Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Notes bibliographiquesHovig Ter Minassian, Changer Barc...

Notes bibliographiques

Hovig Ter Minassian, Changer Barcelone. Politiques publiques et gentrification dans le centre ancien (Ciutat Vella)

Presses universitaires du Mirail, coll. « Villes & Territoires », 2013, 315 p. (plus cahier couleur)
Philippe Dugot
p. 145-147
Référence(s) :

Hovig Ter Minassian, Changer Barcelone. Politiques publiques et gentrification dans le centre ancien (Ciutat Vella), Presses universitaires du Mirail, coll. « Villes & Territoires », 2013, 315 p. (plus cahier couleur).

Texte intégral

1La ville de Barcelone est scrutée dans pléthore de publications dédiées à l’urbain quand elle n’est pas l’objet principal de nombreux ouvrages et articles. Cette attention n’est pas usurpée tant la ville est le siège d’une expérimentation urbaine permanente depuis maintenant 150 ans. On évoque une « marque Barcelone », un « modèle ». Tout cela demande parfois déconstruction tant la belle se révèle ensorcelante, mais n’enlève rien d’une ville à la personnalité bien trempée.

2Écrire sur Barcelone, c’est donc emprunter des pistes déjà bien tracées et pavées par des travaux nombreux et solides. On pourrait aussi ajouter l’abondante et souvent intéressante production des institutions barcelonaises et de la Generalitat, expression de la récurrence des projets urbains. La bibliographie de cet ouvrage livre de fait un assez large panorama de ces productions diverses. Pour en rester dans le seul champ de la géographie, on peut rappeler le travail ancien mais toujours pertinent pour saisir certaines des stratifications urbaines de la ville, de Robert Ferras (Barcelone, éditions Anthropos, 1977). On peut aussi signaler l’ouvrage plus récent d’Horacio Capel (Le modèle Barcelone, Economica-Anthropos, 2009) dont nous avions rendu compte dans cette revue (n° 27, 2009). Aborder Barcelone nécessite donc de trouver un angle d’attaque particulier.

3De ce point de vue, cet ouvrage trouve sa place sans problème dans une bibliothèque déjà bien garnie. L’étude de Hovig Ter Minassian se focalise sur la portion ancienne de la ville, la Ciutat Vella. Dans ce secteur spécifique de l’agglomération barcelonaise, il étudie un processus urbain particulier, la gentrification. Ce n’est évidemment pas le premier à étudier ce thème dans le centre de Barcelone, mais par sa densité cet ouvrage constitue, de ce côté-ci des Pyrénées, un apport original. L’ensemble se découpe en quatre chapitres cohérents. Un premier chapitre livre une histoire des politiques d’aménagement et d’urbanisme menées dans le centre ancien de Barcelone. On y voit se dessiner en filigrane un certain nombre d’enjeux politiques dans une Espagne et une Catalogne qui passent du franquisme à la démocratie. On peut parcourir dans ce chapitre quelques pages d’une réflexion autour du patrimoine assortie d’un rappel de la législation avec en arrière-plan la dimension symbolique et les instrumentalisations qui s’y attachent. Le deuxième chapitre propose une analyse du « modèle Barcelone ». On peut à la suite de l’auteur reprendre le propos de Juan Busquets qui en livre quelques points saillants : la multiplicité des échelles d’intervention avec comme locomotive quelques grands projets (par exemple les réalisations à l’occasion des JO de 1992), le traitement des espaces publics en vue de redynamiser le tissu urbain, le tout étant réalisé dans une étroite collaboration entre le secteur public et le secteur privé. Productions urbaines, discours et tentatives de prise de vent des derniers paradigmes économiques ont pour but de projeter l’image d’une ville dynamique. Le jugement porté, à l’image de ce que le préfacier de cet ouvrage, Horacio Capel, a déjà pu écrire, est sévère. Le « modèle Barcelone » laisse la part belle à l’action de la promotion et des acteurs privés avec une inflexion vers un urbanisme plus libéral. De fait, en matière de prise en compte des classes les plus populaires et de production de logements sociaux, le compte n’y est pas avec à la clé une sélectivité territoriale des interventions. Voilà qui préfigure certains des constats opérés dans le chapitre suivant consacré à l’étude de la gentrification de la Ciutat Vella. Nous reviendrons plus bas sur les résultats barcelonais. On peut pour l’instant faire crédit à ce chapitre de livrer un état de la question informé sur la gentrification. Le quatrième et dernier chapitre ambitionne de faire un point sur la perception par les habitants de ces transformations, mettant en évidence les résistances et conflits face aux politiques de réhabilitations, aux changements sociologiques et d’usages de certaines portions de la vieille ville. Ce chapitre, le plus court, sans être dénué de réflexions utiles autour de la question du logement des classes populaires et des populations immigrés, n’est pas le plus convaincant de l’ouvrage. Passons sur la méthodologie de recueil de « la parole des résidents » qui n’apparaît pas à la hauteur des ambitions affichées. On peut trouver regrettable que le commerce ethnique, à commencer par sa définition, ne fasse pas l’objet d’une attention davantage soutenue. Sa définition est un peu plus complexe que ce qui est proposé ici. À la limite, peut-être que ce chapitre n’était pas absolument nécessaire à l’ouvrage ? Certains éléments auraient pu être distribués dans les trois autres chapitres.

4Alors, qu’en est-il de la gentrification à Barcelone ? A priori la ville dispose de tous les arguments pour que s’y développe un important processus de gentrification. Revenons aux deux facteurs traditionnels de gentrification rappelés dans le chapitre 3 de l’ouvrage : il y a d’abord une gentrification par le fait que des catégories socio-professionnelles, que l’on qualifiera pour aller vite de post-industrielles, expriment une demande croissante. À cette gentrification « par la consommation » s’oppose en tant que mécanisme dominant, une gentrification « par la production » identifiant comme stimulant les plus-values qui peuvent être réalisées sur un stock de logements ou de bâtiments dégradés mais bien situés et récupérables. Plus qu’opposition, Ter Minassian rappelle qu’il y a d’abord complémentarité. Barcelone présente a priori toutes les conditions pour qu’un processus de gentrification « par la consommation » et « par la production » puisse s’y épanouir largement. En effet, la ville a vu fortement évoluer son système productif, et de fait la sociologie d’une partie de sa population, dans le contexte d’une image très valorisée et attractive. Pour autant, et c’est l’enseignement de cet ouvrage, les choses ne sont pas aussi simples et évidentes. L’auteur observe ainsi « une accentuation des contrastes entre les quartiers en cours de gentrification et d’autres en cours de marginalisation » (196). Si certains quartiers connaissent une « trajectoire sociale ascendante » par un phénomène de gentrification, dans d’autres quartiers la trajectoire sociale est « descendante », qu’il s’agisse de « désembourgeoisement » ou du maintien, voire de l’accentuation, du caractère populaire. Loin d’une image idyllique d’un vivre ensemble, le renouvellement démographique de la Ciutat Vella concerne des populations très différentes (immigrés, européens ou non européens, populations « gentrificatrices ») avec des modes de vie et des moyens financier divers et qui se côtoient de loin plus qu’elles ne se mélangent, renforçant une fragmentation socio-spatiale déjà forte. Hovig Ter Minassian montre d’ailleurs que « ce ne sont pas les secteurs les plus dégradés du centre ancien de Barcelone qui connaissent une gentrification, autrement dit les opportunités de fortes plus-values immobilières ne suffisent pas à elle seules à expliquer pourquoi un secteur se gentrifie » (223). De fait, la Barceloneta et le Raval restent plutôt populaires alors que la gentrification touche surtout le quartier de la Ribera qui n’a jamais connu de dévalorisation complète. C’est donc bien de micro-gentrification dont il faut parler dans le centre de Barcelone. Cette marqueterie des processus d’évolution socio-spatiaux des différentes composantes du centre ancien est bien rendue par un cahier cartographique en couleur positionné en fin d’ouvrage.

5Le matériau de base de ce travail est une thèse soutenue en 2009 (de fait, et sans doute est-ce préférable pour la bonne compréhension des processus qui y sont étudiés, les observations et résultats exposés datent d’avant la crise qui secoue l’Espagne, et donc Barcelone, à partir de cette date). L’ouvrage conserve quelques stigmates de cette filiation. Certaines parties sont un peu longues et auraient mérité d’être élaguées qu’il s’agisse du travail de lecture des éditoriaux de la revue municipale Barcelona Metrópolis Mediterránea ou surtout de la longue séries d’analyses en composante principale et de classification ascendante hiérarchique destinées à livrer un regard statistique sur les évolutions des différents quartiers de la Ciutat Vella. Pourquoi le cacher, ces pages-là sont un peu rébarbatives à lire. Dès lors pourquoi ne pas avoir simplement exposé les résultats quitte à une rapide évocation méthodologique, renvoyant l’essentiel en annexe ou, pourquoi pas, au travail de thèse ? À l’opposé, cet ouvrage possède aussi ce qui fait la qualité irremplaçable des thèses : d’abord un corpus bibliographique nourrissant un appareillage théorique important ; en l’occurrence un point appréciable est fait sur les travaux espagnols traitant de gentrification avec une focale complémentaire autour de Barcelone. Mais une thèse c’est aussi un travail de terrain qui permet de jauger empiriquement le processus de gentrification de Barcelone, donnant de la force aux constats réalisés. De ce point de vue, l’apport est important. Précisons que, mis à part les quelques morceaux déjà évoqués qui auraient pu être élagués, l’ensemble est d’une rédaction accessible.

6En bref, un livre parfois un peu long à lire mais un ouvrage qui constitue un jalon précieux de l’étude de Barcelone, et au-delà de cette dimension monographique, un témoignage fin et critique d’une gentrification qui apparaît plus complexe et diverse que le monolithisme du mot ne le donne à penser. C’est plus généralement à un devoir de vigilance vis-à-vis des politiques urbaines, des acteurs mobilisés, de leurs objectifs, que nous appelle cet ouvrage en réinterrogeant, sous cet angle, le « modèle Barcelone ». Voilà qui ne pouvait qu’interpeller un Horacio Capel, grand connaisseur de la ville où il professe depuis longtemps, qui a accepté de préfacer cet ouvrage, parlant même d’un « travail excellent ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Dugot, « Hovig Ter Minassian, Changer Barcelone. Politiques publiques et gentrification dans le centre ancien (Ciutat Vella) »Sud-Ouest européen, 37 | 2014, 145-147.

Référence électronique

Philippe Dugot, « Hovig Ter Minassian, Changer Barcelone. Politiques publiques et gentrification dans le centre ancien (Ciutat Vella) »Sud-Ouest européen [En ligne], 37 | 2014, mis en ligne le 20 juillet 2015, consulté le 27 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/soe/1175 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.1175

Haut de page

Auteur

Philippe Dugot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search