Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30Au pays des eaux. Diversité et qu...

Au pays des eaux. Diversité et qualité paysagères des zones humides d’Aquitaine

A water country. Diversity and worth of the landscapes in Aquitaine wetlands
En el país de las aguas. Diversidad y calidad paisajísticas de las zonas húmedas de Aquitania
Bertrand Gonot et Thao Tran
p. 67-84

Résumés

La région Aquitaine se caractérise par une grande diversité de milieux naturels, notamment de milieux d’eau, d’où son appellation « pays des eaux ». Ils font partie à la fois des paysages quotidiens, du cadre de vie mais aussi des grands paysages patrimoniaux. La nature et les hommes ont façonné au cours du temps ces zones dites humides ; ces dernières ont été aménagées mais aussi protégées. Ces espaces emblématiques n’ont pas toujours bénéficié d’un tel intérêt, ils ont été longtemps rejetés par les sociétés. Leur promotion et leur mise en valeur constituent aujourd’hui des enjeux importants de la politique du patrimoine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Critères des zones humides.
  • 2 Intérêts différents pour les zones humides au cours du temps : années 1950-1960 (les naturalistes p (...)
  • 3 Terme aussi employé et traduit de manière identique par zonas umidas en Italie et zonas húmedas en (...)

1Terres humides, milieux humides et aquatiques, milieux à composante humide, étendues d’eau, paysages d’eau, etc., on compte autant de vocables pour parler de « zones humides », parfois de manière indifférenciée car le terme semble relativement vaste, parfois de manière plus spécifique, notamment sur les plans hydrologique, pédologique et biologique1. L’expression « zones humides » est une traduction générale de wetlands, terme apparu aux États-Unis à la fin du XVIIe siècle et repris en France dans les années 1960 par les écologues2. Au Canada, une traduction plus littérale donne l’expression « terres humides ». La désignation générale « zones humides3 » est celle adoptée en France et utilisée pour qualifier des milieux biologiques très variés tels que les marais, les marécages, les tourbières, les vasières, les estuaires, les lagunes, les étangs, les mangroves, etc. La présence de l’eau (douce, saumâtre ou salée) marque ces milieux spécifiques qui ont des caractéristiques écologiques propres. Même si l’eau est le principal facteur d’influence de l’écosystème, il n’en demeure pas moins que les zones humides ne se réduisent pas qu’à de l’eau en surface ou dans le sol. Ce sont des interfaces plus ou moins complexes, liant l’eau au sol mais aussi aux espèces végétales et animales. Plusieurs définitions existent pour le terme « zones humides » ; elles se réfèrent la plupart au concept écologique. La composante hydrologique, quand elle est citée, est peu mise en exergue. Les références les plus communément données mentionnent les définitions de la convention de Ramsar en 1971 et de la loi sur l’Eau en 1992, toutes deux à caractère plus juridique qu’écologique.

  • Convention de Ramsar, 1971, article 1 : « Les zones humides sont des étendues de marais, de fagnes, de tourbières ou d’eaux naturelles ou artificielles, permanentes ou temporaires, où l’eau est stagnante ou courante, douce, saumâtre ou salée, y compris des étendues d’eau marine dont la profondeur à marée basse n’excède pas six mètres. »

  • Loi sur l’Eau, 1992, article 2 : « On entend par zones humides les terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année. »

  • 4 Indicateurs des zones humides.

2Ces deux définitions s’opposent entre elles puisque celle de la convention de Ramsar englobe tout ce qui est humide, y compris les milieux aquatiques, alors que celle de la loi sur l’Eau ne prend en compte que les terrains. Il y a une certaine confusion entre humide et aquatique. Les milieux humides en tant qu’hydrosystèmes, appartiennent aux systèmes aquatiques auxquels ils sont reliés, pouvant être soit les prolongements d’un cours d’eau ou d’une nappe phréatique, soit les abords d’une zone lacustre. De manière plus générale, on peut dire que la présence de l’eau, de sols hydromorphes, d’espèces végétales adaptées aux variations de conditions d’humidité permettent déjà, dans un premier temps, de caractériser les zones humides, au sens écologique du terme4(Mitsch, Gosselink, 1986). La diversité écologique spatiale et la polymorphie des milieux qualifiés de zones humides expliquent la diversité des définitions (Mermet, 1992) et donc le fait qu’aucune ne soit admise universellement. La difficulté à définir clairement les zones humides s’explique par les variabilités des superficies, des durées d’immersion, des profondeurs d’eau, des localisations, les usages multiples, etc., selon les régions, les pays, les contextes socio-économiques, les cadres juridiques et administratifs. Finalement, on retient ici la définition de Geneviève Barnaud, la plus complète, et à partir de laquelle se base la classification des types majeurs de zones humides :

« Les zones humides se caractérisent par la présence, permanente ou temporaire, en surface ou à faible profondeur dans le sol, d’eau disponible douce, saumâtre ou salée. Souvent en position d’interface, de transition entre milieux terrestres et milieux aquatiques proprement dits, elles se distinguent par des sols hydromorphes ou non évolués, et / ou une végétation dominante composée de plantes hygrophiles au moins pendant une partie de l’année […] »
Barnaud, 1991)

3Les territoires et les paysages d’eau ont été aménagés, transformés, détruits, modifiés, modelés et créés par l’homme au cours de l’histoire, ainsi les milieux observés résultent de l’association de facteurs physiques, biologiques, écologiques et anthropiques. Comparativement à d’autres écosystèmes, les zones humides sont reconnues pour leur très forte productivité et leur grande diversité biologique (Fustec, Lefeuvre, 2000). Au-delà de la compréhension de leurs fonctions écologiques et de leurs valeurs, l’heure est à leur protection, à l’évaluation financière des services rendus, notamment sur le plan écosystémique5 (Costanza et al., 1997 ; Balmforda et al., 2002).

  • 6 Traduction littérale d’Aquitania.

4Cette recherche sur les zones humides en Aquitaine, le « pays ou terre des eaux6 », a pour objectif de repenser leur place en tant que patrimoine naturel dans les divers paysages de la région (littoraux, fluviaux, estuariens, forestiers, montagnards, viticoles, urbains, etc.). L’eau est omniprésente dans cette région divisée en plusieurs grands ensembles paysagers bien distincts (fig. 1). Le littoral est subdivisé en trois parties : le littoral sableux (Gironde, Landes), le bassin d’Arcachon et le littoral rocheux (Pays basque). Dans l’arrière-pays, ce linéaire est complété par les paysages d’eau, les marais, les étangs, les tourbières, les landes humides, les saligues des gaves de Pau et d’Oloron et les barthes de l’Adour, les vallées des grands fleuves (Garonne, Dordogne, Adour) et des rivières, mais aussi les estuaires de la Gironde, de l’Adour et de la Bidassoa.

Fig. 1 – Paysages originaux d’Aquitaine

Fig. 1 – Paysages originaux d’Aquitaine

5Dans une première partie, on dressera un état des lieux des zones humides recensées en Aquitaine. Passée cette étape, on proposera un changement d’échelle afin d’examiner le cas du Massif forestier landais. Il est historiquement intéressant, dans une deuxième partie, de comprendre la place occupée par les zones humides. Que reste-t-il de ces milieux face à la conquête forestière ? Quel rôle y joue actuellement l’eau en terme de structuration des paysages ? Enfin, en troisième partie, on s’interrogera sur les apports de l’eau, au plan de la variété, des valeurs et des richesses patrimoniales.

6Finalement, cet article montre combien la diversité des zones humides en Aquitaine contribue à en faire un espace à forte valeur patrimoniale, ceci d’autant plus que la loi sur l’Eau de 1992 confère à ces milieux le statut de patrimoine naturel.

I – Des espaces de terre et d’eau : les précieuses zones humides

7Quelle que soit l’époque considérée, force est de constater que les zones humides n’ont jamais laissé les hommes indifférents. À travers les temps, pour des raisons économiques, de salubrité ou de qualité paysagère, voire même de richesse biologique, les valeurs qui leurs sont accordées ont beaucoup évolué. Après les avoir détruites dans un premier temps, on a commencé à les protéger plus récemment. Dans un contexte plus général qu’il faut ici remettre en perspective, la région Aquitaine n’a pas échappé à ces retournements de situation, pour devenir aujourd’hui un haut lieu de protection des zones humides.

1. Une reconnaissance tardive, entre disgrâce et grâce

8Jusqu’à la fin du XIXe siècle, le désintérêt et la peur des zones humides sont bien réels. Historiquement, les premiers textes se référant à ces milieux concernent leur assèchement à des fins agricoles, de salubrité publique (hygiénisme) ou d’intérêt général. Du début du XVIe à la fin du XIXe siècle, on voit se multiplier des législations, toutes en faveur de leur disparition partielle ou totale. Par un édit royal (1599) sur le dessèchement des marais de l’Ouest, Henri IV inaugure la phase de conquête des zones humides. À partir de cette date, d’autres textes vont suivre et fixer les règles d’appropriation ou de concession des terres assainies. Le XIXe siècle est marqué par une multitude de décrets et de lois : décrets sur le dessèchement des marais, décret sur la suppression des étangs insalubres, loi sur les terres incultes vers 1790-1795, loi sur le dessèchement des marais en 1807, loi favorisant des servitudes d’écoulement des eaux nuisibles en 1854, loi sur le drainage en 1856, loi sur la mise en valeur des marais et des terres incultes vers 1857-1860, etc. (Cizel, 2010).

9Les préjugés sur les zones humides perdurent jusque dans les années 1970. De ce fait, les textes sur l’assèchement et le drainage ont des conséquences durables sur ces milieux. En France, près de 67 % de ces zones ont disparu depuis le début du XXe siècle, dont la moitié entre 1960 et 1990 (par assèchement, perturbation des interconnexions hydrauliques, fragmentation et mitage, eutrophisation et comblement, pollutions chimiques et organiques, fermeture et / ou banalisation des milieux, etc.). Les zones humides demeurent parmi les milieux naturels les plus dégradés et les plus fragilisés (Bernard, 1994 ; ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de la Mer, 2008). Dès lors, elles deviennent précieuses et inestimables, d’autant plus que leur disparition totale inquiète ; tel est le paradoxe de cette nouvelle rareté (Bernard, 1994) : ce qui est rare est donc recherché et préservé.

10La reconnaissance politique et juridique des zones humides arrive tardivement avec la loi sur l’Eau de 1992 et il faut attendre 1995 avec le Plan d’action sur les zones humides pour voir se mettre en place toute une législation. S’ensuivent les Pôles-Relais zones humides en 2001, la loi Eau et Milieux aquatiques en 2006 et les lois Grenelle en 2009. Dans le même temps, le législateur a supprimé plusieurs textes sur l’assèchement, devenus incompatibles avec ceux prônant la protection des zones humides. D’autres outils complètent le dispositif afin de mieux comprendre la structure et le fonctionnement des zones humides, leur rôle écologique et leur importance économique, les interactions Nature-Société et les modes d’action pour leur conservation et leur restauration (ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de la Mer, 2008) : l’Observatoire national des zones humides (ONZH) en 1995 et le Programme national de recherche sur les zones humides (PNRZH) en 1998.

11En dépit d’une reconnaissance officielle, compte tenu de leur grande variété, les zones humides restent difficiles à délimiter et à caractériser exhaustivement. L’information est de ce fait disparate, d’autant plus qu’il n’y a pas d’inventaire exhaustif des zones humides à l’échelle nationale. Une cartographie des milieux humides existe pourtant : elle ne fournit qu’une localisation des principaux milieux à composante humide en France à partir des données des espaces naturels inventoriés et de l’occupation du sol. On peut dire ainsi que certaines zones humides sont bien connues car elles ont fait l’objet d’identification dans le cadre de démarches internationales, nationales ou locales (Marais atlantiques, 2008). Les milieux présentés comme notoires ou remarquables sont ceux les plus reconnus pour leur qualité environnementale (diversité biologique, services écosystémiques, etc.) ; ils bénéficient tous d’outils de protection et / ou relèvent d’engagements européens et internationaux ou d’inventaires. Ceux-ci se différencient des milieux humides qualifiés d’ordinaires et jugés sans intérêt. Souvent de petites tailles, ces derniers sont disséminés sur tout le territoire. Mais en les considérant à l’échelle du bassin, ils rempliraient les mêmes fonctions et rendraient les mêmes services qu’une vaste zone humide remarquable.

  • 7 La France a ratifié la convention de Ramsar en 1986 et à ce jour, elle possède 36 sites d’importanc (...)
  • 8 Initié par l’Union européenne, le réseau Natura 2000 compte environ 25 000 sites écologiques, dont (...)
  • 9 Il s’agit des grands bassins hydrographiques français définis par la loi sur l’Eau en 1964. Afin de (...)
  • 10 Issues de programmes d’actions spécifiques et délimitées par le préfet, les zones humides d’intérêt (...)

12Ainsi, parmi les sites reconnus en France, on recense les zones humides d’importance internationale de Ramsar7, celles issues de programmes internationaux comme l’Unesco, celles appartenant au réseau écologique Natura 20008, celles remarquables des grands bassins français9, celles d’intérêt environnemental particulier10, celles concernées par les mesures de protection réglementaire, etc. L’essentiel de la protection s’organise autour de la réglementation générale sur l’aménagement du territoire, les activités, l’eau et l’environnement. Qu’en est-il à l’échelle de l’Aquitaine ?

2. Les démarches de protection et d’inventaire des zones humides d’Aquitaine

  • 11 Zone d’intérêt communautaire pour les oiseaux (ZICO) : cet inventaire initié par le ministère de l’ (...)
  • 12 Zone naturelle d’intérêt écologique faunistique et floristique (ZNIEFF) : cet inventaire initié par (...)

13Les enjeux de la protection des habitats et des espèces en Aquitaine (Diren Aquitaine, 2003) sont à replacer dans un contexte, celui de la richesse des milieux naturels (fig. 2). Le littoral landais appartient au linéaire de dunes atlantiques, le plus étendu de toute l’Europe, aux espèces animales et végétales spécifiques, inféodées au milieu qui bénéficie aussi d’une grande diversité d’habitats (entre forêt de protection à l’arrière de la zone côtière et forêt de production en Gironde et dans les Landes). De même, les rives du golfe de Gascogne sont les lieux de migration et d’hivernage de l’avifaune, notamment pour les oiseaux d’eau. Plus au sud, les zones côtières rocheuses du Pays basque abritent des populations animales et végétales rares (Gerea, 1985). Enfin, le bassin d’Arcachon est une entité à part entière avec ses prés salés et ses vasières ; il s’agit d’un site d’importance internationale pour de très nombreuses espèces d’oiseaux d’eau, proposé comme site Natura 2000, inventorié en ZICO11 et en plusieurs ZNIEFF12 pour ses richesses floristiques et faunistiques.

Fig. 2 – Zones humides d’Aquitaine

Fig. 2 – Zones humides d’Aquitaine
  • 13 Sites à caractère artistique, historique, scientifique ou pittoresque.
  • 14 Sites à caractère artistique, historique, scientifique, légendaire ou pittoresque, dont la qualité (...)
  • 15 Politique nationale des paysages renforcée en 2007 par une circulaire dont l’objectif est de dévelo (...)
  • 16 La région Île-de-France possède le plus grand nombre de sites classés (250 sites) mais proportionne (...)

14Les milieux d’eau investissent tous ces paysages comme le montre la figure 2, très révélatrice du fort intérêt patrimonial des zones humides. Certains sites humides ont par ailleurs été classés dans le cadre de la protection des paysages. Les premières mesures ont été édictées par la loi sur le classement des monuments naturels et des sites en 1906, remplacée en 1930 par la loi sur la création des sites inscrits13 et classés14, concernant les espaces naturels ou bâtis. De plus, pour préserver durablement la diversité des paysages15, les politiques se réfèrent à la loi Paysages de 1993 et à la Convention européenne du paysage en 2000. Ainsi, en France, les grandes superficies classées, supérieures à 100 ha, représentent presque 20 % des sites classés et concernent la plupart du temps des espaces naturels (zones humides, forêts, vallées, etc.). La proportion en Aquitaine n’est pas du tout négligeable en comparaison des autres régions16, 155 sites classés d’une superficie de 31 006 ha. Sur les 617 sites protégés (295 904 ha), 462 sont en sites inscrits (265 324 ha).

15À l’échelle de la région Aquitaine, les outils de gestion écologique ont permis de classer les interventions en trois catégories (fig. 3) :

    • 17 Zone de protection spéciale (ZPS) : la directive Oiseaux s’applique sur l’aire de distribution des (...)

    les mesures réglementaires (11 réserves naturelles, 6 Réserves naturelles régionales, 1 parc national, 12 arrêtés préfectoraux, 12 ZPS17) ;

  • la gestion conventionnelle (2 Parcs naturels régionaux, près de 150 sites en Natura 2000) ;

  • les inventaires (26 ZICO, 602 ZNIEFF I et II).

Fig. 3a – Espaces naturels protégés d’Aquitaine

Fig. 3a – Espaces naturels protégés d’Aquitaine

Fig. 3b – Espaces naturels inventoriés d’Aquitaine

Fig. 3b – Espaces naturels inventoriés d’Aquitaine

16Nombre de zones humides sont liées à l’existence de réserves naturelles (dunes du Marais d’Hourtin, étang de Cousseau, marais de Bruges, banc d’Arguin, Arjuzanx, courant d’Huchet, étang Noir, marais d’Orx, etc.), espaces réglementés présentant un patrimoine naturel d’intérêt national ou régional. La superficie totale classée représente environ 5 800 ha dont 3 600 ha en zone terrestre. En Aquitaine, ces espaces protégés font partie des 284 766 ha de réserves et de parcs naturels, soit 165 300 ha dans les Landes, 100 400 ha en Gironde et 15 100 ha dans les Pyrénées-Atlantiques.

  • 18  Habitats côtiers et végétation des milieux salés, dunes maritimes et continentales, habitats d’eau (...)

17Au-delà d’un simple classement des superficies en fonction des critères de protection et d’inventaires, il est intéressant de voir qu’à l’échelle des sites Natura 2000, les sites les plus importants sont ceux des milieux humides (zones humides, forêts alluviales, vallées et cours d’eau). Le maintien de la diversité biologique de ces derniers passe par la préservation des espèces et de leurs habitats, mais aussi par le souci de maintenir les interrelations entre les milieux (Burel, Baudry, 1999). La directive Oiseaux concerne la préservation des oiseaux sauvages en protégeant les habitats pour la reproduction et la survie des espèces d’oiseaux rares ou menacés à l’échelle européenne. Quant à la directive Habitats, elle a pour objectif la conservation d’espèces et d’espaces sauvages18. Toutes deux concourent à vouloir concilier les exigences des espèces et des habitats avec les réalités économiques, sociales et culturelles (Barnaud, Fustec, 2007).

18Toute cette reconnaissance au niveau des outils de protection et d’inventaire est significative du regain d’intérêt porté aux zones humides qui, on doit le rappeler, ont longtemps été délaissées, bannies et / ou éradiquées.

II – Le Massif landais : d’une vaste zone humide à une vaste forêt

19Le Massif forestier landais, souvent présenté comme le plus important massif d’Europe (près d’un million d’hectares), est réparti sur les départements des Landes, de la Gironde et du Lot-et-Garonne. Cette immense forêt est principalement constituée de peuplements de pins maritimes, plantés au XIXe siècle pour fixer le cordon dunaire et mettre en valeur les zones humides des Landes de Gascogne. Cette pinède, lou pignada pour les Gascons, s’est substituée aux paysages marécageux et pastoraux des échassiers landais.

1. À l’origine, une vaste zone humide

20La présence des lacs littoraux, des plans d’eau forestiers de la haute Lande et de ses vastes zones marécageuses (interrompues assez mystérieusement à l’approche des cours d’eau) ne peut se comprendre sans faire référence à quelques éléments de géologie, de topographie, de climatologie et d’hydrologie. Il faut ainsi déshabiller momentanément le plateau landais de sa couverture forestière pour révéler une facette moins connue du grand public, celle d’un plateau gorgé d’eau. Tout s’est joué pour ce dernier lors de la dernière glaciation de l’ère quaternaire (– 18 000 ans) (Gerea, 1985 et 1990). L’Océan atlantique est plus bas qu’aujourd’hui d’environ 120 m et localisé à quelques dizaines de kilomètres à l’ouest du trait de côte actuel. Le plateau continental se trouve donc à l’air libre. Les immenses quantités de sables qui y sont déposées, produits de l’érosion des Pyrénées et du Massif central, sont reprises par les puissants vents d’ouest. Déposés au niveau du futur Massif landais, ces sables éoliens ennoient les vallées existantes et leur réseau hydrographique, dessinant ainsi les grands traits de la topographie : un vaste triangle sableux caractérisé par sa grande planéité et sa légère inclinaison vers l’océan.

21Une fois la phase de dépôt effectuée dans des conditions semi-arides, le réseau hydrographique apparaît à nouveau, au cours du temps, à la faveur d’un climat redevenu plus humide (Enjalbert, 1961). À la reconquête du terrain perdu, il étend ses ramifications naissantes par érosion régressive, d’autant plus activement que le matériau sableux s’y prête et que le niveau de la mer est encore bien en-dessous du niveau du plateau landais. La remontée des eaux liée au réchauffement climatique (transgression flandrienne, il y a moins de 8 000 ans) limite cette progression : le plateau landais n’est alors plus qu’à quelques dizaines de mètres au-dessus de l’océan. Dans de telles conditions, le réseau hydrographique est resté peu hiérarchisé (Gonot, 1996), de faible densité et délimitant ainsi de vastes interfluves. Dans le même temps, la remontée des eaux concourt, par l’action de la houle combinée à celle des vents, à la mise en place de cordons dunaires littoraux sur plusieurs kilomètres de large, à la marge ouest du plateau landais.

  • 19 Grès formé par concrétion et constituant un horizon profond, induré et imperméable, caractéristique (...)

22Tout participe à faire du plateau landais une véritable terre des eaux. Localisé à proximité du littoral, il bénéficie des influences océaniques et notamment de précipitations abondantes (1 000 mm par an en moyenne). Formé de sables grossiers, ce plateau est comparable à une véritable éponge, capable d’emmagasiner des quantités considérables d’eau, d’autant plus que leur évacuation est tout à fait déficiente. Au-delà de la frange côtière, la planéité, la faible densité et le peu d’encaissement du réseau hydrographique, mais aussi la présence fréquente d’alios19 à quelques dizaines de centimètres de profondeur, empêchent tout bon drainage superficiel. Dans ces conditions, les vastes interfluves restent gorgés d’eau toute l’année, ce qui explique la présence de marécages et de petites mares au niveau des dépressions topographiques. À leurs marges, bien drainées en surface du fait de la proximité et de l’encaissement des vallées (10 à 30 m), il y a les rivières au débit soutenu tout au long de l’année, grâce à l’importance des ressources phréatiques. Vers la frange littorale enfin, les eaux de drainage du plateau qui affluent, voient leur évacuation bloquée par les cordons dunaires, ainsi un chapelet de lacs et d’étangs s’est formé à leur contact.

23Jusqu’au milieu du XIXe siècle, le plateau landais est occupé par une société agro-pastorale qui subit à bien des égards les conditions d’une zone insalubre, ingrate et mal drainée. Les propos relatés par le paysan landais Maître Pierre montrent la dureté du milieu :

« Chemin faisant, Maître Pierre s’arrêta au milieu d’un terrain stérile. Venez ici, me dit-il ; il faut, avant tout autre propos, que je vous fasse faire connaissance avec la Lande […] À deux pieds de profondeur, il me montra une couche de grès rougeâtre qui avait l’aspect d’un minerai de fer. Ceci, me dit-il, est ce que nous appelons l’alios […] C’est ce grès maudit qui est cause de toutes nos misères. Vous comprenez qu’un champ ainsi pavé est comme un pot de fleurs auquel on n’aurait pas fait de trou. L’eau s’accumule au fond, et, comme il pleut ici pendant six mois de l’année, les racines prennent un bain de pied prolongé qui les tue. La terre est saturée d’eau pendant tout l’hiver ; l’eau regorge jusqu’à la surface, et comme le sol est plat, ou à peu près, les Landes sont une mare impraticable jusqu’au retour du beau temps. »
(About, 1935)

24Au centre des interfluves, les zones marécageuses constituent de vastes parcours communaux, consacrés au pâturage des troupeaux de moutons en été, lorsque les sols sont suffisamment asséchés. Les abords des vallées, trop bien drainés et donc trop secs pour accueillir des cultures, sont occupés par une forêt mixte de pins et de chênes, pâturée en sous-bois à la mauvaise saison. Quant aux zones intermédiaires, ni trop, ni trop peu drainées, elles sont investies par les villages et les cultures. Cette organisation de l’espace, dictée par le degré plus ou moins important de drainage, est celle d’une vaste zone humide anthropisée, où la société landaise doit composer en permanence avec les fortes contraintes liées à l’eau et au sable.

2. Face à la conquête forestière, vers un recul et une disparition des zones humides ?

25À l’instar de l’ensemble des zones humides en France, le plateau landais n’est guère populaire au début du XIXe siècle. Considéré comme improductif, de surcroît malsain, il est l’objet de nombreux projets de mise en valeur. Les perspectives de boisement se multiplient mais se heurtent très vite au problème majeur de l’eau. Aucune solution à l’évacuation des eaux ne paraît viable, d’autant plus qu’il s’agit d’une entreprise fort difficile au regard de la topographie particulièrement plane. Les pins, dont les jeunes plants craignent l’hydromorphie, sont donc plantés uniquement sur les marges des interfluves. Après maintes tentatives infructueuses, une loi datant de 1857 impose la plantation de pins sur l’ensemble des parcours à moutons, c’est-à-dire dans les zones marécageuses. Grâce à l’ingéniosité d’Henri Crouzet et de Jules Chambrelent, un plan d’assainissement est mis en place et permet le boisement.

  • 20 Cette situation a bien changé depuis l’ouverture de plaies béantes dans la forêt, lors des tempêtes (...)

26En quelques décennies, la vaste zone humide landaise connaît ainsi un intense mitage. Au début des années 1900, la forêt occupe près d’un million d’hectares, soit l’essentiel du plateau landais. La zone humide semble avoir quasiment disparu sous la couverture forestière, du moins visuellement parlant. On peut dire que c’est le massif forestier qui paraît mité par les zones humides qui y ménagent çà et là de brèves ouvertures20. Cette faible présence visuelle des zones humides signifie-t-elle pour autant que la vaste zone humide a disparu ?

  • 21 Les pins du centre des interfluves contribuent, par leur consommation d’eau, à rabattre la nappe su (...)

27Une lecture paysagère attentive révèle qu’aujourd’hui encore, l’eau est un facteur déterminant de la structuration des paysages landais (Gonot, 2004). Par son absence localement, mais surtout par sa présence, parfois insoupçonnable, elle joue un rôle majeur dans la diversité et la qualité paysagères. La vaste zone humide est toujours bien présente, même si elle est cachée dans le paysage forestier, même si elle est plus fragmentée qu’autrefois, à cause entre autres des profonds drainages agricoles qui l’ont rabattue localement. Nul doute quant à son existence : les nombreux marais, plans d’eau et rivières en sont bien les témoins. Souvent d’ailleurs, les événements exceptionnels la font ressurgir, lorsqu’ils provoquent la disparition partielle de la couverture forestière. Ainsi, après les incendies des années 1937 à 1949 qui ont ravagé plus de 400 000 ha, la diminution de l’évapotranspiration forestière a eu pour conséquence une remontée du niveau de la nappe phréatique21, d’où la nécessité de grands travaux d’assainissement avant replantation. De la même manière, la tempête de janvier 2009, qui a détruit localement le Massif forestier landais à plus de 90 %, devrait entraîner une remontée du niveau phréatique (fig. 4). Elle a dévasté la forêt, au risque de voir certains propriétaires forestiers, désespérés par ces catastrophes naturelles (en décembre 1999, le massif avait aussi été très touché), abandonner leurs parcelles. On pourrait dans ces conditions imaginer un retour de la vaste zone humide, ce qui changerait radicalement le paysage des Landes.

Fig. 4 – Paysage de zones humides après la tempête de 2009

Fig. 4 – Paysage de zones humides après la tempête de 2009

Il s’agit d’une lagune forestière habituellement asséchée. Après la tempête de janvier 2009, on note au mois de mars une remontée de la nappe phréatique. À l’arrière-plan, seuls quelques arbres de la futaie adulte subsistent.

Cliché : B. Gonot, 2009

28Les XXe et XXIe siècles verraient-ils le retour en grâce des zones humides ? Les sociétés d’aujourd’hui ont souvent oublié ou ignorent l’histoire de ces milieux d’eau, une histoire entre abandon, disparition, (re)naissance et protection. Lieux de détente, de loisirs par excellence, les lieux d’eau sont en phase aujourd’hui avec les aspirations des promeneurs et des touristes, en quête d’une proximité avec la nature.

III – Entre diversité et qualité paysagères : les valeurs d’exception des zones humides

29La forêt landaise pourrait être présentée comme une immense mosaïque en trois dimensions. Elle est mosaïque par ses volumes, avec ses parcelles très géométriques, telles un pavage, d’autant mieux identifiables que les peuplements de pins ont des hauteurs variables, entre futaies adultes et plantations récentes. Elle est aussi mosaïque en raison des nuances végétales qui la caractérisent, celles propres aux pins (couleurs et densités différentes en fonction de l’âge des peuplements), celles fonction du degré d’entretien des parcelles forestières à l’origine de variations floristiques du sous-bois. Comme à l’époque des bergers enfin, les zones humides apportent leurs touches propres dans l’organisation des paysages (Gonot, 2004), même si cela est moins visible compte tenu de l’omniprésence des pins.

1. Une mosaïque forestière sur fond d’eau ou une mosaïque de zones humides sur fond d’arbres ?

30Là où les zones humides sont absentes, c’est-à-dire dans les zones bien drainées proches des vallées, les différents stades forestiers présentent un sous-bois de fougères, d’ajoncs, de bruyères et de callunes, très caractéristique de la lande atlantique si l’entretien forestier n’y est pas trop récent.

  • 22 Leur grand nombre peut surprendre, dans ce massif assaini lors de la plantation des pins. L’évacuat (...)

31Partout ailleurs, les zones humides sont constamment présentes22, bien que modifiées par des décennies de sylviculture. Elles sont alors source d’une étonnante variété dans la pinède, par leur flore et leur faune bien spécifiques, leurs couleurs, leurs bruits, etc. Elles participent à créer une ambiance de quiétude et d’enchantement à l’image des barthes du Bourret, du Boudigau, de l’étang Blanc, du lac d’Hossegor, du courant d’Huchet, du marais d’Orx, pour ne considérer qu’eux (fig. 5). Ces milieux, très ordinaires au plan hydrologique, en tant que simples témoins du cycle des eaux superficielles du plateau landais, n’en sont pas moins extraordinaires par les impressions, les sensations qui s’en dégagent, comme en témoignent ces quelques clichés photographiques.

Fig. 5 – Paysages de zones humides, de l’ordinaire à l’extraordinaire

Fig. 5 – Paysages de zones humides, de l’ordinaire à l’extraordinaire

5a – Barthes du Bourret à Hossegor

Clichés : B. Gonot, 2009

5b – Boudigau à Capbreton

Clichés : B. Gonot, 2009

5c – Étang Blanc à Seignosse

Clichés : B. Gonot, 2009

5d – Lac d’Hossegor

Clichés : B. Gonot, 2009

5e – Courant d’Huchet à Moliets-et-Maa

Clichés : B. Gonot, 2009

5f – Marais d’Orx à Labenne

Clichés : B. Gonot, 2009

  • 23 Le drainage agricole, réalisé à environ 2,5 m, rabat fortement la nappe phréatique, faisant ainsi d (...)

32Au cœur du Massif forestier landais, aux centres des interfluves, on découvre les landes humides. Ici, la pinède présente un sous-bois où la molinie domine, signe certain que les sols sont particulièrement hydromorphes. À la mauvaise saison, pour peu que les pluies soient abondantes, les secteurs les moins bien drainés peuvent y rester inondés durant de longues semaines. Dans les dépressions topographiques, on retrouve les plans d’eau forestiers où les bergers pêchaient autrefois. Devenus trop acides au contact de la pinède, ils renferment aujourd’hui des espèces rares, en nombre limité certes, adaptées aux conditions difficiles. Ces trouées de lumière, encerclées de feuillus, sont pour certaines en voie de comblement naturel et colonisées progressivement par des saules, voire même par des pins qui contribuent à leur assèchement. Plus des deux tiers ont maintenant disparu, asséchées à la suite des travaux forestiers, et surtout à la faveur d’un drainage sévère23des parcelles forestières, converties à la culture du maïs.

  • 24 Les plus grands cours d’eau, comme la Leyre en Gironde, sont quant à eux longés par des marais, aut (...)

33À la marge des interfluves, à seulement quelques mètres du début des vallées, de manière très brutale, apparaît un autre type de zones humides : il s’agit des forêts galeries associées aux cours d’eau. Ces forêts de feuillus (aulnes, saules et chênes essentiellement), en association aux pins, recouvrent intégralement les rivières et en suivent les cours sinueux. Par comparaison avec la pinède, très sèche, on a ici un paysage de verdure et d’eau24.

34À ces zones humides, d’origine naturelle, on peut enfin ajouter le site d’Arjuzanx, ancienne mine de lignite exploitée à ciel ouvert par EDF jusqu’en 1991. À l’arrêt de l’exploitation, le site a connu une remontée de la nappe phréatique. Après réhabilitation, c’est sur près de 2 700 ha que se juxtaposent maintenant une multitude de zones humides d’une grande variété.

35Quant à la zone littorale du plateau landais, elle se différencie du cœur du plateau par la présence, depuis la Pointe du Médoc jusqu’à l’embouchure de l’Adour, d’une quarantaine de grands plans d’eau et de petits étangs, associés à des marais. Ils doivent leur présence au barrage constitué par les dunes littorales, stoppant l’écoulement des eaux de drainage du plateau landais. Ceux du sud, à partir de Vieux-Boucau, sont localisés au niveau de l’ancien lit de l’Adour, avant que l’embouchure du fleuve ne soit détournée vers l’océan à Bayonne.

  • 25 Un quatrième courant existe, celui de Contis, mais les étangs (étang de Lit-et-Mixe et de Saint-Jul (...)

36Trois d’entre eux se distinguent car ils sont reliés à l’océan par des courants littoraux (courant de Mimizan / étang d’Aureilhan, courant d’Huchet / étang de Léon et courant de Vieux-Boucau / étang de Soustons)25 (Gonot, Tran, 2010). Ces exutoires naturels, sujets aux remontées d’eau salée lors des marées (d’où un enrichissement en espèces halophiles), sont enchâssés dans des forêts galeries, à l’instar des cours d’eau de l’intérieur du plateau landais.

37On peut citer enfin les cas particuliers du lac d’Hossegor et du marais d’Orx, considérés comme des zones humides fortement anthropisées. Le premier est devenu un lac marin depuis qu’il a été ouvert à l’océan en 1876, afin de lui faire jouer un rôle de chasse à l’entrée du port de Capbreton pour repousser le sable qui avait une fâcheuse tendance à obstruer l’entrée du port. En ce qui concerne le deuxième, il a été asséché en 1864 sous les ordres du comte Walewski et, après plus d’un siècle d’exploitation agricole intensive, ce fleuron de l’agriculture française est redevenu une vaste zone humide en 1984 (Baron-Yellès, 2000).

38Toutes ces zones humides, aussi naturelles ou anthropisées soient-elles, engendrent une variété paysagère considérable, par la présence de l’eau et d’une végétation fort différente de la pinède environnante. Outre les valeurs d’esthétique, leur présence apporte également à la pinède des valeurs écologiques du fait d’une diversité accrue d’habitats (notamment par les feuillus qu’on y trouve), à l’origine d’une plus grande diversité animale (Gerea, 1985).

39Au-delà d’une simple analyse paysagère, il est pertinent de relever auprès des promeneurs et des touristes qui les parcourent, leur ressenti face à ces paysages d’eau. Quelles sont finalement les valeurs qu’ils accordent à l’ensemble de ces milieux ? Afin de mesurer ces valeurs, une série d’enquêtes sous forme de questionnaires a été réalisée au niveau de sites test du littoral landais durant l’été 2009.

2. Une (re)découverte des lieux d’eau, de la récréation à la valorisation touristique

40Le choix du littoral s’est imposé, compte tenu de sa fréquentation plus importante, par comparaison avec la partie intérieure où les zones humides restent de fait peu fréquentées. Cette enquête s’est adressée à un échantillon de près de 200 personnes, en bordure de cours d’eau (courant d’Huchet à Moliets-et-Maa, Boudigau à Capbreton, barthes du Bourret à Hossegor) et de plans d’eau (marais d’Orx à Labenne, étang de Léon à Léon, étang de Soustons à Soustons, étangs Noir et Blanc à Seignosse, lac d’Hossegor à Hossegor) (fig. 6).

Fig. 6 – Zones humides des Landes

Fig. 6 – Zones humides des Landes

41Les résultats exposés dans cet article ne concernent que le site du courant d’Huchet (22 enquêtes, représentatives au demeurant de ce qui a été constaté ailleurs). Trois questions relatives au lieu fréquenté permettent de témoigner des motivations, des envies et du ressenti des promeneurs. Elles révèlent ainsi les valeurs accordées par ceux-ci à la zone humide visitée :

  • 1 – Qu’est-ce qui vous a donné envie de venir découvrir ce lieu ? (question posée aux visiteurs découvreurs) Qu’est-ce qui vous attire ici ? (question posée à ceux qui reviennent sur les lieux)

  • 2 – Quels mots / expressions employez-vous pour qualifier ce lieu, pour le décrire ?

  • 3 – Quand vous êtes dans ce lieu, que ressentez-vous ?

42Les réponses obtenues ont été regroupées, car d’une manière générale, les questions 2 et 3 ont amené les enquêtés à employer à nouveau les qualificatifs déjà utilisés en question 1. Les termes utilisés ont été classés en cinq catégories : ceux relatifs aux contrastes paysagers, à l’esthétique du lieu, à la proximité de l’eau, au ressenti du promeneur, à l’attachement à l’aspect naturel. Les résultats obtenus n’ont pas permis d’établir de distinction entre les discours des promeneurs locaux (9/22), des promeneurs régionaux (7/22) et ceux des vacanciers plus lointains (6/22). On constate que les promeneurs expriment de manière marquée :

  • leur ressenti par rapport à cette zone humide (21 enquêtés sur 22, avec quelque 70 termes exprimés) : « apaisant […] déstressant […] sérénité […] calme […] liberté […] ressourcé […] paradis […] on est très bien […] bonheur […] accueillant […] solitude positive […] » ;

  • leur attachement au côté naturel du site (19 enquêtés sur 22 ; 33 termes exprimés) : « lieu sauvage […] nature », pour l’essentiel ;

  • leur sensibilité par rapport à l’esthétique du lieu (15 enquêtés sur 22 ; 27 termes exprimés) : « magnifique […] beau […] joli […] préservé […] fabuleux […] charmant […] bellissimo […] grandiose […] spectaculaire[…] ».

43L’intérêt porté à la proximité de l’eau est, quant à lui, exprimé par 9 promeneurs, et celui relatif aux contrastes paysagers seulement par 5 d’entre eux.

44Loin d’être répulsives comme autrefois, les zones humides bénéficient d’un regain d’intérêt. Ces contenus de discours montrent l’intérêt et les valeurs que les zones humides du littoral landais suscitent actuellement auprès d’un nombreux public. Leur fréquentation permet un retour à la nature ; ce sont des lieux de repos, de détente et de quiétude, mais aussi des lieux d’exception par leur esthétique. Derrière les mots exprimés, se cachent les multiples valeurs accordées au courant d’Huchet, et aux zones humides en général, des valeurs en rapport avec les ambiances des lieux (couleurs, bruits, odeurs, etc.), les sensations, les émotions qu’ils suscitent et les activités simples que l’on peut y pratiquer. Ces aspects sont évoqués tant par les habitués qui fréquentent ces lieux de manière régulière que par les touristes. Ils aiment retrouver, le temps d’une promenade, tout ce à quoi ils aspirent. La redondance des réponses doit être interprétée comme un sentiment unanime quant aux valeurs d’exception des paysages d’eau, notamment par rapport à la forêt environnante.

45Dans ce questionnaire, deux questions plus générales ont été intégrées, afin d’apprécier les valeurs accordées aux zones humides landaises (dans leur ensemble) par rapport à la forêt environnante. Leur formulation assez redondante a permis de mieux cerner les représentations des promeneurs :

  • 4 – On est dans la forêt landaise. Est-ce que dans cette forêt, la présence de lacs / étangs / marais / rivières apporte quelque chose à vos yeux ?

  • 5 – Sans ces lacs / étangs / marais / rivières, aurait-elle le même intérêt, les mêmes valeurs à vos yeux ?

46Les réponses à la première question convergent à une très large majorité : 18 promeneurs sur 22 expriment l’apport de ces zones humides essentiellement en termes d’enrichissement paysager, d’accroissement de la diversité en général.

« ça fait des paysages variés […] ça contribue à la diversité de la végétation […] ça amène une différence de type de forêt […] ça donne une diversité qui change de la monotonie des pins […] c’est moins lassant que les pins […] ça apporte le charme par rapport à la forêt de pins […] là c’est une autre forêt avec ses cours d’eau et ses lacs […] c’est la diversité , la richesse en végétaux et animaux […] y’a pas que la forêt, ça apporte végétation et animaux différents […] »

47Ces termes ramènent à des valeurs esthétiques, au bénéfice des zones humides, perçues comme plus riches par rapport à la forêt environnante très monotone. De ce fait, 7 promeneurs sur 22 évoquent par ailleurs les apports des zones humides en terme de fraîcheur, et donc de confort, à une période de l’année (été) où le massif de pins est particulièrement chaud et sec. À la deuxième question, 21 promeneurs sur 22 répondent par la négative, c’est dire leur attachement à la présence des zones humides dans le Massif landais. Selon eux, la forêt n’aurait pas les mêmes valeurs sans ces zones humides, car elle serait monotone (9 promeneurs), ou en raison de l’absence de l’eau et de la verdure qui va avec (7 promeneurs) :

« s’il n’y avait que la forêt, ça serait austère […] ces rivières, c’est un plus car la végétation est différente : ça fait moins sylviculture grâce à ces lacs […] elle ne serait pas la même, il lui manquerait l’eau, on est attiré par l’eau […] ça serait monotone, elle serait moins ouverte car les lacs sont des ouvertures […] »

48Les réponses apportées sont particulièrement intéressantes, cela d’autant plus qu’elles sont formulées par un public qui connaît, pour une large part, assez bien la forêt landaise. Cette dernière paraît bien monotone, sans pour autant présager qu’elle ne soit pas aimée et que l’on ne lui reconnaisse pas aussi des qualités. Les zones humides, perçues et présentées, on l’a vu, comme des éléments d’enrichissement paysager et biologique, constituent bien des valeurs ajoutées à la pinède, à laquelle elles donnent du charme, de l’embellissement. Réciproquement, il n’est certainement pas exagéré de dire que la pinède par son côté austère met en relief ces milieux d’eau et accroît leurs valeurs. Finalement, les zones humides contribuent à l’attractivité d’un territoire à la fois pour les habitants et les visiteurs, elles participent à l’agrément du cadre de vie, à une qualité de vie. Elles sont enfin, sur un autre plan, essentielles à l’économie touristique, comme en témoignent les nombreux prospectus publicitaires qui en vantent l’authenticité et le caractère extraordinaire.

Conclusion

49Au terme de cet article, on peut dire qu’en général, les zones humides ont été progressivement réhabilitées dans l’esprit du grand public, des collectivités territoriales, des administrations, des associations, etc. En France, elles ont été malmenées aux siècles passés et protégées de manière croissante durant ces dernières décennies, pour atteindre aujourd’hui près de 3 % du territoire national métropolitain (Barnaud, 1998 et 2001). Les zones humides de prestige, en raison de leur grande valeur patrimoniale ou de leur statut international, européen ou national sont la plupart du temps très valorisées. Souvent, en relation étroite avec ces vastes zones humides, existent ce que l’on appelle les petites zones humides dispersées sur le territoire et considérées comme plus ordinaires, mais qui occupent une place de choix dans les préoccupations et les attentes des populations locales. C’est le cas en Aquitaine comme dans d’autres régions en France, les zones humides remarquables côtoient les zones humides ordinaires. Ainsi, dans le Massif forestier landais, si les réserves naturelles du marais d’Orx et d’Arjuzanx, ou celle du courant d’Huchet, font partie des zones humides les plus renommées, elles ne sauraient faire oublier les très nombreuses zones humides plus modestes, en particulier celles du centre des interfluves, ignorées du grand public et qui enrichissent cependant de manière incontestable la pinède landaise.

50Rurales, forestières, littorales ou urbaines, les zones humides sont investies par des utilisateurs qui y trouvent des ressources et des services ou simplement par des personnes en quête d’une part de nature. Les zones humides de proximité jouent un rôle tout aussi important que les zones humides prestigieuses car elles permettent une sensibilisation de tout un chacun sur leur devenir. Apprivoisées, domestiquées, aux apparences des plus naturelles, les zones humides sont ainsi mises à la portée de tous. Elles sont source d’intérêt touristique, avec toutes les retombées positives que cela implique, ce qui inévitablement contribue à une amélioration de leur image. Les professionnels de la découverte de la nature et du tourisme ont noté l’attrait qu’ont les zones humides, notamment par leurs paysages originaux, mais aussi par les pratiques sociales ou les activités de loisirs qui y sont associées (sentiers de découverte, etc.). Mais que peut attendre le public de la découverte, de la visite d’une zone humide ? Certains peuvent souhaiter trouver une nature perçue comme sauvage, d’autres vont apprécier les visites liant des éléments naturels et culturels (festivals, etc.). Il existe donc une demande forte du public en matière de nouvelles activités basées sur la nature, la culture et le patrimoine.

Haut de page

Bibliographie

About E., « Les Landes de Maître Pierre », in Papy L., Prigent É. (dir.), Paysages et gens des Landes, Hossegor-Landes, Hossegor, 1935, 286 p.

Aldhuy J., « La transformation des Landes de Gascogne : de la mise en valeur comme colonisation intérieure (XVIII-XIXe siècles) ? », Sud-Ouest Européen, no 23 : « Géographie historique : pour un autre regard », p. 17-28.

Barnaud G., Zones humides et zones inondables : intérêt pour la maîtrise qualitative et quantitative des eaux. Définitions et typologies des zones humides et des zones inondables, Muséum national d’histoire naturelle, Paris, 1993, 16 p.

Barnaud G., Conservation des zones humides. Concepts et méthodes appliqués à leur caractérisation, Muséum national d’histoire naturelle, coll. « Patrimoines naturels », no 34, Paris, 1998, 451 p.

Barnaud G., Recréer la nature. Réhabilitation, restauration et création d’écosystèmes, ministère de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement, Muséum national d’histoire naturelle, Paris, 2001, 173 p.

Barnaud G., Bazin P., Mermet L., « Zones humides : quand les perspectives de 1994 se transforment en réalités de 1999 », Responsabilité et Environnement, no 15, 1999, p. 75-84.

Barnaud G., Fustec E., Conserver les zones humides : pourquoi ? comment ?, Qval, Paris, 2007, 230 p.

Baron-Yellès N., Recréer la nature. Écologie, paysage et société au marais d’Orx, éditions Rue d’Ulm, coll. « Coup d’essai », Paris, 2000, 215 p.

Bergues M., Boujot C., Trivière F.-X. (dir.), Æstuaria, no 1 : « Marais et zones humides : cultures, sociétés et territoires », association Estuarium, Paris, 2000, 123 p.

Bernard P., Les Zones humides, rapport pour le Comité interministériel de l’évaluation des politiques publiques, La Documentation française, Paris, 1994, 391 p.

Burel F., Baudry J., Écologie du paysage : concepts, méthodes et applications, Tec & Doc, Paris, 1999, 359 p.

Cizel O., « Introduction. Histoire du droit des zones humides : de leur suppression à leur reconnaissance », in Protection et gestion des espaces humides et aquatiques, Guide juridique pour le Pôle relais lagunes méditerranéennes et l’agence de l’eau Rhône Méditerranée et Corse, 2010, 566 p.

Clément V., Garvoille A., « Gérer la nature ou gérer des paysages : enjeux scientifiques, politiques et sociétaux », Annales de Géographie, vol. 30, 1994, p. 239-262.

EDATER, lerond M., Profil environnemental régional d’Aquitaine, DIREN Aquitaine (Direction régionale de l’environnement), 2003, 133 p.

Enjalbert H., Les Pays aquitains. Le modelé et les sols, Bordeaux, 1961, 611 p.

Fustec E., Lefeuvre J.-C., Fonctions et valeurs des zones humides, Dunod, Paris, 2000, 426 p.

GEREA (Groupe d’étude et de recherche en écologie appliquée), Intérêt écologique et fragilité des zones humides des Landes de Gascogne, université de Bordeaux I, 1985, 96 p.

GEREA (Groupe d’étude et de recherche en écologie appliquée), SECRÉTARIAT D’ÉTAT À L’ENVIRONNEMENT, MINISTÈRE DE L’AGRICULTURE ET DE LA FORÊT, Impacts du défrichement sur l’environnement dans le Massif forestier des Landes de Gascogne, université de Bordeaux I, 1990, 103 p.

Gonot B., Gestion des crises du système eau de 1996 à 1991. Le bassin de la Midouze (Aquitaine occidentale), thèse de doctorat en géographie, université de Pau et des Pays de l’Adour, 1996, 506 p.

Gonot B., « L’eau : un facteur essentiel de structuration du paysage. L’exemple des Landes de Gascogne », colloque international L’évaluation du paysage. Une utopie nécessaire ?, Actes, Montpellier, 2004, p. 35-43.

Gonot B., Tran T., « Histoire du courant d’Huchet (littoral landais) : histoires d’eaux, d’hommes et de forêts », colloque international et pluridisciplinaire Estuaires, fleuves et cours d’eau. Représentations et pratiques, Actes, Rouen, 2010, 5 p.

MARAIS ATLANTIQUES, Guide méthodologique d’inventaire et de caractérisation des zones humides, rapport, Rochefort, 2008, 97 p. + annexes.

Mermet L., Stratégies pour la gestion de l’environnement. La nature comme jeu de société ?, L’Harmattan, Paris, 1992, 205 p.

MINISTÈRE DE L’ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER, Les zones humides : un enjeu national. Bilan de 15 ans de politiques publiques, rapport, Paris, 2008, 91 p.

Mitsch W. J., Gosselink J. G., Wetlands, Van Nostrand Reinhold, Third edition, New-York, 1986, 920 p.

Paskoff R., Les littoraux. Impacts et aménagement sur leur évolution, Masson Géographie, Paris, 1994, 252 p.

Ramade F., Dictionnaire encyclopédique de l’écologie et des sciences de l’environnement, Paris, Ediscience Internatio­nal, 1993, 822 p.

Sajaloli B., Les zones humides du Laonnois (Aisne, France) : fonctionnement, usages et gestion, thèse de doctorat en géographie, université Paris I Panthéon-Sorbonne, 1993, 629 p.

Touffet J., Dictionnaire essentiel d’écologie, Ouest-France, 1982, 108 p.

Haut de page

Notes

1 Critères des zones humides.

2 Intérêts différents pour les zones humides au cours du temps : années 1950-1960 (les naturalistes pour les rôles des zones humides et l’intérêt patrimonial), années 1960-1970 (les écologues pour les écosystèmes et les fonctions), années 1980 (les géographes, les historiens, les sociologues pour les usages et les valeurs) et années 1990-2000 (les économistes pour les bénéfices retenus et les services rendus).

3 Terme aussi employé et traduit de manière identique par zonas umidas en Italie et zonas húmedas en Espagne.

4 Indicateurs des zones humides.

5 Ramsar Convention on Wetlands, 2010. Consulter : http://www.ramsar.org

6 Traduction littérale d’Aquitania.

7 La France a ratifié la convention de Ramsar en 1986 et à ce jour, elle possède 36 sites d’importance internationale, d’une superficie de plus de trois millions d’hectares.

8 Initié par l’Union européenne, le réseau Natura 2000 compte environ 25 000 sites écologiques, dont l’objectif est la préservation des espèces et de leurs habitats.

9 Il s’agit des grands bassins hydrographiques français définis par la loi sur l’Eau en 1964. Afin de fixer les actions prioritaires de restauration et de préservation des zones humides sur leurs bassins respectifs, les Diren et les agences de l’Eau ont inventorié 257 sites.

10 Issues de programmes d’actions spécifiques et délimitées par le préfet, les zones humides d’intérêt environnemental particulier présentent un intérêt pour la gestion intégrée du bassin versant ou ont une valeur écologique, paysagère ou touristique.

11 Zone d’intérêt communautaire pour les oiseaux (ZICO) : cet inventaire initié par le ministère de l’Environnement, sert de base pour la désignation des Zones de protection spéciale (ZPS) définies ainsi par la directive Oiseaux. La prise en compte d’un site en ZICO ne lui confère aucune protection réglementaire.

12 Zone naturelle d’intérêt écologique faunistique et floristique (ZNIEFF) : cet inventaire initié par le ministère de l’Environnement a pour objectif de se doter d’un outil de connaissance des milieux naturels (soit en ZNIEFF I pour les petites superficies caractérisées par leur intérêt biologique remarquable, soit en ZNIEFF II pour les grandes superficies riches et peu modifiées, aux ressources biologiques importantes).

13 Sites à caractère artistique, historique, scientifique ou pittoresque.

14 Sites à caractère artistique, historique, scientifique, légendaire ou pittoresque, dont la qualité appelle, au nom de l’intérêt général, la conservation en l’état et la préservation de toute atteinte grave.

15 Politique nationale des paysages renforcée en 2007 par une circulaire dont l’objectif est de développer la connaissance de quelque 2 000 paysages du territoire français, renforcer la cohérence des politiques territoriales et encourager les actions de tous ceux qui agissent en faveur du paysage.

16 La région Île-de-France possède le plus grand nombre de sites classés (250 sites) mais proportionnellement à la surface, c’est la région Provence-Alpes-Côte d’Azur qui, avec 121 000 ha pour 142 sites, a la surface classée la plus importante.

17 Zone de protection spéciale (ZPS) : la directive Oiseaux s’applique sur l’aire de distribution des oiseaux sauvages sur l’ensemble de l’Union européenne ; elle a pour objectif de permettre leur survie et leur reproduction.

18  Habitats côtiers et végétation des milieux salés, dunes maritimes et continentales, habitats d’eau douce, landes et fourrés, maquis, formations herbacées, tourbières, habitats rocheux, grottes. Espèces de mammifères, reptiles, amphibiens, poissons, insectes, mollusques.

19 Grès formé par concrétion et constituant un horizon profond, induré et imperméable, caractéristique des sols des Landes de Gascogne.

20 Cette situation a bien changé depuis l’ouverture de plaies béantes dans la forêt, lors des tempêtes de décembre 1999 et janvier 2009.

21 Les pins du centre des interfluves contribuent, par leur consommation d’eau, à rabattre la nappe superficielle sub-affleurante.

22 Leur grand nombre peut surprendre, dans ce massif assaini lors de la plantation des pins. L’évacuation des eaux a été obtenue par la réalisation de crastes, fossés peu profonds qui assèchent les horizons superficiels des sols (les jeunes pins sont sensibles à l’hydromorphie). Dans ces conditions, l’eau n’est jamais loin de la surface topographique, d’autant que les crastes se comblent progressivement.

23 Le drainage agricole, réalisé à environ 2,5 m, rabat fortement la nappe phréatique, faisant ainsi disparaître les plans d’eau en périphérie.

24 Les plus grands cours d’eau, comme la Leyre en Gironde, sont quant à eux longés par des marais, autrefois anciennes prairies inondables du lit majeur.

25 Un quatrième courant existe, celui de Contis, mais les étangs (étang de Lit-et-Mixe et de Saint-Julien-en-Born) auxquels il était connecté ont été asséchés.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Paysages originaux d’Aquitaine
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1254/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 2 – Zones humides d’Aquitaine
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1254/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 3a – Espaces naturels protégés d’Aquitaine
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1254/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 3b – Espaces naturels inventoriés d’Aquitaine
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1254/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 4 – Paysage de zones humides après la tempête de 2009
Légende Il s’agit d’une lagune forestière habituellement asséchée. Après la tempête de janvier 2009, on note au mois de mars une remontée de la nappe phréatique. À l’arrière-plan, seuls quelques arbres de la futaie adulte subsistent.
Crédits Cliché : B. Gonot, 2009
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1254/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 5 – Paysages de zones humides, de l’ordinaire à l’extraordinaire
Légende 5a – Barthes du Bourret à Hossegor
Crédits Clichés : B. Gonot, 2009
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1254/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 5b – Boudigau à Capbreton
Crédits Clichés : B. Gonot, 2009
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1254/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende 5c – Étang Blanc à Seignosse
Crédits Clichés : B. Gonot, 2009
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1254/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 5d – Lac d’Hossegor
Crédits Clichés : B. Gonot, 2009
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1254/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 884k
Légende 5e – Courant d’Huchet à Moliets-et-Maa
Crédits Clichés : B. Gonot, 2009
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1254/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende 5f – Marais d’Orx à Labenne
Crédits Clichés : B. Gonot, 2009
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1254/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 6 – Zones humides des Landes
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1254/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Gonot et Thao Tran, « Au pays des eaux. Diversité et qualité paysagères des zones humides d’Aquitaine »Sud-Ouest européen, 30 | 2010, 67-84.

Référence électronique

Bertrand Gonot et Thao Tran, « Au pays des eaux. Diversité et qualité paysagères des zones humides d’Aquitaine »Sud-Ouest européen [En ligne], 30 | 2010, mis en ligne le 17 février 2016, consulté le 30 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/soe/1254 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.1254

Haut de page

Auteurs

Bertrand Gonot

Maître de conférences en géographie, université de Pau et des Pays de l’Adour, Laboratoire SET (Société, environnement, territoire), UMR 5603 CNRS/UPPA, bertrand.gonot@univ-pau.fr.

Thao Tran

Maître de conférences en géographie, université de Pau et des Pays de l’Adour, Laboratoire SET (Société, environnement, territoire), UMR 5603 CNRS/UPPA, thao.tran@univ-pau.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search