Navigation – Plan du site

Raymond Dugrand et Montpellier : une relation géographique et politique

Un exemple de géographie appliquée
Raymond Dugrand and the City of Montpellier. A case-study in applied geography
Raymond Dugrand y Montpellier : una relación geográfica y política. un ejemplo de geografía aplicada
Dominique Chevalier
p. 129-140

Résumés

Cet article propose, à travers une étude de cas, de s’intéresser à un exemple de géographie appliquée. Quel a été le parcours de Raymond Dugrand, professeur de géographie, élu et urbaniste, à la fois comme étudiant et comme jeune chercheur ? Et comment a-t-il mis ses savoirs géographiques au profit de l’aménagement de Montpellier ? Telles sont les principales questions auxquelles ce texte cherchera à répondre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean Nouvel, Paul Chemetov et Ricardo Bofill notamment.
  • 2 La décision avait été votée en décembre 2008, en conseil municipal, en présence de ce dernier.

1Le 12 juin 2009, devant un parterre composé de nombreux architectes, dont certains grands noms de l’architecture contemporaine1, la municipalité de Montpellier, en présence de Hélène Mandroux, maire de la ville, et de Georges Frêche, Président de la région Languedoc-Roussillon, rendait hommage à « son » géographe, adjoint délégué en charge de l’urbanisme et des grands travaux de 1977 à 2001, et premier adjoint de 1989 à 2001. Cette « Journée Raymond Dugrand », affichait ainsi, de son vivant, la reconnaissance des édiles de la cité à l’égard de cet homme, spécialiste de géographie urbaine, qui avait consacré une partie de sa vie et marqué de son empreinte la politique urbaine montpelliéraine. Cette gratitude se concrétisait aussi par l’insertion de son patronyme dans la cité, puisque, depuis ce jour, l’ex « avenue de la Mer », longue de 1,5 kilomètres et large de 60 mètres se nomme « avenue Raymond Dugrand »2. Un changement toponymique cohérent avec la nature du projet urbain défendu à la fois par Raymond Dugrand et par Georges Frêche.

  • 3 Qu’il me soit permis de dire ici qu’il a également marqué de nombreux-ses étudiant-e-s, à l’Univers (...)

2Cet article propose de comprendre les raisons de cet honneur rendu au professeur de géographie, élu et urbaniste, et de découvrir le parcours de cet homme (fig. 1) qui a participé à la production de la ville telle qu’elle est aujourd’hui3. Comme il n’existe aucune possibilité d’étudier objectivement la réalité ou le monde hors de l’expérience qu’en ont les hommes, la parole, avec sa verve inépuisable, lui sera souvent laissée, notamment dans les deux dernières parties de cet article, paroles issues du long entretien qu’il m’a accordé à son domicile le 9 juillet 2007, et propos tirés de différentes sources écrites. Un document de synthèse (fig. 2)permet de localiser, en fin d’article, les différents lieux évoqués lors de cet entretien.

  • 4 Rapport de fin de mandat de la Commission de géographie appliquée, mars 2000, in http://cnfg.univ-p (...)
  • 5 Ce débat est retracé dans le livre de Michel Phliponneau, La géographie appliquée, 1999.

3Si aujourd’hui la distinction entre géographie appliquée et géographie active, comme « vaine querelle terminologique »4, n’est plus de mise, il en allait tout autrement dans les années 1960, notamment à la suite de la parution de l’ouvrage de Michel Phlipponneau (Phlipponneau, 1960). Un débat national5 secoue alors la communauté des géographes sur l’opportunité de participer à des études dites « appliquées ». Les opposants à cette néo-géographie, partisans, pour ce qui les concerne d’une géographie active (George, 1965), mettent en avant une série d’arguments pour justifier leurs réticences : le risque de compromission avec les pouvoirs en place, le détachement de la recherche fondamentale, la pollution par d’autres disciplines dites parfois « annexes » ou « auxiliaires », les risques de perte de l’unité de la discipline par des spécialisations, et la rupture avec sa finalité, à savoir la connaissance des rapports de l’homme et de la terre (Jalabert, 1999). La querelle, de toute évidence, n’est pas seulement terminologique. Des implicites idéologiques pimentent puissamment les débats.

4C’est précisément dans ce contexte intellectuel et idéologique que Raymond Dugrand fait ses premières armes de géographe. Tôt engagé dans la politique d’urbanisme et d’aménagement de la ville de Montpellier, il publiera peu, considérant qu’il est impossible d’être à la fois chercheur et acteur des politiques publiques.

Fig. 1 - Raymond Dugrand

Fig. 1 - Raymond Dugrand

Formation géographique et parcours politique

5Comme beaucoup de jeunes gens de son époque, la guerre s’impose dans son cursus universitaire.

Un cursus universitaire historiquement et politiquement situé

  • 6 Les Francs Tireurs et Partisans Français (FTPF) est le nom du mouvement de résistance armée crée en (...)

6Élève-maître à l’école normale d’instituteurs de Châteauroux, il adhère, en 1943, au maquis FTPF6 de la Haute-Vienne jusqu’à la fin de la guerre et prend, en 1945, la carte du parti communiste. Cet engagement à gauche, avec une formation marxiste importante, le marque durablement :

  • 7 Entretien avec Raymond Dugrand, à son domicile, le 9 juillet 2007.

« Il subsiste, dans le mécanisme foncier notamment, je ne me fais aucune illusion, je l’accepte parfaitement mais je ne vois pas comment faire autrement ».7

  • 8 Ibid.
  • 9 Ibid.

7Puis surviennent les crises dans les pays communistes, la Tchécoslovaquie d’abord, puis la Hongrie, et dès lors, il cesse tout contact avec le parti communiste français. Il devient même « violemment anti-PC »8 et se retire des actions politiques. Il n’accepte pas davantage la SFIO coloniale de Guy Mollet et participe d’ailleurs à des réseaux clandestins d’hébergement de condamnés à mort. Jusqu’à l’arrivée de Georges Frêche à Montpellier en 1977, période au cours de laquelle il reprend une activité politique, il se définit comme gaullien [sic] de gauche, « non pas gaulliste politique, mais gaulliste dans les mécanismes d’intervention »9.

  • 10 « Pierre George », article paru dans l’ édition le Monde du 19.09.06, « Il a fait évoluer la géogra (...)

8Dès 1945, il quitte l’école normale de Châteauroux et entreprend des études de géographie, à l’Institut de géographie de l’Université de Paris. Le gouvernement de Vichy a créé, depuis peu, une « licence d’enseignement de géographie » partiellement séparée de l’histoire, et l’agrégation de géographie. De Martonne part en retraite et André Cholley lui succède en géographie physique. L’arrivée de Pierre George, en 1948, va modifier les fondements de la discipline. « Dès ses premiers cours à la Sorbonne (Institut de géographie) […] il donna à la géographie une tout autre dimension, en accordant une importance fondamentale au plan mondial à ce qu’il appelait les “systèmes économiques et sociaux”, ceux du système capitaliste et ceux du système socialiste. Dans l’ambiance de l’époque, ses cours suscitaient grand intérêt. On pouvait bien évidemment y reconnaître l’influence du marxisme, mais Pierre George ne s’y référa jamais explicitement, pas plus qu’aux “luttes de classes” »10. Jean Dresch le rejoint peu après avec une question vive comme objet d’enseignement : colonisation et Afrique du Nord. Pierre George et Jean Dresch appartiennent tous deux au Parti communiste et marquent fortement la génération de géographes en formation.

9Mais l’objectif principal, dans cet Institut, consiste d’abord à réussir le concours d’agrégation de géographie. Quatre ou cinq postes sont pourvus chaque année et le chiffre dépasse à peine la dizaine en 1950. C’est précisément cette année-là que Raymond Dugrand obtient le célèbre sésame. Il excelle tout particulièrement dans l’épreuve d’explication orale d’une carte, travail de terrain sans terrain (Bataillon, 2006).

L’influence marxisante de Jean Dresch et de Pierre George

10Pourtant, le choix de la géographie reste, d’après lui, un hasard de la vie universitaire.

« Ce sont des hasards : des professeurs, dans les lycées, qui vous prennent en charge et qui vous conseillent. J’ai donc eu la chance d’avoir des professeurs dès le lycée, dès la classe de philosophie, qui ont eu confiance en moi, et moi j’ai cru en eux. Et ensuite, l’élément fondamental a été le passage dans la politique volontariste marxisante avec Dresch, George qui étaient tous les deux marxisants ».

11Suit alors une inscription en thèse avec Pierre George, une fois l’agrégation de géographie en poche. Pierre George, qui a enseigné à Montpellier après l’obtention de son agrégation d’histoire-géographie, lui demande en effet de résoudre le paradoxe suivant : dans toute l’Ile de France les villes votent à gauche et la campagne à droite. Pourquoi, en Languedoc, la campagne vote-t-elle à gauche et Montpellier à droite ? Raymond Dugrand quitte Paris, bien décidé à éclaircir cette singularité.

  • 11 Entretien du 09 juillet 2007.

12C’est précisément à cette occasion qu’il découvre la politique foncière et en appréhende les incidences. Il décèle, dans le cadastre de Beaucaire, qu’environ 600 petits propriétaires, non résidents, habitent Montpellier ou Nîmes. C’est bien là que réside la clé de compréhension de l’originalité languedocienne. Leur comportement électoral traduit en fait cette dichotomie spatiale et sociale. À Montpellier, ils votent en tant que propriétaires de parcelles viticoles à Beaucaire ; sur place, un métayer ou un fermier, « qu’ils pressuraient ardemment »11, s’occupe du travail. La possession de la région par les villes reposait ainsi essentiellement sur la maîtrise du sol et de son exploitation par les citadins.

  • 12 Pierre George, « Deux études de réseaux urbains, l’Alsace et le Bas-Languedoc méditerranéen », Stra (...)
  • 13 Dugrand, avant-propos de sa thèse, 1963.

13Il attire l’attention des géographes, sept ans avant la soutenance de sa thèse, sur l’intérêt de l’étude de la propriété foncière des citadins pour cerner l’approche des relations villes-campagnes (Dugrand, 1956) puis finalise son travail au sein de 640 pages accompagnées de 60 cartes, pour la plupart polychromes, 26 figures et diagrammes et 32 planches hors texte, qui dressent une image exhaustive de la structure urbaine et de la vie régionale du Bas-Languedoc méditerranéen. L’approche, entièrement nouvelle, rénove intégralement la méthode d’analyse régionale12. Elle est un modèle d’étude marxisante et l’engagement de son auteur est manifeste et assumée : « confessons-le enfin, dans le choix du sujet de cette thèse entraient tout autant les préoccupations du géographe que celles du citoyen. L’étude du réseau urbain, faite du point de vue des villes, c’est-à-dire de l’économie actuellement triomphante, c’était la certitude d’aborder tous les grands problèmes de notre temps et la certitude de déboucher sur les réformes qu’attend notre pays. C’était donc se forger de façon scientifique une doctrine politique personnelle. Que celle-ci transparaisse ça et là était inévitable. La manière même de présenter des faits, de poser un problème, d’aborder une solution, porte en soi la marque d’une philosophie. »13

14Il montre de manière méthodique les mécanismes d’appropriation massive des terres de production par une bourgeoisie citadine. Les petits propriétaires ne sont pas les seuls concernés.

  • 14 La rue Chaptal est une rue du centre de Montpellier, située en dehors de « l’Écusson ».

« Il y avait aussi les gros propriétaires de Beaucaire, qui étaient rue Chaptal14 par exemple, où j’habitais également. Ils avaient 200 hectares de vigne et le vendredi, ils rentraient sur leur propriété ».

15La réponse à la question de Pierre George était là :

« ces propriétaires ne votaient pas selon leur appartenance à une classe sociale déterminée par les rapports sociaux urbains intra mais au contraire dans un rapport de domination sur la campagne. Par contre effectivement, la campagne votait à gauche, et notamment communiste, avec une population espagnole importante autour de Béziers. Il m’a fallu huit ans pour le démontrer ».

16Ce travail sur les relations « villes-campagnes », sur les réseaux urbains s’inscrit dans un moment épistémologique particulier de l’histoire de la géographie, où de grandes thèses urbaines sont soutenues : Bernard Kayser, Campagnes et Villes de Côte d’Azur (1958), Michel Rochefort, L’Organisation urbaine de l’Alsace (1960), Jean Bastié, La croissance de la banlieue parisienne (1964), Yves Babonaux, Villes et régions de la Loire moyenne (1966). La thèse à peine soutenue, il est recruté, en 1963, comme enseignant à l’université de Montpellier.

La rencontre d’un homme et d’une ville

17Il arrive dans un contexte où de profondes mutations, exogènes, affectent durablement la ville de Montpellier. En tant que nouveau résident et spécialiste des questions urbaines, il assiste à ces diverses modifications qui annoncent discrètement l’envie de « changer la ville, changer la vie » qui sera le slogan de la campagne municipale de Georges Frêche en 1977.

  • 15 Correspondance courriel, op. cit.

18En tant que « patron d’un Institut de géographie », il s’implique dans la publication des Atlas régionaux (Dugrand, 1969). En 1971, Roger Brunet lui propose l’idée de lancer conjointement une nouvelle revue de géographie, proposition acceptée dans un premier temps. Mais finalement ses engagements auprès de la Datar et ses nombreuses responsabilités universitaires l’amènent à reconsidérer cette décision. Roger Brunet crée donc seul L’Espace géographique, référence scientifique toujours majeure pour la discipline. Raymond Dugrand se trouve associé au comité de rédaction15.

19Quelles sont les mutations urbaines et urbanistiques qui marquent alors si profondément la ville de Montpellier ?

L’arrivée des rapatriés d’Afrique du Nord et la construction de nouveaux quartiers

201963 : 30 000 Pied-Noirs, 4 000 Harkis, 30 000 Algériens arrivent à Montpellier, deuxième pôle de concentration de rapatriés après Paris. Leur installation dope l’économie locale du commerce, des services et du bâtiment. Cette croissance extraordinaire représente un véritable défi. François Delmas, alors maire de Montpellier, assisté de son adjoint à l’urbanisme, le géographe François Doumenge (lui-même assistant de Raymond Dugrand à l’université), mettent en place un système de construction classique, composé de grands ensembles (le Petit Bard, les Cévennes, Le Masson) pour répondre à cette considérable pression démographique. L’édification d’une ville nouvelle sur un espace de 225 hectares en grande partie occupé par la garrigue est planifiée, ce sera la Paillade, « modèle de construction et d’action foncière » selon Raymond Dugrand, qui reconnaît à ces prédécesseurs un certain courage politique dans le choix de cette intervention menée via la SERM (Société d’équipement de la région de Montpellier). Le conseil municipal du 2 octobre 1961 décide la création d’une ZUP sur le domaine de la Paillade, validé par arrêté ministériel du 23 janvier 1962. Le 12 mars 1962, la SERM achète le terrain à la famille de Baroncelli, qui garde néanmoins la jouissance du château, et construit tours et barres à cet emplacement, pour trois millions de francs. Les travaux débutent en janvier 1964, et le 15 avril 1967 les premiers habitants s’installent dans la zone sud du quartier. La Paillade est prévue pour recevoir 50 000 habitants. Au final, il n’y en aura pas la moitié.

Montpellier capitale régionale

  • 16 Le Polygone abrite la nouvelle mairie, des logements, un grand centre commercial régional, des serv (...)

21Dans la liste des mutations exogènes, en cette année 1963, une autre évolution fondamentale se produit : la création par De Gaulle des capitales régionales. Montpellier se trouve hissée à ce rang. Cette désignation n’allait pas de soi, car Nîmes et Perpignan auraient pu toutes deux être de sérieuses concurrentes. Elles vont pourtant se trouver reléguées à des rôles secondaires et cantonnées dans une situation de relative dépendance. Les composantes historiques du réseau urbain régional s’en trouvent durablement modifiées. D’origine médiévale, donc d’ancienneté récente pour une ville méridionale, tout particulièrement au regard de sa rivale nîmoise fière de son prestigieux passé romain, Montpellier réussit à s’imposer comme « la » capitale du Languedoc-Roussillon. Cette création administrative provoque le repli sur Montpellier de l’administration, des bureaux des ministères et des administrations centrales, la justice, l’armée, l’enseignement supérieur et de nombreux services… Comme dans de nombreuses autres villes, l’édification d’immeubles de bureaux et de commerces, concentrés dans de grands complexes commerciaux plus ou moins bien amarrés au centre-ville, transforme rapidement le paysage urbain. Le complexe du Polygone16, accolé à la place centrale de la Comédie, devient rapidement le symbole de ces mutations.

L’implantation de l’usine IBM

22En 1964, IBM installe son unique site industriel de l’Hexagone à Montpellier, alors qu’aucune tradition industrielle ne préexistait jusqu’alors. Le potentiel de recherche et d’enseignement scientifique de la ville qui compte déjà plus de 20 000 étudiant.e.s convainc les investisseurs. Le chantier démarre le 1er décembre 1964 pour une mise en fonctionnement en juin 1965. Cette implantation, accompagnée de l’arrivée de 3 000 personnes, engage Montpellier dans une nouvelle dynamique économique, qui se renforce encore par la massification de l’enseignement supérieur et l’augmentation considérable du nombre d’étudiants dans la cité. Dans ce contexte général des économies postfordistes, une inversion géographique commence à s’amorcer, qui avantage les territoires et les villes sans tradition industrielle. La qualité du cadre de vie devient un critère d’installation prépondérant pour une population de cadres de plus en plus nombreuse. Les villes du Sud, et tout particulièrement Montpellier, profitent pleinement de cette primauté accordée à l’environnement et du développement de l’économie des savoirs. En 1965, IBM France décentralise vers le Languedoc-Roussillon la production de ses ordinateurs.

Le canal du Bas-Rhône et la Mission Racine17

  • 17 Cette mission Racine, du nom de son président, est en fait la mission interministérielle d’aménagem (...)

23Si ces deux opérations d’aménagement ne concernent pas spécifiquement la ville de Montpellier, elles occupent néanmoins une place de choix dans l’expérience professionnelle de Raymond Dugrand.

  • 18 Entretien du 9 juillet 2007.

« La création de la Grande Motte ? C’est là que j’ai appris comment on mettait en place un architecte en chef en lui donnant les responsabilités et les libertés de la création. Je n’ai jamais, entre 1978 et mon départ en 2004, signé un permis de construire sans qu’il soit par avance contresigné par l’architecte en chef »18.

24En 1955 est créée, à l’initiative de Philippe Lamour, la Compagnie du Bas-Rhône qui met en place un vaste système comportant à la fois canaux d’irrigation, barrages de retenue, stations de pompage et d’élévation, tandis que la côte, démoustiquée entre Camargue et Pyrénées devient une zone touristique sur laquelle l’État prévoit d’implanter six unités touristiques. La Grande Motte sera l’une d’entre elles.

  • 19 Entretien du 9 juillet 2007.

25Les réactions d’hostilité face à ces politiques sont prégnantes. Le canal du Bas-Rhône apparaît en effet comme une décision de l’État contre la région, comme une décision de « Paris contre la vigne »19. La Mission Racine et l’aménagement du littoral occasionnent semblablement de nombreuses réactions conflictuelles.

  • 20 Ibid.

« On était contre le tourisme dans la mesure où il symbolisait une série de gens qui venaient nous piquer le soleil, qui venaient nous piquer le poisson ! »20.

26Le port de la Grande Motte est inauguré en 1967 et la première pyramide en 1968. Un vaste espace touristique national et européen commence à se dessiner, qui influe sur l’attractivité de Montpellier.

27Ces diverses croissances exogènes transforment rapidement et profondément la capitale régionale. Comme dans de nombreuses villes moyennes, Georges Frêche remporte les élections municipales de 1977, qualifiées de « raz-de-marée » pour l’Union de la gauche par Le Monde du 22 mars 1977, ou de « Vague rose » par La Nouvelle République du 22 mars. Sa campagne électorale met en avant un projet urbain ambitieux. Selon Raymond Dugrand qui a fait ses armes d’aménageur avec le projet de la Grande Motte, « ce n’est pas Frêche qui a gagné la ville, c’est la ville qui s’est offerte à Frêche ». Les nouveaux Montpelliérains, attirés par les récentes mutations, sanctionnent la gestion de François Delmas où le vin et la propriété foncière occupent encore une place importante. Ils souhaitent une intégration de la diversité culturelle dans les politiques de développement. Le slogan prometteur « Changer la ville, changer la vie » les a sans doute convaincu que la ville s’affranchirait de son image de belle endormie, au profit d’un développement plus ambitieux et plus conforme à leurs aspirations culturelles et sociales. Si l’objectif de rompre avec l’inertie et l’image conservatrice de la ville est clairement défini par les nouveaux édiles, il leur reste néanmoins à mettre en place (ou parfaire) une stratégie susceptible d’impulser une dynamique de développement économique efficace. L’objectif est bien d’inscrire la ville dans les réseaux d’une économie mondialisée, et l’enjeu s’avère d’autant plus important que différentes formes de crises et de mutations affectent l’ensemble des régions françaises.

28Le projet des nouveaux élus, et notamment de Raymond Dugrand, consiste à transformer la croissance jusqu’alors exogène en croissance endogène.

Les actions du géographe urbain

29Le nouveau projet urbain est animé par une volonté politique affirmée, dont Raymond Dugrand, adjoint à l’urbanisme pendant 25 ans, est à la fois le fondateur et l’interprète. Il lui apparaît fondamental de mettre en œuvre des politiques qui conforteront le développement. Celles-ci prendront diverses figures.

Le contrôle de l’eau

  • 21 Entretien 9 juillet 2007.

30Le contrôle de l’eau passe par l’exploitation de la source du Lez, située au nord de la commune de Saint-Clément-de-Rivière ; elle est la principale résurgence du vaste ensemble karstique sous-jacent aux Garrigues nord montpelliéraines. Le fleuve côtier débouche en mer sur la commune de Palavas-les-Flots, après un parcours total de 28,5 km. Cette décision s’inscrit dans un processus d’actions, qui s’oppose à la fois à Philippe Lamour « qui veut vendre son eau à la ville »21 et au Canal du Bas-Rhône. Après des analyses de pluviosité, des études concernant les résurgences et un record du monde de plongée pour aller explorer la source, un forage permet à la ville de Montpellier de « ne plus boire l’eau du Rhône ». Le contrôle de l’eau ne s’arrête pas à sa simple consommation. Ce petit fleuve, capricieux, menace régulièrement de grandes crues, parfois dévastatrices. Leur probabilité centennale a d’ailleurs dissuadé les bâtisseurs de développer la ville vers l’est. Dès 1977, de gigantesques travaux intègrent le Lez dans le développement urbain ; il est recalibré, sa source est aménagée et ses berges se transforment en lieu de promenade. Cette valorisation des berges en milieu urbain n’est pas spécifique à la politique montpelliéraine. À Lyon, Toulouse ou encore Bordeaux les discours politiques et urbanistiques racontent aussi des histoires de réconciliation, de réappropriation ou de reconquête entre la ville et le fleuve. Mais le Lez n’est ni le Rhône, ni la Saône, ni la Garonne !

  • 22 Préface de R. Dugrand in Frêche, 2005.

« Pouvait-on, en effet, faire une grande métropole d’une ville où les inondations, chaque décennie, faisaient des victimes et où, presque chaque été, l’eau était rationnée ?22 »

La création d’une technopole

  • 23 Les lois Defferre à partir de 1981.

31Depuis les lois portant sur le transfert des compétences lié à la décentralisation23, les villes ont dû faire face à de nouvelles conceptions du pouvoir urbain. Les mutations liées à l’émergence de modes de production essentiellement basés sur des services de type tertiaire supérieur, associées à l’évolution des rapports que les entreprises entretiennent avec l’environnement, rendent les relations cadre urbain/cadre de vie plus exigeantes. Les activités économiques « de pointe », qui sont aussi les plus représentatives de l’internationalisation de l’économie, recherchent des espaces urbains qualifiés et valorisés, susceptibles d’apporter aux cadres qu’elles emploient les services nécessaires à leur mode de vie.

  • 24 Frêche G., Montpellier votre Ville, Montpellier, n° 93, nov.-déc., 1986.

32En 1983, « Montpellier L. R. Technopole » voit le jour, après que le concept ait été soigneusement pensé, sur fond de campagne publicitaire tonitruante : « Technopole, le mot est lancé... Il fait choc ! Le Japon, les États-Unis, l’Europe... Montpellier sont au rendez-vous... Beaucoup d’images, beaucoup de visions, un peu d’utopie mais aussi pour ceux qui auraient du souffle, le projet avoué d’être “des exemples de vie pour le XXIe siècle” »24. L’homogénéité générale du projet repose sur la synergie recherchée entre recherche, universités et entreprises, et sa déclinaison en cinq pôles de développement. Euromédecine et Agropolis connaissent un succès rapide parce qu’ils s’appuient sur les points forts de la ville : l’université, la recherche médicale, pharmaceutique et agronomique. Le pôle Informatique se développe aux côtés d’IBM tandis qu’Antenna regroupe les technologies de la télématique et de l’image. Le dernier, Heliopolis, basé sur le tourisme, s’ancre sur le patrimoine du centre historique et la vitalité culturelle du centre ville. L’idée centrale, au cours de ces années 1980, consiste à dépasser le concept de technopole ; le terme d’Europole (Brunet et al., 1988), « la ville qui invente », se trouve abondamment mobilisé, dans le discours politique et scientifique local. Il représente le degré supérieur de la technopole.

  • 25 Dugrand R., L’ élu, le projet de ville et l’urbanisme, 1994, document non publié.

33Raymond Dugrand, justifie le concept et sa propension à participer à la dynamique urbaine : « Parce que la position de l’élu se doit d’être à la fois rassurante (d’où l’idée que Montpellier petite métropole ne saurait se développer dans tous les domaines) et mobilisatrice (cinq pôles majeurs et de pointe là où il n’y avait presque rien il y a 25 ans est en soi une fameuse ambition). D’autant qu’il faudra légitimer le choix retenu. Et l’argumentaire, outre sa base scientifique, devra faire référence à d’autres données. En expliquant par exemple – ce qui est vrai – que deux pôles étaient déjà en gestation dans la cité (la médecine et l’agronomie) et qu’ils puisaient donc leurs racines dans le passé de Montpellier. Alors que le choix des trois autres (Informatique, Communication et Tourisme) allaient faire entrer Montpellier dans le lot des villes résolument modernes, type “Silicon Valley” »25.

34La mise en place de la technopole montpelliéraine a donné lieu à d’abondants discours et de nombreuses campagnes de communication, parfois provocantes. Le communicant Daniel Boulet, créateur de l’agence RSCG Boulet, a médiatisé les mues et mutations de la cité à travers des campagnes de publicité axées sur les thèmes « Montpellier la surdouée » et « Montpellier l’entreprenante ». Ce discours hyperbolique au service d’un marketing urbain puissant s’explique, en partie, par l’origine récente de cette ville méridionale et son affirmation tardive comme capitale régionale. Montpellier se consolide, de fait, métropole et technopole au cours de la même période.

L’élaboration d’une maîtrise raisonnée de l’urbanisme

35En raison des risques de crues du Lez et d’une forteresse défensive postée à l’est du centre historique, toute extension du territoire communal en cette direction s’est longtemps trouvée bloquée, déséquilibrant ainsi la morphologie urbaine générale. En 1978, une opportunité extraordinaire s’offre à la ville : racheter 40 hectares de terrains vierges, militaires essentiellement, et diocésains dans une moindre mesure, à quelques centaines de mètres du centre ville et du « Polygone ». Elle fait appel à l’architecte catalan Ricardo Bofill pour réaliser un nouveau quartier, dans le cadre d’une zone d’aménagement concerté (ZAC) sur cet espace libéré. Pourquoi Bofill ?

  • 26 Entretien du 9 juillet 2007.

« Parce que nous voulions faire du centre ville ; Antigone va être la greffe d’un nouveau centre sur un centre ancien. Il n’est donc pas question de faire un quartier banal. Nous avons choisi Bofill parce qu’on sait qu’il va y mettre des colonnes, qu’il va faire quelque chose de monumental. Et parce que Bofill, c’est le rapprochement avec Barcelone. Bofill, c’est l’homme qui a été mis en prison par Franco, c’est l’homme qui construisait en Algérie, qui avait pris contact avec le développement post-colonial. En prenant cet homme, c’était l’apparition de la politique urbaine d’images. Donc dans le choix de Bofill, il y avait ce qu’il a fait, mais aussi ce qu’il représentait »26.

  • 27 Plaquette de présentation du projet Antigone, 1979.
  • 28 Ricardo Bofill, Montpellier Architectures 1977-1992, Montpellier France, p. 5, 1993. L’ auteur préc (...)

36Et Bofill, homme d’images, fera Antigone, « monumentale, verte, socialiste et méditerranéenne »27, et « pensé comme un contrepoint au Polygone, aux années 1970 »28. Antigone représente la première réalisation concrète du projet de ville de l’équipe « Frêche », et apparaît, à ce titre, comme le lieu exemplaire du nouvel urbanisme de Montpellier.

37L’histoire architecturale et emblématique d’Antigone est assez connue. Les négociations qui ont accompagné sa réalisation le sont moins :

  • 29 Entretien du 9 juillet 2007.

« Donc nous avions l’architecte en chef : Bofill. Mais ensuite, il fallait construire ! L’évêque et l’association diocésaine comprennent très bien la nécessité de discuter avec la ville socialiste, de vendre à la ville socialiste des terrains un peu moins chers que le marché, à une condition : qu’on construise aussi une église et un couvent. Ce qui a été fait. Une partie de la bourgeoisie chrétienne adhérait au projet de développement de la ville. C’était le début de la participation. C’était passionnant. »29

38Le projet n’est pas qu’urbanistique et architectural, il est aussi social.

  • 30 Ibid.

« On veut que les immeubles qui jouxtent la Place du Nombre d’Or soient sociaux. Comment faire ? On se tourne vers les offices HLM ; mais ils sont tous conduits par des responsables politiques réticents à participer à ce nouveau développement qui leur paraît incongru. Il faut créer un nouvel office, que je crée, l’Héraultaise, dont je deviens le président et qui accepte de construire le Nombre d’Or. Nous lançons un appel d’offre et demandons une réponse sous deux mois. Arrive le jour de l’ouverture des plis ; le directeur de l’Héraultaise est à mes côtés : “Monsieur Dugrand, nous n’avons aucune réponse !” Nous en concluons qu’il s’agit probablement d’une question de temps, que le projet de Bofill, avec béton architectonique, demande des nouveautés importantes et nous prolongeons l’appel d’offres d’un mois. Trois mois après, il y a une réponse, une seule : celle de Bouygues, à un prix astronomique que nous estimons deux fois supérieur au prix du marché… Alors c’est là que j’ai compris que pour faire de l’urbanisme, il fallait établir avec les promoteurs et les constructeurs des liens d’amitié, quand c’est nécessaire, mais également de ne jamais rien céder… Le marché étant fini, je vais chercher de gré à gré une association coopérative, qui n’avait construit qu’à Paris, et qui va accepter de faire Antigone à un prix qui est exactement la moitié du marché que me proposait Bouygues. »30

39Raymond Dugrand, acteur de premier plan de la ville « en train de se faire » qui s’invente une destinée métropolitaine, utilise et mobilise sa formation en géographie pour penser les politiques urbaines en termes d’emboîtements d’échelle :

  • 31 Entretien 9 juillet 2007.

« À un certain moment j’étais premier adjoint de Frêche, vice-président du département et vice-président de la région avec délégation de la région. L’emboîtement de ces trois fonctions, cette concentration de pouvoirs a facilité énormément de choses. Il n’y a pas de politique sans pouvoirs, je ne vais pas cacher ça. Je dirai même que j’ai tout fait pour l’obtenir, au point de vue du foncier. »31

40Car la maîtrise foncière lui apparaît comme le B-A-BA des politiques urbaines.

  • 32 Correspondance par courriels, op. cit.
  • 33 Ibid.

41Enfin, il serait impossible de terminer cette partie consacrée aux actions du géographe de terrain sans mentionner, ne serait-ce que rapidement, l’implantation du GIP-Reclus Maison de la géographie, créé en 1984. La « Maison de la géo » a fonctionné comme centre scientifique jusqu’en 1997 dans les locaux de l’ancienne École Normale de filles. Roger Brunet, son fondateur, se souvient que Dugrand « a immédiatement été coopératif et remarquablement efficace. Sans lui, cette expérience n’aurait pas eu lieu »32. Il évoque par ailleurs une ambiance montpelliéraine extrêmement sympathique, où les discours et débats étaient « plus efficaces et concrets » qu’ailleurs. Les relations entre la « Maison de la géo » et l’équipe de Dugrand furent « très simples et exclusivement positives. »33

Deux credo : l’action foncière et le développement axial

42Raymond Dugrand l’affirme avec force, on ne peut pas faire d’urbanisme sans action foncière. Cela suppose d’anticiper le développement urbain.

« Personnellement, je ne vois pas d’autres mécanismes, si on pense que l’urbanisme est un aménagement volontaire. Peut-on faire de l’urbanisme sans intervention publique ? Je ne le crois pas. Laisser faire le marché pour la conception d’une ville, je continue à penser que c’est impossible. »

Les mécanismes de l’action foncière

43Comment appréhende-t-il l’intervention foncière ?

  • 34 Mises en œuvre à partir de 1970, « les zones d’aménagement concerté sont les zones à l’intérieur de (...)
  • 35 Entretien 9 juillet 2007.

« Une action foncière n’est intéressante que si elle est réalisée 10 ans avant. Si vous achetez des terrains à 50 euros le mètre carré, il ne faut pas intervenir tout de suite. Il faut leur laisser prendre une valeur suffisante pour que les bénéfices, au lieu de revenir à des intérêts privés, reviennent à la collectivité. Les ZAC34 de Montpellier n’ont jamais rien coûté à la ville, jamais, jamais. Au contraire. Dans la mesure où ces ZAC se remplissaient, les gens qui étaient là payaient des impôts. »35

  • 36 La Zone d’Aménagement Différé (ZAD) est un secteur où une collectivité publique, un établissement p (...)

44Dans le même temps, les prix fonciers des terrains jugés intéressants pour le développement futur de la ville étaient gelés par des mécanismes de ZAD36.

  • 37 Entretien 9 juillet 2007.

« Nous mettions en place les soldes nécessaires au budget pour acheter en même temps les biens préemptés. Alors, bien entendu, je suis dans un pays où la propriété foncière est la base de la Constitution ; mais en même temps il reste que l’État a mis en place des mécanismes depuis De Gaulle, et avec De Gaulle surtout, d’interventions et de préemptions ; dans la mesure où ces mécanismes existent je ne vois pas au nom de quoi je ne pourrais pas les utiliser. Ils ne sont pas illégaux ! »37

Le développement vers la mer

45Dès le début du premier mandat et de la coopération Frêche-Dugrand pour penser la ville, le développement de la ville vers le sud constitue une priorité. D’une certaine manière, Antigone a ouvert la voie vers le Lez, l’aéroport et la plage. C’est le long de cet axe que les grands équipements structurants à l’échelle de l’agglomération sont désormais pensés.

  • 38 Ibid.

« Notre idée de la ville, c’est bien le développement axial, on l’a en tête dès l’origine. Et lorsque Frêche me demande, en 1981, s’il a une chance de le voir en place, je lui réponds qu’il n’en a aucune ! Qui pouvait prévoir un tel maintien politique ? On revient toujours à cette idée gaulliste que l’aménagement ne peut se faire qu’à moyen et long terme. Dans la mise en place de Montpellier, dès 1984, on pense au tramway. »38

46La première ligne relie la Paillade (rebaptisée Mosson pour gommer l’image négative du quartier) à Odysseum, nouveau quartier ludique et commercial riche en équipements publics et privés (galeries marchandes, bowling, planétarium, aquarium, multiplexe, patinoire…). La future gare TGV de Montpellier-Sud de France devrait voir le jour à proximité de cette nouvelle centralité.

« Au-delà d’Odysseum, des terrains sont déjà achetés ! Les plans d’architecture sont faits, et ça nous l’avions pensé il y a 20 ans ! »

  • 39 Plus exactement, dans l’esprit de nombreux Palaviens, la décision a réduit les possibilités de mobi (...)

47Cette progression vers le sud et vers le littoral a été ralentie par la décision préfectorale du 1er janvier 2005, d’accorder à la commune de Palavas les Flots sa volonté de retrait de la Communauté d’agglomération. Ce verdict a réduit les possibilités de mobilités entre Montpellier et Palavas39. Mais Raymond Dugrand reste optimiste :

  • 40 Ibid.

« la troisième ligne de tramway se poursuivra, après, jusqu’à Palavas. Elle se poursuivra, ça il n’y a pas de problèmes. Les vieux politiques comme moi [rires] nous avons le cuir tanné ! Ce sont des épisodes sans importance. »40

48Pour le moment, la ligne 3 s’arrête à Pérols, à mi-chemin entre Palavas et Carnon41. Mais l’axe routier qui va vers le sud s’appelle désormais Raymond Dugrand !

Fig. 2 - Raymond Dugrand et Montpellier : une relation géographique et politique

Fig. 2 - Raymond Dugrand et Montpellier : une relation géographique et politique

Conclusion

49Raymond Dugrand est-il un visionnaire, cette qualité a souvent été prêtée à Georges Frêche (Baraize, Négrier, 2001) ? Sans aucun doute ! L’influence de Raymond Dugrand a été primordiale dans les choix stratégiques du développement montpelliérain (fig. 2). Sa formation de géographe l’a conduit à façonner un projet urbain où la recherche de cohérence spatiale a constitué le leitmotiv principal. Tous les grands aménagements structurants longent les axes de tramway, à l’exception du stade de rugby, ce qu’il déplore énergiquement :

  • 42 Ibidem.

« Je n’étais plus adjoint à l’urbanisme à ce moment-là, mais le scandale est de ne pas avoir mis cet équipement le long du tramway. Quand il y aura des matchs importants, ça fera 15 000 spectateurs, qui ne trouveront pas de places de stationnement et qui vont embêter tout le quartier. Alors que si on avait mis le stade dans l’agglo, près d’un village, avec un grand parking, c’était la signification que la ville centre acceptait que des équipements de niveau central aillent dans les fameux pôles »42.

50Sa vision de l’agglomération de demain inclut Sète, sans hésitation. Il convoque l’histoire pour justifier ses propos : « En tant qu’historien, ne pas oublier que c’est Montpellier qui a créé Sète ». La dissociation, la rupture entre Montpellier et Sète s’est faite avec la création du vignoble d’Algérie. Lorsque les vins d’Algérie ont commencé à arriver à Sète, la bourgeoisie montpelliéraine lui a tourné le dos.

51À l’évocation de cette future grande agglomération, Raymond Dugrand, passionné, s’enflamme « La chance, ce sont les friches industrielles de Sète à reprendre. Là, ce sera un autre axe bien sûr, un axe vertical. Ce sera le passage à la grande agglo de Montpellier. La date c’est 2050. Mais ce qu’il y a de fabuleux dans le cas de Montpellier, je dirai, c’est que tout ça est inscrit. Je le sens, je le pense, ça se fera. Ça se fera. Ce n’est pas moi qui le verrai et qui le ferai mais j’en rêve ».

Haut de page

Bibliographie

Baraize F., Négrier E., L’invention politique de l’agglomération, L’Harmattan, Paris, 2001, 310 p.

Bataillon C., « Six géographes en quête d’aménagement : du communisme à l’aménagement du territoire. Essai sur une génération », Cybergeo, Epistémologie, Histoire, Didactique, article 341, mis en ligne le 27 juin 2006, modifié le 22 juin 2007. URL : http://www.cybergeo.eu/index1739.html. Consulté le 15 septembre 2007.

Brunet R. (Dir.), Grasland L., Garnier J.-P., Ferras R., Volle J.-P., Montpellier Europole, GIP Reclus, Montpellier, 1988, 315 p.

Chevalier D., « Les politiques urbaines, domaine du maire ? », Les Annales de la Recherche Urbaine, Gouvernances, no 80-81, décembre 1998, p. 121-128.

Chevalier D., Sibertin-Blanc M., « Les acteurs de la scène métropolitaine face à l’urbanisation et au développement durable », in Bachelet F., Menerault P, Paris D. (dir.), Action publique et projet métropolitain, L’Harmattan, Paris, 2006, p. 175-189.

Chevalier D., « Montpellier et son territoire métropolitain entre valorisation interne et externe : une question d’échelle et/ou une question d’images ? », in Hameth Ba A., Zentelin J.-L. (Dir.), La dimension culturelle du développement. Dynamiques de valorisation et de dévalorisation des territoires urbains, L’Harmattan, Paris, 2010, p. 195-205.

Dugrand R., Ferras R., Joutard P., Bas Languedoc, Causses, Cévennes, Larousse, Paris, 1974, 99 p.

Dugrand R., La garrigue montpelliéraine. Essai d’explication d’un paysage, PUF, Paris, 1964, 266 p.

Dugrand R., « La propriété foncière des citadins en Bas Languedoc », Bulletin de l’Association des Géographes Français, no 259-260, 1956, p. 131-145.

Dugrand R., Villes et campagnes en Bas-Languedoc, Le réseau urbain du Bas-Languedoc méditerranéen, (thèse de doctorat), PUF, Paris, 1963, 638 p.

Dugrand R., Carrère P., La région méditerranéenne, PUF, Paris, 1964, 160 p.

Dugrand R. (Dir .), Atlas du Languedoc-Roussillon, Berger-Levrault, 1969.

Ferras R., Volle J.-P., Montpellier Méditerranée, Economica, Paris, 2002, 212 p.

Frêche G., Montpellier, la longue marche, 1970-2020, Empreinte, 2005, 140 p.

George P., La géographie active, PUF, Paris, 1965, 394 p.

Jalabert G., Petite histoire d’une équipe de recherche : le Centre Interdisciplinaire d’Études Urbaines (CIEU), Les Papiers du Cieu, 1999, 54 p.

Le Saout R., Madoré F., Les effets de l’intercommunalité, Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 2004, 224 p.

Phliponneau M., La géographie appliquée. Du géographe universitaire au géographe professionnel, A. Colin, Paris, 1999, 304 p.

Phlipponneau M., Géographie et action, introduction à la géographie appliquée, Armand Colin, Paris, 1960, 227 p.

Pitte, J.-R., Philippe Lamour, 1903-1992, Père de l’aménagement du territoire en France, Fayard, Paris, 2002, 369 p.

Rossignol F., Planification stratégique et projet urbain d’agglomération : l’expérience montpelliéraine, Note de travail, juin 2003.

Vanier M., Le pouvoir des territoires. Essai sur l’interterritorialité, Economica, « Anthropos », Paris, 2008, 160 p.

Volle J-P., Viala L., Négrier E., Bernié-Boissard C., Montpellier la ville inventée, Parenthèses, Coll. « La ville en train de se faire », Marseille, 2010, 271p.

Haut de page

Notes

1 Jean Nouvel, Paul Chemetov et Ricardo Bofill notamment.

2 La décision avait été votée en décembre 2008, en conseil municipal, en présence de ce dernier.

3 Qu’il me soit permis de dire ici qu’il a également marqué de nombreux-ses étudiant-e-s, à l’Université Paul Valéry, par le dynamisme de ses cours. Ce fut mon cas. Je suivais alors, en licence, un double cursus histoire et géographie, avec une préférence pour la première discipline. Mais son engagement et la passion avec laquelle il expliquait les enjeux sociaux, spatiaux, politiques, économiques, environnementaux des politiques d’urbanisme et d’aménagement modifièrent cette prédominance. Qu’il en soit ici remercié.

4 Rapport de fin de mandat de la Commission de géographie appliquée, mars 2000, in http://cnfg.univ-paris1.fr/com/00gappl.htm, page consultée le 29 septembre 2007.

5 Ce débat est retracé dans le livre de Michel Phliponneau, La géographie appliquée, 1999.

6 Les Francs Tireurs et Partisans Français (FTPF) est le nom du mouvement de résistance armée crée en France à la fin de 1941 par la direction du parti communiste français.

7 Entretien avec Raymond Dugrand, à son domicile, le 9 juillet 2007.

8 Ibid.

9 Ibid.

10 « Pierre George », article paru dans l’ édition le Monde du 19.09.06, « Il a fait évoluer la géographie vers une meilleure prise en compte des problèmes urbains et des paysages industriels », par Yves Lacoste.

11 Entretien du 09 juillet 2007.

12 Pierre George, « Deux études de réseaux urbains, l’Alsace et le Bas-Languedoc méditerranéen », Strates [En ligne], numéro Hors-série, 2002 - Parcours dans la recherche urbaine, Michel Rochefort, un géographe engagé, mis en ligne le 22 avril 2005. Disponible sur : http://strates.revues.org/document507.html. Référence du 17 septembre 2007.

13 Dugrand, avant-propos de sa thèse, 1963.

14 La rue Chaptal est une rue du centre de Montpellier, située en dehors de « l’Écusson ».

15 Correspondance courriel, op. cit.

16 Le Polygone abrite la nouvelle mairie, des logements, un grand centre commercial régional, des services publics et administratifs d’État et 2 500 places de parking.

17 Cette mission Racine, du nom de son président, est en fait la mission interministérielle d’aménagement du littoral du Languedoc-Roussillon. Elle commence ses premières interventions dès 1963.

18 Entretien du 9 juillet 2007.

19 Entretien du 9 juillet 2007.

20 Ibid.

21 Entretien 9 juillet 2007.

22 Préface de R. Dugrand in Frêche, 2005.

23 Les lois Defferre à partir de 1981.

24 Frêche G., Montpellier votre Ville, Montpellier, n° 93, nov.-déc., 1986.

25 Dugrand R., L’ élu, le projet de ville et l’urbanisme, 1994, document non publié.

26 Entretien du 9 juillet 2007.

27 Plaquette de présentation du projet Antigone, 1979.

28 Ricardo Bofill, Montpellier Architectures 1977-1992, Montpellier France, p. 5, 1993. L’ auteur précise encore : « Il n’ échappait à personne qu’Antigone pouvait être l’Anti(poly)gone, parce que ce centre commercial n’avait alors que quelques années d’âge et que nous lui tournions le dos irrévérencieusement. »

29 Entretien du 9 juillet 2007.

30 Ibid.

31 Entretien 9 juillet 2007.

32 Correspondance par courriels, op. cit.

33 Ibid.

34 Mises en œuvre à partir de 1970, « les zones d’aménagement concerté sont les zones à l’intérieur desquelles une collectivité publique ou un établissement public y ayant vocation décide d’intervenir pour réaliser ou faire réaliser l’ aménagement et l’ équipement des terrains, notamment de ceux que cette collectivité ou cet établissement a acquis ou acquerra en vue de les céder ou de les concéder ultérieurement à des utilisateurs publics ou privés » in Code de l’urbanisme, 1er alinéa de l’article L 311-1.

35 Entretien 9 juillet 2007.

36 La Zone d’Aménagement Différé (ZAD) est un secteur où une collectivité publique, un établissement public y ayant vocation ou une société d’économie mixte (SEM) titulaire d’une convention d’aménagement dispose, pour une durée de 14 ans, d’un droit de préemption sur toutes les ventes et cessions à titre onéreux de biens immobiliers ou de droits sociaux.

37 Entretien 9 juillet 2007.

38 Ibid.

39 Plus exactement, dans l’esprit de nombreux Palaviens, la décision a réduit les possibilités de mobilités entre la Paillade et Palavas. « Ça nous évite la racaille » a été un propos entendu maintes fois (enquêtes Février 2013).

40 Ibid.

41 https://www.montpellier-agglo.com/tam/page.php ?id_rubrique =32, page consultée le 18 mars 2014.

42 Ibidem.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Raymond Dugrand
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1156/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 2 - Raymond Dugrand et Montpellier : une relation géographique et politique
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1156/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Chevalier, « Raymond Dugrand et Montpellier : une relation géographique et politique », Sud-Ouest européen, 37 | 2014, 129-140.

Référence électronique

Dominique Chevalier, « Raymond Dugrand et Montpellier : une relation géographique et politique », Sud-Ouest européen [En ligne], 37 | 2014, mis en ligne le 23 juillet 2015, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/soe/1156 ; DOI : 10.4000/soe.1156

Haut de page

Auteur

Dominique Chevalier

Maîtresse de conférences en géographie, université Lyon-ESPé, UMR 5600 Environnement Ville Société, chevalier.dom@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals