Navigation – Plan du site

Le patrimoine au risque de son expansion : vers une « naturalisation » des territoires ?

Exemple de l’extension spatiale des processus de patrimonialisation en Périgord
Is Heritage sustainable when it has to face overextension? Are territories to be natural first? The spread of Heritage-making process in Périgord as case-study
El riesgo de la expansión del patrimonio : ¿hacia una “naturalización” de los territorios ? ejemplo de la extensión espacial de los procesos de patrimonialización en Périgord
Vincent Banos
p. 37-51

Résumés

Longtemps délaissé, le Périgord est devenu un territoire remarquable par la richesse et la mise en avant de son patrimoine culturel et naturel. Gage de reconnaissance et modèle de développement territorial, cette valorisation patrimoniale interpelle quant à ses effets sociaux et politiques lorsqu’elle s’étend à de vastes espaces et jusqu’au cœur même des exploitations agricoles. Si certains y voient l’archétype des ruralités modernes, une nouvelle manière de dire l’espace rural capable d’initier de nouveaux liens, on peut également se demander si cette expansion patrimoniale ne participe pas implicitement d’une mise en ordre, voire d’une « naturalisation », des territoires.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans les définitions usuelles, le patrimoine désigne d’abord «  les biens qui descendent, suivant l (...)

1Dans des sociétés modernes sujettes au doute, le surinvestissement du patrimoine n’est plus à démontrer et la notion, elle-même, s’en trouve affectée. Identifié et circonscrit depuis le XIXe siècle aux monuments historiques, collections d’artefacts exceptionnels et irremplaçables, le patrimoine n’a cessé de s’étendre, du sacré au profane, du matériel aux savoirs vernaculaires, de la culture à la nature et même, par un curieux retour à l’étymologie première du terme1, du domaine public à la sphère privée (Di Méo, 2007). Loin des canons de l’esthétique, tout est désormais susceptible d’être patrimonialisé ; des objets qui se démarquent par leur singularité aux traces les plus humbles de la vie quotidienne traditionnelle. Les ruralités modernes ne pouvaient pas échapper à cette frénésie car, peut-être plus encore que dans d’autres pays, nous saisissons la question des campagnes à travers un prisme patrimonial qui impose l’idée d’un espace hérité, par essence commun et donc partageable entre tous (Hervieu et Viard, 1996). D’espaces de production, les campagnes deviendraient ainsi des biens communs où se nouent et se rejouent des narrations identitaires et où s’inventent les possibilités d’un avenir différent (Rautenberg et al., 2000).

2Face à ces mutations, la Dordogne apparaît comme un espace rural exemplaire. D’une province encore pauvre et délaissée à la fin du XIXe siècle est né un département marqué par la surabondance de sites et la qualité de son patrimoine culturel et naturel, un département où il fait bon passer ses vacances et plus encore où il fait bon vivre. Avec ses 85 grottes préhistoriques, 1 000 châteaux, 400 églises romanes, 60 musées – dont le musée national de la Préhis­toire –, 35 Zones de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP), plus de 100 Zones naturelles d’intérêts floristique et faunistique (ZNIEFF), 2 réserves naturelles, 38 sites naturels classés et la vallée de la Vézère classée patrimoine mondial de l’humanité, ce territoire a su parfaitement négocier sa reconnaissance (Velasco-Graciet, 2006). Premier département touristique de France en environnement « campagne », la Dordogne a accueilli plus de 2,5 millions de visiteurs en 2006 (CDT, 2007). De plus, la population croît au rythme de 2 % par an depuis 1990, et ce malgré un solde naturel toujours déficitaire. Le motif économique ne peut expliquer à lui seul cet engouement. On peut aussi y voir les effets de la généralisation des phénomènes de mobilités et des images positives rattachées à ce territoire, qu’elles soient sociales (entraide et convivialité), culturelles (rythme et qualité de vie), esthétiques ou éthiques (architecture et nature préservées).

3Toutefois, ces représentations idylliques et consensuelles interpellent car la relation campagne / patrimoine n’a pas cessé d’évoluer, les ramifications patrimoniales modelant, sous l’impulsion d’une diversité d’acteurs et la multiplication des objets d’intervention, de nouvelles appropriations et de nouveaux usages. Dès lors, si ces requalifications transforment les campagnes en espaces de qualité, on peut se demander ce qu’il advient quand la conservation de la nature va jusqu’à rogner l’espace agricole et lorsque, de manière plus générale, les « patrimoines » prétendent organiser l’espace et le développement (Mormont, 2009). En effet, le patrimoine n’est-il pas devenu ce discours normatif qui, telle une évidence indiscutable, autorise et légitime la projection sur des espaces privés initialement dédiés à des fonctions de production et de prélèvement des objectifs de préservation et de conservation ? Est-ce qu’en s’étendant à ces espaces ordinaires, les processus de patrimonialisation ne participent pas également à réordonnancer, de manière implicite, les pratiques et les modes de vie des exploitants agricoles ? En mobilisant un travail de recherche mené sur les relations entre agriculteurs et autres usagers en Dordogne (Banos, 2008), nous ferons ainsi l’hypothèse que, pensée pour initier de nouveaux collectifs, la patrimonialisation, de par ses expansions, s’apparenterait de plus en plus à une mise en ordre des territoires et renforcerait les possibilités d’une « naturalisation » de l’espace rural, « perçu comme lieu protégé des oppositions sociales et affranchi des exigences productives » (Chamboredon, 1985).

  • 2 Ce travail d’archive s’appuie sur un corpus composé de guides touristiques, d’œuvres littéraires et (...)

4Afin de saisir l’ampleur des processus actuels, on montrera, tout d’abord, la lente émergence du paradis périgourdin2. Puis, au prisme des requalifications contemporaines et de la place notamment accordée au monde agricole, on présentera quelques rouages et ressorts de la spatialisation croissante des processus de patrimonialisation. Ce qui permettra finalement de mettre en discussion des effets sociaux et politiques de ce passage des patrimoines ruraux à la patrimonialisation des territoires ruraux.

I – La Dordogne, d’un rural délaissé à l’invention d’un paradis

5Jusqu’à la fin du XIXe siècle, le Périgord demeure bien souvent considéré comme une contrée impropre à toute production agricole et un milieu dont les conditions naturelles, hostiles à l’homme, ne peuvent engendrer qu’indigence et incurie. Doté de tous les attributs du « mauvais pays » (Ozouf-Marignier, 2000), ce territoire, devenu le département de la Dordogne, est lentement revalorisé, à l’aune de différentes influences, du romantisme à l’éveil des politiques de conservation, en passant par le naturalisme.

1. Tous les attributs du mauvais pays

6Placé sous la tutelle du duché d’Aquitaine au XIIIe siècle, le comté du Périgord se retrouva au cœur du conflit qui opposa les royaumes de France et d’Angleterre, avant de devenir, au XVIe siècle, l’épicentre des guerres de religion. Laissée exsangue par ces incessantes luttes, la province fut encore le théâtre des révoltes paysannes qui embrasèrent, de manière épisodique, campagnes et petites villes jusqu’au crépuscule de la monarchie. Au lendemain de la Révolution française, les doléances organisées par les villes et les paroisses font état d’une province isolée, délaissée par la nature pourvoyeuse de biens et abandonnée par les hommes qui gouvernent aux destinées du peuple :

« Si nous jetons un coup d’œil sur ce pays, nous n’apercevons plus qu’un immense groupe de montagnes hachées, dépouillées presque partout de leur terre végétale, des rochers nus, des coteaux surchargés de pierres desséchées, de vastes landes presque entièrement inhabitées, des chemins impraticables »
(Délibération de la ville de Mussidan, 1790, in Villepelet, 1908)

7Loin de rester circonscrite aux seuls argumentaires de quelques circonscriptions désireuses d’affirmer leurs prérogatives, cette vision dépréciative du Périgord est alimentée par les administrateurs, les notables et les rares voyageurs qui parcourent le territoire. L’extrême stérilité des plateaux, les épaisses forêts, l’omniprésence des friches, bruyères et marais, triptyque reconnu des terres incultes, sont ainsi unanimement soulignées, à tel point que pour certains, « sans les ressources des châtaigniers, le peuple de ce département serait souvent embarrassé pour la vie » (La Vallée, 1798). Ces représentations dominantes qui donnent au Périgord un aspect sauvage et peu avenant vont persister, si bien que la contrée reste largement méconnue des touristes qui, jusqu’au milieu du XXe siècle, lui préfèrent les régions montagneuses, les hauts lieux de l’art roman ou les premières stations balnéaires de la côte atlantique (Tanet et Hordé, 2001).

8Pourtant, dès le XVIe siècle, les appréciations péjoratives s’accompagnent parfois de qualifications plus positives. Ce processus, qui n’est pas propre au Périgord, tient à une nature saisie, depuis la Renaissance, comme horizon sensible de l’existence et élément de jouissance esthétique mais également comme réservoir des ressources matérielles et support des activités techniques (Besse, 1992). Torrents et plateaux déchirés sont ainsi progressivement transformés en paysages et en curiosités naturelles.

2. De paysage en curiosités naturelles

9Thème constant chez les géographes, l’opposition entre les riches vallons et l’aridité du reste de la région prit progressivement d’autres connotations ; les chemins tantôt difficiles, tantôt aisés, les ruisseaux à passer, les petites collines et les combes hostiles formant un ensemble pittoresque propre à séduire les voyageurs (La Vallée, 1798). Le Périgord n’est donc plus seulement décrit pour les qualités ou les défauts de son sol mais aussi pour le charme de ses paysages. Et ce d’autant plus que les lieux désolés, reclus, marqués par une nature âpre et ombrageuse firent également le bonheur des romantiques : « Une sorte de poésie mélancolique se dégage de ces solitudes […] de ces étangs, aujourd’hui desséchés, qui empoisonnaient le pays. » (Le Roy, 1901.) Dans cette esthétique qui se nourrit des harmonies inattendues, l’eau occupe une place à part. Elle séduit, stimule l’imagination et semble, presque à elle seule, pallier l’hostilité des étendues terrestres : « La Dordogne va son train, s’échappant de partout. Elle court très vite pour fuir ce vilain pays. Elle est limpide et vive, mais elle est toute nue, sans rivage, sans arbres. » (De Beaumont, 1803, in Tanet et Hordé, 2001.) Deux siècles plus tard, le géographe P. Fénélon (1951) expliquera que seul le réseau hydrographique pouvait fédérer cette zone de transition morphologique considérée tout au long de l’Histoire comme une frontière. Mais, bien avant de recevoir cet assentiment scientifique, la Dordogne est déjà ce fleuve éponyme tout à la fois rouage essentiel de l’économie et source d’inspiration reconnue.

10Au cours du XIXe siècle, sous l’influence des préoccupations hygiénistes et du regard naturaliste, l’intérêt des observateurs se déplace ; l’esthétisation des eaux superficielles et des contrastes laisse peu à peu la place aux vertus médicinales des sources et des reliefs, à l’étude des phénomènes naturels remarquables et à la découverte des mystérieux mondes souterrains. Il ne s’agit plus tant de discourir sur les dieux ou les secrets de l’âme humaine que d’inventorier les formes de vie et de décrire leurs milieux. A. Joanne (1877) s’enthousiasme ainsi pour l’argile réfractaire de Creysse, les plateaux déchirés sous l’effet des ravines, les cascades et les sources minérales de Lacassagne, les ruisseaux laissant échapper des gaz inflammables, la fontaine intermittente de Marsac mais également les courants d’eau qui, à Lalinde et à Couze, sont utilisés comme de nouvelles énergies d’appoint. Parmi les gouffres et autres cavités souterraines qui attirent les savants et les spéléologues, la grotte de Miremont devient, avec ses stalactites et ses cristaux qui lambrissent les voûtes, une des curiosités naturelles les plus intéressantes du Périgord (Peyrony, 1911).

  • 3  »  Plusieurs fois nous avons vu sortir de la même cabane, une ménagère et son cochon. Tableau fort (...)

11Les voyageurs ne se contentent pas de dépeindre les paysages et d’étudier la nature ; ils décrivent également les hommes, leurs mœurs et leurs caractères. Et lorsque l’influence du naturalisme et de ses méthodes issues des sciences expérimentales s’étendent à la littérature et aux sciences sociales, il subsiste l’idée selon laquelle « ici, comme partout ailleurs, le sol fait l’homme » (Joannet, 1826). Si certains valorisent le lien entre la salubrité du climat et l’absence d’épidémies ou la présence en grand nombre de vieillards, d’autres chroniqueurs préfèrent s’attarder sur l’indigence chronique de la classe paysanne. Cette ethnographie qui n’en est pas une, réalisée par des notables-enquêteurs avant tout urbains, véhicule des références moralisatrices qui vont perdurer. C’est en effet le moment où se déploient les représentations polarisées qui font du paysan soit un homme arriéré, proche de l’animalité3, soit un homme « naturel », simple et bon. Ces images d’une condition soumise aux contraintes naturelles ou, à l’opposé, d’un genre de vie accordé aux rythmes naturels s’imposent progressivement contre les représentations faisant la part belle aux turbulences et à la révolte. Pour que la campagne commence à être perçue comme un espace naturel, il faut aussi et surtout que se soit accompli ce travail de neutralisation qui efface les oppositions sociales du monde rural (Chamboredon, 1985).

12La loi de 1906 sur la protection des monuments naturels et celle de 1930 sur la protection des « monuments naturels et des sites à caractère artistique, historique, scientifique, légendaire ou pittoresque » seront marquées par cette idéologie esthétisante et moralisante. Ces mesures, qui restent réservées à des sites remarquables et à une nature dite exceptionnelle, se traduisent, en Dordogne, par le classement du Roc branlant de Saint-Estèphe (1934), bloc de granit laissé en équilibre sur une table rocheuse par le vent et les eaux, et la source de Lacassagne (1935). Mais elles consacrent avant tout les « gisements préhistoriques » de Miremont ou des Eyzies (1930). Dans le tissage des premières mailles de la chaîne patrimoniale, l’objectif de la sauvegarde des biens culturels, au nom de la Nation naissante, l’emporte sur les politiques de conservation de la nature.

3. Des premiers inventaires au berceau de l’humanité

  • 4  »  Médiocrement bâtie, Sarlat n’offre rien qui puisse intéresser les arts.  » (La Vallée, 1798.)

13Lancée pendant la Révolution française, l’idée d’une protection des biens culturels s’institutionnalise en 1830 avec la création de l’inspection générale des monuments historiques. Toutefois, en Dordogne, comme dans d’autres départements à dominante rurale, cette prise de conscience s’est faite lentement. Dans les années 1920, les « curiosités artistiques et architecturales » du Périgord restent encore circonscrites aux vestiges gallo-romains de l’antique Vésone, à certains édifices religieux et à quelques forteresses médiévales (Guides bleus, 1922). Il faut attendre la seconde moitié du XXe siècle pour voir émerger l’idée d’un territoire constellé de « plus de mille châteaux » (Segogne, 1953). De même, Sarlat ne sera érigé en « joyau du Moyen Âge » (Guides bleus, 2005) qu’après avoir servi de site pilote à la loi Malraux (1962) qui élargit les frontières des processus de désignation et de réception du patrimoine culturel (Degrémont, 1996). En effet, avant d’être restaurée par secteurs entiers, la cité épiscopale fut, comme la plupart des petits centres urbains de la contrée (Tanet et Hordet, 2001), souvent mal considérée4.

  • 5 « Tout Français qui a le culte de ses ancêtres [...] doit faire le pèlerinage des Eyzies. » (Camill (...)

14En fait, c’est avec les lieux de la préhistoire que le département commence à construire sa renommée. La reconnaissance se fait tout d’abord dans un cadre national5 et cette fibre identitaire est notamment mobilisée par D. Peyrony, chargé de mission par le ministère des Beaux-Arts, pour obtenir, en 1918, la création d’un musée national de la Préhistoire aux Eyzies. Mais, avec la découverte en 1940 de la grotte de Lascaux, le message s’universalise. La qualité et la variété des peintures rupestres font de cette caverne « l’origine, le premier signe sensible qui nous soit parvenu de l’homme et de l’art » (Bataille, 1955). Lascaux fut si médiatisée et draina tant de visiteurs qu’elle permit au Périgord de s’inscrire dans les prémisses du marketing territorial en devenant le « pays de l’Homme ». Aujourd’hui, sur les cinquante sites préhistoriques que compte la vallée de la Vézère, quinze sont classés au patrimoine mondial de l’UNESCO.

15Avec l’émergence du patrimoine culturel et surtout la vogue de la préhistoire, le Périgord change de statut : il passe des contraintes géographiques aux ressources de l’Histoire. Tout d’abord limité spatialement, l’esprit patrimonial va progressivement s’étendre pour faire de la Dordogne un territoire saturé de sens dont le seul nom suffit désormais à évoquer des lieux et des paysages préservés, des ambiances et des produits de qualité.

II – Quelques rouages et ressorts de l’expansion patrimoniale

16À la fin des années 1950, l’enclavement du territoire demeure encore un obstacle majeur à l’essor du phénomène touristique. De plus, l’attractivité du département reste cantonnée aux vallées de la Dordogne et de la Vézère, là où se concentrent les sites préhistoriques et les principaux castels (fig. 1). Afin d’accentuer la reconnaissance extérieure de son territoire et d’étendre l’offre touristique au-delà de ces seuls lieux emblématiques, le département va alors généraliser, avec le concours des acteurs privés, la valorisation des ressources naturelles et culturelles du territoire. La « machine patrimoniale » (Jeudy, 2008) est en marche.

Fig. 1 – Des hauts lieux de la préhistoire aux 4 Périgord

Fig. 1 – Des hauts lieux de la préhistoire aux 4 Périgord

1. De paysages en pays d’accueil, l’institutionnalisation des quatre Périgord

17Fini le temps des plateaux en lambeaux, des épaisses forêts et des affreux rochers, le Périgord, tout entier, devient « un cadre unique au monde » (De Segogne, 1953). Les jeux de contraste disparaissent au profit de tableaux plus colorés où la douceur de vivre, la luminosité méridionale et la quiétude deviennent des référents incontournables. En ce sens, si le département n’est plus cette terre aux reliefs torturés qui fut propice aux rêveries de quelques voyageurs solitaires, il ne devient pas non plus le jardin originel, coin d’univers vierge et désert, ni même l’eldorado des amateurs de sensations fortes. Ici, l’appréciation de la nature se fait à l’aune de l’Histoire et les paysages se veulent les sanctuaires d’une épopée humaniste qui dure depuis des temps immémoriaux. Tel est du moins le message désormais délivré par les campagnes de communication du conseil général : « La nature est préservée, les galeries d’arts sont ouvertes depuis 20 000 ans, les villages et les châteaux sont partout présents. »

  • 6  À cet effet, on peut noter que le département affiche de plus en plus l’appellation «  Dordogne-Pé (...)

18L’institutionnalisation des quatre Périgord, à partir des années 1980, illustre l’efficacité de cette construction rhétorique d’une ruralité formatée aux exigences contemporaines (Velasco-Graciet, 2006). En invoquant les découpages de l’ancienne province du Périgord6 et la nature de certains sols, les acteurs du département décident, dans le cadre de la politique des pays d’accueil, de promouvoir le territoire à partir de quatre appellations et de quatre couleurs qui doivent être autant d’archétypes paysagers. Pour ce faire, ils exhument les dénominations du Périgord Noir et du Périgord Vert et créent celles de Périgord Blanc et de Périgord Pourpre (fig. 1). Les spécificités de chaque entité sont ensuite présentées au gré d’un canevas commun qui alimente et participe à certifier les réservoirs d’image du département : les traces de l’histoire côtoient donc l’art, les espaces naturels et la gastronomie. Ainsi spatialisées, ces quatre zones géographiques se sont finalement vu attribuer des qualités et des vertus patrimoniales présentées comme incontestables.

19Au nord, autour de Nontron, le Périgord Vert. On nous dit7 que, dans cette région, la nature s’est voulue généreuse en offrant une végétation verdoyante et des eaux qui coulent en cortège dense. La culture n’est pas en reste puisque « du plus profond de l’histoire, l’homme a gravé ses sensations, son vécu sur la pierre, construit des forteresses pour mieux veiller sur cette terre » qui « respire le bien-être et la tradition ».

20Au centre, le Périgord Blanc qui serait nommé ainsi en raison de ses plateaux de calcaire blanc. Et si le patrimoine architectural est partout présent, de Périgueux, classée « ville d’Art et d’Histoire », aux castels imprégnés d’humanité, il est également affirmé que cette contrée est traditionnellement celle de la gastronomie familiale parfumée par la truffe.

21Au sud-est, le Périgord Noir, polarisé par Sarlat et dont « les paysages sont restés immortellement beaux depuis la préhistoire ». Le nom fait ici référence aux chênes verts dont le feuillage est sombre et dense. Mais il est demandé aux visiteurs de ne pas s’y méprendre car « les châteaux, les maisons, les pierres gorgées de soleil renvoient une lumière d’or ».

22Enfin, au sud-ouest, autour de Bergerac, le Périgord Pourpre dont la couleur doit rappeler la teinte dominante des feuilles de vigne à l’automne. Le vignoble et les bastides sont présentés comme les deux fleurons de ce pays où l’amateur d’art et d’histoire est invité à marcher sur les traces de Fénelon et de Montaigne. Quant à la cuisine, elle est censée être « à l’image de Cyrano de Bergerac, pleine de verve, de truculence, symboles du bien-vivre ».

23Si cette construction politique à visée touristique élude de nombreuses réalités géographiques, des causses hérités du Quercy aux terres encore spongieuses de la Double en passant par les interférences entre le Bordelais et le Bergeracois (Fénélon, 1951), elle participe à « l’extension topographique » du regard patrimonial puisque les monuments et les produits emblématiques voient leurs valeurs s’étendre pour finalement englober la qualité de leur environnement et l’authenticité des paysages qui les entourent (Heinich, 2009). Orchestrés par les institutions départementales, ces énoncés performatifs s’accompagnent également de projets locaux émanant d’acteurs, privés ou publics, qui s’expriment notamment au sein des nouveaux territoires projets.

2. Le territoire comme « réserve environnementale et patrimoniale »8. Le cas du pays du Grand Bergeracois en Périgord Pourpre

  • 8 Pays du Grand Bergeracois, 2002.

24Comme pour de nombreux territoires ruraux confrontés à une déprise agricole et à une diversification sociale, la contractualisation, au début des années 1990, d’un Plan de développement rural (PDR) constitue un tournant décisif pour les cantons fondateurs de l’association du pays des Bastides, futur pôle touristique du pays du Grand Bergeracois. L’accent est désormais mis sur l’économie résidentielle et touristique, l’aménagement des sites, et plus largement sur l’optimisation du patrimoine culturel. Des premières Opérations programmées d’amélioration de l’habitat (OPAH) à la création d’un Pôle d’économie du patrimoine (PEP) en passant par le programme européen Leader II qui renforce le cadre territorial du pays des Bastides par son soutien à des animations médiévales, toutes les procédures consacrent le patrimoine comme outil de développement prioritaire.

25Le pays du Grand Bergeracois, dont la charte fut signée en 2002, accentue encore cette valorisation patrimoniale. En effet, politiquement « mal né », pas vraiment reconnu par ses habitants, coincé entre Sarlat et Saint-Émilion, le nouveau pays doit réussir à se singulariser pour exister. Mais, tout en souhaitant s’affranchir de la polarisation exercée par leurs imposants voisins, les acteurs en charge du Grand Bergeracois désirent également bénéficier de la rente territoriale générée par le label « Périgord ». Si la promotion du patrimoine architectural apparaît donc incontournable, le pays ne peut pas compter sur la renommée d’un haut lieu. Il opte donc pour la logique du maillage. La réhabilitation d’un triple réseau architectural (bastides, églises et châteaux), la remise en scène du petit patrimoine local (halles, fontaines, lavoirs…) ou la création de circuits du patrimoine s’inscrivent dans cette optique et permettent de doter le pays d’une certaine consistance territoriale (Di Méo, 2007).

26Mais le patrimoine bâti n’est pas le seul objet d’intervention du pays puisque la charte de développement durable est construite autour « de la valorisation des ressources culturelles et naturelles ». Une charte forestière sur le massif de la Bessède et un contrat de rivière sur une Dordogne érigée au rang « d’axe fédérateur et d’élément majeur de l’identité » sont ainsi rapidement mis en place. Le pays organise notamment des « Journées de la rivière » afin de sensibiliser les usagers de la Dordogne à l’environnement et permettre « la réappropriation par la population résidente de son patrimoine ». Renvoyée au passé, l’exploitation économique de la Dordogne et des forêts laisse ainsi la place à l’affirmation selon laquelle « ces espaces sont des “réserves naturelles” assurant un rôle environnemental fort et des espaces “récréatifs” pour une population “néo-rurale” de plus en plus importante » (pays du Grand Bergeracois, 2002). Le travail de patrimonialisation des espaces naturels ne s’arrête pas à ces seuls sites car la rivière est le fil conducteur à partir duquel le pays du Grand Bergeracois assure, si ce n’est la gestion, du moins la promotion « d’une mosaïque de milieux naturels », des ripisylves, bande de végétation aquifère, aux coteaux calcaires de Limeuil et Tremolat, intégrés au réseau Natura 2000 pour leurs orchidées sauvages et les faucons pèlerins qui y nichent, en passant par le plateau céréalier de Naussane. En effet, cette zone agricole, « en apparence pauvre », abriterait des « espèces rarissimes » telles que le busard cendré, l’oedicnème criard ou l’engoulevent d’Europe et a donc été classée en ZNIEFF.

  • 9  »  On n’a pas légitimité à intervenir sur des filières. Par contre, on intervient dans la mesure o (...)
  • 10  Site internet du pays du Grand Bergeracois  : http://www.pays-de-bergerac.com

27Même un secteur économique comme l’agriculture n’échappe pas aux faisceaux normatifs de ce développement patrimonial. Le vin, le foie gras, le miel ou les noix sont ainsi érigés au rang d’emblèmes, au même titre que les figures locales9 auxquelles ils sont adossés. De même, les marchés et autres festivités traditionnelles qui attirent chaque été un grand nombre de consommateurs sont dotés d’un nom de produit régional (fête de la noix, fête du cèpe…) pour marquer l’identité locale, ou d’une dénomination plus générique (« marché paysan » ou « marché fermier ») pour souligner l’authenticité et la convivialité du moment. En effet, ce qui est affiché avant tout par le pays, c’est la possibilité de venir partager ce qui relèverait d’un art de vivre local. Ces actions de promotion s’accompagnent également d’initiatives visant à impliquer les agriculteurs dans la protection des ressources naturelles et la gestion des paysages. La normalisation d’itinéraires de randonnée, afin d’améliorer l’accessibilité et la mise en scène du patrimoine, en offre l’occasion. Mais le pays va encore plus loin lorsqu’il invite, par exemple, les ornithologues à venir rencontrer des agriculteurs, qui « sont de plus en plus réceptifs et collaborent en donnant leur autorisation d’entrer chez eux, sur leur parcelle, pour trouver et protéger les nids, et parfois donner un coup de main au repérage10 ». Dans la lignée des Mesures agro-environnementales (MAE), le pays amène les enjeux de la biodiversité au sein des exploitations agricoles.

28Les différents projets menés par le pays du Grand Bergeracois confirment qu’on assiste à un travail d’adaptation des normes de l’action publique aux références identitaires et aux résonances locales de chaque micro-territoire (Mormont, 2009). La nature, elle-même, est mobilisée (fig. 2) ; une nature dont le contenu s’est élargi par rapport au goût paysager du XIXe siècle : on passe de la vue panoramique à l’ensemble du cadre naturel, des curiosités naturelles aux écosystèmes (Chamboredon, 1985). Une des conséquences de ce mode de développement est que des espaces toujours plus étendus revêtent un caractère patrimonial, sans que cela s’accompagne nécessairement de dispositifs juridiques, de mesures de protection ou de règles de classement (Di Méo, 2007). Cette forme de patrimonialisation, représentée ou vécue, des territoires impose la scénographie patrimoniale au cœur même de la sphère privée des agriculteurs périgourdins.

Fig. 2 – Sites naturels classés et ZNIEFF en Dordogne

Fig. 2 – Sites naturels classés et ZNIEFF en Dordogne

3. Retour à la sphère privée : les saveurs agricoles du petit patrimoine

29La quête d’émotion amène à pénétrer toujours plus loin au cœur de l’espace vécu du monde agraire, comme en témoigne l’attachement porté aux coutumes, outils et ouvrages issus de sa culture. Il faut dire que les exploitations périgourdines, dont beaucoup conservent les traces d’une polyculture traditionnelle jugée par d’aucuns comme un handicap en matière de compétitivité économique, sont souvent appréciées pour leur apparence et la beauté des paysages auxquels on les associe volontiers, et semblent, en ce sens, représentatives d’un genre de vie en train de disparaître. De même, les vieilles demeures, devenues les « périgourdines » les plus prisées, symbolisent une rusticité et une solidité, qui font explicitement référence à l’ancrage et à la pérennité des ancêtres. Au-delà des critères esthétiques, la nouvelle qualité patrimoniale de ces objets, immédiatement contemporains ou presque, tient en effet à leur présence encore vibrante dans les identités sociales :

« En arrivant, je me suis dit que notre maison n’avait pas la même chaleur que la maison de mes parents ou que cette bâtisse en pierre. Ici, c’est un cadre simple qui va bien avec la simplicité des gens. Voyez la dame qui vient vous ouvrir sa porte et vous offrir le café, c’est exactement ce que j’ai connu chez moi. »
(Visiteur d’une chambre d’hôtes à la ferme, 55 ans, Couze, 2004)

30De fait, ce n’est pas tant un voyage dans le temps qui est exprimé ici qu’un déplacement affectif dans un groupe de valeurs ; ce transfert des vertus de l’objet à l’homme constituant une caractéristique du regard patrimonial et de la quête de sens qui l’anime (Jeudy, 2008). Le « paysan » périgourdin se retrouve, à nouveau, pris dans un processus de « naturalisation » ; confondu avec son milieu de vie et figé dans le souvenir des temps anciens, il devient le vecteur de cette thérapie que peut être le patrimoine lorsqu’on a besoin de se ressourcer.

  • 11  Considérer que les agriculteurs doivent tactiquement se faire plus accueillants aux usages «  écol (...)

31À force de vivre au rythme de la patrimonialisation des campagnes, les agriculteurs périgourdins se sont habitués à ce regard ethnographique et en sont devenus des acteurs rétroactifs : objets patrimoniaux de la modernité, ils se doivent, en plus, d’entretenir aux yeux des autres le miroir des richesses symboliques du terroir (Jeudy, 2008), et ce jusqu’au cœur même de la sphère domestique11. Ils sont ainsi de plus en plus nombreux à ouvrir leurs propriétés et leurs maisons pour organiser de la vente directe, des visites, des marchés ou de l’hébergement. Et le regard patrimonial participe activement à structurer ces différentes activités d’accueil dans la mesure où les services proposés éclipsent souvent l’agriculture pour être davantage une porte d’entrée vers les patrimoines. C’est par exemple ce que l’on peut lire dans de nombreuses offres de chambres d’hôtes ou de gîtes à la ferme lorsqu’elles vantent les qualités patrimoniales du territoire sans véritablement présenter les caractéristiques de l’exploitation autrement que par les traits en cohérence avec cette inscription territoriale, à savoir sa taille réduite, son caractère familial, son orientation en production raisonnée :

« Petite exploitation familiale d’élevage de “veau sous la mère” (label bio), au cachet traditionnel de la région, bâtisse en pierres apparentes laissant apparaître la richesse d’une nature et d’un passé étonnant. Se situant entre le Périgord Pourpre et le Périgord Noir, à un jet de pierre de Sarlat, les amateurs du patrimoine pourront découvrir de magnifiques lieux tout en appréciant la célèbre hospitalité périgourdine. »
(Présentation d’une exploitation agricole pratiquant l’accueil à la ferme : http://www.lafermedupeytavit.com)

32On retrouve également dans l’aménagement de ces mêmes exploitations des mises en scènes et des ambiances qui, venant relayer les processus d’esthétisation à l’œuvre depuis les années 1960, visent à se conformer à l’investissement affectif et au droit à l’hospitalité véhiculés par l’ordre patrimonial (fig. 3). L’espace proche qui servait à entreposer le matériel tout en étant une zone de passage pour les animaux, devient notamment un espace sous contrôle, un espace dont on cherche à bannir toutes traces d’usages agricoles.

Fig. 3 – Les décors d’une exploitation pratiquant l’accueil à la ferme

Fig. 3 – Les décors d’une exploitation pratiquant l’accueil à la ferme

De l’embellissement de la cour à la muséification du séchoir à tabac en passant par l’intérieur policé et réifié, l’agriculture devient un décor silencieux.

Cliché : V. Banos, 2005

33En « Dordogne-Périgord », l’emprise spatiale des patrimoines est telle que le territoire tout entier semble avoir acquis cette capacité à lancer des clins d’œil au flâneur. Même la nature occupée et investie par la culture paysanne semble, ici, se fondre dans les décors de la ruralité édénique. Générant une forme de rente territoriale, cette logique patrimoniale offre aux agriculteurs la possibilité de revaloriser des productions minorées ou de diversifier leurs activités. En revanche, ses implications sociales et politiques demeurent plus ambiguës car, en s’étendant jusqu’au cœur des exploitations agricoles, l’ordre patrimonial participe aussi à bousculer l’identité sociale et culturelle autant que professionnelle des agriculteurs.

III – Une mise en ordre des territoires qui ne dit pas son nom ?

34Malgré les représentations idylliques d’une agriculture périgourdine en osmose avec son environnement, ici comme ailleurs, le référentiel sectoriel reste construit autour de la production de biens alimentaires. Si les autres usagers s’éloignent de plus en plus de cette exigence productive (Hervieu et Viard, 1996), l’expansion patrimoniale, en favorisant les occasions de coprésence, pourrait constituer un opérateur permettant à ces différents publics de faire l’apprentissage de leurs différences et de construire leur coexistence. À moins que conjugués à la mobilité et à l’urbanité de nos modes de vies, ces formes patrimoniales ne renforcent surtout l’accessibilité symbolique des espaces ruraux et confortent implicitement l’idée d’un « droit au lieu » (Lazzarroti, 2003). Pour illustrer cette discussion, on s’intéressera à quelques situations de coprésence entre agriculteurs et autres usagers, des accommodements ordinaires aux lieux de débats institutionnels.

1. Les sociabilités ordinaires, entre expérience intime et apprentissage mutuel

35La patrimonialisation est une mise en désir mais présente également, par son expansion, certains caractères de standardisation. Elle participe d’une mise aux normes des lieux qui les rendent accessibles et praticables par un grand nombre de personnes (Lazzarotti, 2003). Ce renforcement de l’hospitalité des lieux est notamment facilité par le fait que les territoires-paysages patrimonialisés se mettent à porter directement la charge des identités collectives hier dévolues aux communautés d’habitants (Viard, 2000). Autrement dit, même si le patrimoine ne saurait s’y réduire, il peut être vu comme un rapport normatif au monde permettant de s’affranchir des horizons de l’altérité et donc de s’identifier, efficacement et à un moindre coût, à des lieux et des figures. L’exemple de cette personne éprouvant, lors de son arrivée en chambre d’hôtes, l’impression de retrouver l’ambiance et les valeurs de son enfance, c’est-à-dire finalement de retourner chez elle, nous semble à cet égard tout à fait significatif de cette capacité qu’a le patrimoine à transformer l’inconnu en « ailleurs familier », c’est-à-dire à favoriser la fréquentation et l’appropriation des lieux tout en minimisant les risques de confrontation à l’étranger.

36On peut retrouver la trace de ces logiques sociales au cœur même des relations de voisinage de certaines communes rurales du Sud Dordogne. Alors même que le village demeure souvent perçu comme un lieu de sociabilité privilégié, certains résidents restent inconnus de leurs voisins (Banos, Candau et Baud, 2009). Ces anonymes ne sont ni des vagabonds, ni des exclus, mais s’apparentent davantage à des individus mobiles pouvant, selon leurs envies et leurs lieux de vie, activer et désactiver leur invisibilité. Surtout, le désir d’intimité de ces anonymes n’entre pas nécessairement en contradiction avec leur attachement potentiel au territoire, bien au contraire. Jouir des aménités naturelles et culturelles d’un lieu sans s’investir dans le fonctionnement de la localité, apprécier les personnages, en particulier celui de l’agriculteur, qui composent le tableau s’offrant à leur contemplation, sans s’intégrer à la société locale d’accueil, en somme considérer le territoire comme un produit de consommation culturelle, telle pourrait être la parenthèse d’un « ailleurs familier » choisi par ces personnes.

37Telles pourraient être également les pratiques auxquelles invitent les nombreuses festivités qui, tout en étant centrées sur la valorisation des traditions paysannes ou des productions agricoles, ne font que rarement mention des réalités actuelles, économiques et techniques, du métier d’agriculteur et demeurent, par conséquent, peu propices à l’émergence de discussions entre producteurs et consommateurs. Pourtant une initiative comme les Marchés de producteurs de pays, animation permettant de venir déguster dans un lieu public des produits directement achetés aux agriculteurs, est notamment portée par la chambre d’agriculture. Mais, au-delà de la dimension collective de ces événements qui réduit de facto les échanges interindividuels, le choix du site, la symbolisation et l’agencement spatial des objets participent également à encadrer les interactions (fig. 4). En effet, sans nécessairement être organisées dans des hauts lieux, ces festivités jouent sur l’imposition d’identification imaginaire pour délivrer au monde une empreinte locale flatteuse. Dans cette mise en scène, le patrimoine s’apparente à un outil de « magie sociale » capable, parce qu’il est davantage donné à voir que co-construit, de faire oublier qu’il est une production sociale pour apparaître comme une autorité immédiate et consensuelle. Le lieu ainsi « naturalisé » devient intouchable et intransformable. Or, en ne pouvant prétendre transformer le lieu, c’est toute la société qui y vit et la manière dont s’organisent les relations entre les membres qui semblent figées (Lazzarotti, 2003). Cela ne transforme pas pour autant ces localités en espaces panoptiques. L’ordre patrimonial évoque ici davantage une forme de conservatisme « écolo-esthético-convivial » qui se veut bienveillant, soucieux de notre bien-être et de notre insertion heureuse dans un monde chaleureux mais où chacun peut et doit rester à sa place (Matthey et Walther, 2005). La communication construite produit l’illusion d’une communion, un espace de sociabilité symbolique où on demeure « entre-soi », à l’abri de tout discours dissonant.

Fig. 4 – Marché de producteurs de pays à Audrix

Fig. 4 – Marché de producteurs de pays à Audrix

Du charme médiéval de l’architecture environnante à la disposition des longues tables en bois, les objets participent à l’ambiance conviviale et permettent de profiter, en famille ou entre amis, des vertus affectives du lieu. Absents de la scène, les producteurs communiquent autour d’un marché « zéro déchet ».

Cliché : V. Banos, 2005

  • 12 «  Avec les propriétaires, on a discuté de la Dordogne car elle est quand même propre. On en voit t (...)

38Si l’expansion patrimoniale permet de vivre un nombre toujours plus important d’espaces sur le mode de l’intimité, elle participe dans le même temps à faire émerger des lieux d’échanges là où on n’en attend pas nécessairement. Le cas des chambres d’hôtes est à ce titre tout à fait intéressant. En effet, lorsque ce retour dans cette sphère originelle de la communauté ne se réduit pas à une exigence de convivialité et de familiarité, l’ouverture de l’espace domestique rend possible l’expérience de l’altérité. Dans cette optique, les dimensions affectives du patrimoine ne se limitent pas à un rôle de cadrage mais deviennent également un moyen d’échange privilégié. Ces modalités de reconnaissance sont adoptées aussi bien par les producteurs que par les visiteurs, comme si elles étaient de l’ordre de l’intersubjectivité primordiale. Elles permettent d’initier l’échange, facilitent l’intelligence mutuelle et constituent le fil directeur des interactions, une sorte de point de repère permettant aux protagonistes de tisser des liens. Ces liens ne s’épuisent pas dans une simple adhésion au patrimoine local car ce qui est vu ici fait souvent écho à ce qui est vécu là-bas, cette résonance géographique s’exprimant via des expériences particulières12. Cette solidarité préalable une fois constituée, les discussions peuvent alors emprunter des accents plus personnels et s’animer à propos de l’avenir de l’activité agricole, tout en restant conviviales pour respecter les lois de l’hospitalité. De la gastronomie aux petits ouvrages présents sur l’exploitation, en passant par les paysages observés au détour d’une promenade, les formes patrimoniales offrent autant de prises possibles pour aborder ces problématiques. L’aspect et le goût d’un aliment peuvent ainsi suffire à l’émergence d’une conversation sur le rôle des pesticides ou des OGM tandis qu’une bande enherbée ou une jachère fleurie permettent d’évoquer les enjeux du maintien de la biodiversité. Même si ces échanges demeurent beaucoup plus souvent de l’ordre de l’information et de l’expérience sensible que du débat contradictoire, ils autorisent néanmoins une forme d’apprentissage mutuel (Banos, 2008).

39De la présence des anonymes au sein du voisinage aux festivités rurales en passant par l’accueil à la ferme, la mise en scène généralisée des aménités rurales offrirait la possibilité de l’évitement et favoriserait ainsi l’expérience intime du pittoresque et du naturel. Cependant, l’impératif relationnel à l’œuvre dans une chambre d’hôte oblige bien souvent, malgré l’institutionnalisation croissante de ce type d’activité, les protagonistes à construire leurs propres règles d’interaction. Et dans cette configuration, les patrimoines constituent les promesses d’une mise en commun. Mais c’est dans l’agir-ensemble à partir de la reconnaissance préalable d’une pluralité et non dans le seul partage des sentiments ou du goût que se tisse le lien politique (Tassin, 1991). Une dimension politique qui pourrait, a priori, être davantage présente dans les forums institutionnels.

2. Forums institutionnels et maintien des logiques de contrôle territorial

40Selon A. Micoud (2001), l’injonction à la gestion patrimoniale des territoires transformerait les campagnes en ce nouveau théâtre où, sous l’égide de notre relation au vivant et au passé, une citoyenneté en prise avec les enjeux globaux serait la plus à même d’être élaborée. Il en voit notamment la trace dans les arènes de débats qui, instituées à l’occasion d’actions de patrimonialisation, offriraient l’opportunité à des représentants du monde agricole, des collectivités territoriales et des associations de protection de la nature, de confronter leurs points de vue et de réfléchir ensemble à la manière de gérer durablement le territoire. Ces forums tendraient donc à imposer un partage progressif de l’espace rural en incitant chaque groupe d’acteurs à discuter des objets à partir de l’usage qu’il en fait. Aujourd’hui, les chemins ruraux ne sont plus systématiquement des chemins agricoles, mais certains deviennent aussi des chemins de randonnée ; de la même manière, les zones céréalières ou les vignobles deviennent, pour les gestionnaires et les protecteurs de la nature, des réserves de biodiversité animale. Toutefois, ces espaces publics inédits s’avèrent encore très spécialisés, en ce qu’ils concernent surtout des acteurs institutionnels et donc un nombre limité d’individus, comme on peut l’observer avec certains sites Natura 2000 (Fortier, 2009).

41Si l’élargissement des préoccupations patrimoniales doit inspirer l’idéal d’une recomposition des politiques fondées sur la participation et la multiplicité des acteurs, il faut peut-être regarder plutôt du côté des intercommunalités de projet puisque ces nouveaux territoires de l’urbanité rurale se veulent des lieux de constitution et de protection de richesses tout autant culturelles que naturelles (Mormont, 2009). En effet, le moteur de cette expansion patrimoniale tient avant tout à la présence active, sur le territoire, de différents groupes attachés à la qualité de vie qu’offrent les espaces qu’ils occupent. Cet investissement affectif peut trouver dans les enjeux patrimoniaux une prise pour s’approprier les discours sur le local et, dans les pays, un moyen de rendre visible et de légitimer les problématiques contemporaines de la sauvegarde du cadre de vie. En retour, les institutions territoriales peuvent s’appuyer sur cette ramification d’actions patrimoniales pour élaborer un récit contribuant à redonner des perspectives communes à des collectivités qui doivent justement faire face à la diversification sociale et culturelle de leurs populations (Fortier, 2009).

42Mais, que ce soit pour des actions relatives à la protection de l’environnement ou des projets de développement local, on peut se demander si d’un point de vue symbolique l’être-ensemble tissé dans ces deux cas n’est pas de nature différente. On aurait une pluralité reliée au travers des actions environnementales, si toutefois les rapports de force n’ont pas abouti à l’exclusivité d’un usage sur un espace. Dans la construction du sentiment d’appartenance territoriale, par contre, il y a un risque d’une négation de la pluralité sous l’effet d’une vision holiste, stable et pérenne de la société. Cependant, l’intégration des enjeux de la biodiversité au développement patrimonial implique des logiques réticulaires qui ouvrent une brèche dans cet ordre territorial (Micoud, 2001). Le pays du Grand Bergeracois a ainsi conçu sa charte forestière et son contrat de rivière en partenariat avec les territoires voisins. Cette souplesse dans la gestion quotidienne minimise donc les risques d’un local rigide et replié sur lui-même.

43Le problème est que dans le même temps, la loi indexe l’existence de ces institutions territoriales à des impératifs d’unité et de distinction. Et lorsqu’il s’agit de particulariser l’espace et d’en transformer les représentations collectives, le patrimoine est un instrument d’une performativité redoutable, capable d’emporter l’assentiment de tous (Di Méo, 2007). Autrement dit, ces collectivités sont confrontées à un paradoxe puisque si elles doivent créer des échanges et des discontinuités pour essayer de gérer le patrimoine naturel à l’échelle des écosystèmes, elles doivent également instrumentaliser les formes patrimoniales pour, au contraire, légitimer leur projet politique avec l’illusion d’un espace hérité, cohérent et inscrit dans l’ordre naturel des choses. En effet, notre monde symbolique reste toujours dominé par cet idéal de collectifs unis par des valeurs territoriales. Le maintien de ce carcan territorial pourrait donc expliquer, en partie, pourquoi la patrimonialisation des espaces ruraux peine à initier de nouvelles solidarités. Comme l’exemple du Grand Bergeracois tend à le montrer, le pays est de plus en plus un territoire de l’environnement, mais où l’environnement est encore très souvent ramené à une nature emblématique et à des pratiques réifiées dont la principale efficacité réside dans les images positives qu’elles peuvent offrir aux habitants et, surtout, aux regards extérieurs (Alphandery et Pinton, 1998 ; Le Part et Marty, 2006). Or cette lecture consensuelle élude les concurrences d’usages et dissimule des conflits liés à l’appropriation sociale de ce qui fait l’objet d’une patrimonialisation (Laferté et Renahy, 2003). Et lorsqu’il est écrit au sein même de la charte de développement durable : « Le Grand Bergeracois peut être qualifié de “réserve environnementale et patrimoniale” », sans même que le monde agricole ne soit consulté (Banos, 2008), on peut se demander si les théories enthousiastes qui voient dans la patrimonialisation un mouvement capable de fabriquer un nouvel être politique, ne doivent pas être nuancées au regard des processus de sujétions sociales, voire de dé-politisation, que son expansion semble paradoxalement générer.

Conclusion

44Il est difficile d’imaginer un Périgord frappé d’anathème, tombeau de la nature en désordre que seuls quelques voyageurs appréciaient pour ses harmonies inattendues et ses curiosités naturelles situées en marge des sociétés locales. Pourtant, l’engouement pour les villages anciens, pour les bâtisses en pierre, l’attirance pour un pays encore boisé, la certitude que les paysages sont demeurés éternels, tout cela ne s’est affirmé que très lentement. Il fallut attendre la multiplication des découvertes sur la préhistoire, et leur médiatisation, pour voir émerger l’idée selon laquelle on pouvait retrouver ses racines et vivre autrement en Périgord (Tanet et Hordé, 2001). Et dans cette requalification, les objets « naturels », longtemps restés à l’écart des processus de patrimonialisation, jouent désormais un rôle majeur et participent activement de l’emprise spatiale et de l’extension continue des patrimoines.

45L’ampleur et l’efficacité de ces requalifications patrimoniales ont permis au département de la Dordogne de transformer des handicaps structurels et des images négatives en atouts de développements et en valeurs sûres, porteuses d’avenir. Dans un contexte où les ruralités désignent désormais davantage les qualités d’un espace qu’un mode de vie, une organisation sociale ou un type d’activité (Mormont, 2009), le Périgord semble même être devenu un modèle de développement. En permettant, parce que l’identification y est non seulement possible mais plus encore valorisante, à de nouvelles populations de s’intégrer et de recomposer la société locale, et en favorisant l’essor d’une agriculture et d’un agritourisme de qualité, la patrimonialisation semble en effet dessiner, en Dordogne, les contours d’un local riche et fécond, capable de s’adapter à une demande exogène sans pour autant renier ses fondements paysagers, culturels et sociaux (Velasco-Graciet, 2006).

46Cette problématique des « fondements » condense, à notre sens, l’ambivalence de la mise en scène généralisée des aménités rurales. En effet, cette dernière invite à penser que si l’aventure de la qualité concerne aujourd’hui presque 30 % des exploitations agricoles périgourdines, il s’agit simplement d’un dépoussiérage, d’une reconnaissance de ce qui « était là dans le silence de la connaissance et de l’expérience territoriale intériorisée » (Velasco-Graciet, 2006). Autrement dit, elle masque, derrière l’autorité immédiate du patrimoine, les dispositifs normatifs à l’œuvre et la profonde redéfinition de la place accordée à l’agriculture sur ce territoire. Loin de toute prédestination naturelle, la normalisation de l’authentique a participé, tout autant que les critères techniques ou économiques, à sélectionner et à « faire le tri » parmi les exploitations agricoles en Dordogne. Ainsi, comme l’énonçait déjà J.-C. Chamboredon en 1985, « l’exaltation de la culture paysanne se fait au prix de l’enfermement dans un rapport à la nature historiquement constitué et politiquement manipulé. Il est donc trompeur d’y voir un invariant de la condition paysanne ». Si cette interprétation peut être nuancée au regard de la revalorisation de certaines productions artisanales et de la pluri-activité choisie par un certain nombre d’agriculteurs périgourdins, elle nous semble néanmoins conserver une certaine pertinence en ces temps de tout patrimoine.

47Et ce d’autant plus que par ses expansions, le patrimoine décrit et légitime une conception très particulière de l’espace rural, des activités récréatives à la protection des ressources naturelles, en passant par la contemplation d’archétypes paysagers qu’il faut préserver de tout aménagement inopportun. Des sphères du voisinage jusqu’au cœur même des exploitations agricoles, il produit des espaces normés et signifiés qui, même s’ils autorisent en théorie la rencontre avec l’Autre, sont surtout des espaces où la consommation et l’expérience sensible de « la nature » priment. Conçus selon les normes urbaines de l’évitement, la fréquentation y est vécue avant tout sur le mode de l’intime et les figures de l’altérité sont réifiées. Autrement dit, l’expansion patrimoniale tend à transformer les campagnes en « espaces ouverts » sans pour autant poser les conditions d’une redéfinition politique de leurs normes de gestion et d’usage (Banos, 2008). D’ailleurs, pour les collectivités, le patrimoine reste bien souvent une image gérée au nom du projet territorial qu’elle sous-tend et participe à légitimer. En ce sens, même si l’émergence de la biodiversité tend à épuiser ce modèle, le devenir d’une écologisation des campagnes pensée au prisme du patrimoine paraît bien incertain, entre une volonté de maîtrise accrue des territoires et les objectifs d’une réconciliation de « l’habiter » et du « produire » (Mormont, 2009) .

Haut de page

Bibliographie

Alphandéry P., Pinton F., « Le “pays”, territoire de l’environnement ? La protection de la nature en Puisaye », Sciences de la société, vol. 45, 1998, p. 119-137.

Ardouin-Dumazet V.-E., Voyage en France no 29 : Bordelais et Périgord, Berger-Levrault, Paris, 1903, 400 p.

Bataille G., La Peinture préhistorique : Lascaux ou la naissance de l’art, Skira, Genève, 1955, 149 p.

Banos V., L’hypothétique construction des lieux ordinaires entre agriculteurs et non-agriculteurs en Dordogne, thèse en géographie, université Paris IV, 2008, 516 p.

Banos V., Candau J., Baud A-C., « Anonymat en localité : enquête sur les relations de voisinage en milieu rural », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 127, 2009, p. 247-267.

Besse J.-M., « Entre modernité et postmodernité : la représentation paysagère de la nature », in Du milieu à l’environnement. Pratiques et représentations du rapport homme / nature depuis la Renaissance, Economica, Paris, 1992, p. 89-121.

CDT, Enquête sur la demande touristique en Périgord, Comité départemental du tourisme, Périgueux, 2007, 14 p.

Chamboredon J.-C., « La naturalisation de la campagne : une autre manière de cultiver les simples ? », in Cadoret A. (dir.), Protection de la nature. Histoire et idéologie. De la nature à l’environnement, L’Harmattan, Paris, 1985, p. 138-152.

Degrémont I., Patrimoine et Aménagement, étude géographique d’un outil d’aménagement, thèse de géographie, université de Pau et des Pays de l’Adour, 1996, 495 p.

De Segogne H., Les curiosités touristiques de la France : Dordogne, Kleber, Paris, 1953, 110 p.

Di Méo G., « Processus de patrimonialisation et construction des territoires », colloque Patrimoine et industrie en Poitou-Charentes : connaître pour valoriser, Poitiers, 12-14 septembre, 2007, 19 p.

Fénélon P., Le Périgord. Étude morphologique, A. Lahure, Paris, 1951, 526 p.

Fortier A., « La conservation de la biodiversité : vers la constitution de nouveaux territoires », Études rurales, no 183, 2009, p. 129-140.

Matthey L., Walther O., « Un “Nouvel hygiénisme” ? Le bruit, l’odeur et l’émergence d’une new middleclass », Articulo.ch - Revue de sciences humaines, no 1, 2009, p. 1-13, [en ligne].

Guides Bleus, Auvergne et Centre : Berry-Bourbonnais-Limousin-Périgord-Quercy, Hachette, Paris, 1922, 191 p.

Guides Bleus, Périgord-Quercy, Hachette, Paris, 2005, 351 p.

Heinich N., La Fabrique du patrimoine. De la cathédrale à la petite cuillère, coll. « Ethnologie de la France », Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Paris, 2009, 286 p.

Hervieu B., Viard J., Au bonheur des campagnes, L’Aube, La Tour d’Aigues, 1996, 155 p.

Joanne A., Géographie de la Dordogne, Hachette, Paris, 1877, 61 p.

Jouannet F., Voyage de deux Anglais dans le Périgord, Dupont, Périgueux, 1826, 100 p.

Jeudy H.-P., La Machine patrimoniale, Circé, Paris, 2008, 123 p.

Laferté G., Renahy N., « “Campagnes de tous nos désirs”... d’ethnologues », L’Homme, vol. 166, 2003, p. 225-234.

Lazzarotti O., « Tourisme et patrimoine », Annales de géographie, no 629, 2003, p. 91-110.

La Vallée J., Voyages dans les départements de la France, Brion, Paris, 1798, 42 p.

Le Part J., Marty P., « Des réserves de nature aux territoires de biodiversité : l’exemple de la France », Annales de géographie, no 651, 2006, p. 485-507.

Le Roy E., Carnets de route d’une excursion de 15 jours en Périgord, Périgord Noir, Périgueux, 1901, 100 p.

Micoud A., « La campagne comme espace public ? », Géocarrefour, vol. 76, no 1, 2001, p. 69-73.

Mormont M., « Globalisation et écologisation des campagnes », Études rurales, no 183, 2009, p. 143-160.

Ozouf-Marignier M.V., « Les géographes français et les “mauvais pays” », 1890-1930, in Berdoulay V., Soubeyran O. (dir.), Milieu, colonisation et développement durable. Perspectives géographiques sur l’aménagement, L’Harmattan, Paris, 2000, p. 73-84.

Peyrony D., Guide illustré du savant et du touriste. Les Eyzies et les environs, Peyrony, Les Eyzies de Tayac, 1911, 47 p.

Pays du Grand Bergeracois, Charte de développement durable, Bergerac, 2002, 215 p.

Rautenberg M., Micoud A., Bérard L., Marchenay Ph. (dir.), Campagnes de tous nos désirs. Patrimoines et nouveaux usages sociaux, Maison des sciences de l’homme, Paris, 2000, 191 p.

Sylvestre J.-P., « L’agriculteur, l’esthète, l’écologiste et le paysage rural », Pour, vol. 141, 1994, p. 31-37.

Tanet Ch., Hordé T., L’Invention d’un paradis, le Périgord, Fanlac, Périgueux, 2001, 192 p.

Tassin E., « Espace commun ou espace public ? L’antagonisme de la communauté et de la publicité », Hermès, no 10, 1991, p. 23-39.

Viard J., Court traité sur les vacances, les voyages et l’hospitalité des lieux, L’Aube, La Tour d’Aigues, 2000, 176 p.

Velasco-Graciet H., « La reconnaissance rurale, l’exemple du département de la Dordogne », Ruralia, 2006, [En ligne].

Villepelet R., La formation du département de la Dordogne. Étude de géographie politique, Joucla, Périgueux, 1908, 155 p.

Haut de page

Notes

1 Dans les définitions usuelles, le patrimoine désigne d’abord «  les biens qui descendent, suivant les lois, des pères et des mères vers les enfants » (Larousse).

2 Ce travail d’archive s’appuie sur un corpus composé de guides touristiques, d’œuvres littéraires et de travaux scientifiques (Banos, 2008). L’ouvrage intitulé L’Invention d’un paradis  : le Périgord (Tanet et Hordé, 2001) constitua également une précieuse source d’informations.

3  »  Plusieurs fois nous avons vu sortir de la même cabane, une ménagère et son cochon. Tableau fort dégoûtant même si cet animal impur est souvent la plus sûre ressource de la famille.  » (Joannet, 1826.)

4  »  Médiocrement bâtie, Sarlat n’offre rien qui puisse intéresser les arts.  » (La Vallée, 1798.)

5 « Tout Français qui a le culte de ses ancêtres [...] doit faire le pèlerinage des Eyzies. » (Camille Jullian, cité par Ardouin-Dumazet, 1903.)

6  À cet effet, on peut noter que le département affiche de plus en plus l’appellation «  Dordogne-Périgord  ».

7  Site du Comité départemental du tourisme  : http://www.dordogne-perigord-tourisme.fr Les présentations officielles des quatre Périgord sont également revisitées par de nombreux sites et prospectus touristiques.

8 Pays du Grand Bergeracois, 2002.

9  »  On n’a pas légitimité à intervenir sur des filières. Par contre, on intervient dans la mesure où ce n’est pas la promotion du produit qui est faite mais celle du territoire, comme avec les vins de Montravel, berceau de Montaigne. Donc là, l’argument c’est de dire, on a un vin qui est ancré au territoire, qui fait partie du patrimoine local.  » (chargé de mission pays du Grand Bergeracois, 2005).

10  Site internet du pays du Grand Bergeracois  : http://www.pays-de-bergerac.com

11  Considérer que les agriculteurs doivent tactiquement se faire plus accueillants aux usages «  écologico-esthético-conviviaux  » de l’espace rural et incorporent le regard patrimonial porté sur eux (Sylvestre, 1994), ne signifie pas pour autant qu’ils soient dupes des processus à l’œuvre. Certains y participent par conviction, d’autres en essayant de s’en distancier, parfois avec humour  : «  Les gens, ils veulent voir la faune. Alors, parfois, après les repas, on prend les voitures et on va voir les lapins, les chevreuils, enfin tout ce qu’on peut trouver... On est même allés voir le brame, enfin là, c’était nous qui l’avions imité (rires). C’est un peu nos safaris à nous (rires).  » (Propriétaire d’une chambre d’hôte à la ferme, 35 ans, Beaumont, 2005.)

12 «  Avec les propriétaires, on a discuté de la Dordogne car elle est quand même propre. On en voit très bien le fond. On a alors parlé de la Bretagne parce que là pour trouver une eau pas polluée, il faut vraiment se lever de bonne heure. J’en sais quelque chose, mes parents y vivent.  » (Visiteur d’une chambre d’hôtes à la ferme, 30 ans, Beaumont, 2005.)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Des hauts lieux de la préhistoire aux 4 Périgord
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1234/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 2 – Sites naturels classés et ZNIEFF en Dordogne
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1234/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 3 – Les décors d’une exploitation pratiquant l’accueil à la ferme
Légende De l’embellissement de la cour à la muséification du séchoir à tabac en passant par l’intérieur policé et réifié, l’agriculture devient un décor silencieux.
Crédits Cliché : V. Banos, 2005
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1234/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 4 – Marché de producteurs de pays à Audrix
Légende Du charme médiéval de l’architecture environnante à la disposition des longues tables en bois, les objets participent à l’ambiance conviviale et permettent de profiter, en famille ou entre amis, des vertus affectives du lieu. Absents de la scène, les producteurs communiquent autour d’un marché « zéro déchet ».
Crédits Cliché : V. Banos, 2005
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1234/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Banos, « Le patrimoine au risque de son expansion : vers une « naturalisation » des territoires ? », Sud-Ouest européen, 30 | 2010, 37-51.

Référence électronique

Vincent Banos, « Le patrimoine au risque de son expansion : vers une « naturalisation » des territoires ? », Sud-Ouest européen [En ligne], 30 | 2010, mis en ligne le 17 février 2016, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/1234 ; DOI : 10.4000/soe.1234

Haut de page

Auteur

Vincent Banos

Docteur en géographie. Laboratoire « Espace, Nature et Culture », UMR 8185.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals