Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Notes bibliographiquesPascaline Gaborit (dir.), News Me...

Notes bibliographiques

Pascaline Gaborit (dir.), News Medinas : vers des villes nouvelles durables ? Expériences croisées au nord et au sud de la Méditerranée

PIE Peter Lang, Bruxelles, 2013, 202 p.
Philippe Dugot
p. 147-149
Référence(s) :

Pascaline Gaborit (dir.), News Medinas : vers des villes nouvelles durables ? Expériences croisées au nord et au sud de la Méditerranée, PIE Peter Lang, Bruxelles, 2013, 202 p.

Texte intégral

1Qu’est-ce qu’une ville durable ? À quelle(s) échelle(s) l’envisager ? Peut-elle se construire ex nihilo ? N’est-elle pas une nouvelle utopie urbaine ? Le thème produit plus de questions qu’il n’apporte de réponses, n’en déplaise aux producteurs d’idées toutes faites et autres promoteurs de réalisations enkystées dans un organisme urbain bien plus vaste et aux interactions complexes. On doit d’autant se garder de la promotion de telle ou telle expérimentation que celles-ci sont souvent le produit de réflexions et, plus rarement, de réalisations, dans des pays riches avec une singulière propension à en juger la qualité à l’aune de leur élévation en latitude. En Europe, les modèles sont au nord. Les enjeux urbains sont pourtant d’abord dans un Sud qui va accueillir la majorité des urbains. Concernant l’Europe, ce Sud, c’est d’abord un monde arabe confronté au défi d’une croissance démographique qui se cristallise dans les villes, dans le contexte d’un modèle économique à construire, d’une gouvernance urbaine – mais pas que – défaillante, d’un environnement pauvre en terres et en eau et sur le front d’un changement climatique qui devrait ajouter encore au déséquilibre homme-milieu. C’est dire si se préoccuper de ville durable dans cette région du monde est important et c’est dire si ce travail, dont c’est en partie l’objet, touche à une des questions clés du devenir de cette région.

2Cet ouvrage collectif regroupe les travaux de neuf auteurs. Ces textes sont le produit d’une réflexion menée dans le cadre du projet New Medina, fruit de la coopération entre villes et associations européennes et méditerranéennes dans le cadre d’un financement émargeant au programme communautaire de voisinage CIUDAD (Coopération en matière de développement urbain durable). Deux éléments centraux – utopies ? – dans toute réflexion sur la ville et l’urbanisme y sont développés : les villes nouvelles et la question du développement urbain durable. Les deux thématiques se croisent plus ou moins selon les chapitres sachant que l’ouvrage est découpé en deux grandes parties, la première étant plus particulièrement dédiée à l’étude des villes nouvelles, la seconde se focalisant sur le développement urbain durable. Les deux thèmes jouissent à ce jour d’une bibliographie considérable. L’originalité de ce travail est de les situer dans un cadre géographique, le sud de la Méditerranée et notamment l’Égypte, où le chantier de la durabilité urbaine est moins bien connu. Voilà qui change des sempiternelles illustrations septentrionales avec en outre, comme nous venons de le souligner, des incitations vernaculaires fortes à y réfléchir.

3Dans la première partie, intitulée « À propos des villes nouvelles », on revient sur l’objet urbain spécifique constitué par les villes nouvelles. Plusieurs définitions sont données au cours du volume mais l’important est de retenir avec Deni Ruggeri la nécessité de disposer d’un concept fluide, à acclimater au gré des environnements politiques, culturels et socio-économiques, et de rappeler le cheminement de l’idée en différents lieux et époques. Il reprend là avec adresse l’idée de la Traveling Theory d’Edward Saïd. Voilà qui invite à penser la ville nouvelle d’une façon spécifique dans les pays arabes mais aussi dans le contexte d’un leitmotiv, celui de la ville durable. Rappelons en outre qu’en Algérie ou en Égypte, les villes nouvelles ne sont pas une idée si récente. Elle y reste pérenne par l’inscription fréquente des villes nouvelles au titre de priorité, dans les schémas directeurs et les politiques urbaines. Là comme ailleurs, et l’historicité de l’objet permet des bilans peu favorables des réalisations déjà effectives, en Égypte par exemple, il n’est pas facile de créer un organisme urbain. Rachid Sidi Boumedine rappelle ainsi que « les principales résistances à la réussite d’un projet de ville […] ne résident pas tant […] dans les difficultés de la construction des bâtiments et la réalisation des infrastructures. […] Ce qui est difficile à réussir c’est la création d’une ville comme un tissu vivant (soit autonome, soit greffé) et de faire en sorte que la greffe prenne et apporte sa contribution à la région de localisation et aux secteurs que sert et dessert cette ville. » Le défi est d’autant plus grand lorsque se conjugue à cette difficulté intrinsèque des problèmes de gouvernance, de financement et de corruption, l’aménagement de la ville nouvelle pouvant donner lieu à des processus de privatisation de tout ou partie de l’espace urbain. Oui, ainsi que l’écrit Jean-Pierre Marchetti dans la Préface, « faire de la ville n’est pas et ne doit pas être une affaire de “sachants” ». Mais il faut reconnaître que c’est souvent le cas et que le contexte des pays étudiés s’y prête sans doute particulièrement. Différents exemples sont évoqués, pas tous dans la région puisqu’on rappelle des exemples européens, nord-américains et asiatiques. Les exemples les plus développés le sont néanmoins dans les pays arabes : évocation de Sidi Abdellah en Algérie, de Chrafate au Maroc ou des villes nouvelles égyptiennes, dont les plus anciennes. Réalisations partielles, critiquables mais sans doute nécessaires pour accueillir l’inévitable croissance urbaine car l’enjeu est bel et bien de « construire des villes durables dans le désert pour les citoyens » comme s’attache à le rappeler Christian Horn : « Un des défis importants auxquels est confrontée l’Égypte est de développer un modèle durable de nouvelles villes du désert pour une population aux moyens financiers limités et provenant en partie de zones rurales. » La prégnance de l’enjeu pourrait faire de l’Égypte « un centre majeur d’innovation dans cette tâche ». Mais il y a beaucoup de si à commencer par une pratique inhabituelle qu’il faudrait néanmoins cultiver, celle de la mobilisation des habitants et l’idée qu’une ville ce n’est pas simplement du logement mais aussi des emplois…

4La seconde partie met plus explicitement en ligne le développement durable, déjà en filigrane des pages qui précèdent, tout en continuant à mobiliser le concept et les exemples de villes nouvelles. Cela permet de noter que le découpage en deux parties des textes apparaît parfois un peu artificiel et n’était somme toute pas nécessaire. Le dernier chapitre de cette deuxième partie, signé par l’architecte Hend Farouh, qui livre un utile bilan de la situation urbaine en Égypte, parlant d’un « défi urbain effrayant », aurait d’ailleurs pu intervenir plus tôt voire ouvrir le volume, tant on y voit se dessiner les éléments de la problématique et la nécessité d’y remédier par des outils spécifiques. Mais on trouve auparavant deux autres chapitres. Pierre-Arnaud Barthel, après le constat d’un « modèle peu durable en Égypte », à coup d’incuries diverses et de privatisation du foncier au bénéfice des plus riches comme on peut l’imaginer, livre une intéressante réflexion ayant pour objectif de « penser les villes nouvelles dans un esprit d’urbanisme durable ». Parmi les éléments développés on peut notamment retenir l’idée de l’adaptation de concepts, pensés souvent ailleurs, aux réalités égyptiennes : idée d’un urbanisme et d’une architecture « low tech » avec réinvestissement de savoir-faire locaux et le souci d’un moulage aux catégories sociales égyptiennes. Le programme « Ebni Beitak » (Construis toi-même ta maison) évoque ainsi l’auto-construction, élément d’appropriation utile par les populations sous réserve d’une inscription dans un projet plus large. D’ailleurs, le chapitre se termine par la question de l’insertion des nouveaux quartiers au reste de l’agglomération. Lauriane Lahery examine dans un chapitre assez consistant le thème du développement urbain durable au sud de la Méditerranée, y posant quelques grandes étapes de son appropriation progressive avec un pragmatisme plus ou moins efficient. Là-encore, ce chapitre aurait pu trouver sa place plus tôt dans ce volume.

5Ce livre collectif est donc foisonnant et tire de ce trait ses qualités et ses défauts. Parmi les défauts on relève un manque de cohérence globale. Ainsi, les propos, notamment pour ce qui est du cas égyptien, sont parfois répétitifs. Certes la définition de la ville durable n’est pas consensuelle mais fallait-il que plusieurs auteurs remettent sur l’établi cette question en usant parfois des mêmes références ? N’aurait-il pas fallu poser dans un chapitre introductif ou une introduction de partie les principaux éléments de discussion et laisser aux études de cas la seule démarche réflexive d’un positionnement par rapport à ce corpus ? On peut penser qu’il s’agit là de défauts intrinsèques aux ouvrages collectifs mais on peut aussi croire qu’ils n’ont rien d’inéluctables, sous réserve d’une clarification préalable du qui écrit quoi selon un plan initial plus travaillé. Autre reproche, une Méditerranée qui apparaît un peu comme la grande oubliée de la démonstration. Certes les exemples dont on nous parle sont situés dans des pays bordiers. Mais la dimension du bassin, dans ce qu’elle suggère, à savoir un espace potentiel de coopération entre des mondes tout à la fois unis dans un destin couturé par des enjeux communs mais aussi dépositaires d’un héritage et d’une réalité socio-économiques fort différents à ce jour, est absente. Il aurait été instructif de prendre le temps, d’un chapitre ou deux, d’expliquer la réalité urbaine méditerranéenne dans toute sa complexité et les outils de coopération développés au cours de ces dernières années dans le cadre de la politique euro-méditerranéenne. C’est d’autant plus dommage que ce travail s’inscrit dans le projet « New Medinas ».

6À l’issue de la lecture de cet ouvrage, on a néanmoins pu avancer sur le complexe chemin d’une construction urbaine dont il est de plus en plus évident qu’elle est au croisement de la durabilité du développement humain. Au-delà de bilans, d’exemples, de réflexions théoriques on y trouve des propositions de solutions ou des pistes d’adaptation voire d’autonomisation du champ de l’urbain durable en Égypte et au Maghreb. C’est donc un livre à lire y compris par morceaux, la plupart des chapitres possédant leur propre cohérence. Sans que l’on puisse en accabler les auteurs, certaines illustrations auraient mérité un cadre élargi (cf. page 94 la reproduction d’un plan Harlow dont on se demande si le simple renvoi au site Internet n’aurait pas été suffisant tant la qualité du document interdit toute lecture). On peut par contre relever l’effort d’un cahier couleur reprenant quelques documents. C’est le type d’ouvrage où la complémentarité avec l’édition électronique pourrait jouer à plein en offrant la possibilité aux lecteurs de pouvoir accéder à des portfolios numériques plus riches, le papier demeurant par contre irremplaçable pour lire, annoter et finalement digérer les textes. Mais il s’agit là d’un débat qui dépasse ce seul ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Dugot, « Pascaline Gaborit (dir.), News Medinas : vers des villes nouvelles durables ? Expériences croisées au nord et au sud de la Méditerranée »Sud-Ouest européen, 37 | 2014, 147-149.

Référence électronique

Philippe Dugot, « Pascaline Gaborit (dir.), News Medinas : vers des villes nouvelles durables ? Expériences croisées au nord et au sud de la Méditerranée »Sud-Ouest européen [En ligne], 37 | 2014, mis en ligne le 20 juillet 2015, consulté le 28 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/soe/1177 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.1177

Haut de page

Auteur

Philippe Dugot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search