Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31Notes bibliographiquesL’exil et les barbelés

Notes bibliographiques

L’exil et les barbelés

Philippe Dugot
p. 207-208
Référence(s) :

Colette Berthès, L’exil et les barbelés, Paris, Éditions Riveneuve, 2011, 232 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage n’est pas un ouvrage de géographie. Il se veut le recueil de l’histoire d’un camp d’internement de républicains espagnols, suite à leur défaite puis à leur départ précipité de la Péninsule. Le premier convoi arrive en garde de Caussade en mars 1939. Viendront par la suite s’y adjoindre, à partir de 1940, des prisonniers polonais puis, sur le chemin de l’anéantissement, certains des Juifs raflés dans la région. Au total ce sont entre 15 000 et 16 000 Espagnols, auxquels il faut donc ajouter plusieurs centaines de Polonais et de Juifs, qui passeront plus ou moins de temps dans ce camp situé dans la commune de Septfonds, au nord-est du département du Tarn et Garonne. La construction du camp permet de mesurer, après une phase de désorganisation somme toute assez compréhensible dans le contexte de l’époque, l’efficacité malheureuse des autorités françaises. On explore également la quotidienneté de la vie du camp, la nourriture, les activités politiques, le travail à l’extérieur mais aussi le lot de tous les camps, la maladie et la mort. Les attitudes de la population locale à l’égard de cette population s’échelonnent de l’indifférence à la pitié en passant par l’opportunisme le plus crasse à l’égard d’une main-d’œuvre corvéable.

2De l’auteure nous ne savons que peu de chose à part qu’elle est originaire de cette région et qu’au hasard d’une vie professionnelle, dont on dira qu’elle est très diverse, elle a vécu à Paris et au Moyen Orient. On nous précise aussi que l’auteure est engagée dans plusieurs associations. Elle n’est pas géographe.

3Pourquoi dès lors faire la recension de ce livre dans une revue de géographie ? Parce qu’il se situe dans le Sud-Ouest et s’inscrit donc dans l’orientation géographique de notre ligne éditoriale ? Maigre justification tant il faudrait rendre compte alors de l’abondante production de nos collègues historiens ayant pour cadre ce territoire, sans oublier la pléthore d’historiens locaux, d’écrivains du cru et autres amoureux de la région. Ajoutons d’ailleurs, puisque nous parlons de nos collègues historiens, que nous nous garderons bien d’émettre un jugement sur la méthode suivie dans cet ouvrage même si le travail nous semble sérieusement étayé par une bibliographie honorable et surtout par des sources de première main constituées d’entretiens avec des témoins directs. Ce matériau est rendu fragile par le temps qui passe. D’ailleurs l’auteure, avec modestie, ne revendique pas une « totale objectivité ». Mais le recueil de ce matériau est d’autant plus indispensable que dès le 10 juillet 1945, les archives du Centre d’Internement, dans un déni manifeste de mémoire, ont été incinérées et que du camp, d’une emprise pourtant importante (ce dont témoigne l’insertion d’une photographie aérienne de juillet 1939) il ne reste rien de très visible. L’accueil des réfugiés espagnols pose certes la question des relations difficiles avec le voisin du Sud des Pyrénées, écueil mémoriel d’une histoire qui fut conflictuelle et demeure encore teintée de méfiance. L’ancienneté et la stabilité de la frontière ne doivent pas le faire oublier tant cela pèse encore, plus qu’on ne le pense souvent, dans les relations et les projets mutuels. Mais ce n’est là qu’une raison secondaire.

4L’utilité de cet ouvrage tient surtout en ce qu’il aide à entrevoir notre territoire sous un angle différent, à lui donner une épaisseur mémorielle, autre que celle qui percole aisément des multiples témoignages architecturaux médiévaux dans les villes plus ou moins grandes qui parsèment le Sud-Ouest. Il faut faire mentir Céline qui, dans Voyage au bout de la Nuit, écrit qu’il y a bien longtemps « que les guerres ne vont plus par là ». Sans doute que le Sud-Ouest a été épargné par les grandes batailles contemporaines mais il faut se méfier du paravent des vieilles pierres. La commune qui a servi de cadre à ces événements récents – des témoins directs sont encore vivants – ne compte à ce jour qu’un peu plus de 2 000 habitants (2 090 selon l’INSEE en 2008) qui, comme en bien d’autres endroits de notre région, peuvent cultiver le sentiment assez rassurant d’être à l’abri des heurts et des malheurs du monde pratiquement depuis que les compagnies anglo-gasconnes opéraient dans le secteur. Ce que cette petite ville enchâssée dans sa campagne ne dit pas (comme d’autres, Catus dans le Lot par exemple), c’est que ce cadre bucolique a aussi été, dans une histoire récente, le réceptacle du pire –sans doute aussi du meilleur – de l’âme humaine. De cela le géographe, celui qui scrute le fonctionnement des sociétés humaines dans leur territoire actuel, mais aussi à venir, doit se souvenir. Il ne s’agit pas pour autant de tomber dans l’auto-flagellation permanente. L’histoire du Sud-Ouest comme l’histoire de France sont riches de hauts faits et de cela aussi il convient de se souvenir car c’est de la construction permanente de notre pays dont il est question. À ne remuer que les remugles il y a le danger que la collectivité France ne puisse plus s’asseoir sur une solidarité suffisante. Pour autant l’oubli n’est pas la solution. C’est en ayant conscience que la France n’est pas éternelle (relire Renan ou Hugo là-dessus) qu’il importe aussi d’avoir cette mémoire et de veiller à ce qu’elle ait un ancrage territorial jusqu’aux échelles les plus proches de la quotidienneté : « N’oubliez pas que cela fut » nous conseille Primo Levi dans l’ouvrage Si c’est un homme et le rappel est d’autant plus efficace que la proximité géographique est grande (sans doute plus que la seule proximité temporelle, car après tout, l’Europe a connu Srebrenica en juillet 1995). C’est aussi le rôle du géographe que le territoire, nécessairement fait de mémoire, ne l’ait point trop sélective, sous peine de ne pas voir l’orage à l’horizon. C’est à cette aune qu’il faut lire et juger de l’importance des quelques repères mémoriels posés à Septfonds : le cimetière des espagnols, l’oratoire des Polonais ou la reconstruction d’un baraquement en juillet 2008. C’est à cette aune aussi qu’il faut mesurer l’importance de la commémoration réalisée à Septfonds chaque 8 mai.

5Voilà qui nous fait penser à un autre livre lu quelques mois auparavant et qui lui aussi, dans un style très différent et sans ambition de faire de l’histoire, n’en rend pas moins compte d’un autre camp d’importance, celui de Rivesaltes dans le Roussillon tout proche (Alain Monnier, Rivesaltes. Un camp en France, Cahors, La Louve éditions, 2008). Créé en 1938, il a lui aussi accueilli des Républicains espagnols puis des Tziganes et des Juifs, quelques prisonniers allemands et enfin, des harkis. Aujourd’hui qu’en reste-t-il ? Ce n’est pas la tabula rasa de Septfonds puisque quelques baraquements sont encore débout mais ce n’est pas plus un lieu de mémoire reconnu et balisé, encore moins commémoré ! Et c’est là que l’ouvrage du romancier toulousain, d’une très grande maîtrise stylistique, est d’une lecture complémentaire, offrant là encore une leçon dont on doit aider les territoires à se souvenir : « Se rendre sur un lieu de mémoire […] c’est d’abord aller vers soi. C’est se mettre dans un cadre qui vous contraint à réfléchir et vous interdit de vous échapper, alors que notre époque moderne est organisée pour que vous puissiez sans cesse vous échapper et ne jamais avoir le temps de réfléchir. En ce sens, une commémoration est sans nul doute devenue, dans le monde d’aujourd’hui, un acte de rébellion » (p. 80).

6Décidément, la géographie c’est longitude, latitude, altitude mais c’est aussi du temps dont nos sociétés actuelles et à venir ne sont que la lente mais implacable sédimentation.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1025/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Dugot, « L’exil et les barbelés »Sud-Ouest européen, 31 | 2011, 207-208.

Référence électronique

Philippe Dugot, « L’exil et les barbelés »Sud-Ouest européen [En ligne], 31 | 2011, mis en ligne le 29 avril 2015, consulté le 30 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/soe/1025 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.1025

Haut de page

Auteur

Philippe Dugot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search