Navigation – Plan du site

Développement territorial et agropastoralisme pyrénéen : construction par étape d’une action collective au sein de la thématique agropastorale du SIG Pyrénées

Investigating territorial development in the Pyrenees through the agropastoral component of a Socio-economic Observatory
Desarrollo territorial y agropastoralismo pirenaico : construcción por etapas de una acción colectiva en el seno de la temática agropastoral del SIG pirenaico.
Pauline Lenormand
p. 39-49

Résumés

L’évolution de la politique d’aménagement du territoire en France ainsi que la société de la connaissance incitent les professionnels du développement territorial à se doter d’instruments de capitalisation et de mutualisation d’informations. Le terrain d’étude se situe à l’échelle de la zone de massif des Pyrénées définie par la Loi Montagne de 1985. Issu d’un travail de thèse de géographie, cet article analyse la place des acteurs agricoles et pastoraux dans le développement territorial pyrénéen à travers l’étude de la construction et de l’usage de la thématique « agropastoralisme » de l’observatoire socio-économique pyrénéen (ou SIG Pyrénées). Alors que l’observatoire permet de faire émerger des communautés de pratiques dans le champ du développement agricole et pastoral, le rôle des acteurs institutionnels agricoles et pastoraux dans le développement territorial pyrénéen est en constante négociation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Alors que se pose de façon accrue la question du rôle des observatoires sectoriels et territoriaux (Moine, 2007 ; Roux, Feyt, 2011) en termes de contribution au développement territorial (Lenormand, 2011), nous nous intéressons dans cet article à cette question à travers le prisme de l’agriculture et du pastoralisme dans le massif pyrénéen. Outre la mise à disposition d’informations ou encore la mise en réseau des acteurs, pourquoi entamer une démarche d’observatoire ? Pour quels objectifs et avec quels acteurs ?

  • 1 Lenormand P., L’ingénierie territoriale à l’épreuve des observatoires territoriaux : analyse des co (...)
  • 2 L’APEM est une association portée depuis 1997 par les organismes consulaires du massif pyrénéen, c’ (...)
  • 3 Des techniciens de structures porteuses de pays, d’associations de développement, de chambres consu (...)

2Le travail de recherche sur lequel s’appuie cet article été réalisé dans le cadre d’un doctorat1 de géographie réalisé grâce à une bourse CIFRE avec l’Assemblée pyrénéenne d’économie montagnarde (APEM)2. Le travail sur le massif pyrénéen s’est appuyé sur une double démarche méthodologique : d’une part, une démarche d’enquêtes auprès de personnes ressources3 de projets d’observatoires de deux Pays et d’autre part, une observation participante effectuée au sein d’une association porteuse d’un observatoire socio-économique de massif (l’APEM elle-même). Cette démarche a eu, entre autres objectifs, de comprendre la construction et les usages de l’information contenue dans l’observatoire. Outre le travail de recherche, la doctorante avait également pour mission d’animer les thématiques Territoires et Agropastoralisme du SIG Pyrénées, c’est-à-dire de faire vivre le réseau des acteurs pyrénéens concernés par ces thématiques. La thèse a démontré que les projets d’observatoire révèlent un enjeu de construction de compétences collectives, indispensables pour ancrer l’expertise dans le territoire. Cet enjeu se déploie à différents niveaux : entre agents d’une même structure et entre agents de différentes structures. Ces niveaux font apparaître des médiateurs favorisant l’émergence et la consolidation des compétences collectives. Ces processus entraînent des transformations des compétences individuelles des professionnels ainsi qu’un métissage de celles-ci, aboutissant à l’émergence de profils professionnels hybrides.

3Dans le contexte actuel de société de la connaissance (David, Foray, 2002), nous allons voir comment la capitalisation d’informations dans le cadre de la politique de la montagne peut favoriser une gestion de l’information sur le territoire dans une optique de développement territorial c’est-à-dire comme outil d’aide à la conception de projets de développement. Quelle est la vision partagée du territoire pyrénéen construite à travers l’observatoire pyrénéen ? L’objectif de cet article vise à comprendre le processus de construction d’une thématique dans un observatoire socio-économique : la thématique agropastoralisme4.

4Dans un premier temps, nous proposons un retour sur l’émergence de la question de l’observation territoriale au sein des politiques territoriales : comment l’instrument est-il mobilisé dans la logique du développement territorial ? Ensuite, nous replaçons cette interrogation dans le cadre plus précis d’un observatoire développé par l’Association Pyrénéenne d’Économie Montagnarde (APEM). Enfin, nous détaillons en quoi la thématique agropastorale de l’observatoire pyrénéen est révélatrice d’un mouvement de transformation des pratiques des acteurs agricoles et pastoraux pyrénéens à travers la dynamique collective initiée.

I – L’observation du territoire : pour une capitalisation d’informations pour le développement territorial

1. L’évolution conjointe de la politique de la Montagne et des politiques territoriales font apparaître un besoin d’observation territoriale

5Le développement territorial repose sur la mobilisation des acteurs locaux pour créer, à partir des potentialités du territoire, un projet commun. Ils ont connu, en quelques décennies, des changements importants en termes d’objectifs, de moyens et de pratiques. Ces mutations s’expliquent par plusieurs facteurs. En premier lieu, ces projets sont marqués par l’évolution des politiques territoriales en France depuis la décentralisation (Alvergne, Taulelle, 2002 ; Jean, Vanier, 2008) et par un référentiel de développement conjuguant désormais développement durable, compétitivité et société de l’information (Lenormand, 2011). En deuxième lieu, la multiplication des types d’acteurs impliqués dans le développement territorial a fait émerger le concept de gouvernance et, à sa suite, une interrogation sur les formes de coordination entre acteurs (Leloup, Moyart, Pecqueur, 2005).

6La politique en faveur de la montagne a émergé en France à partir de 1967, lors de la négociation de mesures structurelles au sein de la politique agricole et par la mise en œuvre d’une politique de rénovation rurale. À sa suite, la loi Montagne de 1985 consacre une politique qu’on peut qualifier de territoriale, s’appliquant à un espace délimité par un zonage (fig. 1), et avec pour objectif un projet de développement interrégional basé sur le principe d’« autodéveloppement » (développement durable avant l’heure).

Fig. 1 – Division politico-administrative du massif pyrénéen

Fig. 1 – Division politico-administrative du massif pyrénéen

7Cette politique a créé un cadre institutionnel propre (Lenormand, 2011) par l’apparition de nouveaux acteurs (Conseil national de la montagne, Comités de massif, Commissariats de massif, Préfets coordonnateurs de massif) et de dispositifs interrégionaux tels que les Conventions interrégionales de massif. Ce dispositif institutionnel est plus ou moins efficace selon le Commissariat général du Plan (1999) pour qui la pertinence de ces outils, uniques en Europe, n’est pas remise en cause mais dont les conditions de fonctionnement sont souvent causes de leur perte d’efficacité. Lieu de la complexité (Gerbaux, 1989), la montagne bénéficie alors d’une politique dédiée posant d’actuelles questions de gouvernance, notamment entre État et collectivités. En effet, les dimensions interrégionale et interdépartementale des massifs français rendent la question de l’observation territoriale d’autant plus importante que l’on manque de données à cette échelle comme le souligne à nouveau le dernier bilan de la Loi montagne publié en 2010 (Peneau et al., 2010).

8L’accumulation d’expériences et de dispositifs de développement territorial depuis plus de 30 ans rend nécessaire le recours à de nouvelles manières de capitaliser l’expérience et l’information produite. Les nouveaux dispositifs d’action publique exigent efficacité et rapidité de l’action pour bénéficier des financements publics. Se pose alors la question de l’analyse des projets de développement de territoire et des formes d’ingénierie territoriale associées : quels instruments permettent de concevoir des connaissances territoriales utiles au développement d’un territoire et comment ces instruments y contribuent-ils ?

2. Les observatoires territoriaux : des instruments au service du développement territorial

9Les nouvelles modalités de gouvernance, notamment en termes de gouvernance négociée (Lascoumes, Le Galès, 2005), appellent un renouvellement des concepts, méthodes et outils d’accompagnement du développement territorial. L’évolution actuelle des politiques territoriales confère un rôle-clé à l’information et à la connaissance, notamment dans les processus de prise de décision (de l’échelle locale à l’échelle internationale). Les injonctions des politiques publiques sur les projets de territoire, associées à l’évolution des technologies et à l’accessibilité accrue à de nombreuses informations ont pour conséquence que les professionnels du développement territorial, au sens des agents en charge du développement des territoires et spécialistes de l’appui à la prise de décision, se dotent d’instruments de capitalisation et de mutualisation d’informations. On constate une multiplication des observatoires territoriaux (Roux, Feyt, 2011), au sens d’un instrument mobilisé par les acteurs du développement territorial pour produire et pour mutualiser des informations en vue d’améliorer l’efficacité de l’action publique territoriale.

10Les observatoires territoriaux ne sont pas des objets aux contours précis. Ils se déploient à différentes échelles géographiques depuis l’échelle mondiale (Observatoire des agricultures du monde coordonné par le CIRAD), européenne ou nationale (Observatoire des territoires de la DATAR, Observatoire du développement rural porté par l’INRA) en passant par les échelles régionale, départementale et locale (observatoire régional de l’énergie, observatoires de quartier…). Il existe également des observatoires dépassant les limites administratives ou encore des réseaux d’observatoires locaux. À l’APEM, un observatoire est un outil ayant comme objectif la mise en œuvre d’un réseau de partenaires du développement territorial en vue d’améliorer l’action sur ce territoire à partir d’une mobilisation croisée d’informations et de la construction de connaissances territorialisées.

11De fortes inégalités dans les démarches d’utilisation des observatoires dans l’aménagement du territoire existent. Alors que certains acteurs comme l’APEM font l’hypothèse que la systématisation des systèmes d’information en entreprise pourrait inspirer les structures territoriales afin de gérer au mieux la complexité des besoins et des contextes dans lesquels elles interviennent, il ressort de travaux récents (Roux, Feyt, 2011) que la prise en compte de la dimension territoriale dans l’observation est plus complexe qu’un simple transfert de méthodes. L’adéquation entre projets d’observatoire et besoins des usagers, dont les profils peuvent être très variés puisqu’ils peuvent être des techniciens de collectivités, de territoires de projets ou de chambres consulaires mais aussi des élus ou encore le grand public, est fondamentale. Pour cela, la maîtrise de la dimension géographique des entités en jeu est indispensable. La mise en relation et en cohérence des conceptions géographiques mais aussi économiques, écologiques ou sociales du territoire devrait faire partie de tout projet d’observatoire, ce qui est loin d’être le cas au vu de l’expérience. Comment alors mettre en place des systèmes d’information territoriaux permettant l’échange, la synergie et des économies d’échelles entre différents partenaires du développement territorial ?

12La conception et la mise en œuvre d’un observatoire territorial doivent passer par une compréhension commune du territoire, des usages et des différentes perceptions dont il est l’objet (Moine, 2007). Plusieurs types d’outils sont développés. Ce sont des outils de suivi des évolutions du territoire, qui permettent de capitaliser des informations sur le système à partir d’un temps t ; des outils de suivi du projet de territoire qui analysent les états successifs du projet au regard des objectifs assignés au développement du territoire (des outils d’évaluation donc) et enfin des outils de suivi de l’évolution du système d’acteurs.

13Le constat est cependant fait de projets opportunistes, et liés à un contexte donné (De Sède Marceau, 2002). Les observatoires déjà en fonctionnement connaissent certaines critiques quant à leur contribution au développement territorial (Janin et al., 2011), notamment lorsqu’ils se cantonnent à des informations administratives. Capitaliser et diffuser des informations ne suffit pas à leur démocratisation. Au contraire, cela aurait tendance à fixer, voire à appauvrir les discours sur le développement territorial (Janin et al., 2011). Le risque de cet instrument est donc de favoriser, contrairement à ses objectifs de co-construction de connaissances, une certaine « routinisation » du développement territorial. Cependant, le contenu des observatoires permet tout de même de démultiplier les usages de ces informations et de faciliter des rapprochements interinstitutionnels (dimension non négligeable dans le contexte de restructuration des services de l’État et des collectivités territoriales) tout en augmentant leur visibilité et ainsi de créer l’opportunité d’un échange d’expériences.

II – Le SIG Pyrénées : instrument d’appui au développement territorial pyrénéen ?

  • 5 Observatoire socio-économique pyrénéen et SIG Pyrénées désignent donc, pour les acteurs et par racc (...)

14Le SIG Pyrénées est l’instrument support de l’observatoire socio-économique pyrénéen5. « L’Observatoire des Pyrénées est un outil collaboratif de partage d’information, d’analyse et d’aide à la décision. Il a pour but de présenter, de comparer et de diffuser de l’information socio-économique et environnementale sur le Massif des Pyrénées » (http://www.sig-pyrenees.net, consulté le 29 juin 2012). Il résulte de la volonté d’accroître la visibilité de la politique pyrénéenne à la fin des années 1990. Ce n’est donc pas, à son démarrage, un outil d’appui au développement territorial ou d’aide à la prise de décision mais un outil de légitimation d’une politique.

15Cet instrument est porté par l’Assemblée pyrénéenne d’économie montagnarde (APEM). La création, en 1997, de l’APEM comme organisme interconsulaire, regroupant les établissements interconsulaires agricole, des métiers et de l’artisanat et du commerce et de l’industrie à l’échelle pyrénéenne, avait pour objectif de favoriser une approche transversale de l’économie pyrénéenne et de cartographier les activités afin, selon le premier président de l’APEM, de leur donner un poids et de les rendre plus visibles. Le SIG Pyrénées est un instrument d’appui à la politique de massif pyrénéenne. Il est soutenu, à ses débuts, par la DATAR Pyrénées (appui financier pour l’étude d’opportunité et la mise en place). Depuis 2007, l’observatoire est financé à part égale entre l’État, l’Europe et les trois conseils régionaux concernés par le massif pyrénéen (Aquitaine, Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon). Le SIG Pyrénées est un projet qui répond au manque de capitalisation d’informations à l’échelle pyrénéenne. De 2008 à 2011, on trouve, parmi les objectifs de l’observatoire, la volonté de favoriser les échanges et la co-construction d’informations entre les acteurs du développement pyrénéen ainsi que d’améliorer la diffusion des TIC dans les projets de développement pyrénéens.

16En 2011, six thématiques composent l’observatoire pyrénéen. Les thématiques de l’observatoire se sont construites progressivement. Celles affichées en 2011 correspondent, pour partie, aux enjeux du Schéma de massif pyrénéen adopté en 2006 (fig. 2).

Fig. 2 – Dispositif organisationnel de l’observatoire socio-économique pyrénéen en 2011

Fig. 2 – Dispositif organisationnel de l’observatoire socio-économique pyrénéen en 2011

17Nous ne nous intéressons, dans le cadre de cet article, qu’à la thématique agropastorale de l’observatoire pyrénéen car, étant la première thématique à avoir été développée par l’APEM, c’est celle pour laquelle nous avons le plus de recul. Cette thématique est une construction de l’observatoire pyrénéen qui regroupe deux secteurs d’activité-clés pour le développement économique pyrénéen, l’agriculture et le pastoralisme, secteurs étroitement liés mais ayant chacun leurs problématiques et dynamiques institutionnelles propres. Les enjeux actuels de l’agropastoralisme pyrénéen sont divers. Ce secteur est largement reconnu comme jouant un rôle essentiel pour les territoires pyrénéens (en termes d’activité économique, d’externalités positives…). Il connaît cependant d’importants défis : contraintes de l’activité en montagne, faible rémunération des exploitants, réforme des politiques agricoles… L’avenir de l’activité agropastorale dans le massif des Pyrénées dépend donc de nombreux facteurs dont des facteurs externes tels que le changement climatique ou les prix des intrants mais aussi des facteurs internes tels que les attentes et aspirations des pyrénéens (Synthèse Étude stratégique, ACAP, 2011).

18L’organisation du secteur agropastoral pyrénéen remonte aux années 1960 et 1970. Concernant le secteur agricole, le regroupement des chambres départementales d’agriculture (CDA) à l’échelle pyrénéenne est ancien, puisqu’il date de 1968 avec la création du Service d’utilité interchambres d’agriculture (SUAIA). Le SUAIA a été dissous en 2007 et remplacé en 2008 par l’Association des chambres d’agriculture pyrénéennes (ACAP). Concernant le secteur pastoral, la création des cellules pastorales départementales a été impulsée par la politique pastorale datant de 1972. Dans le cadre des Conventions interrégionales de Massif, des postes départementaux d’animation pastorale sont soutenus financièrement et leur mise en réseau est organisée à l’échelle pyrénéenne (pour plus de détails sur leurs missions et fonctionnement voir Roucolle, 2006). De 2000 à 2006, la mission d’animation du Réseau pastoral pyrénéen relevait du SUAIA Pyrénées. Pour la période 2007/2013, la mission d’animation du réseau est portée par la chambre d’agriculture des Hautes-Pyrénées qui héberge le poste d’animation. Elles ont évolué différemment dans chaque département leur conférant une organisation, des statuts et des missions spécifiques (fig. 3).

Fig. 3 – Organisation des acteurs institutionnels agricoles et pastoraux à l’échelle pyrénéenne en 2011

Fig. 3 – Organisation des acteurs institutionnels agricoles et pastoraux à l’échelle pyrénéenne en 2011

RPP : Réseau pastoral pyrénéen
CDA : Chambre départementale d’agriculture
LPA : Lycée professionnel agricole
AFMR : Association pour la formation en milieu rural
CDEO : Centre départemental de l’élevage ovin
CRPGE : Centre de ressources sur le pastoralisme et la gestion de l’espace
FPA : Fédération pastorale de l’Ariège
GP : Groupement pastoral
AFP : Association foncière pastorale
OIER-SUAMME : Organisme Inter-Établissement du Réseau des chambres d’agriculture-Service d’Utilité Agricole Montagne Méditerranée Élevage

Source : SIG Pyrénées ; Réalisation : Lenormand P., 2011.

19La figure 3 ne matérialise sans doute pas à quel point ce réseau est complexe puisqu’il associe des acteurs très différents dans leurs statuts, leurs missions et leurs référentiels quant à l’activité pastorale (Eychenne C. dans ce numéro). Voyons à présent comment s’est structurée la thématique agropastorale du SIG Pyrénées.

III – Une construction pas à pas de la thématique agropastorale du SIG Pyrénées

1. Le SIG-Pyrénées : la rencontre entre un projet technique et une opportunité d’étude

20Le projet de SIG Pyrénées est issu de la rencontre entre un projet technique, un SIG au service du développement montagnard et une opportunité pour fonder sa légitimité : l’enquête pastorale de 1999.

  • 6 Pour plus de détails sur l’origine de la thématique pastorale du SIG Pyrénées, cf. Roucolle, Plaine (...)

21La thématique agropastorale du SIG Pyrénées est la première thématique à avoir été mise en œuvre6 dans le SIG Pyrénées. À l’époque, la Direction régionale de l’agriculture et de la forêt (DRAAF), le SUAIA, les six cellules pastorales et l’APEM sont les acteurs institutionnels ayant permis de construire cette thématique. Les liens entre l’APEM et le SUAIA étaient étroits, l’APEM ayant été hébergée à ses débuts par le SUAIA. De plus, l’animation du Réseau pastoral pyrénéen par le SUAIA avait créé des liens entre ce dernier et les cellules pastorales départementales. Des liens directs entre l’APEM et les cellules pastorales ont donc été tissés lors de l’enquête pastorale, commanditée par le Ministère de l’agriculture, liens qui se sont renforcés lors de la dissolution du SUAIA.

  • 7 « La directive INSPIRE, élaborée par la Direction générale de l’environnement de la Commission euro (...)

22L’enquête pastorale a favorisé des collaborations entre ces acteurs tant techniques (recueil et mise en ligne des données) que d’expertise (de la part des cellules pastorales). Le rôle de l’APEM dans cette action a été de cartographier les données et de les mettre en ligne sur internet. Les instruments mobilisés ont été l’enquête et le SIG en ligne, afin de publier les données pastorales recueillies selon les critères définis par le Ministère et homogénéisées par les cellules pastorales. Le groupe de travail du Réseau pastoral pyrénéen, mis en place pour valider les données et les intégrer au SIG Pyrénées, est un exemple d’action collective dans ce projet. Néanmoins, ce groupe de travail « SIG » est peu actif depuis 2009 car non prioritaire pour les acteurs pastoraux pyrénéens. Quelques actions bilatérales entre l’APEM et une ou deux cellules pastorales continuent cependant (test de la mise en œuvre de la directive INSPIRE7 par exemple).

23Le travail sur l’enquête pastorale de 1999 a poussé quelques techniciens pastoraux, employés par les cellules pastorales, à aller plus loin que la simple validation des données recueillies. En effet, certains ont saisi l’occasion de l’arrivée d’un acteur tel que l’APEM pour s’équiper en termes d’outils informatiques et développer certains usages. La demande formulée, et à laquelle l’APEM a répondu, a été la mise en place d’un modèle conceptuel commun de données afin de numériser l’activité de diagnostic pastoral des techniciens, une activité phare de leur métier. Cette dynamique sur l’information géographique a permis, par la suite, aux cellules pastorales de demander un équipement propre en logiciel cartographique, ce qu’ils ont pu obtenir grâce à des financements spécifiques pour le massif. L’APEM a alors joué un rôle d’accompagnateur dans la mise en place et l’usage de ce logiciel.

24Les freins à relever dans cet exemple sont ceux des acteurs du pastoralisme pyrénéens qui ont défendu une approche différente de celle du Ministère sur l’enquête pastorale et ont donc, à l’époque, freiné la validation des données recueillies et leur intégration au SIG Pyrénées (en 2004). Le désaccord portait notamment sur la méthode de recueil mise en œuvre. Le SIG Pyrénées s’est servi des données de l’enquête pastorale, fortement critiquées par les cellules pastorales, pour construire le socle de base de la thématique agropastorale de l’observatoire. L’histoire du volet pastoral de la thématique agropastoralisme du SIG Pyrénées depuis la fin des années 1990 peut donc se résumer ainsi : d’une logique descendante (enquête pastorale commanditée par le Ministère de l’agriculture), celle-ci a été réappropriée par les acteurs pyrénéens (SUAIA et APEM) et a favorisé de nombreux débats, notamment sur le statut de la donnée. Ces débats ont permis de faire émerger d’autres projets et, finalement, la production d’autres outils à destination des acteurs pastoraux.

25Suite à l’enquête pastorale, la thématique de l’observatoire s’est enrichie par l’intermédiaire de diverses contributions, et notamment par l’exploitation graphique et cartographique du recensement agricole de 2000 mais aussi récemment, par le suivi dédié de l’étude menée en 2010 et 2011 par l’ACAP sur l’avenir du pastoralisme pyrénéen.

2. Usages de l’observatoire par les acteurs agropastoraux

26En 2011, le contenu de cette thématique est classifié selon un découpage entre des informations sur le pastoralisme et l’agriculture. Mais les frontières sont floues. Cette thématique s’appuie pour fonctionner sur les regroupements d’acteurs agricoles et pastoraux pyrénéens.

27L’observatoire pyrénéen est utilisé par des agents extérieurs au massif qui se renseignent sur celui-ci, par les financeurs et par les acteurs sectoriels pour justifier la politique pyrénéenne. Il a, par exemple, été utilisé pour faire le bilan de la contractualisation de la Convention interrégionale de massif pyrénéen (CIMP) 2000/2006 et le sera très certainement pour le bilan 2007/2013. Il ressort des entretiens qu’il est également souvent indiqué aux étudiants à la recherche d’informations sur le développement pyrénéen, soulageant ainsi les acteurs agropastoraux de nombreuses demandes.

28Son appropriation par les acteurs agricoles et pastoraux est variée : certains l’utilisent beaucoup, d’autres quasiment pas. La majorité a connaissance de l’outil, les agents y font des contributions ponctuelles mais très peu s’en servent dans leur activité quotidienne. L’instrument est utilisé pour la communication et la diffusion d’informations sur les projets pyrénéens plus que comme un réel outil de travail. Par exemple, contrairement à l’OIER-SUAMME, le CRPGE n’a pas trouvé d’intérêt dans l’enquête pastorale, étant donné que les données recueillies n’étaient pas assez fines pour son action. N’ayant pas développé d’usage récurrent de l’observatoire pour mener son activité professionnelle, le CRPGE s’est finalement désintéressé du SIG Pyrénées et a mis en place, en interne, un système de récolte et d’analyse de données, parallèle aux enquêtes pastorales. Les agents du CRPGE jugeant celles-ci trop espacées dans le temps, le SIG du CRPGE utilise donc une autre source de données : les aides PAC appliquées au territoire collectif.

29Lors de sa mise en place (années 2000), l’instrument a permis de matérialiser le fonctionnement en réseau selon son animatrice. De plus, « Le SUAIA Pyrénées a pu, à travers la mise en place du SIG Pyrénées, organiser une mise en commun de la connaissance du domaine pastoral pyrénéen et un partage d’informations dans une armoire à documents informatisée. Il favorise par ailleurs la circulation de l’information entre les partenaires » (Roucolle, 2006, p 69).

30Il ressort de l’analyse de la construction du SIG Pyrénées que, malgré la difficile émergence de la thématique pastorale, l’observatoire est apparu comme un intermédiaire, notamment par les représentations spatiales (fig. 4) qu’il véhicule (Lardon et al., 2001), matérialisant la mise en réseau d’une partie des cellules pastorales. Cependant, le manque de diversité des représentations mobilisées dans les projets de territoire interroge sur la richesse du dialogue possible avec les individus concernés : est-ce que les représentations ne sont pas trop normalisées ?

Fig. 4 – Représentation des estives pyrénéennes, construite à partir des données des cellules pastorales, http://agropastoralisme.sig-pyrenees.net/​pasto_ms_public/​frameview.php, consulté le 02-03-13

Fig. 4 – Représentation des estives pyrénéennes, construite à partir des données des cellules pastorales, http://agropastoralisme.sig-pyrenees.net/​pasto_ms_public/​frameview.php, consulté le 02-03-13

31L’usage de l’APEM se fait, après 10 ans d’existence, plus en tant qu’expert de la technologie (cartographie pour l’étude stratégique, projet de site internet avec le CRPGE, application de la directive Inspire …) qu’en tant que fournisseur de données. L’intérêt de l’APEM déborde l’observatoire.

IV – La thématique agropastorale du SIG Pyrénées, révélatrice des jeux d’acteurs institutionnels ?

1. Entre acteurs pastoraux

32La construction du dialogue pastoral au niveau du massif a été, en partie, facilitée par l’intermédiaire de la thématique agropastorale du SIG Pyrénées. Ce dialogue entre services pastoraux est antérieur à l’observatoire mais l’enquête pastorale de 1999, et son inclusion dans le SIG Pyrénées, a permis de le développer. La mutualisation des pratiques des cellules pastorales sur le massif est en cours mais elle ne peut être uniforme, du fait des divergences de représentations au sein du réseau pastoral, notamment en termes de définition du pastoralisme (Roucolle, 2006). Le SIG Pyrénées permet ainsi de mutualiser certaines actions et de se tenir informé malgré un opportunisme relevé dans les pratiques des différents membres.

2. Entre acteurs pastoraux et agricoles

33La DRAAF Midi-Pyrénées confie à l’ACAP, en 2009, la maîtrise d’œuvre de l’étude sur l’avenir du pastoralisme dans les Pyrénées après 2013, suscitant ainsi certaines tensions entre acteurs agricoles et pastoraux dont les intérêts divergent notamment en termes de revendication d’aides individuelles ou collectives. L’ACAP, en partenariat avec l’APEM, a produit pour cette étude un certain nombre de représentations de l’activité pastorale pyrénéenne. Ce travail est capitalisé au fur et à mesure de l’étude sur le SIG Pyrénées, c’est-à-dire que les informations recueillies durant l’étude, les différents temps d’échanges et ses conclusions sont disponibles sur le site internet de l’observatoire8.

34Nous avons suivi durant notre thèse le groupe de l’observatoire travaillant sur l’agropastoralisme, composé de l’APEM, de l’ACAP et de l’animatrice du Réseau pastoral, acteurs en charge à l’échelle pyrénéenne de la mise en réseau des acteurs agricoles et pastoraux. Ce groupe réalise un programme de travail annuel et fait le point sur les actions à mener semestriellement avec les acteurs agricoles et pastoraux pyrénéens. Nous pouvons résumer sur le schéma suivant le fonctionnement de cette thématique de l’observatoire (fig. 5).

Fig. 5 – Fonctionnement schématique de la thématique agropastorale du SIG Pyrénées

Fig. 5 – Fonctionnement schématique de la thématique agropastorale du SIG Pyrénées

35L’on peut s’étonner du nom choisi pour la thématique historique : « agropastoralisme », terme utilisé de manière abusive mais qui symbolise bien l’importance de l’activité pastorale dans l’agriculture pyrénéenne. Il se trouve que depuis juin 2011, la thématique a été rebaptisée « agriculture et pastoralisme » pour mieux correspondre aux secteurs économiques traités. Il nous semble donc que le type de relation partenariale développé à travers la participation de ces acteurs au SIG Pyrénées est un consensus différencié dans lequel chacun tire des bénéfices et notamment des crédits « massif ».

  • 9 Nous avons étudié des formes d’action collective intra et inter-organisationnelles à partir de diff (...)

36En effet, l’observatoire permet à la fois une articulation interne aux secteurs économiques (entre acteurs pastoraux départementaux par exemple) et une articulation entre secteurs économiques (interconsulaires par exemple). L’observatoire territorial est un instrument de coordination d’acteurs hétérogènes permettant de mettre ensemble, de faire dialoguer des logiques forcément plurielles. Nous pouvons dire que les observatoires sont des instruments révélant une coopération, sans nécessité de consensus sur les objectifs de l’instrument, mais aussi une pluralité de formes d’action collective (Lenormand, 2011)9. L’étude du fonctionnement d’une thématique de cet observatoire, l’agropastoralisme, en est une illustration. L’observatoire permet à la fois de faire discuter différents types d’acteurs institutionnels et techniques mais également de communiquer une représentation de l’agriculture et du pastoralisme à l’échelle pyrénéenne. L’instrument observatoire pose donc la question de l’image que l’on veut donner de l’activité et du territoire.

Conclusion

37L’animation thématique agropastorale de l’observatoire, qui repose sur les partenaires thématiques pyrénéens de l’APEM (ACAP et RPP) permet de faire le lien entre les techniciens spécialisés (sur l’agriculture ou le pastoralisme) présents dans les structures de chaque département et région pyrénéens ainsi qu’avec leurs représentants politiques. En revanche, la « vision commune » du territoire pyrénéen, recherchée à la création du SIG Pyrénées, est aujourd’hui encore à construire tant l’action collective à cette échelle est disparate et fragmentée selon les secteurs et, avant tout, entre agriculture et pastoralisme. La capitalisation de l’information, l’accessibilité par internet et le soutien technique de l’APEM aux acteurs agropastoraux sont des atouts du SIG Pyrénées. Il apparaît que l’organisation et le fonctionnement d’un observatoire est difficile à cerner au regard de la réalité complexe du territoire qu’il englobe. Sur les Pyrénées, des synergies entre les différentes échelles d’action ainsi qu’entre acteurs institutionnels sont encore à développer. Dans ce contexte, outre le Commissariat de massif forçant la mise en réseau à travers la distribution des crédits massif, certains acteurs endossent le rôle de médiateurs. Ces acteurs, comme l’APEM, ont la capacité de fédérer différents acteurs territoriaux et sectoriels autour d’un intérêt commun. En revanche, ils restent dépendants des systèmes locaux dans lesquels ils interviennent.

38L’observatoire territorial permet des activités de traduction au sens où l’entend Callon car il met en réseau des acteurs hétérogènes (techniciens issus de différentes structures, élus territoriaux, consulaires…) afin qu’ils travaillent ensemble sur des questions en lien avec le développement de leur territoire. Il ne s’agit alors pas de leur faire adopter un point de vue commun mais bien de mettre en avant les visions de chacun et de trouver une entrée commune afin de traiter d’un problème donné. Le SIG Pyrénées produit une représentation spécifique de l’enjeu qu’il traite, à savoir le développement économique du massif pyrénéen. Le découpage en thématiques de l’observatoire fournit une représentation de ce territoire, en partie héritée par les canons sectoriels du développement pendant longtemps mis en place dans les Pyrénées. Certaines thématiques plus transversales, telles que le climat ou les territoires, marquent une évolution nouvelle quant à la prise en compte des nouveaux enjeux de développement sur le massif.

Haut de page

Bibliographie

ACAP, Synthèses et Propositions, Étude « Pastoralisme, agriculture et territoires de montagne, vers une stratégie pyrénéenne partagée », 2011, http://agropastoralisme.sig-pyrenees.net/images/stories/etude_strategique/synth_etudestrat_acap_161111_fin.pdf consultée le 1er juillet 2012, 64 p.

Alvergne C., Taulelle F., Du local à l’Europe. Les nouvelles politiques d’aménagement du territoire, PUF, 2002, 304 p.

David P.-A., Foray D., « Une introduction à l’économie et à la société du savoir », Revue internationale des sciences sociales, vol. 171, 2002, p. 13-28.

De Sède Marceau M.-H., Géographie, territoires et instrumentations : état des lieux, réflexions épistémologiques et perspectives de recherche, Mémoire d’Habilitation à Diriger des Recherches, Université de Franche-Comté, 2002, 213 p.

Eychenne C. « Le plan de soutien au pastoralisme pyrénéen ou l’impossible territorialisation de l’action publique agricole ? », Sud Ouest Européen, n° 34, 2012, p. 17-34.

Filâtre D., « Les dynamiques intermédiaires comme révélateur des transformations de l’action publique », in Filâtre D., De Terssac G., Les dynamiques intermédiaires au cœur de l’action publique, Octarès Éditions, Toulouse, 2005, p. 261-283.

Janin C., Grasset E., Lapostolle D., Turquin E., L’ingénierie, signe d’intelligence territoriale ?, Economica, Anthropos, Paris, 2011, 142 p.

Jean Y., Vanier M., La France : aménager les territoires, Armand Colin, Paris, 2008, 335 p.

Lardon S., Maurel P., Piveteau V., Représentations spatiales et développement territorial, Hermes-Lavoisier, Paris, 2001, 437 p.

Leloup F., Moyart L., Pecqueur B., « La gouvernance territoriale comme nouveau mode de coordination territoriale ? », Géographie, Économie et Société, vol. 7, n°4, 2005, p. 321-331.

Lenormand P., L’ingénierie territoriale à l’épreuve des observatoires territoriaux : analyse des compétences des professionnels du développement dans le massif pyrénéen, Thèse de doctorat, Université de Toulouse Le Mirail, 2011, 470 p.

Roucolle M., Les politiques d’accompagnement du pastoralisme, entre représentations et logiques d’acteurs. Approche sur l’exemple pyrénéen, Mémoire de Master Recherche ESSOR, 2006, 90 p.

Roucolle M., Plainecassagne L., « Une cartographie interactive du domaine pastoral pyrénéen : le volet pastoral du SIG Pyrénées », Sud-Ouest Européen, n° 16, Toulouse, 2003, p. 95-99.

Roux E., Feyt G., Observatoires territoriaux : sens et enjeux, La documentation française, Paris, 2011, 107 p.

Haut de page

Notes

1 Lenormand P., L’ingénierie territoriale à l’épreuve des observatoires territoriaux : analyse des compétences des professionnels du développement dans le massif pyrénéen, 2011, 470 p.

2 L’APEM est une association portée depuis 1997 par les organismes consulaires du massif pyrénéen, c’est-à-dire le regroupement des chambres d’agriculture, des chambres de métiers et d’artisanat et des chambres de commerce et d’industrie. Elle a pour mission de contribuer au développement économique des territoires pyrénéens en lien avec la mise en œuvre de la politique de la Montagne. L’APEM est issue d’une mobilisation des acteurs économiques, pour faire face à un manque de transversalité entre les secteurs professionnels des Pyrénées. Pour remplir sa mission, elle a créé l’observatoire socio-économique du massif pyrénéen qui se traduit par la mise en œuvre d’un instrument : le SIG Pyrénées.

3 Des techniciens de structures porteuses de pays, d’associations de développement, de chambres consulaires, de services déconcentrés de l’État et quelques élus ressources.

4 http://agropastoralisme.sig-pyrenees.net/

5 Observatoire socio-économique pyrénéen et SIG Pyrénées désignent donc, pour les acteurs et par raccourci de langage, le même instrument. Précisons ici que le SIG Pyrénées est la partie technique de cet instrument tandis que l’observatoire inclus le réseau d’acteurs mobilisé autour de cette partie technique.

6 Pour plus de détails sur l’origine de la thématique pastorale du SIG Pyrénées, cf. Roucolle, Plainecassagne, 2003.

7 « La directive INSPIRE, élaborée par la Direction générale de l’environnement de la Commission européenne, vise à établir en Europe une infrastructure de données géographiques pour assurer l’interopérabilité entre bases de données et faciliter la diffusion, la disponibilité, l’utilisation et la réutilisation de l’information géographique en Europe. », http://inspire.ign.fr/index.php/inspire, consulté le 22 juin 2012. Cette directive est entrée en vigueur le 15 mai 2007.

8 http://agropastoralisme.sig-pyrenees.net/presentation.html

9 Nous avons étudié des formes d’action collective intra et inter-organisationnelles à partir de différents projets impliquant l’APEM, en analysant à chaque fois les acteurs à l’origine de l’action, les acteurs dans l’action, les liens entre les acteurs, la nature des collaborations avec l’APEM, les phénomènes de hiérarchie/concurrence, le rôle de l’APEM dans l’action étudiée, les instruments utilisés, les informations échangées et les freins à l’action.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Division politico-administrative du massif pyrénéen
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/107/img-1.png
Fichier image/png, 318k
Titre Fig. 2 – Dispositif organisationnel de l’observatoire socio-économique pyrénéen en 2011
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/107/img-2.png
Fichier image/png, 68k
Titre Fig. 3 – Organisation des acteurs institutionnels agricoles et pastoraux à l’échelle pyrénéenne en 2011
Légende RPP : Réseau pastoral pyrénéenCDA : Chambre départementale d’agricultureLPA : Lycée professionnel agricoleAFMR : Association pour la formation en milieu ruralCDEO : Centre départemental de l’élevage ovinCRPGE : Centre de ressources sur le pastoralisme et la gestion de l’espaceFPA : Fédération pastorale de l’AriègeGP : Groupement pastoralAFP : Association foncière pastoraleOIER-SUAMME : Organisme Inter-Établissement du Réseau des chambres d’agriculture-Service d’Utilité Agricole Montagne Méditerranée Élevage
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/107/img-3.png
Fichier image/png, 46k
Titre Fig. 4 – Représentation des estives pyrénéennes, construite à partir des données des cellules pastorales, http://agropastoralisme.sig-pyrenees.net/​pasto_ms_public/​frameview.php, consulté le 02-03-13
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/107/img-4.png
Fichier image/png, 184k
Titre Fig. 5 – Fonctionnement schématique de la thématique agropastorale du SIG Pyrénées
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/107/img-5.png
Fichier image/png, 175k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pauline Lenormand, « Développement territorial et agropastoralisme pyrénéen : construction par étape d’une action collective au sein de la thématique agropastorale du SIG Pyrénées », Sud-Ouest européen, 34 | 2012, 39-49.

Référence électronique

Pauline Lenormand, « Développement territorial et agropastoralisme pyrénéen : construction par étape d’une action collective au sein de la thématique agropastorale du SIG Pyrénées », Sud-Ouest européen [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 05 décembre 2013, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/107 ; DOI : 10.4000/soe.107

Haut de page

Auteur

Pauline Lenormand

Chercheur associé UMR Dynamiques Rurales, Université Toulouse le Mirail. Pauline Lenormand est docteur en géographie-aménagement de l’Université de Toulouse. L’originalité de son parcours (double profil ingénieur/universitaire) lui permet de questionner l’évolution de l’action publique territoriale à partir de sa pratique professionnelle. Ses recherches actuelles se focalisent sur l’évolution des métiers et des compétences des professionnels du développement territorial.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals