Navigation – Plan du site

L’adaptation, champ de recherche à part entière ?

Avant-propos
Guillaume Simonet
p. 13-14

Texte intégral

1La problématique climatique actuelle se révèle un objet de recherche difficile à saisir. Les interrelations avec les multiples pressions anthropiques sur les ressources naturelles ou l’incertitude de distinguer un impact des changements climatiques d’un aléa issu d’une variabilité dite « naturelle » en rendent la lecture laborieuse.

2La croissance effrénée des émissions de gaz à effet de serre, la faiblesse des politiques mises en place pour les réduire et la multiplication des événements météorologiques d’ampleur ont favorisé l’émergence d’un champ de réflexion portant sur la gestion des implications de la problématique environnementale. Mêlant chercheurs de toutes disciplines dès la fin des années 1990, une communauté scientifique a commencé à se développer sur la question de l’adaptation. Des revues spécialisées (Mitigation and Adaptation Strategies for Global Change, Global Environmental Change, Climatic Change, Regional Environmental Change, etc.) ont peu à peu relayé de nouveaux cadres de réflexions au rythme de la reconnaissance internationale de l’adaptation, devenant le terme le plus à la mode dans le champ des changements climatiques (Schipper, 2006). Lentement, un champ scientifique a vu le jour, recouvrant un vocabulaire et des concepts, des résultats de terrain et des réflexions propres. Dans le monde francophone, l’intérêt scientifique émerge plus tardivement et ce n’est que depuis une petite dizaine d’années que les publications, les thèses et les colloques sur le sujet s’accélèrent, stimulées par les appels d’offres, l’intérêt politique et les opportunités professionnelles (ONERC, 2009).

  • 1 « Instituées par décret en 1982 puis déclinées par arrêté ministériel en 1983 ; le principe de comm (...)

3L’envol scientifique est là et les défis sont immenses. Parmi ceux-ci, la complexité inhérente aux enjeux véhiculés et la nouveauté de l’expérience climatique actuelle impliquent de repenser les perspectives avec lesquelles les objets de recherche sont construits et abordés. La transcription locale et immédiate d’une problématique globale s’inscrivant sur le long terme nécessite une approche systémique intégrant la composante dynamique du système climatique, appelant un processus de réflexion interdisciplinaire. Ces points éprouvent la recherche, largement prisonnière d’un cloisonnement déterministe disciplinaire installé dès les premiers niveaux académiques. Les efforts de rapprocher les équipes de recherche, leurs outils et leurs approches, par exemple à travers le principe de commissions interdisciplinaires1 semblent favoriser la transformation d’une culture scientifique à renouveler pour faire face aux enjeux environnementaux.

  • 2 « Should adaptation be a distinct field of science ? »
  • 3 « Adaptation science challenges our conventional disciplinary approaches and in order to enable a n (...)

4De son côté, la communauté scientifique, composant le champ de recherche émergeant de l’adaptation, s’interroge. En reconnaissant clairement la rupture qui s’opère dans la manière de travailler, de réfléchir et d’aborder les questions relatives à l’adaptation au changement climatique dans un contexte de changement global, l’éditorial de Patt (2013) donne le ton : « l’adaptation devrait-elle être un champ scientifique distinct ? »2. Mustelin et al. (2013) abordent frontalement la question en évoquant l’intégration de la nouvelle génération de chercheurs : « La science de l’adaptation remet en question nos approches disciplinaires classiques et afin de permettre à une nouvelle génération de scientifiques sur l’adaptation de valoriser leur contribution à résoudre les problèmes de demain, nous devons nous employer à développer l’appui dont ils ont besoin. »3 Enfin, en analysant la place de l’adaptation et de ses concepts dans les quatre revues les plus spécialisées sur la question et dans les quatre rapports du Groupe Intergouvernemental des Experts sur l’évolution du Climat (GIEC), Bassett et Fogelman (2013) se demandent si les réflexions portées par l’adaptation sont du « Déjà vu or something new ? ».

5Alors, l’adaptation, un nouveau champ scientifique ? L’idée ne semble pas si farfelue au regard d’une potentielle nouvelle génération de chercheurs dont le parcours académique serait non-linéaire ou teinté de formations davantage multidisciplinaires. Bien que repris par les filtres conceptuels déjà explorés, les questions d’adaptation ne sauraient s’arrêter en gare d’une seule discipline mais bien continuer sur une voie décloisonnée qu’elle trace de son propre chef, alimentée par des voies académiques davantage axées sur les Sciences de l’environnement que le Québec et la Suisse développent sans complexe. À titre d’exemple, l’Institut des Sciences de l’Environnement de l’Université du Québec à Montréal fête ses 40 ans de formation supérieure en environnement4. La mise en place d’actions se réclamant de l’adaptation rejoint inévitablement les réflexions menées sur la « durabilité » des territoires, des modes de production et des ressources face aux limites écologiques offertes, voire les réflexions sur les limites du paradigme de la croissance. Or ces réflexions ne sauraient se cantonner à une seule discipline. Elles se situent plutôt à l’intersection d’approches, de méthodes et d’outils visant à mieux cerner les rouages de la problématique et les obstacles se trouvant sur le chemin de l’opérationnalisation de mesures efficaces inscrites dans une démarche d’agir dans un contexte d’incertitudes.

6Alors… la question est posée. Et au-delà, elle représente peut-être la pointe d’un iceberg de questionnements sur le rôle, la place et l’évolution de la recherche scientifique face à des enjeux sociaux, politiques et environnementaux qui se font de plus en plus pressants, à la fois pour les sociétés et sur les territoires.

Haut de page

Bibliographie

Basset T.J., Fogelman C., « Déjà vu or something new? The adaptation concept in the climate change literature », Geoforum, vol. 48, 2013, p. 42–53.

INSTITUT CHARLES SADRON, « Commissions interdisciplinaires du Comité national : un entretien avec Joël Bertrand, directeur général délégué à la science du CNRS », in ICS Newsletter n° 23, 2013, 34 p. Disponible à : http://www-ics.u-strasbg.fr/IMG/pdf_ICS-Info_no23_15-02-2013.pdf (consulté le 12 février 2014).

Mustelin J., Kuruppu N., Matus Kramer A. et al., « Climate adaptation research for the next generation », Climate and Development, vol. 5(3), 2013, p. 189-193.

OBSERVATOIRE NATIONAL DES EFFETS SUR LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE (ONERC), Changement Climatique, Coûts des impacts et pistes d’adaptation, La Documentation française, Paris, 2009, 194 p.

Patt A., « Should adaptation be a distinct field of science? », Climate and Development, vol. 5(3), 2013, p. 187-188.

Schipper E. L. F., « Conceptual History of Adaptation in the UNFCCC Process », Review of European Community & International Environmental Law, vol. 15(1), 2006, p. 82-92.

Haut de page

Notes

1 « Instituées par décret en 1982 puis déclinées par arrêté ministériel en 1983 ; le principe de commissions interdisciplinaires (CID) a ensuite été étendu aux disciplines scientifiques au début des années 2000. » (Institut Charles Sadron, 2013)

2 « Should adaptation be a distinct field of science ? »

3 « Adaptation science challenges our conventional disciplinary approaches and in order to enable a new generation of adaptation scientists to advance their contributions to solving tomorrow’s problems, we need to focus on expanding the support they need. »

4 Cf. http://www.actualites.uqam.ca/2013/2595-institut-sciences-environnement-celebre-40-ans-formation-superieure-en-environnement

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Simonet, « L’adaptation, champ de recherche à part entière ? », Sud-Ouest européen, 37 | 2014, 13-14.

Référence électronique

Guillaume Simonet, « L’adaptation, champ de recherche à part entière ? », Sud-Ouest européen [En ligne], 37 | 2014, mis en ligne le 20 juillet 2015, consulté le 29 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/soe/1039

Haut de page

Auteur

Guillaume Simonet

CDC Climat Recherche, pôle Politiques climatiques locales, Chargé du projet ABSTRACT-colurba. Chercheur invité au GET UMR5563-Observatoire Midi-Pyrénées. guillaume.simonet@cdcclimat.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals