Navigation – Plan du site

L’adaptation de la gestion forestière privée au changement climatique : le cas wallon

Adapting the management of private forestry to climate change: the case of Wallonia
La adaptación de la gestión forestal privada al cambio climático : el caso valón
Valentine Van Gameren
p. 63-75

Résumés

Le secteur de la foresterie doit faire face à de nombreux enjeux actuels et futurs, y compris celui de l’adaptation au changement climatique. Dans cette contribution, nous proposons d’aborder la dimension opérationnelle de l’adaptation à travers des acteurs territoriaux spécifiques : les propriétaires forestiers privés en Wallonie (Belgique). L’analyse se focalise sur les pratiques d’adaptation envisagées et mises en œuvre par ces derniers, ainsi que sur les déterminants de leur capacité d’adaptation. Quelques considérations à propos des interdépendances entre ce niveau d’action et le contexte politico-règlementaire à l’échelle régionale sont également discutées.

Haut de page

Texte intégral

1Le changement climatique se présente comme un enjeu majeur auquel doivent faire face les sociétés contemporaines. De manière complémentaire aux efforts d’atténuation des émissions de gaz à effet de serre, les préoccupations concernant l’adaptation aux effets du changement climatique se hissent progressivement sur le devant de la scène. Cette adaptation, définie comme une « démarche d’ajustement au climat actuel ou attendu, ainsi qu’à ses conséquences, de manière à en atténuer les effets préjudiciables et à en exploiter les effets bénéfiques » (GIEC, 2012a, p. 4) peut s’appuyer sur une intervention publique planifiée mais aussi sur des actions bottom-up déployées par les acteurs privés aux différents niveaux de gouvernance.

2Dans cet article, nous traitons de l’adaptation au changement climatique dans le secteur forestier, considéré comme particulièrement vulnérable aux modifications du climat en tant que secteur primaire directement dépendant de ressources naturelles (Marshall, 2010). Bien que la forêt ait déjà été impactée par des modifications climatiques passées (Lucier, 2009), le changement climatique d’origine anthropique – caractérisé par une rapidité sans précédent – confronte la forêt et ses gestionnaires à un défi nouveau. Notre intérêt pour le secteur forestier a été guidé par deux de ses particularités, outre sa vulnérabilité. D’une part, la notion de long-terme y est très prégnante, en raison de l’horizon d’investissement et de décision coïncidant avec la durée de vie des arbres, et le changement climatique peut donc déjà être pris en compte dans les choix de gestion actuels. D’autre part, étant donné les surfaces importantes qu’occupe la forêt en Wallonie, l’adaptation de la gestion forestière constitue un enjeu intrinsèquement territorial mêlant dimensions politiques, socio-économiques, environnementales, paysagères et culturelles.

3C’est sous l’angle d’une catégorie spécifique d’acteurs de la gestion forestière, à savoir les propriétaires forestiers privés, que nous avons choisi d’approcher cette problématique. Cette focale se justifie par le rôle crucial de ces acteurs dans la gestion de la forêt wallonne et la connaissance plus diffuse que nous en avons, comparée aux propriétaires publics, alors qu’ils participent au même titre à façonner les territoires forestiers actuels et futurs.

Une étude de la pratique de l’adaptation

4L’adaptation au changement climatique peut s’étudier sous plusieurs angles, notamment par l’évaluation de la vulnérabilité et des capacités d’adaptation des pays et populations, l’investigation des effets potentiels et différenciés de diverses mesures d’adaptation, ou encore l’analyse des processus d’adaptation à l’œuvre (Smit, Wandel, 2006). Dans cette contribution, c’est dans cette dernière dimension opérationnelle que nous abordons la problématique, à travers les pratiques d’adaptation de propriétaires forestiers privés wallons. S’intéresser aux pratiques implique non seulement d’identifier les actions qui contribuent à l’adaptation mais également d’aborder le contexte décisionnel dans lequel ces actions se situent, en partant des acteurs qui expérimentent le changement. Dans cette approche, l’adaptation peut être considérée comme un processus « socio-cognitif-comportemental » (Grothmann, Patt, 2003, p. 3) qui inclut à la fois des changements comportementaux, liés aux pratiques, et cognitifs, liés à la perception des risques.

5Ainsi, l’objectif qui a guidé cette étude consiste à analyser la pratique de l’adaptation de propriétaires forestiers privés en nous intéressant aux mesures d’adaptation qu’ils mettent en œuvre et aux facteurs qui entrent en jeu dans le processus, ces derniers étant liés à la capacité d’adaptation. En revanche, nous n’ambitionnons pas de nous prononcer sur l’efficacité des mesures et processus d’adaptation entrepris.

6Notre compréhension du concept de capacité d’adaptation au changement climatique, définie comme « la combinaison de forces, attributs et ressources disponibles à un individu, une communauté, une société ou une organisation qui peuvent être utilisés pour préparer et entreprendre des actions afin de réduire les effets préjudiciables et à exploiter les effets bénéfiques » du changement climatique (GIEC, 2012b, p. 556), est assez large. L’hypothèse qui sous-tend notre analyse consiste à considérer parmi les déterminants de la capacité d’adaptation non seulement des éléments « objectifs » – liés à des caractéristiques biophysiques du territoire et à des ressources spécifiques, notamment l’accès à la connaissance, aux ressources financières et techniques et la présence de mécanismes institutionnels favorables (Fankhauser et al., 1999 ; Smit, Pilifosova, 2003 ; Adger et al., 2007) –, mais aussi des éléments plus subjectifs ou « sociocognitifs » – relatifs aux représentations individuelles des acteurs. À cet égard, nous nous appuyons sur des auteurs qui ont étudié l’adaptation à travers le spectre d’approches théoriques issues de la psychologie sociale et cognitive (Grothmann, Patt, 2005 ; Adger et al., 2009 ; Blennow et al. 2012). Ces dernières intègrent en particulier des données relatives à la perception du risque (reconnaissance du changement climatique, observation et interprétation d’impacts attribués au changement climatique, perception de risques futurs etc.) et à la perception de la capacité personnelle à s’adapter.

La forêt wallonne face au changement climatique

7Un tiers du territoire de la Wallonie est recouvert de forêts (ce qui équivaut à 554 000 hectares, cf. figure 1). Celles-ci fournissent une série d’emplois locaux dans les différents secteurs de la filière forêt-bois, allant de la gestion des peuplements forestiers à la transformation du bois d’œuvre et d’industrie. Traditionnellement orientée vers la production de bois, la gestion de la forêt wallonne s’inscrit depuis les années 1980 dans une tendance vers davantage de multifonctionnalité (Rondeux, 2007), prenant en compte des fonctions écologiques (régulation du climat et du régime des eaux, protection des sols et conservation de la biodiversité) et sociales (rôle récréatif-touristique, paysager et pédagogique) de la forêt, outre les aspects économiques. Environ la moitié de la surface forestière régionale appartient à des propriétaires privés, dont le nombre est estimé à 100 000 personnes. La forêt privée est caractérisée par un morcellement important qui se renforce au fil des décennies.

8Les projections montrent que le changement climatique pourra se manifester de différentes manières en Wallonie. Outre une augmentation des températures déjà en cours, le régime des précipitations sera très certainement modifié (hausse des pluies en hiver et baisse en été) ainsi que la fréquence d’évènements extrêmes (davantage de canicules estivales et d’épisodes de pluies intenses en hiver) (Laurent et al., 2009).

9En 2007, un groupe d’experts – issus de la recherche scientifique et des administrations forestières wallonnes – a été chargé par le ministre wallon de la forêt d’évaluer les impacts du changement climatique sur les forêts et de proposer aux gestionnaires forestiers publics et privés des mesures d’atténuation et d’adaptation (Laurent et al., 2009). Par ailleurs, une étude préparatoire au plan wallon d’adaptation au changement climatique a évalué la vulnérabilité des forêts à cet égard (région wallonne, 2011). Plusieurs effets du changement climatique sur la forêt wallonne sont ainsi identifiés (tabl. 1), notamment : 1- La modification des aires de distribution des espèces, avec des répercussions potentiellement importantes sur les essences phares de production – l’épicéa, le hêtre et le chêne pédonculé – et donc sur la filière bois ; 2- Des impacts sur la croissance des peuplements ; et 3- L’augmentation de la fréquence et l’intensité des pullulations parasitaires et des maladies ainsi que des évènements extrêmes (incendies, sécheresses, vagues de chaleur et peut-être des tempêtes). De plus, ces effets doivent être appréhendés à travers leurs interactions avec d’autres facteurs de stress existants, tels que la pollution, l’exploitation intensive, une sylviculture inadaptée et la surdensité du gibier, qui peuvent limiter les capacités d’adaptation des écosystèmes forestiers.

10En raison des incertitudes qui subsistent quant à l’ampleur du changement climatique et des impacts sur la forêt, ces deux documents ne proposent pas de recommandations fixes et définitives en matière d’adaptation mais plusieurs propositions générales sont avancées, dont les applications doivent être appréciées au cas par cas. Le rapport du groupe d’experts forêt-climat préconise ainsi de répartir les risques sur le plus d’alternatives d’adaptation possibles. L’essentiel des options présentées porte sur des mesures « sans regret » et « win-win », c’est-à-dire des mesures qui ont des conséquences positives a priori dans tous les scénarios climatiques envisagés et pour d’autres objectifs que celui de l’adaptation. Certaines de ces actions se mettaient d’ailleurs déjà en place avant qu’on ne parle d’adaptation au changement climatique car elles correspondent à des bonnes pratiques de gestion face à différents risques (aléas climatiques, attaques de pathogènes, modification du marché du bois etc.). Il s’agit d’une part de mesures techniques relatives à la gestion sylvicole, qui visent à maintenir et améliorer la capacité d’adaptation des écosystèmes (à travers par exemple la diversité d’essences, de structures et d’âges des peuplements et une sylviculture dynamique) et à limiter les risques d’exposition des peuplements et donc les répercussions économiques potentielles, en particulier en optimisant les coûts de la sylviculture et en raccourcissant la durée du cycle de production. En ce qui concerne le choix d’essences, le rapport du groupe d’experts forêt-climat propose de réhabiliter certaines essences indigènes délaissées (tilleuls, bouleaux, fruitiers) et, au cas par cas, d’autres espèces non indigènes identifiées comme essences robustes (pin sylvestres, pins noirs, châtaignier, robinier). La prospection dans les arboreta et essais des propriétaires est également recommandée pour obtenir une information pertinente sur les espèces moins fréquentes. D’autre part, des mesures sont proposées au niveau institutionnel, à savoir l’augmentation des connaissances via la recherche et le suivi de la santé des peuplements, la mise en œuvre de mécanismes d’alerte précoce et de gestion de crise et la sensibilisation et la formation de tous les gestionnaires forestiers à la thématique de l’adaptation. L’intégration de l’objectif d’adaptation dans la gestion des aires protégées fait également partie de ces recommandations.

Fig. 1 - Boisement des régions naturelles

Fig. 1 - Boisement des régions naturelles

Tableau 1 - Les impacts sur les forêts et la sylviculture

Tableau 1 - Les impacts sur les forêts et la sylviculture

Source : Région wallonne, Agence wallonne de l’air et du climat, 2011, p. 98.

Éléments méthodologiques

11Pour investiguer les pratiques d’adaptation de propriétaires forestiers privés, nous avons opté pour une enquête qualitative par entretiens semi-directifs. Cette méthode a l’avantage d’offrir un matériau riche et nuancé qui permet d’étudier les représentations des acteurs et de comprendre le sens qu’ils donnent à leurs actions, ce que ne favorise pas toujours la méthode plus fermée et directive du questionnaire.

12L’échantillon est constitué de 32 individus sélectionnés en deux phases, à travers d’une part la Société royale forestière de Belgique (SRFB) – organisation de vulgarisation et de formation dans le secteur forestier qui rassemble des propriétaires forestiers privés parmi ses membres – et, d’autre part, des professionnels de la gestion forestière (experts forestiers, pépiniéristes, entrepreneurs de travaux forestiers) qui sont en contact avec tous types de propriétaires. Nous avons veillé à diversifier au maximum l’échantillon sur base de plusieurs critères : la localisation et la superficie de la propriété, le type de peuplements forestiers, l’adhésion à la SRFB et l’âge et le genre des propriétaires. Si la représentativité des interviewés n’est pas atteignable par cette méthode qualitative, nous avons appliqué le principe de saturation selon lequel l’enquête peut se terminer à partir du moment où de nouveaux entretiens n’apportent plus de nouvelles informations sur des logiques de sens.

13Les entretiens ont été menés par le même chercheur entre novembre 2011 et janvier 2013 à l’aide d’un guide d’entretien constitué de questions classées par thématiques, tout en laissant une place aux propos libres des personnes interrogées. Outre les pratiques d’adaptation, nous avons investigué des facteurs susceptibles d’intervenir dans la capacité d’adaptation des propriétaires forestiers privés et donc d’influencer le processus de mise en œuvre ou de planification de l’adaptation. En dehors des données sociodémographiques relatives aux enquêtés, les questions concernaient 1- la propriété forestière, qui constitue le contexte et le territoire défini où se déroule l’adaptation (superficie, localisation, mode d’acquisition et statut juridique de la propriété, peuplements présents) ; 2- les objectifs de gestion poursuivis, en fonction des rôles et fonctions de la forêt que le propriétaire valorise, ainsi que les modalités pratiques de la gestion (implication du propriétaire dans la gestion, connaissances et ressources techniques, équation coûts-revenus de la gestion, certification de gestion durable PEFC) ; et 3- les variables sociocognitives liées aux représentations des risques climatiques et de la capacité à s’adapter. 

14Chaque entretien a été enregistré et retranscrit intégralement et fidèlement aux propos recueillis pour faire l’objet d’une analyse de contenu qualitative.

Pratiques et modes d’adaptation de propriétaires forestiers privés

Mesures d’adaptation

15Parmi les mesures mises en œuvre par les propriétaires interrogés (tabl. 2), les adaptations techniques liées à des actes sylvicoles dominent très largement. Nous pouvons d’abord repérer des mesures interventionnistes. Celles-ci concernent le choix des plantations (mélange d’essences, remplacement partiel de certaines essences dépérissantes et/ou dites menacées – comme le hêtre et l’épicéa – par des espèces considérées comme plus résistantes – comme le douglas ou le chêne sessile – ou plantation d’espèces plus « exotiques » adaptées à un climat plus chaud et sec), l’entretien et la structure des peuplements (sylviculture plus dynamique et protections contre les tempêtes) ou encore des mesures face au risque de sécheresse (déplacement de la période de plantation, plantation de plants en motte plutôt qu’à racines nues, arrosage des nouvelles plantations). D’autres mesures sont plus « passives », s’appuyant sur des dynamiques naturelles, comme la régénération naturelle et le maintien d’un couvert naturel qui sont caractéristiques d’une sylviculture irrégulière de type « Pro Silva ». Ces différentes pratiques ont toutes une portée anticipative face à des risques futurs. Certaines témoignent également d’un processus réactif lorsqu’elles sont mises en œuvre suite à un évènement spécifique (par exemple le dépérissement d’une essence ou des dégâts de tempête passées).

16Outre ces actions techniques, quelques mesures cognitives sont présentes mais dans une moins large mesure. Elles consistent à rechercher de manière proactive et à échanger des informations sur la thématique du changement climatique et de l’adaptation.

17Par ailleurs, des pratiques d’adaptation sont également envisagées par des propriétaires, y compris par certains qui ne se sont pas encore lancés dans un processus d’adaptation. En plus des mesures similaires à celles déjà mises en œuvre, d’autres actions sont mentionnées telles que l’installation d’un système de surveillance et de protection contre les incendies, le recours à des plants améliorés génétiquement (plus résistants à la sécheresse ou à croissance plus rapide), la mise en œuvre d’un projet d’agroforesterie ou encore, de manière plus hypothétique, le transfert de la production du bois d’œuvre vers du bois de chauffage.

18Nous pouvons remarquer que les mécanismes assurantiels sont absents des mesures d’adaptation citées par les propriétaires. Il faut savoir qu’en Wallonie, aucune assurance privée contre les dégâts de tempêtes en forêt n’est disponible actuellement, laissant la charge d’indemnisation au système public de dédommagement (le Fonds des calamités) en cas de catastrophe reconnue en tant que calamité publique. Une assurance privée contre les feux de forêts existe pour les peuplements de résineux mais les propriétaires de notre enquête n’y ont pas fait référence.

19Par ailleurs, une série de limites et barrières à l’adaptation ont été identifiées et expérimentées par les propriétaires interrogés. Celles-ci peuvent être de nature 1- Biophysique (nature du sol qui ne tolère que certaines essences, ampleur d’un phénomène climatique tel qu’une tempête exceptionnelle ou un gel tardif auquel un peuplement même résistant ne peut faire face, faible surface de la propriété qui limite les possibilités de mélanges et d’expérimentation d’essences, pullulation de gibier qui endommage certaines plantations) ; 2- Scientifique et cognitive (manque de connaissances ou de recommandations pratiques sur l’adaptation, incertitudes liées aux projections climatiques) ; 3- Politico-règlementaire (régime de conservation de la nature Natura 2000 qui peut contraindre les possibilités d’introduction d’espèces exotiques qui pourraient convenir à un climat plus chaud, manque de recherche en génétique forestière, freins règlementaires pour la mise sur pied de projets agroforestiers) ; 4- Organisationnelles (manque d’opérations sylvicoles collectives entre propriétaires voisins, avec des risques de vulnérabilité accrue aux vents lors de mises à blanc non concertées) ; et 5- Commerciales (préférence de l’industrie de la transformation pour des lots homogènes de bois et concentration sur certaines essences, temporalités différentes entre les investissements des propriétaires et ceux des industries). Quelques propriétaires ont également mentionné des coûts ou risques relatifs aux mesures d’adaptation mises en place. Il peut s’agir du prix (légèrement) plus élevé pour les plants de certaines essences, de frais importants pour l’installation de protections contre le gibier (nécessaires pour certaines plantations) ou encore d’un coût d’entretien et d’un suivi plus importants pour des plantations d’« essences tests ». Le risque d’échec des expérimentations est également pris en considération.

Tableau 2 - Synthèse des mesures d’adaptation des propriétaires forestiers privés de l’enquête

Mesures mises en œuvre

(nombre de propriétaires de l’enquête)

Mesures envisagées

(nombre de propriétaires de l’enquête)

Mélange d’essences (14)

Mélange d’essences (2)

Substitution d’essences dépérissantes/menacées (6)

Substitution d’essences dépérissantes/menacées (8)

Plantation d’essences exotiques présumées plus résistantes aux nouvelles conditions climatiques (3)

Plantation d’essences exotiques présumées plus résistantes aux nouvelles conditions climatiques (1)

Raccourcissement du cycle de production (4)

Raccourcissement du cycle de production (1)

Marquages des éclaircies en fonction des vents dominants (5)

Régénération naturelle/gestion Pro-Silva (3)

Éclaircies précoces (3)

Installation d’un système de surveillance et protection anti-incendie (1)

Plantations de plants en godets (1)

Choix de plants améliorés au niveau génétique (2)

Déplacement de la période de plantation (1)

Agroforesterie (1)

Arrosage des plantations en cas de sécheresses (1)

Utilisation de pesticides (1)

Régénération naturelle/gestion Pro-Silva (11)

Orientation de la production vers le bois de chauffage (1)

Recherche/échange d’informations spécifiques sur le changement climatique et l’adaptation (2)

Source : V. Van Gameren

Profils d’adaptateurs

20L’analyse des comportements (non) adaptatifs des propriétaires de notre échantillon nous a permis de distinguer différents modes d’actions à partir desquels plusieurs profils de propriétaires peuvent être élaborés. Comme illustré dans la figure 2, ces profils ont été construits sur base de questions inspirées de typologies existantes des formes d’adaptation.

21Une première différenciation s’opère entre les propriétaires qui ont déjà mis en œuvre des mesures qui contribuent à l’adaptation et ceux qui ne l’ont pas encore fait (profils 1-3 versus profils 4-5).

22Ensuite, au sein des « adaptateurs », nous pouvons distinguer les propriétaires qui ont adopté certaines pratiques dans l’intention d’adapter leur gestion forestière au changement climatique et ceux pour qui ces mesures sont le produit de décisions dictées par d’autres paramètres et objectifs de gestion (profils 1-2 versus profil 3). Suivant les typologies des actions d’adaptation, cela revient à différencier les acteurs de l’adaptation intentionnelle et planifiée (c’est-à-dire une intervention humaine délibérée, basée sur une conscience que le climat (va) se modifie(r) ; GIEC, 2007) des acteurs d’une adaptation spontanée ou accidentelle (c’est-à-dire en réaction à différents objectifs ou pressions non liés directement au changement climatique, incitée par des changements dans les systèmes naturels et humains ; G IEC, 2007).

23Parmi les propriétaires qui démontrent une adaptation planifiée, deux trajectoires d’adaptation sont identifiables : une approche plus proactive avec une tendance transformationnelle et une approche orientée vers la résilience (profil 1 versus profil 2) (Pelling, 2011 ; Kates et al., 2012). D’une part, certains propriétaires anticipent en effet davantage les impacts du changement climatique et ont opté pour des mesures – comme l’expérimentation d’essences plus exotiques en prévision d’un climat plus chaud et sec – qui impliquent un certain degré de remise en question de pratiques sylvicoles traditionnelles qui constituent le « régime » sylvicole dominant. D’autre part, des propriétaires ont choisi des mesures dites « sans regret » – comme le mélange d’essences ou des techniques pour accroître la résistance des peuplements face aux vents – qui répondent à la variabilité climatique actuelle et à d’autres préoccupations (notamment le respect de la biodiversité, l’aspect paysager et la sécurisation de l’investissement financier) et peuvent contribuer en même temps à l’adaptation au climat futur. Ce type d’adaptation vise une préservation des fonctions de la forêt sans remettre frontalement en question la sylviculture actuelle, à savoir une « adaptation-résilience » ou « adaptation incrémentale ». Les pratiques relevant de cette catégorie s’intègrent ainsi dans le prolongement d’actions préexistantes visant à réduire les pertes et augmenter les opportunités des variations climatiques naturelles et des évènements extrêmes. Nous pouvons noter que les adaptateurs transformationnels mettent également en œuvre des mesures sans-regret d’adaptation-résilience, ce qui montre la coexistence et la superposition possibles de différentes stratégies d’adaptation.

24Par ailleurs, au sein des adaptateurs sans regret, nous pouvons séparer ceux qui concentrent leurs actions sur un risque particulier, à savoir le risque de tempête – pour lequel les projections climatiques sont particulièrement incertaines – de ceux qui veulent se prémunir contre des risques climatiques plus divers (profil 2a versus profil 2b).

25Enfin, parmi les propriétaires qui n’ont pas encore mis en œuvre de mesures d’adaptation, certains envisagent de le faire dans le futur alors que d’autres n’y pensent et ne le planifient pas (profil 4 versus profil 5).

Fig. 2 - Profils d’adaptation

Fig. 2 - Profils d’adaptation

Source : V. Van Gameren (CC = changement climatique)

Facteurs de capacité d’adaptation

26Dans les limites de notre échantillon et de nos analyses, nous avons identifié plusieurs variables permettant de distinguer les profils de propriétaires et donc leurs différents comportements d’adaptation au changement climatique. Par conséquent, elles peuvent être considérées dans ce contexte comme des facteurs constitutifs de la capacité d’adaptation des propriétaires forestiers privés.

27D’une part, certaines variables que nous avons qualifiées d’« objectives » dans le début de cet article semblent jouer un rôle. La mise en place d’un processus d’adaptation planifiée, dans une démarche d’adaptation-résilience face à plusieurs risques (profil 2b) ou plus transformationnelle (profil 1), serait favorisée premièrement par la possession de connaissances personnelles en sylviculture et l’accès à des réseaux (formels ou informels) de personnes actives dans le milieu forestier, ces deux variables pouvant se renforcer mutuellement. En effet, tous les propriétaires des profils 1 et 2b ont acquis personnellement des connaissances sylvicoles (via des lectures spécialisées, formations ou visites de terrain), peuvent mobiliser des personnes-ressources pour leur gestion (professionnels et autres propriétaires forestiers) et sont presque tous membres de la SRFB, contrairement aux autres profils où les connaissances et accès aux conseils sylvicoles sont plus variables. Deuxièmement, la superficie de la propriété forestière semble pertinente pour distinguer les adaptateurs innovants (profil 1) de ceux des autres profils, les premiers possédant des moyennes ou grandes propriétés alors que les seconds sont plutôt des petits à moyens propriétaires. À cet égard, la surface des parcelles conditionne en partie les possibilités de diversification des essences et d’expérimentations, le risque d’échec étant en principe moins impactant pour une grande que pour une petite propriété. Troisièmement, l’existence d’un ancien régime de subsides publics – plus en vigueur actuellement, finançant la plantation de feuillus dans le cadre d’un mélange d’essences – a été identifiée comme un facteur facilitant l’adaptation, autant intentionnelle qu’accidentelle.

28D’autre part, plusieurs variables sociocognitives ressortent de l’analyse des profils. Au niveau des rôles et fonctions que les propriétaires attribuent à leurs forêts, qui sont du registre des représentations, l’attachement aux fonctions patrimoniale (héritage et transmission de la forêt) et environnementale va de pair avec des actions d’adaptation intentionnelles, innovantes et résilientes orientées vers plusieurs risques climatiques. Dans ce cas, l’adaptation de la gestion forestière est motivée par la préservation d’une forêt qui pourra être transmise aux générations futures, capable de remplir différentes fonctions pour la société, y compris environnementales. Plus généralement, les représentations de la forêt influencent le choix des options d’adaptation selon les fonctions qui sont valorisées par le propriétaire : par exemple la conservation d’une certaine biodiversité justifie des mesures de diversification des peuplements forestiers. Parallèlement à ces représentations de la forêt, le modèle de gestion forestière durable – institutionnalisé par le système de certification PEFC – peut être associé à certaines mesures d’adaptation mises en œuvre de manière intentionnelle, démontrant une même motivation des propriétaires d’adopter une « bonne gestion » forestière dans un contexte de changements globaux. Par ailleurs, la place et la priorité accordées au changement climatique au sein des préoccupations des propriétaires concernant le futur de leur gestion forestière (à court et plus long termes) se recoupent avec le degré d’intégration de l’adaptation dans les décisions et le type de comportement adaptatif. Ainsi par exemple, les adaptateurs innovants du profil 1 mentionnent directement la problématique du changement climatique parmi les deux ou trois enjeux qui les préoccupent, tandis que les non-adaptateurs du profil 5 n’évoquent spontanément ni des aléas ni des changements climatiques de plus grande ampleur. Ensuite, l’observation directe des propriétaires d’impacts passés et/ou actuels du changement climatique dans leurs forêts est également caractéristique des adaptateurs intentionnels, ces observations étant interprétées comme des signes d’une évolution climatique. La perception d’impacts climatiques futurs distingue aussi les profils de propriétaires mais de manière moins marquée : les adaptateurs accidentels et potentiels et les non-adaptateurs s’attendent à certains effets mais de manière moins définie, probable et/ou grave que dans les autres profils. Enfin, les représentations relatives à l’adaptation apparaissent comme assez déterminantes. D’une part, la compréhension et la reconnaissance du principe d’adaptation, du rôle de l’homme à cet égard ainsi que de l’actualité de la problématique constituent des facteurs favorables à la motivation de l’action adaptative. D’autre part, la reconnaissance de posséder une capacité d’adaptation personnelle en tant que propriétaire forestier est caractéristique des adaptateurs intentionnels innovants et sans regret.

29Les variables qui n’ont pas révélé d’influence marquante sur la capacité d’adaptation des propriétaires au sein de cette enquête sont elles aussi de natures différentes. D’une part, les caractéristiques sociodémographiques des propriétaires ne permettent pas (âge, statut professionnel) ou peu (niveau d’éducation) de distinguer les différents profils. Il en est de même pour certaines particularités de la propriété forestière : sa localisation en termes de région naturelle, sa distance par rapport au domicile du propriétaire, son mode d’acquisition et son statut juridique. L’équation coûts-revenus de la gestion ne différencie pas non plus les propriétaires, les mesures d’adaptation n’occasionnant pas forcément d’investissements financiers plus élevés. Enfin, certaines variables subjectives ne se sont pas particulièrement illustrées dans les différentes trajectoires d’adaptation des propriétaires. C’est le cas du degré de reconnaissance de la réalité du changement climatique et de la perception de ses causes. En effet, un certain niveau de doute n’est pas incompatible avec la mise en œuvre d’une adaptation intentionnelle – comme l’illustre une personne du profil 2b – alors qu’une forte conviction de l’existence du changement climatique n’est pas suffisante pour motiver l’adaptation – comme le montrent les non-adaptateurs de notre échantillon qui sont réellement convaincus du phénomène mais ne modifient pas leurs pratiques. Par ailleurs, la perception du degré de capacité d’adaptation personnelle – pour autant qu’elle ne soit pas totalement absente – et de confiance dans l’efficacité des mesures ne distingue pas spécifiquement les profils, des limites à l’adaptation étant ressenties par de nombreux adaptateurs (cf. supra), ce qui ne les empêche pas d’agir pour autant.

L’adaptation de la gestion forestière privée imbriquée dans un contexte institutionnel régional

30De nombreux déterminants de la capacité d’adaptation, y compris ceux d’ordre subjectif et individuel, peuvent être façonnés par des facteurs externes, notamment par le contexte institutionnel et de gouvernance dans lequel les propriétaires forestiers privés agissent. Il est donc intéressant de se pencher sur ces influences afin de prendre un peu de recul sur les possibilités réelles d’adaptation à l’échelle de ces acteurs. Plutôt que de présenter une analyse complète du contexte institutionnel de la filière forêt-bois wallonne, nous nous concentrons ici sur le volet politique.

  • 1 « Le développement durable des bois et forêts implique plus particulièrement le maintien d’un équil (...)
  • 2 Notamment 1- L’ obligation d’adapter l’essence à la station selon le fichier écologique des essence (...)
  • 3 Par exemple une circulaire relative à la gestion des pessières (peuplements d’épicéas) dans un cont (...)

31Une tendance à l’intégration de la question de l’adaptation au changement climatique se dégage de l’analyse de la politique forestière wallonne. La constitution du groupe d’experts forêt-climat (cf. supra) illustre la volonté politique présente depuis quelques années de s’emparer de cette problématique et plusieurs recommandations émanant de ce groupe se mettent progressivement en place. Ainsi, au niveau règlementaire, le nouveau Code forestier – instrument phare de la politique forestière régionale, adopté en 2008 – se prononce en faveur d’une forêt adaptée au changement climatique dès son article premier1. Il contient d’ailleurs certaines obligations, applicables aux forêts publiques et privées, qui peuvent contribuer à l’adaptation de la gestion forestière2. Il faut noter que les travaux du groupe forêt-climat et la révision du Code se sont déroulés simultanément, ce qui a certainement favorisé cette intégration ainsi que la cohérence entre ces initiatives. Par ailleurs, le Département nature et forêt (DNF), en tant qu’administration forestière wallonne, a adopté récemment des circulaires3 en faveur de pratiques d’adaptation qui peuvent inspirer les propriétaires forestiers privés sans pour autant être obligatoires. De plus, le système volontaire de certification de gestion durable des forêts (PEFC) donne lieu à une charte dont certains points promeuvent des mesures telles que la diversification d’essences, d’âges et de structures. Par ailleurs, depuis 2011, une plateforme multi-acteurs nommée Observatoire wallon de la santé des forêts vise à évaluer et surveiller l’état phytosanitaire des forêts publiques et privées, à court et à long termes. La région dispose également d’un Plan chablis qui établit une procédure de gestion de crise en cas d’importants dégâts de tempêtes. Enfin, elle finance, à travers un Accord-cadre quinquennal de recherche et de vulgarisation, un volet d’étude sur l’adaptation, principalement consacré à la révision des outils principaux de (re)boisement des forêts wallonnes (le guide de boisement et le fichier écologique des essences) à l’aune du changement climatique.

32Par contre, certains éléments proposés parmi les recommandations du groupe forêt-climat peinent à se mettre en œuvre. Des lacunes importantes concernent la recherche génétique et le développement d’expérimentations sur de nouvelles essences et provenances. La sensibilisation des gestionnaires et des propriétaires en matière d’adaptation fait défaut également (hors agents du DNF), très peu de moyens étant alloués à la communication sur ce sujet. Par ailleurs, une réflexion sur l’intégration de la problématique climatique au sein du régime de conservation de la nature (en particulier Natura 2000) ne semble pas s’amorcer. Enfin, le processus d’élaboration d’un programme forestier régional – censé aboutir à une vision stratégique de la forêt wallonne à long-terme – n’a pas encore vu le jour.

33Sur base de l’analyse des instruments politiques mis en place et d’interviews avec des personnes-clés des institutions forestières publiques wallonnes, nous pouvons remarquer que l’approche de l’adaptation défendue s’inscrit largement dans l’optique d’adaptation-résilience, c’est-à-dire plutôt une approche incrémentale. Elle s’illustre par la promotion de mesures sans-regret déjà connues et pratiquées avant que l’on ne se préoccupe de l’adaptation et qui se justifient d’autant plus depuis que celle-ci s’est constituée comme un enjeu à part entière. Cette approche de l’adaptation est cadrée de manière plus ou moins explicite sous l’angle de la gestion forestière durable, un principe qui se situe au cœur de l’article 1er du Code forestier et qui est promu notamment par la certification PEFC. La perspective du changement climatique n’a donc pas (encore) donné lieu à des initiatives plus transformationnelles, que ce soit au niveau technique – comme le recours à des expérimentations sur de nouvelles essences et provenances ou la transformation plus marquée de certains peuplements – ou au niveau de la gouvernance de la filière forêt-bois. Ainsi, il n’existe pas de concertation sur la thématique de l’adaptation au niveau régional incluant les différents segments de la filière, ni de débat collectif sur le cadrage de l’adaptation en tant qu’enjeu commun et multidimensionnel auquel différents sens et contenus peuvent être donnés.

34Si l’on s’intéresse plus particulièrement aux influences potentielles de ce contexte institutionnel sur la capacité d’adaptation des propriétaires forestiers privés, nous observons que les incitants qui leur sont adressés visent la mise en place de mesures favorisant la résilience de leurs forêts, conformément au cadrage dominant de l’adaptation, et sont surtout de nature règlementaire. Il peut s’agir de dispositions légales contraignantes (via le Code forestier) ou de guidance technique (à travers des circulaires notamment) – encore faut-il que ces seconds instruments soient connus et accessibles aux propriétaires. Une approche contractuelle et volontaire, par l’intermédiaire de la charte de gestion durable PEFC, constitue un autre dispositif qui peut influencer les pratiques forestières grâce à la promotion de certaines mesures, même si l’objectif d’adaptation n’est pas invoqué très explicitement dans la justification de ces dernières. Par ailleurs, les propriétaires forestiers privés devraient bénéficier des dispositifs de gestion de crise mis en place par la région, à travers des orientations stratégiques concernant l’ensemble de la forêt en cas de crise sanitaire ou de calamité. Cependant, les informations relatives à la concrétisation pratique de ces mécanismes vis-à-vis des propriétaires privés demeurent limitées vu la nouveauté de ces outils.

35Par ailleurs, certains leviers d’action – de nature économique et communicationnelle – sont peu mobilisés par les autorités publiques pour encourager les propriétaires forestiers privés à s’adapter. D’une part, les possibilités concrètes de subventions à la régénération – qui ont facilité l’installation par certains propriétaires d’un mélange d’essences (cf. supra) – ont été supprimées lors de la mise en place du nouveau Code forestier. Néanmoins, la suppression des droits de succession et de donation sur les bois sur pied constitue un facteur positif pour la plantation d’essences feuillues qui était découragée par le régime fiscal précédent. D’autre part, le mécanisme de marché sous-tendant le système de certification PEFC n’est pas réellement actif pour le moment, le prix de vente du bois certifié n’étant pas plus avantageux pour le propriétaire. Par ailleurs, les outils de communication sont assez restreints au niveau des administrations publiques forestières (ce qui ne veut pas dire qu’ils n’existent pas à d’autres niveaux, via les organismes de vulgarisation et formation). Ceux-ci sont d’abord contraints par des difficultés de contact direct avec les propriétaires privés – en raison d’un cadastre parfois défaillant et dont l’accès est très règlementé, même pour la région – ainsi que par des moyens budgétaires et humains limités pour ces actions. Enfin, les mécanismes participatifs en matière de politique forestière ouverts aux propriétaires – qui permettraient potentiellement une construction collective du diagnostic de vulnérabilité au changement climatique et un échange sur les trajectoires d’adaptation possibles – sont peu nombreux et jamais directs, la participation passant obligatoirement par les organisations de propriétaires. Cette très faible mobilisation d’instruments communicationnels peut être considérée comme une lacune puisque les représentations des risques climatiques et du besoin d’adaptation – susceptibles d’être influencées par la communication – constituent des variables importantes de la motivation des propriétaires à adapter leurs pratiques au changement climatique (cf. supra).

36Enfin, outre la faiblesse de certains incitants, le contexte législatif et règlementaire crée des contraintes vis-à-vis de certaines possibilités d’adaptation des propriétaires forestiers privés. Il s’agit en l’occurrence d’entraves à l’innovation qui peuvent défavoriser une adaptation de nature plus transformationnelle qu’incrémentale. Ainsi, le respect obligatoire, selon le Code forestier, du fichier écologique des essences – dont la logique est favorable a priori à l’adaptation en évitant que des essences ne subissent des stress additionnels dus à une mauvaise adéquation à la station – peut avoir un effet pervers. En effet, les plantations expérimentales avec des essences non incluses dans le fichier sont interdites sur des surfaces de plus de 50 ares d’un seul tenant (par tranche de 5 hectares de bois et forêts d’un même propriétaire). Ce frein n’est donc pas total mais représente une contrainte notable. Dans le même registre, il n’existe pas au niveau wallon de guidance concernant le choix de provenances pour d’autres essences que celles comprises dans le Dictionnaire des provenances recommandables (qui se calque grosso modo sur le fichier écologique des essences). De plus, la faiblesse des investissements régionaux dans la recherche génétique ralentit l’avancement des connaissances sur ce volet pourtant important pour l’adaptation. Par conséquent, les propriétaires qui sont tentés par des expérimentations doivent faire preuve d’une réelle motivation et de certaines compétences pour trouver les conseilleurs et informations nécessaires pour les opérationnaliser, ce qui limite très probablement le nombre de personnes susceptibles de se lancer dans une telle expérience. Nous pouvons cependant supposer que la révision du fichier grâce aux activités de l’Accord-cadre de recherche, en y intégrant de nouvelles essences, réduira la portée de cette limite à l’innovation dans un avenir proche. Enfin, comme déjà dit, des dispositions relatives à certaines unités de gestion Natura 2000 – affectant parfois l’ensemble des parcelles d’un propriétaire – limitent voire interdisent l’implantation d’essences non-indigènes. Dans ces situations, la règlementation s’oppose alors à une approche d’adaptation interventionniste pour imposer une approche reposant prioritairement sur des dynamiques naturelles.

Conclusion

37Cette contribution avait pour objectif, d’une part, d’illustrer la pratique de l’adaptation au changement climatique dans un contexte régional grâce à une étude empirique sur des propriétaires forestiers privés wallons et, d’autre part, d’amorcer une discussion sur l’influence du contexte institutionnel – ici de la politique forestière régionale – sur la capacité d’adaptation de ces acteurs.

38Les résultats de notre enquête montrent que des processus d’adaptation, à la fois planifiés et spontanés, se déroulent déjà actuellement. L’analyse a permis de découvrir six profils de propriétaires élaborés à partir de leurs comportements adaptatifs, levant une partie du voile sur les pratiques en vigueur à ce niveau. Ainsi, nous avons pu constater que des mesures adaptatives sont mises en œuvre intentionnellement dans certains cas, alors que dans d’autres elles sont motivées par un ou plusieurs autre(s) objectif(s) de gestion, sans conscience du besoin de s’adapter. Cette dernière adaptation, dite accidentelle, est facilitée par des aspirations des propriétaires compatibles avec certaines voies d’adaptation, notamment le respect des fonctions environnementales de leurs bois, un objectif qui a tendance à se renforcer chez les forestiers de la génération actuelle par rapport à leurs parents, dans la mouvance d’une forêt plus multifonctionnelle. Nous avons également relevé qu’une adaptation-résilience est pratiquée par la plupart des adaptateurs de notre échantillon – y compris de manière accidentelle – ce qui correspond à de nombreuses propositions de bonnes pratiques sylvicoles émanant des rapports wallons en la matière. En outre, certains propriétaires se distinguent par l’adoption de mesures plus innovantes, voire plus risquées, qui témoignent d’une proactivité et d’une anticipation spécifiques face au changement climatique. Ces personnes se situent dans une dynamique adaptative plus transformationnelle à travers une remise en question de certaines habitudes sylvicoles.

39Par ailleurs, l’analyse a dégagé des variables de natures assez différentes qui semblent influencer les comportements adaptatifs. Ainsi, nous pouvons conclure que les variables propres aux représentations individuelles ne sont pas à négliger, à côté d’autres caractéristiques relatives aux propriétés forestières et contextes de gestion. Si un consensus sur les déterminants de la capacité d’adaptation n’est pas encore atteint dans la littérature – et ne le sera peut-être jamais – ces considérations confirment la nécessité de dépasser une lecture principalement axée sur les composantes socio-économiques et/ou technologiques de ce concept (Magnan, 2013). Nos résultats s’inscrivent ainsi dans la lignée d’Adger et al. (2009), selon qui les limites de l’adaptation seraient autant, si pas plus, liées aux valeurs, croyances, perceptions, connaissances, structures de pouvoir contradictoires ou non au sein de la société plutôt qu’à des facteurs externes technologiques, économiques, écologiques et biophysiques. Dans une optique plus opérationnelle, les facteurs sociocognitifs mériteraient donc d’être mieux pris en compte dans les politiques et initiatives visant à encourager les pratiques d’adaptation de la part des propriétaires forestiers privés.

40À ce propos, en ce qui concerne l’articulation entre la capacité d’adaptation des propriétaires forestiers privés au niveau micro et le contexte institutionnel au niveau macro, notre discussion sur les influences de la politique forestière wallonne révèle plusieurs éléments. Premièrement, il semble que l’intégration progressive de l’enjeu de l’adaptation se traduise déjà par certains instruments politiques qui peuvent inciter les propriétaires à s’adapter. Cependant, certains leviers d’action susceptibles d’accroître la capacité d’adaptation de ces acteurs sont encore peu développés par les autorités publiques. Deuxièmement, des contraintes limitant les approches et possibilités d’adaptation des propriétaires sont créées par certains dispositifs règlementaires et de guidance forestière qui n’ont pas encore intégré pleinement la donne climatique, ainsi que par certaines lacunes au niveau de la recherche. On peut questionner le manque d’ouverture et de soutien à des approches plus innovantes, sachant que l’adaptation de la forêt wallonne dans son ensemble dépendra certainement des réponses multiples qui seront mises en œuvre, y compris en forêt privée (Lindner et al., 2010). En effet, un processus d’adaptation flexible et dynamique appuyé par un apprentissage continu dépend des possibilités de recadrages de la question, ces derniers permettant d’élargir le champ des perspectives et des options possibles et acceptables en matière d’adaptation en fonction des nouvelles connaissances et expériences mais aussi des préférences et valeurs portées par les différentes parties prenantes.

Cette recherche a pu être menée grâce au soutien financier de la Conférence permanente du développement territorial (Wallonie) attribué dans le cadre de la chaire doctorale.

Haut de page

Bibliographie

Adger W. N., Agrawala S., Mirza M. M. Q. et al., « Assessment of adaptation practices, options, constraints and capacity », in Parry M. L., Canziani O. F., Palutikof J. P., et al. (Eds.), Climate change 2007: Impacts, adaptation and vulnerability. Contribution of Working Group II to the Fourth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, Cambridge, Cambridge University Press, 2007, p. 717-743.

Adger W. N., Dessai S., Goulden M. et al. « Are there social limits to adaptation to climate change? », Climatic Change, n° 93, 2009, p. 335-354.

Blennow K., Persson J., Tomé M., et al. « Climate change: believing and seeing implies adapting », PLOS One, n° 7/11, 2012, p. 1-7.

DGARNE, Les indicateurs clés de l’environnement wallon, Namur, 2012, 164 p.

Fankhauser S., Smith J. B., Tol R. S. J., « Weathering climate change: some simple rules to guide adaptation decisions », Ecological Economics, n° 30, 1999, p. 67–78.

GIEC, Bilan 2007 des changements climatiques. Contribution des groupes de travail I, II et III au quatrième rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, GIEC, Genève, 2007, 103 p.

GIEC, « Résumé à l’intention des décideurs » in, Gestion des risques de catastrophes et de phénomènes extrêmes pour les besoins de l’adaptation au changement climatique, Rapport spécial des Groupes de travail I et II du Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat, Cambridge University Press, Cambridge et New York, 2012 (a), p. 1-20.

GIEC, « Glossary of terms » in Managing the Risks of Extreme Events and Disasters to Advance Climate Change Adaptation, A Special Report of Working Groups I and II of the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC), Cambridge University Press, Cambridge and New York, 2012 (b), p. 55-564.

Grothmann T, Patt A., « Adaptive capacity and human cognition », presentation at the Meeting of the Global Environmental Change Research Community, Montreal, 16-18 October 2003.

Grothmann T., Patt A., « Adaptive capacity and human cognition: the process of individual adaptation to climate change », Global Environmental Change, n° 15, 2005, p. 199-213.

Kates R. W., Travis W. R., Wilbanks T. J., « Transformational adaptation when incremental adaptations to climate change are insufficient », Proceedings of the National Academy of Sciences, n° 109/19, 2012, p. 7 156-7 161.

Laurent C., Perrin D. (coords.) et al., Le changement climatique et ses impacts sur les forêts wallonnes. Recommandations aux décideurs et aux propriétaires et gestionnaires, Rapport final du groupe de travail « forêt et changement climatique », 2009, 44 p.

Lindner M. et al., « Climate change impacts, adaptive capacity, and vulnerability of European forest ecosystems », Forest Ecology and Manadement, n° 259, 2010, p. 698-709.

Lucier A., « Forest responses and vulnerabilities to recent climate change » in Seppälä R., Buck A., Katila P., Adaptation of forests and people to climate change- A global assessment report, International Union of Forest Research Organizations, World Series n° 22, 2009, p. 29-52.

Magnan A., Changement climatique : tous vulnérables ?, Éditions Rue d’Ulm, Paris, 2013, 68 p.

Marshall N.A., « Understanding social resilience to climate variability in primary entreprises and industries », Global Environmental Change, n° 20, 2010, p. 36-43.

Ministère de la Région wallonne, Décret relatif au Code forestier, 15 juillet 2008, Namur.

Pelling M., Adaptation to Climate Change: From Resilience to Transformation, Routledge, London, 2011, 203 p.

Région wallonne, Agence wallonne de l’air et du climat, L’adaptation au changement climatique en région wallonne, Rapport final, 31 mai 2011, 170 p.

Rondeux J., « La forêt wallonne, réalités, enjeux et prospective » in Bourdeau P., Zaccaï E., The Millenium Ecosystem Assessment Implications for Belgium. Proceedings of a Conference held in Brussels on 27 October 2006, The Royal Academies of Sciences and the Arts of Belgium, Brussels, 2007, p. 77- 90.

Smit J.B., Pilifosova O, « From adaptation to adaptive capacity and vulnerability reduction » in Smit J.B., Klein R.J.T., Hug S, Climate Change, Adaptive Capacity and Development, Imperial College Press, London, 2003, p. 9-29.

Smit B., Wandel J., « Adaptation, adaptive capacity and vulnerability », Global Environmental Change, n° 16, 2006, p. 282-292.

Haut de page

Notes

1 « Le développement durable des bois et forêts implique plus particulièrement le maintien d’un équilibre entre les peuplements résineux et les peuplements feuillus, et la promotion d’une forêt mélangée et d’âges multiples, adaptée aux changements climatiques et capable d’en atténuer certains effets » (ministère de la Région wallonne, 2008, p. 1).

2 Notamment 1- L’ obligation d’adapter l’essence à la station selon le fichier écologique des essences (article 40), afin de faire concorder au mieux les exigences des espèces forestières avec les caractéristiques du milieu ; 2- La limitation du drainage (article 43), dans un objectif de préservation de l’eau ; 3- La limitation des coupes à blanc (pas plus de 5 ha d’un seul tenant pour les résineux et de 3 ha pour les feuillus) (article 38), afin de limiter les pertes d’ éléments minéraux et la destruction de la litière et les impacts de ces pertes sur l’hydrologie ; et 4- La suppression des droits de succession sur le capital sur pied (pour les propriétés privées) (article 116) qui rend les choix sylvicoles moins dépendants de contraintes fiscales, ne dévalorise plus les essences à longue révolution (feuillus) et n’incite plus le propriétaire à couper à blanc en prévision de la succession, avec un effet positif pour le maintien d’un couvert végétal.

3 Par exemple une circulaire relative à la gestion des pessières (peuplements d’épicéas) dans un contexte de changements globaux y compris climatiques, et une circulaire sur la sylviculture irrégulière Pro Silva.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Boisement des régions naturelles
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1093/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Tableau 1 - Les impacts sur les forêts et la sylviculture
Crédits Source : Région wallonne, Agence wallonne de l’air et du climat, 2011, p. 98.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1093/img-2.png
Fichier image/png, 48k
Titre Fig. 2 - Profils d’adaptation
Crédits Source : V. Van Gameren (CC = changement climatique)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1093/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valentine Van Gameren, « L’adaptation de la gestion forestière privée au changement climatique : le cas wallon », Sud-Ouest européen, 37 | 2014, 63-75.

Référence électronique

Valentine Van Gameren, « L’adaptation de la gestion forestière privée au changement climatique : le cas wallon », Sud-Ouest européen [En ligne], 37 | 2014, mis en ligne le 21 juillet 2015, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/1093 ; DOI : 10.4000/soe.1093

Haut de page

Auteur

Valentine Van Gameren

Doctorante, Institut de Gestion de l’environnement et de l’aménagement du territoire, Centre d’études du développement durable, Université Libre de Bruxelles, ULB IGEAT (cp130/03), 50, avenue FD Roosevelt B - 1050 Bruxelles,vvgamere@ulb.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals