Navigation – Plan du site

Du symbole à l’action : agriculture et pastoralisme dans la politique du Parc naturel régional des Pyrénées Ariégeoises

From mere symbol to action : how agriculture and pastoralism are being dealt with by the management of the Pyrénées Ariégeoises regional park
Del símbolo a la acción : agricultura y ganadería en la política del parque natural regional de los Pirineos del Ariège
Johan Milian, Corinne Eychenne et Laurence Barthe
p. 51-64

Résumés

La création du parc naturel des Pyrénées ariégeoises en 2009 est intervenue dans un espace rural fortement marqué par les dynamiques agricoles. Cet article aborde le rôle et analyse les actions conduites par le parc dans ce domaine, en les resituant par rapport aux problématiques de travail investies par les parcs naturels régionaux sur leurs territoires et aux ambitions qu’ils portent pour défendre une agriculture territorialisée et à forte qualité environnementale. Nous tentons également d’expliciter quels sont les jeux d’acteurs locaux autour des mécanismes de la gouvernance agricole, quelle place le parc occupe dans ce système et d’étudier comment s’articulent approche sectorielle et approche territoriale dans les démarches des acteurs qui y participent. Cette analyse met ainsi en évidence les faibles marges d’action dont dispose encore le parc pour élargir son implication dans le domaine agricole.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’action en faveur de l’agriculture s’inscrit pleinement dans les différentes missions assignées aux parcs naturels régionaux (PNR). L’objectif prioritaire de conservation patrimoniale qu’ils défendent repose notamment sur le maintien de la qualité des paysages ruraux, une qualité souvent liée aux pratiques agricoles. Une autre de leurs missions concerne le développement et l’organisation du tourisme rural, un domaine qui constitue un des secteurs clefs de l’économie territoriale spécifique promue par les parcs. L’agriculture est partie prenante de cet enjeu à travers les aménités auxquelles elle contribue comme la mise en valeur de productions fortement territorialisées et patrimonialisées et les opportunités de diversification au sein des exploitations. Le soutien au tissu socioéconomique fait également partie des attributions des parcs et c’est aussi par leurs fonctions d’appui et d’expérimentation qu’ils tentent de consolider les fondamentaux de l’économie productive de leurs territoires, au premier rang desquels l’agriculture. À travers l’élaboration des chartes propres à chaque parc, la fédération des PNR revendique de promouvoir une agriculture fondée sur la diversité des territoires et des ressources naturelles. Ses prises de position et les propositions qu’elle a émises en vue de la préparation de la nouvelle PAC (FPNR, 2011) insistent ainsi sur la pertinence d’une approche territoriale des problématiques agricoles, valorisant le lien aux particularités locales et qui soit garante d’une évolution réelle vers des pratiques durables et une intégration environnementale, tout en soulignant le rôle et l’expérience des parcs à cet égard.

  • 1 Le programme de recherche PSDR « A-Gouter » (Agriculture et Gouvernance des territoires ruraux) s’e (...)

2En matière de développement territorial, la relation entre les PNR et l’agriculture se décline donc à travers deux orientations principales : celle de la conservation des attributs de la ruralité et celle du maintien d’une ruralité active. Ce double investissement peut ainsi apparaître comme un des piliers de la justification des PNR. Certains d’entre eux comme le Vexin français se sont d’ailleurs largement appuyés sur les activités agricoles pour construire leur identité territoriale (Darly, 2010). Symbole de l’importance accordée à la fonction agricole, les logos de plusieurs PNR font une référence directe à l’agriculture (Vexin français, Gâtinais français, Avesnois, Haut-Jura, Préalpes du Sud). À travers l’image du berger, ceux des Pyrénées Ariégeoises et des Grands Causses dans le sud de la France ont mobilisé explicitement le thème du pastoralisme. Derrière ces choix on peut se demander s’il s’agit simplement pour les parcs de communiquer autour d’une image au fort potentiel attractif ou bien si ces références reflètent la construction d’une relation plus étroite entre le monde agricole et les territoires de projet que sont les parcs. Les principes du contrat et de la charte qui sont au cœur de leur démarche offrent en effet une occasion d’observer comment la territorialisation de l’agriculture peut s’opérer « en intentions et en actes ». Cet article propose ainsi une lecture de ce processus à partir du cas du PNR des Pyrénées Ariégeoises (PNRPA). Il s’appuie sur les travaux et les résultats du programme de recherche PSDR-A GOUTER1 en mobilisant notamment une quinzaine d’entretiens approfondis effectués avec différents acteurs des scènes agricole et territoriale ariégeoises : agents et élus de la chambre d’agriculture et de la Fédération pastorale de l’Ariège), des collectivités et territoires de projet (Pays, PNRPA, conseil général, conseil régional), acteurs associatifs du monde agricole et administrations.

I – Le Parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises : les contours d’un territoire de projet au périmètre singulier (fig. 1)

Fig. 1 – Les territoires de projet en Ariège

Fig. 1 – Les territoires de projet en Ariège

Remarque : les communes de Montagagne (Séronais) et d’Illartein (vallée de la Bellongue) n’ont pas adhéré à la charte du PNR et n’en font donc pas partie. Elles se trouvent de fait enclavées dans le territoire du parc. Par souci de lisibilité ces enclaves n’ont pas été représentées sur la carte.

  • 2 Quelques chiffres permettent de mieux situer ce PNR dans son environnement : avec 2 465 km² et 46 5 (...)
  • 3 Le parc est entièrement inclus dans la zone administrative du Massif des Pyrénées.
  • 4 Un projet de parc national dit de Haute-Ariège avait été prévu dans le cadre du programme de créati (...)

3Le PNR Pyrénées Ariégeoises2 est un parc intégralement situé dans le département de l’Ariège. C’est l’un des derniers PNR créés, et le dernier pouvant être raccroché à la catégorie des PNR de montagne proprement dits3. Son élaboration a été assez longue et se situe dans la moyenne haute des parcs (généralement 6 à 7 ans). Au début des années 1990 des associations environnementales avaient tenté d’impulser une première démarche mais le territoire restait alors marqué par les séquelles du conflit autour du projet de création de parc national de la Haute-Ariège survenu 15 ans plus tôt4. Les collectivités locales font les véritables premiers pas au début des années 2000 : le contexte est devenu plus favorable et la région Midi-Pyrénées porte alors une politique volontariste de création de PNR. La préfiguration démarre concrètement en 2004 et le parc est labellisé en juin 2009 ; il devient alors le 46e parc du réseau (qui en compte 48 fin 2012).

  • 5 Après un minimum marqué en 1990, la zone du PNR a infléchi son évolution démographique (+ 0,6 % ent (...)

4Ce territoire a été marqué au cours du XXe siècle par une forte déprise agricole, un exode massif et la déstructuration de son tissu socio-économique. Il traverse les derniers soubresauts de la désindustrialisation propre aux territoires de montagne (fermetures des usines Péchiney dans le Vicdessos en 2003, de la papeterie Lédar à Saint-Girons en 2010). Mais c’est aussi un territoire caractérisé par l’empreinte de la néoruralité depuis les années 1970. La présence de nombreux « néos » constitue pour le tissu socio-économique local un atout sur différents plans. C’est d’abord un vivier démographique qui permet de freiner l’érosion, voire de stabiliser la population5, mais aussi de diversifier les regards, d’apporter des compétences, en bref des ressources en capital social et culturel dans des campagnes qui en ont beaucoup perdues. Ce dynamisme est notamment lié à l’importance que les « néos » ont prise dans certains secteurs du territoire, comme par exemple le Séronais où se manifeste depuis 40 ans une volonté politique et associative forte d’en faire une terre d’accueil.

  • 6 Association pour la promotion des produits paysans du Castillonnais en Couserans. Le projet avait é (...)

5Cette vitalité touche également le secteur de l’agriculture puisque des installations hors cadre familial sont enregistrées de manière régulière sur cette zone, conformément à la tendance observée au niveau national en montagne (CNASEA, 2005). Surtout, elle a produit un creuset social particulier, certes inégalement présent sur le territoire du parc, marqué par l’héritage socio-culturel des acteurs alternatifs et la présence de profils d’agriculteurs innovants (Cognard, 2002). C’est ainsi qu’on relève la présence déjà ancienne d’acteurs atypiques dans le domaine agricole, tels la fédération associative RENOVA qui promeut la relance du maraîchage et des productions fruitières par le sauvetage des espèces locales, PROMMATA qui défend la traction animale dans les pratiques agricoles, ou l’association A3P2C6 qui s’apparente à une AMAP rurale. Autre signe de l’ancrage du territoire vers les pratiques militantes, la forte proportion de producteurs en agriculture biologique, qui à l’échelle du parc représentaient déjà 8,5 % des exploitations en 2005, une des proportions alors les plus élevées de France. Le CIVAM de l’Ariège, orienté CIVAM-bio, est d’ailleurs implanté dans le Séronais, et le bourg de Saint-Lizier organise depuis 10 ans l’une des principales « foires bio » régionales.

  • 7 Quatre pays ont été constitués en Ariège : le Couserans, la Haute-Ariège, les Pyrénées Cathares et (...)
  • 8 Bien que la FPA soit une association regroupant propriétaires (généralement des collectivités) et g (...)

6Cependant, la constitution du PNRPA ne s’est pas appuyée sur cette dynamique militante. Au contraire, le parc apparaît comme une structure peu émancipée des rouages institutionnels préexistants, car sa création intervient dans un paysage territorial verrouillé. À sa naissance, c’est un acteur que l’on peut qualifier de « faible » : il est clairement une émanation de l’action du conseil général de l’Ariège qui ne laisse qu’assez peu de marge de manœuvre aux territoires de projet présents dans le périmètre départemental, qu’il s’agisse des quatre Pays existants7 et couvrant déjà l’ensemble du territoire départemental ou du PNRPA. Le PNR est ainsi géré par un syndicat mixte qui associe les 142 communes composant le périmètre, le conseil régional et le conseil général ; il est présidé par un conseiller général. Par ailleurs, dans un département très rural comme l’Ariège, le secteur agricole est à la fois fortement structuré et complexe. Les institutions traditionnelles comme la chambre d’agriculture tiennent fermement les rênes du secteur, s’appuyant sur les syndicats majoritaires (FNSEA et Jeunes Agriculteurs). La Chambre doit toutefois composer avec un certain nombre d’acteurs alternatifs, la présence relativement forte de la Confédération paysanne et l’implication du conseil général. Ce dernier en effet mène une politique volontariste en faveur de l’agriculture de son territoire, notamment dans le domaine pastoral, à travers la création dès 1988 de la Fédération pastorale de l’Ariège, véritable « bras armé » de la politique pastorale du département8. Cette prise en charge du pastoralisme par la collectivité départementale est une configuration unique sur le massif des Pyrénées, et rare en France.

7Quel profil agricole offre le territoire du PNR ? Bien qu’en net recul, l’agriculture emploie encore aujourd’hui 10 % des actifs sur le territoire du PNRPA (5,4 % en Ariège, 2,9 % en France métropolitaine). Les exploitations sont presqu’exclusivement orientées vers l’élevage, principalement bovin et ovin allaitants. La Surface agricole utile représente 25 % du territoire, mais l’emprise spatiale de l’élevage se mesure également par l’ampleur des surfaces pastorales qui s’étendent sur plus de 70 000 ha (25 % de la surface totale). Ainsi, bien que le PNRPA présente des systèmes agricoles contrastés entre haute montagne et piémont, le pastoralisme en est une figure centrale (70 % d’exploitations pastorales) tant en matière d’occupation de l’espace que de reconnaissance identitaire. Si la haute vallée de l’Ariège abrite de vastes estives favorables à la transhumance bovine, le PNRPA dispose lui de bonnes « montagnes à brebis » (Castillonnais, Vicdessos), de propriété domaniale soumise à droits d’usage et gérées collectivement par des groupements pastoraux (Eychenne, 2006). Il s’agit principalement d’une transhumance de proximité puisque les deux-tiers des exploitations transhumant proviennent du territoire du PNRPA, et plus du quart du reste du département (PNRPA, 2008). La situation préoccupante de l’élevage ovin (– 30 % de brebis depuis 2000), renforcée par la présence soutenue de l’ours, notamment dans le Biros, soulève l’épineuse question du renouvellement des transhumants ovins sur le secteur. D’une façon générale, dans ces territoires de montagne difficilement mécanisables, le maintien de l’activité agricole et pastorale est un enjeu majeur en matière de gestion de l’espace.

8La déprise agricole n’est pas plus importante qu’ailleurs : – 45 % d’exploitations depuis 1988 (– 52 % pour la France entière) mais ses effets y sont plus directement lisibles sur le paysage (l’enfrichement des zones intermédiaires notamment). En montagne, les hommes ne sont que très partiellement substituables par des machines. Il y a donc ici un véritable enjeu à maintenir des exploitations nombreuses et à limiter l’extensification des pratiques pour assurer une utilisation optimale de l’ensemble du territoire, et faire de l’agriculture un véritable ressort de l’économie locale. En effet, l’élevage local produit principalement des animaux « légers », destinés à des ateliers d’engraissement en plaine ou à l’export (Haguet, 2009). Cette orientation ne valorise aucune des qualités intrinsèques liées aux systèmes pastoraux, elle prive les éleveurs et le territoire d’une réelle plus-value sur la production, et ne favorise pas la mise en place de circuits courts de distribution. Il en est de même pour la filière fromagère (Moulis, Bamalou, Bethmale) qui s’approvisionne aujourd’hui très largement en dehors du territoire, le parc ne comptant plus qu’une cinquantaine d’exploitations laitières. On peut noter cependant sur le territoire une réelle réflexion, parfois déjà ancienne, sur les modes de production et de commercialisation des produits agricoles, et sur la reterritorialisation de l’agriculture (sauvetage de l’abattoir de Saint-Girons, ateliers de transformation, marques, filière lait, productions fermières, vente directe, foires et marchés fermiers, sauvegarde de races locales…), liée notamment à l’engagement de collectivités et la présence importante d’associations alternatives, souvent impulsées par les éleveurs néo-ruraux arrivés dans les années 1980 et/ou le syndicalisme minoritaire.

9Est-ce là l’une des raisons de la « résistance » de l’agriculture sur ce territoire (fig. 2 et 3), où le nombre d’exploitations tend à se stabiliser, avec une perte limitée à 11 % sur la première décennie du XXIe siècle, alors que la baisse atteint 26 % sur la France entière (– 15,3 % en Ariège) ? Surtout, les résultats du dernier recensement agricole font apparaître une constellation de communes ayant gagné des agriculteurs sur la dernière décennie, rompant ainsi avec les dynamiques régressives des 50 dernières années.

Fig. 2 – Évolution de l’agriculture dans le périmètre du PNR des Pyrénées ariégeoises entre 1988 et 2000

Fig. 2 – Évolution de l’agriculture dans le périmètre du PNR des Pyrénées ariégeoises entre 1988 et 2000

Fig. 3 – Évolution de l’agriculture dans le périmètre du PNR des Pyrénées ariégeoises entre 2000 et 2010

Fig. 3 – Évolution de l’agriculture dans le périmètre du PNR des Pyrénées ariégeoises entre 2000 et 2010

10Cette dynamique agricole est propice à une mobilisation du PNR afin d’intégrer cette activité dans les différentes orientations de sa stratégie mais dans un système d’action fortement structuré, quelle marge de manœuvre peut-il construire ?

II – L’action du PNRPA dans le domaine agricole : du discours volontaire à la construction d’une posture discrète mais située

11Lors de la phase de préfiguration du parc, l’agriculture était présentée comme l’une des entrées privilégiées de son action future. Elle est en effet considérée comme un pilier du territoire dans le diagnostic préalable à la constitution du parc : « L’agriculture est ressortie comme un axe fort car porté par tout le groupe prospectif [30 personnes], pas uniquement par les représentants sectoriels. La vente directe est apparue comme une question majeure » (Chargé de mission du PNRPA). Pour être suivie d’effets, cette intention implique tout d’abord qu’une orientation stratégique soit affirmée de manière claire et concrète dans la charte, véritable feuille de route du parc. Nous allons donc en premier lieu étudier ce que la charte du PNRPA propose à ce sujet. Nous reviendrons ensuite sur les actions qui ont été conduites par le PNRPA depuis sa création (2009-2012).

1. La Charte, feuille de route des actions du parc

12La charte du PNRPA étant construite suivant une logique d’agenda 21, elle n’est pas organisée par rubriques thématiques ce qui nécessite d’explorer en détail son contenu pour comprendre comment sont abordées les questions agricoles. Théoriquement elle ouvre une place importante à ces problématiques, largement exposées et abordées dans son rapport de présentation et ses fiches-action. Le projet du PNRPA se décline à travers un premier axe à ambition méthodologique portant sur l’amélioration de l’ingénierie et de la gouvernance territoriales. L’agriculture se trouve évoquée dans la mesure 5 « Généraliser les démarches qualité » : qu’il s’agisse de l’intégration de normes liées à des enjeux connexes (paysage, environnement) ou des démarches de labellisation, les professionnels de l’agriculture sont cités parmi l’éventail des professions à mobiliser pour porter des actions concertées et coopératives.

  • Les deux axes stratégiques de la Charte (axes 2 et 3) développent ensuite les mesures spécifiquement orientées vers l’agriculture. L’axe 2 « approches sectorielles et thématiques » avance des propositions destinées à consolider les activités dites patrimoniales parmi lesquelles figurent les activités agricoles (art. 7). Une autre section de la charte (art. 8) se consacre spécifiquement au thème des « activités et filières ». C’est le cœur du projet agricole du parc. L’article 8.1 porte sur la « dynamisation des filières », un objectif récurrent de la territorialisation de la question agricole que l’on retrouve dans de nombreuses conventions de pays du massif pyrénéen. Quatre domaines sont évoqués mais les actions concrètement identifiées ne concernent que les deux premiers :

  • le foncier, sujet pivot de la question agricole et pour lequel le PNRPA se donne un rôle « d’animation foncière globale » ; le parc se propose d’intervenir sur différents registres : l’inventaire des situations locales, la résolution des conflits bloquant la disponibilité ou l’usage (indivisions, propriétaires non-résidents, successions non réglées…), l’aide à la structuration et l’optimisation du foncier agricole (regroupement parcellaire, débroussaillement, créations d’accès et clôtures, montage d’AFP, de réserves foncières…) ou encore l’expérimentation en terrains difficiles.

  • la valorisation des productions locales, par des actions de promotion visant des démarches militantes (production et consommation), des espèces et des races locales, l’image « montagne » qui pâtit d’un déficit d’identité sur la commercialisation, etc. ; les filières affichées comme stratégiques à ce niveau sont les filières fromagères, fruitières et maraîchères, c’est-à-dire des filières plutôt marginales dans l’économie agricole du territoire.

  • Les deux derniers domaines, la construction de « véritables politiques de filières » et celle d’une « politique territoriale agricole » sont énoncés comme des enjeux nécessaires à l’amélioration de la situation des activités agricoles ; la charte ne propose pas cependant d’actions ou d’agenda sur ces sujets.

13L’article 8.2 cible quant à lui un objectif de « relance pastorale ». Le pastoralisme y est désigné comme « une clé de voûte du PNR » vu sa dimension identitaire et les nombreuses aménités qu’il prodigue. Les actions listées ne portent pas toutefois sur les fondamentaux ; elles viennent en appui des acteurs institués, notamment la Fédération pastorale, sur les aspects de communication, d’aide à la formation, l’ingénierie et l’articulation de l’activité pastorale avec les enjeux de conservation de la biodiversité et des paysages par des démarches de suivi et d’expérimentation.

14L’axe 3 enfin est bâti dans une perspective de réflexion et de prise en charge des problématiques d’aménagement du territoire, et met au cœur de son propos les notions de « cohésion territoriale » et « d’identité territoriale » du PNRPA. L’agriculture est à nouveau abordée, cette fois comme une contributrice essentielle à l’élaboration d’une « politique globale de l’espace ». Sont ciblés les thèmes du foncier, en écho aux objectifs déjà affichés dans l’axe 2 (formation des élus aux enjeux et aux dispositifs d’action, expérimentations d’outils d’observation et de maîtrise du foncier agricole et forestier) et de la planification (réalisation de diagnostics locaux et de documents de prospective et de gestion du foncier agricole et forestier). La question du multi-usages de l’espace et le souci de prévention des conflits par des actions de sensibilisation et de promotion d’une meilleure concertation entre usages productifs et récréatifs, y sont également évoqués, en lien avec l’application de la « Charte départementale vers un partage concerté de l’espace rural ».

15Il n’est pas dans la vocation des PNR de porter des dispositifs spécifiquement sectoriels : en conséquence il n’y a donc pas de dispositif agricole. Les types d’actions proposées s’inscrivent essentiellement dans les registres de l’accompagnement, de l’information et de l’expérimentation. Le parc s’auto-désigne comme un acteur « venant en appui », et non pas situé au cœur de la gestion des affaires agricoles. Au moment de sa création, son président expliquait qu’en matière agricole, son champ d’action serait centré sur « le développement de la qualité ». La capacité d’un PNR à s’investir dans le domaine agricole est largement subordonnée à la volonté des acteurs territoriaux et sectoriels. La charte met ainsi amplement en avant les organisations professionnelles traditionnelles (au premier rang desquelles la chambre d’agriculture), le conseil général, ainsi que la Fédération pastorale avec laquelle il entretient des liens étroits. Quant aux thèmes énoncés, s’ils reflètent effectivement des problématiques vives pour le parc, ils ne sont toutefois pas innovants en eux-mêmes : les sujets ciblés (foncier, soutien des filières locales) et les types d’actions envisagées figurent déjà dans la panoplie des outils et des démarches de nombreux PNR. En revanche, les spécificités du système d’acteurs agricoles sur le territoire, articulant (voire opposant) acteurs sectoriels traditionnels, acteurs « alternatifs » et acteurs territoriaux, conduisent le PNRPA à s’insérer dans les dynamiques préexistantes, en mobilisant des stratégies et des méthodes d’action potentiellement novatrices.

2. Des intentions aux premières actions concrètes : une logique de niche

16L’inventaire des actions conduites sur les trois premières années d’existence du PNRPA (2009-2011) constitue une première source d’enseignement mais qui doit être relativisée. Le parc est jeune et n’a pas encore atteint la plénitude de ses moyens d’action. Il est donc trop tôt pour envisager de parler de véritable bilan ou de traiter dans le fond de l’efficacité des actions entreprises.

17On peut dans un premier temps constater que l’action du PNRPA reste marginale dans le domaine de l’appui aux productions et aux systèmes d’exploitation. Elle a été restreinte aux filières secondaires comme l’apiculture, ou à la réalisation de petits équipements ou à quelques expérimentations dans le domaine de la transformation : le parc a par exemple travaillé avec un producteur fromager sur les effluents de laiterie. Cette limitation s’explique par le fait que les enjeux auxquels sont confrontées la plupart des filières dépassent ses compétences. C’est ainsi qu’en dépit d’un discours offensif pour le sauvetage de la filière bovin-lait et la consolidation de la filière fromagère dans le Couserans, l’intervention du parc se limite pour l’instant à de petites actions de communication. Malgré une volonté politique forte, notamment autour de la structuration d’une filière « lait à l’herbe », il ne parvient pas à prendre la main pour conduire une action volontariste qui touche le cœur des questions d’organisation et de pratiques (orientation des exploitations, filières d’approvisionnement des fromagers etc.), c’est-à-dire pour réguler le sectoriel.

18En matière de soutien à la reconnaissance des productions locales, son action tarde un peu à se concrétiser alors que les attentes sont fortes. Au lancement du parc, son président se faisait le relais de ces attentes en revendiquant les opportunités de consolidation et d’ouverture de débouchés que le parc pouvait apporter aux petites filières grâce à son label. La mise en place de la marque « parc » a d’abord concerné le domaine des services (prestations d’hébergement) avant de s’étendre ensuite à partir de 2011 aux produits à base de fruits, fleurs et plantes puis à l’apiculture (miel, pain d’épices, gelée royale, propolis, nougat). Le nombre de bénéficiaires dans le secteur agricole demeure toutefois modeste (moins d’une vingtaine) et surtout la marque ne concerne que des productions « marginales ». Pour l’instant il n’est pas envisagé de l’étendre aux filières d’élevage, notamment du fait de la réticence de la chambre d’agriculture qui ne souhaite pas pour ces secteurs l’apparition d’un label à connotation trop environnementale.

  • 9 Le PNR est inclus dans le périmètre du territoire LEADER « Pays d’Ariège-Pyrénées ».
  • 10 L’association ariégeoise pour le développement de l’élevage bovin (AADEB) est née au début des anné (...)

19Le parc a également apporté son appui à des démarches de valorisation des productions locales à travers deux projets LEADER en cours9. Le premier a été conduit en partenariat avec l’AADEB10 et le CIVAM-bio sur la valorisation de la viande bovine. L’objectif de ce projet est de consolider la chaîne production/distribution en proximité et donc la production sur le territoire ariégeois d’animaux « finis » mieux valorisables pour les éleveurs. Ce projet s’inscrit dans une action plus vaste portée par la fédération nationale des PNR et incluant huit parcs. Le second projet a été mené avec l’association Rénova sur l’arboriculture fruitière, afin d’organiser des journées de formation dans ce domaine et d’accompagner un projet sur la filière châtaigne. Toutefois si le PNRPA vient soutenir ces deux initiatives, les vraies chevilles ouvrières sont les partenaires impliqués, qui travaillent sur ces questions depuis plusieurs années.

20Sur le thème des relations producteurs/consommateurs, le PNRPA peut afficher la consolidation des efforts entrepris avec la création de deux nouveaux marchés de plein vent. Ces actions sont moins anodines qu’il ne peut paraître dans la mesure où n’existait jusqu’ici qu’un seul marché de week-end sur tout le PNRPA, celui de Saint-Girons. Mais son bilan porte surtout sur le développement des réseaux, à travers des actions sur la restauration hors domicile (cantines scolaires), l’organisation de manifestations et de forums de sensibilisation aux modes de consommation comme « Astuces locales pour consommer autrement ». 

  • 11 Une mesure agro-environnementale (MAE) est un dispositif de soutien au développement de pratiques a (...)
  • 12 La mesure est programmée à hauteur de 100 000 euros. Pour mémoire, les bénéficiaires du second pili (...)

21Sur la question de l’articulation agriculture/biodiversité, le bilan est plus prometteur. Le parc a davantage de légitimité pour porter des initiatives sur cette question. Il s’implique dans le concours national Prairies fleuries, une démarche qui nécessite la participation active des éleveurs, ce qui est impossible sans le travail de sensibilisation qu’effectue l’équipe du PNR en amont. C’est justement parce que ce travail n’était pas encore suffisamment poussé que le parc n’a pas participé à la première édition en 2010. En 2011 en revanche l’un des prix nationaux a été attribué à un agriculteur du parc. Concernant le maintien de l’agrobiodiversité et plus particulièrement du sauvetage des races et espèces locales, le parc a pu engager une collaboration avec quelques éleveurs. Par ailleurs grâce à l’investissement de l’équipe sur la question de l’articulation entre agriculture et biodiversité, une mesure agri-environnementale territorialisée11 (MAEt) sur les zones humides a pu être élaborée. Le PNRPA a dressé l’inventaire des zones humides et la mesure a été mise en place à partir de 2012 sous la forme de contrats agrienvironnementaux classiques (engagement de 5 ans prévoyant une rétribution de l’agriculteur). Malgré la modestie du dispositif12 au regard des volumes financiers générés par la politique de développement rural sur le territoire, il offre au PNRPA une véritable voie de légitimation dans le champ agricole, à travers sa capacité à défendre et porter une mesure relevant d’un dispositif sectoriel considéré par la profession comme « sérieux » (second pilier de la PAC).

  • 13 Le programme SAGECE (Système d’Anticipation et de GEstion des Conflits liés à l’Espace) s’inscrit d (...)

22Si les actions sur le volet de la production agricole sont certes mineures, le PNRPA investit d’autres questions fortes pour l’avenir de l’agriculture de montagne. C’est par exemple le cas du thème du foncier. La charte affiche bien entendu une volonté forte de préservation des terres agricoles mais comment agir ? Le parc s’est associé avec celui du Haut-Languedoc, les chambres agricoles du Tarn et de l’Ariège ainsi que l’INRA pour mener un programme expérimental dans le cadre du réseau rural régional (FEADER) sur la gestion des conflits autour du foncier13. Les diagnostics menés sur neuf communes témoins ont permis d’élaborer un guide à l’attention des élus et des professionnels et de mieux accompagner sur ce sujet les communes dans leurs démarches de PLU (celle de Balaguère par exemple). Le projet d’établissement public foncier est une autre proposition du parc pour sensibiliser les élus à l’installation de nouveaux agriculteurs, l’accès au foncier constituant à ce niveau un véritable frein.

23La sensibilisation des élus aux problèmes de la raréfaction du foncier agricole en vallée et du blocage des terrains en zone intermédiaire a pu être mise en pratique à travers le rôle que commence à jouer le parc en matière d’accompagnement à la planification. La première action forte du parc sur ce sujet a été l’élaboration dès 2009 de la Charte architecturale et paysagère de la vallée de la Barguillère. Cette petite vallée, en périphérie de la ville de Foix, est confrontée à un problème d’étalement urbain qui hypothèque le maintien de l’agriculture. Établi par des professionnels de l’aménagement et du paysage (CAUE de l’Ariège) la charte dresse un inventaire patrimonial couplé à un diagnostic territorial pour servir d’outil d’aide à la décision. Elle constitue un cadre de référence mais sans valeur réglementaire, qui a cependant accompagné la préparation des documents d’urbanisme de plusieurs communes (le PLU de Ganac par exemple). Le parc a également essayé de conduire des diagnostics agricoles en collaboration avec la chambre d’agriculture. Cette tentative d’articulation a été conduite sur les communes de la Barguillère puis sur la communauté de communes de l’Arize. Son bilan s’avère toutefois mitigé, le dialogue entre les deux structures, qui n’ont pas les mêmes approches du rôle de l’agriculture ni les mêmes objectifs, s’avérant délicat en pratique.

III – Trouver une place dans un système d’acteurs contraint

24L’action des PNR dans le champ agricole diffère sensiblement d’un parc à l’autre. On doit s’interroger cependant sur leur capacité d’action réelle dans la mesure où un PNR n’est pas un acteur isolé, indépendant des réseaux, des systèmes de pratiques, des tensions et des rapports de force et d’influence qui se tissent entre les acteurs socio-économiques d’un territoire, d’autant moins qu’il ne dispose pas de pouvoir réglementaire ou de délégation de compétences claire sur la thématique agricole. Dans le souci de dépasser le simple inventaire et l’état des lieux des actions du PNRPA, nous souhaitons maintenant mieux définir quelle est la place du parc dans le panorama des acteurs impliqués dans le domaine agricole, ce que sa présence vient changer ou non dans les pratiques et comment il intervient sur et dans la gouvernance territoriale des problématiques agricoles.

1. Un espace d’intervention limité

25La première difficulté à laquelle est confrontée le PNRPA tient au caractère agricole même de son territoire et à son emprise puisqu’il occupe la moitié du département. Il existe quelques différences en termes de systèmes d’exploitation et de filières de production (fromages notamment) avec le reste du département mais elles sont mineures. La plupart des acteurs sectoriels, ainsi que le conseil général bien sûr, interviennent et raisonnent à une échelle départementale. Le PNRPA ne peut donc pas de facto revendiquer une identité agricole spécifique, et ainsi justifier une prise de distance avec les principaux acteurs du secteur. Dans le domaine du pastoralisme par exemple, le PNRPA reconnaît clairement qu’il n’a pas la main et se place sous l’égide du conseil général : « le syndicat mixte articule sa politique dans le cadre de la politique départementale définie et soutenue par le conseil général » peut-on lire dans la charte.

26Dans ce contexte, quel est l’espace d’action du parc ? « Il répond aux sollicitations, mais trie selon la charte, donc selon les missions qui lui sont assignées. Jamais de doublons [avec d’autres acteurs], il y a toujours la volonté d’associer les partenaires, de rechercher la concertation. » explique une chargée de mission. Le PNRPA avance donc avec précaution dans ce domaine, soucieux de ne pas déborder sur le champ de compétences d’acteurs « plus légitimes » que lui sur la question agricole : on perçoit bien entendu le poids de la sphère sectorielle, avec le rôle déterminant de la chambre d’agriculture, institution puissante ; mais il faut également prendre la mesure du poids de la sphère territoriale qui existe aussi à travers l’action du conseil général et des territoires de projet que sont les Pays.

27Sa propre ingénierie est par ailleurs limitée. Il ne dispose pas de chargé de mission spécifiquement dédié à l’agriculture, ce qui est un choix effectué par le bureau du PNRPA lors de la préfiguration. Deux agents sont ainsi en charge des questions touchant à l’agricole. Le premier évolue plutôt sur la partie « amont », dans le pôle « patrimoines, espaces, paysages » dont l’entrée est plutôt naturaliste. Il aborde cependant des thématiques fortes en lien avec l’agriculture, telles que les façons de produire ou la gestion des espaces, notamment la planification foncière. Un autre agent s’intéresse plutôt à l’aval, dans le pôle « valorisation des ressources », autour des questions de valorisation des produits et savoir-faire locaux, notamment à travers la marque Parc. Cependant ce poste étant également profilé « économie sociale et solidaire », cet agent s’implique en priorité sur cette problématique, par exemple sur des projets concernant les circuits courts.

28En définitive le parc vient d’abord en appui des dispositifs sectoriels. Cette posture ne signifie pas pour autant qu’il agit comme un simple relais des avis et des positions des acteurs institutionnels. Il existe d’une part des divergences exprimées avec la chambre d’agriculture, par exemple sur les réponses à donner au problème de fermeture des milieux qui se pose en zones intermédiaires. Pour la Chambre la priorité à ce niveau est d’assurer les transmissions d’exploitation considérées comme « viables » (donc de travailler sur l’existant) tandis que le parc promeut l’installation de nouveaux agriculteurs, y compris sur des filières encore fragiles (petits ruminants, maraîchage) combinée à des opérations de réouverture des zones intermédiaires, ce qui permettrait également d’avoir une action positive sur le paysage. D’autre part l’intérêt du parc pour les acteurs alternatifs et l’appui qu’il leur apporte sont réels, même si en pratique il apparaît moindre que dans les intentions de départ. C’est aussi par leur intermédiaire qu’il vient conforter et crédibiliser sa présence auprès du milieu agricole : ainsi le projet conduit dans le cadre du programme Leader avec l’AADEB et le CIVAM-Bio est d’autant plus intéressant pour le parc qu’il lui permet de s’afficher sur une thématique et une filière (valorisation de la viande bovine) considérées comme importantes par la profession.

29Malgré ces ouvertures, le PNRPA a le souci ni de trop se distinguer, ni de pousser trop loin sa coopération avec les acteurs alternatifs pour ne pas donner l’impression d’une alliance « dans les marges ». Il pondère la place de ces derniers qui ont pourtant contribué à son émergence, portent une partie du dynamisme du secteur et amènent les projets innovants. La législation ne favorise pas l’expression politique de ces acteurs au sein du parc, ces structures ne pouvant pas siéger au conseil syndical du PNRPA puisque ce ne sont pas des établissements publics, à la différence des consulaires qui y participent (mais sans voie délibérative). L’explication tient aussi pour partie aux relations délicates que ces structures entretiennent avec les institutions sectorielles classiques. Elles sont fragiles financièrement et politiquement, dépendent notamment des fonds publics (conseil général, conseil régional) et oscillent entre, d’un côté, le maintien d’une posture indépendante tournée vers un cercle de partenaires restreint, et de l’autre, une stratégie d’ouverture voire une forme d’institutionnalisation qui semble apporter en retour une meilleure sécurité financière. Le paysage relationnel et les jeux d’intérêts du monde agricole évoluent : la chambre d’agriculture de l’Ariège cherche désormais à investir des domaines qu’elle avait longtemps délaissés car jugés mineurs, tels que les circuits courts ou l’agriculture biologique. Elle se retrouve ainsi partenaire du CIVAM autour d’un projet de développement du maraîchage biologique légumier. Leur rapprochement a permis d’obtenir des financements et au CIVAM de renforcer sa petite équipe avec l’arrivée d’un nouveau technicien, délégué par la chambre d’agriculture, mais c’est bien elle qui reste maîtresse de l’opération. Ce type de montage renforce la capacité de travail des alternatifs mais les rend plus vulnérables à une possible captation de leurs compétences et de leur expérience.

  • 14 Les MAE territorialisées relèvent des volets régionaux du Plan de Développement Rural Hexagonal. Au (...)

30La collaboration du parc avec les organisations agricoles dans ses aspects techniques n’est pas non plus facile. Le programme SAGECE (voir plus haut) a fourni au parc une occasion de travailler avec la Chambre, dans l’objectif d’établir des diagnostics conjoints sur les neuf communes retenues à titre de terrains témoins. En pratique cependant, les diagnostics ont plutôt été élaborés séparément, ce qui a d’ailleurs révélé des divergences d’analyse sur les situations rencontrées et les perspectives de réponse possibles. Des distorsions de postures se manifestent également : l’approche territoriale n’est pas toujours comprise, y compris par les alternatifs ou les petites organisations professionnelles, qui ne souscrivent pas forcément à cette grille de lecture pour guider leur fonctionnement. Le parc doit aussi composer avec les difficultés à mobiliser les institutionnels sur certains sujets. Il a en projet de mettre en place un second type de MAEt, cette fois sur les prairies fleuries, ce qui donnerait une nouvelle possibilité de mobiliser des fonds européens, à la condition toutefois de trouver des co-financements. La Fédération pastorale se déclare très intéressée par cette mesure et une collaboration avec la chambre d’agriculture est envisagée pour sa mise en œuvre. Toutefois, le conseil général comme le conseil régional ne souhaitent pas s’impliquer par peur de créer un précédent et de se voir ainsi sollicités pour accompagner d’autres mesures14.

  • 15 Les comptes d’affectation spéciale pour le développement agricole et rural sont prélevés sur le chi (...)
  • 16 Depuis la loi d’orientation agricole de 1999 les PNR peuvent être représentés dans les Commissions (...)

31Dans ce paysage agricole complexe, fortement structuré et hiérarchisé, le parc voudrait occuper une « position d’agitateur » mais la pratique montre qu’il tient plutôt une fonction d’agent relationnel et d’assemblier. Il a ainsi fait le choix de tenir d’abord un rôle d’animateur et, de manière plus mesurée, d’essayer d’appuyer quelques initiatives et expérimentations. Cette fonction n’est pas confortable mais en apportant un nouveau rouage à ce système d’acteurs, elle constitue ce qu’on pourrait qualifier, selon la formule de Christophe Albaladejo (2002), une forme « d’innovation discrète ». Pour que le parc puisse espérer agir à moyen terme de manière plus franche, son portage politique, c’est-à-dire le comité syndical et le bureau, doivent cependant clairement exprimer la volonté de faire du parc un véritable acteur de la scène agricole. Cela suppose également que les acteurs dominants le reconnaissent et l’intègrent dans leur cercle : le PNRPA apporte certes des bonifications aux actions sectorielles via les fonds qu’il permet de mobiliser directement ou indirectement (par exemple l’Agence de l’eau Adour-Garonne sur la MAEt « zones humides », le CASDAR 15sur les actions concernant la filière bovine, le FEADER sur le programme SAGECE) mais c’est toutefois insuffisant pour asseoir une légitimité réelle. Il lui faut faire reconnaître ses compétences pour amener la chambre d’agriculture, le conseil général et la Fédération pastorale à collaborer avec lui de manière effective. Le travail réalisé sur le foncier montre qu’en agissant comme force de proposition le PNRPA parvient à construire un espace d’action et à amener des acteurs majeurs comme la chambre d’agriculture à s’intéresser ou reconsidérer certaines problématiques. Ayant pu gagner en reconnaissance il se trouve aujourd’hui associé à la CDOA16 de l’Ariège et au plan de revitalisation du Couserans.

2. La légitimation par « adoubement » : l’exemple du plan de revitalisation du Couserans

32L’analyse développée précédemment fait apparaître la faiblesse des positions du PNRPA sur les questions agricoles, fermement prises en mains par la chambre d’agriculture d’une part et le conseil général d’autre part. Dans le champ de l’expérimentation, il doit également composer avec une « tradition » d’innovation impulsée par des acteurs alternatifs et très actifs. Dans ce contexte, l’action du PNRPA se déploie modestement dans les marges, en recherche de partenariats mouvants avec les acteurs dominants et/ou dominés du système d’acteurs agricole départemental. Pourtant, de par ses compétences et ses missions, le PNRPA ne peut s’affranchir d’un véritable plan d’action dédié au lien entre agriculture et territoire à différents niveaux (environnement, gestion de l’espace, qualité des produits, etc.), tel qu’il apparaît dans la charte. Il y a donc pour lui un véritable enjeu à acquérir une autonomie d’action qui passe par une reconnaissance de sa légitimité et de sa capacité d’innovation. Cette reconnaissance s’appuie sur un lent travail d’investissement de différents champs d’action mais elle peut être activée par des effets d’opportunité liés à la mise en place de dispositifs globaux ou locaux.

33Le renforcement de la position du PNRPA dans le domaine agricole a ainsi été facilité par la mise en œuvre du plan de revitalisation du Couserans élaboré suite à une importante crise dans l’industrie papetière et à la fermeture de la papeterie de Lédar à Saint-Girons. Ce plan d’investissement public (Europe, État, conseils général et régional) prévoit notamment un volet agricole, limité toutefois à une enveloppe de 350 000 € par an sur un total de 30 M€ prévus sur cinq ans. Pour mémoire, rappelons ici que le Pays du Couserans est totalement intégré dans le périmètre du PNR des Pyrénées ariégeoises. Le conseil général, qui pilote ce plan de revitalisation, en a utilisé le volet agricole pour mieux structurer, à budget constant, l’action des organismes qu’il finance à l’échelle départementale. Il s’est donc placé très clairement en position de force dans le système d’acteurs. Il a distribué les places en donnant à chacun la responsabilité d’un axe de développement et en incitant à l’élargissement des partenariats (tabl. 1).

Tableau 1 – Gouvernance du Plan de revitalisation du Couserans

Acteurs


Axes

Conseil général

Fédération pastorale

Chambre d’agriculture

PNRPA

CIVAM bio 09

AADEB

ADEAR

Autres

Viande

AFFAP, Collectivités CACG, Opérateurs

Lait

AFFAP, Entreprises, Producteurs

Production à forte VA

SAFER, DDT, CER, Renova, CFPPA…

Foncier

SAFER, MSA

Produits locaux

Multiples (1)

(1) Pays, collectivités, CMA, CCI, CACG, AFFAP, ADT, Club des saveurs, associations de producteurs et de consommateurs

Légende

Responsable(s) d’axe

Partenaires annoncés

Source : C. Eychenne, 2011.

34Le conseil général a donc procédé de façon un peu autoritaire à une mise en réseau horizontale associant acteurs « forts » (chambre d’agriculture, conseil général et Fédération pastorale de l’Ariège), acteurs sectoriels « alternatifs » et plutôt proches du syndicalisme minoritaire (ADEAR, CIVAM bio, AADEB) et le PNRPA (sur le thème des productions locales à forte valeur ajoutée). C’est ainsi que l’investissement du PNRPA dans un domaine un peu secondaire et peu contesté lui a permis de se retrouver autour de la table, reconnu également grâce au programme SAGECE comme un partenaire privilégié sur la thématique foncière. Ce projet ouvre donc une voie de reconnaissance à l’action du PNRPA dans le domaine agricole, ainsi que la mise en œuvre de méthodes d’action proches de l’ « esprit  PNR » (développer des relations partenariales et une gestion de projet participative) c’est-à-dire fondées sur la mise en réseau et le partenariat. Cependant, cette reconnaissance des acteurs alternatifs et territoriaux s’inscrit davantage dans un rapport de force « au sommet » entre collectivité porteuse d’une stratégie agricole et établissement consulaire que dans une véritable logique ascendante de mise en œuvre d’un projet territorial partagé.

35Le contrat de revitalisation du Couserans apparaît donc comme un moyen mobilisé par le conseil général pour redistribuer des rôles, pour impulser voire imposer de nouvelles règles du jeu y compris aux acteurs dominants comme la chambre d’agriculture qui, bien que critique sur la démarche, s’y associe, y abandonne une partie de ses prérogatives et se trouve contrainte d’interagir avec certains acteurs dont elle se tenait à distance, parfois de façon condescendante. Dans ce rapport de force, on peut se demander si le PNRPA ne joue pas le rôle d’un « cheval de Troie » sur lequel les grandes collectivités territoriales peuvent s’appuyer pour développer des nouvelles stratégies d’action, partiellement émancipées de la tutelle sectorielle, sans pour autant prétendre infléchir fortement le modèle de développement agricole dominant. La reconnaissance institutionnelle du PNRPA à travers le Plan de revitalisation du Couserans ne résout donc pas totalement la question de sa légitimité à se saisir des questions agricoles. En témoigne, dans l’ensemble des entretiens que nous avons réalisés avec les acteurs agricoles du territoire, la faible visibilité de l’action du PNRPA dans le domaine, si ce n’est en tant que levier pour obtenir des fonds publics supplémentaires.

Conclusion

36L’action du PNRPA sur le domaine agricole apparaît aujourd’hui encore limitée. Évoluant dans un système d’acteurs complexe et contraint, faiblement doté en moyens d’action et capacité d’intervention sur ce sujet, il a néanmoins pu engager un travail autour des questions agricoles, qui se décline à travers différents volets. Il conduit ainsi des missions d’expertise (foncier, paysage, urbanisme), apporte une aide à la structuration d’actions (MAEt, projets Leader, distribution et commercialisation) et vient impulser quelques expérimentations sur des sujets émergents (effluents, diagnostic énergétique sur les exploitations). Son intervention s’inscrit dans l’esprit « développement territorial » fidèle à la démarche des PNR (Finger-Stich, Ghimire, 1993) par son ouverture à différents partenariats, son appui aux petits producteurs, à l’installation de jeunes agriculteurs, à la consolidation de filières locales. Il mobilise parallèlement sa légitimité sur les entrées environnementale et patrimoniale pour tenter de s’articuler à des problématiques touchant à l’agriculture.

37Cependant sa place apparaît encore incertaine dans l’arène agricole ariégeoise. Si on regarde depuis le monde agricole, il occupe une position de supplétif. Le parc est une structure jeune, encore mal identifiée par une bonne partie de la base de la profession agricole qui ne perçoit pas très bien ce qu’elle peut en attendre. Surtout il reste un acteur de second plan dans un jeu de rôles dominé par deux leaders, l’un sectoriel (la chambre d’agriculture) l’autre territorial (le conseil général). Sa marge d’insertion et son espace d’action se trouvent ainsi limités des deux côtés. C’est cependant la position de la Chambre qui facilite le moins son action. Attentive aux évolutions, stratégique, tacticienne, la Chambre ne s’articule pas au PNRPA pour mener une politique territorialisée car elle considère que sur les questions des systèmes d’exploitation et du fonctionnement des filières, les vrais enjeux professionnels sont ailleurs. Ce constat rejoint l’analyse faite par C. Eychenne (voir dans ce numéro) expliquant que la territorialisation n’intéresse pas vraiment le cœur de métier des institutions agricoles. En revanche, la Chambre cherche à s’afficher aux côtés du parc pour ne pas s’isoler sur des questions d’interface (foncier, agri-environnement, paysage) et parce que le parc apporte une crédibilité et une mise en visibilité de thématiques que ne peut plus ignorer l’acteur consulaire.

38Le parc agit in fine comme un catalyseur, un médiateur : aussi, l’importance qu’il peut avoir vis-à-vis des problématiques agricoles ne réside pas seulement dans son action propre mais aussi dans le cadre qu’il propose, en permettant à d’autres acteurs de profiter du « contexte du parc » pour « pouvoir faire ». D’un autre côté la posture qu’il occupe aujourd’hui n’est-elle pas malgré tout favorable ? Cette situation lui laisse en effet un espace, certes restreint, mais il dispose sans doute de plus de marge de manœuvre que s’il était un acteur « classique » pour pouvoir mettre en avant les idées et les méthodes qu’il promeut (le travail en réseau, la transversalité), ce qui s’avère plus facilement réalisable sur des actions de faible envergure, peu investies par le système d’acteurs ordinaire. En ce sens il remplit l’une de ses missions, celle de faire évoluer les modalités d’action et d’expérimenter de nouveaux champs d’action. Entre organisations professionnelles et collectivités, il devient un « tiers acteur » qui peut trouver un champ d’action au bénéfice de la territorialisation de l’action publique agricole, c’est-à-dire une manière de considérer certaines problématiques agricoles depuis la lentille territoriale (gestion de la multifonctionnalité, intégration des questions environnementales, maintien d’un tissu d’actifs agricoles, productions locales et diversifiées, etc.). C’est ce qui explique aussi la posture à son égard du leader territorial, le conseil général, qui s’emploie à lui obtenir une place plus significative mais sous contrôle. Dans ce jeu stratégique on peut se demander si en fin de compte le PNRPA n’est pas en partie instrumentalisé par le conseil général. Restera-t-il l’un des bras armé de l’institution départementale ou bien deviendra t-il un acteur à part entière, émancipé et élargissant ses capacités d’action comme ont pu le faire des PNR plus anciens (Haut-Jura, Bauges) afin de pouvoir éventuellement définir une politique agri-territoriale propre ?

Haut de page

Bibliographie

Albaladejo C., « Une Argentine discrète... L’intégration sociale et territoriale des innovations des agriculteurs familiaux dans le district de Saavedra (Pigüé), Argentine », in Tulet J. C. (éd.), Des paysans qui gagnent, Éditions du CNRS, Paris, 2002, p. 1-18.

CNASEA (Lefebvre F., Cornet C.), L’agriculture de haute montagne : au centre des enjeux de son territoire, ENITAC, 2005, 8 p.

Darly S., « Agriculture et patrimoine identitaire des parcs naturels régionaux en Ile de France : des situations contrastées », POUR, n° 205-206, 2010, p. 103-109.

Cognard F., « Nouveaux habitants et nouvelles agricultures : l’exemple du Séronais en Ariège », in CERAMAC, Crises et mutations des agricultures de montagne, n° 20, PU Blaise Pascal, 2003, p. 385-398.

Eychenne C., Hommes et troupeaux en montagne : la question pastorale en Ariège, L’Harmattan, 2006, 320 p.

FÉDÉRATION DES PARCS NATURELS RÉGIONAUX, « L’approche territoriale, vecteur d’un développement agricole durable », Note de travail pour la Commission Européenne, DG Agriculture, 2011.

Finger Stich A., Ghimire K., Travail, nature, culture dans les parcs nationaux et régionaux, L’Harmattan, 1993, 233 p.

Haguet M.-C., La place de l’agriculture et du pastoralisme dans les stratégies de développement local sur le territoire du PNR Pyrénées Ariégeoises, Mémoire de Master professionnel Aménagement et développement transfrontaliers de la montagne, Université de Toulouse-Le Mirail, 2009, 77 p.

Lajarge R., Baron N., « Développement et protection à l’œuvre dans les Parcs Naturels Régionaux », Bulletin de l’Association des Géographes Français, 2011, p. 375-386.

MASTER Aménagement et développement transfrontaliers de la montagne (coll.), Entreprises, qualité et territoire : quels enjeux pour le projet du PNR Pyrénées Ariégeoises ?, Rapport d’étude pour le syndicat de préfiguration du PNR, 2006.

Mériaux O., « Le débordement territorial des politiques sectorielles », in Faure A., Douillet A.-C., L’action publique et la question territoriale, Presses Universitaires de Grenoble, Grenoble, 2005, p. 27-32.

PNRPA, Les circuits courts sur le territoire du Projet de PNR des Pyrénées Ariégeoises : du producteur au consommateur, 2007, 61 p.

PNRPA, Diagnostic du territoire, Rapport de synthèse, novembre 2008, 2008.

PNRPA, Bilans d’activité du parc 2000, 2010 et 2011.

Haut de page

Notes

1 Le programme de recherche PSDR « A-Gouter » (Agriculture et Gouvernance des territoires ruraux) s’est déroulé entre 2007 et 2010, financé par l’INRA et la région Midi-Pyrénées. Dans le cadre du programme général A-Gouter, nous avons travaillé sur deux types de terrains : le massif des Pyrénées et les espaces périurbains toulousain et albigeois, situations typées nous permettant d’interroger de façon contrastée la place de l’agriculture dans les nouvelles formes de gouvernance des territoires ruraux. Cependant, dans le cadre de cet article, nous centrerons l’analyse sur le PNR des Pyrénées Ariégeoises.

2 Quelques chiffres permettent de mieux situer ce PNR dans son environnement : avec 2 465 km² et 46 500 hab. (2009) le parc représente respectivement 50 % de la superficie mais seulement 30 % de la population de l’Ariège. Sa densité de population (19 hab/km²) le place dans la moyenne du massif pyrénéen (zone « massif » loi montagne 1985).

3 Le parc est entièrement inclus dans la zone administrative du Massif des Pyrénées.

4 Un projet de parc national dit de Haute-Ariège avait été prévu dans le cadre du programme de création des parcs au début des années 1960. Une mission d’étude fut lancée par l’État en 1975. La société locale (municipalités, organismes consulaires et organisations professionnelles, associations de chasse) se montra très hostile au projet et le rejeta massivement lors de l’enquête publique en 1980. Il fut alors abandonné ; ce fut le seul échec parmi les missions de création de parcs nationaux engagées dans le sillage de la loi de 1960.

5 Après un minimum marqué en 1990, la zone du PNR a infléchi son évolution démographique (+ 0,6 % entre 1990 et 1999) le regain s’accroissant nettement dans la décennie 1999-2009 (+ 6 %). Cette progression reste toutefois moins importante que celle enregistrée sur l’ensemble du département (+ 10 %) fortement dynamisé par l’attractivité de l’aire métropolitaine de Toulouse sur la basse vallée de l’Ariège.

6 Association pour la promotion des produits paysans du Castillonnais en Couserans. Le projet avait été monté avec l’aide de l’équipe de préfiguration du parc.

7 Quatre pays ont été constitués en Ariège : le Couserans, la Haute-Ariège, les Pyrénées Cathares et les Portes d’Ariège. Le conseil général a d’ailleurs repoussé l’éventualité d’un parc naturel régional interdépartemental débordant à l’ouest sur le Comminges, dans le département de la Haute-Garonne.

8 Bien que la FPA soit une association regroupant propriétaires (généralement des collectivités) et gestionnaires des surfaces pastorales, le conseil général de l’Ariège contribue dans une large part à son financement ; son directeur est également responsable de la direction de l’aménagement et de l’environnement du conseil général, qui comporte entre autres le service agricole.

9 Le PNR est inclus dans le périmètre du territoire LEADER « Pays d’Ariège-Pyrénées ».

10 L’association ariégeoise pour le développement de l’élevage bovin (AADEB) est née au début des années 1990 : son but est d’organiser collectivement la filière de viande bovine, notamment afin de rendre les acteurs de la filière moins dépendants des circuits de commercialisation classiques, en réaction à la situation monopolistique du groupement de producteurs Synergie. Elle a notamment mis en place la marque « Pré d’ici » (pour la viande bovine mais aussi ovine). Elle rassemble environ 70 adhérents, essentiellement dans le Couserans (donc dans le PNR) et dispose d’une petite équipe technique.

11 Une mesure agro-environnementale (MAE) est un dispositif de soutien au développement de pratiques agricoles respectueuses d’enjeux environnementaux spécifiques. Les MAE dépendent du second pilier de la PAC et sont donc cofinancées par le FEADER. Elles sont définies au sein d’un catalogue de mesures établies au niveau national dans le Programme de développement rural hexagonal (PDRH) et contractualisées au niveau des parcelles sur lesquels les enjeux ont été identifiés. Les MAE territorialisées (MAEt) constituent un type de MAE ciblé sur un enjeu localisé, au périmètre restreint, et sont principalement établies en lien avec le programme Natura 2000 et la Directive Cadre sur l’eau (DCE) au sein de zones dites d’action prioritaire (ZAP).

12 La mesure est programmée à hauteur de 100 000 euros. Pour mémoire, les bénéficiaires du second pilier de la PAC sur le territoire du PNR perçoivent plus de 8 millions d’euros annuels de FEADER, soit près de 17 millions d’euros en prenant en compte le co-financement national.

13 Le programme SAGECE (Système d’Anticipation et de GEstion des Conflits liés à l’Espace) s’inscrit dans l’action « Promouvoir et accompagner une politique globale de gestion de l’espace » (Article 11.1 de la Charte).

14 Les MAE territorialisées relèvent des volets régionaux du Plan de Développement Rural Hexagonal. Au côté du FEADER et de l’État, les collectivités territoriales participent au financement de ce volet, notamment lorsque des MAEt sont établies hors de Zones d’Action Prioritaire définies dans le PDRH.

15 Les comptes d’affectation spéciale pour le développement agricole et rural sont prélevés sur le chiffre d’affaire des exploitations agricoles et gérés par l’État ; ils servent à financer le développement agricole (chambres d’agriculture, organismes professionnels, instituts techniques et de recherche).

16 Depuis la loi d’orientation agricole de 1999 les PNR peuvent être représentés dans les Commissions départementales d’orientation de l’agriculture (CDOA).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Les territoires de projet en Ariège
Légende Remarque : les communes de Montagagne (Séronais) et d’Illartein (vallée de la Bellongue) n’ont pas adhéré à la charte du PNR et n’en font donc pas partie. Elles se trouvent de fait enclavées dans le territoire du parc. Par souci de lisibilité ces enclaves n’ont pas été représentées sur la carte.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/116/img-1.png
Fichier image/png, 45k
Titre Fig. 2 – Évolution de l’agriculture dans le périmètre du PNR des Pyrénées ariégeoises entre 1988 et 2000
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/116/img-2.png
Fichier image/png, 87k
Titre Fig. 3 – Évolution de l’agriculture dans le périmètre du PNR des Pyrénées ariégeoises entre 2000 et 2010
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/116/img-3.png
Fichier image/png, 131k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Johan Milian, Corinne Eychenne et Laurence Barthe, « Du symbole à l’action : agriculture et pastoralisme dans la politique du Parc naturel régional des Pyrénées Ariégeoises », Sud-Ouest européen, 34 | 2012, 51-64.

Référence électronique

Johan Milian, Corinne Eychenne et Laurence Barthe, « Du symbole à l’action : agriculture et pastoralisme dans la politique du Parc naturel régional des Pyrénées Ariégeoises », Sud-Ouest européen [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 05 décembre 2013, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/116 ; DOI : 10.4000/soe.116

Haut de page

Auteurs

Johan Milian

Maître de conférences en géographie, Université Paris 8 Saint-Denis, UMR LADYSS CNRS 7533 ; johan.milian@univ-paris8.fr

Articles du même auteur

Corinne Eychenne

Maître de conférences en géographie, Université Toulouse II-Le Mirail, UMR Dynamiques Rurales 1936 ; corinne.eychenne@univ-tlse2.fr.

Articles du même auteur

Laurence Barthe

Maître de conférences en géographie, Université Toulouse II-Le Mirail, UMR Dynamiques Rurales 1936 ; barthe@univ-tlse2.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals