Navigation – Plan du site

Enjeux participatifs dans l’adaptation urbaine durable

Mises en perspectives d’opérations d’écoquartiers bordelais
Participative stakes in the adaptation of urban planning towards sustainability- a close examination of projects in some eco-districts of the city of Bordeaux
Cuestiones participativas en la adaptación urbana duradera. puesta en perspectiva de operaciones de los ecobarrios de burdeos
Pascal Tozzi
p. 105-116

Résumés

La participation active des habitants est convoquée comme un levier incontournable dans la fabrique de la ville durable. L’étude d’écoquartiers français, en particulier bordelais, dont certains résultats sont ici présentés de façon synoptique, montre que les processus participatifs sont un enjeu stratégique pour les parties-prenantes à l’adaptation urbaine. Les acteurs politico-institutionnels en cadrent les modalités, autant qu’ils en recyclent les dynamiques dans le pilotage du changement urbain. Mais les mobilisations habitantes y trouvent aussi une opportunité d’« adaptation à soi » des projets. La gouvernance participative des écoquartiers révèle ses asymétries, ses hybridations, ses possibles et ses ambiguïtés dans l’adaptation aux nouvelles prescriptions du projet urbain durable.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 À l’instar d’autres chercheurs tels Taoufik Souami (2009) ou Jodelle Zetlaoui-Leger (2013), nous ch (...)

1L’histoire des villes montre leur ajustement permanent aux nécessités successives, aux injonctions qui leur ont été adressées et qui ont suscité leurs multiples transformations (Monin et al., 2002). Traduisant la dernière remise en question du modèle de la ville moderne, l’« urbanisme durable » décline la problématique globale du développement durable au niveau local, avec ses impératifs d’adaptation aux enjeux contemporains notamment environnementaux et climatiques. Dans ce processus, les quartiers sont souvent considérés comme la « bonne échelle pour réinventer la ville » (Charlot-Valdieu, Emilianoff, 2000) et une contribution majeure à la fabrique de la « ville durable » est attendue des emblématiques projets d’« écoquartiers ». En dépit des débats persistants quant à leur définition1, ces opérations sont souvent présentées comme porteuses de nouvelles conceptions et expérimentations de l’aménagement (Emelianoff, Theys, 2001). Au cœur de ces dernières, outre les prescriptions technico-écologiques dont les quartiers durables sont porteurs, la participation publique ressort systématiquement en instrument de mise en œuvre du projet urbain (Berke, 2002 ; Gariépy, Gauthier, 2009). Elle traverse les discours de projets des écoquartiers français (Maghnous Dris, 2008 ; ISIAT, 2010) tandis qu’est affirmée une interdépendance entre performances environnementales, économiques, sociales d’une part, et participation citoyenne d’autre part (Zetlaoui-Leger, 2013).

  • 2 Pour « Participation, Animation et GOuvernance Dans les Écoquartiers », programme financé par l’Age (...)
  • 3 Ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement.

2Il s’agit ici d’interroger les processus d’adaptation urbaine, sous-tendus par le développement durable, en interaction avec les dynamiques participatives qui sont diversement convoquées autour des opérations d’écoquartiers. Pour cela, nous nous appuierons sur une synthèse de résultats fournis par le programme ANR PAGODE2. À partir d’une analyse systématique des dossiers de candidatures aux concours ÉcoQuartiers lancés par le MEDDTL3 en 2009 et 2011, du suivi du processus national de labellisation qui en a découlé et à partir d’enquêtes de terrain réalisées notamment à l’échelle du territoire de la communauté urbaine de Bordeaux (CUB), le programme en question vise à questionner la réalité des opérations de quartiers durables comme espaces d’expérimentation de nouvelles formes de gouvernance urbaine, de participation des habitants à la gestion de leur environnement et de leur cadre de vie. Mobilisant de façon synoptique les matériaux recueillis, nous montrerons comment adaptation des villes durables et processus participatifs se rencontrent et se combinent, héritant d’une volonté de cadrage de la part de la puissance publique autant que de certains processus d’appropriation collective/habitante ; les deux dynamiques – verticale et horizontale – s’hybridant et n’allant pas sans leur part d’incertitude, voire d’ambiguïté, inhérente à tout processus de mutation et de transformation urbaine.

Écoquartiers et participation : modalités d’un gouvernement de l’adaptation urbaine durable ?

3En France, l’adaptation à la durabilité urbaine est marquée par une volonté politique de « mettre en participation » via des processus de cadrages plutôt top down que bottom up (Guermond, Mathieu, 2005 ; Guyonnet, 2007). Sans que les jeux participatifs autour de la durabilité ne soient systématiquement verrouillés, l’analyse des opérations d’écoquartiers, à Bordeaux comme ailleurs, confirme la prégnance et les effets d’une institutionnalisation, d’un « gouvernement de la participation » ; celui-ci étant défini comme la maîtrise potentielle des aspects/enjeux de la participation et le cadrage des dispositifs par les autorités publiques nationales ou locales (Gourgues, 2013).

Éléments de cadrages politico-administratifs d’une adaptation participative à la durabilité

  • 4 Cf. la Charte des ÉcoQuartiers français, ou le discours de Cécile Duflot lors du lancement du label (...)

4L’encadrement politico-administratif français des opérations d’écoquartiers hérite d’une dynamique internationale autour de la mise en durabilité participative des villes, elle-même en lien avec la lutte globalisée contre les changements climatiques et les adaptations afférentes. À titre d’exemple, le protocole de Kyoto signé en 1997, avec ses engagements pour la réduction des gaz à effet de serre, est présenté par le ministère français de l’Égalité des territoires et du Logement comme l’« élément déclencheur » d’une recherche de performance énergétique telle qu’expressément visée par les écoquartiers4. À l’appui de ces opérations est aussi évoqué le « 3 x 20 » européen qui engage la France à atteindre 23 % de production d’énergie à partir de ressources renouvelables, une réduction de 20 % de nos émissions de gaz à effet de serre (GES) et 20 % d’économies d’énergie en 2020. Le lien est encore fait avec d’autres processus plus spécifiques à la ville durable tels la conférence européenne du 27 mai 1994 qui a débouché sur la charte d’Aalborg, ou l’accord de Bristol adopté le 7 décembre 2005 instaurant un échange européen de bonnes pratiques dont les quartiers durables font partie. L’approche participative inhérente à la mise en durabilité urbaine est quant à elle prônée d’emblée par la démarche Agenda 21 découlant du sommet de Rio de 1992, ou dans la convention d’Aarhus – ratifiée par la France en 2002 – qui affirme le droit des citoyens à être informés, à participer aux processus décisionnels en matière d’environnement et de développement durable. Dans la « stratégie de l’Union européenne en faveur du développement durable », la Commission européenne affirme aussi que « le développement durable peut ainsi devenir une manière de revitaliser le processus démocratique en impliquant les citoyens dans les décisions qui touchent leur vie quotidienne » (CCE 2001).

  • 5 Qui sera suivie d’une loi « Grenelle 2 » du 12 juillet 2010 portant sur l’ engagement national pour (...)
  • 6 Cf. article 7 de la Loi du 3 août 2009 dite de Programmation relative à la mise en œuvre du premier (...)
  • 7 Le club regroupe l’ensemble des porteurs de projets dans un objectif de valoriser et diffuser les b (...)
  • 8 Atelier du 9 mars 2010, « Le citoyen et l’entrepreneur, moteurs de l’ÉcoQuartier », in Zetlaoui-Leg (...)
  • 9 Cf. Dossier de labellisation ÉcoQuartier 2012.

5Significatif d’une convergence normative autour des attendus de la durabilité, cet inventaire de processus transnationaux à l’œuvre, bien que non-exhaustif, marque clairement la volonté politique d’associer participation et adaptation urbaine en réponse aux enjeux environnementaux globaux (Goxe, 2007). Contribuant à l’emboîtement et à l’articulation des niveaux de gouvernance de l’adaptation, l’État français et les collectivités locales traduisent à leur échelle cet impératif de changement durable et participatif. À l’échelon national, la fin des années 1990 a vu se multiplier les injonctions réglementaires s’inscrivant dans une perspective de développement durable et encourageant l’intégration plus grande des citoyens à la production de leur cadre de vie : lois relatives à l’Aménagement du territoire et au développement durable (1999), à la Solidarité et au renouvellement urbain (2000) et à la Démocratie de proximité (2002) sont autant d’exemples de textes qui préconisent, de façon plus ou moins claire, l’implication des habitants et des associations dans les politiques d’aménagement. Suscité par la mise sur agenda gouvernementale de la crise climatique et écologique, le processus du Grenelle de l’environnement a abouti à plusieurs mesures politiques en faveur d’une adaptation urbaine, incluant la promotion des quartiers durables : un Plan Ville durable est établi en 2008, puis la loi dite « Grenelle 15 » qui promeut la réalisation d’écoquartiers6 dès 2009, ensuite la mise en place d’une « démarche ÉcoQuartiers » à travers deux concours nationaux (2009 et 2011), enfin la création d’un club national Écoquartiers7 et le lancement d’un label en 2012. Succédant à un document d’évaluation finalement peu incitatif quant à la mise en exergue des aspects participatifs des projets candidats au premier concours ÉcoQuartiers de 2009 (Tozzi, D’Andréa, Laugaa, 2011), la grille d’analyse de la mouture 2011 s’enrichit d’un pilier « démarches et processus du développement durable dans les aménagements urbains » : est visée l’implication des citoyens en amont, et l’appropriation des habitants en aval des opérations (MEDDTL-AD4 2011). Le travail du Club ÉcoQuartiers avait auparavant permis d’amorcer une réflexion autour de la place des habitants ; la participation en ressortait comme un « élément déterminant du développement durable »8. Elle est encore mentionnée comme « un élément majeur de la conduite du projet » dans la charte nationale ÉcoQuartiers dont la ratification est un pré-requis pour les collectivités qui souhaitent s’engager dans la labellisation. Dans le dossier soumis pour l’obtention du label sont attendus des éléments relatifs à une « gouvernance élargie » qui inclut un item portant sur les « modalités d’association de la population et de la société civile »9.

6La volonté étatique de promouvoir une mise en durabilité participative de la ville à travers les écoquartiers se veut surtout incitative puisque la planification d’un écoquartier reste de la compétence aménageuse des collectivités locales. La loi Grenelle 1 traduit l’intention en ces termes : « L’État encouragera la réalisation, par les collectivités territoriales, d’opérations exemplaires d’aménagement durable des territoires. Il mettra en œuvre un plan d’action pour inciter les collectivités territoriales […] à réaliser des écoquartiers avant 201210 ». En outre, le cadrage national de l’adaptation urbaine se combine au mouvement de territorialisation participative de la durabilité déjà entrepris au niveau local par les collectivités à travers les Agendas 21 locaux ou les chartes pour l’Environnement. À Bordeaux, le discours aménageur institutionnel traduit autant le volontarisme municipal dans l’adaptation urbaine durable, qu’une intégration de dynamiques plus globales. En 2009, Alain Juppé restitue ce syncrétisme dans la promotion du projet « Grand Bordeaux » : il évoque les villes « en première ligne dans la lutte contre le réchauffement climatique et l’épuisement des ressources naturelles », avec pour conséquence directe la mise en durabilité « par la création d’une succession d’écoquartiers » qui dessineront du nord au sud un « arc de développement durable », le tout devant faire l’objet d’une « concertation » voire d’une « co-élaboration de projet avec les habitants »11. Sur le même registre, dans le bilan d’étape pour l’Agenda 21 de Bordeaux (2010-2011), la municipalité affiche son implication dans la démarche ÉcoQuartiers12 et revendique « une démarche de développement durable complète » prenant appui « sur un mode de concertation diversifié et à l’écoute des enjeux évolutifs », en lien avec la « stratégie globale du Plan climat adopté fin 2008 »13. En parallèle, dans son propre dossier d’Agenda 21, la CUB planifie sa « politique d’aménagements urbains » et la « mise en place d’écoquartiers » en réponse à l’enjeu du développement durable. La Communauté affiche ainsi sa volonté de nouvelles constructions « répondant aux normes environnementales et énergétiques en vigueur depuis quelques années et notamment à celles introduites par la loi Grenelle », mais aussi sa résolution de « sensibiliser, mobiliser et mettre en œuvre une participation citoyenne »14.

Enjeux et impacts d’un pilotage institutionnel pour la mise en durabilité participative des quartiers

7Les processus d’un gouvernement multi-niveaux de l’adaptation urbaine participative répondent à plusieurs objectifs politiques dans la fabrique de la ville durable. Tout d’abord, la participation habitante ressort de façon générale en pré-requis procédural garant d’une re-légitimation et d’une re-crédibilisation de l’action publique (Chignier-Riboulon, 2001). Celle-ci y trouve une forme de publicisation du projet répondant aux objectifs de transparence et d’accès à l’information tels que formulés par la charte d’Aalborg, mais aussi dans les chartes de la participation élaborées localement15. Si la mise en débat public du projet urbain est un gage de légitimité démocratique, le bornage institutionnel prévaut dans la construction et la présélection des enjeux soumis à participation : ce sont les municipalités, maîtres d’ouvrage des écoquartiers, qui décident ce qui est, ou non, négociable et discutable. À Bordeaux, on retrouve la tendance nationale selon laquelle les grandes orientations de mise en durabilité des territoires, celles qui traversent les écoquartiers, sont planifiées par les autorités publiques : schéma d’aménagement, plan climat, modalités de compacité ou d’extension urbaine, programmation des transports « doux », des trames et espaces verts, etc. Héritant de ces soustractions participatives, l’implication des habitants reste donc plutôt focalisée sur les aspects secondaires des opérations. Aspects qui ne risquent pas de remettre radicalement en question les stratégies d’aménagement telles que prédéfinies par le politique. Car si du point de vue institutionnel, la participation constitue bien un levier conventionnel dans l’adaptation urbaine, elle ne doit pas générer de coûts d’ajustement trop élevés. Ses impacts se doivent d’être recyclables dans le pilotage programmatique des projets et, au-delà, dans les stratégies de « rationalisation accommodatrice » (Rumpala, 2003) par lesquelles la puissance publique, aux prises avec les mutations de la durabilité, recherche de nouveaux équilibres entre adaptation et maintien/reproduction de ses routines aménageuses. Le projet Ginko (cf. fiche 1), vitrine de l’urbanisme durable bordelais, illustre cette volonté politique d’« adaptation-assimilation16 » qui ne va pas sans susciter quelques critiques. Certains dénoncent le choix politique d’une conformation aux logiques économiques dominantes, au détriment d’aspects sociaux-écologiques plus innovants. Europe Écologie les Verts remet ainsi en cause le processus d’éco-labellisation d’une opération ayant entraîné la destruction d’une zone naturelle de 30 ha, mais aussi l’extension corollaire du pôle commercial du Lac considérée comme la « parfaite illustration d’un modèle de développement totalement dépassé »17. Moins qu’une contribution à une réorientation profonde et démocratiquement innovante des modèles de développement, le pilotage politique de l’adaptation peut au contraire sembler poursuivre d’anciennes dynamiques de la production de l’urbain, que certains qualifient de « néolibérales » (Béal et al., 2011) et que l’implication des citoyens n’est pas invitée à remettre radicalement en question.

  • 18 Par exemple les destinations essentielles du foncier, le nombre de logements, les enjeux de connect (...)
  • 19 La participation fait ici l’objet d’une appréhension paradoxale de la part des responsables politiq (...)
  • 20 MEDDTL/AD4 et CETE de Lyon, « Compte rendu détaillé, groupe de travail n° 3 : le citoyen et l’entre (...)
  • 21 Selon Franck Faucheux (2012), chef de bureau des ÉcoQuartiers au ministère du Développement durable
  • 22 Le discours est axé sur ce « qu’il faut faire » ou « ne pas faire », ainsi que sur une forme de cul (...)

8En ce sens, s’agissant des « variables lourdes » des opérations18, la plupart des dispositifs d’implication habitante analysés, dans le paysage des écoquartiers français en général et bordelais en particulier, traduisent moins une volonté de coproduction que la recherche d’une adhésion, d’une adaptation des habitants au projet par appropriation participative. Cet enjeu d’appropriation, entendue ici comme conformative, se conjugue à un souci d’acceptabilité sociale qui traduit deux préoccupations : la prévention des conflits et contentieux (Doyon, 2011) ; l’optimisation de l’efficience dans l’usage des éco-solutions proposées aux habitants (Faucheux, 2012 ; Gaudin, 2007). Selon les opérations, la participation répond donc à des impératifs tacites de pacification19 ou de déverrouillage social, autant qu’à des attentes plus explicites liées au management urbain participatif souvent mis en avant (Knoepfel, 2005). Une enquête réalisée auprès des collectivités locales françaises montre que la participation habitante est plutôt perçue, de leur point de vue, comme facilitant le fonctionnement et la gestion adaptative du quartier (Zetlaoui-Leger, 2013). Affichant par ailleurs une « approche globale de développement durable », les municipalités, les bailleurs sociaux, autant que les promoteurs privés, manifestent leur intérêt pour une approche collective-participative dans la gestion durable et de proximité des écoquartiers, synonyme de « qualité de service », de réduction des « coûts d’accompagnement et de gestion de conflit » (D’Andréa, Tozzi, 2014). Autour des projets tels Ginko à Bordeaux, Les Érables à Ambarès ou Arago à Pessac (cf. fiche 2), les parties-prenantes revendiquent ainsi un travail participatif à l’adaptation des espaces collectifs, de l’entretien du cadre de vie et d’une appréhension des « abords du chez soi ». Dans la gestion efficace de l’adaptation urbaine, les collectivités considèrent aussi que la participation peut constituer un levier de « pédagogie au développement durable »20, caractéristique des nouvelles pratiques de l’aménagement « orientées vers l’organisation sociale par la régulation des comportements et l’encadrement des pratiques » (Faburel, Roché, 2012), vers des « usages à imposer »21. Lors des observations réalisées à l’occasion de réunions avec les habitants, à l’écoquartier Ginko par exemple, la conception de l’usager semble plutôt « passive » de la part des gestionnaires qui envisagent son engagement dans de nouveaux modes de vie écocitoyens de façon plutôt injonctive et/ou incitative22. Ainsi, en matière d’adaptation à de nouveaux modes d’habiter la ville et de mise aux nouvelles normes comportementales, la sensibilisation, la responsabilisation, l’accompagnement et la pédagogie sont des leviers systématiques : il s’agit certes de mobiliser les habitants, mais plutôt de leur apprendre à habiter selon de nouvelles modalités, d’assurer la conformation aux dispositifs normalisés et aux cadres gestionnaires que la collectivité prend en charge (Barbier, 2002 ; Renauld, 2012 ; Zetlaoui-Leger, 2013).

9Ces tendances expliquent en partie le glissement normatif et discursif de la part des municipalités qui affirment « faire de la participation ». Derrière cette autopromotion, l’analyse de dispositifs bordelais révèle moins de participation « active » ou « directe », que d’information, de consultation ou de concertation des habitants, ces trois modalités ayant en commun leur logique plutôt descendante. En matière d’information, les opérations écoquartiers des Concours nationaux de même que les projets bordelais étudiés mettent en évidence une forte recherche de dissémination informative des experts vers le public. Des modalités plus ou moins classiques sont sollicitées (journaux, sites internet, mailings, blogs, etc.), de même que l’organisation de rencontres avec les usagers, la mise en place ou l’activation d’espaces informatifs (réunion publique, maison du projet). Ces outils, essentiellement tournés vers l’information écologique, la connaissance de la sobriété énergétique ou l’apprentissage d’éco-gestes restent les modes « participatifs » les plus mobilisés par les maîtres d’ouvrage (Zetlaoui-Leger, 2013). Concernant la consultation, sous réserve qu’elle existe, la définition des thèmes et modalités de processus appartiennent toujours aux autorités publiques. Souvent assimilée à des modalités de communication interactive de type « présentation et discussion dans chaque conseil de quartier, ateliers thématiques, forum Internet, etc. »23, elle permet aux citoyens de donner leurs avis et opinions aux décideurs mais sans garantir leur prise en compte dans la version finale de l’écoquartier. Enfin, la réalité de la concertation, qui vise idéalement un partage de l’expertise plus abouti, est plutôt celle d’une coopération symbolique (Guérin, 2005 ; Dussaux, 2008). L’argumentaire du grand projet Bordeaux Euratlantique, qui intègre l’écoquartier de Belcier (cf. fiche 3), affiche bien une charte en la matière… Mais si référence est faite à une « concertation exigeante », cette dernière est finalement limitée à « des réunions plénières d’information et de débats sur l’avancement des projets », « des expositions des projets urbains », des « ateliers thématiques » et des visites « point de vue pour appréhender la complexité des territoires et leur mutation »24. De même, autour du projet Arago, une chargée de mission pessacaise affirme « concerter les habitants » notamment « sur les aménagements extérieurs ». Pour illustrer cette action municipale concertative, cette responsable prend l’exemple d’une réunion publique portant « sur la décoration du mur antibruit le long de la voie ferrée »25… Quand elle n’est pas limitée à de la communication, la transformation participative semble souvent assimilée à des modalités de « sensibilisation participative » ou se résumer à quelques micro-adaptations du projet.

Écoquartiers et participation : opportunités et épreuves pour les mobilisations habitantes

10Nous venons de mettre en lumière certains aspects du pilotage et d’un repositionnement politico-institutionnels autour de la participation habitante inhérente à la mise en durabilité de la ville. Pour autant, dans le projet urbain durable, les processus d’une gouvernance de l’adaptation urbaine sont suffisamment ouverts pour que la part de rationalité volontariste laisse une certaine place à des appropriations habitantes et participatives concrètes, celles-ci pouvant générer autant d’opportunités que de mises à l’épreuve.

Associations et espaces collectifs, leviers participatifs d’une adaptation habitante

11Dans l’usage administratif français la « concertation », formule invocatoire et avatar participatif prégnant dans les projets d’écoquartiers, exprime aussi la possibilité réservée de choisir ses interlocuteurs. Parmi eux, concernant les processus concertatifs, les acteurs associatifs sont des cibles privilégiées par les porteurs de projets. Souvent issus du quartier, les associations apparaissent choisies pour leur représentativité et leur légitimité quant aux enjeux du projet, mais aussi pour leur capacité à s’inscrire dans les formes de communication et les procédures de décision institutionnelles (Rui, 2004 ; Zetlaoui-Leger, 2013). Cette prédominance associative, parfois au détriment des citoyens « non organisés », structure prioritairement l’implication des habitants et l’interface participative entre les sphères politico-administratives et le public. Le paysage des écoquartiers bordelais démontre une diversité de mobilisations et de coalitions possibles, tant du point des enjeux et des registres d’action, que des modalités d’association : collectifs d’habitants d’écoquartiers à Ginko, Belcier ou Ambarès, associations de Bacalan réunissant des riverains au projet Bassin-à-flots, association des Jardins d’Aujourd’hui qui accompagne la mise en place des jardins collectifs, mais aussi structures associatives socioculturelles parties-prenantes aux projets d’écoquartiers à Pessac, Ambarès, Bordeaux-nord, ou Mérignac. Historiquement et idéologiquement positionnés dans les quartiers sur les registres du renforcement de la citoyenneté, de la participation et du « vivre ensemble », les centres sociaux et socioculturels semblent en capacité de répondre localement à la demande institutionnelle de dispositifs participatifs rapidement exportables et adoptables dans les stratégies d’adaptation urbaine durable (Greffier, D’Andréa et al., 2013). La figure de l’« expert-militant » socioculturel est ici ambivalente : identifié comme « professionnel de la participation », il joue un rôle de « facilitateur » entre la puissance aménageuse et les populations, non sans un risque d’instrumentalisation (ibid., Nonjon, 2006 ; Gourgues, 2013) ; de l’autre, socialement engagé auprès des habitants du quartier, il travaille à l’agrégation, à la structuration des revendications, voire des mécontentements, redonnant une teinte contestataire aux processus d’appropriation. En outre, l’apport socioculturel peut valoriser la contre-expertise des habitants et les placer en situation de veille programmatique à l’égard du projet et de sa réalisation. Ainsi, la rénovation en écoquartier de la Cité des Pins à Mérignac (cf. fiche 4) a pu être suivie de près par des habitants, dont certains retraités du bâtiment ayant bénéficié de formations complémentaires par l’entremise du centre d’animation Cap Léo.

12Cet investissement socioculturel concerne aussi le management concertatif de certains sous-enjeux à l’instar des espaces collectifs, lieux de transition dont l’aménagement doit intégrer les usages, les pratiques et les désirs habitants, mais aussi de nouveaux modes d’habiter. Ces « espaces-enjeux » pour la ville durable et les écoquartiers sont des zones où se travaille plus qu’ailleurs l’adaptation et la mise en durabilité urbaine participatives. Ils deviennent des interfaces, des espaces à forte valeur sociale ajoutée, activateurs potentiels de dynamiques et de partenariats concertatifs, des savoirs et savoir-faire des habitants. Les espaces verts sont à ce titre massivement convoqués pour l’adaptation de la ville à la durabilité, mais aussi très ouverts à concertation, à coproduction et à cogestion. La végétalisation et le verdissement, systématiquement mobilisés pour la requalification esthétique et écologique induite par les opérations d’écoquartiers, procèderaient alors autant de l’adaptation urbaine que d’une démonstration physique et esthétique de l’action habitante et sa valeur ajoutée à une transformation durable de l’urbain. L’environnement devient une entreprise de création collective, « encouragement à l’action, qui s’auto-entretient » et qui peut dès lors receler de vrais potentiels d’empowerment habitant dans la transformation du cadre de vie (Emilianoff, 2011). Dans les écoquartiers, le jardin collectif est l’exemple archétypal de ces dynamiques. Pour les cas bordelais, la gestion des jardins collectifs s’opère à travers une vingtaine de structures associatives qui fonctionnent le plus souvent dans un cadre municipal. De façon générale, trois groupes se détachent autour des écoquartiers : les centres socioculturels, des associations spécialisées dans le domaine environnemental, les associations d’habitants (D’Andréa, Tozzi, 2014). Ces dernières souhaitant adapter la ville, notamment en la conformant à une certaine demande sociale de nature. C’est le cas pour le Jardin des Foudres, porté par l’Atelier des Bains douches, association des habitants de l’écoquartier Belcier (Bordeaux). L’objectif général de la mobilisation habitante a été de transformer un quartier populaire en « écoquartier ancien », en combinant les modes d’habiter existants avec les nouvelles préoccupations de durabilité et d’adaptation urbaines.

13Il est à noter que ce type d’adaptation écologique de la ville peut être physiquement provisoire, notamment quand les enjeux économiques de valorisation immobilière des délaissés prêtés aux habitants-jardiniers reprennent leurs droits. Pourtant, contre le découragement que pourrait susciter l’éphémère, est défendue l’idée que la dynamique sociale est plus importante que le jardin lui-même. L’adaptation des parcelles a beau s’avérer provisoire, elle renvoie à une transformation durable et structurante des rapports sociaux et habitants. Plus que l’appropriation passagère du hardware, reste la conviction d’une adaptation durable du software, celle des sociabilités et des comportements. Au-delà d’une modification physique, les opérations participatives qui touchent les espaces intermédiaires de certains écoquartiers procèdent bien de l’adaptation urbaine synonyme d’une « requalification sociale et humaine du quartier par la transformation des relations sociales et des pratiques des espaces de proximité par les habitants et par la production de normes collectives d’usage de ces espaces » (Arantes, 2007). Sur ce dernier point, les espaces collectifs – dont les jardins – répondent aux impératifs de changements comportementaux déjà évoqués et associés à la transition, à l’adaptation vers la ville durable. Les argumentaires des opérations écoquartiers en font systématiquement des lieux d’expérimentation pour l’acquisition participative et adaptative de nouveaux modes d’habiter. L’opérateur participation devient alors un levier d’adaptation-conscientisation vers l’écocitoyenneté. La mise en durabilité touche ici aux liens entre adaptation et intégration à la « communauté écocitoyenne » de la ville durable, aux mécanismes par lesquels l’individu se rend apte à appartenir au groupe d’habitants de l’écoquartier. L’écocitoyen fait ainsi l’objet de toutes les sollicitations dans les discours de projets avec leur foisonnement de « nouvelles » et « bonnes » pratiques collectives attendues et spatialisées. Parmi elles : participer activement aux processus démocratiques locaux, aux activités conviviales et solidaires du quartier, trier et composter ses déchets, économiser l’énergie et l’eau potable, etc. Face à ces attentes locales et sociétales, les espaces collectifs d’écoquartiers ressortent en « couteaux-suisses » d’une éducation sanitaire, sociale et écologique, vecteur d’une adaptation-conformation normative inhérente à la ville durable.

Participation habitante, adaptations éco-comportementales et risques d’exclusion

  • 26 Dossier de réalisation de la ZAC, Bouygues Immobilier, 2008.

14Le champ de l’adaptation urbaine participative est souvent traversé par une conception plutôt incitative et injonctive de la durabilité justifiée par l’urgence et l’impératif d’un changement collectif en réponse aux problèmes globaux environnementaux et climatiques. Martelée autour des opérations d’écoquartiers, la volonté d’une diffusion généralisée des éco-gestes et des éco-attitudes ne va pas sans ambiguïtés. En effet, cette adaptation comportementale, avec sa part d’intégration et de conformation, s’appuie aussi sur un arrière-plan excluant : celui d’une disqualification de modes de vie écologiquement « irresponsables » voire « égoïstes ». L’automobile et ses nuisances concentrent, par exemple et en premier lieu, tous les griefs. Refondus dans les injonctions de la durabilité urbaine, l’idéologie, les pratiques et les discours « anti-automobile » fonctionnent comme un système d’imposition du « bon usage » – modéré – de l’automobile, voire de son non-usage. Dans ce conflit symbolique marquant les argumentaires de projets d’écoquartiers, il s’agit de dénoncer les pratiques sociales jugées dangereuses, polluantes, agressives ou inciviques (Billemont, 2006), c’est-à-dire non-conformes aux nouvelles relations et adaptations de la durabilité urbaine. Dans la pratique, on assiste parfois à une concrétisation de la ville, plébiscitée dans certaines concertations habitantes, qui ne va pas sans une part de disqualification sociale. Le cas des fermetures du Jardin-Promenade de l’écoquartier bordelais Ginko à Bordeaux traduit ces préoccupations de mise à distance. Le programme du parc rédigé par l’aménageur et les collectivités publiques prétend se mettre en conformité avec les attentes des habitants en proscrivant la figure bruyante du scooter, représentative « du quartier social voisin des Aubiers » (Renauld, 2012a). Des noues de rétentions d’eau ont aussi été aménagées sur la partie frontalière du quartier des Aubiers « afin de décourager l’accès aux véhicules motorisés » et le « comportement de vitesse »26, contribuant en même temps à la différenciation sociale des espaces. Ce genre de posture, lorsqu’elle se trouve en adéquation avec les demandes habitantes autour des écoquartiers, ouvre le risque d’une adaptation-exclusion, en même temps que celui d’une résistance au changement urbain, nourrie par l’hostilité des riverains au projet se sentant contestés dans leurs pratiques ouvertement disqualifiées.

  • 27 Cf. le dossier « Belcier, vers un écoquartier ancien », publié en 2010 par l’association l’Atelier (...)
  • 28 Dubreuilh L., Enquête sur l’aménagement de l’espace central de la deuxième tranche dans la Cité des (...)

15À côté du bannissement de certaines « mauvaises » habitudes, la mise en durabilité intègre aussi sa part de « néo-hygiénisme » social perméable aux volontés habitantes d’éloignement des « corps qui dérangent » et des populations décrétées indésirables (Tozzi, 2013). C’est par exemple le cas des prostituées, problématique qui est ressortie d’entretiens exploratoires conduits autour de l’écoquartier de Belcier. Le quartier en voie d’éco-rénovation se débat depuis longtemps avec des activités qui, selon certains acteurs locaux « polluent la vie de quartier » : de « très nombreuses boîtes de nuit », une prostitution « en croissance exponentielle sur les axes principaux », mais aussi des « populations en errance »27. Si une dynamique associative et habitante se développe autour du projet d’éco-réhabilitation, les concertations montrent surtout l’agacement des riverains qui souhaitent l’expulsion pure et simple des travailleurs du sexe. Dans ces circonstances, l’adaptation-participative manifeste encore son risque d’exclusions potentielles, de disqualification comportementale ou à l’égard de certains publics ; risque que masque parfois l’imposition d’une éthique délibérative et que relèvent les théoriciens du contrôle participatif (Gourgues, 2013). De fait, au-delà du problème marginal de la prostitution, des processus classiques d’exclusion restent repérables autour d’un certain nombre d’opérations : échecs d’intégration, négociations off, autocensure des habitants, etc. Outre le risque de gentrification – tel que redouté, par exemple, au début de l’éco-rénovation des Pins à Mérignac – qui peut impacter la structuration participative de l’écoquartier quand la mutation sociale et économique refoule les anciens habitants, d’autres tendances sont parfois détectables. Toujours à Belcier, la mobilisation de l’association habitante porteuse du projet d’écoquartier est animée par des représentants bénéficiant d’un certain capital social, éducatif et culturel : l’aptitude à se positionner en interlocuteurs de la municipalité qui en découle n’est pas accessible à la plupart des habitants, moins favorisés, de ce quartier prioritaire. Affaiblissant une adaptation participative de la ville, il y a aussi dans certains cas une absence manifeste d’intérêt à participer ou à s’engager dans l’écoquartier. C’est ainsi que, à l’occasion de l’éco-rénovation de la cité des Pins de Mérignac, près de 26 % des personnes démarchées dans le cadre d’une enquête visant à définir de façon concertée la destination et l’aménagement d’un espace central se sont déclarées non intéressées par le thème du questionnaire28. De même, lors de la concertation, engagée par le centre social de Pessac dans le cadre de la rénovation du quartier Arago, en vue de l’aménagement de 17 espaces verts dans l’écoquartier, 32 % des ménages interrogés (soit 167 foyers) ont refusé de participer au processus (Merlet, 2013).

  • 29 « Not in my backyard »

16Un autre frein à l’adaptation participative : la prégnance des identités de quartiers. Elles peuvent parasiter les enjeux de la concertation autour d’un écoquartier, ou les dynamiser dans le sens d’une opposition au changement en général et aux modalités d’adaptation urbaine planifiée en particulier. La mobilisation des habitants du quartier bordelais Bacalan, inquiets de l’impact du projet d’écoquartier mitoyen des Bassins à Flots, traduit en partie ces formes de résistance. Une autre modalité d’exclusion paroxystique concerne une forte proportion d’écoquartiers qui, présentés au Concours et à l’instar du projet bordelais Ginko, participent d’une adaptation de la ville durable via des opérations de reconquête de friches. L’adaptation participative y rencontre une limite importante : elle se fait sans les habitants concernés par le futur quartier… Les habitants « de demain » sont ici des « tiers-absents » au projet et à l’adaptation urbaine. Bien qu’acteurs et porteurs d’enjeux spécifiques, utilisateurs finaux de l’espace, ils se trouvent exclus du processus de concertation et d’adaptation. Par ailleurs, si la suspicion à l’égard d’un nouveau quartier impacte ce type de projet, la mobilisation devient alors celle de riverains plus soucieux de réduire les nuisances sur leur cadre de vie (syndrome NIMBY29) que de penser le bien-être des futurs arrivants. Autour d’opérations ex-nihilo d’un quartier durable se pose donc la question du risque qu’il y a à organiser la participation des uns au détriment de celle des autres, avec l’impact que cela peut avoir sur la légitimité des décisions ou sur l’implication future des populations. Comme dans les cas d’éco-réhabilitation, l’écoquartier ex-nihilo peut cristalliser la somme de toutes les peurs, face à diverses modalités d’adaptation-restructuration de l’espace qui projettent les habitants dans un inconfort cognitif et dans un nouvel ordre symbolico-spatial dont ils n’ont pas toujours les clés (Berland-Berthon, 2009). Dès lors, l’adaptation « à soi » et « pour soi » prime et l’injonction adaptative nourrit une participation-résistance au changement urbain qui vaut « expression collective et explicite de réactions négatives ou défensives face au changement, ou de forces restrictives qui s’opposent à la réorganisation » (Bareil, Savoie, 1999).

Conclusion

17La durabilité ouvre aujourd’hui une nouvelle phase dans l’ajustement, dans les mutations des villes face aux enjeux écologiques et climatiques notamment. Dans cette transition, la participation active des habitants est systématiquement convoquée au cœur de la fabrique urbaine. La présente contribution a montré que les processus participatifs sont bien un enjeu stratégique pour les parties-prenantes à l’adaptation urbaine durable. Les acteurs politico-administratifs s’en saisissent comme d’un levier dont ils cadrent les modalités et les enjeux, ce pilotage ne restant pas sans effets normatifs, ni sans incidences sur les modulations opérationnelles de l’implication habitante. Pour autant, autour des écoquartiers, la tendance institutionnelle à vouloir gouverner la participation n’empêche pas l’émergence de configurations de gouvernance plus ouvertes. Celles-ci recèlent des opportunités collectives pour l’investissement habitant autour d’une « adaptation à soi », au-delà de la simple acceptation d’une « adaptation de soi » à l’opération d’aménagement. Au final, dans un contexte de transition et de changement, l’adaptation participative de la ville ressort, entre contrôles et résistances, comme un produit transactionnel qui traduit la construction d’un « ordre négocié » (Hamman, 2011) de la durabilité urbaine.

Haut de page

Bibliographie

Arantes L., Transformation urbaine et appropriation des espaces extérieurs : les limites du modèle de la résidentialisation, ENTPE, 2007, 219 p.

Barbier R., « La fabrique de l’usager. Le cas de la collecte sélective des déchets », Flux, n° 48-49, Avril-Septembre, 2002, p. 35-46.

Bareil C., Savoie A., « Comprendre et mieux gérer les individus en situation de changement organisationnel », Gestion : revue internationale de gestion, 24, 3, 1999, p. 86-94.

Beal V. et al., « La ville durable au risque des écoquartiers » Réflexions autour du projet New Islington à Manchester, Espaces et sociétés, n° 147, 2011, p. 77-97.

Berke P.-R., « Does sustainable development offer a new direction for planning? Challenges for the twenty-first century », Journal of Planning Literature, 17 (1), 2002, p. 21-36.

Berland-Berthon A., La démolition des logements sociaux, Histoire urbaine d’une non-politique publique, Éditions du Certu, 2009, 487 p.

Billemont H., L’écologie politique : Une idéologie de classes moyennes, Thèse de Doctorat en sociologie, Université d’Évry Val d’Essonne, 2006, 374 p.

CCE (Commission des Communautés européennes), Document consultatif en vue de la préparation d’une stratégie de l’Union européenne pour un développement durable, Document de travail des services de la Commission, Bruxelles, le 27 mars, SEC, 517, 2001, 66 p.

Charlot-Valdieu C., Emelianoff C., Les apports de la démarche Agenda 21 local à travers deux thèmes d’analyse : les documents d’urbanisme et l’approche quartier, Rapport pour l’ADEME et le CSTB, novembre, 2000, 248 p.

Chignier-Riboulon F., « Les conseils de quartier à Lyon, entre progrès de la démocratie participative et nouvelle territorialisation de l’action politique », Géocarrefour, dossier « Les territoires de la participation », vol. 76, no 3, 2001, p. 191-197.

D’andrea N., Tozzi P., « Jardins collectifs et écoquartiers bordelais. De l’espace cultivé à un habiter durable ? », Norois, dossier « Modes d’habiter », no 231, 2014, p. 61-74.

Doyon M., « Conflit et processus participatif d’un processus d’aménagement territorial : de la consultation publique au recours aux urnes », VertigO, vol. 11, n° 2, septembre, 2011, http://id.erudit.org/iderudit/1009354ar

Dussaux M., « Communes rurales, participation des habitants et développement durable », intervention pour les 2es journées de recherches en sciences sociales INRA SFER CIRAD, Lille, 11 et 12 décembre, 2008, 12 p.

Emelianoff C., Theys J., « Les contradictions de la ville durable », Le Débat, n° 113, janvier-février, 2001, p. 122-135.

Emelianoff C., « L’ingérence habitante dans l’urbanisme durable : un bain de jouvence ? », Intervention pour le colloque ESIEE Faire la ville durable, inventer une nouvelle urbanité, Session « Participation citoyenne et démocratie locale », Marne-La-Vallée, 20-21 janvier, 2011.

Faburel G., Roche C., « Modes d’habiter et participation habitante dans les éco-quartiers en France. Une analyse par les valeurs et principes de projets récents », communication lors de la journée d’étude L’implication des habitants dans les projets d’écoquartiers en France : quelles pratiques, quelles perspectives ?, 18 septembre, École Nationale Supérieure d’Architecture Paris-Val de Seine, 2012.

Faucheux F., « La prise en compte des modes d’Habiter dans l’évaluation des projets d’ÉcoQuartier », journée d’étude L’implication des habitants dans les projets d’écoquartiers en France : quelles pratiques, quelles perspectives ?, 18 septembre, École Nationale Supérieure d’Architecture Paris-Val de Seine 2012.

Gariepy M., Gauthier M., « Le débat public en urbanisme à Montréal. Un instrument de développement urbain durable ? », Canadian Journal of Urban Research, 18 (1), 2009, p. 48-73.

Gaudin J.-P., La démocratie participative, Armand Colin, Collection 128, 2007, 125 p.

Gourgues G., Les politiques de démocratie participative, PUG, 2013, 148 p.

Goxe A., « Gouvernance territoriale et développement durable : entre implications théoriques et usages rhétoriques », in Pasquier R., Simoulin V., Weisbein J. (dir.), La gouvernance à l’épreuve de ses usages sociaux. Pratiques, discours et théories de la gouvernance territoriale, LGDJ, 2007, p. 151-170.

Greffier L., D’Andrea N., Tozzi P., « Les professionnels de l’animation socioculturelle, activateurs de participation ? Analyses d’opérations d’écoquartiers dans l’agglomération bordelaise », Cahiers RAMAU, n° 6, « Les métiers de l’architecture et de l’urbanisme à l’épreuve de l’implication des habitants et des usagers », Éditions de la Villette, Paris, 2013, p. 89-106.

Guerin M. (coord.), Conflits d’usage à l’horizon 2020. Quels nouveaux rôles pour l’État dans les espaces ruraux et péri-urbains, la Documentation française, 2005, 204 p.

Guermond Y., Mathieu N., « La ville durable : un enjeu scientifique » in Guermond Y., Mathieu N. (Dir.), La ville durable, du politique au scientifique, Cemagref-Cirad, Ifremer, INRA, 2005, p. 11-29.

Guyonnet H., Ville et quartiers durables : l’affirmation de nouvelles ambitions urbaines, Mémoire de recherche, IEP Toulouse, 2007, 166 p.

Hamman P., « La « ville durable » comme produit transactionnel », Espaces et sociétés, 4, n° 147, 2011, p. 25-40.

ISIAT-CETE, Gouvernance et dimensions de la participation citoyenne dans les ÉcoQuartiers, MEDDTL, 2010, 64 p.

Knoepfel P. et al., Enjeux du développement urbain durable : Transformations urbaines, gestion des ressources et gouvernance, PPUR, 2005, 471 p.

Maghnous Dris Z., « Le projet urbain : du dessein au dessin », Communication au colloque international Penser la ville, approches comparatives, Khenchela, Algérie, 2008.

MEDDTL-AD4, Appel à projets ÉcoQuartier 2011 : Notice explicative de l’appel à projet EcoQuartier 2011, en ligne : http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/ NOTICE_EXPLICATIVE_Appel_a_Projets_EQ_2011_02-02-11.pdf

Merlet A. (rédac.), Aménagement paysager et vie de quartier. Restitution de la concertation sur la requalification d’Arago, Centre Social Arago - La Châtaigneraie, 2013, 29 p.

Monin E., Descat S., Siret D., « Le développement durable et l’histoire urbaine », Annales de la recherche urbaine, PUCA/ ministère de l’Équipement, n° 92, septembre, 2002, p. 7-16.

Nez H., Les savoirs citoyens dans l’urbanisme participatif, regards croisés sur les expériences de Paris et Cordoue, Thèse de doctorat, Université Paris VIII, 2010, 408 p.

Nonjon M., Quand la démocratie se professionnalise… Enquête sur les experts de la participation, thèse de doctorat, Université de Lille, 2006, 462 p.

Renauld V., Fabrication et usage des écoquartiers français, Éléments d’analyse à partir des quartiers De Bonne (Grenoble), Ginko (Bordeaux) et Bottière-Chénaie (Nantes), Volume 1, thèse de doctorat, INSA de Lyon, 2012a.

Renauld V., « Les conceptions techniques innovantes face aux règles d’usage des habitants : enquête sur un bâtiment écologique emblématique de l’écoquartier De Bonne à Grenoble », in Contribution scientifique et technique sur la notion d’appropriation dans les opérations d’aménagements urbains durables, Union Sociale de l’Habitat-MEDDTL/AD4, 2012, p. 34-38.

Rumpala Y., Régulation publique et environnement. Questions écologiques, réponses économiques, L’Harmattan, 2003, 373 p.

Souami T., Écoquartiers, secrets de fabrication. Analyse critique d’exemples européens, Problèmes politiques et sociaux, éditions Les Carnets de l’info, coll. « Modes de ville », 2009, 207 p.

Tache A., L’adaptation : un concept sociologique systémique, L’Harmattan, coll. « Pratique de la systémique », 2003, 361 p.

Tozzi P., « Ville durable et marqueurs d’un « néo-hygiénisme » ? Analyse des discours de projets d’écoquartiers français », Norois, n° 227, 2013, p. 97-113.

Tozzi P., D’Andrea N., Laugaa D., « Les effets de la participation au prisme des opérations françaises d’écoquartiers : entre incitations et risques pour l’engagement citoyen ? », communication pour le Congrès du GIS Démocratie et Participation, Atelier 4-1 : Contexte et évaluation de la participation : la territorialisation des effets, EHESS, 18 au 21 octobre, 2011.

Zetlaoui-Leger J. (dir.), La concertation citoyenne dans les projets d’écoquartiers en France : évaluation constructive et mise en perspective européenne, T.1, Lab’Urba, Université Paris Est Créteil-Val de Marne, 2013, 356 p.

Haut de page

Annexe

Fiche 1 – Écoquartier Ginko-Berge du Lac (Bordeaux)

Présentation de l’opération

En septembre 2004, la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB) lance une consultation pour l’aménagement d’un nouveau quartier, au nord de Bordeaux, devant satisfaire les nouvelles exigences environnementales et sociales. Bouygues Immobilier remporte le marché en 2006. En décembre 2008, les premiers permis de construire sont déposés, la berge du Lac devient alors l’une des 18 opérations d’aménagement urbain en cours sur l’agglomération bordelaise. Ce projet ambitieux et emblématique pour l’agglomération est rebaptisé Ginko en 2009 et présenté au concours national ÉcoQuartiers.

Aujourd’hui engagé dans la labellisation, il prend place dans l’arc de développement durable inscrit dans la stratégie de développement urbain de la ville. Sur 32,3 ha de friche en continuité du centre urbain, l’opération porte sur 2 149 logements dont 698 locatifs sociaux, deux groupes scolaires de 6 480 m² au total, une structure petite enfance, une maison polyvalente, un EHPAD, un espace multisports, une conciergerie solidaire, etc. En attendant l’achèvement des travaux prévu pour 2017, ce sont aujourd’hui environ 1 200 habitants qui habitent le nouveau quartier.

Dispositifs d’implication habitante affichés

Autour de Ginko, les processus d’implication des habitants sont d’abord ceux de la concertation préalable réglementaire inscrite dans la procédure de ZAC, clôturée en 2006. La concertation ultérieure, pendant l’élaboration/la modification du projet, a consisté en des échanges avec les élus municipaux autour de l’avancement du chantier, via les conseils de quartier. Des rencontres ont eu lieu avec les représentants d’associations et les acteurs sociaux locaux pour évoquer la complémentarité des équipements existants et de ceux prévus dans l’opération d’aménagement, de même qu’avec les habitants des quartiers d’habitat social riverains du Lac et des Aubiers. À l’arrivée des premiers habitants, Bouygues Immobilier a distribué

un livret d’accueil et organisé des réunions pour les sensibiliser aux particularités écologiques et aux bonnes pratiques comportementales propres à l’ÉcoQuartier. Le promoteur des Berges du Lac finance l’association Unis-Cité, composée de volontaires du service civique, pour initier ses habitants aux éco-gestes. La démarche environnementale est aussi intégrée à l’action du centre d’animation Sarah Bernhardt qui a ouvert ses portes dans le quartier fin 2013. Bouygues soutient aussi des actions pour animer le quartier : pique-nique en été, création de jardins partagés par la Scop Saluterre… En novembre 2013, une association d’habitants Les Ginko-Bilobiens s’est créée pour promouvoir la vie de quartier : repas en commun, animation des jardins, etc.

 

Fiche 2 – Écoquartier Arago (Pessac)

Présentation de l’opération

En 2006, Domofrance acquiert un ensemble de bâtiments, qui forment la résidence Arago, sur la commune de Pessac. Dès lors, la ville de Pessac et le bailleur engagent une réflexion sur le devenir du quartier Arago-Châtaigneraie. Ce quartier est enclavé entre la rocade et la voie ferrée ; il est inscrit dans la géographie prioritaire du contrat urbain de cohésion sociale de Pessac. Pour les porteurs de projet, la transformation du quartier et sa

réhabilitation sont affichées comme devant se conformer aux principes d’un écoquartier. Le projet a ainsi été présenté au concours ÉcoQuartiers de 2011 et est aujourd’hui en cours de labellisation. L’opération de réhabilitation-reconstruction, dont l’achèvement est prévu en 2016, est composée de 628 logements locatifs, répartis en 14 bâtiments, un centre commercial de 15 commerces, un centre médical et la construction d’une antenne Domofrance.

Dispositifs d’implication habitante affichés

Le pilotage du projet s’appuie sur les acteurs associatifs du quartier et particulièrement sur le Centre Social de la Châtaigneraie-Arago. Parmi les outils participatifs ou de concertation, on peut relever : en phase préalable, des réunions de concertation, des enquêtes sociales, entretiens auprès des habitants, ateliers participatifs, des diagnostics en marchant ; en phase pré-opérationnelle et opérationnelle : une concertation dans le cadre des permis de construire, des réunions publiques, rencontres

collectives et individuelles concernant le relogement, la mise en place de groupes de travail sur la gestion urbaine de proximité et l’animation sociale et culturelle (groupes « Vie Sociale », Groupes « Développement social des quartiers »), dont le travail est censé se poursuivre après le chantier. Un journal de quartier, HQE, a aussi été mis en place au début de l’opération, sous l’égide du centre social, afin d’informer les habitants des avancées du projet et de leur donner un espace de parole.

 

Fiche 3 – Écoquartier ancien Belcier (Bordeaux)

Présentation de l’opération

L’actuel quartier Belcier en cours d’éco-rénovation compte environ 800 logements (échoppes, logements collectifs privés et sociaux). Près de la gare Saint-Jean, l’opération d’écoquartier est incluse dans le grand projet Euratlantique, Opération d’Intérêt National (OIN). Jusque-là considéré comme plutôt enclavé et en déclin, avec une population composée à plus de 40 % de

chômeurs longue durée, le quartier ancien est aujourd’hui pris dans la dynamique aménageuse de l’OIN. D’ici à 2020, cette dernière prévoit la création d’une future ZAC « Bordeaux Saint-Jean Belcier » de 160 ha, avec 285 000 m² de bureaux, 320 000 m² de logements, 15 000 m² de locaux d’activités, 15 000 m² de commerces, 47 000 m² d’hôtels, 50 000 m² d’équipements publics et 20 ha d’espaces publics.

Dispositifs d’implication habitante affichés

La démarche de concertation engagée par la ville de Bordeaux et principalement animée par l’association l’Atelier des Bains Douches et le Collectif du grand Belcier qui fait le lien entre les associations sociales, culturelles, familiales, scolaires, éducatives, et écologiques des quartiers Belcier et Carle Vernet. Ces collectifs mobilisent les habitants du quartier sur les questions d’urbanisme et d’écologie, autour de modalités telles que : l’animation d’atelier de concertation (8 ateliers de avril 2009 à mars 2010) ayant débouché sur la production de livrets et d’une charte de quartier ; la communication sur le projet d’écoquartier Belcier en

participant à diverses réunions et démarches : conseil de quartier, concertation agenda 21, Comité permanent de la concertation sur le franchissement J.-J. Bosc, réunions avec d’autres associations telle H Nord, journées de travail CUB sur développement durable, etc. ; l’animation des Conversations de Belcier (atelier entre habitants sur des thématiques du quartier) ; l’animation d’actions « rues sans voitures » ; la création d’un collectif d’entraide pour la réhabilitation écologique ; la requalification d’une petite friche urbaine en jardin collectif et végétalisation des entrées de rues en partenariat avec l’association bordelaise Friche and cheap.

 

Fiche 4 – Écoquartier Résidence des Pins (Mérignac)

Présentation de l’opération

Le projet, porté par la ville de Mérignac et le bailleur social Gironde Habitat entre 2003 et 2013, a permis de procéder à la démolition-reconstruction de 413 logements – incluant la construction de 21 maisons individuelles – à partir d’une base de logements sociaux présentant nombre de dysfonctionnements : dégradations physiques, familles en difficultés, insécurité. L’objectif était de renouveler l’image d’un quartier obsolète en améliorant la qualité d’usage

de l’habitat et de son environnement. L’opération ambitionnait de s’inscrire dans la politique de développement durable menée par la ville en partenariat avec le bailleur, les habitants et les partenaires associatifs privés et institutionnels. Ce projet, à travers lequel la commune souhaitait intégrer la notion de durabilité dans sa dynamique de progression et sa stratégie de développement, a été présenté au concours national Écoquartiers de 2009.

Dispositifs d’implication habitante affichés

Plusieurs modalités ont été visées afin de faciliter la prise en compte des attentes des habitants-locataires tout au long du projet : des réunions publiques régulières avec les locataires, l’amicale des Locataires, le centre d’animation Cap Léo et le conseil de quartier ont eu lieu dès 2000 et au moins jusqu’en 2010 ; des enquêtes ont été menées auprès de l’ensemble des locataires entre 2000 et 2001 afin de mieux comprendre les relations des locataires à leur habitat et à leur cadre de vie ; des permanences ont été organisées sur la résidence Les Pins par la cellule développement social de Gironde

habitat, courant 2002 et 2003, afin de recueillir les interrogations des locataires par rapport au projet et à leur relogement ; le comité de Pilotage du projet a été élargi pour intégrer les acteurs représentants du quartier, c’est-à-dire l’Amicale laïque des locataires et les représentants du centre d’animation Cap Léo dès 2004 pour le suivi de l’avancement des différentes tranches de l’opération. Pendant un temps, le centre d’animation s’est impliqué dans une communication de proximité autour du projet et dans la promotion des modes de vie durables auprès des résidents, en lien avec l’information-sensibilisation produite par le bailleur.

Haut de page

Notes

1 À l’instar d’autres chercheurs tels Taoufik Souami (2009) ou Jodelle Zetlaoui-Leger (2013), nous choisissons de considérer le terme « écoquartier » comme interchangeable avec « quartier durable » et de le prendre tel qu’utilisé et opérant chez les acteurs qui l’utilisent, sans procéder à un exercice définitoire ou de construction sémantique.

2 Pour « Participation, Animation et GOuvernance Dans les Écoquartiers », programme financé par l’Agence nationale de la recherche dans le cadre de l’appel à projets « Ville durable » (2010-2014) et conduit par une équipe de chercheurs de l’UMR CNRS ADESS 5185 ; http://pagode.hypotheses.org/.

3 Ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement.

4 Cf. la Charte des ÉcoQuartiers français, ou le discours de Cécile Duflot lors du lancement du label national ÉcoQuartier à Brétigny-sur-Orge, le 14 décembre 2012.

5 Qui sera suivie d’une loi « Grenelle 2 » du 12 juillet 2010 portant sur l’ engagement national pour l’environnement et comportant un volet relatif à l’amélioration énergétique des bâtiments.

6 Cf. article 7 de la Loi du 3 août 2009 dite de Programmation relative à la mise en œuvre du premier volet Grenelle de l’environnement.

7 Le club regroupe l’ensemble des porteurs de projets dans un objectif de valoriser et diffuser les bonnes pratiques et les projets de qualité, mais aussi d’accompagner les maîtres d’ouvrage publics dans leur projet ; http://www.developpement-durable.gouv.fr/Le-Club-National-EcoQuartier,28712.html

8 Atelier du 9 mars 2010, « Le citoyen et l’entrepreneur, moteurs de l’ÉcoQuartier », in Zetlaoui-Leger, 2013.

9 Cf. Dossier de labellisation ÉcoQuartier 2012.

10 Chap. 2, section 1, art. 7.

11 Cf. Dossier de presse Ville de Bordeaux, septembre 2011 : http://www.bordeaux.fr ; et A. Juppé, « Vers le Grand Bordeaux : pour un projet urbain durable », Constructif, n° 23, juillet 2009 ; source : http://www.constructif.fr

12 Ville de Bordeaux, Agenda 21, le bilan : 2010-2011 ; source : http://www.bordeaux.fr

13 Source : http://www.grandesvilles.org

14 Source : www.lacub.fr/sites/default/files/PDF/environnement/agenda21.pdf

15 Pour Bordeaux et la CUB, cf. http://participation.lacub.fr ; http://www.aaim.tv/2013/09/bordeaux-dispose-aujourdhui-de-sa-charte-de-la-participation-citoyenne/

16 Le concept d’adaptation-assimilation insiste sur la part du processus d’adaptation qui intègre et transforme les dynamiques de changement dans une transformation du système qui n’ entraîne pas son changement radical (Taché 2003).

17 http://bordeaux.eelv.fr/ginko-eco-peut-etre-mais-quartier-pas-encore/

18 Par exemple les destinations essentielles du foncier, le nombre de logements, les enjeux de connectivité et d’accessibilité urbaines, la conception énergétique et l’allure architecturale générale des bâtiments...

19 La participation fait ici l’objet d’une appréhension paradoxale de la part des responsables politiques et des promoteurs d’écoquartiers : remède au conflit facilitant l’habituation des individus au nouveau projet de la ville, elle s’avère aussi réversible en risque d’achoppement qui peut compliquer les processus d’adaptation.

20 MEDDTL/AD4 et CETE de Lyon, « Compte rendu détaillé, groupe de travail n° 3 : le citoyen et l’entrepreneur, moteurs de l’ÉcoQuartier », in Zetlaoui-Leger, 2013.

21 Selon Franck Faucheux (2012), chef de bureau des ÉcoQuartiers au ministère du Développement durable.

22 Le discours est axé sur ce « qu’il faut faire » ou « ne pas faire », ainsi que sur une forme de culpabilisation discrète visant celui qui risquerait, par exemple, de mettre en péril « l’équilibre énergétique » des bâtiments par ses « mauvais » usages énergétiques.

23 Cf. Charte municipale d’écologie urbaine et de développement durable de la ville de Bordeaux ; http://www.fichier-pdf.fr/2013/07/12/charteecologieurbbx/charteecologieurbbx.pdf

24 http://www.bordeaux-euratlantique.fr/concertation/

25 http://www.pessac.fr/sites/default/files/pdf/projets/HQE4.pdf

26 Dossier de réalisation de la ZAC, Bouygues Immobilier, 2008.

27 Cf. le dossier « Belcier, vers un écoquartier ancien », publié en 2010 par l’association l’Atelier des Bains douches du quartier Belcier : http://belcier.bainsdouches.free.fr/BELCIER %20dossier %20eco-quartier %20ABD %20oct %202010.pdf

28 Dubreuilh L., Enquête sur l’aménagement de l’espace central de la deuxième tranche dans la Cité des Pins à Mérignac, septembre, Cap Léo Centre d’animation à Mérignac, 2010, 17 p.

29 « Not in my backyard »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Tozzi, « Enjeux participatifs dans l’adaptation urbaine durable », Sud-Ouest européen, 37 | 2014, 105-116.

Référence électronique

Pascal Tozzi, « Enjeux participatifs dans l’adaptation urbaine durable », Sud-Ouest européen [En ligne], 37 | 2014, mis en ligne le 23 juillet 2015, consulté le 19 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/soe/1128 ; DOI : 10.4000/soe.1128

Haut de page

Auteur

Pascal Tozzi

Maître de conférences, université de Bordeaux III, Maison des Suds, Esplanade des Antilles, 33600 Pessac.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals