Navigation – Plan du site

Quelle capacité d’adaptation pour les stations de sports d’hiver de haute altitude des Alpes du Nord ? Mise en regard de la vulnérabilité territoriale et du Plan énergie climat territorial Tarentaise Vanoise

What potential degree of adaptation is to be expected for the highest altitude ski resorts in the Alps? Examining together territorial vulnerability and a locally framed plan in the Tarentaise Valley
¿ Qué capacidad de adaptación tienen las estaciones de deportes de invierno de gran altitud en los Alpes del Norte ? Escrutinio de la vulnerabilidad territorial y del plan de energía clima territorial de las regiones tarantaise y vanoise
Anouk Bonnemains
p. 29-39

Résumés

La problématique du changement climatique devient de plus en plus présente, notamment avec la sortie du dernier rapport du GIEC à l’automne 2013. Cet article souhaite traiter des vulnérabilités territoriales, en analysant le modèle de développement d’une région touristique : la vallée de la Tarentaise. Nous verrons que la vulnérabilité territoriale est intrinsèquement liée au système touristique de ces sites, puisque celui-ci est basé sur une mono-économie : le tourisme de sports d’hiver. Nous formulons donc l’hypothèse que le territoire en se spécialisant dans cette mono-activité a augmenté sa propre vulnérabilité face au changement climatique. Nous mettrons cette analyse en regard de la constitution d’un plan énergie-climat territorial volontaire par les élus de la vallée de Tarentaise. Ce qui nous permettra d’identifier certaines barrières à l’adaptation.

Haut de page

Texte intégral

1La problématique du changement climatique est revenue sur le devant de la scène avec la parution fin septembre 2013 du dernier rapport du GIEC (Groupe d’Expert Intergouvernemental sur l’évolution du climat). Le changement climatique est aujourd’hui un fait avéré, malgré les incertitudes liées à sa modélisation. Il sera analysé comme révélateur des vulnérabilités territoriales, puisqu’il interroge le fonctionnement même de nos sociétés. Les stratégies d’adaptation face au changement climatique doivent avoir pour objectif de réduire cette vulnérabilité. Or, c’est bien le modèle même de développement des territoires qui engendre leur propre faiblesse. Une réflexion sur l’adaptation au changement climatique doit donc analyser la construction territoriale, par une connaissance des dynamiques qui l’ont structuré (Magnan, 2009). De ce fait l’adaptation au changement climatique doit nécessairement être locale, car ses effets sont différenciés selon les contextes spécifiques (environnementaux, socio-économiques, culturels) « Le passage à la territorialisation est donc obligatoire » (Tabeaud, 2010, p. 21). Il est essentiel de se questionner sur la capacité des acteurs locaux à repenser leur modèle de développement. L’adaptation au changement climatique ne doit pas être pensée comme figée, mais comme un processus dynamique (Magnan, 2009). Au vu des incertitudes et de la difficulté des individus à se projeter dans un temps long, l’adaptation dans 20 ans ne peut être identifiée de façon formelle. Par contre, il est possible de mettre en place des actions qui permettent aux territoires ou aux sociétés d’être moins vulnérables face à ces perturbations et surtout d’éviter la maladaptation. Cet angle d’analyse a pour ambition de contrer des projets d’aménagements et des politiques de planification qui auraient pour conséquence : 1- d’engendrer des effets négatifs potentiels des stratégies d’adaptation 2- d’augmenter la vulnérabilité du territoire ou des populations 3- de réduire la capacité d’adaptation d’un territoire ou d’une société (Magnan, 2009).

2Notre analyse portera sur un territoire : les stations de sports d’hiver de haute altitude de la vallée de la Tarentaise (Savoie, France). Le développement de cette vallée semble pertinent à interroger pour deux raisons : 1- le tourisme hivernal a été et reste le moteur principal de toute l’économie de cette région. Nous avons donc affaire à une mono-économie, basée sur une ressource, les sports d’hiver, économiquement très rentable. L’élévation des températures questionne clairement la fiabilité de l’enneigement, ressource principale du tourisme en montagne. 2- À une échelle plus large, l’Association Pays Tarentaise Vanoise crée en 2005 regroupe les 43 communes de la vallée. Celle-ci s’est lancée depuis 2009 dans la mise en place d’un Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT). En lien avec ce plan d’urbanisme, les élus ont souhaité également développer un Plan Climat Énergie Territorial (PCET), qui représente le volet territorial des politiques climatiques.

3Nous analyserons donc le modèle de développement de ces territoires à travers les trajectoires de vulnérabilités : en quoi le modèle même de développement de ces territoires a-t-il entrainé une augmentation de leur vulnérabilité intrinsèque ? Ensuite nous questionnerons la construction du Plan Climat Énergie Territorial Tarentaise-Vanoise, afin d’analyser les actions mises en œuvre. Celles-ci nous montrent l’existence d’une certaine déconnexion entre des sites touristiques très attractifs et le reste du territoire. Ces éléments nous conduiront à questionner les principaux freins à l’adaptation.

Trajectoire de vulnérabilité d’un territoire touristique

4Le modèle de développement porté principalement par le tourisme nous pousse à questionner sa structuration et son organisation. Ce choix est pertinent au regard de l’importance de cette économie pour le territoire analysé. C’est au sortir de la Seconde Guerre mondiale que le tourisme va prendre de l’ampleur pour devenir un phénomène de masse (Noailles, 2010). La création des stations de sports d’hiver demande des investissements que les collectivités locales ne peuvent pas assumer seules, c’est donc par l’engagement de l’État que les aménagements touristiques vont pouvoir se développer. On passe donc de lieux ayant une économie avant tout agricole, occupés principalement par les alpages, à des sites urbanisés pour l’accueil touristique. Ces évolutions s’accompagnent d’un changement de regard sur la ressource neige. « […] Le renversement de prospective […] s’est opéré lorsque l’aléa neige, vécu comme une contrainte et comme un facteur de risque, est devenu ressource » (Paccard, Peyrache-Gadeau, Chanrond ; 2011, p. 1).

5Les stations de sports d’hiver que nous étudions sont dites de haute altitude, puisque la majorité des domaines skiables se trouve au-dessus de 1800 mètres d’attitude. Ce qui permet aux acteurs du tourisme de commercialiser la station avec la notion de « garantie-neige ». Lorsqu’on s’intéresse aux projections d’enneigement (source : scampei), ces stations d’altitude ne verront pas dans un moyen terme de gros problèmes de fiabilité de leur ressource principale. De plus, le développement des technologies (neige de culture, travaux de piste, damage) a rendu le modèle des sports d’hiver très performant pour faire face aux aléas climatiques (Loubier, 2004). Ce qui pose question, c’est l’aspect graduel du changement climatique, l’érosion progressive du manteau neigeux. Cette problématique ne peut pas être prise isolément, il est important de la corréler aux stratégies de développement prises par ces sites pour rester attractifs. « Les sociétés modernes sont plus démunies face à ces perturbations (celle du changement climatique), car si des solutions techniques peuvent exister pour prévenir les perturbations ponctuelles, les risques graduels imposent des évolutions de comportement et des choix de développement profonds, qui eux-mêmes supposent une projection sur le long terme » (Magnan, 2009, p. 10).

Fig. 1 - Carte du territoire de la Tarentaise

Fig. 1 - Carte du territoire de la Tarentaise

Réalisation : A. Bonnemains.

Construction et développement d’un modèle touristique basé sur une monoactivité

6Les stations de sports d’hiver que nous étudions sont des stations créées ex nihilo, seuls des alpages étaient présents sur ces territoires, nous parlons donc de mise en tourisme de ces sites. Au fil des années le tourisme est devenu l’économie principale de toute la vallée, avec une forte spécialisation dans le tourisme hivernal (fig. 1). Nous avons pu identifier différentes étapes dans le développement des sports d’hiver sur ce territoire.

Phase de construction des stations pionnières : Fin de la Seconde Guerre mondiale-milieu des années 1960

7La première étape dans la création de ces sites touristiques a été l’identification des champs de neige, c’est-à-dire la reconnaissance des sites pouvant accueillir la pratique du ski (Knafou, 1991). Dans un même temps, il a fallu trouver des promoteurs capables de financer la construction de ces stations, puisque l’aménagement des sports d’hiver peut être assimilé à la mise en place d’une industrie lourde « Il s’agit d’une activité très capitalistique, avec des ratios immobilisation/chiffre d’affaire presque comparables à ceux d’une industrie lourde […] Les remontées mécaniques, élément moteur du domaine skiable, requièrent des investissements très lourds » (Rapport Lorit, 1993, p. 10). Les investissements doivent être réguliers pour que les domaines skiables puissent rester compétitifs. En contrepartie des investissements engagés, il a été demandé aux communes de prendre possession des terrains afin de faciliter la construction, c’est-à-dire la maitrise foncière. Le financement des stations de sports d’hiver s’est fait par la vente d’appartements secondaires. En effet, il a fallu dans un premier temps construire les routes d’accès aux sites et ensuite les remontées mécaniques, c’est bien par des logiques immobilières que cela a été possible. À partir du milieu des années 1960, l’État met en place le Plan Neige. Il a pour ambition de redynamiser les territoires ruraux confrontés à une perte démographique importante. C’est la volonté de rééquilibrage du territoire français, tout en faisant face à la concurrence internationale (notamment autrichienne), qui pousse le gouvernement à se lancer dans le développement des stations de ski.

La phase de construction et de multiplication des aménagements : milieu des années 1960-fin des années 1980

8C’est toute une représentation sociale qui est sous-jacente au développement de ces sites : la modernité. Celle-ci va inspirer l’ensemble des aménagements de cette époque. Les stations de ski « ex nihilo » de haute altitude deviennent des laboratoires d’expériences pour les architectes. « Finalement, on constate que les architectes et urbanistes projettent une vie nouvelle dans l’organisation de l’habitat de loisir en montagne […] Ils tentent à la fois de répondre à une attente encore mal identifiée et de produire de nouvelles pratiques. Ces architectes, urbanistes, designers, sont tous des modernes. Ils ont créé les stations dans l’esprit du temps : fonctionnalisme, rationalité, etc. Ils s’inscrivent dans les réflexions autour de l’Homme Nouveau, qui pour la première fois intègre le loisir et la détente dans son quotidien » (Wozniak, 2002, p. 21). C’est une vision fonctionnaliste et standardisée de la pratique des sports d’hiver en direction d’un public citadin qui se met en place sur le territoire de la Tarentaise (Knafou, 1991). Il y a une volonté de démocratisation des sports d’hiver, une massification de la pratique du ski voit le jour à travers la création des stations « ex nihilo ». La pratique du ski se standardise, le site d’accueil est pensé comme un lieu fonctionnel, rationnel où toutes les personnes venant aux sports d’hiver vont vivre de la même manière (Morales, 2007). Les stations de sports d’hiver continuent de se développer, le nombre de leurs aménagements augmentent. C’est une stratégie qui est tournée vers la construction d’une offre : les promoteurs immobiliers comme les professionnels du tourisme tablaient jusqu’à 20 % des Français qui partiraient aux sports d’hiver. La nécessité d’une structuration et d’une organisation des stations en termes de destination touristique se fait de plus en plus sentir, entrainant une professionnalisation des acteurs. Deux exemples illustrent bien ce processus sur les domaines skiables : la création de métiers comme les pisteurs-secouristes et le développement professionnel des remontées mécaniques.

L’émergence des problématiques économiques, sociales et environnementales : fin des années 1980-2000

9L’activité touristique a été jusque-là épargnée par les effets des chocs pétroliers de 1973/1979, même si ceux-ci se font sentir à partir du début des années 1980. Ces difficultés économiques internationales et nationales vont ébranler la base même du financement des stations de ski, c’est-à-dire la vente d’appartements en résidences secondaires. Les promoteurs n’arrivent plus à vendre les appartements, les communes se sont endettées, des problèmes budgétaires se font sentir. Mais ce n’est pas l’unique problème auquel les stations de ski « ex nihilo » doivent faire face. La montée des questionnements sociaux (les populations locales mises à la marge, les travailleurs saisonniers exploités) et écologiques (impacts de ces stations sur l’environnement, construction de remontées mécaniques sur des glaciers) va voir naître une remise en question des stations de ski intégrées au début des années 1970 qui s’amplifie dans les années 1980 (Deprest, 1997). De plus, une nouvelle problématique voit le jour : la fiabilité de l’enneigement. Les faibles cumuls de neige pendant trois saisons d’affilées, au début des années 1990, poussent les stations à développer la neige de culture pour faire face à cet aléa. La problématique des ressources environnementales prend donc de plus en plus d’importance. Les stations de sports d’hiver d’altitude vont donc commencer à équiper leur domaine skiable en neige de culture, ce qui leur demande des investissements très lourds. Ces équipements feront dorénavant partie intégrante du paysage de ces sites.

10À la même période, les taux de départs au ski commencent à stagner, d’où la nécessité d’une promotion professionnelle des stations pour attirer la clientèle et les acheteurs potentiels d’appartements. C’est le passage d’un développement guidé principalement par l’offre, la construction et la multiplication des aménagements sans études de marché, vers une prise en compte de la demande touristique pour permettre aux stations de rester attractives. Ce phénomène est également renforcé par l’accroissement de la concurrence entre les sites, due à l’émergence de nombreuses destinations touristiques nationales et internationales (Wozniak, 2002).

La diversification des aménagements et la différenciation entre les stations : depuis les années 2000

11Les sports d’hiver sont devenus un marché dit « mature » et très concurrentiel, il y a donc un enjeu important quant aux logiques de différenciation entre les stations. Cette logique doit permettre aux sites touristiques d’être plus attractifs et de renouveler leur clientèle. Cette préoccupation est due au vieillissement de la population venant faire du ski et à la difficulté de faire venir de nouvelles clientèles face à l’évolution des pratiques touristiques.

12Les logiques de différenciation sont d’autant plus fortes que les stations de sports d’hiver se sont équipées d’un nombre important d’aménagements tels que des centres aqualudiques et des pistes de luge. Finalement, la diversification de l’offre n’aboutit-elle pas à une nouvelle forme de standardisation ? Trois mouvements ont pu être identifiés de différenciation/mimétisme sur les stations de sports d’hiver d’altitude : 1- En étendant le domaine skiable ou en se reliant à d’autres domaines, le kilométrage de piste amène une différenciation entre les stations. La majorité des grandes stations ayant un fort pouvoir d’investissement ont créé des domaines reliés, ce qui a en partie standardisé l’offre. Le dernier exemple étant celui de Paradiski (liaison câblée entre la Plagne et les Arcs), permettant d’offrir 450 kilomètres de pistes. 2- Ensuite, les stations de ski se sont équipées de nouveaux aménagements pour se différencier de leurs concurrents (centres aqualudiques, pistes de luge…). Ces nouveaux composants de l’offre touristique se retrouvent maintenant dans toutes stations ayant les fonds nécessaires pour investir. 3- Aujourd’hui le marketing semble être le nouveau moyen de différenciation entre les stations : promotion d’image de marque, d’un positionnement, segmentation de la clientèle. Actuellement, les entreprises de remontées mécaniques comme les offices du tourisme des grandes stations ont leur service marketing. La différenciation entre les stations passe également par le cadre bâti. L’exemple des Arcs est dans ce sens révélateur des dynamiques des stations de sports d’hiver : en 2002 débute la construction d’Arcs 1950 avec une architecture pseudo néo-rurale qui correspondrait mieux aux attentes actuelles de la clientèle. Les stations sont aujourd’hui confrontées à un enjeu de taille, la rénovation du bâti. Ces opérations de réhabilitation et les projets toujours actuels de construction de nouvelles résidences de tourisme ou hôtels sont argumentés à nouveau à partir de l’évolution des attentes de la clientèle, et de la perte de lits marchands. Les anciens appartements ne sont plus estimés conformes aux attentes de la clientèle actuelle, le modèle moderne fonctionnaliste standardisé que l’on pourrait qualifier de « fordiste » ne correspondrait plus à ce que recherche la clientèle d’aujourd’hui. Les pratiques touristiques ont évolué et avec elles, les besoins en services, en qualité d’accueil et d’hébergement…

13Les stations de ski de haute altitude de Tarentaise s’inscrivent dans une dynamique de montée en gamme (Marcelpoil et al., 2010), les nouveaux aménagements construits ou rénovés tels que l’hôtellerie sont dans un processus d’amélioration continue de leur offre. La montée en gamme se ressent dans la plupart des projets de ces territoires touristiques. La diversification des activités et la différenciation entre les stations sont actuellement les deux dynamiques centrales des stations de haute altitude.

14La diversification des activités dans les stations de ski est une partie importante de l’évolution des stations, même si les acteurs s’accordent sur la centralité du ski comme motivation première pour un séjour en station. Il nous faut définir plus précisément ce qu’est la diversification et en fonction de quoi les stations de ski la mettent en place. Si la réponse est une diversification par rapport à une pratique du ski standardisée (ski alpin sur piste), alors participent de cette diversification tous les nouveaux aménagements sur les domaines skiables comme les zones dédiées, les plus révélatrice étant les snow parcs, permettant la pratique de sport « postmoderne » basée sur le fun et le ludique (freestyle…). Par contre, s’il s’agit de se diversifier par rapport à la pratique de la glisse, seuls les nouveaux aménagements tels que les centres aqua ludiques, ou les pistes de luges sur rail comme aux Ménuires rentrent dans la diversification.

15Ce rapide tour d’horizon de l’implantation du tourisme en Tarentaise permet de comprendre comment une économie très rentable basée sur une monoactivité s’est constituée sur le territoire et comment elle a cherché les voies de diversification sans toucher au cœur du produit. Nous allons maintenant mettre en lien le développement du tourisme et son intensification avec une trajectoire de vulnérabilité.

L’intensité du tourisme comme révélateur des vulnérabilités intrinsèques au territoire

16Il nous faut pour analyser la capacité d’adaptation de ce système touristique, comprendre comment celui-ci s’est implanté, puisque la vulnérabilité au changement climatique vient fondamentalement du modèle de développement de ces territoires. La vulnérabilité territoriale est bien à comprendre dans le sens d’une construction sociale. Dans le cas de notre recherche, c’est bien l’intensité du tourisme basé sur une mono-activité, les sports d’hiver, qui a engendré une vulnérabilité intrinsèque au système.

17Les indicateurs (fig. 2) que nous avons mobilisés pour montrer la spécialisation du territoire dans le tourisme hivernal sont : le nombre de résidences principales et le nombre de résidences secondaires sur les communes support des stations de haute altitude (données INSEE). Les résidences secondaires ont été multipliées par 9, quand l’hébergement principal lui, n’a été multiplié que par 2,5 entre 1975 et 1999. Compte tenu du modèle immobilier de développement, les résidences secondaires nous semblent un indicateur pertinent pour montrer l’intensification du tourisme sur notre territoire de recherche.

18Les deux graphiques (fig. 2 et fig. 3) concernent les communes supports des grandes stations de Tarentaise. Quant au nombre total des emplois entre 1975 et 2010, il a été multiplié par deux sur cette période (fig. 3). On s’aperçoit que l’augmentation s’est surtout faite entre 1982 et 1990, ce qui correspond à la préparation des Jeux olympiques d’hiver d’Albertville en 1992. Ces éléments nous permettent de montrer en partie comment le territoire a été transformé par le tourisme hivernal.

Fig. 2 - Résidences dans les stations de haute altitude de Tarentaise

Fig. 2 - Résidences dans les stations de haute altitude de Tarentaise

Source : INSEE.

Fig. 3 - Économie dans les stations de haute altitude de Tarentaise

Fig. 3 - Économie dans les stations de haute altitude de Tarentaise

Source : INSEE.

Renforcement du tourisme hivernal

19Il est intéressant de constater, à travers les différentes étapes définies dans la construction du système touristique, un renforcement toujours plus important du tourisme hivernal. Nous avons pu identifier trois seuils, qui ont spécialisé de manière toujours plus importante le territoire dans le tourisme hivernal. 1- À partir de 1964 : avec l’État qui rentre en jeu, début de l’industrie du tourisme, engendrant une massification des départs au ski. 2- À partir de la fin des années 1980 : début des problématiques liées à l’enneigement, à la financiarisation des stations. C’est le passage d’une logique de production à une logique de consommation. 3- À partir des années 2000 : début de la montée en gamme des stations. Le modèle touristique mis en place par les stations est très réactif, pour faire face aux aléas naturels, chacun de ces seuils a fait l’objet d’une adaptation importante renforçant le système dans un tourisme hivernal. De là, il nous semblait important de questionner la résilience de ce modèle touristique sur le court terme, l’adaptation au changement climatique doit articuler les différentes échelles temporelles (court, moyen et long terme). C’est un enjeu important pour les territoires que de rester réactifs sur le court terme tout en ayant une perspective de long terme, ce qui demande une importante flexibilité. La résilience est définie par Holling (1973), « comme la capacité d’un système à pouvoir intégrer dans son fonctionnement une perturbation, sans pour autant changer de structure qualitative. » (Hypergéo1) En ce qui concerne notre territoire de recherche, nous pouvons dire que les domaines skiables et l’industrie du tourisme d’une manière générale, sont très réactifs. « L’adaptation de l’outil “domaine skiable” devient particulièrement réactive aux conditions du marché. L’espace de loisir sportif peut se décliner en objet systémique complexe et en adaptation permanente […]. Nous pouvons donc raisonnablement penser que le changement climatique verra rapidement la mise en place de stratégie d’adaptations pour les domaines qui le peuvent. Cette réactivité de l’aménagement d’un domaine skiable ne réside cependant pas dans une volonté de prendre en compte le changement climatique à l’avance, mais plutôt comme une réaction en temps court afin de maîtriser la variabilité des phénomènes de précipitation et de couverture nivale tout au long de la saison de ski. » ( Loubier, 2001, p. 83). Les aléas climatiques, comme la variabilité interannuelle de l’enneigement, sont des perturbations que les domaines skiables ont très bien réussi à intégrer. On le voit particulièrement à partir du milieu des années 1980.

20Le changement climatique, quant à lui, pose une problématique différente, puisque le risque n’est pas uniquement ponctuel, mais graduel. Ce qui implique la nécessité d’une réflexion sur le long terme donc de l’anticipation. Les mécanismes de résilience sont là pour faire face au manque d’anticipation de ces systèmes (Magnan, 2013).

21Nous avons montré dans cette première partie que le territoire de la Tarentaise-Vanoise, par la création des stations de ski et de leur développement, s’est spécialisé dans une mono-activité, les sports d’hiver (fig. 4). Ce modèle de développement a eu pour conséquence d’avoir entrainé une forte vulnérabilité face au changement climatique. Cependant, les professionnels du tourisme des stations de haute altitude ne perçoivent pas le changement climatique comme un enjeu pouvant affecter leur station, puisque le modèle qu’ils contribuent à construire est très résilient. Il y a peu de pertinence selon les acteurs à réfléchir à cette question. Et dans un même temps, à l’échelle de la vallée de la Tarentaise dans la même impulsion que celle du Schéma de Cohérence Territorial, il y a la mise en place d’un Plan Climat Énergie Territorial.

Fig. 4 - Schéma théorique de trajectoire de développement : entre vulnérabilité territoriale et spécialisation territoriale

Fig. 4 - Schéma théorique de trajectoire de développement : entre vulnérabilité territoriale et spécialisation territoriale

Réalisation : A. Bonnemains.

La mise en place d’un Plan climat énergie territorial (PCET) sur la Tarentaise Vanoise

22C’est l’aspect politique qui va être questionné. En effet, nous nous sommes rendu compte au fur et à mesure de nos recherches, de l’impressionnante institutionnalisation, du mondial au local, de la problématique du changement climatique. C’est l’affirmation de ce phénomène comme politique publique territoriale qui nous intéressera dans cet article. Il nous semble fondamental après avoir étudié la mise en tourisme du territoire, de comprendre l’émergence de documents et de plans concernant l’atténuation et l’adaptation au changement climatique.

23On voit apparaître un décalage entre les enjeux des stations de sports d’hiver, qui ont une résilience très forte sur le court terme (adaptation aux aléas climatiques et à la demande touristique), et le territoire support (celui de la vallée) qui tente de se structurer et de penser l’adaptation à travers la mise en place d’un PCET. Dans un premier temps nous regarderons comment est pensée l’adaptation à travers la mise en place du PCET, ce qui nous amènera à montrer un décalage entre ces sites touristiques très rentables sur le court terme et le reste de la vallée. Nous nous questionnerons également sur ce qui fait barrière à l’adaptation.

Territoire à double vitesse (station de sports d’hiver et territoire support)

La mise en place du PCET

24Ce plan climat énergie est issu de la volonté de quelques élus de la vallée de Tarentaise, il n’est pas issu d’une obligation réglementaire. Cet aspect est commun à de nombreux plans climat, c’est donc aux acteurs locaux de formuler son contenu et ses actions (La Branche, 2010). De plus, ce plan s’intègre dans la mise en place d’un Schéma de Cohérence Territoriale. Nous avons repris les différents documents relatifs à la mise en place du PCET, afin d’analyser sa construction. Nous allons rapidement en présenter les différentes étapes.

25Pour lancer le PCET, deux diagnostics ont été faits par un bureau d’étude : une analyse de la vulnérabilité territoriale face au changement climatique et un bilan carbone. Pour construire le document de vulnérabilité territoriale, deux réunions ont été organisées en groupes restreints. Trois points nous semblent importants à faire ressortir concernant ce diagnostic : 1- L’impact sur le milieu naturel est très présent (alors qu’il ne ressort pas dans les axes du PCET). 2- Le tourisme est englobé dans les activités, il ne ressort pas de manière spécifique. De plus, les stations de haute altitude de Tarentaise ne sont pas identifiées comme vulnérables. 3- Trois secteurs d’activités sont directement annoncés comme relevant du volet atténuation du PCET : Bâtiment-Transport et énergie. À partir du bilan carbone, trois axes d’orientation ont été identifiés : 1- Transport et Mobilité 2- Le bâti 3 -La production et consommation d’énergie. Ensuite deux commissions climats ont été organisées, afin de développer trois axes stratégiques de réflexion : 1- Accueillir les touristes, gérer le territoire, se déplacer ; 2- Rénover, construire, se loger et 3- Consommer sobrement, produire localement. Un forum « énergie-climat » a ensuite été organisé afin de décliner les trois axes en action.

Le forum climat-énergie

26La participation à ce type de réunion et l’analyse des actions qui en sont issues, nous permettent de mettre en avant la non-remise en question du modèle des sports d’hiver cœur économique de la vallée. Les touristes seraient responsables, d’après le bilan carbone, de 67 % des émissions de gaz à effet de serre. Ce qui est remis en question par contre, c’est le mode de transport dominant pour se rendre en station : la voiture. Il est donc recherché une alternative à ce type de déplacement. Ce qui est donc identifié comme problématique, c’est bien l’accès à ces sites marqué par l’usage de la voiture. Il y a une volonté de faire évoluer le modèle vers une réduction de l’utilisation de ce type de transport. De là, va découler un certain nombre d’actions dans ce sens : 1-La création d’un pack train + remontée mécanique + logement, 2- Le renforcement de l’utilisation du vélo (développement des pistes cyclables notamment), 3- La mise en place d’un auto-stop sécurisé, 4- Dynamiser le covoiturage, 5- Création d’une liaison intervallée pour le tourisme estival et 6- Développer l’inter-modalité par les transports par câble. Le second point identifié comme problématique est celui du bâti, particulièrement la rénovation des bâtiments conçus et construits avant 1973. Il est donc question de l’héritage d’une architecture « moderne ». De nombreuses actions préconisent le développement d’une ingénierie spécifique sur la performance énergétique, avec la création de lieux d’apprentissage et d’échanges d’expérience. C’est une volonté de réduire la consommation d’énergie à l’échelle individuelle, via le développement de technologies permettant de suivre facilement sa consommation et des actions de sensibilisation pour le grand public. La réduction de la consommation est aussi souhaitée à l’échelle de la commune, l’exemple de la diminution de l’éclairage nocturne est très parlant. La question de la performance énergétique ressort de manière importante dans le plan actions et on peut la coupler également avec la mise en avant de la nécessité d’augmenter les énergies renouvelables. Les éléments identifiés précédemment (le transport, l’habitat et l’énergie) font partie des domaines couramment investis par les plans climat (La Branche, 2010). Et enfin, le dernier élément qui ressort de ces actions porte sur l’agriculture et la sylviculture, avec l’idée sous-jacente de développer la production locale et les circuits courts. L’accent est mis sur l’importance du foncier agricole, la diversification de l’agriculture et la consommation de produits locaux. Il est intéressant de constater une volonté importante de redynamiser l’agriculture, de la diversifier et de renforcer les AOC. Lorsque l’on regarde la littérature sur la mise en place des plans d’adaptation, les questions de réduction de la consommation d’énergie, de transports et le bâti sont les éléments redondants dans ces projets.

27Nous nous sommes interrogés également sur les participants à ce forum : sur 68 personnes présentes 12 d’entre elles viennent des communes supports des stations de haute altitude ou des stations elles-mêmes. Quatre communes de notre territoire de recherche ne sont pas représentées : Val d’Isère, Bellentre, Champagny et La Perrière. C’est avant tout des techniciens et des chargés de mission environnement et/ou urbanisme et des conseillers municipaux qui sont présents. Il n’y a que très peu d’acteurs du tourisme, avec un seul représentant des remontées mécaniques. Il est intéressant de mettre cela en lien avec l’importance du secteur touristique que nous avons montré jusqu’ici. Le second lien que nous pouvons faire porte sur l’analyse de la vulnérabilité, n’identifiant pas les stations de haute altitude comme vulnérables au changement climatique.

28À partir de là deux questions se posent : à quoi cherche-t-on à s’adapter ? Quel est le modèle sous-jacent que les politiques souhaitent développer ? On s’aperçoit qu’il est fortement question d’atténuation, via la réduction d’émission de gaz à effet de serre et la recherche de développement d’énergie renouvelable. On peut émettre l’hypothèse : ce qui est recherché dans ce PCET, c’est d’adapter le tourisme de sports d’hiver aux nouveaux enjeux de diminution de gaz à effet de serre. La capacité d’adaptation, dans le sens entendu par le GIEC comme « le degré d’ajustement d’un système à des changements climatiques (y compris la variabilité climatique et les extrêmes) afin d’atténuer les dommages potentiels, de tirer parti des opportunités ou de faire face aux conséquences » (IPCC)2, ne ressort pas particulièrement de ces actions, hormis sur la volonté de redynamiser le secteur agricole. Cette difficulté à prendre en compte l’adaptation viendrait pour de nombreux chercheurs de « l’adoption tardive d’orientation stratégique au niveau national qui peut expliquer en partie le retard » (La Branche, 2010, p. 59). C’est bien le rôle du politique qui est interrogé : « plus globalement, c’est l’engagement collectif, c’est-à-dire une question qui s’inscrit dans aucune logique déjà tracée, mais qui implique un décalage, une bifurcation, une révision des modes d’action, à travers une prise en compte progressive des critères nouveaux » (Scarwell, Roussel, 2010, p. 257). Nous avons rencontré en entretien le maire qui porte le PCET ; à travers son discours, il semble également que ce projet avait pour vocation de rassembler les différents élus de la vallée afin de travailler ensemble. Selon lui, c’est un défi important que de construire un projet de territoire où les élus ne communiquaient pas entre eux il y encore 10 ans. Le SCOT et le PCET semblent donc des outils appropriés pour rassembler les élus autour d’un projet de territoire commun. Il est fortement question de solidarité entre les différentes communes du territoire : communes supports de stations avec d’importantes ressources financières et les autres communes de fond de vallée et agricoles.

29Cependant, lorsque nous interrogeons les acteurs du tourisme dans les stations de sports d’hiver, hormis les élus, très peu d’entre eux sont au courant de la mise en place de ces plans. Les enjeux climatiques, et de réductions de gaz à effet de serre, ne sont pas identifiés.

Les enjeux mis en avant par les acteurs des stations de sports d’hiver

30Un des points communs identifiable entre les discours des acteurs du tourisme recueillis lors d’une enquête de terrain et les réflexions du plan climat énergie, porte sur la rénovation du bâti. En effet, la rentabilité économique de ces stations est basée sur un grand nombre de clients et si possible en progression, il est donc indispensable de trouver les leviers pour rester attractif. Cependant, la diminution de la consommation d’énergie n’est pas mise en avant dans les entretiens, c’est l’adaptation à la demande touristique qui est valorisée à travers le thème de la rénovation de l’immobilier de loisir. La concurrence entre les destinations touristiques étant de plus en plus importante, couplée avec une stagnation des départs au ski, les principaux acteurs de station se rassemblent pour trouver des solutions, via le marketing, pour développer des services ou des animations afin d’attirer toujours plus de monde. Le changement climatique n’est pas perçu comme une vulnérabilité du territoire, puisque celui-ci est identifié principalement à travers la fiabilité de l’enneigement. Ces stations étant de haute altitude, c’est la variation interannuelle qui est importante. Nous avons donc des communes tournées principalement vers un modèle touristique, impliquant de plus en plus d’investissements avec des logiques de court terme. C’est avant tout le renouvellement de la clientèle et la diminution du pouvoir d’achat qui inquiètent les professionnels du tourisme, puisque l’adaptation au changement climatique est perçue en termes technologiques via la neige de culture et le travail des pistes (damage, reprofilage du terrain) et non comme un effet graduel. La question qui va donc se poser, est comment le territoire regroupant l’ensemble de la vallée de la Tarentaise va intégrer ces logiques touristiques dans les plans de planification (SCOT) que les élus mettent en place.

31Les stations de sports d’hiver d’altitude sont des « Ilots touristiques » économiquement très rentables, cherchant à garder leur attractivité, en concurrence les unes par rapport aux autres, les questions de solidarité ne se posent donc pas pendant la saison hivernale.

Incapacité des acteurs locaux à penser un autre système

32Comme nous l’avons vu, le tourisme hivernal est l’économie prépondérante de cette vallée, elle n’est donc pas pensée comme un élément de vulnérabilité du système. De plus, cette économie a permis de redynamiser le territoire et de fixer la population. On peut émettre l’hypothèse que la mémoire joue donc un rôle important dans cette réflexion. « La mémoire qui se bâtit à partir d’un évènement fondateur déterminé et uniquement à partir de là, est coupée de la grande mémoire, celle de toutes les mémoires plurielles qui composent le vaste panorama de la culture vivante. » (Sfez, 2010, p. 68). L’histoire du territoire est exposée dans certaines stations à partir de la mise en tourisme du lieu ; avant cette période la mémoire est très peu valorisée. L’exemple de la station de la Plagne est révélateur de ce point de vue-là : durant l’été 2013, une exposition photographique dans la maison de Tignes portant sur la création de la station était organisée par l’office du tourisme. L’histoire mentionnée est uniquement celle du tourisme avec une valorisation de la construction et de l’architecture du site. Alors que l’inondation du village traditionnel a été un réel traumatisme. La période pré-tourisme n’est mentionnée qu’à la marge, alors que Tignes est à la base un village avec une trajectoire singulière. C’est le patrimoine architectural de l’époque contemporaine qui tente d’être mise en valeur. C’est comme si avant la période touristique (qui date de 70 ans) rien n’avait eu lieu parce que de fait il n’en reste aucune trace. En parallèle, la vallée, à travers notamment ses églises baroques, souhaite faire revivre une histoire plus ancienne.

33La comparaison entre les discours sur le tourisme hivernal et le tourisme estival nous permet d’identifier une première barrière : celle d’une activité économique structurée autour d’une pratique, créant l’attractivité touristique principale, et dans un même temps, un tourisme estival en perte de vitesse ne représentant que 10 ou 15 % de l’activité touristique et à peine 1 % de la fréquentation des remontées mécaniques. Il semble impossible pour les acteurs des stations de développer une activité qui serait aussi rentable que le tourisme hivernal. La saison estivale demanderait une organisation différente de l’hiver. Le tourisme hivernal est marqué par le choix d’un site pendant un séjour (une semaine), alors que le tourisme d’été est défini comme un tourisme multi sites sur quelques jours. La structuration du territoire doit s’adapter à ces deux saisons. Cependant, il est difficile pour des acteurs d’être en concurrence pendant cinq mois et de travailler sur des projets communs pour une saison de deux mois maximum, sachant que celle-ci n’est presque pas rentable économiquement pour certains acteurs (les entreprises de remontées mécaniques). De plus, le modèle touristique hivernal demande des investissements se traduisant par d’importants chantiers (rénovation de bâti, travail de piste…) qui pour des raisons d’aléas météorologiques doivent se poursuivre en été. Cet état de fait rend difficile l’attractivité des sites de haute altitude pendant la période estivale. Certaines sites par d’importants investissements tentent de redynamiser leur station. Cependant l’attractivité reste très faible par rapport à l’hiver, ce qui ne pousse pas les professionnels du tourisme à s’engager dans cette voie. Un autre point rend difficile le développement du tourisme estival : de nombreux acteurs des stations ont monté une autre activité pour l’été notamment en bord de mer, ils ne vivent pas à l’année sur le territoire. De ce fait, leurs magasins ou commerces dans la station de sports d’hiver sont fermés pendant la saison estivale réduisant l’attractivité des stations. De nombreuses entreprises comme les résidences de tourisme, les magasins de location de matériel, certaines entreprises de remontées mécaniques font partie de grands groupes nationaux et internationaux. Ces firmes n’ayant pas toujours des politiques d’ancrage territorial (à la différence des employés qui eux vivent sur le territoire), la problématique est donc de savoir comment les intégrer dans des projets locaux.

34De plus, comme nous l’avons déjà mis en avant, ces stations de haute altitude n’ont pas été identifiées dans l’analyse de la vulnérabilité du territoire face au changement climatique. Ce qui a pour conséquence de renforcer la spécialisation de ces territoires dans le tourisme hivernal. Les acteurs du tourisme ayant développé une très forte résilience sur le court terme face aux aléas climatiques et à l’adaptation à la demande touristique, se pensent être les plus résistants dans le paysage des sports d’hiver face à la diminution de la fiabilité de l’enneigement. Il a d’ailleurs été développé la notion de « garantie neige », grâce à la technologie, ce qui leur permet de commercialiser leur station sur toute la saison hivernale. Le dernier point que nous souhaitons aborder quant aux éléments qui pourraient freiner l’adaptation de ce système relève d’aspects plus cognitifs ou psychologiques liés à l’individu lui-même. Il semble très difficile pour les individus de se projeter dans le long terme alors que l’ensemble de la société va dans le sens d’une augmentation de la rapidité notamment dans la communication par les nouvelles technologies entrainant de plus en plus de réservations de dernières minutes et la recherche des offres de service touristique les moins chères. Et enfin, malgré une sensibilisation individuelle vers les questions climatiques, sa traduction dans le monde professionnel reste très compliquée, ou alors elle n’est exprimée qu’en termes d’atténuation.

Conclusion

35Il n’est pas question ici de remettre en cause les stations de sports d’hiver, mais bien de mettre en avant comment ce modèle de développement territorial est lui-même porteur de ses propres vulnérabilités. De plus, l’histoire nous apprend que la question climatique n’est pas l’unique donnée à prendre en compte, les seuils ou les ruptures sont une conjugaison de nombreux facteurs : sociaux, financiers, environnementaux, sociétaux et climatique.

36Nous avons pu montrer dans cet article le décalage entre la vulnérabilité intrinsèque d’un système, celui du développement et de la structuration d’une monoactivité, et la vulnérabilité identifiée par les acteurs (dans la mise en place du PCET et celle des professionnels du tourisme). La question qui va se poser maintenant c’est comment lier ces deux vulnérabilités, celle mise en avant par le chercheur et celle perçue par les acteurs locaux ? Les impacts du changement climatique restent incertains, cependant il apparaît qu’un système diversifié sera moins vulnérable qu’un modèle basé sur une monoactivité. Il nous semble que c’est avant tout par le secteur agricole que la diversification des activités semble se construire. Les stations de sports d’hiver sont fondamentales pour le maintien socio-économique de la vallée, les adaptations mises au point sur le court terme sont importantes pour son fonctionnement, comment la station pourrait-elle devenir une réelle ressource pour le territoire ? C’est bien la question de l’ancrage territorial du modèle de développement qui est posée.

Haut de page

Bibliographie

Bertin E., « Le vertige de la différenciation, tropisme de la pensée stratégique dans le champ du marketing et de la communication ? », Communication, vol. 28/1, 2011, p. 101-132.

Bourdeau P, « Les défis environnementaux et culturels des stations de montagne. Une approche à partir du cas français », Revue de recherche en tourisme, vol 27-2, 2008, p. 23-30.

COFREMCA, Pour un repositionnement de l’offre tourisme loisir des Alpes Française, 1993.

Deperst F., Enquête sur le tourisme de masse : L’écologie face au territoire, Belin, 1997, p 207.

La Branche S., Le changement climatique, Du méta-risque à la méta-gouvernance, SDR série Innovation, 2010, 219 p.

Loubier J.-C., Perception et simulation du changement climatique sur l’économie du ski et la biodiversité (Savoie-Haute Savoie), Thèse de géographie, université de Grenoble, 2004, 298 p.

Magnan A., « La vulnérabilité des territoires littoraux au changement climatique : Mise au point conceptuelle et facteurs d’influence. Hypothèse de recherche », IDDRI Analyse numéro, n° 1, Changement climatique, 2009, p. 29.

Magnan A., « Proposition d’une trame de recherche pour appréhender la capacité d’adaptation au changement climatique », VertigO, vol 9, n3, 2009, 30 p.

Morales Y., « Une Histoire culturelle des sports d’hiver. Le Jura français des origines aux années trente », Espaces et Temps du Sport, Éditions L’Harmattan, Paris, 2007, 387 p.

Noailles M., « La construction d’une économie touristique sur la côte aquitaine sous la Ve république (1958-1988) », Sud-Ouest Européen, n29, 2010, p. 37-42.

Scarwel H.-J., Roussel I., Le changement climatique. Quand le climat nous pousse à changer d’ère, Septentrion presse universitaire, 2010, 358 p.

Sfez L., « Voyages en France : Recherche sur l’adaptation au réchauffement climatique », in Sfez L., (dir.), « Le changement climatique les résistances à l’adaptation », Revue Quaderni, n71, hiver 2009-2010, p. 61-74.

Paccard P., Peyrache-Gadeau V., Chanron J., « La ressource neige : enjeux et adaptation des stations françaises face au Changement climatique », in Antoine J.-M., Milian J. (Éd.), La ressource montagne : entre potentialités et contraintes, L’Harmattan, Paris, 2011, p. 87 -121.

Tabeaud M., « Les adaptations au changement climatique ou la redécouverte des acteurs et des territoires », in Sfez L (dir.), « Le changement climatique les résistances à l’adaptation », Revue Quaderni, no71, hiver 2009-2010, p. 7-23.

Wozniak M. « Les stations de ski : quelles représentations des clientèles pour quel cadre bâti ? », Revue de géographie alpine, Tome 90, no 4, 2002, p. 17-31.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Carte du territoire de la Tarentaise
Crédits Réalisation : A. Bonnemains.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1055/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 2 - Résidences dans les stations de haute altitude de Tarentaise
Crédits Source : INSEE.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1055/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 3 - Économie dans les stations de haute altitude de Tarentaise
Crédits Source : INSEE.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1055/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 4 - Schéma théorique de trajectoire de développement : entre vulnérabilité territoriale et spécialisation territoriale
Crédits Réalisation : A. Bonnemains.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1055/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anouk Bonnemains, « Quelle capacité d’adaptation pour les stations de sports d’hiver de haute altitude des Alpes du Nord ? Mise en regard de la vulnérabilité territoriale et du Plan énergie climat territorial Tarentaise Vanoise », Sud-Ouest européen, 37 | 2014, 29-39.

Référence électronique

Anouk Bonnemains, « Quelle capacité d’adaptation pour les stations de sports d’hiver de haute altitude des Alpes du Nord ? Mise en regard de la vulnérabilité territoriale et du Plan énergie climat territorial Tarentaise Vanoise », Sud-Ouest européen [En ligne], 37 | 2014, mis en ligne le 19 novembre 2015, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/1055 ; DOI : 10.4000/soe.1055

Haut de page

Auteur

Anouk Bonnemains

Doctorante en géographie, Laboratoire EDYTEM (Environnements, Dynamiques des Territoires de la Montagne) UMR 5204 et Université de Savoie, Université de Savoie, Laboratoire EDYTEM - UMR5204, Bâtiment « Pôle Montagne », F-73376 Le Bourget du Lac cedex.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals