Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Prévenir ou s’adapter ? La vision...

Prévenir ou s’adapter ? La vision des acteurs locaux du risque inondation dans le contexte du changement climatique

When it comes to choosing between prevention and adaptation – How, in this time of climate change, local actors understand the flooding threat?
¿ Prevenir o adaptarse ? La visión de los que actúan a nivel local del riesgo de inundación en el contexto del cambio climático
Maud Dugast et Anne Gassiat
p. 77-90

Résumés

Le changement climatique, avec une augmentation possible des évènements extrêmes, peut être assimilé à un risque climatique. À ce titre, il force à questionner la politique de prévention des risques naturels. Le fleuve Garonne et l’estuaire de la Gironde sont deux espaces continus régulièrement inondés, le long desquels se concentrent d’importants enjeux. En allant à la rencontre des acteurs locaux (régions, départements, communes), nous avons tenté de savoir s’ils intégraient le changement climatique dans la mise en œuvre de la politique de prévention des inondations. À partir de leurs discours, nous avons montré que leurs trajectoires de vulnérabilité sont très éloignées de la problématique du changement climatique, mais que la politique d’adaptation au changement climatique peut influencer la reconfiguration de la politique de prévention des risques.

Haut de page

Texte intégral

1Soixante et un pourcent des Français pensent que le changement climatique est une réalité (MEDDE, 2013). Même si le lien entre le changement climatique et une recrudescence possible des évènements extrêmes n’est pas avéré, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) pense qu’il est probable que le nombre de pluies torrentielles soit en augmentation au cours du XXIe siècle dans beaucoup de régions (GIEC, 2012). Ces pluies sont à l’origine des inondations dans la plupart des configurations fluviales. En se conjuguant à des tempêtes ou à de forts coefficients de marée, elles peuvent également provoquer en zones littorales et estuariennes des submersions marines. Dans les deux cas (fluvial ou littoral), l’eau sort de ses limites habituelles et entraîne la submersion d’espaces habituellement exondés, créant des dégâts plus ou moins sévères.

2D’après une estimation du ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie (MEDDE), environ 6,4 millions d’habitants (y compris à la Réunion) vivaient en 2008 dans des zones inondables en bord de fleuves et de cours d’eau. En 2010, l’INSEE recensait une population quasiment équivalente sur les communes littorales métropolitaines (6,16 millions) (Observatoire national de la mer et du littoral). Au total, un peu moins de 20 % de la population française serait potentiellement concernée par des inondations, consécutives aux crues ou aux submersions marines. Le MEDDE a recensé au cours des trois dernières décennies, plusieurs inondations remarquables1 : les inondations de Nîmes (1988), la catastrophe de Vaison-la-Romaine (1992), la tempête de 1999 (Lothar au Nord de l’Europe et Martin dans le Sud – France, Espagne et Italie), les inondations de l’Aude (1999), les tempêtes Klaus (2009) et Xynthia (2010). Les inondations n’ont pas toutes un caractère catastrophique, elles se distinguent en effet par leur intensité (vitesse de l’eau, volume écoulé, hauteur) et surtout par leur effet dévastateur sur les habitants et les milieux. Ces paramètres sont essentiels pour comprendre les dommages et instaurer une politique de prévention efficace et adaptée (Vinet, 2010). En France, la politique de prévention des inondations repose principalement sur deux outils, les zonages du risque et l’information préventive. L’un tente de limiter les constructions dans les zones inondables, l’autre consiste à informer les populations des risques existants tout en développant la culture du risque. Idéalement, la politique devrait viser à réglementer l’occupation des sols dans les zones les plus exposées, en associant la prévention des risques et l’indemnisation des victimes. Mais, « en facilitant les indemnisations, le système français empêche la mise en place de solutions préventives » (Douvinet, Vinet, 2012). Cette indemnisation se fait par l’intermédiaire d’une procédure de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle qui permet aux sinistrés assurés d’être remboursés des dommages causés par l’inondation et de reconstruire leur bien la plupart du temps à l’identique.

3Avec l’augmentation des évènements climatiques exceptionnels, le développement de l’urbanisation sur les zones sensibles (littoral ou fluvial) et la remise en cause de la politique de prévention (Dubois-Maury, 2002 ; Le Bourhis, 2007) se pose la question de savoir si le changement climatique peut faire évoluer les pratiques actuelles. Dans ce papier, nous parlerons du changement climatique au singulier, pour évoquer le phénomène dans sa globalité, en le considérant comme un objet géographique unique. Mais nous en parlerons aussi au pluriel, en le considérant alors comme un ensemble de perturbations ou comme un ensemble de forces externes poussant les sociétés à s’adapter (Godard, 2010). Les changements climatiques peuvent être localisés du fait qu’ils portent des enjeux territorialisés (îlots de chaleur, submersions marines, crues…). C’est pourquoi « ils doivent être compris en référence aux risques climatiques en général et sur la toile de fond d’une exposition grandissante des sociétés aux aléas climatiques principalement causés par des changements démographiques, sociaux et économiques » (Weikmans, 2011). En nous focalisant sur un évènement naturel, les inondations, notre objectif est de montrer si les politiques publiques se saisissent, interprètent ou intègrent les changements climatiques. Dès lors, que nous admettons que le changement climatique est un problème politique, en lien avec les risques naturels, peut-il être traité sur le plan de la prévention ou seulement sur celui de l’adaptation ? Peut-on rapprocher ces deux plans et comment ? Autrement dit, la politique d’adaptation au changement climatique (plus récente) permet-elle de repenser la politique de prévention des risques (plus ancienne) ?

4Dans cette contribution, nous nous interrogeons sur la façon dont les acteurs locaux en charge de la mise en œuvre de la politique de prévention des risques naturels se saisissent du discours des experts du GIEC sur la probable recrudescence des évènements extrêmes. Il s’agit d’étudier la politique de prévention du risque dans un contexte de changement climatique. Les résultats présentés sont issus d’une recherche empirique, basée sur l’analyse du discours d’acteurs institutionnels à différentes échelles locales (région, département et commune) sur un terrain où s’exprime le mieux les enjeux liés aux inondations fluviales et/ou estuariennes, le continuum Garonne-Gironde (Sud-Ouest de la France). Nous faisons l’hypothèse que le choix des politiques est difficile entre prévention et adaptation, mais que ces deux approches présentent des similitudes et des différences qui pourraient être complémentaires. Dans une première partie, nous exposons ces convergences et divergences. La deuxième partie présente les principaux outils de la politique de prévention des risques inondations, ainsi que notre méthode et notre terrain de recherche. À partir de la synthèse des discours des acteurs, nous analysons dans la troisième partie les trajectoires possibles de la vulnérabilité sur la Garonne-Gironde, ainsi que la place du changement climatique. Enfin, dans la dernière partie, nous proposons une évolution possible de la politique de prévention des risques en s’appuyant sur la politique d’adaptation au changement climatique. De la même façon que les catastrophes naturelles ont souvent permis un réajustement de la politique de prévention des risques naturels, le changement climatique et ses impacts possibles pourraient être un prétexte pour (re)questionner cette politique.

Ce que les changements climatiques apportent aux risques et inversement

5Le changement climatique est un phénomène spatial dont la saisie par le chercheur est d’ordre cognitif (Garcia, 2010). Il est devenu un construit social (Tubiana et al, 2010) au même titre que le risque naturel (Dubois-Maury, 2002 ; Veyret, 2004 ; Beucher, Rode, 2009 ; Leone et al, 2010 ; Vinet, 2010). Tous deux mettent en jeu un processus biophysique dont le déclenchement imprévu est perçu comme une menace potentielle pour la société (Veyret, 2004). Dans ce sens, ils présentent des similitudes, mais aussi des différences.

Des notions communes : vulnérabilité, aléa, résilience

6Trois notions sont communément mobilisées pour parler des risques ou des changements climatiques. Il s’agit de la vulnérabilité, de l’aléa et de la résilience. Les définitions qui suivent montrent une forte imbrication de ces notions pour définir le risque et le changement climatique.

7La vulnérabilité est un concept complexe (Thouret et D’Ercole, 2006 ; Magnan, 2010), difficile à cerner dans la mesure où il existe une pluralité de définitions qui peuvent se révéler contradictoires (Vinet, 2010). En 2001, un rapport du GIEC définit la vulnérabilité comme « le degré auquel un système risque de subir ou d’être affecté négativement par des effets néfastes des changements climatiques, y compris la variabilité climatique et les phénomènes extrêmes ». À la même période, Dauphiné (2001) propose deux définitions. La première dite analytique est donnée par le guide général des Plans de prévention des risques naturels, édité en 1999 par le ministère de l’Aménagement et de l’Environnement : « la vulnérabilité, au sens le plus large, exprime le niveau de conséquences prévisibles d’un phénomène naturel sur les enjeux » (c’est-à-dire les hommes, leurs biens et les milieux dans lesquels ils vivent). À cette première définition, considérée comme trop restrictive, trop comptable, s’oppose une seconde qui introduit la fragilité d’un système dans son ensemble. Elle est qualifiée de vulnérabilité synthétique, car elle fait appel à la notion de résilience (capacité d’un socio-écosystème à absorber le changement, à persister au-delà d’une perturbation).

8Mais la vulnérabilité ne dépend pas que de la sensibilité et de la capacité d’adaptation d’un système, elle dépend aussi du caractère, de l’ampleur et du rythme du changement climatique (GIEC, 2001). Ce dernier point introduit la notion d’aléa. Au sens restreint, l’aléa désigne la probabilité d’occurrence d’un phénomène (Veyret, 2004), mais il s’avère que cette notion est plus difficile à appréhender qu’il n’y paraît. L’aléa est également fonction de l’intensité du phénomène climatique, de sa durée et de l’espace affecté. Sa probabilité est alors calculée à partir des probabilités des différentes causes pouvant conduire à la catastrophe. L’aléa devient le résultat d’un calcul complexe, établi sur une connaissance toujours incomplète du phénomène (Dauphiné, 2001). Le risque naturel considéré communément comme le produit d’un aléa par une vulnérabilité (Veyret, 2004 ; Antoine et al, 2008 ; Leone et al, 2010 ; Vinet, 2010) peut s’entendre également comme un composé de vulnérabilité physique et de vulnérabilité sociale (Blaikie et al, 1994 ; Dessai, Hulme, 2004 ; Barroca et al, 2013). La vulnérabilité physique regroupe les notions d’aléa, de probabilité, d’expositions et d’enjeux, alors que la vulnérabilité sociale fait appel à différentes capacités (d’anticiper l’aléa, de faire face à l’urgence…) y compris à la résilience (Barroca et al, 2013).

9Les politiques de préventions des risques ou d’adaptation au changement climatique s’appuient sur ces trois concepts, qui définissent le risque et le changement climatique (Dugast, 2012). Cependant les sociétés humaines ont une représentation sans cesse mouvante du risque ; en réduisant certains aléas, elles apprécient différemment leur degré de vulnérabilité au cours du temps. Cette évolution de la représentation du risque explique qu’il reste une notion souvent mal expliquée et mal comprise, qui peut entraîner un sentiment de défiance envers les experts. Le risque relève en effet aussi bien du probable que de l’incertitude ; il n’est jamais définitif et son appréciation varie dans le temps et dans l’espace. C’est pourquoi ces politiques restent difficiles à mettre en œuvre. Tubiana et al (2010) évoquent pour l’adaptation trois raisons principales à cette complexité. La première renvoie à la dimension temporelle de l’adaptation, considérée comme un processus qui se fait sur le temps long. La deuxième évoque le caractère évolutif de l’adaptation. Enfin la troisième raison est assimilée aux incertitudes qui entourent les impacts du changement climatique. Sur tous ces points, de profondes similitudes apparaissent entre adaptation au changement climatique et prévention du risque, ce qui nous amène à présenter une autre similitude : la culture du risque.

La culture du risque : « l’affaire de tous » pour l’adaptation et la prévention

  • 2 L’anthropocentrisme est une conception qui appréhende la nature comme une ressource au service de l (...)
  • 3 Le biocentrisme est une conception du monde plaçant la nature au cœur de ses préoccupations, rejeta (...)

10Le risque naturel est une conception récente, « enfanté » par une société post-industrielle en forte demande sécuritaire qui serait devenue une « société du risque » (Beck, 2001). Pour Giddens, cité par Peretti-Wattel (2010), la société du risque « désigne la société moderne, marquée par le déclin de la tradition, l’emprise du progrès scientifique sur nos existences, qui remplace l’emprise qu’exerçait autrefois la nature ». Cet antagonisme homme/nature se retrouve dans la définition de l’adaptation que donnent le GIEC (2001) et l’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique (ONERC, 2007). Il s’agit pour eux d’« un ajustement des systèmes naturels ou des systèmes humains face à un environnement changeant ». En 2007, la définition du GIEC évolue, elle devient plus opérationnelle ; « l’adaptation consiste en des initiatives et des mesures prises pour réduire la vulnérabilité à la fois des systèmes naturels et humains aux effets des changements climatiques réels ou prévus ». Ces définitions restent vagues, difficiles à interpréter et amènent à s’interroger sur le rapport entre les systèmes humains et les systèmes naturels. Elles renvoient à une conception systémique des processus physiques et des processus sociaux. Alors qu’en 2001, les deux processus semblent conçus indépendamment l’un de l’autre (utilisation du « ou »), en 2007 l’opposition homme/nature est moins nette (utilisation du « et »). Les visions antagonistes entre anthropocentrisme2 et biocentrisme3 tendent à se lisser, ou du moins comme le précise Antoine et al (2008) à propos du risque naturel, le changement climatique perturbe aussi cet antagonisme.

11Mais finalement, ce qui paraît aussi important c’est la façon dont le GIEC considère le changement climatique. Pour lui, c’est un phénomène planétaire pouvant influencer les sociétés humaines et qui tend à apparaître comme un défi sociétal. La dramatisation qui l’accompagne, interpelle la responsabilisation des individus. Ainsi l’adaptation « nous concerne tous, habitants de la planète, dans nos différentes pratiques quotidiennes, quel que soit le lieu où nous vivons ou le système politique qui nous gouverne […], chacun y concourant par son comportement » (Millier, Hubert, 2009). Elle est présentée comme « l’affaire de tous ».

  • 4 Sensibilisation des populations, apprentissage généralisé des gestes de secours, nouvel élan pour l (...)

12Pour la politique de prévention des risques, la « culture du risque » englobe l’information préventive, le souvenir et l’expérience par rapport à des évènements passés, mais elle laisse de côté les autres critères sociaux (perception, représentation, sensibilisation) qui ont un rôle majeur dans l’appréhension du risque inondation (Douvinet et al., 2011). En effet, si l’histoire nourrit la culture du risque (Cœur et al, 1998), notamment à travers une meilleure définition de l’aléa, elle ne suffit pas pour comprendre les représentations et la perception des risques. Pourtant, l’État se focalise principalement sur l’information auprès des populations pour développer une véritable culture du risque au niveau local. Il insiste aussi sur le fait que la sécurité civile est l’affaire de tous4 (loi du 13 août 2004). Plusieurs outils ont été mis en place, œuvrant dans ce sens ; ils sont détaillés dans la partie II.

13Au final, la culture du risque impose de vivre avec (le risque) et d’agir pour réduire la vulnérabilité que ce soit pour la prévention ou l’adaptation. Une des réponses possibles pour réduire la vulnérabilité est l’élaboration de zonages du risque et la prise en compte de trajectoires de vulnérabilité. Les zonages sont le propre de la politique de prévention des risques, les trajectoires de vulnérabilité concernent plus la politique d’adaptation au changement climatique.

Des spécificités : zonages et trajectoires de vulnérabilité

14Les zonages sont une spécificité de la politique de prévention des risques. Comme beaucoup de politiques publiques (agro-environnementale, Gassiat, Zahm, 2013 ; sociale et éducative, David, 2007), celle de la prévention des risques a vu se succéder plusieurs tentatives de zonages. La première date de 1935, avec les Plans des surfaces submersibles (PSS). Les PSS font suite aux crues dévastatrices, qui touchent le Sud-Ouest de la France en mars 1930. Avec ces zonages, l’État souhaitait limiter les obstacles au libre écoulement des eaux et conserver les champs d’expansion des crues. En raison de la lourdeur de la procédure et de la pression des élus locaux, peu de PSS seront adoptés (Pottier, 1998). Cependant ils permettent d’avoir une meilleure connaissance de la délimitation des zones à risques (Reliant, 2004). Il faut attendre 1982 pour qu’un nouvel outil, les Plans d’exposition aux risques (PER), vienne compléter les PSS. Mais souffrant d’une trop grande complexité, notamment sur la question foncière, ils ne seront pas mis en œuvre (Dubois-Maury, 2002 ; Le Bourhis, 2007). Mais l’outil phare de contrôle de l’urbanisation en zones sensibles restera sans conteste les Plans de prévention des risques naturels prévisibles (PPR) instaurés dans le cadre de la loi dite « Barnier » en 1995 (cf. partie II-1). L’élaboration de ces zonages s’inscrit dans une forme de géographie hiérarchisée de l’action publique, qui se base sur une approche fonctionnelle ou « réaliste » (Gassiat, Zahm, 2013). Elle aboutit en conséquence à la constitution de « zonages de l’aléa » plus que de « zonages du risque ». Ces « zonages de l’aléa » sont le résultat intangible des approches descendantes (top-down) de la politique de prévention des risques naturels.

15Pour l’élaboration de la politique d’adaptation au changement climatique, Dessai et Hulme (2004) montrent la complémentarité des approches descendante et ascendante (bottom-up) et l’imbrication des échelles spatiales et temporelles pour réduire les vulnérabilités (Bertrand, Simonet, 2012). L’approche descendante est une approche « institutionnelle » ou « planificatrice ». Elle constitue une voie pertinente pour le développement mondial. Celui-ci est conditionné par la gouvernance mondiale largement influencée par la logique d’atténuation (réduction des émissions des gaz à effet de serre) et les modèles climatiques globaux. L’élaboration de ces modèles permet de réaliser des projections climatiques généralistes à l’échelle des grandes régions du monde (Afrique, Amérique latine, Europe, Océanie…) voire des pays. Le défi actuel auquel font face les scientifiques est la réduction des incertitudes des modèles climatiques à une échelle locale (région, département, commune). Le développement des connaissances scientifiques doit permettre de réduire ces incertitudes afin de déterminer les impacts locaux du changement climatique. C’est par l’identification de ces impacts qu’à moyen et long terme la vulnérabilité (physique) d’un phénomène climatique extrême pourra être réduite.

16L’approche ascendante est qualifiée de « participative » ou « adaptative ». Elle permet d’intégrer les acteurs territoriaux en prenant en compte leurs besoins et leurs représentations sociales dans l’élaboration de la politique. Elle est basée sur l’expérience de l’aléa et la réponse apportée par la société plutôt que sur sa planification. Les facteurs d’influences de la vulnérabilité (sociale), présents aux différentes échelles territoriales et temporelles, sont alors déterminés par des indicateurs basés sur plusieurs critères. L’analyse de l’interaction de ces indicateurs permet d’identifier les capacités d’adaptation des systèmes humains et d’évaluer des trajectoires de vulnérabilité, telles que proposées par Magnan et al (2012). Cette approche prend en compte les vulnérabilités passées et présentes des sociétés et leurs dynamiques territoriales, en faisant l’hypothèse qu’ « une vision holistique et dynamique de la vulnérabilité aux risques naturels peut aider à renseigner, sur des bases empiriques, celle au changement climatique » (Magnan et al, 2012).

17La politique d’adaptation au changement climatique renvoie à la nécessité de penser les instruments d’une gouvernance adaptative à différentes échelles. Le changement climatique guidant les réflexions sur les stratégies de développement et les capacités à s’adapter, il est pertinent d’étudier son implication dans la mise en œuvre de la politique de prévention des risques inondations.

Politique et acteurs locaux de la prévention des inondations

La prévention entre zonages et informations

  • 5 Chaque département adopte une classification particulière : zone rouge non constructible et zone bl (...)

18Depuis le milieu des années 1990, les zonages du risque se sont renouvelés (tabl. 1), avec en premier lieu la création des Plans de prévention des risques (PPR). Leur élaboration s’appuie en principe sur deux concepts clés du risque, l’aléa (c’est-à-dire la crue dite de référence, en général la crue centennale) et la vulnérabilité (des personnes, des biens et des activités exposés au risque). Or, la vulnérabilité n’est pas intégrée dans la carte des PPR, seul l’aléa est retenu (Pigeon, 2007 ; Tricot, 2008). De plus, d’un département à l’autre, la construction des zonages varie en fonction du choix de la crue de référence (aléa) et par conséquent aboutit à des délimitations différentes, mais aussi à une classification des zonages distincts5. Douvinet et al. (2012) parlent ainsi de course à la multiplication des zonages, qui traduit les différentes négociations au niveau local. Au final, leur mise en œuvre ne se fait pas sans difficultés (Beucher, Rode, 2009).

19Pour pallier ces difficultés, l’État s’efforce dès 2002 de mettre en cohérence l’ensemble des dispositifs de prévention des inondations, en instaurant les Programmes d’actions de prévention des inondations (PAPI). Pour le ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie (MEDDE)6, « les PAPI visent à inciter les opérateurs locaux à renforcer les approches à l’échelle des bassins, à développer la culture du risque, à améliorer les dispositifs de surveillance, de prévision et d’alerte, à favoriser les actions de ralentissement dynamique, ainsi qu’à réduire la vulnérabilité ». Les PAPI marquent une évolution dans la politique de prévention des risques naturels. Ils illustrent le passage d’une concertation affichée à la prise en compte des projets communaux en développant une relation partenariale entre l’État et les acteurs locaux (communes, communautés de communes, syndicats d’assainissement…). Vitrine actuelle du MEDDE, ils préfigurent la « Directive inondation » qui vise à assurer une plus grande efficacité des actions publiques nationales et territoriales suite aux inondations survenues en Europe depuis une décennie (Vinet, 2010). La Directive inondation incite les pouvoirs publics à évaluer (Évaluation préliminaire des risques d’inondation–EPRI) et à identifier des territoires à risques d’inondation (TRI), en vue d’élaborer un Plan de gestion des risques d’inondation (PGRI) pour décembre 2015.

20Parallèlement à ces zonages réglementaires, l’information préventive constitue un des piliers majeurs de la politique de prévention des risques. Trois outils ont été mis en œuvre aux échelles départementales et communales :

  • le Dossier départemental sur les risques majeurs (DDRM), en diagnostiquant l’aléa, vise à informer et sensibiliser les citoyens mais aussi les élus de tous les risques majeurs (naturels et technologiques) auxquels est soumis le département. C’est la déclinaison départementale de la politique nationale ;

  • le Document d’information communal sur les risques majeurs (DICRIM) est élaboré par les maires à partir du DDRM, afin d’informer les citoyens des risques encourus dans leur commune ; il est théoriquement consultable par tous les citoyens en mairie ;

  • le Plan communal de sauvegarde (PCS) vient en complément des deux outils précédents, il est le résultat d’une dynamique globale insufflée au niveau national au début des années 2000 par la loi du 30 juillet 2003 et celle du 13 août 2004 dite de « modernisation de la sécurité civile ». Cette dernière repose sur une gouvernance multipartenariale et annonce une responsabilité partagée entre État, élus et citoyens.

21L’ensemble de ces outils de prévention ne peut exister sans les acteurs locaux responsables de leurs mises en œuvre sur le continuum Garonne-Gironde. C’est donc tout naturellement vers eux que s’est focalisée notre recherche empirique.

Tableau 1 - Les zonages réglementaires initiés par la politique de la prévention des risques naturels (de 1995 à 2007)

Outils

Principaux objectifs

Loi du 2 février 1995 dite loi « Barnier » relative au renforcement de la protection de l’environnement.

PPR

Réduire la vulnérabilité des espaces exposés aux inondations, mouvements de terrain, tempêtes, avalanches ou séismes.

Programme d’action pour la prévention des inondations (Appel à projet lancé en 2002).

PAPI

Privilégier la préservation de l’espace de mobilité des cours d’eau et des zones humides.

Directive 2007/60/CE du Parlement Européen et du Conseil du 23 octobre 2007 dite « Directive Inondation ».

EPRI

TRI

PGRI

Établir un cadre pour l’évaluation et la gestion globale des risques d’inondations afin de garantir une réponse homogène sur le territoire (MEDDTL, 2011).

Les acteurs du continuum Garonne-Gironde

22Le bassin Adour-Garonne, d’une superficie de 115 000 km² (soit un cinquième de la France), est limité à l’est par la ligne de partage des eaux entre la Méditerranée et l’Océan Atlantique. Il est traversé principalement par le corridor fluvial de la Garonne, qui devient au moment de sa confluence avec la Dordogne, l’estuaire de la Gironde. Sa situation, au carrefour des montagnes pyrénéennes, de l’Océan Atlantique et des influences méditerranéennes, fait qu’il concentre sur son espace des inondations inhérentes à des crues fluviales ou à des submersions marines (parfois concomitantes). L’EPRI Adour-Garonne a retenu six évènements marquants, allant de la crue de la Garonne de juin 1875 à la submersion marine provoquée par la tempête Xynthia en février 2010 (DREAL, 2012). Tous ces évènements ont touché une grande partie du bassin versant avec, pour chacun d’eux, plusieurs dizaines de morts.

  • 7 DREAL : Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Aquitaine, Midi-Py (...)
  • 8 DDT/M : Direction départementale des territoires et de la mer (Haute-Garonne, Tarn-et-Garonne, Lot- (...)
  • 9 5 communes du Médoc (partie estuarienne) et 4 communes en amont de Langon (partie fluviale), toutes (...)

23Six régions administratives (dont Aquitaine et Midi-Pyrénées en intégralité, et Poitou-Charentes à moitié), 19 départements et plus de 6 500 communes composent le bassin versant Adour-Garonne. Pour étudier la déclinaison de la politique de prévention des risques naturels aux échelles locales, nous nous sommes concentrées sur le continuum Garonne-Gironde, compris comme une entité fluvio-estuarienne particulièrement sensible aux inondations (crues et submersions marines). 18 acteurs institutionnels ont été retenus. Ils se répartissent selon trois échelons d’action : la région (3 DREAL7), le département (6 DDT/M8) et la commune (9 Maires9) (fig. 1).

24Les DREAL ont un rôle de coordination et d’animation, notamment pour la cartographie, l’information préventive et la vigilance « crues ». Les DDT/M disposent d’une expertise technique reconnue, qu’elles mettent à la disposition à la fois de l’État pour conduire ses politiques, mais aussi des collectivités locales pour les missions qu’elles lui confient. Elles ont en charge l’application de la politique de prévention des risques naturels et la mise en œuvre des outils réglementaires auprès des collectivités locales. Quant aux communes, elles peuvent assurer la maîtrise d’ouvrage des travaux de protection, l’entretien des milieux et la gestion des secours. Les maires, en tant que responsables de la sécurité des habitants sur leur commune, sont tenus de les informer des risques en diffusant le DICRIM et en affichant le PPR. Leur proximité avec la population en font des acteurs privilégiés de la gestion publique.

25L’ensemble des entretiens semi-directifs ont fait l’objet d’une analyse thématique afin de mettre en évidence les convergences et les divergences des discours des acteurs institutionnels sur deux thèmes principaux : 1- Le risque inondation et ses trajectoires de vulnérabilité et 2- Le changement climatique. Il s’agit dans les deux cas de saisir les interprétations qu’en font les acteurs aux différentes échelles territoriales (région, département et commune). Le nombre d’acteurs rencontrés peut paraître limité étant donnée l’étendue du bassin Adour-Garonne, aussi avons-nous privilégié les acteurs qui avaient une expérience du risque inondation, issue soit de leur activité professionnelle, soit de leur vécu (notamment les maires rencontrés avaient passé pour la plupart leur enfance dans leur commune), soit des deux. Ces expériences ont été dévoilées lors des entretiens. Nous nous sommes également intéressées à des zones à faible densité humaine, donc a priori plus rurales qu’urbaines.

Fig. 1 - Localisation des institutions enquêtées sur le bassin versant Adour-Garonne : DREAL, DDT/M et Mairies

Fig. 1 - Localisation des institutions enquêtées sur le bassin versant Adour-Garonne : DREAL, DDT/M et Mairies

Le risque inondation à l’aune du changement climatique : discours des acteurs locaux

26Les discours des acteurs sont analysés selon trois échelles, quand leurs propos sont cités seul le niveau d’échelle auquel ils appartiennent est mentionné : région (REG), département (DEP) et commune (COM). Aucune autre distinction n’a été faite au sein de ses trois groupes d’acteurs institutionnels.

Le risque inondation, entre refus et « vivre avec » : quelles trajectoires ?

27Jusque dans les années 1970, les campagnes étaient avant tout peuplées d’habitants sédentaires, qui savaient réagir en cas de catastrophes et n’avaient pas l’habitude de demander de l’aide (COM). L’arrivée progressive de nouveaux habitants dans ces zones a fait basculer la façon de voir les inondations : « il faut se protéger des inondations, à n’importe quel prix, plus jamais d’eau chez nous » (REG). Au-delà du refus d’affronter le risque se lit le refus d’assumer les contraintes liées à la prévention (alerte, restriction de l’occupation du sol, plan communal de sauvegarde, réalisation des documents informatifs comme le DICRIM). Ce refus comporte une dimension politique : « si l’élu considère que le PPRI est une contrainte au développement local de sa commune et que ça peut lui être défavorable politiquement, il ne va pas vouloir l’appliquer » (REG). À cette dimension politique s’ajoute un problème d’ordre temporel. En effet, les élus gèrent à court terme la prévention des risques, à l’échelle d’un ou deux mandats. Or cette politique doit s’intégrer dans une dimension temporelle plus longue : « on a une distorsion entre un PPRI sur le long terme et le mandat d’un maire sur 6 ans » (DEP). Mais il semble qu’un virage s’ opère, « avant on avait tendance à faire plus de protection, maintenant les actes forts portés par les politiques de l’État poussent à développer la connaissance, les plans de secours, la prévention » (REG). Cette idée de protection à tout prix se perpétue, y compris dans les PAPI en cours de construction. Des actions de prévention trouvent cependant leur place dans ces programmes, notamment celles d’adaptation du bâti afin de rendre les constructions moins vulnérables à l’eau ou celles de conservation ou reconquête de champ d’expansion de crues.

28Aujourd’hui, certains élus acceptent pourtant le risque et les contraintes qu’il impose mais ils sont minoritaires : « pour être franc, je n’ai connu sur l’ensemble de la région que deux élus qui ont intégrés la politique du risque et qui s’en servent comme argument politique » (REG). Par exemple, la commune de Barie (département de la Gironde, en amont de Bordeaux), a son territoire classé intégralement en zone non constructible ou zone rouge. Bien que protégé par des digues, il a été touché par de nombreuses inondations. Les habitations sont toutes construites avec un étage, permettant de se mettre à l’abri en cas de crues. Aucune construction nouvelle n’est autorisée. Pourtant, sa population est restée relativement stable depuis 40 ans. Son maire nous explique qu’il est indispensable de développer l’information préventive, d’avoir un PCS et d’accorder une importance toute particulière à la sécurité civile : « je rencontre chaque arrivant qui souhaite s’installer dans ma commune, je lui explique l’histoire et les enjeux de la commune, et je lui remets une plaquette d’information sur les risques dans la commune… » (COM). En plus du PCS, il a créé une « Réserve communale de sécurité civile ». C’est un outil de mobilisation civique, ayant vocation à apporter un soutien et une assistance aux populations en situation de catastrophe. Une configuration et une approche similaires existent à Couthures-sur-Garonne (département du Lot-et-Garonne, aval de Marmande), les habitants acceptent d’avoir de temps en temps les pieds dans l’eau. « Ils ont opté pour une démarche raisonnée et raisonnable, en apprenant à vivre avec le fleuve » (REG).

29Une synthèse des discours a mis en évidence les éléments que les acteurs enquêtés percevaient comme importants, avec eux nous avons reconstitué des trajectoires de vulnérabilité. Nous avons classé ces éléments en partant du passé, pour aller vers le présent puis le futur (fig. 2). Dans le passé, les riverains des fleuves et estuaires ont tenté de se protéger des crues et des grandes marées en construisant des digues et en contrôlant le niveau des cours d’eau (via des écluses et des chenaux). Ces aménagements n’étaient parfois pas suffisants en cas d’évènements extrêmes, ils avaient donc aussi adapté leurs bâtis à une montée possible des eaux. Le « vivre avec les inondations » se transmettait d’une génération à l’autre, il se retrouve encore aujourd’hui dans la configuration de certaines maisons anciennes (escalier extérieur, habitation à l’étage…).

30À partir des années 1970 et encore de nos jours, les bords de Garonne et de Gironde (en dehors des grandes villes) attirent des habitants à la recherche d’un cadre de vie « naturel », qu’ils se représentent comme « idyllique », mais à condition qu’il soit sécurisé (plus d’inondation !). Parallèlement, les aménagements sont de moins en moins entretenus. C’est pourquoi dans le futur, la volonté est de maintenir les aménagements existants pour contenir le fleuve ou l’estuaire au maximum dans son lit, tout en proposant aux maisons existantes des travaux d’adaptation du bâti. L’idée fait également son chemin comme par le passé d’avoir parfois les pieds dans l’eau, tout en développant la solidarité entre communes et entre l’amont et l’aval. Ces trajectoires de vulnérabilité proposées par les acteurs sont sociales, elles débordent du cadre de la politique publique, en traduisant les préoccupations des populations riveraines essentiellement en termes d’enjeux d’aménagement, de qualité de vie et de solidarité. Quelle est alors la place du changement climatique ?

Fig. 2 - Les trajectoires de vulnérabilité proposées par les acteurs institutionnels de la Garonne-Gironde (18 acteurs)

Fig. 2 - Les trajectoires de vulnérabilité proposées par les acteurs institutionnels de la Garonne-Gironde (18 acteurs)

Le changement climatique : le grand absent de la prévention des inondations

  • 10 Une crue centennale est une crue théorique calculée à partir de l’analyse des crues passées et qui (...)

31Depuis une dizaine d’années, l’adaptation au changement climatique est entrée dans l’agenda politique français suite à un ensemble d’engagements internationaux incitant les pays à mettre en place des plans nationaux d’adaptation (PNA) selon un principe de subsidiarité. Élaboré en France en juillet 2011, le PNA cherche à identifier et intégrer l’adaptation au changement climatique dans différents secteurs d’activités comme celui de la « gestion et prévention des risques naturels » où des mesures et recommandations ont été proposées telles que « prendre en compte l’impact du changement climatique sur les risques naturels dans la maîtrise de l’urbanisation » (MEDDE, 2011). Au niveau local, les acteurs institutionnels rencontrés constatent que la politique de prévention des risques s’est ajustée en fonction des évènements extrêmes et de la pression sociale au cours du temps, mais déclarent qu’actuellement le changement climatique ne fait pas partie de leurs préoccupations. Par exemple, la délimitation des zonages à risque d’inondation fluviale s’appuyait dans les années 1950 sur la crue trentennale, mais les habitants en ont eu assez d’avoir les pieds dans l’eau, le cadre réglementaire a retenu alors la crue cinquantennale (REG). Depuis les années 1980, ce sont les crues centennales10 qui font référence dans les PPRI. Dans tous les cas, les zonages construits s’appuient sur un retour d’expérience (crues historiques), incluant en priorité la vulnérabilité physique mais en aucun cas les prévisions climatiques (notamment en termes de précipitations).

  • 11 Circulaire du 27 juillet 2011 relative à la prise en compte du risque de submersion marine dans les (...)

32Par contre, la nouvelle réglementation concernant les PPR littoraux prend en compte à la fois un retour d’expérience (la tempête Xynthia et la délimitation de zones noires) et les estimations scientifiques sur les effets du changement climatique (le GIEC prévoit une élévation du niveau de la mer égale à 60 cm en 2100). Ainsi, dès 2011, en s’appuyant sur un évènement extrême et un effet possible du changement climatique, les pouvoirs publics ont pu reconfigurer la politique de prévention des risques avec la publication de deux circulaires ministérielles11 ayant trait à la submersion marine. La plupart des acteurs s’entendent pour affirmer que « ce sont bien les événements qui dirigent l’ajustement de la politique » (DEP).

33Localement, les acteurs évoquent trois raisons principales pour ne pas intégrer l’adaptation au changement climatique dans leurs préoccupations :

  • un manque de consignes gouvernementales : « on n’a aucune directive du ministère sur la façon dont on peut traiter ce type de risque » (REG) ;

  • trop d’incertitudes scientifiques : « aucun résultat scientifique prouve que les crues vont évoluer dans les années qui viennent ; les données locales n’existent pas (DEP) ;

  • une préférence à l’atténuation : « en tant qu’élus, le changement climatique nous dépasse. Par nos actions ponctuelles, nous tentons de moins détériorer le monde dans lequel nous vivons (par exemple en économisant l’énergie et en réduisant les GES) » (COM).

34Notre démarche empirique s’appuie sur des entretiens qui ont eu lieu durant le 1er semestre 2012. À cette époque, le PNA vient tout juste d’être publié, de même que les circulaires ministérielles sur la submersion marine. Les acteurs locaux ne s’approprient pas encore le concept d’adaptation, qui reste encore pour eux très théorique.

35Dans les discours des acteurs rencontrés, la politique de prévention des risques inondation est capable d’évoluer à la fois dans le temps (suite à des évènements extrêmes ou à des résultats scientifiques) et dans l’espace (en prenant en compte les spécificités locales). Les PPRI, mais aussi plus récemment les PAPI ou les TRI, en sont des exemples concrets. La prévention, portée surtout par les services déconcentrés de l’État, avec les zonages et l’information, ne fait pas toujours l’unanimité. Au niveau communal, les responsables locaux préfèrent se prévenir avec des outils de protection (digues) qui font encore profondément partie de leurs modes d’actions. Prévenir ou s’adapter aux inondations continuent de questionner la plupart des acteurs. La politique d’adaptation au changement climatique pourrait apporter une solution à ce questionnement.

Prévenir ou s’adapter : quelle solution pour limiter le risque inondation ?

36La déclinaison de la politique de prévention des risques naturels ressemble sur bien des points à celle de la politique d’adaptation au changement climatique. Ces deux politiques impliquent des changements d’échelle et de temps ainsi que des approches qualifiées de descendante et ascendante. Aussi avons-nous tenté une « adaptation » du modèle de Dessai et Hulme (2004) à la prévention des risques (fig. 3).

37L’approche descendante, essentiellement institutionnelle, est initiée au niveau international afin de parvenir au développement durable des sociétés humaines. La prévention des risques naturels a été portée au rang de « bien public mondial », ce qui sous-tend l’internationalisation, tout au moins l’application internationale de normes de gestion (Da Lage et al, 2008). Face à l’émergence de risques dits « globaux », la coopération internationale en matière de gestion des risques est primordiale et doit relever de nombreux défis dont celui d’avoir une portée universelle mais aussi de pouvoir s’adapter à la diversité des territoires à risques. La déclinaison des objectifs internationaux à nationaux passe par l’Union européenne qui instaure des directives en matière de prévention, comme par exemple la Directive inondation entrée en vigueur en 2007 qui préconise des évaluations préliminaires des risques d’inondation (EPRI) sur les principaux bassins versants. L’harmonisation des méthodes d’évaluation des risques prévoit une mise en cohérence des cartographies des risques sur lesquelles s’appuient les gestions nationales. Ces cartographies ont pour finalité de limiter les impacts potentiels de l’aléa et de réduire la vulnérabilité d’un point de vue physique. Les services déconcentrés de l’État sont chargés de leur mise en œuvre avec l’aide d’experts privés (bureaux d’études) ou publics (Irstea, BRGM, CETE). Une fois les phénomènes naturels caractérisés (déclenchement, propagation, arrêt), les risques sont étudiés la plupart du temps en excluant l’homme et des scénarios de protection ou d’adaptation (ouvrages, zonages) sont proposés.

38Mais la vulnérabilité n’est pas que physique, elle est aussi sociale. Mise en évidence dans l’approche ascendante, la vulnérabilité sociale met l’accent sur le bien-être et le développement socio-économique des hommes. Elle dépend de l’interaction entre culture du risque et zonage du risque (connaissance et conscience des aléas et des enjeux/surveillance/prévision, vigilance et alerte/aménagement du territoire…). Ces deux notions permettent d’évaluer comment la société fait face à l’aléa autrement dit d’évaluer sa capacité d’adaptation. En raison de leur proximité avec les habitants, les maires sont plus concernés par la vulnérabilité sociale que par la vulnérabilité physique. Ce sont eux qui connaissent les enjeux locaux et à ce titre, ils ont une part de responsabilité dans la construction des zonages. Cependant, ils n’abordent pas le risque inondation avec les mêmes échelles de temps que les services déconcentrés (en région et en département), ils s’intéressent avant tout au passé et au présent, rarement au futur. Aussi l’intervention des services déconcentrés dans cette approche serait très constructive.

39C’est pourquoi, la politique de prévention des risques naturels devrait se situer à la convergence de ces deux approches. Cette complémentarité permet de concevoir la mise en œuvre de la politique de manière « systémique » ou « globale » en favorisant la réduction de la fragilité des systèmes (humain et naturel) dans leur ensemble et en évaluant la capacité de « résistance » et de « résilience », c’est-à-dire la capacité des systèmes à dépasser la catastrophe et à se reconstruire. (Gaillard, 2010 ; Magnan, 2009). Les vulnérabilités ne sont pas figées : elles évoluent à toutes les échelles de temps, au gré des évolutions de la société, des mentalités, du droit voire du climat (Vinet, 2010 ; Antoine et al, 2008).

40C’est par la prise en compte de la vulnérabilité en tant que processus « global » et « évolutif » que la politique de prévention des risques naturels peut s’adapter aux dynamiques territoriales et aux évolutions socio-économiques. Cette adaptation au changement prend forme à travers la réaffirmation ou l’ajustement des dispositifs réglementaires des risques naturels (construction des zonages notamment). Le changement climatique fait partie d’une évolution à intégrer dans cette politique de prévention des risques naturels. Au final, l’ultime intention de l’adaptation au changement climatique, si elle passe par la réduction de la sensibilité des systèmes aux risques naturels et par l’accroissement de sa résilience, est bien l’amélioration ou le maintien de la qualité de la vie des êtres humains (Adger, 2005). Réduire la sensibilité des systèmes aux inondations imposerait alors non pas la prévention ou l’adaptation, mais la prévention et l’adaptation.

Fig. 3 - Adaptation de la politique de prévention des risques naturels au changement climatique. (Revu d’après Dessai, Hulme, 2004)

Fig. 3 - Adaptation de la politique de prévention des risques naturels au changement climatique. (Revu d’après Dessai, Hulme, 2004)

Conclusion

41Les réflexions menées depuis maintenant plus de 20 ans sur la politique d’adaptation au changement climatique nous ont permis de remettre en question l’actuelle politique de prévention des risques. Nous avons montré que le changement climatique ne fait pas partie des préoccupations des acteurs rencontrés, car il reste encore aujourd’hui trop abstrait pour pouvoir être intégré dans les actions locales. Que ce soit dans les services déconcentrés de l’État (région, département) ou dans les mairies (communes), il fait l’objet de discussions (dans les conseils municipaux, dans les couloirs, au café) mais il n’a pas de résonance sur les territoires. Parallèlement, la mise en œuvre d’une politique de prévention efficace et durable est complexe. Elle doit composer aux échelons départementaux et régionaux avec le refus du risque mais aussi avec la dénégation de la catastrophe en tant que futur possible aux échelons communaux. Ce refus se fait d’autant plus sentir au moment de l’élaboration des zonages (PPR notamment) ou du développement de la culture du risque. Cependant, les trajectoires de vulnérabilité montrent que des portes pourraient s’ouvrir pour aller vers une politique moins aménagiste (la protection à tout prix) en acceptant d’avoir parfois les « pieds dans l’eau ».

42En étudiant les approches descendantes et ascendantes utilisées dans la politique d’adaptation au changement climatique (Dessai, Hulme, 2004), nous avons enfin mis en évidence leur intérêt et leur possible transfert à la politique de prévention des risques naturels. Nous nous sommes arrêtées sur les notions de vulnérabilité physique et de vulnérabilité sociale. La rencontre avec les acteurs locaux nous laisse penser que ces deux notions devraient permettre une reconfiguration de la prévention des risques, qui ne serait pas dans l’urgence comme par exemple avec le développement des PPR littoraux suite à la tempête Xynthia. Les PAPI semblent préfigurer cette approche, car ils reposent sur une logique incitative « visant des territoires capables de définir un programme de prévention des risques cohérent et global » (David, 2007).

43Un nouveau programme de labellisation des PAPI a été mis en place sur le Bassin Adour-Garonne (2011-2015). Au moment de nos entretiens (1er semestre 2012), il était prématuré de l’évaluer. Dans la continuité de cette étude sur les outils réglementaires de la prévention des risques naturels, il serait intéressant à l’avenir d’investiguer ces nouveaux outils, auxquels viennent s’ajouter les TRI et les PGRI, afin de comprendre comment ils participent à la reconfiguration de la politique au niveau local, notamment sur le plan de l’adaptation au changement climatique. Dernièrement, la loi de « modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles » promulguée le 27 janvier 2014 a confié la « gestion des milieux aquatiques et de la prévention des inondations » aux communes, plus précisément aux intercommunalités. L’entretien des digues de protection devrait passer à partir 2016 sous la responsabilité des pouvoirs locaux. Avec les nouveaux outils de prévention et les transferts de compétences (État, commune), le rapport au fleuve risque de changer. Ces évolutions dans la gestion préfigurent les besoins d’un équilibre entre prévention et adaptation. Elles poussent à penser les fleuves et les estuaires autrement : il ne s’agit plus de se protéger des inondations à tout prix mais de donner aux configurations fluviales et estuariennes la possibilité de déborder et de s’étaler sur des espaces réservés.

Cette recherche réalisée dans le cadre du projet ANR ADAPT’EAU (ANR-11-CEPL-008) a bénéficié d’une aide financière de l’Agence nationale de la recherche au titre du programme Changements environnementaux planétaires et sociétés (CEP&S).

Haut de page

Bibliographie

Adger W. N., « Successful adaptation to climate change across scales ». Global Environmental Change, 15(2), 2005, p. 77-86.

Antoine J.-M., Desailly B, Galtié J.-F., et al., Les mots des risques naturels. PUM, Toulouse, 2008, 128 p.

Barroca B., DiNardo M., Mboumoua I., « De la vulnérabilité à la résilience : mutation ou bouleversement ? », EchoGéo [En ligne], n° 24, 2013, mis en ligne le 10 juillet 2013.

Beck U., La société du risque, Éditions Flammarion, Paris, 2001, 521 p.

Bertrand F., Simonet G., « Les trames vertes urbaines et l’adaptation au changement climatique : perspectives pour l’aménagement du territoire », VertigO, la revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne], Hors-série 12, 2012, mis en ligne le 04 mai 2012.

Beucher S., Rode S., « L’aménagement des territoires face aux inondations : regards croisés sur la Loire moyenne et le Val-de-Marne ». Mappemonde, 94 n° 2, 2009, 19 p.

Blaikie P., Cannon T., Davis I. et al., At risk – natural hazards, people’s vulnerability, and disasters, London, Routledge. 1994, 372 p.

Claeys-Mekade C., Serandour J., « Ce que le moustique nous apprend sur le dualisme anthropocentrisme/biocentrisme : perspective interdisciplinaire sociologie/biologie », Natures Sciences et Sociétés, 17, 2009, p. 136-144.

Cœur D., Lang M., Naulet R. et al., « Histoire et connaissance des phénomènes naturels extrêmes », Ingénieries–EAT, 1998, p. 15-26.

Da Lage A., Amat J.-P., Fréro A.-M. et al., L’après développement durable : Espaces, nature, culture et qualité, Ellipses, 2008, 352 p.

Dauphiné A., Risques et catastrophes. Observer-Spatialiser-Comprendre-Gérer, Paris, Armand Colin, U Géographie, 2001, 288 p.

David O., « Territorialisation des politiques publiques et cohésion nationale : un mariage complexe », in Dodier R., Rouyer A., Séchet R. (dir), Territoires en action et dans l’action, Rennes. PUR. 2007, p. 269-283.

Descola P., Par-delà nature et culture, Gallimard, 2006, 618 p.

Dessai S., Hulme M., « Does climate adaptation policy need probabilities ? », Climate Policy, n° 4, 2004, p. 107-128.

Douvinet J., Defossez S., Anselle A. et al., « Les maires face aux Plans de Prévention du Risque Inondation (PPRI) », L’espace géographique, Paris, 1, 2011, p. 31-46.

Douvinet J., Vinet F., « La carte des arrêtés « CatNat » pour les inondations : limites et améliorations possibles », Mappemonde, 107 n° 3, 2012.

Dubois-Maury J., « Les risques naturels en France, entre réglementation spatiale et solidarité de l’indemnisation », Annales de géographie, vol. 627-658, 2002, p. 637-651.

Dugast M., Crues et étiages : adaptation des dispositifs réglementaires aux changements climatiques ? Étude de la politique de prévention des risques naturels dans le bassin-versant Adour-Garonne, Master 2 Géographie, Université de Bordeaux 3, 2012, 89 p.

Gaillard J-C., « Vulnerability, capacity and resilience: perspectives for climate and development Policy », Journal of international Development, 22, 2010, p. 218-232.

Garcia P. O., Climat, adaptation et immunité. Étude sur l’adaptation au changement climatique, Université Joseph Fournier, Institut de Géographie Alpine, 2010, 91 p.

Gassiat A., Zahm F., « Améliorer la qualité de l’eau. Quelle territorialisation ? Exemple des MAE à enjeu eau », Économie Rurale, n° 333, 2013, p. 81-100.

GIEC, Bilan 2001 des changements climatiques, Rapport de synthèse, Genève, GIEC, 2001, 184 p.

GIEC, Bilan 2007 des changements climatiques, Rapport de synthèse, Genève,GIEC, OMM, PNUE, 2007, 103 p.

GIEC, Gestion des risques d’évènements extrêmes et des catastrophes pour faire progresser adaptation au changement climatique, Rapport spécial, GIEC, Genève, Suisse, 2012, 28 p.

Godard O., « Cette ambiguë adaptation au changement climatique », Natures Sciences Sociétés, 18, 2010, p. 287-297.

Larrère C., « Questions d’éthique environnementale », Sciences humaines, n° 19, 2010, p 63-65.

Le Bourhis J.-P., « Du savoir cartographique au pouvoir bureaucratique. Les cartes des zones inondables dans la politique des risques (1970-2000) », Genèses, 3/68, 2007, p. 75-96.

Leon F., Meschinet de Richemond N., Vinet V., Aléas naturels et gestion des risques, PUF, 2010, 286 p.

Magnan A, Duvat V., Garnier E., « Reconstituer les « trajectoires de vulnérabilité » pour penser différemment l’adaptation au changement, climatique », Nature, Sciences, Sociétés, n° 20, 2012 p. 82-91.

Magnan A., « Proposition d’une trame de recherche pour appréhender la capacité d’adaptation au changement climatique ». VertigO, la revue électronique en sciences de l’environnement, 9(3), 2009.

Magnan A., « Questions de recherche autour de l’adaptation au changement climatique », Natures, Sciences, Sociétés, n° 18, 2010, p. 329-333.

MEDDE, « Baromètre d’opinion sur l’énergie et le climat en 2013 », Chiffres et statistiques, n° 440, août 2013, 5 p.

MEDDE, Plan national d’adaptation au changement climatique, Rapport de synthèse, 2011, 32 p.

Millier C., Hubert B., « Le changement climatique : s’adapter ou disparaître ? », Natures Sciences Sociétés, 17, 2009, p. 1-2.

ONERC, Stratégie nationale d’adaptation au changement climatique, La Documentation française, Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique, 2007, 93 p.

Peretti-Wattel P., La société du risque, Édition La Découverte, 2010, 128 p.

Pigeon P., « Les Plans de Prévention des Risques (PPR) : essai d’interprétation géographique », Géocarrefour, 82/1-2, 2007, p. 27-34.

Pottier N., L’utilisation des outils juridiques de prévention des risques d’inondation : évaluation des effets sur l’homme et l’occupation des sols dans les plaines alluviales (application à la Saône et à la Marne), Thèse de doctorat, CEREVE, École des Ponts et Chaussées, 1998, 436 p.

Reliant C., L’expertise comme outil de territorialisation d’une politique publique ? Fonctions et usages de l’Expertise socio-économique dans la politique d’aménagement des zones inondables en France et en Angleterre, ENPC, CEREVE, thèse de doctorat en sciences et techniques de l’environnement, 2004, 480 p.

Thouret J.-C., D’Ercole R., « Vulnérabilité aux risques naturels en milieu urbain : effets, facteurs et réponses sociales », Cahiers des sciences humaines, n° 32, 2006, p. 407-422.

Tricot A., « La prévention des risques d’inondation en France : entre approche normative de l’État et expériences locales des cours d’eau », Environnement Urbain/Urban Environment, n° 2, 2008, p. 123-133

Tubiana F., Gemenne F., Magnan A., Anticiper pour s’adapter : Le nouvel enjeu du changement climatique, Pearson Education France, 2010, 204 p.

Veyret Y., Risques naturels et aménagement en Europe, Armand Colin, 2004, 254 p.

Vinet F., Le risque inondation, Diagnostic et gestion, Éd. Tec et Doc-Lavoisier, coll. « Science du Risque et du Danger », 2010, 318 p.

Weikmans R., Interprétation de l’adaptation aux changements climatiques sous la Convention-cadre et conséquences opérationnelles, Institut de Gestion de l’Environnement et d’Aménagement du Territoire, Faculté des Sciences, Université Libre de Bruxelles, 2011, 116 p.

Haut de page

Notes

1 Source : http://catalogue.prim.net/94_tableau-des-evenements-naturels-dommageables-survenus-en-france-de-1900-a-2012.html

2 L’anthropocentrisme est une conception qui appréhende la nature comme une ressource au service de l’homme, qui se doit de la préserver, la domestiquer, la conquérir, transformer en utile (pour lui) ce qui ne l’est pas, détruire ce qui constitue un danger (réel ou perçu) et qui ne peut être soumis à son contrôle (Claeys-Mekdade, Sérandour, 2009 ; Larrère, 2010 ; Descola, 2006).

3 Le biocentrisme est une conception du monde plaçant la nature au cœur de ses préoccupations, rejetant l’homme au rang de destructeur, de pollueur, prônant la protection des écosystèmes, de leur biomasse et de leur biodiversité (Claeys-Mekdade, Sérandour, 2009).

4 Sensibilisation des populations, apprentissage généralisé des gestes de secours, nouvel élan pour le volontariat chez les pompiers, redéfinition du rôle des associations...

5 Chaque département adopte une classification particulière : zone rouge non constructible et zone bleue constructible avec prescription pour la plupart des départements, auxquelles s’ajoutent, selon les départements, des zones jaune, orange, verte, violette ou hachurée pour les zones constructibles sous conditions.

6 http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/PAPI.pdf

7 DREAL : Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Aquitaine, Midi-Pyrénées et Poitou-Charentes).

8 DDT/M : Direction départementale des territoires et de la mer (Haute-Garonne, Tarn-et-Garonne, Lot-et-Garonne, Gironde, Dordogne, Charente-Maritime) – départements hachurés sur la figure 1.

9 5 communes du Médoc (partie estuarienne) et 4 communes en amont de Langon (partie fluviale), toutes situées dans le département de la Gironde.

10 Une crue centennale est une crue théorique calculée à partir de l’analyse des crues passées et qui a une chance sur cent de se produire chaque année (DDT/M).

11 Circulaire du 27 juillet 2011 relative à la prise en compte du risque de submersion marine dans les plans de prévention des risques naturels littoraux et Circulaire du 2 août 2011 relative à la mise en œuvre des plans de prévention des risques naturels littoraux (non parue au JO).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Localisation des institutions enquêtées sur le bassin versant Adour-Garonne : DREAL, DDT/M et Mairies
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1104/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 2 - Les trajectoires de vulnérabilité proposées par les acteurs institutionnels de la Garonne-Gironde (18 acteurs)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1104/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 3 - Adaptation de la politique de prévention des risques naturels au changement climatique. (Revu d’après Dessai, Hulme, 2004)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1104/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maud Dugast et Anne Gassiat, « Prévenir ou s’adapter ? La vision des acteurs locaux du risque inondation dans le contexte du changement climatique »Sud-Ouest européen, 37 | 2014, 77-90.

Référence électronique

Maud Dugast et Anne Gassiat, « Prévenir ou s’adapter ? La vision des acteurs locaux du risque inondation dans le contexte du changement climatique »Sud-Ouest européen [En ligne], 37 | 2014, mis en ligne le 21 juillet 2015, consulté le 21 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/soe/1104 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.1104

Haut de page

Auteurs

Maud Dugast

Ingénieur-Chercheur Géographe, Irstea, UR Aménités et dynamique des espaces ruraux (ADBX), 50 avenue de Verdun, Gazinet, F-33612 Cestas Cedex, mauddugast@irstea.fr

Anne Gassiat

Ingénieur-Chercheur Géographe, Irstea, UR Aménités et dynamique des espaces ruraux (ADBX), 50 avenue de Verdun, Gazinet, F-33612 Cestas Cedex, anne.gassiat@irstea.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search