Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Adaptations aux changements envir...

Adaptations aux changements environnementaux et territoires. Questions de (science en) société

Avant-propos
Julien Rebotier
p. 5-12

Texte intégral

1Au sein des agendas scientifiques comme politiques, à l’échelle régionale ou globale, ou encore localement, parmi des acteurs publics mais aussi privés, qu’il s’agisse d’individus, de citoyens, d’entreprises ou d’associations, le constat est le même : les défis posés par l’environnement aux sociétés occupent une place hégémonique, et quoi qu’il en soit aujourd’hui incontournable. La reconnaissance de la crise environnementale depuis la fin des années 1960 se diffuse et se normalise à partir du monde occidental. Elle infuse dans la modernité (Serres, 1990 ; Morin, 1993). Aujourd’hui, le cadre du réchauffement climatique, et plus largement celui des changements environnementaux globaux, constituent un prisme très répandu, préalable à la lecture de la plupart des problèmes environnementaux qui se posent aux sociétés (risque, biodiversité, conservation, ressource en eau, etc.). Face à l’insuffisance des stratégies d’atténuation des émissions de gaz à effet de serre à l’origine de l’intensification des mécanismes physiques identifiés comme responsables du réchauffement, ce sont des stratégies d’adaptation qui constituent dorénavant les principales pistes à emprunter pour relever les défis posés par les changements environnementaux inéluctables et leurs impacts attendus (GIEC, 2001). Nombre d’incertitudes demeurent, mais quoi qu’il se passe, les changements environnementaux seront. Charge aux sociétés de vivre avec ces perturbations, d’anticiper ces impacts, de s’y conformer, voire d’en tirer profit… en bref, de réaliser l’adaptation au changement climatique de façon optimale.

2Devant l’impérieuse référence à l’adaptation, les besoins de connaissances spécifiques s’intensifient et les législations évoluent. Les lois du Grenelle de l’environnement adoptées en France en 2009 et 2010 constituent la déclinaison dans le droit français d’initiatives préalables sur l’adaptation que l’on peut suivre à l’international (Biesbroek, Swart, et al., 2010), mais aussi survenue en France quelques années auparavant. Ainsi, une stratégie nationale d’adaptation est adoptée en 2007, et l’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique (ONERC) est créé par une loi de 2001. Les lois du Grenelle de l’environnement amènent en pratique les collectivités territoriales de plus de 50 000 habitants à adopter à l’horizon 2012 des plans et des outils qui vont dans le sens de l’adaptation au changement climatique. Il s’agit notamment d’une mise en conformité de l’action locale avec un Schéma régional climat air énergie (SRCAE) établi entre l’État et la région, de l’adoption de Plans climat énergie territoriaux (PCET), ou encore de la réalisation de diagnostics bilan-carbone ou d’évaluation des vulnérabilités du territoire destinés à l’élaboration des PCET.

Élargir l’horizon du questionnement sur l’adaptation

3Il ne fait aucun doute que la problématique environnementale contemporaine déborde largement les seules dimensions physiques ou le fonctionnement des écosystèmes. Elle affecte différents registres du fait social et territorial. Nombre de publications de sciences politiques ont traité la question environnementale, et ce au moins depuis la fin des années 1980 (Lascoumes, 1994), comme un secteur privilégié de l’intervention de l’État en France. L’environnement comme objet et instrument des politiques publiques locales a également suscité des recherches sur la transformation des pratiques des collectivités territoriales ainsi que sur leurs implications pour la recomposition de la décision et des rapports de pouvoirs entre différents échelons politico territoriaux (Bertrand, Larrue, 2007 ; Bertrand, Rocher, 2013). C’est une façon de rendre compte de la dimension instrumentale et fonctionnelle de l’environnement comme renouvellement de la gestion territoriale et des pouvoirs locaux (Halpern, Le Galès, 2011).

4Au-delà des aspects opérationnels et instrumentaux de la problématique environnementale, et sur la base des contributions rassemblées dans ce dossier spécial, on souhaite présenter une réflexion sur l’adaptation qui ne soit pas réduite au périmètre conceptuel des dynamiques physiques du climat comme point de départ de la pensée. De fait, il est souvent question de dresser dans un premier temps un diagnostic jugé objectif et neutre des changements environnementaux, à partir de quoi seulement il devient utile de penser le social. Mais alors, est-on voué à l’inaction ou à l’ajustement à la marge (le moindre mal, les petits gestes) lorsqu’on est confronté à la fois à l’incertitude et à l’inéluctable concernant les changements environnementaux ? Certainement pas, et le débat sur l’adaptation peut offrir un questionnement plus large que ses modalités d’application ou que son acceptabilité sur le terrain. Il est bien question d’incertitude, non d’ignorance. Et l’inéluctable n’est pas donné, mais posé comme tel, et en aucune manière indépassable.

5Concernant le changement climatique, la controverse (fortement asymétrique) sur sa réalité brouille un travail scientifique largement établi (Oreskes, 2004). Pour les sciences sociales qui s’attachent aux sociétés et à leurs territoires, l’objet de recherche en environnement (dans ce dossier : l’adaptation) ne porte en aucun cas sur les controverses métrologiques. Le climat se réchauffe, certes, mais outre le climat que l’on observe (et pour le devenir duquel il peut y avoir controverse entre climatologues), ce sont le regard qu’on porte sur le monde pris dans le cadre du changement climatique ainsi que le champ de contraintes dans lequel se déploient les registres de l’action (des individus, des groupes, des institutions, etc.) qui évoluent. Ici, le changement climatique opère comme un cadrage à l’endroit des configurations et des dynamiques spatiales et des territoires, tant en termes pratiques que symboliques. Ce sont deux choses, les effets de contraintes ou d’opportunités (matériels et symboliques) ainsi que les éléments de cadrage conceptuel des rapports sociaux aux milieux qu’il importe de mettre en lien. Ces éléments de cadrage recouvrent la difficulté à penser le futur, voir l’effondrement de l’idée de projet (Innerarity, 2008), mais aussi la tournure invasive des injonctions aux éco-comportements qui sont progressivement incorporés par les individus (Agrawal, 2005).

6Ainsi, l’enjeu de la réflexion dans ce dossier Adaptation aux changements environnementaux et territoires ne porte pas sur la controverse cognitive pour qualifier au mieux la nature du changement climatique et ses impacts, mais bien sur la dimension axiologique de l’adaptation (Rumpala, 2010), c’est-à-dire sur les conditions (matérielles et symboliques) et les référents conceptuels à partir desquels l’idée d’adaptation est élaborée, puis traduite, puis a des conséquences diverses parmi les sociétés et sur les territoires étudiés.

7Il ne s’agit pas de développer une pensée de l’adaptation à partir des impacts ou de l’évolution du climat, mais d’engager une réflexion sur et à partir des sociétés et de leurs territoires, saisis par la question environnementale. Ce décentrement de l’approche est important. La littérature académique qui revient sur le poids du cadrage des notions et les attendus qu’il véhicule est abondante, tant pour la vulnérabilité (O’Brien, Eriksen, et al., 2007), que pour les risques (Coanus, Pérouse, 2006), le changement climatique (Demeritt, 2001) ou déjà, bien sûr, pour l’adaptation (Eakin, Tompkins, et al., 2009).

8Loin d’opérer une critique simplement discursive des notions mobilisées dans l’ombre d’une question environnementale ultra légitime (comme le développement durable, l’éco-citoyenneté, l’adaptation, ou désormais la résilience), la présentation des contributions de ce numéro spécial sur l’adaptation est l’occasion de revenir sur deux points d’importance. Il s’agit d’une part des spécificités d’une approche de la notion d’adaptation par les sciences sociales qui ne doit pas rester prisonnière d’un cadrage physique ou climatologique préalable. Il s’agit d’autre part des enjeux sociaux et politiques d’une approche de l’adaptation attentive aux conditions de production du savoir, et à ses implications pour les sociétés et leurs territoires (son rôle social). C’est le sens des questions de science (en société) que les SHS peuvent poser autour de l’adaptation au changement climatique et autour des territoires.

Conférer du sens à l’adaptation face à la dilution d’emplois polysémiques

9L’initiative de ce numéro spécial est à relier à un programme de recherche mené à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et intitulé Changement Environnemental et Stratégies d’Adaptation en Région (CESAR – financé pour l’essentiel par le conseil régional d’Aquitaine, 2011-2014). Le programme CESAR vise essentiellement à documenter les processus et formes de territorialisation des initiatives et politiques d’adaptation au changement climatique dans la lignée du Grenelle de l’Environnement en région Aquitaine. Si elles traitent toutes de l’adaptation, les contributions rassemblées dans ce dossier dépassent notablement le périmètre Aquitain et varient dans les échelles abordées, dans les approches de l’adaptation et les filières économiques ou institutions étudiés. Elles varient également dans l’interprétation des principaux enjeux et processus qui se posent pour les territoires locaux et les sociétés. Une telle hétérogénéité est à comprendre à la lumière de la difficile conceptualisation de l’adaptation dont cette introduction se fait l’écho.

10Le terme d’adaptation est aussi passe-partout qu’il est déroutant, et de valeureuses synthèses (Simonet, 2009 ; Magnan, 2010) n’y changent rien. Elsa Richard et Géraldine Molina insistent sur la « plasticité » de la notion qui permet de multiples usages, et l’on trouve dans l’ensemble du dossier des emplois polysémiques. Les auteurs accolent au terme différents qualificatifs (adaptation incrémentale, adaptation-planification, adaptation transformationnelle), le ramènent indifféremment à divers objets (adaptation éco-urbaine, adaptation des politiques), ou encore l’emploient à l’aune de différents référents (adaptation au changement climatique, à la variation de la demande touristique pour les stations de ski – adaptation à un changement global, à la volonté des habitants d’un quartier poursuivant une forme d’entre-soi – adaptation à soi, etc.).

11Pour aider au repérage, notons que la littérature fait état de deux grandes approches de l’adaptation :

  • L’une se présente comme plus cybernétique et systémique (Hollings, 1973 ; Gunderson, Holling, 2002 ; Folke, 2006). Elle pousse à travailler sur les capacités différenciées d’adaptation (selon les acteurs et leurs capitaux, selon les institutions). Les choses sont posées en termes d’optimisation, de fonctionnement et d’articulation de systèmes, de couplage fonctionnaliste (Millier, Hubert, 2009).

  • L’autre approche suggère une entrée dans la problématique par les comportements, par les pratiques ou les représentations (Kates, Clark, et al., 2001 ; Burton, Huq, et al., 2002). Elle mobilise la sphère sociale et la diversité des rapports au milieu entretenus.
    Entre l’une et l’autre approche, le point de départ de la réflexion n’est pas le même, et la dernière approche peut à son tour se diviser en deux branches, introduisant une nuance quant à la recherche des principaux ressorts qui interviennent dans l’interprétation de l’adaptation :

  • Une branche pragmatique, plus sensible à l’expérience, part plutôt du sujet et travaille à partir de l’action sur les différentes capacités d’adaptation (Berdoulay, Soubeyran, 2012). Les microstratégies, voire les tactiques, les significations données par les sujets à leurs initiatives (De Certeau, 1980) dans le cadre de l’adaptation est au cœur de la recherche.

  • Une branche plus explicative est à la recherche de causalités profondes (en écho aux dénominations de la littérature critique sur la vulnérabilité). Elle part plutôt des types de société, des rapports sociaux, et travaille au réencastrement de la problématique de l’adaptation dans un univers de contraintes plus large. L’attention portée aux contextes et aux processus de production de l’espace, des territoires, des économies devient alors l’objet principal de la recherche (Smit, Wandel, 2006).

12Cette dernière branche, plus explicative, ne consiste pas en un questionnement instrumental ni en une réflexion déterministe. Il n’y a rien que le monde social ait fait, qui ne puisse être défait. Ainsi, la reprise sinon de contrôle du moins de conscience des sociétés sur leurs rapports sociaux et aux milieux se trouve souvent conditionnée (et non déterminée) par des forces impérieuses de la nature, extérieures au social, ou encore par des cadres conceptuels ou une organisation sociale. La problématique de l’adaptation accompagne une série de recompositions sociales et territoriales qu’il convient de caractériser et d’expliquer.

13Un travail sur les stratégies d’adaptation face aux menaces du milieu naturel, extérieures aux sociétés, a déjà permis de documenter des expériences historiques dans le Sud-Ouest français (Antoine, Carozza, 2011). Un autre travail, cette fois sur les impacts prévus du changement climatique en Aquitaine, a récemment été largement diffusé (Le Treut, 2013). Dans le contexte contemporain d’urgence environnementale et de « nécessaire adaptation », on ne cherche pas dans ce dossier à parvenir à de bonnes pratiques ou à une méthodologie de mise en place efficace des stratégies d’adaptation. On cherche plutôt à saisir et comprendre ce qui change, ce qu’il y a de nouveau parmi les acteurs, sur les territoires, dans les pratiques et les initiatives, mais aussi en termes de production de sens et de raisons d’agir. L’urgence, ce n’est pas d’agir face à une menace objectivée et extériorisée par rapport à la société. L’urgence est plutôt d’affirmer une démarche réflexive qui interroge les nécessités dites inéluctables, qui rende intelligible les transformations des rapports sociaux et des dynamiques territoriales, mais aussi leurs recompositions, des formes de résistance, des innovations ou des significations émergentes. Ces éléments se trouvent hors d’un horizon de pensée borné par l’objectif d’opérationnalisation de l’adaptation, exclusivement tourné vers des aspects fonctionnels et pratiques.

14Deux grands objectifs sont transversaux au dossier. Le premier consiste à produire des réflexions originales sur des processus sociaux et territoriaux saisis par la problématique de l’adaptation en s’affranchissant d’un horizon polarisé par la fatalité ou par la modélisation du climat. Le second consiste à mettre le doigt sur nombre de ressorts (sociaux, culturels, politiques, etc.) expliquant des blocages, la faible acceptabilité des politiques, les incompréhensions ou encore les expériences innovantes autour de l’adaptation. Fort d’une démarche de SHS, la posture réflexive à l’endroit de l’adaptation est à même d’éviter les dérives d’un évolutionnisme social considérant des agents passifs face à des changements non seulement inéluctables, mais plus encore, jugés indépassables (Juan, 2006). À nouveau, il n’y a rien que le monde social ait fait, qui ne puisse être défait.

Une lecture critique et réflexive de l’adaptation pour une recherche responsable

15Il est intéressant de positionner ces objectifs dans le paysage des travaux produits sur la question (Bassett, Fogelman, 2013). Les recherches sur la meilleure prévision des impacts du changement climatique constituent l’essentiel des efforts, mais ne permettent pas de faire l’économie de questions alternatives (Soussana, 2013). De façon a priori paradoxale, mais significative d’un enjeu conceptuel de taille, toutes les contributions de ce dossier, à l’exception de celle de Christine Bouisset et Isabelle Degrémont, débutent par le constat des modélisations du climat… pour largement revenir plus loin sur ce simple constat et faire état des multiples facteurs qui entrent dans la caractérisation des situations d’adaptation étudiées. Tout cela, comme si le recours aux sciences physiques conférait les bases légitimes à une réflexion sociale et politique sur l’adaptation, l’environnement, le territoire.

16Dans cet ordre d’idée, Christine Bouisset et Isabelle Degrémont signalent combien l’éventuel renouveau de la gestion des risques et du milieu dans la vallée d’Ossau, que pourrait véhiculer l’adaptation, est bien vite rabattu, avant l’action, sur le recours à une information « légitime » : celle de la modélisation du climat et de la réduction des incertitudes sur le devenir des milieux. La brèche que pourrait ouvrir l’adaptation pour penser différemment l’environnement apparaît également dans le texte de Guillaume Simonet et Denis Salles, ou encore dans celui de Maud Dugast et Anne Gassiat. Dans l’un comme dans l’autre cas, ce sont les mêmes rapports de force et la défense d’intérêts traditionnels qui poussent à fermer l’horizon du pensable pour retomber sur des dualités connues : sociétés/milieux, production/protection, ou encore État/collectivités locales.

17En soi, l’adaptation ne porte aucune valeur. Il est bon de rappeler cette trivialité, car dans le même temps, la notion ne peut échapper à une charge axiologique. Alors qu’il est fait grand cas de la flexibilité, de l’adaptation, de la plasticité dans le paradigme contemporain des sociétés libérales (Felli, 2014), on ne peut considérer l’adaptation comme un simple outil fonctionnel de gestion des territoires, détaché de toute connotation. L’adaptation recouvre effectivement plusieurs compréhensions. La polysémie du terme le rappelle, et les textes du dossier en font cas. Anouk Bonnemains envisage la volonté de certains acteurs de la Tarentaise « [d’]adapter le tourisme de sports d’hiver aux nouveaux enjeux de diminution des gaz à effet de serre ». Mais quel est ce projet d’adaptation ? Peut-on penser l’adaptation de l’exploitation des pétroles (conventionnels ou non) au réchauffement climatique ? Si certains l’envisagent, il est important de souligner les contradictions entre différentes conceptions qui achoppent sous forme de conflits d’acteurs dans la plupart des textes du dossier. Au cœur de ces conflits se trouve le grand paradoxe de l’adaptation, la tension entre les petits gestes et l’ajustement à la marge, qui souvent entrent en contradiction avec les velléités de transformation et de bouleversement (des types de sociétés, des modes de production, des pratiques de mobilité à l’échelle d’une société, etc.). Dans le dossier, les textes sur l’eau comme ressource dans la moyenne Garonne, sur Gourette ou sur les stations de Tarentaise le montrent bien. Les tractations autour de l’adaptation cristallisent une tension entre deux grands paradigmes : celui qui consiste à repousser les limites au développement introduites par le changement climatique face à celui qui défend une actualisation du développement, un rapport des sociétés au milieu plus attentif aux rétroactions, aux besoins (plus qu’à l’expansion des marchés), et à la responsabilité sociale au regard de l’hospitalité (de la vie sur terre) et de la justice (Vallaeys, 2011). Le contraste est tel que l’on parvient même à identifier adaptation et durabilité comme des oxymores, lorsque l’adaptation consiste à prolonger l’insoutenable.

18Il est donc question de se saisir de la notion d’adaptation comme objet, de comprendre ce qu’elle recouvre, quelle en est sa portée. Il est important d’adopter une approche critique qui permette d’interpréter les recompositions sociales et territoriales qui se jouent autour de l’adaptation. L’édifice critique peut recouvrir trois registres.

  • Il peut être question de dénoncer un état de fait, de dénaturaliser l’inéluctable. Qu’il s’agisse de « réchauffement climatique », de « changement globaux » ou de « développement durable », en fonction des expressions légitimes du moment, il est important de souligner la diversité et la multiplicité des enjeux qui participent de la gestion environnementale (While, Jonas, et al., 2010).

  • La critique peut s’employer à chercher des causes, une genèse, des conditions de production de ce qui est présenté comme une impérieuse nécessité à s’adapter aujourd’hui. Il s’agit de reconnecter « l’extérieur », ce « à quoi » on s’adapte, aux logiques sociales, matérielles et symboliques. Ce travail d’explication passe par la mobilisation des effets de contexte, par un ancrage social et territorial de la réflexion sur l’adaptation, qui laisse une place aux multiples raisons d’agir et à la diversité des expériences de terrain (Rebotier, 2012). La littérature offre des interprétations variées des formes et des sens que recouvre l’adaptation. Sur le littoral normand par exemple, deux postures d’acteurs se dégagent. Certains sont rétifs aux dispositifs et à la pensée même de l’adaptation, tenants d’un statu quo, en vue de conserver des intérêts locaux (de protection ou d’aménagement). D’autres en revanche sont partisans de la réforme et s’emploient à infléchir certaines pratiques et modes de fonctionnement sur le long terme, au regard des changements environnementaux. C’est une pensée du futur qui est présente, imprécise certes, mais qui donne du corps à l’idée d’adaptation (Juan, 2011). En plus de la résistance et de la réforme, en fonction des acteurs, d’autres auteurs mettent l’accent sur une troisième posture à l’endroit de l’adaptation qu’un questionnement plus attentif aux aspects sociaux et politiques permet de prendre en compte. En travaillant sur les capacités d’action des acteurs, et sur la nature des transformations possibles, ils identifient les caractéristiques d’une révolution de la forme sociale (Felli, Ramuz, 2012). Des changements institutionnels peuvent être accompagnés d’une organisation sociale qui perdure. Ainsi, l’adaptation des petits gestes (éteindre la lumière, couper l’eau, se déplacer à vélo) ne peut être confondue avec une transformation plus profonde des rapports au milieu, des modes de production, du type de société dans lequel se jouent aujourd’hui les injonctions à l’adaptation.
    Partant de la diversité des lectures possibles, on observe un gradient pour penser les formes, la nature, la portée de l’adaptation, qui va du résister et prolonger le statu quo au révolutionner et promouvoir la transformation sociale. Les expériences restituées par les différents articles du dossier trouvent leur place dans ce panorama conceptuel de la portée de l’adaptation. La réflexion ne doit pas se réduire à un débat sur les dispositifs techniques destinés à prolonger le fonctionnement de systèmes sociaux et territoriaux dans des conditions que l’on prend comme telles, sans les interroger. L’adaptation peut aussi présenter une portée sociale réflexive à l’endroit des modes de fonctionnement, d’organisation et de rapports à l’environnement.

  • La critique recouvre enfin un travail de proposition. Dénoncer le cadre qui borne le questionnement sur l’adaptation peut aussi être l’occasion de s’interroger sur l’émergence d’une raison inédite pour l’agir collectif. Le renouvellement des fondements moraux de l’action et le redéploiement de la responsabilité collective (Arendt, 2005) gagnent à être remobilisés dans le débat sur l’adaptation et la question environnementale (Vallaeys, 2011 ; Lewis, Rebotier, 2014), ouvrant la voie à une réflexion originale sur l’éthique environnementale et la validité de l’émergence d’un nouveau commun. Le texte de Maud Dugast et Anne Gassiat pointe les risques et le changement climatique comme « l’affaire de tous », celui de Pascal Tozzi fait état d’une action de la ville durable et du dispositif des éco-quartiers sur les comportements, mais évoque aussi des modes de vie « irresponsables », « égoïstes », et la disqualification (au nom de quoi ?) de certaines pratiques. Mais à la lumière des cas présentés dans le dossier, voit-on véritablement émerger de nouvelles raisons d’agir, ou est-on face à une simple opération de recyclage et de redéploiement de la gouvernementalité (Agrawal, 2005) ? La soutenabilité, à travers les principes de justice et d’hospitalité, peut-elle être convoquée comme boussole de l’action, ou en reste-t-on à la seule gestion de l’urgence, en attendant la catastrophe (Villalba, 2010) ? Comme pendant de ce nouveau « commun », on trouve aussi illustrée dans les textes de ce dossier une dérive possible vers la culpabilisation des individus du fait de pratiques impropres ou illégitimes (Pascal Tozzi), et vers une autre forme de normalisation et de conformation à travers une moralisation vers le « bien agir » qui ne dit pas son nom, ni ne révèle ses principes (Christine Bouisset et Isabelle Degrémont).

19Outre une éventuelle éthique environnementale (et ses avatars les plus divers) en cours de constitution, la critique peut aussi déboucher sur des propositions de transformation sociale. L’adaptation est alors envisagée comme un contexte particulier dans lequel sont posés des choix de société, des idéaux ou des possibilités d’innovation alternatives à l’ordre existant (non pas seulement s’adapter à, mais adapter vers, ou pour). C’est ce dont rend compte une partie de la littérature, de façon plus ou moins « radicale » (Peet, Watts, 2004 ; Pelling, 2011 ; O’Brien, 2012 ; Gaillard, Mercer, 2013). C’est aussi de cette potentialité que témoignent les études de cas de ce dossier, dans la vallée d’Ossau autour des risques, à Toulouse autour de l’élaboration du plan climat, sur la moyenne Garonne quant à la gestion de la ressource en eau, ou encore en Tarentaise à propos du modèle de développement territorial dans le cadre de l’élaboration d’un SCOT. Sans pour autant présumer des changements liés à l’adaptation (ils sont en réalité souvent limités, voire concourent à renforcer l’existant, l’insoutenable !), ces travaux de recherche contribuent à ouvrir l’horizon du pensable. Des initiatives alternatives et productrices de sens gagnent toujours à être documentées et rendues visibles par une recherche qui les situe dans un questionnement plus large sur les sociétés et leurs territoires.

Vers une recherche responsable sur l’adaptation

20On ne s’adapte pas au milieu naturel. Ce sont les milieux géographiques qui changent, et en cela, il n’y a rien d’exceptionnel. Accompagner, connaître, caractériser l’adaptation des milieux géographiques, c’est, dans un sens, faire de la géographie. L’adaptation, c’est le changement, l’évolution, la dynamique, la transformation, de parties solidaires mais non déterminées de systèmes ouverts associant des sociétés et leurs territoires. Le travail géographique peut varier sur la nature du changement, sur ses formes, sur les parties des systèmes identifiées, sur l’échelle et le périmètre des systèmes évalués, etc. C’est un travail classique de bornage et d’interprétation (Zimmerer, 1994). Penser l’adaptation comme transformation sociale ou à partir des dynamiques sociales et territoriales nous éloigne sensiblement de l’écrasante majorité de la production académique sur la question, fonctionnelle et pratique (Bassett, Fogelman, 2013). Les raisons d’une forme d’assèchement de l’imagination scientifique feraient l’objet d’autres développements. Il reste légitime d’imaginer aujourd’hui des mondes meilleurs, et pas seulement de contenir les apories du monde présent ni même de continuer à rendre possible l’insoutenable dans une fuite en avant acritique.

21Il y a aussi du nouveau dans ce champ de réflexion sur l’adaptation. Tout d’abord, on trouve des éléments inédits au titre du regard que l’on pose sur le monde, de l’identification d’un horizon potentiellement catastrophique et global, du rapport au futur, au changement, à ce qu’on nommait progrès et d’une forme d’incapacité à penser le projet. Ce cadre d’une modernité en recomposition pèse sur les conditions de production de la connaissance ainsi que sur le rôle social de la recherche. Ensuite, c’est la pression exercée sur les écosystèmes qui s’avère inédite. Pour autant, les logiques sociales et territoriales qui accompagnent ces pressions continuent d’intervenir. Elles sont requalifiées par ce moment singulier du rapport au milieu naturel.

22Le réchauffement climatique est un objet de recherche. Les conditions et les processus propres aux territoires saisis par l’adaptation dans le contexte du réchauffement climatique constituent un autre objet. Le dialogue entre les discours scientifiques qui portent sur des objets différents n’est pas impossible, mais pour qu’il soit dialogue, il doit passer par une reconnaissance des différentes perspectives, et non par une subordination des unes (sociales) aux autres (physiques). Au regard de la littérature rétrospective sur la production scientifique portant sur des questions d’adaptation ou de risque (Kelman, Gaillard, 2008 ; Mercer, 2010 ; Bassett, Fogelman, 2013), il apparaît que les réflexions sur les sociétés et les territoires, centrées sur les formes et les logiques de l’action ainsi que sur les spécificités territoriales font plus défaut que les travaux centrés sur le milieu naturel. Le constat de l’importance d’une contribution de science sociale à la problématique environnementale n’est pourtant pas récent, et même périodiquement rappelé (O’Keefe, Westgate, et al., 1976 ; Janssen, Ostrom, 2006).

23Comment se démarquer d’une dérive « naturaliste » sans se réduire à une épistémologie de combat, de la dénonciation ou de la déploration, qui ferme l’horizon de la compréhension d’une réalité sociale et territoriale saisie par l’adaptation aujourd’hui ? La nécessité de, et tout à la fois la difficulté à faire exister une contribution spécifique de sciences sociales autour de l’adaptation, constitue un défi de taille auquel plusieurs propositions déjà s’emploient à répondre, avec un succès inégal. L’éditorial qui suit (encadré) est signé par Guillaume Simonet et constitue un bon exemple de positionnement volontariste, parfaitement conscient des enjeux tant épistémologiques que sociaux et politiques de la recherche sur l’adaptation aujourd’hui.

24Il en ressort que la réflexion sur l’adaptation ne peut pas faire l’économie d’un travail réflexif sur la pratique et la portée de la recherche, sur le contexte de son exercice ; ni d’un regard critique sur la réalité environnementale inédite, sur la recomposition de formes et de sens qui affectent les sociétés, les peuplements et les territoires. Penser le changement est toujours une occasion de penser le futur. Sans naïveté à l’endroit d’une vieille antienne, les textes de ce dossier entrevoient un horizon de possibles différents ainsi que des pratiques et expériences éventuellement inédites. Mais ils insistent plus résolument encore sur les contradictions, les difficultés de transformation, et l’inertie importante des systèmes sociaux et territoriaux qui reproduisent bien plus qu’ils n’innovent ou qu’ils n’inventent. Le débat contemporain sur l’adaptation exige un questionnement ambitieux, qui ne se limite pas au « comment faire (durer) » ou au « comment rendre (l’adaptation) acceptable », mais qui intègre les logiques sociales et territoriales ainsi que des considérations symboliques et axiologiques à la réflexion. La contribution des sciences sociales à la recherche sur l’adaptation doit hisser ses objectifs à cette hauteur.

Haut de page

Bibliographie

Agrawal A., Environmentality: Technologies of Government and the Making of Subjects, Durham, Duke University Press Books, 2005, 344 p.

Antoine J.-M., Carozza J.-M., « Aléas, vulnérabilités et adaptations des sociétés du passé », Sud-Ouest Européen, n° 32, 2011, p. 1-3.

Arendt H., Responsabilité et jugement, Paris, Payot, 2005, 314 p.

Bassett T., Fogelman C., « Déjà vu or something new? The adaptation concept in the climate change littérature », Geoforum, n° 48, 2013, p. 42-53.

Berdoulay V., Soubeyran O., « Adaptation au changement climatique et pratiques réflexives en aménagement », Espace géographique, n° 41(2), 2012, p. 169-180.

Bertrand F., Larrue C., Gestion territoriale du changement climatique. Une analyse à partir des politiques régionales, Programme Gestion et impacts du changement climatique (GICC2), ONERC, 2007, 64 p.

Bertrand F., Rocher L. (dir.), Les territoires face aux changements climatiques, Bern, Peter Lang, 2013, 269 p.

Biesbroek G. R., Swart R. J., Carter T. R., et al., « Europe adapts to climate change : Comparing National Adaptation Strategies », Global Environmental Change, n° 20(3), 2010, p. 440-450.

Burton I., Huq S., Lim B., et al., « From impacts assessment to adaptation priorities: The shaping of adaptation Policy », Climate Policy, n° 2, 2002, p. 145-159.

Coanus T., Pérouse J.-F., Villes et risques, regards croisés sur quelques cités en danger, Paris, Anthropos, 2006, 245 p.

De Certeau M., L’invention du quotidien. Arts de faire, Paris, Gallimard, 1980, 347 p.

Demeritt D., « The construction of global warming and the politics of science », Annals of the Association of American Geographers, n° 91(2), 2001, p. 307-337.

Eakin H., Tompkins E. L., Nelson D. R., et al., « Hidden costs and disparate uncertainties: trade-offs involved in approaches to climate Policy », in Adger W. N., Lorenzoni I.,. O’Brien K. (dir.), Adapting to Climate Change: Limits to Adaptation, Cambridge, Cambridge University Press, 2009, p. 212-226.

Felli R., « “S’adapter”, “devenir résilients” : vers une nouvelle éthique de la politique environnementale internationale », Éthique publique, n° 16(1), 2014 (à paraître).

Felli R., Ramuz R., « L’environnement comme stratégie syndicale internationale : réflexion sur la “ géographie ouvrière ” à partir du changement climatique », Colloque Espace et rapports sociaux de domination, Marne-la-vallée, 2012.

Folke C., « Resilience: The emergence of a perspective for social-ecological systems analyses », Global Environmental Change-Human and Policy Dimensions, n° 16(3), 2006, p. 253-267.

Gaillard J.-C., Mercer J., « From knowledge to action: Bridging gaps in disaster risk réduction », Progress in Human Geography, n° 37(1), 2013, p. 93-114.

GIEC, Bilan 2001 des changements climatiques : Conséquences, adaptation et vulnérabilité, 2001, p. 101.

Gunderson L. H., Holling C. S. (dir.), Panarchy: understanding transformations in human and natural systems, Washington, Island Press, 2002, p. 536.

Halpern C., Le Galès P., « Pas d’action publique autonome sans instruments propres. Analyse comparée et longitudinale des politiques environnementales et urbaines de l’Union européenne », Revue Française de Science Politique, n° 61(1), 2011, p. 51-78.

Hollings C. S., « Resilience and stability of ecological systems », Annual review of ecology and systematics, n° 4, 1973, p. 1-23.

Innerarity D., Le futur et ses ennemis : De la confiscation de l’avenir à l’espérance politique, Paris, Climats, 2008, 188 p.

Janssen M. A., Ostrom E., « Resilience, vulnerability, and adaptation: A cross-cutting theme of the International Human Dimensions Programme on Global Environmental Change », Global Environmental Change, n° 16, 2006, p. 237-239.

Juan S., Critique de la déraison évolutionniste. Animalisation de l’homme et processus de « civilisation », Paris, L’Harmattan, 2006, 436 p.

Juan S., « Les acteurs locaux face au changement climatique. Le cas du littoral normand », Études Rurales, n° 188, 2011, p. 191-204.

Kates R. W., Clark W. C., Corell R., et al., « Environment and development. Sustainability science », Science, n° 292(5517), 2001, p. 641-642.

Kelman I., Gaillard J.-C., « Placing climate change within disaster risk réduction », Disaster Advances, n° 1(3), 2008, p. 3-5.

Lascoumes P., L’éco-pouvoir. Environnement et politique, Paris, La Découverte, 1994, 324 p.

Le Treut H. (dir.), Les impacts du changement climatique en Aquitaine, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2013, 366 p.

Lewis N., Rebotier J., « À la rescousse de la Modernité : (re)lier nature et sociétés », Colloque Penser l’écologie politique : sciences sociales et interdisciplinarité, Paris, Communication orale, 2014.

Magnan A., « Questions de recherche autour de l’adaptation au changement climatique », Nature, Sciences, Sociétés, n° 18(3), 2010, p. 329-333.

Mercer J., « Disaster risk reduction or climate change adaptation: are we reinventing the wheel? », Journal of International Development, n° 22, 2010, p. 247-264.

Millier C., Hubert B. « Le changement climatique : s’adapter ou disparaître ? » Nature, Sciences, Sociétés, n° 17, 2009, p. 1-2.

Morin E., Terre-Patrie, Paris, Seuil, 1993, 243 p.

O’Brien K. L., « Global environmental change II: From adaptation to deliberate transformation », Progress in Human Geography, n° 36(5), 2012, p. 667-676.

O’Brien K. L., Eriksen S., Nygaard L., et al., « Why Different Interpretations of Vulnerability Matter in Climate Change Discourses », Climate Policy, n° 7, 2007, p. 73-88.

O’Keefe P., Westgate K., Wisner B., et al., « Taking the naturalness out of natural disasters », Nature, n° 260(5552), 1976, p. 566-567.

Oreskes N. « The scientific consensus on climate change », Science, n° 306, 2004, p. 1 686.

Peet R., Watts M. (dir.), Liberation ecologies. Environment, development, social movements, London and New York, Routledge, 2004, 444 p.

Pelling M., Adaptation to climate change. From resilience to transformation, London and New York, Routledge, 2011, 203 p.

Rebotier J., « Vulnerability Conditions and Risk Representations in Latin-America: Framing the territorializing urban risk », Global Environmental Change, n° 22(2), 2012, p. 391-398.

Rumpala Y., Développement durable. Ou le gouvernement du changement total, Lormont, Le bord de l’eau, 2010, 435 p.

Serres M., Le contrat naturel, Paris, François Bourin, 1990, 191 p.

Simonet G., « Le concept d’adaptation : polysémie interdisciplinaire et implication pour les changements climatiques », Natures Sciences Sociétés, n° 17(4), 2009, p. 392-401.

Smit B., Wandel J., « Adaptation, adaptive capacity and vulnerability », Global Environmental Change, n° 16, 2006, p 282-292.

Soussana J.-F., (dir.), S’adapter au changement climatique. Agriculture, écosystèmes et territoires, Versailles, Quae, 2013, 282 p.

Vallaeys F., Les fondements éthiques de la Responsabilité Sociale, LIS, Paris Est Créteil, Doctorat, 2011, 516 p.

Villalba B, « L’écologie politique face au délai et à la contraction démocratique », Écologie et politique, n° 40, 2010, p. 95-113.

While A., Jonas A. E. G., Gibbs D., et al., « From sustainable development to carbon control: eco-state restructuring and the politics of urban and regional development », Transactions of the Institute of British Geographers, n° 35, 2010, p. 76-93.

Zimmerer K., « Human Geography and the « new ecology »: the prospect and promise of intégration », Annals of the Association of American Geographers, n° 84(1), 1994, p. 108-125.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Rebotier, « Adaptations aux changements environnementaux et territoires. Questions de (science en) société »Sud-Ouest européen, 37 | 2014, 5-12.

Référence électronique

Julien Rebotier, « Adaptations aux changements environnementaux et territoires. Questions de (science en) société »Sud-Ouest européen [En ligne], 37 | 2014, mis en ligne le 20 juillet 2015, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/soe/1037 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.1037

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search