffly, « Santé et mondialisation »Sud-Ouest européen, 31 | 2011, 206-207.

Référence électronique

Dominique Laffly, « Santé et mondialisation »Sud-Ouest européen [En ligne], 31 | 2011, mis en ligne le 29 avril 2015, consulté le 06 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/soe/1022 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.1022

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search