Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34Pratiques agricoles et gestion te...

Pratiques agricoles et gestion territoriale de la biodiversité en contexte de grandes cultures

Managing biodiversity for field crops : involving farmers
Administración de la biodiversidad en el contexto de grandes culturas : percepción y papel de los agricultores
Ève-Anne Bühler et Richard Raymond
p. 65-78

Résumés

En Île-de-France, la proximité urbaine joue une forte influence sur les campagnes environnantes, diversifiant les demandes des habitants et des institutions à l’égard des espaces ruraux. Des initiatives, publiques ou privées, se mettent en place pour construire des scènes de gouvernance qui intègreraient la profession agricole à la gestion locale des territoires. Les exploitants de grandes cultures, dominantes dans la région, y participent selon des modalités qui leur permettent, d’abord, de répondre à leurs intérêts propres, signant un relatif échec des dispositifs collectifs. Mais l’irruption de la biodiversité dans les agendas pourrait bouleverser la donne et offrir des perspectives plus prometteuses d’engagement des agriculteurs, quoique fuyant une fois encore des cadres collectifs de la participation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La périurbanisation et le repeuplement des campagnes depuis les années 1970 marquent l’avènement de la multifonctionnalité des espaces ruraux et agricoles. Elle se traduit par des demandes différenciées des acteurs sociaux vis-à-vis des campagnes, des recompositions sociales locales et, parfois, des conflits autour des usages et de la gestion des espaces (Caron, Torre, 2005). À ces évolutions s’ajoutent des dynamiques affectant les structures politiques en charge de ces espaces. Les épisodes successifs de décentralisation, la déconcentration des services de l’État, la construction d’arènes de concertation entre acteurs locaux impulsée par les politiques publiques (Douillet, 2005), redessinent des scènes de gouvernance locale.

2En Île-de-France, marquée par les dynamiques associées au développement de la capitale et de ses périphéries, ces aspects prennent une tournure saisissante. Bien que les différentes couronnes de l’espace métropolitain soient encore empreintes d’un passé rural structuré par les activités agricoles, elles sont aussi en proie à des recompositions qui redéfinissent la place et le rôle des agricultures dans la gestion des territoires. Ainsi, en fonction des modes d’interaction entre la capitale et son aire d’influence directe, les acteurs agricoles se trouvent enchâssés dans de nouveaux processus de gouvernance, fortement influencés par les attentes et les acteurs urbains.

  • 1 Nous entendrons par « grandes cultures » la culture de cultures industrielles, de céréales et d’olé (...)

3Si de nombreuses études concernant le rôle des agricultures dans la construction des identités territoriales périurbaines et la place des agriculteurs dans les processus de gouvernance des territoires métropolitains ont été menées (Bacconnier, 2005 ; Brédif, Pupin, 2012 ; Duvernoy et al., 2005 ; IAUIRF, 2005) la place des systèmes productifs apparaît généralement de manière marginale dans les analyses déployées, mis à part pour ceux qui sont supposés offrir les principales aménités recherchées par les urbains dans les espaces ruraux. Ces analyses des questions d’environnement et de leur gestion politique accordent une place importante aux systèmes productifs peu rentables ou peu structurés, résistant mal aux pressions urbaines, et dont les impacts négatifs sur l’environnement et les territoires sont faibles ou passés sous silence. La place de ces systèmes productifs (dotés de nouveaux atouts) dans les territoires périurbains est réaffirmée. En revanche, les grandes cultures1 échappent souvent à ces analyses ou ne font pas l’objet d’une réflexion portant spécifiquement sur ce type de production. Pourtant, leur prégnance en Île-de-France, leurs caractéristiques agronomiques et sociales, les représentations dont elles font l’objet, offrent l’opportunité de saisir des tendances de fond qui marquent les mondes agricoles et redessinent leurs rôles dans la gestion des territoires ruraux.

4Nous saisirons le prétexte de l’étude de la gouvernance territoriale de la biodiversité pour analyser la place des exploitants en grandes cultures dans les espaces ruraux franciliens. Si les exploitants en grandes cultures participent effectivement à des processus de gouvernance de l’environnement (Raymond, 2003) comme processus non hiérarchisé et partenarial (Van Tatenhove et al., 2000), cette participation n’est ni décrétée ni nécessairement inscrite dans des scènes dessinées par les politiques publiques. Elle apparaît comme un effet secondaire de l’intérêt trouvé par ces agriculteurs dans l’observation et la connaissance de la biodiversité pour supporter un processus naissant de diversification de la conduite des grandes cultures. Pour étayer notre interprétation de la relation des agriculteurs engagés dans la production de grandes cultures à la biodiversité et sa gouvernance territoriale, nous présenterons, dans un premier temps, la place des grandes cultures dans notre territoire d’étude, l’Île-de-France. Puis nous témoignerons de l’échec relatif des essais d’institutionnalisation de l’implication des exploitants en grandes cultures dans les scènes de gouvernance locale de l’environnement. Enfin, nous dévoilerons les facteurs qui, lorsque cette gouvernance n’est ni décrétée ni enfermée dans une scène préconstruite, favorisent la participation de ces agriculteurs à la gestion d’un enjeu collectif : la protection de la biodiversité.

I – La place redessinée des grandes cultures dans les campagnes franciliennes

5Malgré ses 11 millions d’habitants sur 2 % du territoire national, l’Île-de-France reste un espace marqué par la ruralité. La ville ne couvre, en effet, que 20 % de ce territoire. Le caractère rural se retrouve dans les héritages fonciers et architecturaux des communes de la petite et de la grande couronne parisienne ainsi que dans la morphologie spatiale à petite échelle. Il se retrouve aussi dans les paysages : les espaces naturels et ruraux occupent 80 % du territoire (52 % pour les espaces agricoles, 24 % pour la forêt et 4 % pour les espaces naturels ; IAURIF, DRIAF, 2004). Même en Île-de-France, marquée par l’emprise spatiale de l’agglomération parisienne et de ses infrastructures, les espaces ouverts sont donc en très nette majorité et occupent des superficies voisines à la moyenne de la France métropolitaine (respectivement 51 % et 30 %). Cette aire géographique est cependant marquée par deux phénomènes structurants : l’urbanisation et le renforcement des systèmes agricoles fondés sur les grandes cultures.

6Tant le cœur de la métropole que la population totale de l’agglomération parisienne augmentent (entre 1999 et 2008, l’aire urbaine de Paris gagne 950 000 habitants selon l’INSEE), entraînant de nouvelles demandes de logements. L’attrait pour l’habitat pavillonnaire et l’accès à la propriété pour les jeunes ménages sont de puissants moteurs de l’urbanisation des périphéries rurales (Bontron, Stephan, 2005 ; Berger, 2005). Il n’est donc pas surprenant que le nouveau zonage en aires urbaines laisse voir l’extension entre 1999 et 2008, du pôle urbain de Paris (il gagne une vingtaine de communes sur l’ensemble de la région) et de l’extension de la couronne périurbaine en dehors de la région Île-de-France. Au sein de la Région, seule la partie est de la Seine-et-Marne échappe encore à l’aire urbaine (Labrador, 2011). Malgré la densification des zones urbaines aux portes de la capitale, une conurbation croissante structure les espaces ruraux. Elle provoque l’artificialisation des sols autour des pôles urbains secondaires, le long des vallées et des principales voies de communication (Bousquet et al., 2011). Ainsi, l’artificialisation des terres agricoles (1 700 ha/an en Île-de-France) est devenue un enjeu fort de la gestion de la Région et des espaces situés dans son aire d’influence directe.

7Au-delà des chiffres, le processus d’urbanisation contribue à remodeler les agricultures franciliennes. Beaucoup de travaux en font état, certaines exploitations trouvent dans les proximités urbaines des formes de valorisation efficaces et rentables. Ainsi, 20 % des exploitations franciliennes pratiquent la vente directe contre 15 % à l’échelle nationale (Agreste, 2011). De même, la proximité des centres urbains et les facilités d’accès aux grands marchés (le marché international de Rungis reste aux portes des espaces de production) favorisent certaines productions : l’Île-de-France est ainsi leader national pour la production de persil ou de cresson (près de 50 % de la production hexagonale). Ces atouts ne suffisent cependant pas à enrayer la tendance générale de recul des cultures légumières et des productions fruitières et, avec elles, la disparition de la ceinture maraîchère de Paris (Agreste, 2011 ; Poulot, 2006). L’expansion des infrastructures linéaires isole les parcelles ou groupes de parcelles, sans compter que la construction absorbe une part du foncier agricole ou exerce une forte pression sur ce qu’il en reste. Parallèlement, les équipements avals des exploitations agricoles (laiteries, sucreries, minoteries) se délocalisent. Ces phénomènes mettent à mal les agricultures peu rentables et exploitant des terres en lisière urbaine ou en fond de vallée, plus exposées à l’artificialisation. D’autres productions, en revanche, et à commencer par les grandes cultures, résistent bien aux pressions urbaines. Elles tendent alors à s’imposer dans le paysage agricole. Sauf dans des espaces très particuliers, hautement spécialisés ou insérés dans des dynamiques de valorisation des produits par la proximité urbaine, ce sont maintenant des parcelles de grandes cultures qui jouxtent les fronts urbains. Dans le contexte de pression foncière, la flexibilité et la gestion de court terme des parcelles en grandes cultures permet par ailleurs aux exploitants de gérer une partie de leurs terres comme des réserves foncières, ce qui n’est pas le cas des productions horticoles et maraîchères, qui demandent de lourds investissements et supposent des amortissements sur plusieurs années (Charvet, 2003). L’urbanisation et le développement des grandes cultures ont pris en tenaille les autres systèmes d’exploitation des franges urbaines métropolitaines. En 2012, plus des trois quarts des 5 300 exploitations d’Île-de-France sont en grandes cultures. Elles couvrent 85 % de la SAU francilienne, et leur expansion provoque la simplification et la perte en diversité des systèmes d’exploitation de l’Île-de-France.

1. Des contextes économiques, techniques et sociaux peu favorables à l’insertion de ces agriculteurs dans des scènes de gouvernance territoriale concertée

8Ces productions sont marquées par des caractéristiques qui les éloignent des processus de concertation et de gouvernance des territoires habituellement évoqués, pour un ensemble de raisons tenant aux modèles économiques et techniques, ainsi qu’aux contextes sociaux dans lesquels les grandes cultures franciliennes se développent.

  • 2 En France, l’utilisation du budget de la PAC a été dédiée pour 80 % aux aides directes, 10 % aux me (...)

9La première raison tient aux marchés et au type de produits considérés. En effet, la valorisation des espaces de grandes cultures est d’abord portée par les marchés internationaux et le premier pilier de la PAC. Celui-ci est, de loin, le plus doté2 et finance en majorité les exploitations céréalières (Chatellier, Baudry, 2009). Sur un plan commercial, le contexte économique des 10 dernières années, porté par les cours mondiaux des matières premières, favorise les grandes cultures. Les perspectives commerciales à court et moyen terme leur restent très favorables, en raison de la croissance démographique mondiale et du développement de nouveaux marchés, portés par des argumentations environnementales (biocarburants, plastiques végétaux…). Surtout, l’appel d’air suscité par la croissance dans les pays émergents soutient la demande alors que l’absence de mécanismes de régulation des stocks à l’échelle mondiale transforme tout aléa climatique ou politique en une source de tensions et d’envolée des prix. Forts de cette conjoncture économique favorable, les agriculteurs engagés dans les grandes cultures sont peu enclins à considérer d’autres fonctions de leurs espaces agricoles que celle d’espace de production. La valorisation de la multifonctionnalité des espaces ruraux, et des espaces agricoles en particulier, trouve ici une limite.

10La seconde raison tient aux débouchés des grandes cultures, qui s’inscrivent dans des filières longues, structurées à des échelles extra-territoriales (globales ou européennes) qui sont pilotées par les acteurs de l’aval (Rastoin, Ghersi, 2010). Les produits des grandes cultures, standardisés et destinés à des marchés de masse ou à l’élevage, offrent alors peu d’opportunités de dialogue entre agriculteurs et consommateurs locaux. Les céréales du bassin parisien sont destinées à l’exportation depuis longtemps (déjà, via le port de Rouen, XVIIIe siècle). Aujourd’hui, la production agricole régionale ne compte que pour 20 % de l’approvisionnement alimentaire francilien, incluant les productions valorisées localement (légumes, fruits…). Le type de produits et leur mode de commercialisation sont donc peu propices à une (re)connaissance mutuelle favorable à l’instauration d’un dialogue autour d’intérêts communs.

11Troisièmement, ces productions s’inscrivent dans un modèle qui peut être qualifié de productiviste tel que défini par Meynard et Savini (2003). Il est marqué par des objectifs de production visant les capacités maximales de chaque culture. Ces objectifs sont essentiellement assurés par une consommation d’intrants importante visant à réduire les facteurs limitant et les incertitudes des cultures. Longtemps, ce modèle de production a été porté par une évaluation micro-économique de court terme qui conforte les savoir-faire collectivement partagés et n’encouragent pas à une remise en cause du modèle productiviste en interne.

  • 3 L’Île-de-France est la région pour laquelle la superficie moyenne en grandes cultures par exploitat (...)
  • 4 Cette expression générique désigne les parcours que font les agriculteurs pour surveiller leur cult (...)

12Enfin, les aspects techniques induits par ces modèles de production creusent un peu plus encore la distance entre les agriculteurs et les habitants. Les parcelles sont vastes3 et les travaux agricoles se font avec de grosses machines autoportées où les agriculteurs sont, physiquement, détachés de ce qui les entoure. Par ailleurs, la conduite technique s’appuie sur de nombreux outils de surveillance, de sorte que la présence physique des agriculteurs sur leurs parcelles ou le long de celles-ci reste limitée. Bien sûr, les « tours de plaine »4 sont nécessaires. Ils sont d’ailleurs unanimement évoqués pour illustrer l’inscription spatiale des pratiques des cultivateurs et leurs liens avec les territoires qu’ils exploitent. Cependant, la fréquence de ces tours de plaine est, sauf à certains stades de culture, relativement espacée dans le temps et dispersée dans de vastes espaces. Les rencontres de voisinages sont alors rares… d’autant que la circulation avec des engins agricoles en milieu urbanisé est loin d’être aisée, ce qui les amène à limiter les déplacements (Soulard, Aubry, 2011).

13Les exploitants en grandes cultures sont aussi marqués par un discours social qui n’encourage pas les relations vers les autres acteurs des scènes locales de gouvernance. La conduite des grandes cultures est marquée par trois types de travaux aux champs qui peuvent être vus et appréciés par les acteurs locaux : la préparation du sol, la moisson et les interventions sur les cultures. Ces interventions sur les cultures se font essentiellement à l’aide de machines-outils qui concentrent les critiques sociales : les pulvérisateurs. Engrais, insecticides, fongicides, racourcisseurs de tiges… autant d’intrants que les habitants associent aux pollutions et qui amènent l’agriculteur à adapter ses pratiques professionnelles.

2. Les demandes sociales : un jeu asymétrique

14Si de nombreux facteurs ne favorisent pas les relations des agriculteurs engagés dans les grandes cultures vers les autres acteurs de la gestion des espaces ruraux ou agricoles de l’Île-de-France, les demandes sociales, formulées ou non, qui leurs sont adressées sont légion. Ce type de productions fait l’objet de nombreuses interrogations de la part de la société. Une dissonance apparaît entre l’idéal collectif entourant la figure de l’agriculteur-paysan et la réalité professionnelle des agriculteurs engagés dans les grandes cultures. Par exemple, la simplification des structures agricoles en grandes cultures marque les paysages. Les parcelles s’agrandissent. Les éléments de paysages arborés (arbres isolés, haies…) disparaissent. Les chemins bucoliques se transforment en chemins d’exploitation. Les talus et les bords de champs fleuris sont arasés pour étendre les cultures, limiter la présence de ravageurs ou simplifier l’accès aux champs. Ces dynamiques paysagères vont à l’encontre des modèles paysagers (Luginbühl, 2001) partagés à large échelle au sein d’une société globale dans laquelle les identités agricoles locales ont été oubliées (Bergé et al., 2012, Luginbühl, 2012). Concomitamment, les habitants d’Île-de-France, et plus particulièrement les habitants des zones urbaines, apprécient les espaces ouverts des grandes cultures. L’éloignement de la ligne d’horizon leur offre une ouverture visuelle qui rompt avec la densité et l’enfermement urbain (Alexe, 2012).

15Ainsi, les demandes que les sociétés locales adressent aux agriculteurs cultivant ces espaces ouverts se diversifient. Elles intègrent le simple désir de paysage, valorisant une externalité des pratiques agricoles. Mais elles concernent également la protection de la nature ou le développement de services de loisir (chemins de randonnée, observation de la nature) qui remettent en cause des évolutions récentes des modes de gestion des espaces de grandes cultures (Le Caro, 2007). Ces attentes de la société locale envers ces agriculteurs, dominées par des cadres cognitifs urbains, s’opposent aux objectifs de rentabilité économique. Concomitamment, de nombreuses études soulignent les conséquences négatives des systèmes productifs consommateurs d’intrants sur l’environnement (Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, 2006) et la santé. Les grandes cultures sont particulièrement décriées, amenant les consommateurs et les associations environnementalistes à se saisir de ces questions, à les porter dans les agendas politiques. Là encore, de nouvelles demandes sont adressées aux exploitants en grandes cultures, les intimant de faire face à ces problèmes d’environnement.

16Ainsi, les espaces ruraux franciliens sont, comme ailleurs en France métropolitaine, marqués par la pluralité des fonctionnalités qui leurs sont attribuées. Mais, dans un contexte économique et technique favorables, les gestionnaires de près de la moitié des surfaces d’Île-de-France semblent avoir peu intérêt à répondre à ces nouvelles demandes. L’implication des cultivateurs de grandes cultures dans les scènes de gouvernance apparaît donc incertaine.

II – Des essais de gouvernances territoriales ou l’affirmation de prérogatives non partagées ?

17Les collectivités territoriales ont développé, de concert ou séparément, différents outils pour structurer des scènes de gouvernance et amener les acteurs du monde agricole et les autres parties prenantes des territoires ruraux et agricoles à se rencontrer. Pour cela, elles s’appuient toujours plus sur des outils contractuels et négociés, qui engagent les différents acteurs locaux dans l’objectif de développer des modes de gestion concertée (Poulot et Rouyres, 2000). Les agriculteurs sont donc naturellement appelés par les collectivités territoriales à intervenir et à participer à la définition des objectifs de gestion de ces territoires. L’enjeu, pour les pouvoirs publics, est d’inclure aux dispositifs de gestion de l’environnement, une profession qui gère de fait des superficies importantes mais qui reste à l’écart des scènes de gouvernance. Trois illustrations permettent de comprendre pourquoi ces dispositifs appuyés sur la déclaration d’une nécessaire gouvernance, ne parviennent pas à réduire la distance qui existe entre cultivateurs et sociétés locales.

1. L’effet d’aubaine des mesures agroenvironnementales

18Dans un contexte où les systèmes productifs sont stables et rentables, l’implication des agriculteurs ne peut se faire autour d’objectifs qui leur sont étrangers. Pourquoi les tenants des grandes cultures s’impliqueraient dans l’atteinte d’objectifs qui ne sont pas les leurs ? La traduction d’enjeux sociaux en enjeux agricoles a été faite lors de la mise en place de mesures agroenvironnementales (MAE). Ces mesures, d’origine sectorielle, adoptent également l’approche contractuelle et volontaire, dont le modèle oscille entre des approches intégrées à l’échelle des territoires (Contrats Territoriaux d’Exploitation), des exploitations (Contrat d’Agriculture Durable – CAD) et des approches plus techniques, visant des aspects ciblés (protection des pollinisateurs, de races locales).

19Les évaluations ex-post de ces instruments interrogent leur capacité à infléchir efficacement les pratiques agricoles et mettent en doute leurs effets réels sur l’environnement. Du fait de leur caractère volontaire et temporaire, ces mesures ne semblent pas permettre de garantir une continuité dans le temps et dans l’espace des pratiques encouragées (Bonnieux, 2009). Elles ne seraient donc pas en mesure d’assurer une correspondance entre les échelles auxquelles se posent les problèmes environnementaux et les échelles de leur gestion (Le Roux, 2008 ; Bühler et al., 2010), qui dépassent en général largement le périmètre d’une seule exploitation.

  • 5 En effet, les Régions ont la possibilité de définir les enjeux environnementaux qu’elles jugent pri (...)

20Face à ce constat, la programmation 2007-2013 de la PAC prévoit des MAET (MAE territorialisées) pour définir, à l’échelle des territoires5, des enjeux et des espaces d’action prioritaires. Elles correspondent à une tentative de trouver une voie médiane entre des mesures normatives et obligatoires qui seraient impopulaires dans la profession et des outils contractuels d’application nationale qui intéressent peu les exploitants en grandes cultures. Leur création tente donc de résoudre les difficultés d’une adhésion volontaire d’acteurs agricoles à des processus de gouvernance centrés sur des enjeux qui ne sont pas les leurs. Leur contenu et leur zonage d’application sont alors définis à l’échelle régionale afin de concentrer les moyens sur des cibles bien identifiées. Elles sont ainsi plus en phase avec les enjeux et priorités locaux, définis au vu des interactions entre action anthropique et dégradation des milieux. Elles sont, de ce point du vue, potentiellement plus efficaces sur un plan écologique. D’autre part, la logique ascendante qui sous-tend leur construction devrait favoriser l’implication des agriculteurs au côté des acteurs publics locaux dans la mise en œuvre et la diffusion des mesures créées.

  • 6 Elles peuvent par exemple être décomposables en plusieurs niveaux d’engagement renvoyant à des prat (...)

21Malgré une organisation souple des MAET6, les exploitants en grandes cultures restent encore discrets dans ce type de mesures. Les études menées sur l’adhésion des agriculteurs aux MAE suggèrent qu’une part non négligeable d’entre eux y adhère sans pour autant en partager les objectifs (Candau, 2005). Que ce soit pour la première génération de MAE ou pour celles mises en place suite à la programmation 2007-2013, les travaux tendent à montrer que les agriculteurs profiteraient d’un effet d’aubaine en optant majoritairement pour des MAE qui portent sur des pratiques déjà présentes dans les exploitations ou n’impliquant que des adaptations à la marge. Les MAET sont particulièrement peu adoptées en contexte de grandes cultures car les coûts liés à leur adhésion (aménagements, savoir-faire, perte de production) ne sont, compte tenu des cours de marché actuels, pas compensés par la rémunération qu’elles offrent.

22Plus généralement, Candau et Ginelli (2011) concluent, à propos de l’adhésion à des MAE à composante paysagère, que les exploitants évaluent la plupart du temps les objets de ces mesures (haies, bords de champs, parcelles enherbées, etc.) à partir d’une lecture en termes de maîtrise technique et non environnementale ou paysagère. Ils s’approprient des instruments politiques de mise en valeur de l’environnement ou du paysage, mais en les abordant d’abord comme des pratiques d’entretien de l’espace. Il y a donc une distension entre le sens donné à l’instrument et celui de l’action menée par l’agriculteur. Candau et Ginelli parlent de distance cognitive, pour traduire ces situations où les agriculteurs adoptent certaines pratiques présentées comme ayant des objectifs environnementaux – en l’occurrence paysagers – mais sans adhérer ni reconnaître leurs objectifs. Ainsi, dans l’ensemble du monde agricole, cette distance cognitive entre des agriculteurs installés dans leurs pratiques et une société demandeuse d’évolutions ne se comble pas. Plus encore, ces mesures contractuelles, une fois la définition des contrats terminée, n’engagent pas de relation explicite et directe particulière entre les agriculteurs et les acteurs de la société locale.

2. Les invitations paysagères

23Dans les années 1990, le paysage a constitué un des objets mis en avant pour organiser la rencontre entre agriculteurs et autres acteurs impliqués dans les espaces ruraux et agricoles. Le paysage permet en effet de concilier dans une même démarche les grandes fonctions attribuées à ces espaces, qu’elles soient fonctionnelles ou esthétiques, promues par les agriculteurs (productions agricoles) ou par les habitants des aires urbaines (aménités rurales, régulations…). Ainsi, en 1994, le Plan vert de la région Île-de-France met en place un zonage environnemental et paysager, inscrit dans le schéma directeur (SDRIF). En 2009, le nouveau SDRIF prévoit d’importants corridors écologiques et coulées vertes dans lesquels l’agriculture doit jouer un rôle d’entretien des paysages ouverts. Ces documents politiques appellent à renégocier le rôle des agriculteurs et la fonction qu’ils occupent, conjuguant un objectif premier de production de grains et un nouveau rôle de jardiniers du paysage. Comme l’évoque M. Poulot, « les agriculteurs sont ainsi confrontés à une demande de production immatérielle très subjective faisant référence à un passé imaginé : ils ont à inventer, par l’agriculture, un décor dans lequel les impératifs de production ne seront pas visibles » (Poulot, Rouyres, 2007).

  • 7 Source : site internet de la région Île-de-France, entretien avec Hélène Gassin, vice-présidente du (...)

24En adéquation avec ces objectifs, la région Île-de-France met en place des programmes agri-urbains depuis le début des années 2000. Ces programmes visent, selon le conseil régional, à « une meilleure gestion du lien entre la ville et le champ »7. Ils incluent l’agriculture dans les projets urbains en s’appuyant sur une argumentation construite sur un référentiel de ville durable. Les enjeux d’aménagement et de gestion des espaces périurbains sont définis en suivant une logique de projet qui prend en compte à la fois les attentes des ruraux et celles des urbains... Généraux et généreux, ces objectifs restent très centrés sur des questions environnementales. Les objectifs de production et de rentabilité économique, déjà acquis par les exploitants en grandes cultures, ne sont pas ou peu abordés… Ces programmes se matérialisent par des documents contractuels signés entre différents acteurs et sont financés par la région et les conseils généraux. Ils s’inscrivent dans une logique souple qui rapprocherait des aspects présentés d’autres fois comme antagoniques : ville et campagne, agriculture et environnement (Poulot, 2006 ; Darly, Torre, 2008). Les périmètres géographiques d’application en restent flous, ne s’inscrivant dans aucun zonage de nature paysagère ou environnementale, pas plus qu’ils ne sont adossés à des territoires administratifs fonctionnels. Ils expérimentent des modalités de gouvernance en construction, tâtonnant pour privilégier la négociation et la concertation entre acteurs. Concrètement, ils invitent à réaménager des haies aux essences variées, des bandes enherbées le long des cours d’eau, à entretenir les parcelles abandonnées afin de prendre en charge les transitions entre l’espace bâti et non-bâti et d’assurer des continuités écologiques et paysagères. Poulot et Rouyres voient dans ces contrats la mise en scène de l’espace agricole et de son bâti pour « ménager des points de vue aux périurbains » et servir de « faire valoir aux espaces résidentiels » (Poulot, 2007, p. 69). On le voit, à travers des mesures orientées vers des aspects paysagers généralement mis en avant dans la protection de l’environnement (haies, bandes enherbées), le paysage dont il s’agit réellement est celui d’une campagne-décor.

25Ces initiatives politiques appellent, dans les discours au moins, un glissement progressif vers une agriculture de services qui prendrait place dans les exploitations aux côtés des activités productives. La pratique montre cependant que la définition initiale de l’objet et les modalités de son appropriation par les différents acteurs agricoles ne renvoie pas nécessairement aux mêmes objectifs, ni au même paysage. Loin d’être performatifs, ces discours appelant à l’implication des professionnels d’une agriculture économiquement rentable autour d’objectifs qui lui sont extérieurs, se soldent par ce qu’on pourrait qualifier une ignorance polie.

3. Quand l’invitation à se rencontrer vient des agriculteurs

26Isolés sur leurs parcelles, confortés par les marchés, les exploitants en grandes cultures n’en restent pas moins des êtres sociaux ! Ils sont sensibles aux discours médiatiques ; ils voient la ville progresser. Ils entendent les demandes et les injonctions faites par leurs voisins urbains ou périurbains… Devenus ultra-minoritaires dans les campagnes périurbaines, ils tentent de se positionner comme des acteurs de la gestion des espaces agricoles et comme des interlocuteurs crédibles sur les thématiques environnementales. Ils ont alors créé différentes initiatives afin de regagner une place dans les sociétés locales et affirmer leur légitimité à gérer des espaces à forte composante de « nature ». Plusieurs opérations concourent à répondre à ces objectifs.

27Les « rencontres Ville-Campagne » ont été initiées en Île-de-France puis reprises dans d’autres régions. Organisées par des agriculteurs avec l’aide de la chambre d’agriculture, elles communiquent dans différents espaces comme les écoles, mais aussi in situ, comme dans le PNR du Vexin Français (Raymond, 2003). De même, un réseau de fermes pédagogiques s’est mis en place. Il rassemble aujourd’hui 56 exploitations (réseau Découverte de la ferme en Île-de-France). Il s’agit d’accueillir une population locale (des communes voisines ou de la région) pour lui expliquer ce que sont les grandes cultures, leurs besoins quotidiens et les obligations auxquelles les agriculteurs doivent faire face pour répondre à ces nécessités. L’exposé des pratiques agricoles sert à justifier des choix techniques. L’explication des cadres dans lesquels s’opèrent ces pratiques appuie la nécessité de l’utilisation de produits phytosanitaires. Les céréaliculteurs mobilisent également un ensemble d’objets concrets pour témoigner de leur souci pour la nature, tels des essais en plein champ, destinés à montrer les effets négatifs de l’absence d’utilisation de produits phytosanitaires. Ces effets sont démontrés à partir d’une baisse de récolte, de commentaires sur la « propreté » des parcelles cultivées et du paysage dans son ensemble. Le savoir-faire est mis en avant, de même que le terme « raisonné ». Tous deux montrent à quel point la maîtrise de l’itinéraire technique constitue un gage de l’efficacité à concilier les intérêts des producteurs, des consommateurs et de l’environnement.

28Lors de ces rencontres, la nature est mise en scène. Elle est « médiée » par des questions techniques, qui sont du ressort des agriculteurs. Leur rôle dans la gestion et le devenir des espaces ruraux est réaffirmé. La dimension partagée de l’espace productif est renvoyée au paysage, qui sert de gage aux agriculteurs et rend visible leur respect de la nature aux yeux des populations non agricoles. Ils adoptent alors différentes stratégies visant à préserver des caractéristiques esthétiques attendues par les populations. Ils peuvent par exemple soustraire les espaces de production du regard des populations en réduisant leur accès et en maîtrisant les parcours possibles dans l’exploitation. Ils peuvent également s’engager dans la mise en paysage d’éléments particuliers (corps de ferme, espaces boisés, etc.) hors de l’espace cultivé.

29Ces présentations de l’activité agricole permettent de soustraire les espaces productifs de la scène des négociations pour la gouvernance des territoires ruraux et de conserver leurs prérogatives sur les parcelles agricoles. La légitimité de la gestion partagée des espaces ruraux est renvoyée à des échelles plus vastes et à des dispositifs qui n’interpellent pas frontalement les pratiques agricoles. Le paysage, plébiscité pour ses valeurs esthétiques, naturelles et patrimoniales, est mobilisé par les agriculteurs pour conserver la maîtrise de leur espace de production.

30Ces différents exemples montrent comment la profession s’approprie des objets renvoyant à la nature et les réinterprète, les mobilise pour répondre à des enjeux redéfinis à partir d’aspirations professionnelles (économiques, techniques ou sociales). On voit alors que la nature et sa gestion sont l’occasion d’ouvrir des processus de concertation dans les territoires, mais dans lesquels chacun poursuit en réalité des objectifs divergents bien que se référant à un objet commun en apparence. Finalement, la gouvernance ainsi mise en place demeure éclatée, chacun instrumentalisant les différents dispositifs et réinterprétant leurs objets pour rester maître en sa demeure. Dans ce contexte, il nous semble qu’un autre « objet » de nature, la biodiversité, ouvre de nouvelles perspectives dans la définition des objets à prendre en charge dans le cadre de la gestion de la nature, et dans les modalités de leur appropriation par les agriculteurs, en particulier en contexte de grandes cultures.

III – La gestion de la biodiversité, l’occasion d’une reconfiguration des scènes de gouvernance locale ?

31Depuis le début des années 1990, la conservation de la biodiversité apparaît comme l’un des fondements des nouvelles orientations de la gestion de l’environnement et de l’avenir des populations humaines. L’inscription en politique de cet objectif fait suite à la Convention sur la Diversité Biologique adoptée lors du sommet de Rio 1992. Le terme percole peu à peu depuis l’international vers les échelles nationales, régionales et locales. Ainsi, la France adopte sa stratégie Nationale pour la biodiversité en 2004 et la réactualise en 2011. L’Île-de-France adopte une charte pour la biodiversité en 2003 et une stratégie régionale en 2007. En 2011, c’est Paris qui élabore son Plan pour la biodiversité…

32Cet objectif devient vite un des items de la PAC et des politiques agricoles nationales. Comme pour les autres politiques territoriales, les agriculteurs, principaux gestionnaires in situ des espaces ruraux, sont appelés à s’inscrire dans des processus de gouvernance et d’action collective visant à conserver, restaurer ou favoriser la biodiversité. Ils le sont aussi au titre de principal gestionnaire du vivant dans les zones agricoles. Comme pour les autres objectifs environnementaux, les politiques publiques voudraient inciter les agriculteurs à changer de pratiques et à redéfinir leur place (et celle de leur activité) dans la gouvernance des espaces ruraux et agricoles. L’objectif est d’enrayer l’érosion des compartiments de la biodiversité associés aux mondes agricoles qui se traduit, par exemple, par la baisse de 25 % des oiseaux nicheurs agricoles entre 2000 et 2009 (Jiguet, 2010). Dans les espaces de grandes cultures, outre les limitations de pratiques défavorables à la biodiversité, les agriculteurs sont invités à participer à la protection des espèces de milieux ouverts (Caille des blés, Outarde canepetière…). Comme précédemment, ces souhaits sont entendus par ceux qui y voient un intérêt financier ou stratégique. Ils sont moins suivis par ceux qui y voient un ensemble de nouvelles contraintes bridant une activité rentable…

  • 8 Entretiens semi-directifs réalisés par Adeena Campas.
  • 9 La France, à travers le Ministère en charge de l’écologie, a appuyé la constitution d’un Observatoi (...)

33Resurgit alors la question des modalités de l’appropriation d’un enjeu collectif par un ensemble d’acteurs individuels. Quelle pourrait être l’implication des exploitants agricoles, déjà engagés dans une activité rentable et bien structurée, à répondre à un enjeu collectif risquant de remettre en cause leurs acquis ? Afin de comprendre les modalités d’appréhension de la biodiversité par les exploitants de grandes cultures et leur positionnement par rapport à sa gestion, nous avons effectué une série de 15 entretiens principaux avec des producteurs céréaliers franciliens au printemps 20108, année de la biodiversité. En parallèle, l’accompagnement de la mise en place d’un observatoire national de la biodiversité en milieu agricole (Observatoire Agricole de la Biodiversité – OAB9), sous l’égide du MNHN, a permis de recueillir des données complémentaires entre 2010 et 2013 (questionnaires et une série de 20 entretiens complémentaires).

1. La biodiversité, un sens relativement commun entre agriculteurs et naturalistes

34Malgré la polysémie du mot (Aubertin et al., 1998 ; Larrère, 1997), la notion de biodiversité et les enjeux liés à sa conservation semblent familiers aux agriculteurs. Moins de 20 ans après son entrée en politique (1992 avec la CDB), ce terme est bien mieux appréhendé que celui, encore polysémique et flou, d’environnement (Candau et al, 2005 ; Guillou, 2006). Nos enquêtes rendent compte d’une unité relative dans les significations proposées qui peut rapprocher leurs vues de celles d’autres acteurs intervenant dans la gestion des territoires.

35Lorsqu’il est demandé aux agriculteurs de définir la biodiversité et de donner un ensemble de mots associés, ces derniers font appel à différents registres, pouvant être mobilisés au sein d’une même réponse. Parmi ceux-ci, deux reviennent avec une fréquence plus grande : la diversité des espèces et l’action. Le registre de la diversité des espèces montre une familiarité préalable avec le terme pour une majorité des exploitants et renvoie à une définition proche de la conception naturaliste. Cette similitude avec l’approche naturaliste admet cependant de fortes variations selon les individus, certains faisant référence à des aspects très vagues, souvent attachés à leur activité professionnelle, « c’est différentes cultures » (Jérôme), alors que d’autres ont une vision plus construite et multidimensionnelle « ça comprend toute la faune, la flore » (Basile), ou bien « déjà je séparerais ce qui est de la biodiversité cultivée qui ne relève pas tout à fait de la même chose que la biodiversité naturelle […] Ce n’est pas parce qu’on va faire 10 variétés de carottes que pour la nature ça va changer quelque chose quoi » (Hector).

36Le registre de l’action est le second registre mobilisé immédiatement par la presque totalité des enquêtés. Ces actions sont en général dirigées vers :

  • la protection « c’est la possibilité qu’on puisse donner à la vie d’exister » (José). Cette protection peut être directement liée à l’agriculture et aux pollutions qu’elle engendre « la biodiversité c’est de garder tout ce qui est dans la plaine quoi ! Mais en pulvérisant un peu moins, en traitant un peu moins » (Camille).

  • l’action traduisant la maîtrise, qui légitime le rôle de l’agriculteur dans la gestion de la nature « (La biodiversité) je la pratique régulièrement, depuis que je suis installé et que mes parents faisaient la même chose » (Quentin)

  • parfois vers des activités annexes davantage en lien avec la qualité de vie qu’avec la biodiversité. On y associe alors des activités de loisirs, telle la chasse, le sport.

37Au-delà de ces deux registres principaux, apparaissent également la référence à la nature non anthropisée « la biodiversité pour moi c’est la nature naturelle » (Serge), « c’est un équilibre entre les différentes composantes de la nature » (Quentin), à la vie, ou encore à des ressources génétiques. Seul un exploitant ne se sent pas capable de définir la biodiversité a priori.

38Cette familiarité avec un terme que l’on qualifie volontiers de scientifique et d’abstrait peut s’expliquer par différents facteurs. La couverture médiatique de 2010 et les relais institutionnels ont mis la biodiversité dans leur agenda, contribuant à diffuser l’utilisation du terme, à en expliciter les enjeux, y compris dans la sphère agricole où il est encore peu fréquent d’aborder cette question particulière. Cependant, un des facteurs que nous retenons est cette proximité cognitive qui inscrit la biodiversité dans les cadres familiers de la pratique associée aux grandes cultures. En effet, les agriculteurs se reconnaissent volontiers comme des gestionnaires du vivant, objet premier de leur pratique, soumis aux aléas climatiques comme aux aléas techniques… Est-ce à dire qu’ils s’investiraient dans les outils de sa gouvernance à l’échelle des territoires, c’est une autre affaire.

2. La gouvernance territoriale de la biodiversité ne se décrète pas…

  • 10 Six territoires de la Seine-et-Marne sont éligibles, soit 69 communes (sur 514 que compte le départ (...)

39Plusieurs initiatives sont actuellement en œuvre pour répondre à cette question. L’une d’entre elle est la constitution des Trames Vertes et Bleues. Les analyses de la mise en œuvre de cette politique soulignent la faible participation des acteurs locaux, au premier rang desquels figurent les agriculteurs (Alphandéry et al., 2012). Cette prise de distance entre ce qui est affiché comme un enjeu de gouvernance des territoires ruraux et une catégorie d’acteurs aussi importante peut sans doute s’expliquer de diverses manières. Nous pouvons néanmoins observer un ensemble de signes révélant le manque d’intérêt d’une profession pour des objectifs peu stabilisés. L’élaboration des trames vertes s’appuie sur des références écologiques encore largement discutables et des considérations paysagères empruntes d’esthétisme ou soupçonnées de subjectivité. Là encore, les gains techniques ou économiques espérés ne sont pas identifiés par les exploitants en grandes cultures. La faible adhésion aux MAET « biodiversité hors réseau Natura 2000 » mises en place dans le département de Seine-et-Marne10 depuis 2009 vient confirmer que l’engagement dans des dispositifs de gestion territorialisés n’est pas toujours au rendez-vous. En effet, le bilan départemental pour 2010 montre que, sur 61 500 ha éligibles, seuls 42 ha ont été contractualisés. Par ailleurs, alors que les grandes cultures sont les principales visées par ces mesures, moins de 1 % des exploitations éligibles avaient passé un contrat (calculs à partir des données DRIAF de 2012). Dans les entretiens réalisés, ce manque d’intérêt se traduit parfois en franche hostilité lorsque l’inscription de la conservation de la biodiversité apparaît comme une obligation réglementaire contraire aux objectifs professionnels.

« Enfin c’est pas qu’on se sent pas concerné c’est que on nous impose, on nous oblige à de plus en plus de restrictions et de choses, qui font je pense qu’il y a une certaine lassitude si vous voulez. On nous briefe sur plein de choses à la fois, ça devient l’enfer entre guillemets entre la partie administrative et la partie pratique, ça devient l’enfer et on n’a jamais été formé à ça… donc ça nous saoule ! » (Mathieu).

« Vous voyez, vous voyez que la coupe commence à être pleine. Non mais si vous voulez, autant par rapport à un certain nombre d’excès il a fallu des mesures collectives, mais maintenant, basta quoi ! Qu’est-ce qu’on veut ? Si on veut que tout en Île-de-France soit parc floral, où les bobos vont venir lors de leurs RTT et de leurs congés très importants pour eux, venir s’égailler, et apprendre à leurs gamins que un chien c’est comme ça, une fleur c’est comme ça… Je veux dire, si on veut plus produire du tout, autant qu’on s’en aille hein ! » (Quentin)

40La réponse à ce qui est perçu comme une injonction, qu’elle soit réglementaire ou sociale, est souvent négative. L’obligation de prendre en compte la biodiversité, comme l’environnement en général, est perçue avant tout comme une contrainte déconnectée de la réalité du travail agricole et mettant en péril les performances économiques des exploitations. Les céréaliculteurs admettent cependant plus volontiers, comme nous le verrons, adopter certaines pratiques marginales en lien avec le regard immédiat du voisinage.

3. Une entrée dans les processus de gouvernance locale par le voisinage

41S’ils se méfient des injonctions ou des obligations, les agriculteurs produisant des grandes cultures sont cependant attentifs à leur voisinage. Les relations de proximité font l’objet d’une attention fréquemment soulignée par les agriculteurs rencontrés. Ces attentions amènent soit à adopter des mesures dont les exploitants se passeraient en d’autres circonstances, soit à « publiciser » vis-à-vis des habitants, l’application de mesures obligatoires.

« Le problème c’est qu’il y a les chasseurs qui ne veulent pas que je broie trop tôt dans les haies, et c’est un peu le bazar mais je broie, je broie les bordures de champs. Là je fais le forcing pour y aller là ; c’est un peu trop tôt vis-à-vis des chasseurs, mais comme il y a des chemins qui sont très très fréquentés je vais y aller, parce que il n’y aura pas de gibier en bordure. Par contre il y a des chemins privés où personne ne passe, donc là, les chasseurs ne veulent pas que je passe, donc je vais attendre un peu parce qu’il peut y avoir des nids de perdreaux, parce que c’est vrai que ce serait dommage de les flinguer. D’un autre coté je voudrais que ce soit fait avant que ça vienne à graine donc bon… Mais je les broie, je les traite pas. » (Serge)

« Et puis là en face j’ai une bande qui me sert un peu pour me garer, mais qui sert aussi de bandes tampon parce qu’elle borde le village, ça permet aussi de dire qu’on fait quelque chose à ce niveau-là. Bon derrière le village il y a une parcelle que j’ai laissée en jachère pour ne pas approcher le village tout ça, et que je laisserai toujours… Déjà c’est pas fameux comme terre et puis euh… il faut éviter de donner le bâton pour se faire battre. Donc le mieux c’est de laisser une largeur et puis au moins, comme on a des surfaces obligatoires à mettre, il faut savoir les placer intelligemment. » (Basile).

42Ces marques d’attention révèlent l’articulation faite entre différents enjeux : demande sociale, maintien d’une cohésion territoriale de proximité entre les agriculteurs et leurs voisinages, maintien de conditions de travail techniquement et économiquement satisfaisantes pour l’agriculteur. Ces processus sont les mêmes que ceux qui ont été précédemment évoqués lors des « Rencontres Ville-Campagne » ou du réseau de fermes pédagogiques. Cependant, la biodiversité offre ici un ancrage dans la proximité et la matérialité de l’espace rural important et partagé (ou partageable) par tous les acteurs locaux. Cette entrée dans les processus horizontaux de la gouvernance des territoires ruraux se fait volontairement et pour gagner une estime locale nécessaire à la vie en société pour chacun.

4. Apprendre et connaître la biodiversité, une préoccupation agricole

43La proximité entre ce que le terme « biodiversité » désigne et les pratiques agricoles favorisent son inscription dans les cadres cognitifs dans lesquels la conduite des grandes cultures est pensée. En témoigne l’adhésion, volontaire et non rémunérée, des agriculteurs à la mise en œuvre de l’Observatoire Agricole de la Biodiversité (entre 2010 et 2012). Cette initiative se solde par un véritable engouement des professionnels. La première année visait 200 adhérents, 400 ont répondu à l’appel. En 2012, près de 800 agriculteurs ont souhaité participer à cet observatoire dont 44 % sont spécialisés en grandes cultures. Les motivations sont diverses mais on retrouve toujours des facteurs soulignant la proximité entre la gestion du vivant et l’agriculture.

44La biodiversité traduit, d’abord, la complexité réaffirmée de l’objet de gestion des agriculteurs : le vivant.

« On n’est pas dans la monoculture, on arrive quand même à alterner, à avoir une certaine famille, mais on se cantonne pour des raisons économiques à certaines familles, à certaines variétés quoi. Ce qui fait que quand on parle de biodiversité le premier élément qui me vient en tête c’est que on a encore beaucoup de choses à apprendre.Ça c’est pour moi indéniable. On a tout à apprendre d’ailleurs. Parce que notre métier quand on voit des étudiants agricoles ; on étudie la physique, la chimie, la réaction des plantes avec plus ou moins de produits, etc. et on se cantonne beaucoup trop à des schémas très simplistes. Mais la nature est beaucoup plus compliquée quoi ! » (Achille)

45L’observation de la biodiversité revêt aussi, pour les agriculteurs, différentes fonctions avant tout techniques. Elle sert notamment à évaluer les pratiques agricoles, en particulier les pratiques innovantes. Ainsi, la faune du sol permet d’interpréter l’intérêt des itinéraires techniques en cultures simplifiées. De même, l’observation des carabes sert d’évaluation de l’importance et de l’activité des auxiliaires de culture. Tout se passe comme si les exploitants en grandes cultures attendaient de la biodiversité un service de régulation (maintenir la structure des sols) afin de pallier à l’abandon de pratiques jugées négatives ou économiquement coûteuses.

« Déjà il y a l’aspect technique ! Moi ce qui m’énervait avec le peu de diplômes que j’avais […] c’était les coopératives et les vendeurs de produits qui nous disaient ce qu’il fallait faire […]. Donc moi ce qui m’énervait c’était ça, de pas savoir réellement ce que je faisais vraiment. Donc j’ai commencé à me renseigner, pourquoi on traite ça enfin bref, me perfectionner quoi ! Je m’aperçois que il y a des fois je faisais des bêtises, enfin même souvent. Donc j’ai essayé de me réapproprier la technique, et puis je me suis aperçu qu’on pouvait gagner de l’argent immédiatement, quand vous ne dépensez pas le produit, vous ne dépensez pas d’argent. […] Alors il y a pour la planète mais il y a pour moi aussi ! Moins j’en mets, moins je risque de maladies ou de choses comme ça. » (Serge)

« Comme je suis repassé en semis direct, ben à 100 % cette année. Ben donc je m’intéresse, je commence à m’intéresser à ce qu’il y a dans le sol par rapport à ce qu’on a pu mettre. Ou tiens, justement là, je suis à quatre pattes pour le moment dans les colzas, bon c’est la 2e année. L’an dernier, j’en ai semé un tiers en direct. Cette année je suis à 100 %. Enfin tout, j’ai tout revendu mon matériel donc j’ai plus que le semoir, donc du coup là j’ai plus le choix je dirais. Donc euh ben oui, je me pose plein de questions dans le champ. À savoir qu’est-ce qui, sur quoi je vais pouvoir améliorer... comprendre un peu tout ça » (Luc).

46L’action envers la biodiversité est ainsi un moyen de se réapproprier des savoirs qui appuient l’autonomie de l’agriculteur dans la conduite de son itinéraire technique. Cette autonomie passe par une compréhension du milieu écologique dans lequel il opère et c’est à ce titre qu’intervient la prise en compte de la biodiversité.

IV – La biodiversité pour repenser la diversité agricole et la place des agriculteurs dans la gouvernance des espaces ruraux

47Ainsi l’introduction de la biodiversité comme enjeu de gestion de territoires communs semble sous certains aspects renvoyer à des fonctionnements déjà rencontrés autour d’autres enjeux, comme le paysage. Relations de voisinage et mesures de gestion, qu’elles soient coercitives ou définies collectivement, semblent surtout provoquer des comportements adaptatifs d’évitement des céréaliculteurs, maintenant à l’écart les autres acteurs du fonctionnement de leurs exploitations. L’ensemble de nos enquêtes montre cependant que les exploitants en grandes cultures se trouvent aujourd’hui à un tournant.

48Longtemps inscrits dans une logique d’efficacité et de simplification conduisant à l’homogénéisation des itinéraires techniques, la conduite des grandes cultures se diversifie à nouveau. Pour répondre à des enjeux techniques et économiques, les agriculteurs testent de nouvelles pratiques : faibles doses d’intrants, non labour, semis sous couvert… (Lamine et al., 2009). Dans ce cadre, ils attendent de la biodiversité un ensemble de services dont les développements techniques de la seconde révolution agricole leur avaient permis de se passer. Connaître la biodiversité leur permettrait de revenir à une compréhension du monde complexe dans lequel ils déploient leurs pratiques de production. Observer la biodiversité les aiderait à suivre l’impact des pratiques, innovantes ou plus classiques, qu’ils mettent en œuvre sur ce milieu complexe. Enfin, conserver la biodiversité (et les équilibres dynamiques qui la parcourent) leur permettrait d’espérer une certaine substitution entre les services rendus par le vivant et l’abandon de certaines pratiques issues du productivisme. Ces tâtonnements, ces innovations techniques ou ces redécouvertes, ouvrent de multiples voies de différenciation technique.

49Ainsi, l’appréhension de la biodiversité en contexte de grandes cultures apparaît avant tout comme une affaire agricole, menée par des acteurs agricoles et pour des intérêts agricoles. Cependant, ce faisant, la conduite d’une partie des grandes cultures change. Elle se diversifie, introduisant des actions qui répondent de manière non intentionnelle mais efficace aux attentes de la société : développement de la flore messicole, gestion des paysages, conservation des sols et, en définitive, de la biodiversité elle-même… Ils réinvestissent alors indirectement les processus de gouvernance locale des espaces ruraux. Toutefois, les objectifs de ces processus, s’ils apparaissent comme communs à tous, ne sont pas explicitement partagés par chacun.

50L’implication des agriculteurs n’a été ni décidée ni encouragée, et ne s’effectue pas par le biais des instruments relevant explicitement de la gouvernance territoriale de l’environnement. Elle s’est faite en se faisant, même si elle trouve parfois écho dans des dispositifs comme l’OAB, non contraignant sur un plan technique, mais qui leur apporte la possibilité d’alimenter leurs stratégies. Ils peuvent par ce biais associer diverses préoccupations professionnelles, au premier rang desquelles la communication envers le voisinage sur leur engagement en faveur de l’environnement et, surtout, l’auto-évaluation de leurs pratiques. Cet aspect éclaire un visage des processus de gouvernance territoriaux qui s’éloigne des discours incantatoires prônant la construction de scènes de gestion collectives autour de jeux gagnant-gagnant. Ici le jeu se joue entre acteurs qui ne sont pas partenaires. Ils ne cherchent pas à atteindre un quelconque objectif commun. Chacun cherche au contraire, à atteindre ses objectifs particuliers. En ce sens, la participation à la gouvernance des territoires ruraux et de la biodiversité qu’ils accueillent, des tenants d’une agriculture rentable et structurée, bien installée dans ses espaces de production, ne se décrète pas plus qu’elle n’est visée. C’est un effet secondaire de la conjonction d’objectifs particuliers.

51Loin d’être laissés pour compte dans les processus de gouvernance des territoires ruraux et agricoles d’Île-de-France, les agriculteurs engagés dans ces systèmes productifs rentables et très bien structurés cherchent à maintenir une certaine autonomie vis-à-vis des sociétés locales afin de garantir leurs prérogatives et leur liberté d’entreprendre. Cependant, une conjonction d’objectifs réinscrit leurs actions dans un système de gestion de l’environnement sans toutefois répondre aux canons de la concertation généreuse entre acteurs conciliants. Plus encore, nous présageons que l’attention à la biodiversité de la part de ces agriculteurs révèle un processus de re-diversification des itinéraires techniques actuellement à l’œuvre. Là encore, cette re-diversification est avant tout le résultat d’une conjonction d’intérêts et d’une série d’adaptations techniques plus qu’une véritable réponse à une demande sociale ou une quelconque concertation entre acteurs des territoires.

Haut de page

Bibliographie

Abécassis F., Bergez J.-E. (Coord), Les filières céréalières. Organisation et nouveaux défis, Versailles, Quae, 2009, 172 p.

Agreste, Première tendances recensement agricole 2010, Données Île-de-France, n° 109, 2011, 4 p.

Agreste Primeur, « Exploitations de grandes cultures en France métropolitaine », Agreste Primeur, n° 283, juin, 2012, 8 p.

Alexe V., Les paysages des Franges Périurbaines : La plaine de France, Mémoire de Master de Géographie de l’Université de Paris 1 sous la dir. de J. Milian et R. Raymond, 2012, 107 p.

Alphandéry P., Fortier A., Sourdril A., « Les données entre normalisation et territoire : la construction de la trame verte et bleue », Développement durable et territoires, Vol 3, n° 2, 2012. http://developpementdurable.revues.org/9282

Bacconnier S., « Faire la campagne périurbaine : gestion et représentations de l’activité agricole dans les projets d’aménagement communaux », Colloque Faire campagne, Rennes, 17-18 mars, 2005.

Barkaoui A., Daniel K, Butault J.-P., « Impact territorial de la réforme de la PAC de 2003. Enjeux du découplage », in Aubert F., Piveteau V., Schmitt (coord), Politiques agricoles et territoires, Versailles, Quae, 2009, p. 119-140.

Berger M., Les périurbains de Paris. De la ville dense à la métropole éclatée ?, CNRS Éditions, Espaces et Milieux, Paris, 2004, 317 p.

Bergé A., Collot M., Mottet J. (dir.), Paysages européens et mondialisation, Seyssel, Champs Vallon, 2012, 448 p.

Bertrand N., Douillet A.-C., Faure A., « L’agriculture périurbaine ou les limites de la campagne à la ville. La construction soio-politique de la question agricoles dans la région urbaine grenobloise », in Arlaud S., Jean Y., Royoux D. (coord), Rural-Urbain. Nouveaux liens, nouvelles frontières, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2005, p. 189-202.

Bonnieux F., « Bilan critique de la politique agri-environnementale et perspectives d’évolutions », in Aubert F., Piveteau V., Schmitt B. (coord), Politiques agricoles et territoires, Versailles, Quae, 2009, p. 141-163.

Bontron J.-C., Stephan J.-M., « Des campagnes franciliennes variées sous influence urbaine », Agreste Île-de-France, n° 80, 2005, 4 p.

Bousquet T., Basciani-Funstre M.-A., Konaté Y., Bilan de la consommation des espaces agricoles et naturels en Île-de-France entre 2004 et 2007, note de synthèse de la Direction régionale et interdépartementale de l’équipement et de l’aménagement d’Île-de-France, 2011, 10 p.

Brédif H., Pupin V., « Réévaluer la place de l’agriculture à l’heure du grand Paris », Annales de géographie, n° 1, 2012, p. 43 à 65.

Brives H., « L’environnement, nouveau pré-carré des Chambres d’agriculture », Ruralia, n° 2, 1998. http://ruralia.revues.org/document30.html.

Candau J. (coord), La prise en compte de l’environnement par les agriculteurs, Résultats d’enquête, Bordeaux, CNASEA-CEMAGREF, non publié, 2005, 194 p.

Candau J., Ginelli L., « L’engagement des agriculteurs dans un service environnemental. L’exemple du paysage », Revue française de sociologie, vol 52 (4), 2011, p. 691-718.

Candau J., Ruault C., « Évolution des modèles professionnels en agriculture : scènes de débat, questions d’écologie et catégories de connaissances », Cahiers d’économie et sociologie rurales, vol. 75, 2005, p. 51-74.

Caron A., Torre A., « Conflits d’usage et de voisinage dans les espaces ruraux », in Torre A., Filippi M. (coord.), Proximités et changements socio-économiques dans les mondes ruraux, Paris, INRA Éditions, 2005, p. 297-314.

Charvet J.-P., « Les conditions du maintien d’une agriculture vivante en Île-de-France », Revue canadienne des sciences régionales, XXVI, 2 et 3, Été-automne, 2003, p. 359-372.

Chatellier V., Baudry A., « Disparités régionales des soutiens budgétaires et des aides directes à l’agriculture en France », in Aubert F., Piveteau V., Schmitt B. (coord), Politiques agricoles et territoires, Versailles, Quae, 2009, p. 93-118.

Commission européenne, Agricultural policy perspectives, Member States factsheets – May 2012, France, 2012, 14 p. http://ec.europa.eu/agriculture/analysis/perspec/index_en.htm

Darly S., Torre A., « Conflits liés aux espaces agricoles et périmètres de gouvernance en Île-de-France », Géocarrefour, n° 83-4, 2008, p. 307-319.

Douillet A.-C., « Les politiques contractuelles de développement local en milieu rural : désectorisation de l’action publique ou design territorial ? Les recompositions de l’action publique aux prises avec l’intérêt territorial des élus et des collectivités publiques », in Faure A. et Douillet A.-C. (dir.), Les territoires de l’action publique, Grenoble : PUG, 2005, p. 75-92.

Doussan I., Dubois J. (dir), Conservation de la biodiversité et politique agricole commune de l’Union européenne, Paris, La Documentation française, 2007, 346 p.

Doussan I., Thannberger-Gaillarde E., Thiebaut L., « L’environnement, objet de contrat entre l’agriculture et la société  ? », Natures Sciences Sociétés, vol. 8, n° 2, 2000, p. 5-16.

DRIAF, Les mesures agroenvironnementales, 2011, http://driaf.ile-de-france.agriculture.gouv.fr/Les-mesures-agroenvironnementales

Dron D., « Agriculture, territoire, environnement dans les politiques européennes », Expertise collective, août 2002, Les Dossiers de l’environnement de l’INRA, n° 23, 2003, p. 183.

Duvernoy I., Bacconnier S., « Les espaces agricoles périurbains : des espaces frontiéres entre ville et campagne ? », in Arlaud S., Jean Y., Royoux D. (coord), Rural-Urbain. Nouveaux liens, nouvelles frontières, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2005, p. 203-2012.

Duvernoy I., Jarrige F., Moustier P., Serrano J., « Une agriculture multifonctionnelle dans le projet urbain : quelle reconnaissance, quelle gouvernance ? », Les cahiers de la multifonctionnalité, n° 8, 2005, p. 87-104.

Guérin M., « Politiques de développement rural centrées sur l’agriculture et les collectivités territoriales », in Aubert F., Piveteau V., Schmitt B. (coord), Politiques agricoles et territoires, Versailles, Quae, 2009, p. 183-198.

Guillou E., « Représentations sociales et pratiques sociales : l’exemple de l’engagement pro-environnemental en agriculture », Revue européenne de psychologie appliquée, n° 56, 2006, p. 157-165.

Holloway L., « Showing and telling farming : agricultural shows and re-imaging British Agriculture », Journal of Rural Studies, vol. 20, n° 3, 2004, p. 319-330.

IAURIF, La ceinture verte d’Île-de-France, un espace de vie à réinventer. Éléments pour un nouveau partage de l’espace périurbain francilien, Paris, 2005, 44 p.

IAURIF, DRIAF, Atlas rural et agricole de l’Île-de-France, 2004, 180 p.

INSEE, 2010, http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=20&ref_id=tertc01201

Labrador J., « Zonage en aires urbaines 2010 : le centre se densifie, le périurbain s’étend », INSEE Ile-de-France, n°374, octobre, 2011.

Lamine C., Meynard J.-M., Perrot N., Bellon S., « Analyse des formes de transition vers des agricultures plus écologiques : les cas de l’Agriculture Biologique et de la Protection Intégrée », Innovations Agronomiques, n° 4, 2009, p. 483-493.

Larrère R., « Quand l’écologie, science d’observation, devient science de l’action. Remarques sur le génie écologique », in Marty P., Vivien F. D., Lepart J., Larrère R., Les biodiversités. Objets, théories, pratiques, Paris, CNRS éditions, 2005, p. 173-193.

Larrère R., Fleury P., Payant L., « La « nature » des éleveurs : sur les représentations de la biodiversité dans les Alpes du Nord », Ruralia, N°21, 2007, p. 183-203.

Le Caro Y., Les loisirs en espace agricole. L’expérience d’un espace partagé, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, Collection Géographie sociale, Rennes, 2007, 431 p.

Le Roux X., Barbault R., Baudry J., Burel F., Doussan I., Garnier E., Herzog F., Lavorel S., Lifran R., Roger-Estrade J., Sarthou J.-P., Trommetter M. (éds), Agriculture et biodiversité. Valoriser les synergies, Expertise scientifique collective, rapport INRA, Versailles, Quae, 2008, 177 p.

Luginbühl Y., La demande sociale de paysage, Conseil National du Paysage, 2001, 21 p. disponible sur www.environnement.gouv.fr/telch/2001-t3/CNP_luginbuhl.pdf

Luginbühl Y., La mise en scène du monde, Paris, CNRS Éditions, 2012, 432 p.

Mchenry H., « Wild flowers in the wrong field are weeds ! Examining farmer’s constructions of conservation », Environment and Planning, A, vol. 30, n° 6, 1998, p. 1 039-1 053.

Meynard J.-M., Savini I., « La désintensification : point de vue d’un agronome », Dossiers de l’environnement de l’INRA, n° 24, 2003, p. 23-33.

Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Agriculture, environnement et territoires, Paris, La Documentation française, 2006, 224 p.

Mormont M., Anfrie M.-N., Benoît M., Capitaine M., Danneels P., Dupieux N., La collaboration des agriculteurs à la démarche de la protection et de gestion des espaces naturels : la négociation pour l’intégration, FUL/INRA-SAD/ENF, 2004, 171 p.

Nicourt C., Girault J.-M., Bourliaud J., L’implication environnementale des agriculteurs : entre prescriptions réglementaires et politiques volontaires. Études de cas en Dordogne et Seine-et-Marne, Ivry-sur-Seine, INRA /STEPE, 2002, 134 p.

Paineau F., Demazeau E., Bel M.-P., « Quels éléments conditionnent le regard des agriculteurs sur l’environnement et l’adoption des pratiques plus respectueuses de l’environnement ? », Le Courrier de l’Environnement, vol. 35, 1998, p. 65-70.

Pech M., Ruas J.-F., « Agri-environnement : le comportement des agriculteurs », Le Courrier de l’Environnement de l’INRA, vol. 36, 1999, p. 77-82.

Poulot M., « Les programmes agri-urbains en Île-de-France : de la « fabrique » de territoires périurbains », Communication présentée lors du Colloque La dynamique des territoires en milieu périurbain et le patrimoine naturel et culturel, 26-27 et 28 avril 2006, Montréal, 2006, 13 p.

Poulot M., Rouyres T., « Refaire campagne en Île-de-France », Norois, n° 202, 2007, p. 61-71.

Poulot M., Rouyres T., « La difficile évolution des campagnes franciliennes vers un espace rural multifonctionnel », Hommes et Terres du Nord, n° 4, 2000, p. 253-260.

Rastoin J.-L., Ghersi G., Le système alimentaire mondial, Versailles, Quae, 2010, 565 p.

Raymond R., « La concertation sur l’espace cultivé et la nature dans le Vexin Français », Économie rurale, Paris, SFER, 273-274, 2003, p. 169-183.

Rémy J., « Quelle(s) culture(s) de l’environnement ? », Ruralia, vol. 2, 1998, p. 85-103.

Soulard C., Aubry C., « Cultiver les milieux habités : quelle agronomie en zone urbaine ? », Revue AE&S, vol. 1, n° 2, 2011, p. 89-101.

Soulard C., Margetic C., Valette E. (coord), « Innovations et agricultures urbaines durables », Norois, n° 221, 2011, p. 7-10.

Van Tatenhove, J., Arts B., Leroy P. (eds), Political modernisation and the environment : the renewal of environmental policy arrangements, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers, 2000.

Vivien F.-D., « La diversité biologique entre valeurs, évaluations et valorisations économiques », in Marty P., Vivien F.D., Lepart J., Larrère R., Les biodiversités. Objets, théories, pratiques, Paris, CNRS éditions, 2005, p. 125-140.

Wilson G.A., Hart K., « Financial imperative or conservation concern ? EU farmers’ motivations for participation in voluntary agri-environmental schemes », Environment and Planning A, vol. 32, n° 12, 2000, p. 2 161-2 185.

Haut de page

Notes

1 Nous entendrons par « grandes cultures » la culture de cultures industrielles, de céréales et d’oléoprotéagineux dans de grandes unités de production dont c’est l’orientation principale. Ceci induit un important degré de mécanisation et des tailles de parcelle importantes.

2 En France, l’utilisation du budget de la PAC a été dédiée pour 80 % aux aides directes, 10 % aux mesures de marché et 10 % au développement rural (moyenne 2007-2010). Source : Commission européenne, 2012.

3 L’Île-de-France est la région pour laquelle la superficie moyenne en grandes cultures par exploitation est la plus grande en France. La surface moyenne des exploitations spécialisées en grandes cultures a progressé de plus de 20 % pour la France métropolitaine, et atteint désormais 76 ha (Agreste Primeur, 2012).

4 Cette expression générique désigne les parcours que font les agriculteurs pour surveiller leur culture (souvent en voiture compte tenu de l’étendue des exploitations).

5 En effet, les Régions ont la possibilité de définir les enjeux environnementaux qu’elles jugent prioritaires à leur échelle et prévoient les modalités de leur application. Si certains enjeux recouvrent l’ensemble du territoire régional – comme la conversion à l’agriculture biologique – d’autres sont attachés à des périmètres spécifiques définis à partir d’enjeux environnementaux (Natura 2000, bassins versants, périmètres ad hoc).

6 Elles peuvent par exemple être décomposables en plusieurs niveaux d’engagement renvoyant à des pratiques plus ou moins contraignantes. Certaines peuvent aussi être contractualisées seules ou bien être cumulées avec d’autres MAE complémentaires.

7 Source : site internet de la région Île-de-France, entretien avec Hélène Gassin, vice-présidente du conseil régional chargée de l’environnement, de l’agriculture et de l’énergie. http://www.iledefrance.fr/les-dossiers/economie/agriculture-le-soutien-de-la-region/agriculture-les-axes-de-la-politique-regionale/

8 Entretiens semi-directifs réalisés par Adeena Campas.

9 La France, à travers le Ministère en charge de l’écologie, a appuyé la constitution d’un Observatoire National de la Biodiversité, destiné à développer des indicateurs qui permettent de dresser un état des stocks de biodiversité, de ses évolutions, ainsi que de ses interfaces avec la société. Le Ministère en charge de l’agriculture a souhaité mettre en place un observatoire spécifique aux milieux agricoles, fonctionnant sur une base participative pour alimenter les bases de données nationales et introduire cette question auprès du milieu agricole. La partie scientifique de l’observatoire est coordonnée par des institutions de recherche (MNHN, secondé par l’INRA et le CNRS), tandis que les observations in situ de la biodiversité sont réalisées essentiellement par des agriculteurs volontaires, sur leurs parcelles. Le dispositif possède son site internet, consultable sur le lien suivant : http://observatoire-agricole-biodiversite.fr/

10 Six territoires de la Seine-et-Marne sont éligibles, soit 69 communes (sur 514 que compte le département) dont la SAU est couverte à plus de 90 % par des grandes cultures (source : Cahier des charges MAE Biodiversité hors Natura 2000 en Seine-et-Marne). Elles invitent, par un engagement contractuel sur cinq ans, à l’entretien des couverts végétaux non commerciaux en rotation avec les grandes cultures (graminée ou légumineuses pour des zones dites de refuge pour la flore, couverts herbacés, couvert d’intérêt floristique ou faunistique), des haies, arbres et bosquets. Elles concernent aussi l’entretien de mares et de plans d’eau. Depuis 2011, elles prévoient aussi des aides pour la non-utilisation de produits phytosanitaires de synthèse et la conversion, ou le maintien, de l’agriculture biologique. Source : http://driaf.ile-de-france.agriculture.gouv.fr/Les-mesures-agroenvironnementales).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ève-Anne Bühler et Richard Raymond, « Pratiques agricoles et gestion territoriale de la biodiversité en contexte de grandes cultures »Sud-Ouest européen, 34 | 2012, 65-78.

Référence électronique

Ève-Anne Bühler et Richard Raymond, « Pratiques agricoles et gestion territoriale de la biodiversité en contexte de grandes cultures »Sud-Ouest européen [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 05 décembre 2013, consulté le 01 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/soe/120 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.120

Haut de page

Auteurs

Ève-Anne Bühler

Maître de Conférences en Géographie, Université Paris 8 Vincennes-St-Denis, UMR LADYSS.

Richard Raymond

Chargé de Recherche CNRS, UMR LADYSS, 2 rue Valette, 75005 Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search