Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Notes bibliographiquesPratiques et portée de l’adaptati...

Notes bibliographiques

Pratiques et portée de l’adaptation : enjeux territoriaux ambivalents de la régulation environnementale

Colloque tenu à Pau les 23 et 24 janvier 2014
Romain Felli
p. 141-145
Référence(s) :

Pratiques et portée de l’adaptation : enjeux territoriaux ambivalents de la régulation environnementale, colloque tenu à Pau les 23 et 24 janvier 2014.

Texte intégral

1Les 23 et 24 janvier 2014 s’est tenu à Pau le colloque Pratiques et portée de l’adaptation : enjeux territoriaux ambivalents de la régulation environnementale. Il s’agissait d’un bilan du programme régional CESAR (Changement environnemental et stratégie d’adaptation en région Aquitaine) mené au laboratoire SET, et plus largement d’un moment de réflexion depuis les sciences sociales sur l’environnement. Cet évènement a rassemblé une petite communauté scientifique autour des approches sociales et politiques de l’adaptation. Les sessions de la première journée étaient orientées vers les cadrages de la notion d’adaptation et le cas échéant de son opérationnalisation, d’un point de vue conceptuel pour une part, et plutôt institutionnel pour une autre part. La deuxième journée laissait plus de place aux expériences d’adaptation, entrant par les acteurs de terrains et les pratiques, pour terminer avec des communications plus directement tournées vers la dimension politique, voire démocratique des initiatives d’adaptation et de leur mise en place, sur les territoires. Chacune des deux journées s’est terminée par une session ouverte avec le concours de l’assistance, à partir d’un bref exposé sur les aspects méthodologiques de l’adaptation pour le premier jour, et sur la portée éthique et la dimension de responsabilité que recouvre la notion pour le deuxième jour. L’accent a été mis sur l’originalité des contributions des sciences sociales à l’étude de l’adaptation ainsi que sur l’implication des scientifiques, la performativité de leur recherche et sur le caractère situé de la production de la connaissance à propos d’un enjeu socio-environnemental invasif et somme toute peu questionné. Suit le détail des interventions et de quelques échanges durant les deux journées de colloque.

2Julien Rebotier a ouvert le colloque en en exposant les attendus intellectuels : débattre et échanger sur l’adaptation d’un point de vue de sciences sociales, en tenant à distance critique les cadrages techniques qui d’ordinaire dominent les débats. La littérature elle-même reste marquée par des approches fonctionnalistes, cybernétiques ou systémiques souvent orientées vers une application pratique et sur une modalité technique. Le colloque visait au contraire à valoriser les approches sociales, l’ancrage territorial, les rapports sociaux et normatifs, voire éthiques, qui irriguent les discours et les pratiques d’adaptation. En partant du principe que « ce que la société a fait, la société peut le défaire », Rebotier a rappelé que le travail du géographe consistait à comprendre comment l’être humain transforme les territoires et peut, sous certaines contraintes, les adapter à ses besoins. Il importait dès lors de re-« socialiser » et re-« politiser » les débats, d’en souligner les attendus normatifs ainsi que les choix politiques qu’ils supposent. Une telle approche critique de l’adaptation implique un travail à trois étages, celui de la dénonciation des pratiques actuelles (quelles pratiques, quels intérêts sont aujourd’hui défendus ?), celui de l’interprétation de l’impératif d’adaptation (l’adaptation en quoi ? pour qui ? pour quoi ? vers quelle société ?), et finalement celui de la proposition d’alternatives.

3Bien que la sociologie soit aujourd’hui en retrait dans les débats sur l’adaptation aux changements climatiques, la notion d’adaptation est elle-même une clé de l’histoire de la pensée sociologique, comme le rappela Francis Jauréguiberry. Elle fait le lien entre l’individu et le système. Les visions fonctionnalistes ont souvent cherché à comprendre les processus par lesquels l’individu arrive (ou non) à s’adapter à un système donné. En ce sens, il s’agissait d’une notion conservatrice. Mais les renouveaux sociologiques des années 1970 ont révélé une vision plus active de l’adaptation, selon laquelle l’individu développe des stratégies et s’avère capable de subvertir partiellement les contraintes du système. Aujourd’hui, de nombreuses pensées sociales hypostasient le changement et en font une donnée permanente de la condition sociale. Ainsi, l’adaptation est vue comme une nécessité, elle aussi permanente. Cette vision pose la question de la possibilité même d’un projet politique, qui suppose une forme de stabilité et de prévisibilité. Il s’agit de pouvoir penser le futur différemment de ce qu’il est. Force est de constater que l’adaptation est parfois bâtie contre le projet.

4La première session a permis de mesurer l’étendue des significations sociales et politiques attachées à l’idée d’adaptation, et la manière dont différents types d’acteurs (experts, autorités publiques, académiques, etc.), se l’approprient, la traduisent et la mettent en œuvre avec des objectifs, explicites ou implicites, souvent divergents.

5La présentation de Guillaume Simonet, a traité de la manière dont les acteurs des politiques publiques à Paris et Montréal se représentent l’enjeu de l’adaptation et agissent en conséquence. Grâce à des entretiens approfondis et une analyse qualitative de discours Simonet montra l’existence de deux grands cadrages de l’adaptation : comme « résignation » ou comme « opportunité ». Du côté de l’adaptation-résignation, les acteurs mettent en avant des angoisses face à un futur inconnu, leurs craintes que des politiques d’adaptation ne freinent la lutte contre le réchauffement climatique, la fatalité que représenterait ce changement, la faillite de l’être humain. Du côté de l’adaptation-opportunité, ce sont les idées d’innovation, de créativité, la possibilité de changer de modes de vie, d’aller véritablement vers un développement durable, l’occasion d’engager des réflexions approfondies, une prise de conscience et de responsabilité qui sont soulignées. Simonet en a déduit l’existence de deux grandes attitudes face à l’adaptation, passive et passéiste d’un côté ou active et centrée sur le futur de l’autre. Les résultats de cette recherche permettent de mieux baliser des recherches à venir sur les barrières dites « cognitives » à l’adaptation.

6Sébastien Nobert s’est intéressé à la convergence d’acteurs (experts prévisionnistes, autorités politiques, protection civile, etc.) dans 17 pays européens autour de nouveaux « systèmes de prévision d’ensemble » (SPE), qui sont vus comme des éléments clés dans les stratégies d’adaptation face aux risques naturels accrus. Sa contribution insista sur l’avènement d’une science probabiliste de prévision des risques de catastrophes (notamment des crues et inondations). Or cet avènement donne lieu à des conflits larvés et révèle les jeux de pouvoir entre acteurs et les contradictions des niveaux européens de gouvernance (par exemple entre une volonté de centralisation et de mise en commun, et la nécessité de se reposer sur des savoirs et interprétations locaux). La compétence européenne complique la distinction entre prévision (« scientifique ») et la gestion (« politique »). La science probabiliste redonne du pouvoir à l’administration et à la politique en même temps qu’elle produit un déplacement des responsabilités face aux risques. Ultimement, c’est sur l’individu que repose le poids du choix et de la décision grâce à la connaissance probabiliste qui lui est offerte. On peut alors se demander jusqu’à quel point cette conception peut transformer les victimes de catastrophes en des responsables de leur propre situation.

7Une telle responsabilisation des individus caractérise également les approches en termes de « résilience » qui s’articulent de plus en plus aux questions d’adaptation aux changements climatiques. Pour Béatrice Quenault la rhétorique de la résilience ne fait guère référence à un objet commun stabilisé. Ce flou sémantique est reproduit à différentes échelles de gouvernance, depuis les organisations internationales jusqu’aux réseaux de citoyens, d’ONG et d’initiatives locales comme les « villes en transition ». Si la résilience apparaît comme un concept marketing, une histoire positive de réponse aux chocs et aux crises, ses attendus sont souvent peu examinés : la résilience de quoi ? par rapport à quoi ? au bénéfice de qui ? La genèse de l’utilisation du concept montre que son succès actuel n’est pas dû au hasard. Du point de vue de la gestion des risques, après le paradigme des risques naturels, puis celui de la vulnérabilité sociale, le paradigme de la résilience opère une forme de synthèse qui part de l’acceptation de la catastrophe pour en tirer une expérience positive. Une analyse critique du concept peut y lire l’abandon d’un projet collectif de responsabilité au profit d’une espèce de darwinisme social : des vulnérables victimes aux vulnérables coupables. À l’inverse, la résilience apparaît pour d’autres acteurs comme un outil de démocratie participative et d’une gouvernance fondée sur la contractualisation.

8L’émergence de nouveaux concepts et de nouvelles idées est-elle simplement épistémologique (une nouvelle manière de concevoir le monde) ou découle-t-elle de transformation ontologique (transformation dans le monde) ? Dans la discussion, des intervenants ont défendu l’idée que le monde aurait changé, qu’il serait plus interconnecté et plus interdépendant et que le changement climatique amènerait des incertitudes nouvelles. Nous serions entrés dans l’Anthropocène, une période nouvelle de la société humaine, faite de démesure. Pour d’autres participants, les contributions indiquaient surtout la constitution d’une défiance généralisée face aux institutions. L’insistance sur la capacité d’auto-organisation de la société civile relèverait d’une vision néolibérale du monde. Le paradigme de la résilience, par exemple, conduirait à faire oublier les causes de la vulnérabilité pour se centrer uniquement sur les actions possibles. Finalement, la discussion porta sur le rapport au futur et à ses représentations. Les scénarios d’évolution seraient des outils permettant de se rassurer, de croire que le futur est maîtrisable tout en naturalisant les catastrophes.

9La seconde session a offert un aperçu des différentes réappropriations territoriales de l’impératif d’adaptation.

10À partir d’une recherche comparative sur les villes de Lyon et Montréal et les régions Rhône-Alpes et Bourgogne, François Bertrand a souligné que l’adaptation était encore une préoccupation secondaire, certes intégrée dans les discours, mais sans véritable traduction concrète. Les politiques climatiques restent des politiques énergétiques et sont mises en œuvre de manière à minimiser les transformations sociales ou économiques nécessaires. Il s’agit d’une politique des « petits gestes » climatiques, tandis que les discussions sur les valeurs et la transformation sont repoussées à la mise en œuvre « technique » et évacuées des débats politiques.

11Pour le secteur touristique, le climat est très souvent un facteur essentiel dans le succès d’un modèle économique. Pierre Torrente a montré comment les évolutions des modes de consommation du tourisme (notamment une réduction de la durée moyenne des séjours et une moindre fidélisation de la clientèle) font s’accroître les risques économiques associés au changement climatique. Pour une région comme les Pyrénées, on ne peut plus partir du principe que l’activité touristique serait un outil de développement territorial : la question des stations de ski et de leur réversibilité est particulièrement aiguë. Torrente et son équipe travaillent sur un outil en ligne permettant aux décideurs d’adapter leurs stratégies touristiques face au changement climatique.

12La problématique de l’adaptation des stations de montagne pyrénéenne aux changements climatiques fut reprise par Émeline Hatt (dans une communication coécrite avec Vincent Vlès). On observe dans cette région une « fuite en avant technique », une course à l’équipement mécanique et à la « neige de culture » (on ne dit plus « neige artificielle ») qui fournit certes une rentabilité à court terme, mais n’encourage pas à une diversification des activités et une reconversion. Outre les changements climatiques, ces stations sont confrontées à une évolution de la demande et une mutation de l’économie touristique hivernale. La possibilité d’adaptation du modèle productif de stations créées dans les années 1960 et 1970 se pose notamment aux pouvoirs publics. La reconversion du bâti (de type « grands ensembles ») qui ne correspond plus aux demandes actuelles (le « chalet ») est encore peu exploitée bien que le modèle économique des résidences secondaires soit en voie d’épuisement.

13La discussion porta sur les possibilités de développement de l’écotourisme et du tourisme doux permettant un nouveau rapport entre l’être humain et la nature. Mais le développement de ces modèles s’avère moins rentable que celui du ski. Toutefois, on pourrait observer la naissance d’un nouveau cycle de touristification (porté par les élites) autour de ces pratiques. Finalement, l’adaptation s’avère être une manière de reconfigurer des discours visant à perpétuer le système actuel. Il s’agirait d’une politique du moindre mal, ainsi qu’une stratégie de communautés locales pour obtenir des financements et cadrer leurs actions.

14Dans une session ouverte, Sylvie Clarimont (assistée d’Émeline Hatt) organisa les débats sur les enjeux méthodologiques de l’adaptation. Il y apparut que la méthodologie devrait insister sur l’aspect dynamique de la connaissance, mais aussi sur les limites de la connaissance sociale. Elle devrait contribuer à l’acceptation de la précarité, des limites, de l’incertitude. Dans les traductions locales des questions d’adaptation, le soubassement théorique et idéologique qui fonde les guides d’adaptation est souvent ignoré ou évacué, d’autant plus s’il s’agit de compilations de « bonnes pratiques ». Plusieurs intervenants soulignèrent le biais « biophysique » des modèles d’adaptation : les approches en termes d’impact et de risques naturels finissent toujours par s’imposer comme cadre du débat, et les sciences sociales adoptent une approche subordonnée, d’accompagnement. Les alternatives politiques sont largement évacuées, de même que les rapports de pouvoir et les inégalités. Ce biais est d’autant plus marqué lorsqu’on évacue la possibilité d’agir au travers et au sein de l’État, au profit d’une valorisation de l’auto-organisation de la société civile.

15La deuxième journée du colloque poursuivit l’analyse de l’appropriation par les acteurs de terrain de la contrainte à l’adaptation. L’exposé de Valentine Van Gameren illustra et expliqua les stratégies différentes poursuivies par les acteurs privés de la gestion forestière en Wallonie pour s’adapter au changement climatique. Le secteur forestier est particulièrement susceptible à ces changements et de surcroît les décisions y ont des conséquences dans la longue durée. Du point de vue institutionnel, on observe une « adaptation-résilience », incrémentale, sans regret. Il s’agit d’une gestion durable des peuplements forestiers qui est « relabellisée » comme étant une mesure d’adaptation. Une vision « transformationnelle » de l’adaptation existe aussi de manière minoritaire, qui met l’accent sur le soutien aux expérimentations, la remise en cause d’habitudes de plantation, et valorise des opérations groupées. Mais l’industrie du bois n’a pas intégré la question de l’adaptation, en rejetant la responsabilité sur les gestionnaires forestiers en contestant les mesures de diversification (au profit de la perpétuation d’une industrie forestière productiviste et normalisée autour de certaines espèces). Le cadrage dominant de l’adaptation s’installe sans concertation.

16L’adaptation se joue en filigrane autour des enjeux et des conflits d’accès à la ressource en eau en Poitou-Charentes. Dans cette région, les années sèches se sont accumulées, tandis que les conflits d’utilisation entre l’ostréiculture, l’agriculture, l’industrie et l’eau potable persistent. L’étude de Mohamed Taabni a décrit la manière dont des formes de négociation et de collaboration se mettent en place pour préserver cette ressource, notamment grâce à l’accès et au partage d’information. Pour l’agriculture, qui apparaît comme la variable d’ajustement des négociations, la mise en place grâce à des subventions publiques de bassins individuels de rétention (remplis en hiver) semble partiellement compenser les restrictions d’accès. Mais ces bassins suscitent l’opposition d’associations de protection de l’environnement. On observe néanmoins que certains équipements techniques (sondes, etc.) associés à de nouvelles pratiques agricoles ont permis une diminution sensible des volumes d’irrigation par hectare.

17Dans la Vallée de la Tarentaise, le modèle touristique productiviste mis en place après la Seconde Guerre mondiale fondé sur une monoactivité (le ski) et une ressource principale (la neige) semble persister en dépit des défis climatiques. Ce modèle économique reste performant, mais il nécessite des investissements accrus pour faire face aux aléas climatiques : amélioration des débits des remontées mécaniques, multiplication des offres, équipement en neige artificielle. Les pratiques participatives visant à la mise en place d’un plan climat-énergie territorial n’ont guère permis de faire entendre les voix demandant une alternative à la croissance touristique et économique, comme l’a illustré l’étude d’Anouk Bonnemains. Au contraire, les pouvoirs publics favorisent la perpétuation d’une telle croissance au détriment d’alternatives.

18L’affadissement des pratiques participatives semble également avoir caractérisé le projet d’ « éco-vallée » de la plaine du Var à Nice, d’après l’étude de Sylvie Bresson Gillet. La volonté affichée d’inclusion des citoyens dans les projets d’aménagement collectif par des processus de concertations publiques se heurte à la réalité d’une approche très instrumentale de la participation visant surtout à désamorcer toutes contestations. Des artifices juridiques permettent de contourner les oppositions. Bresson Gillet constate que nous ne nous trouvons pas encore dans le contexte sociohistorique d’une démocratie participative.

19La discussion fit fond sur la contradiction exposée par plusieurs contributions entre la préoccupation environnementale et l’impératif de croissance économique. Le cadrage dominant de l’adaptation ne permet pas de poser la question de la démocratie économique et du modèle productif souhaitable. Certains intervenants soulignèrent la nécessité d’utiliser une théorie de l’État pour comprendre que celui-ci (à différents niveaux) favorise systématiquement les stratégies d’adaptation qui remettent le moins en cause les modèles économiques actuels et cherche au contraire à perpétuer l’accumulation économique, y compris face aux défis climatiques.

20La deuxième session de la journée traita plus directement des dimensions politiques de l’adaptation (en termes de pluralité des rationalités, mais aussi de rapports – de force – entre acteurs). Gabriela Pfeifle partit d’une contradiction à propos des agriculteurs du Causse Gramat : du fait de leurs liens privilégiés avec le milieu ils devraient être volontaires au regard de l’adaptation au changement climatique. Or il n’en est rien. L’adaptation est encadrée par des institutions traditionnelles (chambre d’agriculture et PNR) qui canalisent et hypostasient les initiatives de terrains, soit les intérêts sont contradictoires, soit les moyens et conditions sont insuffisants pour promouvoir l’autonomie des acteurs agricoles jusque-là peu écoutés. Des initiatives « ascendantes » comme les « réseaux de fermes de démonstration » ne parviennent pas à atteindre le statut d’espaces de discussion, de délibération, de politique. Au-delà de la conscience de la portée de l’adaptation, c’est un véritable enjeu de démocratie locale qui se présente localement.

21À une autre échelle, c’est bien la démocratie qui s’est trouvée au cœur de la communication assurée par Iñaki Barcena (coécrite avec Jone Martínez et Rosa Lago). Le projet de recherche de cette équipe de science politique consiste à considérer la problématique environnementale et particulièrement celle de l’adaptation (du changement, des transformations) sous l’angle des rapports sociaux et des conditions politiques du vivre ensemble. Le défi environnemental part pour les auteurs d’une question politique, d’une façon de voir les choses avant d’envisager les moyens (souvent techniques) de les faire. La pression environnementale (matérielle et discursive) constituerait une opportunité historique de réflexivité et de regard alternatif, notamment dans le cas du territoire basque. Derrière le modèle énergétique, ce sont des questions de justice, de démocratie et de domination qui se présentent dans l’agenda d’une recherche socialement responsable et impliquée.

22La session finale (préparée par Julien Rebotier et Romain Felli) fut l’occasion de revenir sur quelques enjeux politiques et éthiques qui avaient traversé les débats de ces deux journées. La centralité des valeurs, tant celles des acteurs que celles des chercheurs, ne peut être niée à propos d’un objet, l’adaptation, qui met en jeu des visions radicalement différentes des futurs possibles. Les contributions au colloque témoignent toutes d’un souci, voire d’une responsabilité pour le « monde commun », au double sens d’une planète commune, mais aussi de la possibilité d’un monde en commun, contre les dérives qu’une vision sociale-darwinienne de l’adaptation pourrait suggérer. La question de savoir dans l’adaptation ce qui doit être conservé et ce qui doit être transformé ne peut être, en dernière analyse, qu’une question politique. Mais le refus d’aborder ces questions, au prétexte de la défense d’une conception restreinte de l’objectivité scientifique, conduit nécessairement à reproduire les conceptions dominantes de l’adaptation. Les riches débats qui traversèrent ce colloque montrent que des alternatives sont envisageables.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romain Felli, « Pratiques et portée de l’adaptation : enjeux territoriaux ambivalents de la régulation environnementale »Sud-Ouest européen, 37 | 2014, 141-145.

Référence électronique

Romain Felli, « Pratiques et portée de l’adaptation : enjeux territoriaux ambivalents de la régulation environnementale »Sud-Ouest européen [En ligne], 37 | 2014, mis en ligne le 20 juillet 2015, consulté le 27 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/soe/1173 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.1173

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search