Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31Notes bibliographiquesAtlas des énergies mondiales

Notes bibliographiques

Atlas des énergies mondiales

Philippe Dugot
p. 208-210
Référence(s) :

Bertrand Barré, Bernadette Mérenne-Schoumaker, Atlas des énergies mondiales. Un développement équitable et propre est-il possible ?, Autrement, Paris, 2011, 95 p.

Texte intégral

1Au moment de l’écriture de cette recension, il est beaucoup question de l’exploitation des « gaz de schiste ». Non pas que celle-ci soit nouvelle, notamment de l’autre côté de l’Atlantique, mais c’est aujourd’hui son exploitation en France qui se trouve posée. Cette seule hypothèse a provoqué une formidable levée de bouclier. Ailleurs dans l’Union européenne, en Pologne, peut-être dotée d’importants gisements, c’est plutôt un vent d’optimisme qui semble l’emporter. On y voit tout à la fois un relais au charbon, une potentialité de développement et une chance de sortir de l’inféodation au gaz fourni par un voisin russe toujours redouté. Sans doute l’opposition des deux exemples fleure bon la caricature du type « vieille Europe » vs « jeune Europe ». Il y a en France des tenants prométhéens d’une telle exploitation – d’ailleurs le groupe Total a le bénéficie d’une concession d’exploration en Pologne – tandis qu’en Pologne on relève des réticences citoyennes, sans doute pas selon la même proportion. On peut aussi se souvenir que le mix énergétique n’est pas le même et que le lobby nucléaire pèse fortement en France. Les deux pays étant membres de l’Union européenne, confrontés à la problématique commune d’une dépendance énergétique, ils affichent pourtant des stratégies très différentes d’où la difficulté pour l’Union d’une politique commune en la matière en dépit d’une communauté de destin.

2Pourquoi commencer par cette évocation ? Nous aurions pu d’ailleurs prendre d’autres exemples polémiques : les débats autour du nucléaire après la catastrophe de Fukushima, les débats provoqués par les projets de grands barrages, au Chili, sur le Mékong ou ailleurs, etc. Nous aurions pu aussi commencer par un témoignage plus personnel, celui de la noria de camions que l’auteur de ces quelques lignes entend de son bureau quelque part dans le Lauragais au moment des moissons. Un point commun derrière tout cela, toujours le même, l’énergie ! Le thème s’insère partout, de l’aménagement urbain à la géopolitique mondiale. Mais le sujet est complexe car la diversité des sources d’énergie, liée à la complexité à établir des bilans sur les ressources ou les avantages de telle source sur telle autre, sans parler des modalités d’organisations des flux de marchandises ou d’hommes comme gage plus ou moins avérés d’économies, s’obscurcit de postures très idéologiques. C’est pour cela que l’énergie suscite tout à la fois espoirs et inquiétudes, nourrissant les incertitudes autour de notre mode de développement ou promettant peut-être de nouveaux ressorts de croissance, voire un modèle de développement renouvelé. La question énergétique produit autant de Cassandres et de misonéistes que de Prométhéens. Pierre George dans l’introduction de « sa » Géographie de l’énergie (Librairie de Medicis, 1950) écrit que « ce n’est que dans la légende que l’on arrête la marche du soleil et ce n’est que dans l’illusion que l’on suspend la progression de l’histoire ». Voilà résumé une bonne partie de la problématique énergétique.

3L’énergie est donc chose essentielle pour notre monde incertain et un élément central à prendre en compte à toutes les échelles pour le géographe. Qu’il pratique de l’aménagement du territoire, qu’il fasse de la géopolitique ou qu’il veuille apprécier les capacités agricoles face à l’inéluctable montée de la demande, le géographe croise nécessairement sur son chemin la question de l’énergie, de son type, de ses incidences, de ses insuffisances et de son coût.

4Comme nous l’avions dit du précédent ouvrage de Bernadette Mérenne-Schoumaker, toute publication sur ce thème – à condition qu’elle se soit dégagée d’un lobbying puissant qui affleure derrière beaucoup d’ouvrages et de revues spécialisées – est donc bienvenue. Bernadette Mérenne-Schoumaker partage là le clavier avec Bertrand Barré, présenté comme ayant travaillé « dans les domaines de la R&D et de la géopolitique de l’énergie ». Cet ouvrage est d’une structure fort différente de l’ouvrage précédent et de ce point de vue, il lui est complémentaire, à la fois sur le fond et dans la forme. Dans la forme sans doute est-il parfois un peu frustrant de n’avoir que des morceaux de textes dont la compacité peine à permettre d’investiguer les questions en profondeur. Sans doute que l’abondance de l’iconographie invite trop souvent au survol plus qu’à une lecture précise. C’est le risque inhérent à cette collection. Mais sous réserve que l’on fasse l’effort de ne pas se laisser emporter par le flot de ces multiples morceaux d’informations accolés pour former l’ouvrage – néanmoins organisé en chapitres efficaces – et que l’on prenne le temps d’en ingurgiter patiemment les différents éléments, un tableau, un peu à la mode des pointillistes, finit par en émerger.

5En effet, l’un des atouts de cet ouvrage est d’offrir une approche synoptique de la question. On y pose des questions – et on y apporte des réponses – fort pertinentes. On est loin de plus vieilles géographies de l’énergie où il s’agissait surtout de mettre en évidence une géographie de la production. L’effort est néanmoins fait en la matière et les principales sources d’énergie sont présentées. On y souligne des faits dont on regrette que parmi les assertions médiatiques fréquentes sur le sujet, ils ne soient pas davantage donnés en contrepoint. Ainsi, on avance parfois les agrocarburants comme une des solutions à la hausse de la demande de l’énergie. Les auteurs prennent soin de préciser que « pour alimenter en biocarburants 2 milliards de véhicules, il faudrait y consacrer la totalité des terres labourables. Le maïs nécessaire au plein d’un 4-4 nourrirait un Mexicain pendant un an ». Mais au-delà de la seule géographie d’une production, ce sont là tous les aspects de la question qui sont envisagés. On interroge aussi les facteurs de consommation et de sur-consommation énergétique en amenant le champ réflexif sur les terrains de l’aménagement du territoire, de l’urbanisme et plus généralement des modes de consommation. Sur tous ces thèmes, le sujet est loin d’être épuisé, mais le grappin a au moins le mérite d’avoir été lancé. On n’oublie pas la dimension environnementale de la production et de la consommation d’énergie. La comparaison que l’on peut établir avec l’ouvrage de Pierre George mentionné plus haut est saisissante : alors que le versant environnemental de l’exploitation énergétique n’est pas exploré dans le travail de Pierre George, il s’invite là puissamment comme un facteur clef de la problématique énergétique. Autre temps, autre mœurs, autres visions, y compris de géographes… et non des moindres. De nombreuses têtes de chapitre attirent l’attention. Exemples parmi d’autres : « La voiture électrique est-elle propre ? » ou « Le charbon peut-il être propre ? » ou encore « Les énergies renouvelables, une solution viable ? ».

6Tout cela produit en définitive un ouvrage complet et passionnant. Parfois sans doute ne sommes-nous pas d’accord avec tel choix de document ou telle façon de présenter les choses. On peut par exemple s’interroger sur l’intérêt de la carte page 20 qui voulant présenter la répartition des réserves mondiales de gaz naturel met dans un même ensemble « Europe et Eurasie » (idem pour la carte sur le charbon page 23). À moins de considérer comme acquise qu’une « Très Grande Europe » (Yves Lacoste, Hérodote, n° 118, 2005), mettant dans le même sac l’UE, son voisinage européen et la Fédération de Russie (et il faudrait en outre ajouter ici les pays asiatiques de l’ex-URSS), ne soit un fait acquis, cela nous semble délivrer un constat géopolitique flou. Nous pensons plus opérationnelle la carte de la page 65 présentant les réserves mondiales prouvées de gaz, pétrole et charbon, dissociant l’Europe de l’ex-URSS comme procédant d’une lecture géopolitique plus conforme à la réalité. Cela donne clairement à voir la très faible dotation de l’Europe en énergie fossile, gommée par la carte précédente, ce dont les Européens seraient bien inspirés de se souvenir à la fois comme moteur géopolitique de la construction européenne et comme incitation forte à un nouvel interventionnisme accompagnant la nécessaire transition énergétique à venir, à la fois du point de vue technologique et sociétal.

7Le travail de B. Mérenne-Schoumaker et B. Barré n’échappe pas totalement à la polémique. C’est inévitable concernant un thème comme l’énergie tant le spectre des remises en cause et des solutions, ou prétendues telles, tant au niveau de la production que des modes de consommation, est large. Prenons le nucléaire. Il s’agit certes d’un ouvrage pré-Fukushima. La tonalité du propos, qui reste somme toute plutôt neutre abordant le thème sous un mode interrogatif (« Le nucléaire, solution pour l’environnement ? »), laisse tout de même percer une certaine « nucléarophilie ». Sans être du même acabit que le credo nettement affiché d’un Donald W. Curran (Géographie mondiale de l’énergie, Masson, 1973) affirmant que « si la prospective est toujours un jeu aventureux, ce n’est quand même pas pure rêverie que d’imaginer la relève nucléaire comme une réalité du XXIe siècle », la réponse par l’atome n’est pas remisée comme une énergie marginale dans la réponse aux défis énergétiques de demain. Cette posture est-elle un défaut en tant que telle ? Rude question que l’on ne peut pas trancher par un oui ou un non définitif mais qui surtout, renvoie à l’intensité du besoin énergétique : quels risques l’humanité est-elle prête à assumer pour ne pas avoir à reconsidérer ses modes de production et de consommation ? Être contre n’a de sens que si l’alternative est là avec la capacité à en accepter toutes les contraintes. La face carbone (18 centrales au charbon en construction ou en projet en 2011) de la fin du nucléaire en Allemagne invite pour le moins à la réflexion. L’intérêt de cet ouvrage est tout à la fois d’aider à jauger les alternatives productives et de mettre chacun devant ses responsabilités de consommateur. Ainsi que les auteurs le rappellent, « l’énergie la moins polluante est celle que l’on ne consomme pas » !

8En définitive, voici un ouvrage qui traite d’une thématique essentielle abordée dans un cadre et un florilège de questionnements venant combler notablement les nécessités du savoir en la matière. Ajoutons une bibliographie suffisante et surtout une sitographie renvoyant aux principales sources et nous disposons là d’un vrai outil de compréhension de l’enjeu sans doute le plus important auquel est confronté l’Humanité, avant même sa croissance démographique, la question de l’alimentation ou de l’eau qui, à la limite, ne sont que des problèmes de seconde main. Le principal verrou d’un développement durable tient à ce jour en la non disponibilité d’une énergie abondante et non polluante.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1027/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Dugot, « Atlas des énergies mondiales »Sud-Ouest européen, 31 | 2011, 208-210.

Référence électronique

Philippe Dugot, « Atlas des énergies mondiales »Sud-Ouest européen [En ligne], 31 | 2011, mis en ligne le 29 avril 2015, consulté le 30 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/soe/1027 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.1027

Haut de page

Auteur

Philippe Dugot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search