Navigation – Plan du site

Eau et changement climatique sur la Garonne moyenne : L’adaptation en négociation

Climate change and water resources in the medium stretch of river Garonne: negotiating adaptation
Agua y cambio climático un el Garona medio: adaptación negociada
Guillaume Simonet et Denis Salles
p. 53-62

Résumés

Malgré le Ve rapport du GIEC, la mise en place de stratégies d’adaptation au changement climatique tarde à l’échelle locale. Les environnements fluviaux, particulièrement sensibles et exposés aux impacts climatiques à cause des enjeux qu’ils concentrent, font face à une pression significative sur les ressources en eau. L’enquête sociologique réalisée auprès d’acteurs de la Garonne moyenne dévoile un décalage dans l’interprétation des facteurs responsables de l’évolution territoriale constatée en pointant les facteurs anthropiques locaux plutôt que le changement climatique. L’article montre que ce dernier, devenu un argument de négociation, tend à renforcer des logiques opposées d’aménagement, entre exploitation quantitative de la ressource en eau et protection des milieux naturels fluviaux. Dès lors, l’adaptation constitue davantage une réponse aux évolutions territoriales en cours qu’au changement climatique.

Haut de page

Texte intégral

1La parution du Ve rapport du Groupe intergouvernemental des experts sur l’évolution du climat (GIEC), confirme comme « extrêmement probable », soit à un taux supérieur à 95 %, la part anthropique du changement climatique (IPCC, 2013). Face aux évolutions annoncées de l’ampleur et de l’inertie des impacts déjà observés, l’adaptation au changement climatique apparaît comme une réponse inéluctable et complémentaire aux efforts de mitigation visant la réduction des gaz à effet de serre, en témoigne sa place croissante tout au long des rapports successifs du GIEC et dans les politiques climatiques locales (Füssel, 2007). La montée en puissance de l’adaptation a ouvert plusieurs champs de réflexion et pose des conditions particulières à l’action collective et individuelle. Dans le domaine scientifique, la polysémie conceptuelle de la notion d’adaptation renforce la pertinence des apports des sciences humaines et sociales dans les recherches portant sur le changement climatique, notamment en y incluant les dynamiques de mobilité, l’échelle globale des pressions sur les ressources et ses influences sur les pratiques de gestion au niveau local (Simonet, 2009 ; Driessen et al., 2010). Dès lors, les sciences de l’adaptation au changement climatique tendent à s’imposer comme un champ de connaissance spécifique au rythme d’une abondante production scientifique mondiale aussi bien sur les approches et concepts (vulnérabilité, résilience, capacité d’adaptation) que sur les méthodes et cas d’études qui cherchent à rendre compte des actions visant à réduire les conséquences du phénomène (Patt, 2013 ; Mustelin et al., 2013 ; Basset, Fogelman, 2012). La question de l’adaptation au changement climatique s’est diffusée dans le champ politique au travers d’un imposant édifice normatif déployé depuis l’international (GIEC, Programme des Nations-Unis sur l’Environnement) jusqu’au niveau national français (Plan national d’adaptation, Grenelle de l’environnement), régional (Schéma régional climat air énergie) et local (Plan climat territorial énergie). À chaque échelon institutionnel, une diversité d’instruments (dispositifs normatifs, fonds, incitatifs) dédiés à la mise en place de stratégies d’adaptation tend à « coloniser » plusieurs politiques sectorielles comme celles du bâti, de l’énergie, de l’eau ou encore de la biodiversité etc. (Bertrand, Larrue, 2007). Outre le champ politique, l’adaptation au changement climatique vise également le champ social et économique au travers de prises de conscience et de changements de pratiques individuelles et collectives, s’inscrivant dans la lignée d’un mouvement de transformation sociale et de réflexions sur l’application du développement durable.

2À la croisée de ces dimensions scientifiques, politiques et socio-économiques (Tang, Dessai, 2012), la mise en place de mesures d’adaptation au changement climatique rencontre de nombreux défis. La prise en compte dans les dispositifs de gestion des incertitudes liées aux variabilités climatiques à l’échelle locale s’avère notamment un obstacle important. L’intégration de la problématique climatique dans un contexte de changement global et la multiplicité des facteurs en interaction imbriqués dans différentes échelles spatiales et temporelles occultent la part estimée de la pression climatique dans l’observation des évolutions territoriales. L’interprétation, les représentations sociales et la distance entre les réflexions conceptuelles et la réalité perçue par les riverains, les professionnels et les gestionnaires locaux constituent des facteurs cognitifs qui déterminent les capacités d’action, tout comme les dynamiques organisationnelles des institutions responsables de la gestion territoriale des ressources (Lorenzoni, 2007 ; Adger, 2009).

  • 1 Dans cet article, nous utiliserons « Garonne moyenne » pour désigner la partie du fleuve entre Toul (...)
  • 2 Voir www.adapteau.fr pour plus d’informations sur le projet.
  • 3 L’ enquête sociologique comporte 25 entretiens individuels semi-directifs auprès d’un échantillon d (...)

3Cherchant à estimer la part perçue du changement climatique dans l’observation d’évolutions territoriales, l’article analyse l’influence des facteurs cognitifs sur la gestion collective de la ressource en eau en prenant le territoire fluvial de la « Garonne moyenne »1 comme support d’étude. En effet, étant donné l’importance de l’eau pour les activités humaines tout comme pour le fonctionnement des écosystèmes, la ressource en eau est un marqueur particulièrement sensible des évolutions futures d’un territoire. Dès lors, sa gestion collective suscite des tensions et des arbitrages que les impacts du changement climatique tendent à reconfigurer, notamment par le biais de modifications des dynamiques fluviales et de variations des régimes hydrologiques (inondations, étiages). Dans ce contexte et s’appuyant sur les résultats du projet de recherche Adapteau2, l’article vise à confronter les savoirs, connaissances et représentations d’un échantillon « d’acteurs de l’eau » (gestionnaires, professionnels, riverains) sur les évolutions récentes du territoire fluvial de la Garonne moyenne. Ainsi, c’est au travers du décryptage partiel des discours recueillis mettant en évidence des convergences et des décalages entre des savoirs locaux (issus d’usages, de perceptions) et des savoirs d’experts (issus de modélisation, de statistiques)3, que les stratégies d’adaptation déployées pour faire face aux impacts du changement climatique sont saisies.

4Après une brève présentation du contexte géographique, socio-économique et environnemental du territoire d’étude, l’article présente les résultats de l’enquête menée auprès d’un échantillon d’acteurs locaux sur la perception des évolutions territoriales fluviales de la Garonne moyenne. À partir de ces résultats, la discussion porte sur la part perçue du changement climatique et celle des facteurs anthropiques locaux dans les évolutions observées, puis sur l’influence de ces interprétations dans l’édification de stratégies d’adaptation pour y faire face. En effet, l’analyse des représentations des acteurs sur les évolutions territoriales constitue le préalable à une compréhension de leurs dispositions à adopter des modes d’action innovants dans le cadre des dispositifs publics prévus dans les politiques de gestion de l’eau et à ajuster les écarts éventuels entre les prescriptions présentes dans les politiques publiques climatiques et les orientations effectivement envisagées sur le territoire. L’article discute ensuite l’utilisation de cette part du changement climatique perçue dans l’observation des évolutions territoriales dans les débats portant sur l’élaboration d’actions visant la réduction de la vulnérabilité du territoire fluvial garonnais et de ses populations face aux nouvelles réalités découlant des changements globaux en émergence.

Tableau 1 - Groupes cibles et représentations dans le texte

Désignation des acteurs

Description des acteurs

Organisations concernées*

Institutionnel

Rassemble les interlocuteurs des services publics de l’eau à toutes les échelles administratives, élus locaux y compris

AEAG, ONEMA, DREAL, DRAAF, CR-MP, DDT (31, 82), CG (31, 82), Toulouse Métropole, Mairie Grisolles (82), Syndicat de l’Hers

Professionnel et associatif

Interlocuteurs exploitant le territoire fluvial (sportifs, loisirs, pêche, forestier, batellerie) + interlocuteurs associatifs de protection de l’environnement

CRMPCK, COFOGAR, CRPF, RFT, APPMA82, NMP, ARPE

Agricole

Secteur agricole

ChRA-MP

Scientifique

Secteur de la Recherche (hydrologique, climatologique)

BRGM, ACMG

* AEAG : Agence de l’eau Adour-Garonne ; ONEMA : Office national de l’eau et des milieux aquatiques ; DREAL : Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement ; DRAAF : Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt ; CR-MP : Conseil régional Midi-Pyrénées ; DDT : Direction départementale des territoires ; CG : Conseil général ; CRMPCK : Comité régional Midi-Pyrénées canoë kayak ; COFOGAR : Coopérative des forêts du sud ; CRPF : Centre régional de la propriété forestière ; RFT : Réseau fluvial toulousain ; APPMA : Association agréée de pêche et de protection des milieux aquatiques ; NMP : Nature Midi-Pyrénées ; ARPE : Agence régionale de protection de l’environnement ; ChRA-MP : Chambre régionale d’agriculture Midi-Pyrénées ; BRGM : Bureau de recherches géologiques et minières ; ACMG : Association de climatologie de moyenne Garonne.

Un axe fluvial garonnais marqué par la variation des régimes hydrologiques

5La Garonne, comme principal axe fluvial du Sud-Ouest, dessine un territoire favorable à l’agriculture irriguée, à l’élevage, à l’implantation d’agglomérations significatives (Toulouse, Bordeaux) et un axe de mobilités et de transferts de l’Atlantique à la Méditerranée. Au XXe siècle, les mouvements d’urbanisation, de changement d’occupation des sols et de (re- et dé-) localisation d’activités économiques s’accélèrent sur le bassin versant garonnais qui en subit les impacts : contamination issue d’un passé industriel et d’activités agricoles intensives ; impacts sur les écosystèmes (perte de la biodiversité) ; variation de régimes hydrologiques (crues, étiages) (Fernandez, 2009). Le changement climatique annoncé risque d’exacerber ces pressions et la pluralité d’enjeux socio-économiques et environnementaux à laquelle la gouvernance de l’eau en territoire garonnais doit faire face. Pour le Sud-Ouest de la France, les scénarios issus des modélisations climatiques présentés par le GIEC envisagent une « méditerranéisation » du climat impliquant étiages fréquents et sévères, étés chauds et secs, occurrence élevée de canicules et de risques sanitaires (Moulin, 2011). La modélisation des variations hydrologiques pour 2050 dans le bassin versant Adour-Garonne envisage une baisse des débits (– 16 %) en hiver, marquée au printemps (– 36 %), avec un passage en régime d’étiage un mois plus tôt (Terray, 2007). Le stockage d’eau, naturellement porté par la couverture du manteau neigeux pyrénéen, se réduit. Les besoins estimés croissants en hydro‐électricité dus à la demande urbaine et des consommations nouvelles pour la climatisation tendent à reconfigurer les arbitrages en faveur du soutien des étiages. Les évènements climatiques extrêmes (crues, tempêtes, sècheresses) pourraient voir leur fréquence et leur intensité s’accroître (Décamps, 2010). Ce contexte d’incertitude sur les impacts potentiels du changement climatique sur la ressource en eau conduit l’ensemble des acteurs institutionnels (État, Agence de l’eau, collectivités, organismes gestionnaires et professionnels) à intégrer des mesures d’adaptation dans les dispositifs de gestion de la ressource au niveau du bassin versant Adour-Garonne (Schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux, SDAGE ; Schéma d’aménagement et de gestion des eaux, SAGE ; Plan de gestion des étiages, PGE). Les arbitrages sur la répartition de la ressource en eau, notamment en périodes d’étiages, conduisent les décideurs à multiplier les études prospectives (Garonne 2050, Explore 2070) pour le maintien du Débit d’objectif d’étiage (DOE), actuellement en (re)configuration difficile, nécessaire pour garantir usages et fonctionnement des écosystèmes (Fernandez, 2009). Autant que les difficultés de validation des données, les études en cours butent sur les orientations à définir concernant les modalités d’appropriation de ces projections par les acteurs du territoire. De ce point de vue, l’article fait l’hypothèse que les clés d’une adaptation future résident dans la compréhension de ces conditions sociales et politiques.

Un paysage garonnais jugé en mutation à partir d’indicateurs de changements environnementaux

6La perception par les acteurs de l’évolution territoriale de la ressource en eau dans le contexte du changement climatique est une dimension importante pour estimer la manière dont se mettent en place leurs réponses, qu’elles soient spontanées ou institutionnalisées, temporaires ou inscrites sur le long terme. Le changement climatique s’inscrit dans une dynamique de transformations permanentes dont les échelles, en dehors des crises véhiculées par les évènements climatiques extrêmes, sont difficilement perceptibles aux sens. Apparaissant sur le long terme lors de l’exercice mettant en jeu une comparaison avec un référent passé à l’instar de deux photos prises entre deux intervalles de temps, ces « transformations silencieuses » (Jullien, 2012) demeurent difficiles à saisir. L’exercice de recueil des perceptions des évolutions territoriales à dire d’acteurs est une manière d’estimer le décalage entre une réalité des faits décrite par des rationalisations d’expertises biophysiques et statistiques et la subjectivité de la réalité perçue sur le terrain. L’analyse de ce décalage permet d’évaluer l’influence de la perception de ces transformations territoriales sur la reconfiguration d’ajustements. Le tableau 2 résume les principales évolutions territoriales observées sur le territoire de Garonne moyenne.

Appréciation des causes de l’évolution territoriale de la Garonne moyenne

Les facteurs anthropiques locaux, principaux responsables pointés

7Sur la base des différentes observations concernant les évolutions du territoire de la Garonne moyenne, l’étude s’est attachée à recueillir auprès de ces mêmes répondants leurs origines, notamment en ce qui a trait à la baisse de la ressource en eau au cours des dernières décennies. Dans cet exercice, l’étude montre que les répondants pointent une origine multifactorielle des pressions. En premier lieu, la majorité des répondants, quels qu’ils soient, pointent le processus continu d’anthropisation du territoire comme le principal responsable des impacts attestés sur les milieux naturels et sur les pressions sur la ressource en eau du territoire. L’extension urbaine à l’aval de Toulouse (développement pavillonnaire, infrastructures de transport et de communication), du fait de l’étanchéisation et du drainage des sols qui en découlent, a transformé les dynamiques hydrologiques. Ensuite, les interlocuteurs professionnels et associatifs pointent la contribution des industries d’extraction de matériau (ou gravières) à l’enfoncement du lit du fleuve, aux modifications de tracé et à l’érosion des berges attenant à la Garonne et à ses principaux affluents. En dehors de ces aspects, la surexploitation de la ressource en eau, et en particulier les prélèvements agricoles, visant à garantir l’approvisionnement croissant et la diversité des usages de la vallée de la Garonne ressort régulièrement de l’enquête.

8La gestion de l’eau est d’ailleurs souvent considérée comme le principal facteur d’aménagement du territoire fluvial garonnais qui s’est imposé aux dépens de la protection des fonctionnalités et de la santé des écosystèmes fluviaux au cours du siècle dernier. Néanmoins, plusieurs interlocuteurs observent depuis les années 1990 une prise de conscience croissante des enjeux environnementaux, sous l’influence des règlementations européennes et des campagnes de sensibilisation. Les propos font état d’un aménagement du territoire désormais davantage guidé par une protection des milieux naturels fluviaux, la biodiversité étant devenue un enjeu central des politiques de gestion de l’eau. Ainsi, urbanisation, prélèvements (de matériaux, des ressources en eau), travaux de protection contre les inondations et préservation des milieux naturels sont les principaux moteurs évoqués par les enquêtés concernant les causes des évolutions territoriales et de la ressource en eau observées sur la Garonne moyenne. Malgré le constat dressé d’une évolution climatique en cours, par le biais d’observations de terrain pour les uns et par l’usage des expertises pour les autres, peu de propos considèrent le changement climatique comme cause des évolutions du territoire et de la disponibilité des ressources en eau. Justifiant ces positions, la majorité des propos, en convergence avec les incertitudes affichées dans les expertises, estime difficile d’évaluer la part du changement climatique dans l’évolution de la variabilité météorologique constatée et dans la responsabilité de la baisse des débits observés. Au final, il convient de retenir que les facteurs anthropiques locaux prennent sensiblement le pas sur le changement climatique jugé trop incertain pour expliquer la baisse observée des ressources en eau sur le territoire de la Garonne moyenne.

Tableau 2 - Résumé de l’évolution territoriale fluviale de la Garonne moyenne à dire d’acteurs

Variable du territoire

Observations

Causes avancées

Impacts et adaptations envisagées

Biodiversité :

l’indicateur de l’évolution des milieux garonnais

Disparition d’espèces locales

• Manque d’eau aux périodes nécessaires pour le développement

• Rythme fluctuant des crues

L’évolution de la biodiversité comme indicateur biologique de l’évolution territoriale

Progression de plantes aquatiques exotiques (la renoué du Japon, la jussie, la renoncule aquatique)

• Flore mieux adaptée aux nouvelles conditions météo. et hydro.

Impacts directs sur les activités récréo-touristiques et de plein air

Déclin du peuplier

• Assèchement des sols

• Abaissement des nappes

• Vent d’Autan sec et chaud plus fréquent

• Températures moyennes annuelles plus élevées

• Variabilité temporelle et spatiale accrue de la pluviométrie

Déplacement des niches favorables

Déclin de la populiculture

Filière bois-énergie en devenir

Disponibilité des volumes (quantité) :

le cycle de l’eau en évolution

Baisse significative des débits de la Garonne dans la dernière décennie

• Récurrence d’épisodes de sècheresse

• Évolution dans l’intensité, la durée, la fréquence et la précocité

• Demande en eau accrue des activités agricoles

Développer les connaissances et les outils prospectifs faisant appel à l’hydrologie et la climatologie à l’échelle régionale

Baisse du couvert nival pyrénéen

• Modification du régime pluvio-nival régional annuel

• Modifications des périodes de recharge (décalage saisonnier)

Qualité de l’eau :

soumise à la quantité et aux règlementations

Contaminants émergents (perturbateurs endocriniens)

Pollution diffuse d’origine agricole en croissance Inertie de contaminants sous formes moléculaires décomposées

Pollution organique moindre

• Nouvelles règlementations et études sur la nocivité des produits

• Techniques de repérage plus performantes

• Capacité de dilution réduite

• Performance accrue des stations d’épuration

Agir sur la lenteur de la mise en conformité des nouveaux contaminants détectés

Eaux souterraines :

un enjeu stratégique émergent

Point d’attention croissant dans les discussions

Demande accrue de connaissances sur les dynamiques de recharge par les acteurs institutionnels et professionnels

Observation de déstockages ponctuels importants

• Évolution des techniques de forage

• Respect de la règlementation (contrôles) difficile

Réflexion sur l’utilisation des eaux souterraines pour suppléer les difficultés de disponibilité hydrique

Ressource qualifiée de « stratégique » et « vitale »

Dynamique hydrologique fluviale :

des évènements extrêmes plus marqués

Modification des rythmes de crues (saisonnalité décalée, fréquence moindre et intensité accrue)

• Endiguement amont

• Imperméabilisation des sols et urbanisation accrue

Mise en place d’espaces de mobilité de la Garonne et d’aires d’expansion de crues

Étiages plus fréquents, sévères et longs, dépassant la période estivale

• Modifications de la variabilité météorologique

• Prélèvements agricoles estivaux

Stockage de l’eau

Agir sur la demande agricole en eau (diversification des cultures)

Une activité agricole sous contrainte climatique…

9La plaine alluviale de la Garonne moyenne accueille un système de réseaux d’irrigation permettant de garantir la production agricole des cultures de maïs, colza, tournesol (gains moyens de l’ordre de 8 q/ha pour des apports de 100 mm) lors des périodes estivales. Ces prélèvements agricoles sont pointés par la majorité des interlocuteurs institutionnels, professionnels et associatifs comme étant excessifs face à une recharge hydrique naturelle constatée en réduction. Ainsi, ces interlocuteurs s’interrogent sur la gestion quantitative en place et sur ses futurs contours en s’accordant sur la responsabilité première des pratiques agricoles actuelles dans les baisses des débits observées et sur la nécessité d’un changement dans les pratiques. Par ailleurs, chacun semble conscient que la situation actuelle contribue à accentuer une concurrence entre prélèvements de la ressource en eau pour l’agriculture irriguée et prélèvements dédiés à l’eau potable, aux industries ou aux autres usages (fonctionnement des écosystèmes fluviaux, activités sportives et récréotouristiques). Les propos révèlent la persistance des difficultés de mesure et de contrôle des prélèvements agricoles et la question de l’influence de l’agriculture irriguée dans la problématique de la baisse des débits reste un sujet sensible à aborder sur le territoire du fait du poids économique historique de l’activité en Garonne moyenne et plus largement dans le Sud-Ouest, aussi bien avec les acteurs agricoles qu’institutionnels. Du côté des répondants du secteur agricole, les énoncés discursifs mentionnent une baisse significative des surfaces irriguées observée accompagnant une réduction du nombre des exploitants agricoles durant la dernière décennie, notamment dans la vallée de la Garonne. Cependant, l’absence attestée d’une diminution significative des prélèvements hydriques qui aurait dû accompagner cette tendance est justifiée par l’influence grandissante de la variabilité climatique régionale. Se référant à des mesures enregistrées localement ou à des observations directes, les propos indiquent que celle-ci se caractérise par une évapotranspiration accrue, une baisse du stockage nival et des décalages dans les périodes de disponibilité en eau. Pour certains, l’observation du double phénomène de concentration brutale des précipitations et de dispersion des évènements pluvieux dans l’année accrédite l’hypothèse d’un basculement, pour la Garonne moyenne, d’un climat d’ordinaire sous influence atlantique à un climat plus méditerranéen. Les observateurs soulignent une inadéquation croissante de la pluviométrie avec les besoins des cultures accentuant ainsi le hiatus entre la demande agricole et la disponibilité hydrique. Dès lors, si la responsabilité de l’agriculture est clairement mise en cause dans l’observation d’étiages sévères, ce n’est pas tant son expansion que les conditions du maintien de sa dynamique actuelle dans un contexte hydrologique plus défavorable qui sont engagées.

10Face à ces tendances, l’option de la création de retenues d’eau revient le plus souvent dans les entretiens, aussi bien chez les interlocuteurs agricoles que parmi les acteurs institutionnels. C’est aussi l’option la plus discutée lors de l’élaboration d’outils ou de planification pour une gestion de l’eau optimale. La question du stockage hydrique se justifie par la disparité des volumes s’écoulant sur une année sur le territoire fluvial et l’idée avancée est de retenir l’eau des précipitations pour la redistribuer à l’étiage. Le principe sous-jacent est celui d’une rationalisation technique de la gestion de l’eau comme réponse face aux aléas climatiques annoncés. Toutefois, ces arguments, même s’ils intègrent désormais systématiquement la prise en compte d’un débit affecté aux milieux, s’oppose parfois brutalement aux objectifs d’une meilleure prise en compte des aspects environnementaux dans les politiques publiques. Contre l’idée d’une possible convergence de points vue induite par le changement climatique, ces argumentaires contradictoires illustrent la persistance d’une confrontation classique et ancienne entre deux manières d’envisager l’aménagement du territoire fluvial. La première perçoit l’eau en termes de volumes disponibles (quantitatif), dans l’objectif de répondre aux besoins des activités, parmi lesquelles et surtout, la production agricole. La seconde considère davantage l’eau comme une ressource devant être partagée entre les différents usages, parmi lesquels le bon fonctionnement des milieux naturels fluviaux.

Gérer le présent en priorité plutôt que les conséquences d’un futur climatique incertain

11Dans ce contexte, l’interrogation porte sur la durabilité de la tendance météorologique locale observée : est-ce un cycle ponctué par un « retour » à la normale ou est-ce une situation qui va perdurer voire s’aggraver ? Pour les répondants institutionnels, l’incertitude de la problématique, le manque de données et l’absence de recul temporel pour en apprécier les impacts les conduisent à prendre l’argument du changement climatique avec réserve. Tous confirment néanmoins que le sujet est désormais régulièrement abordé dans les réunions de travail, les Comités de gestion et les concertations en amont de l’élaboration d’outils de gestion de l’eau, en précisant qu’il est mis en avant avec précaution et que l’étape actuelle est celle de la compréhension des mécanismes du phénomène. Dès lors, les propos relatent l’attente de nouvelles avancées scientifiques notamment en hydrologie et climatologie à l’échelle régionale, afin d’apporter des éclairages sur les adaptations à mettre en place pour améliorer la gestion de l’eau. Plusieurs répondants institutionnels et professionnels suggèrent que l’utilisation de la prospective, notamment à travers les scénarios issus des modélisations climatiques, peut s’avérer utile pour pallier le manque de séries temporelles afin d’infléchir la décision. Inversement, certains soulignent la virtualité de leurs horizons (2050 pour la prospective Garonne 2050 portée par l’Agence de l’Eau Adour-Garonne ; 2070 pour Explore 2070, initiative portée par le ministère de l’Écologie). Pour eux, la déconnexion avec la réalité, jugée caractéristique de l’exercice prospectif, justifie de se concentrer prioritairement sur la gestion présente dans l’attente que soient levées les principales incertitudes. Cet aspect révèle que c’est moins un déni d’ordre cognitif qui limite les capacités de changement qu’une volonté de reporter à un horizon plus lointain des réformes d’adaptation dont la justification est jugée encore insuffisante.

Discussion – Conclusion

12Confiné dans des espaces de réflexion et écarté des arènes de décision, le thème du changement climatique et de l’adaptation à mettre en place face à ses impacts sont avant tout utilisés par les acteurs du territoire pour appuyer les argumentations et défendre les intérêts corporatistes. Ils permettent également d’introduire d’autres problématiques environnementales estimées plus concrètes, telles que la pénurie d’eau. Essentiellement matérialisés sous la forme de résultats de modélisation, de scénarios prospectifs et de données, les savoirs sur le changement climatique sont mobilisés dans l’objectif de justifier les prises de position et la proposition d’aménagements, renforçant la confrontation des logiques actuelles de gestion de l’eau. L’option de la création d’infrastructures de stockage (barrages, retenues collinaires, recharge de nappes) visant à consolider le soutien d’étiage actuel est régulièrement mise sur la table des négociations par les acteurs tenants du maintien des usages existants. Dans ce cas, l’option des barrages est alors valorisée comme une adaptation au changement climatique anticipative d’une aggravation de la situation hydrique actuelle. De même, l’option d’une exploitation de ressources souterraines, jusque-là protégée par l’argument d’une sanctuarisation pour les générations futures, devient de plus en plus un sujet de débat pour stabiliser l’agriculture irriguée de la Garonne moyenne même si les risques d’une exploitation excessive et mal contrôlée suscitent des inquiétudes. À l’opposé, d’autres acteurs prônent une adaptation au changement climatique qui passe par la mise en place d’une gestion par la demande visant à ajuster les usages aux réalités hydrologiques du territoire et à ses évolutions, afin de permettre l’équité des usages et le maintien d’une fonctionnalité écologique de la Garonne.

13Symbolisant cette confrontation, la gestion des étiages apparaît comme le principal révélateur de tensions du fait de la nécessité d’une gouvernance qui se décline au présent, en fonction de l’urgence. Ainsi, touchant directement les usages, l’eau potable et la santé des écosystèmes, la gestion des étiages, via notamment les conventions de soutien d’étiage et les mesures de restriction des usages, centralise l’attention de la plupart des acteurs du territoire. Elle est perçue comme l’un des principaux objets de négociation entre le monde agricole, le secteur énergétique (EDF), les gestionnaires institutionnels, les usagers et les organisations environnementales. Cette priorité accordée montre qu’elle constitue la variable fondamentale des questionnements sur le partage de l’eau disponible sur le territoire de la Garonne moyenne étant donné la pluralité des acteurs impliqués et la dimension stratégique de la ressource hydrique. En cela, l’étude montre que la gestion des étiages demeure la variable d’adaptation clé face aux évolutions territoriales constatées par les répondants sur le territoire de la Garonne moyenne.

14Par ailleurs, l’analyse des diagnostics environnementaux du territoire fluvial de la Garonne moyenne par les acteurs impliqués dans la gestion de l’eau permet d’observer une réelle déconnexion entre le constat d’une évolution significative à l’échelle du territoire (baisse des débits, dégradation des milieux et des conditions pour la biodiversité, évènements météorologiques d’ampleur, pressions sur les usages agricoles et l’eau potable) et la problématique climatique à l’échelle globale. Ainsi, la mise en avant de facteurs anthropiques locaux et d’une responsabilité de l’activité agricole locale dans les évolutions de la ressource en eau l’emporte sur les facteurs d’ordre climatique situés à une échelle globale. La responsabilité de la production agricole irriguée est aussi bien pointée par les tenants d’une gestion quantitative que par les tenants d’une protection écologique accrue et aussi bien par les acteurs institutionnels, professionnels qu’associatifs. Ce front argumentatif se situe dans la lignée de la sensibilisation aux enjeux environnementaux et du mouvement règlementaire favorisant la préservation des milieux naturels. L’argument du changement climatique semble s’intégrer aux politiques locales d’aménagement, s’institutionnalisant un peu plus à travers son incontournable présence dans les expertises préalables aux élaborations d’outils de gestion de la ressource en eau. Néanmoins, la déconnexion entre le constat local de terrain et le changement climatique montre que cette institutionnalisation se limite à un rôle d’argumentaire renforçant les positions opposées entre deux logiques d’aménagement du territoire fluvial.

15Ainsi, la confrontation établie entre le secteur agricole et les autres usagers de l’eau s’est déplacée à la faveur des questions sur les stratégies d’adaptation à mettre en place pour une gestion de l’eau optimale en contexte de changement climatique. Le secteur agricole et une partie des gestionnaires publics sont favorables à la mise en place de davantage de création de nouvelles ressources et de retenues d’eau. En lignée avec la logique productiviste d’après-guerre, ces acteurs mettent de l’avant une pression climatique supplémentaire sur la ressource en eau pour justifier cette position. Les professionnels et les associatifs sont tenants d’une gestion davantage favorable à l’instauration de programmes de conservation et de réaménagement du territoire fluvial (désenrochement, réouverture des bras morts, continuité écologique) dans l’objectif de redonner une dynamique fluviale valorisant la biodiversité. Ils prônent une modification des pratiques d’irrigation agricole aux réalités hydriques, tout comme le restant des gestionnaires publics qui avancent l’objectif de mieux partager la ressource en eau du bassin versant Adour-Garonne avec la consommation hydrique accrue (domestique, électrique et industrielle).

16Dès lors, loin de modifier les rapports de force entre les acteurs du territoire de Garonne moyenne, le changement climatique entre dans le champ de la négociation pour consolider les positions et les intérêts en place. D’ailleurs, pour le puissant lobby agricole local, organisé dans des structures de décision et intégré dans des réseaux territoriaux influents, la réduction des surfaces irriguées, moins qu’une adaptation programmée, n’est consentie qu’à travers la conséquence de faillites économiques, d’un manque de succession ou d’un malaise social grandissant (Bossard et al, 2013). L’analyse discursive montre qu’en Garonne moyenne, le changement climatique n’introduit pas d’innovations ou d’alternatives pour aborder la gestion des ressources en eau mais exacerbe une situation au bord de la rupture dans laquelle les pratiques agricoles d’irrigation représentent aux yeux de nombreux interlocuteurs la seule variable d’adaptation aux nouvelles réalités hydriques. Ainsi, quels que soient les interlocuteurs, le changement climatique sert d’argument et de contre-argument, à la fois pour des réaménagements fluviaux favorisant la protection des milieux naturels, pour changer de mode de production agricole ou pour le consolider via la création de nouvelles infrastructures de stockage. Cette dernière option fait d’ailleurs l’objet de vives oppositions depuis plusieurs décennies (Allain, 2008).

17Dans tous les cas, le changement climatique demeure un argument peu mobilisé pour la mise en place de stratégies d’adaptation dans l’objectif de réduire les vulnérabilités aux évolutions territoriales observées et reste confiné dans les espaces de négociations. Pour justifier ces positions, les incertitudes scientifiques sont principalement mises en avant, corrélées avec une importante attente de résultats significatifs et tangibles d’expertise et de prospectives. La plupart des interlocuteurs des institutions publiques mobilisent des savoirs issus de données (variables, modèles, scénarios, statistiques) en hydrologie et en climatologie. L’attente de cette objectivation du futur interroge les mécanismes sous-jacents à la détermination des seuils « attendus », lesquels une fois franchis déclencheraient l’action publique. De plus, les connaissances scientifiques attendues par le milieu décisionnel pour réduire les incertitudes des risques et la confirmation des tendances restent cantonnées aux volets portant sur l’acquisition de données, l’analyse de variables et la construction de scénarios en lien avec des flux hydrologiques, climatiques ou financiers. Les savoirs scientifiques portant sur les barrières institutionnelles (jeux de pouvoir, intérêts corporatifs) et les obstacles cognitifs (déni, interprétation, peur) influençant les processus décisionnels ne sont pas mobilisés malgré l’insistance sur leur incontournable apport pour définir de nouveaux cadres de références (Grothmann, Patt, 2005 ; Hulme et al., 2007 ; Koch et al., 2007 ; Norgaard, 2006 ; Salles, 2006 ; Salles, 2009). L’abondante littérature sur ces aspects dans le champ de l’adaptation au changement climatique témoigne de la nécessité de prendre réellement en compte ces aspects dans la gouvernance de l’eau et du changement climatique.

18En ne faisant appel qu’à une expertise fondée sur l’hydrologie, la climatologie ou l’ingénierie technique, les cadres disciplinaires mobilisés contribuent à alimenter une vision territoriale physique et n’ouvrent que des perspectives limitées sur les alternatives envisageables. Concernant l’utilisation de modèles prospectifs comme outil d’aide à la décision, les analyses de notre étude montrent que la virtualité des scénarios et l’horizon temporel choisi dans les études ne semble pas favoriser l’action publique mais davantage la renforcer dans une incertitude paralysante qui justifie le statu quo. Les perspectives temporelles inhérentes au changement climatique ne coïncident pas avec la gestion à mener au fil des crises (périodes d’étiage, inondations, systèmes d’alerte) qui invitent à focaliser sur des actions d’adaptation réactives. La dimension anticipative de l’adaptation ne s’invite qu’à travers des horizons de plusieurs dizaines d’années définis par les outils prospectifs, alimentant la virtualité du phénomène et des risques. De ce fait, la temporalité de la problématique climatique n’est envisagée par les acteurs du territoire les plus influents qu’à travers une transformation massive et coûteuse du bassin versant. Les aménagements envisagés semblent issus d’un compromis découlant des influences relatives des acteurs du bassin versant Adour-Garonne mais également des contraintes règlementaires opposées. En effet, la gestion de l’eau semble naviguer entre l’atteinte d’un bon état écologique des cours d’eau, l’augmentation de la part des ressources énergétiques renouvelables telle que l’hydroélectricité imposée par les conventions sur le climat et l’énergie et l’objectif de préserver la biodiversité par l’instauration de territoires protégés.

19En conséquent, l’utilisation du changement climatique devient stratégique, tantôt réfléchie en termes d’investissement dans l’objectif de sécuriser les activités en place sur le long terme, tantôt avancée dans la défense de l’une des causes environnementales. À ce titre, les actions d’adaptation envisagées ne semblent pas être réfléchies en termes de réponses au changement climatique mais davantage aux évolutions environnementales territoriales observées sur le territoire de Garonne moyenne. Une légitimité du changement climatique, autre que par le biais de la littérature scientifique et les évènements météorologiques, assez forte pour peser sur les processus décisionnels dans la gestion de l’eau sur le bassin versant Adour-Garonne, reste à construire. L’étude des discours des acteurs sur la gouvernance de l’eau en Garonne moyenne montre une faible préoccupation locale vis-à-vis des impacts du changement climatique, supplantée par une attention à des évolutions environnementales territoriales. Dans ce contexte, le déploiement en cours de plusieurs dispositifs d’action publique sur l’adaptation au changement climatique, aux niveaux national (Plan national d’adaptation), régional (Schéma régional air énergie climat) ou local (Plans climat territoriaux, Plans d’adaptation locaux) risque fort de constituer un rendez-vous manqué avec les attentes et les préoccupations territoriales.

Cette recherche a bénéficié d’une aide financière de l’Agence nationale de la recherche au titre du programme Changements Environnementaux Planétaires et Sociétés (CEP&S) dans le cadre du projet ANR ADAPT’EAU (ANR-11-CEPL-008) et d’une aide financière du programme interrégional Midi-Pyrénées-Aquitaine dans le cadre du programme Gagilau : quels fleuves et estuaires pour demain ? Garonne-Gironde/Saint Laurent.

Haut de page

Bibliographie

Adger W. N., Dessai S., Goulden M. et al. « Are There Social Limits to Adaptation to Climate Change? », Climate Change, 93 (3), 2009, p. 335-354.

Allain S., « Le débat public : outil pour une négociation territoriale ? », in Blanc N., Bonin S. (Coll.), Grands barrages et habitants : Les risques sociaux du développement (p. 225-242), Natures Sociales, Versailles, Paris, FRA, Éditions Quae, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008, 336 p.

Basset T.J., Fogelman C., « Déjà vu or something new? The adaptation concept in the climate change literature », Geoforum, 48, 2013, p. 42-53.

Bertrand F., Larrue C., Gestion territoriale du changement climatique. Une analyse à partir des politiques régionales, programme GICC-2, UMR CITERES 6173, Université de Tours, juillet 2007, 2007, 3 volumes ( Synthèse, 63 p. ; Études régionales, 76 p. ; Annexes, 58 p.)

Bossard C., Santin G., Guseva Canu I., Surveillance de la mortalité par suicide des agriculteurs exploitants. Premiers résultats, Saint-Maurice, Institut de veille sanitaire, 2013, 26 p.

Décamps H. (dir), Évènements climatiques extrêmes. Réduire les vulnérabilités des systèmes écologiques et sociaux, Académie des Sciences, EDP Sciences, 2010, 194 p.

Driessen P., Leroy P., Van Vierssen W., From climate change to social change, International Books, Utrech, 2010, 180 p.

Fernandez S., Si la Garonne avait voulu… Étude de l’étiologie déployée dans la gestion de l’eau de la Garonne, en explorant l’herméneutique sociale qui a déterminé sa construction, Thèse de l’Institut des sciences et industries du vivant de l’environnement, Spécialité Sciences de l’eau, AgroParisTech, Paris, 2009, 645 p.

Füssel H.-M., « Adaptation planning for climate change: concepts, assessment approaches and key lessons », Sustainability Science, 2, 2007, p. 265-275.

Grothmann T., Patt A., « Adaptive capacity and human cognition: the process of individual adaptation to climate change », Global Environmental Change, 15(3), 2005, p. 199-213.

Hulme M., Adger W.N., Dessai S., et al., « Limits and barriers to adaptation: four propositions », Tyndall Briefing Note, n20, Tyndall Centre for Climate Change Research, 2007, 102 p.

IPCC, Working Group I Contribution to the IPCC Fifth Assessment Report Climate Change 2013: The Physical Science Basis, Twelfth Session of Working Group I, Approved Summary for Policymakers, 2013, 48 p.

Jullien F., Les transformations silencieuses, Grasset, Paris, 2009, 197 p.

Koch I., Vogel C., Patel Z., « Institutional dynamics and climate change adaptation in South Africa », Mitigation and Adaptation Strategies for Global Change, 12(8), 2007, p. 1 323-1 339.

Moulin C.-H., Accompagner l’adaptation des systèmes d’élevage périméditerranéens aux changements et aléas climatiques, Projet PSDR, Régions Languedoc-Roussillon, Rhône-Alpes et Midi-Pyrénées, Série Les 4 pages PSDR3, 2011, 4 p.

Mustelin J., Kuruppu N., Matus Kramer A. et al.,« Climate adaptation research for the next generation », Climate and Development, vol. 5(3), 2013, p. 189-193.

Norgaard K.M., « We don’t really want to know: environmental justice and socially organized denial of global warming in Norway », Organization and Environment, 19, 2006, 347 p.

Patt A., « Should adaptation be a distinct field of science? », Climate and Development, vol. 5(3), 2013, p. 187-188.

Salles D., Les défis de l’environnement, démocratie et efficacité, Éd. Syllepses, Coll « Écologie et Politique », 2006, 248 p.

Salles D., « Environnement : la gouvernance par la responsabilité ? », VertigO, Hors-série 6, 2009 [En ligne] URL : http://vertigo.revues.org/9179

Simonet G., « Le concept d’adaptation : polysémie interdisciplinaire et implication pour les changements climatiques », Nature, Sciences, Société, 2009, vol. 17-4, p. 92-401.

Tang S., Suraje D., « Usable Science ? The U.K. Climate Projections 2009 and Decision Support for Adaptation Planning », Wea. Climate Soc., 4, 2012, p. 300–313.

Terray L., Changements globaux : les enjeux pour l’eau, Colloque Cerfacs, Toulouse 2007, 2007, p. 7.

Haut de page

Notes

1 Dans cet article, nous utiliserons « Garonne moyenne » pour désigner la partie du fleuve entre Toulouse et Saint-Nicolas-de-la-Grave (confluence avec le Tarn), laquelle constitue le support d’études et traverse les départements de la Haute-Garonne et du Tarn-et-Garonne. Dans ce dernier, le quart de la surface agricole utile est constitué en réseaux d’irrigation collective.

2 Voir www.adapteau.fr pour plus d’informations sur le projet.

3 L’ enquête sociologique comporte 25 entretiens individuels semi-directifs auprès d’un échantillon d’ acteurs et d’ organisations impliquées dans la gestion de l’eau sur la partie Garonne moyenne (tabl. 1). Les questions portaient sur le diagnostic territorial, les causes des évolutions observées, le lien avec la problématique climatique et les éventuelles adaptations mises en place. Les résultats présentés rentrent dans la Tâche 2 du projet Adapteau qui vise à identifier des Options d’Adaptation aux variations des régimes hydrologiques (OA-VRH) et d’en évaluer les conditions et le potentiel de contribution dans l’objectif d’une gestion de l’eau durable. Ces options d’adaptation sont définies ici comme des stratégies d’anticipation face aux changements globaux qui privilégient de nouveaux modèles d’aménagement marquant une rupture avec des ajustements à la marge des pratiques et des modes de gestion de l’eau. Ainsi, sont considérées comme options d’adaptation les démarches qui proposent de reconfigurer l’organisation des activités humaines autour d’une nouvelle donne environnementale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Simonet et Denis Salles, « Eau et changement climatique sur la Garonne moyenne : L’adaptation en négociation », Sud-Ouest européen, 37 | 2014, 53-62.

Référence électronique

Guillaume Simonet et Denis Salles, « Eau et changement climatique sur la Garonne moyenne : L’adaptation en négociation », Sud-Ouest européen [En ligne], 37 | 2014, mis en ligne le 21 juillet 2015, consulté le 29 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/soe/1080 ; DOI : 10.4000/soe.1080

Haut de page

Auteurs

Guillaume Simonet

CDC Climat recherche, Pôle politiques climatiques locales, chercheur invité au laboratoire Géosciences Environnement Toulouse UMR5563. 14, rue Édouard Belin, 31400 Toulouse, guillaume.simonet@cdcclimat.com

Articles du même auteur

Denis Salles

IRSTEA ADBX, Unité Aménités et dynamiques des espaces ruraux, Centre de Bordeaux. 50, avenue de Verdun, Gazinet, 33612 Cestas Cedex, denis.salles@irstea.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals