Navigation – Plan du site

Les ambiguïtés de la patrimonialisation des « paysages naturels »

Turning “natural landscapes” into heritage: an ambiguous process
Las ambigüedades de la patrimonialización de los “paisajes naturales”
Pierre Dérioz
p. 19-36

Résumés

Prenant appui sur les enseignements de quelques terrains d’étude du Sud de la France (Haut-Languedoc, Narbonnaise, Garrigues montpelliéraines, Alpilles et Cerdagne), cet article aborde le phénomène de la patrimonialisation de paysages « naturels » sous trois angles différents : celui de la place et du statut de la « nature » dans les paysages patrimonialisés, à travers l’analyse des représentations sociales sous-jacentes ; celui de l’ambivalence des objectifs de leur mise en patrimoine, indissociable de leur constitution en tant que ressource, entre volonté de protection, pression des usages et opportunités de valorisation, notamment par le biais de la fréquentation touristique ; celui, enfin, du décalage éventuel entre les discours tenus, les politiques mises en œuvre et la réalité des dynamiques paysagères observables.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Michel Rautenberg s’appuie tout au long de son livre sur la distinction opérée entre ces deux forme (...)

1Dans un ouvrage qui se rapporte principalement à la ville, M. Rautenberg (2003) montre combien les processus de patrimonialisation, dont les sociétés développées contemporaines usent et abusent pour étayer de lieux et d’objets les constructions parallèles de leur mémoire historique et de leurs mémoires sociales1, procèdent d’une « rupture » : cette rupture découle d’une entreprise de décontextualisation, qui participe de ce travail permanent d’élaboration du passé et par là de mise à distance par reconstruction. Elle tend à retrancher l’objet patrimonial du présent auquel il appartient pourtant, et dans lequel, quels que soient les partis pris conservationnistes à son endroit, il continue à évoluer au plan matériel comme au plan de son statut mémoriel. Dans les deux modalités de la patrimonialisation, le cas échéant concurrentes, que Rautenberg met en évidence, patrimonialisation instituée par la science et / ou la sphère politique versus patrimonialisation spontanée et itérative opérée par la société civile, on retrouve toutefois les mêmes ressorts : la définition collective d’une valeur, concomitante d’un processus d’appropriation – juridique, institutionnel, ou simplement symbolique ; l’objet qui se trouve revêtu d’une signification patrimoniale participe alors de manière explicite de l’identité d’un groupe ou d’un territoire, et implique la mise en œuvre d’une démarche de transmission qui impose sa préservation (Micoud, 1995). Par sa localisation et son ancrage dans une réalité sociale territorialisée, il est inscrit dans l’espace ; par le projet même qui le fonde, il se déploie dans la durée. Mais le travail de « rupture » dont découle la patrimonialisation tend à le doter d’un statut particulier, au plan temporel comme au plan spatial. Si l’on entend la patrimonialisation comme une « activité sociale consistant à faire être quelque chose qui prend nom et valeur de patrimoine, activité […] de nature symbolique au sens où elle opère sur des signes et produit du sens » (Micoud, 2005), la rupture dont il est question réside précisément dans la reconstruction de l’objet patrimonialisé dans le champ du symbolique.

2Généralement regardée comme tardive par rapport à la mise en patrimoine des objets de culture, matériels (monuments, quartiers…) ou immatériels (littérature, savoir-faire…), la patrimonialisation de la « nature » participe aujourd’hui pleinement de « l’explosion patrimonialisante » (Gravari-Barbas, Guichard-Anguis, 2003), figure constitutive de la modernité occidentale (Poulot, 2006) qui tend à représenter aussi l’un des traits caractéristiques de la mondialisation (Lazzarotti, 2000). F.-D. Vivien (2005) souligne que l’avènement tardif de l’expression « patrimoine naturel », qui remonte à la fin des années 1960, correspond seulement à une étape dans un mouvement beaucoup plus ancien, sous-tendu par des représentations sociales successives de la nature qui ont eu tendance à se superposer, sinon même à se combiner, en dépit de leurs contradictions potentielles. L’émergence des « patrimoines naturels », si essentielle qu’elle ait pu être à la construction des valeurs collectives de nations comme la Suisse (Walter, 2004) ou les États-Unis (Conan, 1991), soulève toutefois des questions spécifiques, qui découlent de la difficulté à cerner la « nature », au plan pratique, en termes d’essence, de dynamique et d’échelle : vaste et ancien débat idéologique dont l’absence de clarification pèse souvent sur les choix politiques et opérationnels (Clément, Gavoille, 1994). Quant à la définition des objets « naturels » susceptibles d’être patrimonialisés, l’incertitude porte toujours sur leur degré d’autonomie par rapport aux interventions anthropiques, quasi généralisées à tous les milieux dans le monde contemporain. De manière un peu paradoxale, le processus de patrimonialisation appliqué à des objets de nature conduit à leur reconnaître simultanément une « natura­lité » d’une qualité particulière, et par là même une valeur symbolique qui les inscrit tout aussi sûrement dans le champ social (Depraz, 2008). La prise en compte des évolutions, aujourd’hui constitutive de l’idée de nature, complique en outre l’appréciation du patrimoine naturel à protéger par l’existence de mutations spontanées – donc « naturelles » ? – de ces objets (ou ensembles d’objets), qui semblent aller parfois dans le sens d’une dégradation de la forme de « nature » à laquelle a été attribuée une valeur patrimoniale, et peuvent ainsi conduire à intervenir pour, en quelque sorte, la protéger d’elle-même… Ce double questionnement sur la place de l’homme dans la définition de la nature – degré d’hybridation des milieux, choix opérationnels – s’articule de manière différente selon les échelles considérées, de celle de la cellule à celle de la planète, en passant par les échelles privilégiées de l’espèce, de la « curiosité naturelle » et du paysage.

3C’est à cette dernière échelle, fréquemment mobilisée par les processus de patrimonialisation, que s’intéresse cet article, d’une part parce que la « demande sociale » à son égard, quoique confuse, n’a cessé de se développer et de se complexifier au cours du XXe siècle en lien étroit avec la montée des préoccupations patrimoniales et environnementales (Luginbühl, 2001 ; Montpetit et al., 2002), et d’autre part parce que le paysage, à travers la combinaison dynamique qu’il déploie dans l’espace et dans le temps, offre un cadre particulièrement approprié pour explorer les ambiguïtés de la patrimonialisation appliquée à la nature. Encore ne faut-il pas craindre, à la suite de G. Bertrand (1996), d’ « exalter la polysémie » du terme, et de l’envisager dans la pleine complexité de ses significations (Dérioz, 2008), comme un objet en « tension » (Wylie, 2007), tension entre proximité et distanciation, observation et habitation de l’espace, regard subjectif et entité objective, nature et culture… Ce caractère profondément hybride, qui fonde la valeur heuristique du concept de paysage, sert de fil conducteur à l’ensemble de cette réflexion, qui prend appui sur les enseignements de terrains d’étude relevant pour la plupart des « midis » français pour aborder le phénomène de la patrimonialisation de paysages « naturels » sous deux angles différents : celui, d’une part, de la place et du statut de la « nature » dans les paysages patrimonialisés, et d’autre part celui des mises en tension internes du projet patrimonial, qui peuvent découler de l’ambivalence de ses objectifs, entre volonté de protection, pression des usages et opportunités de valorisation par la mise en ressource « territoriale » des paysages (Peyrache-Gadeau, 2008), comme de l’ampleur des éventuels décalages entre les discours tenus, les politiques mises en œuvre et la réalité des dynamiques paysagères observables.

I – Le paysage, une échelle privilégiée de la patrimonialisation de la nature ?

4Les processus qui, de la simple reconnaissance d’une valeur sociale à la volonté de conserver et de transmettre, signent l’émergence d’une logique patrimoniale, se sont développés par rapport à la nature et par rapport au paysage de manière sécante, sans que les évolutions entretissées concernant ces deux thématiques doivent pour autant être confondues. Les approches chronologiques, qu’elles s’efforcent de distinguer plusieurs phases distinctes dans « ce que fut la compréhension de ce complexe nature-paysage-environnement » (Luginbühl, 1992) à partir d’un inventaire des pratiques aménagistes, des représentations sociales sous-jacentes et des savoirs scientifiques, ou qu’elles se contentent de « choisir et ordonner certains moments historiques de la période moderne […] éclairants pour comprendre le cheminement conduisant à la reconnaissance et à la prise en compte de ce qui est aujourd’hui désigné comme du patrimoine naturel » (Vivien, 2005), témoignent toutes de l’élaboration successive de différentes représentations de la « nature » comme de la position que l’homme occupe par rapport à elle. Toutefois, le fait que ces représentations contrastées se soient fait jour à des époques historiques différentes, en lien avec le reste des transformations socio-économiques, culturelles et techniques, ne signifie pas pour autant que les plus anciennes se sont désagrégées au fur et à mesure que les suivantes se cristallisaient. L’analyse des démarches contemporaines de définition du « patrimoine naturel » témoigne au contraire de leur coexistence dans la durée, qu’elles se combinent, s’opposent ou s’hybrident (Peyrache-Gadeau, 2004).

5Les unes comme les autres, de manière sensiblement différente, conduisent aujourd’hui à des formes de patrimonialisation qui mettent en jeu le paysage – entre autres –, en tant qu’entité matérielle, fonctionnelle, spatiale et culturelle. Parmi ces blocs de représentations, dont la figure 1 propose une recension synthétique, deux relèvent très directement de ce qu’il est convenu d’appeler le « patrimoine naturel », tandis que les deux autres renvoient à des logiques patrimoniales différentes, d’où la nature n’est pourtant pas absente, pas plus que l’intervention anthropique ne l’est des premières. S’il est généralement facile, site par site, de déterminer la logique prévalente à l’origine de la mise en patrimoine, l’analyse des discours tenus sur les lieux patrimonialisés montre aussi souvent un élargissement ultérieur de l’assise patrimoniale et des référentiels sous-jacents. Ces évolutions procèdent la plupart du temps d’une extension simultanée du cercle des acteurs impliqués dans le processus de patrimonialisation, de leurs conflits d’intérêts et de leurs compromis, tels qu’ils transparaissent dans leurs opérations de communication respectives. Plusieurs des exemples que nous avons choisi d’évoquer à partir de photographies commentées témoignent d’évolutions de ce type.

Fig. 1 – Champs représentationnels de la mise en patrimoine des « paysages naturels » (ou de la « nature » dans les paysages) (Dérioz, 2010)

Fig. 1 – Champs représentationnels de la mise en patrimoine des « paysages naturels » (ou de la « nature » dans les paysages) (Dérioz, 2010)

Ces champs représentationnels ne s’opposent pas, mais fonctionnent plutôt séparément. Seule l’approche « naturaliste », qui peut exister de manière autonome, tend aussi fréquemment à se combiner à d’autres modalités de reconnaissance de la valeur patrimoniale, ce que le schéma exprime par la superposition partielle des trois autres champs sur celui désigné par « Milieux biodivers… ». Les flèches suggèrent des glissements possibles d’un champ à un autre sous l’effet de transformations effectives des paysages, ou des regards qui se posent sur eux.

6Un simple coup d’œil à un présentoir à revues suffit à vérifier, notamment dans celles qui sont consacrées au voyage et à la découverte plus ou moins sportive des régions de France ou du globe, que le premier paradigme environnemental identifié par S. Depraz (2008), le « paradigme naturel sensible », n’a rien perdu de sa vigueur : la nature demeure en tout premier lieu un spectacle, dont les moyens contemporains de la photographie permettent de magnifier les effets tout en « préparant » – en formatant ? – le regard du voyageur. L’invention de la « nature », qui s’opère en Occident à la croisée de l’émerveillement studieux des scientifiques des Lumières puis de l’intériorisation émotionnelle de ses manifestations par les Romantiques, est indissociable de la formulation d’une esthétique (Ritter, 1978), dont les canons ont déterminé la valeur et l’intérêt des « sites et monuments naturels ». Peu à peu reconnus à travers leur fréquentation touristique (Rauch, 1995), ces derniers se transforment en patrimoine commun dès lors que se manifeste le souci de leur protection, dont la création de la première réserve naturelle en forêt de Fontainebleau (1861) et celle du premier Parc national au Yellowstone (1872), le premier conflit entre protection et développement économique pour soustraire la cascade du Lison à l’aménagement industriel (1899-1902), à l’origine de la première loi de protection des « sites et monuments naturels de caractère artistique » (loi Beauquier, 1906), constituent autant de jalons importants. Spectacle d’exception, dans lequel est diversement requise la participation du spectateur selon que la découverte est statique (« point sublime ») ou mobile (« sentier touristique »), la nature est alors donnée à voir à différentes échelles : dans certains cas, ce peut être seulement celle de la « curiosité naturelle », cascade (Candaux, 1999), arbre remarquable, gouffre ou rocher pittoresque, qui focalise l’attention sur un objet localisé sans l’élargir nécessairement au cadre global dans lequel il s’insère. Le classement précoce des pittoresques rochers granitiques du Sidobre (Tarn), dès 1912, s’est ainsi souvent contenté de délimiter un périmètre restreint autour de chacun d’entre eux (Bertrand, 1978) (fig. 2).

Fig. 2 – Le « Chapeau de Napoléon » (Saint-Salvy-de-la-Balme, Tarn, octobre 2002)

Fig. 2 – Le « Chapeau de Napoléon » (Saint-Salvy-de-la-Balme, Tarn, octobre 2002)

Comme la plupart des tors granitiques pittoresques du Sidobre, le chaos de la Balme, qui abrite ce rocher, est classé depuis longtemps (1921) à l’inventaire départemental des sites et monuments naturels, ce qui n’a pas empêché l’exploitation à proximité immédiate de plusieurs carrières, ni l’installation d’ateliers de travail du granit. Longtemps fortement antagonistes (Bertrand et al., 1978), les logiques de la protection et de la mise en valeur touristique d’une part, de la production granitière d’autre part, tendent vers une meilleure articulation depuis la négociation d’un « Plan de parc pour le Sidobre » (1998) annexé à la nouvelle charte du PNR, et à la programmation d’une « Charte qualité Sidobre » qui engage les carriers sur la voie de pratiques plus respectueuses de l’environnement et du paysage (impact des carrières, gestion des stériles…), tout en renforçant leur image de marque collective dans un contexte de concurrence internationale accrue (Urbano, 1999). La « Maison du Sidobre » ouverte en 1997, qui abrite l’office du tourisme, célèbre dorénavant autant le patrimoine naturel que le patrimoine culturel (histoire, traditions, savoir-faire industriels…) du granit, et les documents touristiques donnent à voir aussi bien les paysages de nature – certains, comme le chaos de la Balme, ont été, depuis le Plan de paysage de 1994, réaménagés et partiellement dégagés d’accrus forestiers très envahissants –, que les paysages des carrières. Loin de l’approche « curiosité naturelle » du début XXe, comme de l’approche exclusivement naturaliste des années 1970, la démarche patrimoniale et sa valorisation par le tourisme, en intégrant les deux dimensions du granit, se font « territoriales ».

7Mais l’échelle par excellence de la « mise en scène » de la nature, telle que l’organisent les aménagements qui la donnent à voir aux visiteurs – sentiers panoramiques, belvédères… –, et telle que la conçoivent certaines opérations ciblées de protection, par exemple celle de « séries artistiques » dans les forêts publiques françaises (Fritsch, 1995), est d’abord l’échelle du paysage ; descriptions des guides et cadrages des cartes postales définissent alors les ingrédients qui entrent légitimement dans la composition de la « vue » du territoire, plantant le décor comme le fait d’emblée l’édition 1966 du guide Michelin de l’Auvergne :

« L’Auvergne dresse les plus hautes terres de la France intérieure. Mais comme leur point culminant, le Sancy, n’atteint que 1 886 m, le touriste ne doit pas s’attendre à un décor alpestre : il ne verra ni cimes géantes, ni glaciers, ni neiges éternelles. En revanche, quelle fraîcheur dans ces paysages auvergnats ! Croupes herbeuses, d’un vert puissant, bois de sapins, de hêtres, de châtaigniers, bordures de saules et de peupliers, rivières, lacs et cascades se succèdent, reposant et enchantant le regard. Et quelle diversité de vues ! Ici on découvre un immense panorama ; là une gorge encaissée ; plus loin un plateau déroule ses cultures ou une plaine offre le damier de ses petits champs. […] Par-dessus tout, on trouve en Auvergne ce qu’on ne peut voir nulle part ailleurs en France : des volcans de tous âges. »

8Un dessin à la plume d’après photo des roches Tuilière et Sanadoire vues depuis le col de Guéry par-delà des premiers plans forestiers, et encadrant un fond de vallée bocager, complète le tableau. Ce paysage de référence, susceptible de s’incarner ainsi dans un site particulier, est donc aussi posé de manière générique – les cartes postales du Parc national des Cévennes se sont fait une spécialité de ces « paysages des Cévennes » emblématiques mais non localisés –, comme il fournit un arrière-plan, sous-entendu ou explicite sur les images, à certains de ses éléments caractéristiques pris isolément (échelle intra-paysagère) : rochers, ruisseaux, fleurs en gros plan, animaux sauvages…

9La citation ci-dessus, datée du milieu des années 1960, suggère cependant l’existence de deux ordres de nature, entre celle, exclusive et spectaculaire, des paysages de la haute-montagne, et celle, plus composite, de la verte montagne auvergnate, où s’intercalent paysages sauvages (les volcans, les gorges encaissées, voire les forêts…) et physionomies façonnées par les activités agricoles et pastorales (herbages, damiers de champs…). Ce faisant, cette description rattache implicitement le paysage auvergnat à un autre registre patrimonial que celui de la nature « spectaculaire », qui pousse ses racines plus loin encore dans l’histoire des représentations paysagères jusqu’à « l’invention » même du paysage occidental à la fin du Moyen âge (Cauquelin, 2000), et à la « belle campagne » de la peinture italienne de la Renaissance ou des enluminures des Très Riches Heures du duc de Berry (1411-1416) (Debarbieux, 2004). Il est ici question de paysages ruraux, aux frontières entre paysage naturel et paysage culturel, ou mieux encore, à la fusion des deux, dans lesquels l’harmonie de la vue reflète la pertinence de la mise en valeur anthropique et justifie les équilibres sous-jacents – entre homme et nature, mais aussi entre groupes sociaux (Luginbühl, 1989a). Reconnus en Europe pour leur valeur tant esthétique qu’éthique (Milani, 2005) bien avant les paysages de « nature », montagnards ou littoraux, ces paysages « campagnards » de bocage, de terrasses ou de vignobles n’ont commencé à faire l’objet d’une mise en patrimoine qu’après guerre, à partir du moment où leur existence a été remise en cause, aussi bien par les effets de la déprise dans les secteurs peu favorables à l’agriculture moderne que par ceux de la modernisation agricole là où elle était engagée : la « rupture », préalable à leur reconstruction en tant que paysages patrimoniaux, découle ici souvent, sinon de leur faillite économique, du moins de leur fragilisation, encore que l’inscription de la Juridiction de Saint-Émilion, en tant que paysage viticole historique, sur la liste UNESCO du patrimoine mondial (1999), montre que cela n’est pas toujours le cas. La double logique patrimoniale qui sous-tend depuis leur origine (1967) la création des Parcs naturels régionaux français – gestion conservatoire des patrimoines et appui au développement local par la valorisation de ces mêmes patrimoines, en particulier via leur mobilisation dans le cadre des activités récréatives – s’applique tout particulièrement à ces paysages ruraux, agricoles, pastoraux voire forestiers, de la « nature domestiquée et jardinée ». Le préambule de la charte du PNR des Alpilles (2006), par exemple, consacre cette approche, de manière très explicite, en tant que socle de son action : « La richesse des Alpilles repose sur une nature exceptionnelle, façonnée par l’homme. Ceci a donné naissance aux paysages des Alpilles, à une culture vivante, à un terroir unique. Vulnérable et soumis à de multiples menaces, ce territoire est avant tout rural, et sa pérennité dépend du maintien de son agriculture. » (fig. 3) Une approche inspirée des mêmes principes a été imaginée en 1995 par la « stratégie de Séville » pour les réserves de biosphère de l’UNESCO (Coy, Weixlbaumer, 2007), et s’efforce de combiner conservation et développement local, dans le cadre d’une gestion multifonctionnelle recherchant l’adhésion et la participation des acteurs locaux.

Fig. 3 – Oliveraie équipée d’un système d’irrigation goutte-à-goutte et chaînon calcaire au nord d’Aureille (PNR des Alpilles, avril 2009)

Fig. 3 – Oliveraie équipée d’un système d’irrigation goutte-à-goutte et chaînon calcaire au nord d’Aureille (PNR des Alpilles, avril 2009)

Le cliché illustre la mixité fondamentale des paysages du massif des Alpilles, qui articulent dans une mosaïque complexe terroirs cultivés des piémonts, bassins et vallons, où dominent vigne et oliviers, et garrigue ou forêt méditerranéenne issues de la déprise pastorale sur les collines et les chaînons. Exalté par des peintres (Van Gogh) ou des écrivains (Daudet), défendu dès 1969 contre des projets d’exploitation de la bauxite par la Ligue de défense des Alpilles, plébiscité par les visiteurs, le paysage – sa valeur, son originalité, mais aussi sa fragilité – est au cœur de la démarche collective de patrimonialisation et de gestion qui a débouché sur la création du PNR en 2007. La conception d’un paysage co-construit par la société et la nature – « tout, ici, est paysage et patrimoine, issus de l’alliance de l’homme et de la terre » (Barruol, Dautier, 2009) – est fondatrice dans la prise de conscience des acteurs locaux, amorcée dès 1989 avec l’Union des élus des Alpilles, constituée face à la menace récurrente du feu. L’idée d’une gestion conservatoire dynamique des paysages assise sur un dialogue raisonné avec les activités, au premier chef agricoles, sert également de socle à la Directive paysagère des Alpilles signée en janvier 2007 : portée par le PNR, elle représente la première expérience aboutie (sur deux en France) de ce dispositif imaginé par la loi Paysage de 1993, et offre un outil juridique potentiellement efficace pour tenter d’endiguer la pression de l’urbanisation, dont la vigueur est à la mesure de l’attractivité du massif et de sa proximité des métropoles méridionales.

10Dans cette conception « intégratrice » (Depraz, 2008) de la constitution et de la gestion du patrimoine naturel, se dessine en filigrane un contrepoint nuancé à une troisième manière d’envisager la nature et son expression paysagère, à dominante plus exclusivement « naturaliste ». Nourrie par les discours savants sur le milieu et sur les espèces, des premiers temps de la systématique descriptive et de la géologie jusqu’aux interprétations systémiques de l’écologie ou de la géomorphologie dynamique, elle aborde le paysage comme la traduction sensible de l’état d’un écosystème, favorable par l’habitat qu’il lui procure au maintien de telle ou telle espèce rare ou menacée – sinon garant de sa présence. La relation précoce entre la construction de ces savoirs et le constat des dégradations perpétrées par les sociétés humaines, à l’origine de liens plus ou moins étroits entre monde scientifique et associations de protection de la nature (Raffin, Ricou, 1985), a pu inspirer un certain radicalisme dans la volonté de préservation des milieux naturels par l’exclusion des intrusions humaines. Plus encore que les règles de fréquentation des zones centrales des parcs nationaux, la sanctuarisation qui prévaut dans les réserves naturelles intégrales en constitue sans doute l’expression la plus claire : la trentaine d’hectares de la réserve biologique intégrale des gorges d’Héric (Hérault), mise en place dès 1933 sur terrains domaniaux par le conservateur départemental des Eaux et Forêts Max Nègre, vise ainsi à favoriser l’évolution spontanée d’une très vieille chênaie verte « relicte », aux arbres francs de pied, mêlée de houx, de bruyères arborescentes âgées de très belle venue, et d’ifs abondants, très anciens également, en limite nord de leur aire languedocienne. Si la description générale qu’en donne A. Baudière (1972) est bien celle d’un paysage, la dimension scientifique dominante du projet conservatoire initial apparaît principalement focalisée sur les groupements végétaux, dont la valeur patrimoniale, dans ce cas précis, découle du caractère probablement très limité des interventions anthropiques sur ce versant rocheux et très pentu. Les incursions illicites constatées au fil du temps dans la réserve intégrale – nourrissoir à sangliers, chemin de randonnée… – montrent pourtant le caractère un peu illusoire de cette forme de mise en défens, et la réserve se trouve du reste englobée aujourd’hui dans des périmètres plus étendus (ZNIEFF - Zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique, Natura 2000) qui, en retrouvant l’échelle du paysage des gorges, renvoient aux multiples activités récréatives qu’elles accueillent – tourisme paysager, randonnée, escalade, baignade, chasse –, et par là même à l’approche gestionnaire de la préservation du patrimoine naturel (fig. 4).

Fig. 4 – Partie aval des gorges d’Héric depuis l’arête de Lacoste (Mons-La Trivalle, Hérault, PNR du Haut-Languedoc, mars 2007)

Fig. 4 – Partie aval des gorges d’Héric depuis l’arête de Lacoste (Mons-La Trivalle, Hérault, PNR du Haut-Languedoc, mars 2007)

Ce spectaculaire paysage de gorges, qui combine hautes parois de gneiss et versants raides couverts de chênaie d’Yeuse, s’inscrit en très large part dans le périmètre de la forêt domaniale de l’Espinouse, constituée au début du XXe siècle par acquisitions successives de l’État au titre de la « Restauration des terrains en montagne », à partir de terroirs agricoles et pastoraux particulièrement difficiles à mettre en valeur, tôt marqués par une déprise profonde. Peu propices à une sylviculture productive, ces gorges ont été plutôt regardées par les gestionnaires des Eaux et Forêts comme un paysage à valoriser (l’introduction d’une population de mouflons vers 1956-60 relève de cette logique (Dérioz, Grillo, 2006)) et un ensemble de milieux à protéger (chênaie verte, milieux rupestres, ripisylve…) : « Il y subsiste encore des places privilégiées, où la nature n’a que peu ou pas souffert (…). Ces places constitueront des Réserves, alors que le reste du massif doit être organisé en parc touristique », écrit en 1956 Jean Prioton, conservateur départemental des Eaux et Forêts et promoteur d’un projet de Parc national dont le PNR du Haut-Languedoc procède indirectement (Dérioz, 2007). À la « réserve biologique intégrale » de 1933 (30 ha de chênaie verte en versant droit), reclassée en « réserve biologique domaniale dirigée » en 1994, s’est ajouté en 1993 le classement de l’ensemble du massif du Caroux, et l’amorce d’une procédure Natura 2000 sur les terrains domaniaux (cf. fig. 11). Mais les moyens de la gestion paraissent bien réduits au regard de la fréquentation touristique de ce site majeur : 100 000 à 200 000 visiteurs par an, qui déambulent au fond des gorges, se baignent dans les vasques du ruisseau au débit estival pourtant bien maigre, randonnent sur les versants ou escaladent les parois.

11Le glissement contemporain de la protection de la « nature » à celle de la biodiversité (Lepart, Marty, 2006) a pour double conséquence d’une part l’inscription de la démarche de conservation et de patrimonialisation dans la perspective des interactions homme-nature passées et présentes – en insistant même parfois sur le rôle déterminant des sociétés traditionnelles dans la « production » de cette biodiversité (Baron-Yellès, 2000), ou sur sa régression lorsque disparaissent certaines activités –, et d’autre part le recours à l’échelle du paysage pour analyser ces interactions (Burel, Baudry, 1999) comme pour les « mettre en scène » : secteur clé du nouveau PNR de la Narbonnaise en Méditerranée, les 12 000 ha du complexe lagunaire des étangs de Bages-Sigean-Gruissan-Ayrolle-Campignol et de La Palme forment, entourés de leurs roselières, jonchaies et sansouires, l’une des sept « unités paysagères » du territoire, pour laquelle la charte du parc préconise une gestion concertée et souligne que « l’exploitation halieutique par “les petits métiers de la pêche” […], comme l’activité salinière, [y] est indissociable du patrimoine lagunaire » (2002). Cet exemple est intéressant à plus d’un titre : la reconnaissance du patrimoine naturel s’y effectue à toutes les échelles, espèces, milieux, paysages et écocomplexe lagunaire dans son ensemble, dans une optique gestionnaire dont témoignent les actions réalisées dans le cadre du contrat d’étangs (2005-2010) coordonné et animé par le PNR (Andreu-Boussut, Choblet, 2006), actions qui, compte tenu de la dépendance des étangs par rapport aux zones qui les entourent et y déversent leurs eaux, mettaient également en jeu des secteurs viticoles ou urbanisés périphériques (fig. 5).

Fig. 5 – Roselières et marais du Grand Castélou (Saline de Mandirac, Narbonne, Aude, mars 2010)

Fig. 5 – Roselières et marais du Grand Castélou (Saline de Mandirac, Narbonne, Aude, mars 2010)

La diversité paysagère du PNR de la Narbonnaise en Méditerranée, créé en 2003, s’articule autour d’un vaste ensemble lagunaire reconnu depuis 2006 « zone humide d’importance internationale » au titre de la convention RAMSAR, au-delà de son identification en tant que site d’intérêt communautaire à protéger (PSIC) dans le cadre des directives « habitat » et « oiseaux », et de son intégration dans le réseau Natura 2000 (le PNR est opérateur de l’élaboration du DOCOB (document d’objectifs) du site « étangs du Narbonnais »). L’entrée patrimoniale est donc ici d’abord naturaliste, liée à la richesse faunistique et floristique de cette mosaïque de milieux conditionnés par les variations spatiales et temporelles de la salinité des eaux, et par le contact parfois direct avec les milieux calcaires secs des Corbières ou du massif de la Clape. Mais la valeur paysagère de cet ensemble (jeux de lumière sur les plans d’eau, interpénétration entre langues de terres et étangs…) est également mise en avant, en étroite corrélation avec la richesse écologique, qui est par ailleurs clairement analysée dans ses interactions avec les activités humaines passées et contemporaines : ces roselières font partie d’un ancien domaine agricole de 157 ha préempté en 1984 par le Conservatoire du littoral, où peuvent encore être observés le réseau des canaux de drainage ou d’irrigation, et qui est géré en partenariat avec une association (CPIE des Pays narbonnais) et la ville de Narbonne : maintien des apports d’eau douce, gestion de la faune, pastoralisme, accueil du public (sentier d’interprétation). À l’arrière-plan, mais toujours dans le périmètre du PNR, les lotissements de Rochegrise (Narbonne sud), au pied duquel passent l’A9 ou la future LGV, et un centre d’enfouissement des déchets (Lambert), témoignent de la proximité immédiate avec des paysages marqués par l’urbanisation et les grands aménagements récents.

12Bien qu’englobés au sein du territoire de ce parc aux portes de l’agglomération narbonnaise, zones d’activités, lotissements, stations touristiques de bord de mer, aménagements routiers et autoroutiers, ou même surfaces viticoles en culture plus ou moins intensive, ne paraissent relever ni d’une nature digne d’être mise en patrimoine, ni de paysages d’exception. Mais la place rendue à l’homme dans les espaces « naturels » par les approches intégrées inspirées par la réflexion en termes d’environnement (années 1970-1980) puis de développement durable (années 1990-2000) a de manière symétrique rendu à la « nature » une place dans les espaces anthropisés ; dans le cas français, les fondements de la démarche encore hésitante de mise en place d’une « trame verte et bleue » impulsée par le Grenelle de l’environnement reposent ainsi sur cette conception, issue de l’écologie du paysage, de l’interdépendance et de la continuité des espaces, des plus artificialisés jusqu’aux secteurs de nature identifiés et protégés, qui cessent d’être regardés comme des isolats sauvegardés pour s’insérer, en tant qu’aires privilégiées, dans un réseau au sein duquel eau, air, hommes et espèces sont mobiles. Ce faisant, un nouveau regard est porté sur la « nature ordinaire » (Mougenot, 2003) que l’on rencontre sous forme plus ou moins interstitielle, au sein des espaces ruraux (Lizet, 1991) comme au sein des espaces urbanisés, où les inventaires écologiques révèlent parfois des niveaux surprenants de biodiversité : en témoigne par exemple la richesse de l’avifaune présente dans les zones résidentielles de l’agglomération montpelliéraine attestée par les travaux de S. A. Caula et al. (2010), largement comparable à celle comptabilisée dans les habitats non-urbains de cette même région.

13Cet intérêt croissant porté à la naturalité des espaces du quotidien ne se traduit pas encore par l’émergence de processus de patrimonialisation très affirmés, quoique la mise en place de la « trame verte et bleue » et de ses schémas régionaux de cohérence écologique en représente peut-être les premiers stades. Mais il rejoint l’attention que les sociétés développées portent dorénavant à leur cadre de vie, et qui s’applique aux « paysages ordinaires » (Luginbuhl, 1989b ; Bigando, 2008). L’« empaysagement » (Debarbieux, 2007) de l’environnement quotidien – c’est-à-dire sa constitution en tant que paysage, qui découle de la « banalisation de l’invocation du paysage et du souci paysager dans toute forme d’intervention » – s’accompagne alors de la préservation, de la restauration ou même de la recréation d’éléments naturels, dont la mise en valeur au sein d’ensembles plus fortement artificialisés s’opère souvent dans une triple perspective, écologique, décorative et récréative. L’élaboration progressive d’un paysage associant urbanité et naturalité, en substitution au paysage de commune périurbaine « dortoir » trop vite grandie de Tournefeuille, aux portes de Toulouse (Béringuier et al., 2010), donne un exemple de la manière dont ces préoccupations conduisent, à travers une approche largement paysagère, à des formes spécifiques de patrimonialisation de la nature (fig. 6). L’effet de rupture, ici, ne réside plus dans la mise en forme collective d’un discours de la valeur environnementale et de la qualité paysagère justifiant la délimitation d’un espace au statut particulier, et comme retranché de l’espace banal : c’est bien dans la manière même d’envisager les « territoires du quotidien » (Di Meo, 1996), et d’y ménager une place à la nature dans une articulation raisonnée avec les multiples artefacts qui découlent des fonctions urbaines (ou rurales), que se place la rupture et que tend à s’esquisser une approche patrimoniale. Plus qu’un simple élargissement du champ patrimonial, c’est ainsi un véritable changement de paradigme en matière de reconnaissance et de gestion des patrimoines paysagers qu’induit l’entrée – graduelle, les représentations précédant de beaucoup les mises en œuvre effectives – dans l’ère du « tout paysage » (Berlan-Darqué, Kalaora, 1991) et de la « nature ordinaire ».

Fig. 6 – Petit collectif clôturé de bon standing, adossé à l’espace boisé classé du talus entre basse et moyenne terrasse alluviale (Quartier de la Paderne, Tournefeuille, Haute-Garonne, janvier 2009)

Fig. 6 – Petit collectif clôturé de bon standing, adossé à l’espace boisé classé du talus entre basse et moyenne terrasse alluviale (Quartier de la Paderne, Tournefeuille, Haute-Garonne, janvier 2009)

Passée de 2 200 habitants en 1962 à 26 205 en 2007, la trajectoire de cette commune périurbaine aux portes de Toulouse est très illustrative de la transformation massive, en près d’un demi-siècle, d’un paysage à dominante agricole en zone résidentielle à dominante pavillonnaire. Portée par la municipalité depuis le milieu des années 1990, l’émergence d’une réflexion en termes de paysages sur la nécessité de renforcer le caractère « urbain » de la commune, afin de dépasser son image dévalorisante de « commune dortoir », a engendré une démarche de remodelage du cadre de vie (verdissement, développement des déplacements doux, jardins familiaux associatifs…) qui prend appui sur les espaces naturels : « coulée verte » de la rivière (le Touch), coteau boisé de chênes, et bois de Larramet au sud du territoire communal (l’un des « poumons verts » de l’agglomération toulousaine), en partie aménagé en espace de loisir. Protégés par les documents d’urbanisme, patrimonialisés en tant qu’éléments de décor et lieux de pratiques récréatives, ils participent directement à la production d’une image de « ville verte », alors même que les dernières enclaves agricoles sont encore grignotées par la progression des espaces bâtis, en voie de ralentissement, ou par les réseaux de circulation (Béringuier, Dérioz, Bertrand, 2009).

II – Du patrimoine à la ressource patrimoniale : les « paysages naturels » entre protection, valorisation et laisser-faire

14En tant que pratique symbolique prise en charge par des acteurs sociaux, la patrimonialisation des paysages naturels – ou la patrimonialisation de la nature saisie à l’échelle des paysages – puise donc dans des registres différents pour définir leur valeur et étayer la procédure conservatoire plus ou moins formalisée et rigoureuse dont ils font l’objet. Mais cette optique conservatoire n’épuise pas pour autant la gamme des finalités possibles du projet patrimonial ; diverses formes d’instrumentalisation de l’objet patrimonial se manifestent aux trois niveaux – privé, collectif, institutionnel – identifiés par M. Rautenberg (2003) dans la « construction sociale de la patrimonialité »,

« une patrimonialité instruite par la mémoire dont la valeur, essentiellement affective, reste de l’ordre du privé, une patrimonialité par la médiation produite par l’exposition de l’objet suivant des modèles esthétiques et symboliques qui sont de nature sociale, et une patrimonialité qui sera plus économique ou institutionnelle, construite par le monde extérieur qui confère à l’objet une valeur d’échange ».

15Cette hiérarchie, qui ne doit pas oblitérer les multiples interactions entre ces trois niveaux, n’opère pas seulement dans le domaine de la mise en patrimoine du passé auquel Rautenberg applique son analyse, et conserve une pertinence en matière de paysages de nature, dont la reconnaissance implique d’ailleurs la « mise en mémoire » préalable d’une signification paysagère, c’est-à-dire de l’association intime entre une physionomie paysagère spécifique, à conserver ou à valoriser, et un contenu sémantique, qui puise dans les systèmes de représentations présentés en première partie. Comme pour le patrimoine culturel ou historique, c’est au niveau institutionnel que l’instrumentalisation du patrimoine paysager se repère le mieux, mais elle se lit également au sein de la sphère privée et de la sphère collective informelle (fig. 7).

Fig. 7 – Le profil caractéristique du pic Saint-Loup, vu depuis l’est (Saint-Mathieu-de-Tréviers, Hérault, juin 2007)

Fig. 7 – Le profil caractéristique du pic Saint-Loup, vu depuis l’est (Saint-Mathieu-de-Tréviers, Hérault, juin 2007)

Paysage emblématique pour les habitants de la région de Montpellier, site classé, le pic Saint-Loup n’est pas particulièrement présent dans la communication touristique stricto sensu, mais suscite un attachement très particulier de la part des habitants de la région de Montpellier, dont témoigne l’ampleur de la fréquentation – notamment dominicale –, ou encore les messages très personnels déposés dans la chapelle Saint-Joseph, bâtie à son sommet (658 m). Terroir viticole reconnu et réputé au sein de l’AOC Coteaux du Languedoc, le Pic se voit également mis à contribution dans la dénomination de nombreux commerces des villages proches, comme dans la communication territoriale (les panneaux d’entrée du village de Cazevieille, par exemple, affichent désormais « Cazevieille – Pic Saint-Loup »). Sa remarquable valeur écologique, liée notamment à la diversité spécifique qu’engendre la vigueur du contraste d’exposition entre versant sud et versant nord, se trouve pourtant menacée sur ses marges par les dynamiques de la construction pavillonnaire, qui découlent précisément de la très forte attractivité résidentielle des villages proches du pic, et par la poursuite des dynamiques végétales provoquées par le déclin de l’agriculture et surtout celui de l’élevage ovin, qui ont progressivement substitué des chênaies vertes de plus en plus denses à la mosaïque ouverte de bois, pelouses et garrigues que montrent les représentations anciennes, jusque vers les années 1960-1970 (Cheylan, 2001) : la survalorisation du patrimoine paysager tend ainsi à se doubler d’une fragilisation, sinon d’une dévalorisation, du patrimoine naturel.

16La complexité même de l’échelle du paysage, qui agrège des espaces de valeur patrimoniale différente, aux fonctionnalités multiples et aux propriétaires variés, publics ou privés, favorise le croisement des regards, des pratiques et des logiques d’acteurs, par rapport à l’approche patrimoniale stricto sensu, mais aussi par rapport aux formes d’usage du paysage patrimonialisé. Dès lors qu’il est mobilisé en tant que tel, c’est-à-dire reconnu en tant que patrimoine, le paysage acquiert, pour les groupes d’acteurs qui y interviennent et pour le territoire dans lequel il s’inscrit, un statut de ressource. Parfois présenté, à tort, comme une forme de dérive des démarches de patrimonialisation, susceptible de remettre en cause leur efficacité parce que l’exploitation d’une ressource patrimoniale est toujours potentiellement porteuse d’une menace d’altération ou de destruction pour cette dernière (Meur-Férec, 2007), ce processus doit plutôt être regardé comme une de leurs composantes majeures (fig. 8) : la mise en exergue de la valeur collective d’un paysage de nature renforce à la fois son appropriation symbolique par les acteurs qui portent la démarche patrimoniale, et sa notoriété, donc son attractivité, vis-à-vis des autres acteurs. Ce faisant, la patrimonialisation produit donc inévitablement de la ressource, ou la renforce lorsqu’elle est déjà présente, dans la mesure où, pour nombre de sites, notoriété et attractivité, attestées par une fréquentation touristique ancienne, préexistaient à la mise en œuvre d’une démarche conservatoire. Les dynamiques multi-acteurs qui se mettent aujourd’hui en place dans de nombreux territoires pour obtenir un label de Parc naturel régional, ou encore la reconnaissance par l’UNESCO d’une appartenance au « Patrimoine mondial de l’Humanité » (dossier de candidature « Causses-Cévennes », par exemple), traduisent d’ailleurs souvent de manière très explicite la mixité des objectifs, patrimoniaux pour une part, mais tout autant économiques.

Fig. 8 – Patrimoine-ressource, une double reconnaissance pour les paysages de nature (Dérioz, 2010)

Fig. 8 – Patrimoine-ressource, une double reconnaissance pour les paysages de nature (Dérioz, 2010)
  • 2 Le droit d’entrée à acquitter pour visiter l’aven Armand ou le site payant de Montpellier-le-Vieux (...)

17Cette dimension économique de la patrimonialisation ne se manifeste du reste pas nécessairement par l’exploitation directe des paysages de nature2, l’accès aux sites naturels étant assez généralement gratuit, à la différence du patrimoine architectural ou historique, et à l’exception notable des grottes aménagées. Tout au plus les visiteurs doivent-ils parfois s’acquitter d’un droit de stationnement, ou payer un ticket pour monter dans une navette. Les paysages doivent d’abord être regardés comme une « ressource-support », en tant que cadre (décor) et qu’espace de pratique. Souvent préexistantes à la formalisation d’une démarche patrimoniale institutionnelle, les pratiques sociales de la nature ne se situent pas en dehors de la sphère marchande, mais leur impact économique se lit généralement ailleurs que sur les sites de pratique : si l’on s’arrête une seconde sur l’exemple emblématique de la randonnée (Dérioz, Bachimon, 2010), force est de constater que l’essentiel du marché qu’elle représente en France repose sur des achats d’équipement qui s’effectuent principalement dans les grandes surfaces périurbaines, hors des territoires fréquentés, a fortiori hors des paysages traversés, pour lesquels le passage des randonneurs constitue surtout une forme de pression, plus ou moins intense. L’affirmation et la formalisation d’une approche patrimoniale de ces paysages de nature découle alors souvent du constat de cette pression, et de la volonté de la limiter, ou d’en corriger les effets en encadrant l’exploitation « spontanée » de la ressource par les acteurs. Dans le cas du lac des Bouillouses, entre Cerdagne et Capcir, la mise en place depuis l’été 2000 par le conseil général des Pyrénées-Orientales d’un nouveau plan de circulation en juillet-août, privilégiant les accès par navette, par télésiège ou à pied, et prohibant l’accès automobile, procède ainsi de la volonté de limiter l’envahissement estival de ce site classé par les véhicules individuels, comme les divagations hors sentiers des promeneurs et la dissémination des déchets (fig. 9). Même si télésièges et navettes sont payants, ces mesures conservatoires visent d’abord à réduire les impacts de la fréquentation, de l’ordre de 100 000 visiteurs par an, et non à dégager directement des revenus supplémentaires. Mais les efforts de communication liés à ce dispositif – qui est parfois perçu par certains locaux comme une entrave inutilement contraignante à leur liberté de pratique antérieure – n’en contribue pas moins, paradoxalement, à renforcer la notoriété et l’attractivité du site.

Fig. 9 – Point de départ des sentiers de randonnée (PR, GRP, GR10) en rive droite du lac des Bouillouses (Mont-Louis, Pyrénées-Orientales, août 2010)

Fig. 9 – Point de départ des sentiers de randonnée (PR, GRP, GR10) en rive droite du lac des Bouillouses (Mont-Louis, Pyrénées-Orientales, août 2010)

La pièce maîtresse du paysage est ce vaste lac de barrage, né en 1910 des besoins en électricité du « train jaune » (en voie de classement au patrimoine mondial de l’UNESCO) et de la volonté de régulariser le cours de la Têt. Géré par le groupe GDF-Suez, il alimente dorénavant par un réseau de conduites enterrées la grande centrale à neige qui dessert les enneigeurs de la station de sports d’hiver de Font-Romeu, toute proche, et également sous gestion d’une filiale du même groupe économico-financier : illustrée par le classement du site (1976), par son intégration dans un vaste périmètre (Capcir, Carlit et Campcardos, soit près de 40 000 ha) proposé comme SIC (1998) puis classé en ZPS (2006) et faisant l’objet d’une procédure Natura 2000 pilotée par le PNR (DOCOB validé en 2009), enfin par l’action engagée (2000) par le conseil général, qui emploie sur place l’été une trentaine d’agents, la démarche de protection et de gestion du patrimoine naturel s’est donc accommodée d’aménagements lourds en aval de la retenue ; elle prend également en compte la vocation pastorale des estives à articuler avec la vocation récréative et touristique du site : étape sur le GR10 (traversée des Pyrénées), porte d’accès principale au massif du Carlit et à ses lacs, le site constitue un attracteur touristique majeur du département (57 700 personnes ont emprunté la navette en 2009), pour des publics assez divers, simples visiteurs comme pêcheurs et randonneurs de tous niveaux. Mais son poids économique, qui excède très largement la seule capacité d’hébergement du site (200 lits environ, répartis entre trois établissements), doit être apprécié à une échelle territoriale plus large (Cerdagne – Capcir).

18C’est en réalité à l’échelle du territoire, celle du pays, du PNR ou de la communauté de communes, que se concrétise l’exploitation économique plus ou moins efficace de la ressource paysagère. Les rentrées financières pour le territoire s’opèrent indirectement – S. Depraz (2008) parle d’ » avantages indirects diffus » –, par le biais des achats des touristes venus admirer ou parcourir les sites (depuis les courses alimentaires banales jusqu’aux achats plus spécifiques, cartes postales, produits du terroir ou souvenirs artisanaux) et des prestations auxquelles ils ont recours (hébergement, restauration, activités…). Mais il n’existe pas de corrélation simple entre la qualité du patrimoine paysager et son niveau de reconnaissance institutionnelle d’une part, et la rentabilité de son exploitation en tant que ressource d’autre part, qui dépend aussi, entre autres, de l’adéquation quantitative et qualitative aux attentes de la clientèle de l’offre commerciale touristique locale, et de la situation géographique du territoire – selon qu’il est accessible aux excursions à la journée ou que son éloignement justifie d’y séjourner : sans être négligeables, les retombées économiques locales de l’attractivité des paysages naturels du Caroux (Hérault, cf. fig. 4-7 et 9-11), qui reçoit probablement quelque 200 000 visiteurs par an, restent limitées, compte tenu du manque de structuration et de la relative faiblesse de la filière touristique locale, alors même que les centres urbains pourvoyeurs de touristes (Montpellier, Béziers…) se trouvent à moins de deux heures de route (Dérioz, Grillo, 2006) : la stratégie des « 3 D + 1 » (découvrir, déguster, dormir… dépenser) prônée par le conseiller général de La Salvetat-sur-Agout, dont le canton jouxte le massif au nord-ouest, n’est encore que très partiellement mise en œuvre autour du Caroux. Le passage à l’économie touristique semble en revanche plus avancé en Vicdessos (Pyrénées ariègeoises), en termes d’équipements comme en termes de prise de conscience et de mobilisation des acteurs locaux – politiques, institutionnels et privés –, avec pour ressource fondamentale les paysages montagnards des Pyrénées ariégeoises et la randonnée comme pratique emblématique (Carré, 2010). Le label de PNR obtenu en 2009 est venu concrétiser un projet au sein duquel la préservation du patrimoine paysager et le développement d’un tourisme durable figurent parmi les objectifs importants précisés par la charte (2008 : art. 8.4-2).

  • 3  » Les paysages sont le révélateur de l’état du territoire. Ils sont vecteurs d’attractivité et ref (...)
  • 4  Souvent celle, très remarquable, du puy Griou, sans que les brochures touristiques jugent utile de (...)
  • 5  » Le processus de codification des paysages (qui peut se prolonger par un processus de patrimonial (...)
  • 6  ZICO : Zone importante pour la conservation des oiseaux ; ZPS : Zone de protection spéciale.

19La référence au paysage dans cette charte ne renvoie d’ailleurs pas seulement à leur valeur patrimoniale et à leur intérêt par rapport au tourisme, mais également à leur rôle dans la définition de l’identité même du territoire3 (Dérioz, 2004). Ce recours de plus en plus fréquent au paysage en tant que ressource identitaire s’appuie aussi bien sur la référence à des sites privilégiés que sur la déclinaison, de bien des manières différentes – signalétique, logos, communication touristique, discours, manifestations culturelles ou sportives… –, de physionomies paysagères typées sans être pour autant précisément localisées, voire même d’une sélection d’éléments spécifiques du paysage aisément reconnaissables : dans sa communication touristique, le département du Cantal joue ainsi sur les trois registres, en faisant de l’image du « grand site national » du puy Mary, répétée sur tous les panneaux jalonnant l’entrée sur le territoire, l’effigie touristique du département, en inscrivant une large palette d’activités de pleine nature dans les paysages verdoyants de la moyenne montagne cantalienne, et en mettant en exergue quelques éléments caractéristiques de ces paysages, la silhouette conique du volcan4, le buron, la vache Salers, ou encore la gentiane… Il s’agit là d’une stratégie de communication tournée vers l’extérieur, dans laquelle la dimension « publicitaire » se double du souci de renforcer la visibilité de la « destination » touristique en renforçant la cohérence identitaire du territoire et en la donnant à lire dans ses paysages. Mais cette forme de « codification » du paysage et de ses significations (Sgard, 1999)5 peut aussi répondre à des objectifs politiques internes, notamment dans le cas de territoires de formation récente, et toujours en quête d’une légitimité identitaire auprès de leurs habitants : dans la difficile gestation de la coopération intercommunale dans les garrigues au nord de Montpellier, les communautés de communes ont tenté de forger leur identité propre autour des différents chaînons calcaires qui marquent le paysage : la montagne de la Séranne (et le pic Saint-Loup) pour la communauté de communes Séranne-pic Saint-Loup (1999), les falaises de l’Orthus pour celle de l’Orthus (1995) et le pic Saint-Loup pour celle du pic Saint-Loup (2002), « montagne sacrée » des Montpelliérains, à la silhouette à la fois familière et spectaculaire, qui demeure aujourd’hui l’emblème – mais aussi le centre géométrique – de la nouvelle communauté de communes du Grand pic Saint-Loup, née fin 2009 de la fusion des trois précédentes. Englobé dans une vaste ZICO (« Hautes Garrigues du Montpelliérais ») et concerné par la procédure Natura 2000 qui concerne la ZPS6 du même nom, le pic Saint-Loup voit son caractère patrimonial également renforcé par la place symbolique que lui attribuent ces processus de construction territoriale, par la fréquentation quasi continue qu’il accueille sur ses principaux sentiers, sinon même par le « plus » que représente une vue sur le pic pour un bien immobilier (fig. 7).

20En contribuant à faire de ce chaînon un espace à part, l’ensemble de ces mécanismes y concourt à la rupture caractéristique de la patrimonialisation, mais aussi de sa révélation en tant que ressource. Mais le pic Saint-Loup n’en demeure pas moins avant tout un paysage, ou plutôt la pièce maîtresse d’un ensemble de paysages, sans que les limites spatiales de cet ensemble se dessinent avec netteté : l’acuité de la représentation paysagère se conjugue avec un périmètre flou, au sein duquel s’agrègent des surfaces de nature différentes, privées ou publiques, surfréquentées ou ignorées, affectées par des usages variés ou en déshérence. Aussi les contradictions inhérentes au couple patrimoine-ressource apparaissent-elles clairement à l’échelle du paysage. Par-delà la convergence des processus qui sous-tendent la patrimonialisation, elle permet de repérer trois types de remises en cause du patrimoine naturel, par surexploitation, par contestation ou par altération de la ressource patrimoniale, phénomènes le cas échéant non exclusifs les uns des autres.

21Bon nombre de travaux ont été consacrés aux menaces que font peser sur les paysages et les milieux naturels protégés les différentes formes que prend leur fréquentation touristique et récréative (Deprest, 1997), qui découle de la reconnaissance collective – et de l’exploitation économique – de leur valeur patrimoniale. Directement liés au nombre global des visiteurs, à leur concentration dans l’espace (quelques sites…) et dans le temps (pendant de brèves périodes d’affluence), et au caractère plus ou moins agressif des pratiques récréatives, les impacts de cette fréquentation sur les milieux sont multiples : tassement ou érosion des sols, déchaussement des racines et piétinement de la végétation, pollution des eaux et abandon de déchets, dérangement d’espèces animales, prélèvements excessifs (minerais, fossiles, champignons, fleurs, poissons, gibier…), déclenchement d’incendies… à ces effets directs du passage des visiteurs s’ajoutent ceux, moins diffus encore, des aménagements plus ou moins lourds réalisés pour faciliter cette fréquentation (parkings, voies d’accès, équipement de voies d’escalade ou de via ferrata, télésièges…). Même si l’on ne connaît pas vraiment d’exemple de site patrimonial ruiné par les effets d’une fréquentation excessive et / ou d’un suraménagement, ces phénomènes n’en sont pas moins susceptibles de peser négativement sur la valeur patrimoniale, voire, lorsqu’ils sont apparents dans le paysage, d’en détourner une partie des visiteurs.

22La gestion des sites renvoie alors constamment les acteurs qui en ont la charge à articuler des approches différentes de la régulation, en puisant dans une panoplie de mesures qui vont de l’interdiction à l’incitation, en passant par l’information et l’éducation du public, et en modulant les dispositifs selon les degrés et les périodes de sensibilité des milieux : des approches nuancées, qualitatives, tendent aujourd’hui à prendre le pas sur les efforts souvent inefficaces de limitation quantitative de la fréquentation en référence à une hypothétique « capacité de charge touristique » (Héritier, 2009). Élaborée en réponse à l’un des objectifs énoncés par sa charte (objectif 48 : « adapter le niveau de fréquentation et les types de pratiques à la sensibilité écologique des différents espaces afin de protéger les sites naturels les plus fragiles »), la démarche conduite en matière de régulation de la fréquentation touristique par le PNR des Alpilles permet de rappeler les principes fondamentaux qui caractérisent ces approches : la connaissance fine du phénomène touristique, assise sur une étude préalable et sur la création d’un « observatoire de la fréquentation des espaces naturels des Alpilles », sert ici de socle à l’élaboration d’un « schéma de fréquentation » porteur de la cohérence spatiale du dispositif, en concertation avec les partenaires locaux.

  • 7 Le conflit en tant que « mode d’apprentissage du lien social » (Depraz, 2008).

23La montée en puissance des démarches qui privilégient le dialogue et la négociation avec l’ensemble des acteurs concernés dépasse aujourd’hui largement le seul cadre de la fréquentation touristique et récréative, et concerne l’ensemble des situations dans lesquelles la valeur patrimoniale, ou tout au moins ses implications en termes de gestion du territoire, se trouvent contestées par les groupes dont elles entravent les pratiques ou les projets. C’est ici l’absence de consensus autour de la démarche patrimoniale, parfois prolongée par un scepticisme sur la « valeur ajoutée » qu’elle représente pour le territoire – c’est-à-dire son aptitude à créer de la ressource –, qui fragilise le processus et engendre une situation conflictuelle. Plusieurs des exemples évoqués tout au long de cet article donnent à voir de telles confrontations entre des groupes d’acteurs diversement structurés – les carriers du Sidobre, les chasseurs du Haut-Languedoc, les lobbies de la construction autour du pic Saint-Loup, les gestionnaires des stations de sport d’hiver en Cerdagne… – et les instances qui portent ou animent des démarches de protection et de gestion de paysages naturels. Ces confrontations, qui se manifestent tantôt par une opposition latente, tantôt par des conflits ouverts dont la virulence initiale peut parfois ouvrir sur une phase ultérieure de négociation en clarifiant les problématiques et les positions des protagonistes7, peuvent conduire progressivement à l’élaboration négociée de stratégies contractuelles et intégratives, à l’échelle du territoire, à l’image de celle décrite par D. Petit (2002) à propos de la Réserve naturelle de Nohèdes (Pyrénées-Orientales). Même si les choses avancent lentement, la réorientation de l’approche patrimoniale dans le Sidobre semble s’inscrire dans cette logique, en atténuant progressivement la rupture symbolique dans le paysage sidobréen entre rochers pittoresques et espaces d’extraction du granit (fig. 2), comme elle s’est efforcée d’engager les carriers sur la voie de pratiques plus durables (Urbano, 1999). Mais la crainte du conflit peut aussi amputer la démarche patrimoniale, comme sur le massif du Caroux où le souci d’éviter la confrontation avec les chasseurs a conduit à borner le site Natura 2000 aux seuls terrains domaniaux, sinon même la suspendre : la procédure de renouvellement de l’inscription à l’inventaire départemental du site du saut de Vesoles, engagée à l’instigation de la DIREN Languedoc-Roussillon, n’est pas allée au-delà de la première définition d’un cadre paysager élargi qui empiétait sur des secteurs où divers acteurs locaux – ONF, municipalités, propriétaires privés – entendaient exploiter d’autres ressources que le patrimoine naturel (fig. 10) (Béringuier et al., 2005).

Fig. 10 – Le paysage du lac de Vesoles (PNR du Haut-Languedoc, Hérault, janvier 2007)

Fig. 10 – Le paysage du lac de Vesoles (PNR du Haut-Languedoc, Hérault, janvier 2007)

Le paysage du lac de Vesoles est assez paradoxal. Souvent choisi comme image emblématique de la « nature » en moyenne-montagne héraultaise, à laquelle l’hiver et la neige confèrent une touche presque scandinave, il procède en réalité de la combinaison d’éléments issus de son passé pastoral (landes, anciennes prairies de fauche), de reboisements artificiels à dominante résineuse, et d’un lac de barrage implanté en 1956 par EDF pour produire de l’hydro-électricité. L’inscription du site à l’inventaire départemental (1946), par ailleurs, concernait seulement les cascades qui se trouvent en aval, aujourd’hui amoindries par la réduction de débit imposée par le barrage et moins fréquentées que les rives du lac, dont l’implantation, par le brouillage cadastral qu’elle a occasionné, impose de repenser le périmètre et la logique même de l’inscription. La préservation de son caractère « sauvage » et la volonté de gérer les problèmes liés à sa fréquentation sont à l’origine de la création d’un SIVOM réunissant les trois communes qui se partagent le site. La mise en place d’une démarche concertée avec de nombreux partenaires (ONF, PNR, conseil général…) a ainsi permis de réguler le stationnement, de baliser un sentier ou de collecter les déchets, mais chaque acteur entend garder les coudées franches quant à l’exploitation des nombreuses ressources du site et de ses marges : ressource ligneuse pour l’ONF et les groupements Forestiers privés, hydroélectricité pour EDF, eau de source pour l’une des communes (qui caresse un projet d’usine d’embouteillage), et même ressource éolienne, avec sur l’une des crêtes un projet de ferme éolienne soutenu par la commune (qui y voit la perspective de rentrées financières) mais vivement contesté localement par plusieurs associations. Le large périmètre envisagé par la DIREN dans le cadre de la révision de l’inscription de 1946, qui empiétait trop sur ces divers projets pour être accepté, semble avoir conduit à l’ensablement définitif de la procédure.

  • 8 Telles que délimitées dans l’Atlas des forêts de France (Gadant, 1991).

24Ces exemples pourraient également être lus comme la traduction de rapports de force, et de la représentation que les acteurs de la patrimonialisation se font localement de leur capacité à peser dans le débat, compte tenu de leurs moyens réglementaires, politiques et financiers. Cette disproportion des moyens, qui fait résonner à faux les discours gestionnaires volontaristes, est toutefois plus évidente encore lorsque ce sont des tendances environnementales lourdes qui altèrent milieux et paysages. L’illustration la plus nette en est donnée par la puissance des processus spontanés de reforestation enclenchés par des décennies de déprise agro-pastorale, qui font progressivement disparaître les milieux ouverts de pelouses, de landes ou de garrigues : sur un intervalle d’une quinzaine d’années (1989-2004), l’Inventaire forestier national constate en régions méditerranéennes8 un gain annuel de l’ordre de 1 % pour les surfaces forestières (+ 182 000 ha), dont les essences pionnières, pins d’Alep, chênes verts et pubescents sont les grands bénéficiaires. Attestées aussi bien par l’extension et la densification des yeuseraies autour du pic Saint-Loup (Cheylan, 2001) que sur les landes à callunes et genêts ou les tourbières du Caroux, respectivement colonisées par pins noirs et saules (fig. 11) (Dérioz, Grillo, 2006 ; Dérioz, 2007), ces dynamiques sont généralement considérées comme préjudiciables à la qualité des paysages, menacés de « fermeture » et d’homogénéisation, et ainsi qu’au maintien des éléments de la biodiversité inféodés aux milieux ouverts (Lepart et al., 2007). Les logiques patrimoniales, et les discours qui les portent, peuvent alors, à terme, se trouver déstabilisées, sinon remises en cause, par la perte de spécificité et de valeur paysagère des périmètres initialement délimités.

Fig. 11 – La progression du couvert arboré sur le plateau du Caroux (PNR du Haut-Languedoc, Hérault, août 2007)

Fig. 11 – La progression du couvert arboré sur le plateau du Caroux (PNR du Haut-Languedoc, Hérault, août 2007)

La progression du couvert arboré sur le plateau du Caroux (PNR du Haut-Languedoc, Hérault, août 2007), susceptible à terme d’altérer le paysage ouvert de landes qui fait son originalité, s’opère à partir des anciens reboisements de pins noirs réalisés par les Eaux et Forêts dans la partie sud-ouest du plateau (secteur de Font Salesse) : la colonisation par les jeunes pins s’opère par l’avancée d’un front à partir de ces premiers boisements (visible sur le cliché, qui montre la partie ouest du plateau), mais aussi sous forme d’îlots à partir de semenciers isolés (est du plateau). Si des opérations ponctuelles d’élimination des saules, comme celle réalisée à l’instigation de la municipalité dans la tourbière communale de Rosis (1999), peuvent s’avérer efficaces, il semble beaucoup plus difficile d’enrayer la progression et la densification des pinèdes, dans un contexte où le poids des sociétés de chasse locales ne favorise pas la relance d’une gestion par le pastoralisme (sinon de manière assez ponctuelle, à l’exemple du programme Life-Nature dont a bénéficié un jeune éleveur entre 1998 et 2001). Gyrobroyages directs et implantation de cultures à gibier, conduits sous l’égide du GIEC (Groupement d’intérêts écologique et cynégétique) qui tire profit d’une activité de chasse guidée au mouflon, n’ont jusqu’à présent pas permis de tenir en respect cette dynamique qui menace à la fois le patrimoine paysager et le patrimoine faunistique, dans la mesure où la réduction des espaces ouverts va de pair avec celle des ressources fourragères pour les mouflons (Dérioz, Grillo, 2006).

25Particulièrement sensibles pour le grand public à l’échelle des paysages même si elles affectent tout autant le fonctionnement des écosystèmes et la biodiversité, ces évolutions ne sauraient être maîtrisées, même localement, dans une démarche exclusivement patrimoniale. Comme les tensions avec les acteurs porteurs d’autres représentations et d’autres logiques d’usage de l’espace, elles renvoient à des solutions contractuelles, comme la gestion des espaces en voie de boisement par le pastoralisme, qui mettent en jeu la complexité socio-spatiale dont le paysage est à la fois la traduction sensible et la voie privilégiée d’appréhension en tant que patrimoine commun (Ollagnon, 2005) : parce que son appréhension est directe, le paysage manifeste pour le visiteur non-initié la qualité patrimoniale du milieu naturel, facilitant sa découverte et donc sa mise en ressource ; mais parce qu’il est par définition intégrateur, il replace la « nature » au sein de son contexte territorial, et donne à lire les liens qui la rattachent aux usages sociaux de l’espace, y compris ceux qui en menacent l’intégrité – la progression de l’urbanisation aux marges d’un site, par exemple – ou qui en compliquent l’accès – la privatisation et la fermeture des espaces, notamment. Ce faisant, il rend évidente la nécessité des approches multiacteurs, négociées et contractuelles, pour la gestion du patrimoine naturel, et il leur fournit même à l’occasion un outil de médiation précieux. Comme l’écrit M.-J. Fortin (2007) :

« L’intérêt des concepts de paysage et d’environnement réside dans leur complémentarité et leur mise en interaction dans l’action, notamment dans l’exercice d’interprétations sociales qui oblige à cette interaction. (…) Dans l’exercice du débat démocratique, pas toujours facile, [le paysage] comporte deux avantages certains. Il est d’abord conçu comme un thème positif, propice à la participation et à la mobilisation. Puis, il constitue un cadre d’interprétation et de prospection mettant en tensions des dynamiques d’enjeux liés aux territoires ainsi que des temporalités (ce qui était, ce qui est et ce qui est souhaitable). »

26Ces propos viennent ici clore l’analyse d’une expérience québécoise de qualification et d’interprétation de paysages industriels par les acteurs locaux. Mais la place donnée à l’outil paysage dans plusieurs des exemples rapidement évoqués dans cet article – le plan de paysage du Sidobre, la mise en œuvre de la Directive paysagère des Alpilles, les chartes architecturales et paysagères réalisées dans les PNR des Pyrénées catalanes ou des Pyrénées ariégeoises… – montre que les atouts opérationnels que souligne M.-J. Fortin valent également en matière de gestion sociale du patrimoine naturel.

Haut de page

Bibliographie

Andreu-Boussut V., Choblet C., « Entre gouvernance locale et institutionnalisation des territoires : le Parc naturel régional, un modèle pour la GIZC ? », VertigO, vol. 7, no 3, 2006, 16 p., [en ligne], consulté le 23 août 2010, http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/19/25/69/PDF/vertigovol7no3_andreu_boussut_et_choblet.pdf

Baron-Yellès N., Recréer la nature. Écologie, paysage et société du marais d’Orx, éd. Rue d’Ulm, Paris, 2000, 205 p.

Barruol G., Dautier N. (dir.), Les Alpilles : encyclopédie d’une montagne provençale, no 160-161, éd. Les Alpes de lumière, Forcalquier, 2009, 348 p.

Baudière A., « La forêt de chênes verts dans les gorges d’Héric et sa signification biogéographique sur les limites de son aire », Bulletin de la Société botanique française, no 119, 1972, p. 19-64.

Béringuier Ph., Dérioz P., Bertrand M., « D’un paysage à l’autre : itinéraire et chronique d’un paysage périurbain ou comment penser le recyclage des lieux », Cahiers thématiques no 9 : « Paysage, territoire et reconversion », ENSAP de Lille / LACTH, éd. de la MSH, 2009, p. 159-178.

Béringuier Ph., Dérioz P., Laques A.-E., « Glissements progressifs du regard sur des paysages mutants », Actes du séminaire Enfa / ENITA / Géode : Observer, analyser et accompagner le changement paysager et son appréhension, 9-10 mars 2004, Toulouse, 2005, 17 p. + planches d’illustrations, [en ligne], consulté le 11 août 2010, http://archives.enfa.fr/ACI/doc_pdf/13-Derioz.pdf

Berlan-Darqué M., Kalaora B., « Du pittoresque au “tout paysage” », Études Rurales, no 121-124 : « De l’agricole au paysage », 1991, p. 185-195.

Bertrand Cl., Bertrand G., Raynaud J., « Le Sidobre (Tarn). Esquisse d’une monographie », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, vol. 49, no 2 : « Géosystème et aménagement », 1978, p. 259-314.

Bertrand G., « Composer un paysage, c’est recomposer une géographie », conférence inaugurale, Actes de l’université d’été, Annonay 1995, Association française pour le développement de la géographie, Lyon, 1996, p. 41-45.

Bigando E., « Entre le social et le sensible, l’émergence d’un ordinaire paysager », Bulletin de l’Association de géographes français – Géographies, no 2004-2, 2004, p. 205-218.

Burel F., Baudry J., Écologie du paysage. Concepts, méthodes et applications, éd. Tec & Doc, Paris, 1999, 359 p.

Candaux J.-D., « Naissance de la cascade alpine », Revue de géographie alpine, hors-série, coll. » Ascendances » : « Voyages en détails : chemins, regards et autres traces dans la montagne », 1999, p. 35-50.

Carré J., Le temps des paysages. Évolutions paysagères et gestion durable des territoires en montagne pyrénéenne (Hautes vallées du Gave de Pau et du Vicdessos), doctorat de géographie, université de Toulouse-le-Mirail, 2010, 469 p.

Caula S. A., Sirami C., Marty P., Martin J.-L., “Value of an urban habitat for the native Mediterranean avifauna”, Urban Ecosystem, no 13, Springer Science [en ligne], 2010, p. 73-89.

Cauquelin A., L’Invention du paysage, PUF, Paris, 2000, 181p. (1re éd. Plon, 1989.)

Cheylan J.-P., « Évolution de l’occupation des sols en hautes garrigues viticoles et périurbaines de l’Hérault », Actes du colloque international CNRS Dynamiques rurales, environnement et stratégies spatiales, 13-14 septembre 2001, université Montpellier III, Montpellier, 2001, p. 481-491.

Clément V., Gavoille A., « Gérer la nature ou gérer des paysages : enjeux scientifiques, politiques et sociaux », Mélanges de la Casa de Velázquez, t. 30-3, époque contemporaine, 1994, p. 239-262.

Conan M., « La nature sauvage, lieu de l’identité américaine », in Roger A., Guéry F. (dir.), Maîtres et protecteurs de la nature, éd. Champ Vallon, Seyssel, 1991, p. 267-276.

Coy M., Weixlbaumer N., « Perception de la gestion du paysage : la réserve de biosphère de Grosse Walsertal, Autriche », Revue de géographie alpine, t. 95, no 4 : « Paysages alpins en perspective », 2007, p. 81-89.

Debarbieux B., « Les métamorphoses du paysage », Sciences humaines, hors-série no 431, 2004, p. 24-26.

Debarbieux B., « Actualité politique du paysage », Revue de géographie alpine, t. 95, no 4 : « Paysages alpins en perspective », 2007, p. 101-113.

Depraz S., Géographie des espaces naturels protégés. Genèse, principes et enjeux territoriaux, Paris, Armand Colin, 2008, 320 p.

Deprest F., Enquête sur le tourisme de masse. L’écologie face au territoire, coll. « Mappemonde », Belin, Paris, 2007, 207 p.

Dérioz P., Bachimon P., « Formes et mutations contemporaines de la randonnée pédestre : un développement de plus en plus balisé ? », Actes du symposium international « Innovation et loisirs sportifs de nature – Rétrospectives et perspectives », Le Pradel, 19-21 novembre 2008, 2010 (à paraître).

Dérioz P., « L’approche paysagère : un outil polyvalent au service de l’approche opérationnelle et interdisciplinaire des problématiques environnementales », Actes des Premières Journées scientifiques ARPEnv (Association pour la recherche en psychologie environnementale) : « Interdis­ciplinarité et gestion environnementale : partage d’expériences autour de la psychologie environnementale », université de Nîmes, 6-7 juin 2008, CD-Rom UNîmes / ARPEnv / Éco-Psy, 2008, 23 p. [en ligne], http://halshs.ar­chives-ouvertes.fr/halshs-00363625/fr/

Dérioz P., “El Alto-Languedoc, del declive a la integración : evolución de las perspectivas sociales acerca del medio ambiente y los paisajes”, in Vaccaro I., Beltrán O. (dir.), Ecología política de los Pirineos : estado, historia y paisaje, Garsineu Edicions, Tremp, 2007, p. 207-222.

Dérioz P., Grillo X., « Un demi-siècle de présence du mouflon dans le massif du Caroux (Hérault) : de l’expérience naturaliste à la gestion du territoire et à la valorisation de la ressource », Revue de géographie alpine, no 4-2006 : « La montagne comme ménagerie », 2006, p. 27-45.

Dérioz P., « Le paysage, une ressource territoriale emblématique mais ambiguë », Montagnes méditerranéennes, no 20, Actes du colloque « La notion de ressource territoriale », Le Pradel, 14-15 octobre 2004, 2004, p. 155-163.

Di Méo G. (dir.), Les Territoires du quotidien, coll. « Géographie sociale », L’Harmattan, Paris, 1996, 203 p.

Fortin M.-J., « Le paysage, cadre d’interprétation pour une société réflexive », in Berlan-Darqué M., Luginbühl Y. et Terrasson D. (dir.), Paysages : de la connaissance à l’action, coll. « Update Sciences et Technologies », éd. Quae, Versailles, 2007, p. 17-27.

Fritsch P., « Les séries artistiques dans la forêt de Fontainebleau : genèse d’une perception », in Corvol A., Arnould P. et Hotyat M. (dir.), La Forêt, perceptions et représentations, Paris, L’Harmattan, 1995, p. 205-218.

Gadant J. (dir.), Atlas des forêts de France, éd. Jean-Pierre de Monza, Paris, 1991, p. 39.

Gravari-Barbas M., Guichard-Anguis S. (dir.), Regards croisés sur le patrimoine dans le monde à l’aube du XXIe siècle, introduction, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2003, p. 9-22.

Héritier S., « Environnement, patrimoine ou fréquentation… Que gère-t-on dans les parcs nationaux des montagnes canadiennes ? », in Giraud-Labalte C., Morice J.-R., Violier P. (dir.), Le patrimoine est-il fréquentable ? Accès, gestion, interprétation, Presses de l’université d’Angers, 2009, p. 209-230.

Hallbwachs M., La Mémoire collective, 2e éd. revue et augmentée 1967, coll. « Bibliothèque de philosophie contemporaine », Presses universitaires de France, Paris, 1950, 204 p.

Lazzarotti O., « Patrimoine et tourisme : un couple de la mondialisation », Mappemonde, no 57 (2000-1), 2000, p. 12-16.

Lepart J., Marty P., « Des réserves de nature aux territoires », Annales de géographie, no 651 (5/2006) : « Les territoires de la biodiversité », 2006, p. 485-507.

Lepart J., Marty P., Klesczewski M., « Faut-il prendre au sérieux les effets des changements du paysage sur la biodiversité ? », in Berlan-Darqué M., Luginbühl Y. et Terrasson D. (éds.), Paysages : de la connaissance à l’action, coll. « Update Sciences et Technologies », éd. Quae, Versailles, 2007, p. 29-40.

Lizet B., « De la campagne à la “nature ordinaire”. Génie écologique, paysages et traditions paysannes », Études Rurales, no 121-124, « De l’agricole au paysage », éd. de l’EHESS, Paris, 1991, p. 169-184.

Luginbühl Y., La demande sociale de paysage, Rapport pour la séance inaugurale du 28 mai 2001, Conseil national du paysage, 2001, 17 p.

Luginbühl Y., « Nature, paysage, environnement, obscurs objets du désir de totalité », in Robic M.-C. (dir.), Du milieu à l’environnement. Pratiques et représentations du rapport homme/nature depuis la Renaissance, Paris, Economica, 1992, p. 11-56.

Luginbühl Y., « Sauvage-cultivé : l’ordre social de l’harmonie des paysages », in Mathieu N. et Jollivet M. (dir.), Du rural à l’environnement. La question de la nature aujourd’hui, Association des ruralistes français, L’Harmattan, 1989a, p. 42-49.

Luginbühl Y., « Paysages élitaires et paysages ordinaires », Revue d’ethnologie française, no 1989-3, 1989b, p. 227-238.

Meur-Férec C., « Entre surfréquentation et sanctuarisation des espaces littoraux de nature », L’Espace géographique, 1/2007 (t. 36), 2007, p. 41-50.

Micoud A., « Le bien commun des patrimoines », in Patrimoine culturel, patrimoine naturel, École nationale du patrimoine / La Documentation française, 1995, p. 25-38.

Micoud A., « La patrimonialisation ou comment redire ce qui nous relie (un point de vue sociologique) », in Barrère C., Barthelemy D., Nieddu M. et Vivien F.-D. (dir.), Réinventer le patrimoine. De la culture à l’économie, une nouvelle pensée du patrimoine ?, coll. « Gestion de la culture et du secteur non-lucratif », éd. L’Harmattan, Paris, 2005, p. 81-96.

Milani R., Esthétiques du paysage. Art et contemplation, Actes Sud, 2005, 239 p.

Montpetit C., Poullaouec-Gonidec P., Saumier G., « Paysage et cadre de vie au Québec : réflexion sur une demande sociale émergente et plurielle », Cahiers de géographie du Québec, vol. 46, no 128, 2002, p. 165-189.

Mougenot C., Prendre soin de la nature ordinaire, coll. « Natures sociales », éd. Quae, 2003, 230 p.

Ollagnon H., « Stratégies patrimoniales pour un développement durable », in Barrère C., Barthelemy D., Nieddu M. et Vivien F.-D. (dir.), Réinventer le patrimoine. De la culture à l’économie, une nouvelle pensée du patrimoine ?, coll. « Gestion de la culture et du secteur non-lucratif », éd. L’Harmattan, Paris, 2005, p. 179-196.

Petit D., « De l’espace protégé au territoire de développement, du règlementaire au contractuel. Expériences d’une réserve naturelle en Pyrénées-Orientales », Revue d’économie méridionale, vol. 50, no 200, 4/2002, Montpellier, 2002, p. 385-406.

Peyrache-Gadeau V., « Ressources patrimoniales-Milieux innovateurs. Variation des durabilités des territoires », Montagnes méditerranéennes, no 20 : « La notion de ressource territoriale », 2004, p. 7-19.

Peyrache-Gadeau V., « Le paysage comme ressource territoriale : modes de réponse à des enjeux de vulnérabilité / durabilité », colloque de l’ASRDLF : « Territoires et action publique territoriale : nouvelles ressources pour le développement régional », université du Québec à Rimousky, 2008, 14 p., [En ligne], consulté le 05 juillet 2010, http://asrdlf2008.uqar.qc.ca/Papiers%20en%20ligne/PEYRACHE-GADEAU%20V._texte%20ASRDLF%202008%20final.pdf

Poulot D., Une histoire du patrimoine en Occident, XVIIIe-XXIe siècle. Du monument aux valeurs, coll. « Le nœud gordien », PUF, Paris, 2006, 192 p.

Prioton J., « Le Parc national du Caroux », in Au Caroux, montagne de lumière, librairie Cévenole, Saint-Pons-de-Thomières, 1956, p. 17-26.

Raffin J.-P., Ricou G., « Le lien entre les scientifiques et les associations de protection de la nature : approche historique », in Cadoret A. (dir.), Protection de la nature : histoire et idéologie. De la nature à l’environnement, coll. « Alternatives paysannes », L’Harmattan, Paris, 1985, p. 61-74.

Rauch A., « Les vacances et la nature revisitée (1830-1939) », in Corbin A. (dir.), L’Avènement des loisirs, 1850-1960, Paris, Aubier, 1995, p. 83-117.

Rautenberg M., La Rupture patrimoniale, coll. « Ambiances, ambiance », éd. À la croisée, 2003, 173 p.

Ritter J., Paysage : Fonction de l’esthétique dans la société moderne, rééd. 1998, coll. « Jardin et paysages », éd. de L’Imprimeur, 1978, 109 p.

Sgard A., « Qu’est-ce qu’un paysage identitaire ? », in Burgard C., Chenet F. (dir.), Paysage et identité régionale. De pays rhônalpins en paysages, Actes du colloque de Valence, éd. La passe du vent, 1999, p. 23-34.

Urbano P., Sidobre, haut-lieu du Tarn, éd. Privat, Toulouse, 1999, 159 p.

Vivien F.-D., « Et la nature devint patrimoine… », in Barrère C., Barthelemy D., Nieddu M., Vivien F.-D. (dir.), Réinventer le patrimoine. De la culture à l’économie, une nouvelle pensée du patrimoine ?, coll. « Gestion de la culture et du secteur non-lucratif », éd. L’Harmattan, Paris, 2005, p. 45-70.

Walter F., Les figures paysagères de la nation. Territoire et paysage en Europe (XVIe-XXe siècle), coll. « Civilisations et Sociétés », no 118, éd. de l’EHESS, 2004, 524 p.

Wylie J., Landscape, coll. “Key Ideas in Geography”, Routledge, Londres & New-York, 2007, 246 p.

Sources et documents

Guide Michelin, Auvergne, série « Les Guides Verts Michelin », 16e éd., 1966, p. 3.

Charte du Parc naturel régional des Alpilles, 2006, 209 p. (notamment Préambule p. 1, et p. 123), [en ligne], http://www.mairieconseilspaysage.net/documents/Charte-PNR-Alpilles.pdf

Projet de charte du PNR de la Narbonnaise en Méditerranée, 2002, 212 p. (notamment p. 23).

Charte du PNR des Pyrénées ariégeoises, « objectif 2021 », 2008, 145 p. (notamment p. 47 et 89) [en ligne], http://www.parc-pyrenees-ariegeoises.fr/IMG/pdf/CHARTE_BR.pdf

Haut de page

Notes

1 Michel Rautenberg s’appuie tout au long de son livre sur la distinction opérée entre ces deux formes de la mémoire collective par Maurice Halbwachs (1950), qui n’est pas dépourvue de résonnances en matière de patrimoine naturel et de paysage.

2 Le droit d’entrée à acquitter pour visiter l’aven Armand ou le site payant de Montpellier-le-Vieux (Lozère), ou encore la location d’un canoë pour descendre les gorges de l’Ardèche, relèvent de cette exploitation directe des sites patrimoniaux.

3  » Les paysages sont le révélateur de l’état du territoire. Ils sont vecteurs d’attractivité et reflètent l’identité et la vitalité des terroirs. » (art. 7.1, p. 47)

4  Souvent celle, très remarquable, du puy Griou, sans que les brochures touristiques jugent utile de le nommer.

5  » Le processus de codification des paysages (qui peut se prolonger par un processus de patrimonialisation) », écrit A. Sgard en référence au cas du Vercors, « par l’appropriation affective, esthétique, puis par les pratiques et les équipements qu’il peut induire, est au cœur de la relation subjective et symbolique que les sociétés entretiennent avec leur cadre de vie, au cœur de la territorialisation. »

6  ZICO : Zone importante pour la conservation des oiseaux ; ZPS : Zone de protection spéciale.

7 Le conflit en tant que « mode d’apprentissage du lien social » (Depraz, 2008).

8 Telles que délimitées dans l’Atlas des forêts de France (Gadant, 1991).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Champs représentationnels de la mise en patrimoine des « paysages naturels » (ou de la « nature » dans les paysages) (Dérioz, 2010)
Légende Ces champs représentationnels ne s’opposent pas, mais fonctionnent plutôt séparément. Seule l’approche « naturaliste », qui peut exister de manière autonome, tend aussi fréquemment à se combiner à d’autres modalités de reconnaissance de la valeur patrimoniale, ce que le schéma exprime par la superposition partielle des trois autres champs sur celui désigné par « Milieux biodivers… ». Les flèches suggèrent des glissements possibles d’un champ à un autre sous l’effet de transformations effectives des paysages, ou des regards qui se posent sur eux.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1220/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Titre Fig. 2 – Le « Chapeau de Napoléon » (Saint-Salvy-de-la-Balme, Tarn, octobre 2002)
Légende Comme la plupart des tors granitiques pittoresques du Sidobre, le chaos de la Balme, qui abrite ce rocher, est classé depuis longtemps (1921) à l’inventaire départemental des sites et monuments naturels, ce qui n’a pas empêché l’exploitation à proximité immédiate de plusieurs carrières, ni l’installation d’ateliers de travail du granit. Longtemps fortement antagonistes (Bertrand et al., 1978), les logiques de la protection et de la mise en valeur touristique d’une part, de la production granitière d’autre part, tendent vers une meilleure articulation depuis la négociation d’un « Plan de parc pour le Sidobre » (1998) annexé à la nouvelle charte du PNR, et à la programmation d’une « Charte qualité Sidobre » qui engage les carriers sur la voie de pratiques plus respectueuses de l’environnement et du paysage (impact des carrières, gestion des stériles…), tout en renforçant leur image de marque collective dans un contexte de concurrence internationale accrue (Urbano, 1999). La « Maison du Sidobre » ouverte en 1997, qui abrite l’office du tourisme, célèbre dorénavant autant le patrimoine naturel que le patrimoine culturel (histoire, traditions, savoir-faire industriels…) du granit, et les documents touristiques donnent à voir aussi bien les paysages de nature – certains, comme le chaos de la Balme, ont été, depuis le Plan de paysage de 1994, réaménagés et partiellement dégagés d’accrus forestiers très envahissants –, que les paysages des carrières. Loin de l’approche « curiosité naturelle » du début XXe, comme de l’approche exclusivement naturaliste des années 1970, la démarche patrimoniale et sa valorisation par le tourisme, en intégrant les deux dimensions du granit, se font « territoriales ».
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1220/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 3 – Oliveraie équipée d’un système d’irrigation goutte-à-goutte et chaînon calcaire au nord d’Aureille (PNR des Alpilles, avril 2009)
Légende Le cliché illustre la mixité fondamentale des paysages du massif des Alpilles, qui articulent dans une mosaïque complexe terroirs cultivés des piémonts, bassins et vallons, où dominent vigne et oliviers, et garrigue ou forêt méditerranéenne issues de la déprise pastorale sur les collines et les chaînons. Exalté par des peintres (Van Gogh) ou des écrivains (Daudet), défendu dès 1969 contre des projets d’exploitation de la bauxite par la Ligue de défense des Alpilles, plébiscité par les visiteurs, le paysage – sa valeur, son originalité, mais aussi sa fragilité – est au cœur de la démarche collective de patrimonialisation et de gestion qui a débouché sur la création du PNR en 2007. La conception d’un paysage co-construit par la société et la nature – « tout, ici, est paysage et patrimoine, issus de l’alliance de l’homme et de la terre » (Barruol, Dautier, 2009) – est fondatrice dans la prise de conscience des acteurs locaux, amorcée dès 1989 avec l’Union des élus des Alpilles, constituée face à la menace récurrente du feu. L’idée d’une gestion conservatoire dynamique des paysages assise sur un dialogue raisonné avec les activités, au premier chef agricoles, sert également de socle à la Directive paysagère des Alpilles signée en janvier 2007 : portée par le PNR, elle représente la première expérience aboutie (sur deux en France) de ce dispositif imaginé par la loi Paysage de 1993, et offre un outil juridique potentiellement efficace pour tenter d’endiguer la pression de l’urbanisation, dont la vigueur est à la mesure de l’attractivité du massif et de sa proximité des métropoles méridionales.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1220/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Fig. 4 – Partie aval des gorges d’Héric depuis l’arête de Lacoste (Mons-La Trivalle, Hérault, PNR du Haut-Languedoc, mars 2007)
Légende Ce spectaculaire paysage de gorges, qui combine hautes parois de gneiss et versants raides couverts de chênaie d’Yeuse, s’inscrit en très large part dans le périmètre de la forêt domaniale de l’Espinouse, constituée au début du XXe siècle par acquisitions successives de l’État au titre de la « Restauration des terrains en montagne », à partir de terroirs agricoles et pastoraux particulièrement difficiles à mettre en valeur, tôt marqués par une déprise profonde. Peu propices à une sylviculture productive, ces gorges ont été plutôt regardées par les gestionnaires des Eaux et Forêts comme un paysage à valoriser (l’introduction d’une population de mouflons vers 1956-60 relève de cette logique (Dérioz, Grillo, 2006)) et un ensemble de milieux à protéger (chênaie verte, milieux rupestres, ripisylve…) : « Il y subsiste encore des places privilégiées, où la nature n’a que peu ou pas souffert (…). Ces places constitueront des Réserves, alors que le reste du massif doit être organisé en parc touristique », écrit en 1956 Jean Prioton, conservateur départemental des Eaux et Forêts et promoteur d’un projet de Parc national dont le PNR du Haut-Languedoc procède indirectement (Dérioz, 2007). À la « réserve biologique intégrale » de 1933 (30 ha de chênaie verte en versant droit), reclassée en « réserve biologique domaniale dirigée » en 1994, s’est ajouté en 1993 le classement de l’ensemble du massif du Caroux, et l’amorce d’une procédure Natura 2000 sur les terrains domaniaux (cf. fig. 11). Mais les moyens de la gestion paraissent bien réduits au regard de la fréquentation touristique de ce site majeur : 100 000 à 200 000 visiteurs par an, qui déambulent au fond des gorges, se baignent dans les vasques du ruisseau au débit estival pourtant bien maigre, randonnent sur les versants ou escaladent les parois.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1220/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 5 – Roselières et marais du Grand Castélou (Saline de Mandirac, Narbonne, Aude, mars 2010)
Légende La diversité paysagère du PNR de la Narbonnaise en Méditerranée, créé en 2003, s’articule autour d’un vaste ensemble lagunaire reconnu depuis 2006 « zone humide d’importance internationale » au titre de la convention RAMSAR, au-delà de son identification en tant que site d’intérêt communautaire à protéger (PSIC) dans le cadre des directives « habitat » et « oiseaux », et de son intégration dans le réseau Natura 2000 (le PNR est opérateur de l’élaboration du DOCOB (document d’objectifs) du site « étangs du Narbonnais »). L’entrée patrimoniale est donc ici d’abord naturaliste, liée à la richesse faunistique et floristique de cette mosaïque de milieux conditionnés par les variations spatiales et temporelles de la salinité des eaux, et par le contact parfois direct avec les milieux calcaires secs des Corbières ou du massif de la Clape. Mais la valeur paysagère de cet ensemble (jeux de lumière sur les plans d’eau, interpénétration entre langues de terres et étangs…) est également mise en avant, en étroite corrélation avec la richesse écologique, qui est par ailleurs clairement analysée dans ses interactions avec les activités humaines passées et contemporaines : ces roselières font partie d’un ancien domaine agricole de 157 ha préempté en 1984 par le Conservatoire du littoral, où peuvent encore être observés le réseau des canaux de drainage ou d’irrigation, et qui est géré en partenariat avec une association (CPIE des Pays narbonnais) et la ville de Narbonne : maintien des apports d’eau douce, gestion de la faune, pastoralisme, accueil du public (sentier d’interprétation). À l’arrière-plan, mais toujours dans le périmètre du PNR, les lotissements de Rochegrise (Narbonne sud), au pied duquel passent l’A9 ou la future LGV, et un centre d’enfouissement des déchets (Lambert), témoignent de la proximité immédiate avec des paysages marqués par l’urbanisation et les grands aménagements récents.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1220/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 6 – Petit collectif clôturé de bon standing, adossé à l’espace boisé classé du talus entre basse et moyenne terrasse alluviale (Quartier de la Paderne, Tournefeuille, Haute-Garonne, janvier 2009)
Légende Passée de 2 200 habitants en 1962 à 26 205 en 2007, la trajectoire de cette commune périurbaine aux portes de Toulouse est très illustrative de la transformation massive, en près d’un demi-siècle, d’un paysage à dominante agricole en zone résidentielle à dominante pavillonnaire. Portée par la municipalité depuis le milieu des années 1990, l’émergence d’une réflexion en termes de paysages sur la nécessité de renforcer le caractère « urbain » de la commune, afin de dépasser son image dévalorisante de « commune dortoir », a engendré une démarche de remodelage du cadre de vie (verdissement, développement des déplacements doux, jardins familiaux associatifs…) qui prend appui sur les espaces naturels : « coulée verte » de la rivière (le Touch), coteau boisé de chênes, et bois de Larramet au sud du territoire communal (l’un des « poumons verts » de l’agglomération toulousaine), en partie aménagé en espace de loisir. Protégés par les documents d’urbanisme, patrimonialisés en tant qu’éléments de décor et lieux de pratiques récréatives, ils participent directement à la production d’une image de « ville verte », alors même que les dernières enclaves agricoles sont encore grignotées par la progression des espaces bâtis, en voie de ralentissement, ou par les réseaux de circulation (Béringuier, Dérioz, Bertrand, 2009).
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1220/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 7 – Le profil caractéristique du pic Saint-Loup, vu depuis l’est (Saint-Mathieu-de-Tréviers, Hérault, juin 2007)
Légende Paysage emblématique pour les habitants de la région de Montpellier, site classé, le pic Saint-Loup n’est pas particulièrement présent dans la communication touristique stricto sensu, mais suscite un attachement très particulier de la part des habitants de la région de Montpellier, dont témoigne l’ampleur de la fréquentation – notamment dominicale –, ou encore les messages très personnels déposés dans la chapelle Saint-Joseph, bâtie à son sommet (658 m). Terroir viticole reconnu et réputé au sein de l’AOC Coteaux du Languedoc, le Pic se voit également mis à contribution dans la dénomination de nombreux commerces des villages proches, comme dans la communication territoriale (les panneaux d’entrée du village de Cazevieille, par exemple, affichent désormais « Cazevieille – Pic Saint-Loup »). Sa remarquable valeur écologique, liée notamment à la diversité spécifique qu’engendre la vigueur du contraste d’exposition entre versant sud et versant nord, se trouve pourtant menacée sur ses marges par les dynamiques de la construction pavillonnaire, qui découlent précisément de la très forte attractivité résidentielle des villages proches du pic, et par la poursuite des dynamiques végétales provoquées par le déclin de l’agriculture et surtout celui de l’élevage ovin, qui ont progressivement substitué des chênaies vertes de plus en plus denses à la mosaïque ouverte de bois, pelouses et garrigues que montrent les représentations anciennes, jusque vers les années 1960-1970 (Cheylan, 2001) : la survalorisation du patrimoine paysager tend ainsi à se doubler d’une fragilisation, sinon d’une dévalorisation, du patrimoine naturel.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1220/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 8 – Patrimoine-ressource, une double reconnaissance pour les paysages de nature (Dérioz, 2010)
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1220/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 9 – Point de départ des sentiers de randonnée (PR, GRP, GR10) en rive droite du lac des Bouillouses (Mont-Louis, Pyrénées-Orientales, août 2010)
Légende La pièce maîtresse du paysage est ce vaste lac de barrage, né en 1910 des besoins en électricité du « train jaune » (en voie de classement au patrimoine mondial de l’UNESCO) et de la volonté de régulariser le cours de la Têt. Géré par le groupe GDF-Suez, il alimente dorénavant par un réseau de conduites enterrées la grande centrale à neige qui dessert les enneigeurs de la station de sports d’hiver de Font-Romeu, toute proche, et également sous gestion d’une filiale du même groupe économico-financier : illustrée par le classement du site (1976), par son intégration dans un vaste périmètre (Capcir, Carlit et Campcardos, soit près de 40 000 ha) proposé comme SIC (1998) puis classé en ZPS (2006) et faisant l’objet d’une procédure Natura 2000 pilotée par le PNR (DOCOB validé en 2009), enfin par l’action engagée (2000) par le conseil général, qui emploie sur place l’été une trentaine d’agents, la démarche de protection et de gestion du patrimoine naturel s’est donc accommodée d’aménagements lourds en aval de la retenue ; elle prend également en compte la vocation pastorale des estives à articuler avec la vocation récréative et touristique du site : étape sur le GR10 (traversée des Pyrénées), porte d’accès principale au massif du Carlit et à ses lacs, le site constitue un attracteur touristique majeur du département (57 700 personnes ont emprunté la navette en 2009), pour des publics assez divers, simples visiteurs comme pêcheurs et randonneurs de tous niveaux. Mais son poids économique, qui excède très largement la seule capacité d’hébergement du site (200 lits environ, répartis entre trois établissements), doit être apprécié à une échelle territoriale plus large (Cerdagne – Capcir).
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1220/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 10 – Le paysage du lac de Vesoles (PNR du Haut-Languedoc, Hérault, janvier 2007)
Légende Le paysage du lac de Vesoles est assez paradoxal. Souvent choisi comme image emblématique de la « nature » en moyenne-montagne héraultaise, à laquelle l’hiver et la neige confèrent une touche presque scandinave, il procède en réalité de la combinaison d’éléments issus de son passé pastoral (landes, anciennes prairies de fauche), de reboisements artificiels à dominante résineuse, et d’un lac de barrage implanté en 1956 par EDF pour produire de l’hydro-électricité. L’inscription du site à l’inventaire départemental (1946), par ailleurs, concernait seulement les cascades qui se trouvent en aval, aujourd’hui amoindries par la réduction de débit imposée par le barrage et moins fréquentées que les rives du lac, dont l’implantation, par le brouillage cadastral qu’elle a occasionné, impose de repenser le périmètre et la logique même de l’inscription. La préservation de son caractère « sauvage » et la volonté de gérer les problèmes liés à sa fréquentation sont à l’origine de la création d’un SIVOM réunissant les trois communes qui se partagent le site. La mise en place d’une démarche concertée avec de nombreux partenaires (ONF, PNR, conseil général…) a ainsi permis de réguler le stationnement, de baliser un sentier ou de collecter les déchets, mais chaque acteur entend garder les coudées franches quant à l’exploitation des nombreuses ressources du site et de ses marges : ressource ligneuse pour l’ONF et les groupements Forestiers privés, hydroélectricité pour EDF, eau de source pour l’une des communes (qui caresse un projet d’usine d’embouteillage), et même ressource éolienne, avec sur l’une des crêtes un projet de ferme éolienne soutenu par la commune (qui y voit la perspective de rentrées financières) mais vivement contesté localement par plusieurs associations. Le large périmètre envisagé par la DIREN dans le cadre de la révision de l’inscription de 1946, qui empiétait trop sur ces divers projets pour être accepté, semble avoir conduit à l’ensablement définitif de la procédure.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1220/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Fig. 11 – La progression du couvert arboré sur le plateau du Caroux (PNR du Haut-Languedoc, Hérault, août 2007)
Légende La progression du couvert arboré sur le plateau du Caroux (PNR du Haut-Languedoc, Hérault, août 2007), susceptible à terme d’altérer le paysage ouvert de landes qui fait son originalité, s’opère à partir des anciens reboisements de pins noirs réalisés par les Eaux et Forêts dans la partie sud-ouest du plateau (secteur de Font Salesse) : la colonisation par les jeunes pins s’opère par l’avancée d’un front à partir de ces premiers boisements (visible sur le cliché, qui montre la partie ouest du plateau), mais aussi sous forme d’îlots à partir de semenciers isolés (est du plateau). Si des opérations ponctuelles d’élimination des saules, comme celle réalisée à l’instigation de la municipalité dans la tourbière communale de Rosis (1999), peuvent s’avérer efficaces, il semble beaucoup plus difficile d’enrayer la progression et la densification des pinèdes, dans un contexte où le poids des sociétés de chasse locales ne favorise pas la relance d’une gestion par le pastoralisme (sinon de manière assez ponctuelle, à l’exemple du programme Life-Nature dont a bénéficié un jeune éleveur entre 1998 et 2001). Gyrobroyages directs et implantation de cultures à gibier, conduits sous l’égide du GIEC (Groupement d’intérêts écologique et cynégétique) qui tire profit d’une activité de chasse guidée au mouflon, n’ont jusqu’à présent pas permis de tenir en respect cette dynamique qui menace à la fois le patrimoine paysager et le patrimoine faunistique, dans la mesure où la réduction des espaces ouverts va de pair avec celle des ressources fourragères pour les mouflons (Dérioz, Grillo, 2006).
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1220/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Dérioz, « Les ambiguïtés de la patrimonialisation des « paysages naturels » », Sud-Ouest européen, 30 | 2010, 19-36.

Référence électronique

Pierre Dérioz, « Les ambiguïtés de la patrimonialisation des « paysages naturels » », Sud-Ouest européen [En ligne], 30 | 2010, mis en ligne le 17 février 2016, consulté le 16 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/1220 ; DOI : 10.4000/soe.1220

Haut de page

Auteur

Pierre Dérioz

Maître de conférences en géographie, Unité Espace S140 – IRD, université d’Avignon et des Pays de Vaucluse.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals