Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30Patrimoines naturels

Patrimoines naturels

Christine Bouisset et Isabelle Degrémont
p. 1-3

Texte intégral

1Ce numéro consacré aux « Patrimoines naturels » veut explorer le processus de construction de la patrimonialisation de la nature et ses conséquences directes sur l’espace : qu’est-ce qu’un patrimoine naturel ? Est-ce la même chose qu’un patrimoine bâti ? Se construit-il sur les mêmes valeurs ?

2Travailler sur la notion de patrimoine naturel pose particulièrement la question de l’étendue spatiale touchée par le processus de patrimonialisation. Il nous semble que cette caractéristique n’est que rarement prise en compte dans la problématique patrimoniale alors que les étendues affiliées au patrimoine naturel sont très variables, de sites très localisés à de véritables milieux et écosystèmes. Cette problématique du patrimoine naturel reflète bien les questionnements récurrents dans la science géographique à propos de la relation de l’homme à la nature (Lefeuvre, 1990). Réserves, parcs, montagnes, forêts, littoraux, cours d’eau voire paysages et campagnes se retrouvent par exemple dans ce processus et posent la question des échelles de la patrimonialisation, des valeurs culturelles différentes qui s’y exercent et des nouvelles stratégies de gestion qui en découlent, ce que nous proposons d’étudier ici.

3Les auteurs de ce numéro présentent des échelles de patrimonialisation variées s’appuyant sur des objets « naturalistes » tout aussi variés reflétant le rapport complexe de l’homme aux éléments de nature : milieux (Gonot et Tran), paysages (Dérioz), massif montagnard (Bénos et Millian), massif forestier (Déhez ; Deuffic et Ginelli ; Pottier), territoires en lien avec des patrimoines bâtis ou des savoir-faire (Banos ; Puyo), zones protégées, valorisées ou non (Bouisset, Degrémont et Sevilla). Malgré cette diversité nous constatons l’existence d’une problématique et d’une définition communes du processus de mise en patrimoines de la nature. Tous les auteurs insistent sur la construction sociale, culturelle et politique de l’objet spatial qu’est le patrimoine naturel ; ce que d’autres auteurs ont surtout montré pour les lieux bâtis et le patrimoine immatériel (Choay 1992 ; Poulot, 2006 ; Jeudy, 2008, par exemple). De même, tous font mention de l’extension spatiale de la notion ou en tout cas de son influence dans le fonctionnement contemporain d’objets géographiques plus classiques comme le paysage, le milieu, mais aussi le territoire (Di Méo, 1995 ; Heinich, 2009). On observe également un surinvestissement de la part de politiques publiques (Micoud, 2001 ; Rautenberg, 2004), mais aussi d’associations et groupes sociaux (Jeannot, 1989) développant des objectifs variés allant de l’intérêt général (Ollagnon) à des intérêts territoriaux ou même purement individuels dans un monde de mobilités (Stock, 2005). Au final le patrimoine est toujours montré comme un objet socialement construit, producteur de sens et de valeurs, résultat de sélections et de choix afin de le protéger (s’il existe un relais en matière de politiques publiques de protection) ou au moins de le conserver pour le transmettre. C’est donc un ample mouvement lié au contexte sociétal de la modernité ou de la crise de la modernité.

4Les auteurs insistent alors sur la perte ou le changement de valeurs d’usage de certains objets et lieux devenant ainsi patrimoniaux et donc sur le fait que ces derniers subissent une certaine « décontextualisation » et une « rupture temporelle », c’est-à-dire une mise en distance spatiale et temporelle du passé (Rautenberg, 2003). L’intérêt de ce numéro est d’améliorer la connaissance sur cette double mise en distance que l’on attribue au patrimoine. Il semble exister une vraie différence entre le patrimoine bâti et le patrimoine naturel dans le rapport au passé et au temps en général. À la lecture des articles proposés, nous voyons bien que la mise à distance spatiale et temporelle du passé devient de moins en moins vraie pour le patrimoine naturel. Un premier contingent d’articles (1) travaille ainsi à l’étude de la mise en distance spatiale quand le second (2) s’intéresse davantage à celle de la mise en distance temporelle.

1. Comprendre la spatialisation du patrimoine dans la durée : la nature hors des limites de la protection officielle

5Dans les politiques publiques nationales mais aussi dans l’esprit de beaucoup d’individus, le patrimoine bâti ou naturel est très souvent considéré comme un objet spatial conservé et protégé officiellement. Ainsi, certains lieux, du fait de l’ancienneté de la conservation officielle, sont « historiquement » des patrimoines (site, réserve, parc national pour citer les politiques publiques les plus anciennes) construits sur des valeurs avant tout esthétiques et de singularité. Cependant, nous assistons aujourd’hui à une appropriation de plus en plus généralisée de patrimoines naturels plus « ordinaires » pour reprendre un qualificatif associé surtout aux paysages. Cette façon de concevoir le patrimoine naturel a tendance à agrandir le périmètre de l’objet spatial « patrimoine » et rend de ce fait de plus en plus difficile la séparation nette entre patrimoine naturel et humain surtout quand ce dernier est attaché aux paysages et aux territoires.

6Pierre Dérioz réfléchit ainsi à la place de la nature dans des paysages des « midis » de la France et à la superposition de différentes valeurs paysagères menant ces derniers à la qualité de patrimoine depuis le XIXe siècle. La multiplicité de ces valeurs conduit à une multiplication des paysages patrimonialisés mais également à leur gestion « multifonctionnelle » au service du développement local. D’un autre côté, cette tendance à la mise en place de stratégies d’acteurs très variées toujours dans le cadre d’un développement local peut, non pas s’appuyer sur la multiplication d’étendues patrimonialisées, mais se construire à partir de zones de protection officielle assez restreintes. Rémi Bénos et Johan Milian nous apportent ainsi l’exemple du massif du Canigou qui, en plus de cinquante ans, est sorti de ses « enclaves » de protection officielle pour rencontrer des politiques de développement local et constituer des territoires de projet.

7Après cette analyse d’une démarche de patrimonialisation très « centrifuge » à partir d’un « cœur », Vincent Banos nous propose l’analyse d’une démarche « centripète » pour reconstituer positivement et donner du sens à tout un territoire, en l’occurrence le département de la Dordogne. Il s’agit là de comprendre la patrimonialisation de la campagne entière, devenue un cadre d’actions pour un projet de territoire au nom d’un bien commun pour les habitants comme les visiteurs.

8On note également des formes récentes quant aux stratégies territoriales s’appuyant sur des éléments plus « naturalistes » et moins « intégrateurs » que la campagne. Ainsi le cas des forêts de chêne-liège développé par Jean-Yves Puyo montre que la lente mise en place d’une patrimonialisation hors d’un contexte de protection touche autant un élément naturel, le chêne-liège, que les savoir-faire traditionnels. À l’inverse, Bertrand Gonot et Thao Tran montrent que certains milieux naturels humides, après une longue période de transformation et d’aménagement, deviennent des patrimoines grâce à des politiques de protection au nom de la biodiversité, sans que les savoir-faire anciens soient forcément valorisés.

2. Temporalités et durabilité du patrimoine naturel : valeurs consensuelles, contradictoires ou conflictuelles ?

9Il y a donc bien un contexte politique de prise en compte du patrimoine dans l’espace géographique. Les politiques publiques travaillant sur et avec le patrimoine naturel insistent sur deux dimensions parfois contradictoires mettant en scène le local et le global. D’un côté, nous voyons qu’il y a une forte volonté d’appropriation territoriale du patrimoine et de l’autre, un discours développant de plus en plus le souci d’un développement durable à une échelle planétaire prenant en compte la biodiversité. Cette seconde dimension, critère le plus récent en matière de protection officielle, insiste sur l’urgence de la conservation face à la menace d’une disparition. À ce niveau, contexte politique et contexte sociétal se répondent mutuellement et l’on assiste à une adhésion et une co-construction de valeurs communes ou, si l’on dénonce le côté consensuel du processus de patrimonialisation, à une cohabitation de valeurs contradictoires.

10Ce sont surtout les valeurs qui gravitent autour de la temporalité qui sont sujettes à contradiction voire conflits entre acteurs politiques ou sociaux de la patrimonialisation. Les premiers articles de ce numéro ont montré que la multiplication et l’extension spatiale des patrimoines se sont effectuées progressivement par la mobilisation de savoirs scientifiques et de savoirs institutionnels nationaux et locaux. Le second contingent d’articles porte davantage sur les savoirs « populaires » et les pratiques locales en matière de patrimoine naturel, dimension souvent délaissée. L’article de Christine Bouisset, Isabelle Degrémont et Juan Sevilla analyse le regard et les valeurs de la société vis-à-vis du patrimoine et son interaction avec les discours politiques et institutionnels, ce qui permet de dévoiler une certaine conception du patrimoine naturel non dénuée de contradictions. Cette conception montre que valeurs mais aussi pratiques intensives mènent à la qualité patrimoniale. À ce propos, Jeoffrey Dehez souligne combien les pratiques récréatives de la forêt d’Aquitaine peinent à s’articuler avec des fonctions plus anciennes. Ces tensions voire parfois conflits font l’objet principal de l’analyse de Philippe Deuffic et Ludovic Ginelli qui insistent sur le regard des propriétaires face à l’écologisation publique des forêts privées. Enfin, Aude Pottier sur un espace forestier plus restreint, le pays de Buch, montre la relation entre conflits d’usage et pluralités d’acteurs de la patrimonialisation.

11Ainsi, plus on assiste à des productions de valeurs variées, associées à des pratiques, plus s’accentue la contradiction de la justification patrimoniale. Les temporalités des usages du patrimoine naturel, loin de se succéder par disparition successive, se combinent vers une multifonctionnalité assez mal négociée. La montée de la patrimonialisation de lieux naturels remet bien en question la relation de nos sociétés au passé dans le sens où sa mise à distance prend des dimensions contradictoires. Surtout dans le cas d’éléments naturels liés aux paysages et aux territoires, plus proches de la problématique du bâti et de l’histoire des sociétés, le processus de patrimonialisation accentuerait la perte de vitesse des fonctions traditionnelles, où la nouveauté serait plus ou moins bannie ou en tout cas cachée. Les lieux patrimonialisés deviendraient décors, insidieusement plus attachés à un monde sans mouvement qui resterait ancré dans des traditions et des savoir-faire plus ou moins périmés. On peut alors ne s’arrêter que sur cette image, que certains veulent véhiculer comme un cliché, comme un marqueur géographique. D’un autre côté, on peut également s’attacher à comprendre, en profondeur, le fonctionnement extrêmement complexe du processus de patrimonialisation dans ses rapports avec les fonctions et les usages plus utilitaires du quotidien.

Haut de page

Bibliographie

Choay F., L’allégorie du patrimoine, Le Seuil, « La couleur des idées », Paris, 1992, 273 p.

Di Méo G., « Patrimoine et territoire, une parenté conceptuelle », Espaces et Sociétés, vol. 78, 1995, p. 9-15.

Heinich N., La fabrique du patrimoine. De la cathédrale à la petite cuillère, Ethnologie de France, Paris, 2009, 286 p.

Jeannot G., « Ce que les associations donnent à voir du patrimoine », Les annales de la recherche urbaine, n° 42, 1989, p. 27-35.

Jeudy P.-H., La machinerie patrimoniale, Circé, Paris, 2008, 123 p.

Lefeuvre J.-C., « De la protection de la nature à la gestion du patrimoine naturel », in Jeudy H.-P. (dir.), Patrimoines en folie, 1990, p. 29-75.

Micoud A., « La campagne comme espace public ? », Géocarrefour, vol. 76, no 1, 2001, p. 69-73.

Ollagnon H., « Stratégies patrimoniales pour un développement durable », in Barrère C., Barthelemy D., Nieddu M. et Vivien F.-D. (dir.), Réinventer le patrimoine. De la culture à l’économie, une nouvelle pensée du patrimoine ?, coll. « Gestion de la culture et du secteur non lucratif », éd. L’Harmattan, Paris, 2005, p. 179-196.

Poulot D., Une histoire du patrimoine en Occident, XVIIIe-XXIe siècle. Du monument aux valeurs, coll. « Le nœud gordien », PUF, Paris, 2006, 192 p.

Rautenberg M., La rupture patrimoniale, éd. À la croisée, Grenoble, 2003, 173 p.

Rautenberg M., « La patrimonialisation, entre appropriation sociale et désignation institutionnelle », in Debarbieux B. et Fourny M.-C. (dir.), L’effet géographique, construction sociale, appréhension cognitive et configuration matérielle des objets géographiques, MSH-Alpes, Grenoble, 2004, p. 71-88.

Stock M., « Les sociétés à individus mobiles : vers un nouveau mode d’habiter ? L’exemple des pratiques touristiques », EspacesTemps.net, 2005 [En ligne].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Bouisset et Isabelle Degrémont, « Patrimoines naturels »Sud-Ouest européen, 30 | 2010, 1-3.

Référence électronique

Christine Bouisset et Isabelle Degrémont, « Patrimoines naturels »Sud-Ouest européen [En ligne], 30 | 2010, mis en ligne le 17 février 2016, consulté le 25 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/soe/1184 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.1184

Haut de page

Auteurs

Christine Bouisset

Maître de conférences en géographie, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Laboratoire SET UMR 5603 CNRS.

Articles du même auteur

Isabelle Degrémont

Maître de conférences en géographie, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Laboratoire SET UMR 5603 CNRS.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search