Navigation – Plan du site

Les forêts d’Aquitaine : un patrimoine fréquenté

The forest in Aquitaine: a natural but rather busy heritage
Los bosques de Aquitania : un patrimonio frecuentado
Jeoffrey Dehez
p. 99-108

Résumés

L’aspect patrimonial des forêts peut difficilement être évoqué sans tenir compte de leur fréquentation. En Aquitaine, les forêts sont aussi des espaces de loisirs, dont on cerne toutefois mal la demande pas plus que l’on ne mesure les enjeux sous-jacents En fait, cette demande est sans doute nettement plus hétérogène qu’on voudrait bien le croire. En outre, l’expérience récréative offerte par la forêt est rarement déconnectée des autres espaces naturels présents sur le territoire. En face de cela, les propriétaires et gestionnaires forestiers ont encore du mal à définir des modes d’actions, car les références et repères (techniques, sociaux, institutionnels ou économiques) sur lesquels s’appuyer sont, sinon en évolution, toujours en cours d’élaboration.

Haut de page

Texte intégral

1La capacité des forêts à fournir de multiples biens et services à la société est de plus en plus médiatisée (IFEN, 2002 ; Chevassus-au-Louis, 2009). Parmi ceux-ci figurent les « services récréatifs », autrement dit une opportunité offerte aux populations (locales ou touristiques) de pratiquer plus ou moins librement des loisirs. Dans le fond, ce phénomène n’est pas nouveau. Des travaux ont tenté d’en retracer l’évolution, en partant notamment des valeurs hygiénistes diffusées à la fin du XIXe siècle jusqu’à intégrer aujourd’hui la vogue récente des sports de nature (Lewis, 2004). S’il s’agit vraisemblablement au départ d’un rapport entre le visiteur et l’espace basé principalement sur la satisfaction d’un besoin personnel, certains auteurs vont plus loin en supposant la construction progressive d’un véritable « attachement personnel » des usagers envers la forêt (Edwards, Jay et al., 2010). Malgré tout, le loisir reste une pratique informelle difficile à suivre et à évaluer car, contrairement aux fonctions productives ou environnementales, il n’existe pas à l’heure actuelle de système d’observation pour ces fonctions « sociales » de la forêt. Dans le même temps, on est aussi conscient que ses usages doivent être encadrés. Il ne suffit plus de garantir aux visiteurs un cadre convivial et rassurant, mais de respecter le milieu naturel et d’éviter les conflits d’usages. Dans cette perspective, les forêts périurbaines, notamment en Île-de-France, ont fait l’objet de nombreuses études (Maresca, 2000 ; Moigneu, 2005 ; Dobré et Granet, 2009). Qu’en est-il en Aquitaine ? D’une certaine façon, la question pourrait presque paraître inappropriée tant domine cette image des Landes de Gascogne, plus vaste massif cultivé d’Europe majoritairement privé et structuré dans une visée productive. Face à de tels enjeux (économiques et sociaux), l’ouverture des forêts au public est souvent perçue comme un sujet de préoccupation secondaire. Bien sûr, on peut évoquer les forêts littorales, fréquentées chaque année par des flux considérables de touristes (dont on cerne mal l’ampleur exacte en réalité), ou encore ces usages traditionnels et populaires que sont la chasse ou la cueillette de champignons. Cependant, il nous semble qu’on aurait tort de se contenter de ces représentations partielles. Dans cet article, nous souhaitons dépasser cette vision simplifiée, en rassemblant diverses informations et travaux récents afin d’élargir l’image du phénomène récréatif. Nous procéderons en deux étapes. Dans un premier temps, nous tenterons de cadrer un peu mieux la fréquentation et la demande de loisirs. Dans un second temps, nous aborderons les modes d’organisation qui se mettent en place actuellement autour de cet usage.

I – La demande de loisirs en forêt

1. Un phénomène difficile à suivre

  • 1  Giraud-Labalte, Morice et al. (2009) par exemple postulent que la fréquentation des monuments hist (...)
  • 2  Plus particulièrement d’une enquête téléphonique réalisée en février 2007 sur un échantillon aléat (...)

2À l’instar d’autres types de patrimoine (architectural notamment), et sans poser d’hypothèses particulières sur la nature de la relation sous-jacente1, on peut toutefois avancer que l’aspect patrimonial de la forêt est difficilement indépendant de sa fréquentation. Cette dernière reste cependant mal connue, ce qui crée potentiellement plusieurs biais. Tout d’abord, s’ouvre le risque d’une sous-estimation générale du phénomène. Cette situation est particu­lièrement saillante durant les périodes de crises (tempête, incendies), à la suite desquelles on s’interroge sur les pertes occasionnées. Bien que les méthodes évoluent (Peyron, 2000 ; Bouisset et Dehez, 2010), l’accent est encore souvent porté sur les conséquences productives et physiques de ces catastrophes naturelles. À l’inverse, il arrive également que l’on place trop d’emphases sur des pratiques dont l’ampleur est pourtant limitée. Cela a été le cas avec les parcours acrobatiques à la fin des années 1990, où l’on assistait à une multiplication des projets censés répondre à une très forte demande (Berger, Clauss et al., 2002). Sans nier de réelles perspectives en la matière, l’enquête nationale de l’Office national des forêts a toutefois montré que moins de 3 % de la population était concerné (ONF, 2004). De même, les usages à l’origine de conflits (loisirs motorisés, chasse) sont fréquemment placés sur le devant de la scène alors qu’il serait tout aussi réducteur de les assimiler à des tendances de fond. Une connaissance globale de la demande de loisirs s’impose, laquelle doit naturellement tenir compte de leur diversité. Dans plusieurs régions françaises, des études (ponctuelles) ont été menées par le passé. Sans soucis d’exhaustivité, citons notamment l’Île-de-France (Maresca, 2000), la Lorraine (Normandin, 1998) ou encore le pourtour méditerranéen (Cazaly, 2002). Jusqu’il y a peu, on ne disposait d’aucune référence de ce type en Aquitaine. Un projet de recherches piloté par le CEMAGREF s’est penché depuis lors sur la question (Dehez, Candau et al., 2009) et nous en livrons ici quelques résultats (sauf mention contraire, les chiffres proviennent de cette source2).

2. Des taux de participation élevés

  • 3  Soit plus de 2,3 millions d’habitants.
  • 4  À ne pas confondre avec la fréquence de visite, cf. infra.
  • 5  Mais il est difficile d’y voir une spécificité de la forêt, sachant que les catégories sociales le (...)

3Le loisir en forêt est une pratique extrêmement répandue. En 2006 en effet, près de 8 Aquitains sur 10 (77,6 % pour être précis3) déclaraient s’y être rendus durant leur temps libre. En termes d’attractivité, la forêt arrive alors en troisième position, derrière la campagne ainsi que la mer et les plans d’eau (plus de 80 % chaque). Ce taux est comparable à la tendance nationale (ONF, 2004) où la forêt apparaît cependant avant la mer. Parmi les facteurs qui influencent positivement la décision de se déplacer4, on trouve les conditions matérielles et l’éducation ou le fait d’être soi-même propriétaire forestier5. La disponibilité locale de la ressource (mesurée par la surface forestière de la commune) est un autre facteur favorable ainsi que le fait de fréquenter d’autres espaces naturels durant ses loisirs. Comme nous le verrons par la suite, les activités de loisirs ont plutôt tendance à gommer les frontières entre les espaces.

4Les personnes qui ne vont pas en forêt évoquent principalement des problèmes de santé et de mobilité, voire plus simplement une non-attirance pour cet espace. Il ne semble pas évident de les faire changer d’avis puisque peu des options proposées dans l’enquête avaient une influence sur leur comportement. Au mieux, quatre personnes sur dix (parmi les non-visiteurs) envisageraient un déplacement en forêt s’il y avait plus de sentiers balisés et de découvertes (38,4 % pour être précis) ou si l’endroit était « plus propre » (36,1 % des répondants). On retrouve la question de l’accessibilité puisque 33 % des non-visiteurs seraient susceptibles de changer d’avis si les forêts étaient plus proches.

3. Un usage de proximité

  • 6  Ceci n’exclut pas des variations importantes, une personne ayant déclaré parcourir 200 kilomètres 
  • 7  Dans l’enquête de Peyron, Harou et al. (2002), 70 % des individus déclarant se rendre en forêt uti (...)

5Les lieux de pratiques ne sont jamais trop éloignés du domicile. Les déplacements pour se rendre en forêt sont assez courts, avec une moyenne de 27 kilomètres (aller-retour) soit un trajet qui dure trois quart d’heure environ6. Natu­rellement, la distance joue négativement sur la fréquence des visites, ce qui renvoie à une hypothèse de comportement standard, en particulier dans l’analyse économique (Loomis et Walsh, 1997). Il semble en outre que le temps passé en forêt (deux heures en moyenne) s’allonge avec l’éloignement, témoignant en quelque sorte d’une volonté « d’amortir » le trajet. Bien que la voiture prédomine, la part des piétons est importante (40 % environ). Elle est en tous les cas nettement plus élevée que dans d’autres enquêtes nationales7. Là encore, l’influence de la couverture forestière de la région Aquitaine n’est pas à négliger. Les habitudes se déclinent selon les modes de déplacement : ainsi, les piétons fréquentent plus souvent la forêt que les autres, mais viennent de moins loin et y restent moins longtemps. Pour ceux-là, la proximité est déterminante. D’une façon générale, la visite se fait en groupe.

  • 8  Contrairement à ce que les chiffres laissent penser, il n’y a aucune corrélation entre ce taux et (...)

6Comme on pouvait s’en douter, la commune est un territoire privilégié puisque près de 6 Aquitains sur 10 fréquentent des forêts situées sur leur commune et que, dans 90 % des cas, ils restent à l’intérieur de leur département d’origine. Ces éléments ont leur importance en matière de financement car il existe de la sorte un lien fiscal (via les impôts locaux) entre les échelles territoriales qui portent et gèrent ces espaces et les usagers qui les visitent. Malgré tout, des disparités locales demeurent : c’est dans les Landes que les individus restent le plus souvent à l’intérieur de leur commune (72,9 %) contrairement aux habitants du Lot-et-Garonne (41,7 %8).

4. Des préférences variées

7Les activités sont finalement assez classiques (fig. 1). La promenade est citée par 96 % des Aquitains, devant le repos (83 %), la cueillette (81 %) ou encore l’observation de la nature (80 %). De nouveau, ces résultats coïncident avec les données nationales (ONF, 2004), à l’exception du sport qui semble être sous-représenté en Aquitaine. Il est intéressant de noter que les activités « traditionnelles » (ramassage du bois, pêche et chasse) n’ont pas nécessairement plus de poids ici qu’ailleurs, puisqu’elles sont citées par un quart environ des individus seulement. Enfin, les loisirs motorisés concernent moins de 10 % des visiteurs. Pour autant, ce sont parmi ceux qui génèrent le plus d’oppositions et de conflits d’usages.

Fig. 1 – Les loisirs pratiqués dans les forêts d’Aquitaine

Fig. 1 – Les loisirs pratiqués dans les forêts d’Aquitaine

Source : Dehez J. (coord.), Candau et al., 2009

8À ces pratiquants, la forêt fournit un cadre récréatif aux dimensions multiples, dont toutes ne sont pas appréciées de la même façon. Paradoxalement, ce sont d’ailleurs les attributs « non-forestiers » qui sont parmi les plus déterminants. Dans presque trois quarts des cas en effet, la forêt n’est pas le seul espace traversé durant une sortie, laquelle s’étend parfaitement sur une plage, le long d’une rivière ou dans tout autre espace rural. De surcroît, l’élément qui motive le plus un déplacement reste aujourd’hui encore la « proximité de l’eau » (86 % de réponses favorables). La forêt trouve bien sa place au sein d’un espace plus large. Concernant la forêt stricto sensu, les Aquitains plébiscitent des caractères tels que le calme (presque 99 % des visiteurs), la faune (87 %) ou encore le mélange des variétés d’arbres (86 %). Le premier item renvoie assez classiquement à la recherche d’un espace d’évasion, en particuler vis-à-vis du monde urbain (Dobré et Granet, 2009). Les deux suivants traduisent plutôt le souci d’une réserve de nature (dans de nombreuses enquêtes, y compris celle-ci, les fonctions de protection et de conservation de la forêt sont citées en premier). Mais toutes les composantes du milieu forestier ne font pas nécessairement consensus. En matière de sous-bois, par exemple, les individus apprécient aussi bien des « sous-bois laissés à eux-mêmes », « qu’une végétation rase sous les arbres », ce qui témoigne une fois de plus de la diversité des demandes. Sur les équipements enfin, les réserves naturelles, les clairières et points de vue, ainsi que les « lieux propres » recueillent également une adhésion maximale. Les sentiers balisés et de découverte arrivent juste derrière. La propreté est une attente quasi incontournable, en Aquitaine (Rulleau, Dehez et al., 2010) comme ailleurs (ONF, 2004 ; Moigneu, 2005). Elle soulève par ailleurs une discussion sur le caractère anthropique et « urbain » du regard que portent les individus sur la gestion forestière (ONF, 2004). Les réponses sur les équipements rejetés confortent tout à fait cette image puisque les parkings et autres infrastructures d’accueil sont réclamés par une très faible proportion d’usagers, dont la plupart s’accordent au contraire pour rejeter les déchets ainsi que l’artificialisation abusive des sites. Sur un autre registre, ce résultat laisse penser que les conflits d’usages potentiels s’expriment plus entre les activités récréatives elles-mêmes qu’avec les autres services rendus par la forêt. En effet, les activités motorisées, le « monde » et les chasseurs détournent beaucoup plus les Aquitains de la forêt que ne le font l’exploitation forestière ou les arbres morts (fig. 2).

Fig. 2 – Éléments déplaisants au point de ne pas se rendre en forêt en Aquitaine

Fig. 2 – Éléments déplaisants au point de ne pas se rendre en forêt en Aquitaine

Source : Dehez J. (coord.), Candau et al., 2009

5. Des visites plus ou moins espacées

  • 9 Plus de la moitié déclare se rendre « souvent » ou « très souvent » en forêt.
  • 10 Les propriétaires forestiers sont plus nombreux à répondre « très souvent ».
  • 11 Ce qui contredit au passage les conclusions de l’ONF (2004).
  • 12 Contrainte au moins aussi limitante que le revenu (Loomis et Walsh, 1997).
  • 13 On parle ici de randonnée sportive, distincte de la simple promenade.
  • 14 De façon schématique, le résultat est obtenu après extrapolation des réponses fournies par les enqu (...)

9L’usager est généralement quelqu’un d’assidu9. Dans ce cadre, on montre assez facilement l’influence sur le rythme des visites de caractéristiques sociodémographiques telles que l’âge, le sexe, la CSP (catégorie socioprofessionnelle) ou le fait d’être propriétaire forestier10. L’influence de l’âge n’est pas monotone puisque les plus jeunes (15-19 ans) et les plus âgés (60 ans et plus) fréquentent plus souvent la forêt que les autres11. Les cadres et les agriculteurs ont également des taux d’utilisation plus élevés, sans doute pour des raisons différentes (pratique des loisirs plus répandue chez les « CSP + » et proximité à l’espace des agriculteurs ?), tout comme les personnes sans activité professionnelle. En croisant ce dernier résultat avec celui sur l’âge, on pourrait déceler un effet du temps libre disponible12. Les activités et les attentes en matière d’accueil sont également discriminantes. En prenant garde d’éviter les clichés classiques, on voit néanmoins apparaître un premier type de visiteur, très assidu, qui recherche des « sous-bois laissés à eux-mêmes » ou « avec des branches par terre » et rejette « l’artificialisation ». Ces « fidèles » sont surreprésentés chez les individus qui chassent, pêchent, ramassent du bois, font du jogging ou de la randonnée13. Simultanément, les visiteurs qui fréquentent « rarement » la forêt sont plutôt attirés par des lieux propres et des tables de pique-nique alors qu’ils se détournent des espaces où l’on rencontre du bois mort et des chasseurs. Cette dernière catégorie concerne au demeurant une majorité d’Aquitains. À ce niveau, on ne dispose que d’une approximation sur le nombre total de visites en Aquitaine : en 2006, il aurait dépassé les 100 millions de visites annuelles14 (Dehez et Lyser, 2008). Ce chiffre doit être manipulé avec précaution, mais il n’est pas totalement incohérent comparé aux autres données régionales dont on dispose (90 millions sur les forêts publiques d’Île-de-France, 55 millions en Lorraine [Peyron, 2000]) ou aux quelques rares évaluations locales (Dehez, Lyser et al., 2008).

6. Vers une spatialisation de la demande

  • 15 En Gironde, certaines propriétés domaniales accueillent près de 500 000 visites durant les seuls mo (...)
  • 16 Population comprise entre 2 000 et 20 000 habitants, conformément à la définition retenue par l’Off (...)
  • 17 Les explications sont peut-être opposées (abondance de forêt dans un cas et absence dans l’autre ?)

10On peut s’attendre à ce que cette diversité de la demande se traduise sur le plan spatial. D’un point de vue démographique tout d’abord, la dynamique constatée autour des grandes villes et sur le littoral augmente de fait les pressions sur les espaces environnants (Bouisset et Dehez, 2010). Sachant que plusieurs de ces forêts présentent de surcroît des caractéristiques naturelles remarquables (on pense en particulier aux forêts littorales), on perçoit aisément les enjeux importants qui s’y développent en matière d’accueil du public15. Au niveau des préférences ensuite, les attentes ne sont pas nécessairement uniformes. Là encore, il convient de ne pas être caricatural. Néanmoins, l’enquête régionale a mis en évidence des distinctions entre les communes rurales et urbaines sur les activités, les fréquences de visites ou encore les aménagements désirés. Les habitants des communes rurales maintiendraient ainsi les pratiques « traditionnelles » (ils sont surreprésentés dans la cueillette, le ramassage du bois, la pêche mais aussi la randonnée), contrairement à ceux des villes moyennes16 ou des plus grandes agglomérations. L’opposition ne se résume toutefois pas à un gradient de population puisque les habitants des communes rurales tout comme ceux des grandes villes déclarent se rendre « plus souvent » en forêt que la moyenne17. Quoi qu’il en soit, les pressions sur les sites périurbains n’en sont que renforcées. Dans le même ordre d’idée, les oppositions concernent plus les villes moyennes et les communes rurales d’une part, et ces mêmes villes moyennes et les grandes agglomérations d’autre part. Ainsi les sentiers et critères de propreté sont moins fréquents chez les habitants des communes rurales, qui ont également moins de problèmes avec les chasseurs, que chez les individus résidant dans les villes de taille moyenne. Ces derniers semblent également plus sensibles au « monde » que les habitants des grandes villes. Faut-il y voir un « effet de seuil », au-delà duquel la perception de l’encombrement s’inverse ?

II – La gestion de l’usage récréatif

1. Le contexte institutionnel et économique

11Dans un pays où la propriété privée est une notion majeure et où la production reste une fonction incontournable de la forêt, la fréquentation n’est évidemment pas libre (Mermet et Moquay, 2002). Et sur ce point, c’est toujours le cadre réglementaire qui dicte les grands principes de l’ouverture des forêts au public ainsi que la répartition des responsabilités. Traditionnellement, cette fonction est dévolue aux forêts publiques, et notamment domaniales. Depuis les années 1960, plusieurs directives et circulaires ministérielles ont progressivement précisé ce rôle, auxquelles a été associée une politique d’investissement initialement financée par l’État (Anonyme, 1987 ; ONF 2006a). En forêt privée, les choses ne sont pas aussi claires. Si le droit de propriété prime en théorie sur l’usage récréatif, le propriétaire doit néanmoins montrer qu’il souhaite effectivement faire respecter celui-ci en interdisant clairement l’accès à ses bois. Or, dans la pratique, cette interdiction reste extrêmement complexe et très coûteuse à mettre en place (Cinotti, 2008). Si l’on ajoute à cela le fait que les individus ne font guère de différences entre les forêts publiques et les terrains privés (Peyron, Harou et al., 2002) mais aussi qu’il existe une relative tolérance des propriétaires vis-à-vis de la fréquentation, on comprend assez facilement pourquoi la majorité des forêts privées sont aujourd’hui ouvertes et fréquentées (SCEES, 2001). En Aquitaine, il existe de surcroît une longue tradition de non-fermeture dans le cadre de la défense des forêts contre les incendies.

12Plus récemment, la loi d’Orientation forestière de 2001 introduit quelques nouveautés. Elle affirme tout d’abord le caractère multifonctionnel des forêts françaises en plaçant dès son titre I les fonctions sociales au même niveau que les fonctions productives et environnementales. En suivant, elle crée de nouveaux instruments, dont les Chartes forestières de territoires (CFT) qui visent à rassembler les acteurs locaux autour d’un projet forestier partagé. Elle donne également la possibilité aux propriétaires de signer des conventions avec les collectivités locales en contrepartie de services rendus. Ces changements ont été relativement peu encadrés dans le dispositif originel, ce qui n’a pas facilité leur application. Si les CFT font depuis quelques temps déjà l’objet d’une évaluation (FNCOFOR, 2009), les conventions souffrent au contraire d’une absence totale de repères (Rambonilaza, Gadaud et al., 2008a).

  • 18 Les deux tempêtes de 1999 et 2009 n’ont fait qu’accélérer ce processus.

13Les conditions économiques sont naturellement au moins aussi déterminantes que le cadre institutionnel. Jusqu’à présent, la vente de bois finançait (de façon plus ou moins implicite) les autres fonctions et services rendus par la forêt. Or, la baisse tendancielle des cours tend à remettre en cause ce principe, aussi bien en forêt privée que publique18. Dans les forêts domaniales, le désengagement progressif de l’État et la contrainte toujours plus forte de parvenir à un équilibre financier conduisent le gestionnaire à un recentrage sur les fonctions productives et à trouver de nouveaux financements. De plus en plus, on retrouve un modèle dans lequel les fonctions sociales n’ont de légitimité qu’à condition qu’elles s’autofinancent…

2. Le financement du service

14Aujourd’hui, de nouveaux outils sont évoqués pour assurer le financement du service récréatif. Au départ, cette question est très souvent liée à celle des coûts qui, pour l’économiste, sont de plusieurs sortes. Il y a tout d’abord les coûts directs induits par les travaux de gestion, avec des opérations classiques de débroussaillement, l’entretien des équipements ou encore la surveillance. S’ajoutent ensuite les coûts d’opportunités qui traduisent les pertes de revenus liées au renoncement de certaines pratiques (tel qu’un report ou le renoncement à une coupe). Enfin, plusieurs travaux de recherche ont justifié l’introduction d’éléments supplémentaires, et notamment une estimation du désagrément personnel supporté par le propriétaire forestier lui-même (Dehez, 2002 ; Rambonilaza, Gadaud et al., 2008a).

  • 19 En économie, on parle de « défaillance de marché » liée aux caractères de bien public du service de (...)
  • 20 Certains auteurs préconisent une généralisation de la démarche afin de constituer des comptes patri (...)

15L’établissement d’un droit d’accès, qui crée de surcroît un lien direct entre le producteur et l’usager, est l’instrument économique généralement cité en premier. Dans le cas présent, il se révèle toutefois peu applicable. D’un point de vue technique d’une part, la forêt reste un espace ouvert, dont il est peu aisé de sélectionner les usagers19. D’autre part, les oppositions sociales à ce principe restent fortes. Dans l’enquête régionale, près de la moitié des Aquitains déclaraient qu’ils n’iraient plus du tout en forêt si l’accès devait en devenir payant et 30 % se déplaceraient moins souvent. Néanmoins, force est de constater que lorsque les conditions de marché étaient réunies, des offres de services individuelles et payantes sont effectivement apparues, y compris en forêt publique (Accrobranche, chasses privées, visites guidées). Au-delà de l’objectif de couvrir les coûts, c’est aussi la perspective de dégager un revenu de cet accueil du public qui est considérée ici (Merlo, Milocco et al., 2000). Plus généralement, il est vrai que l’on peut aujourd’hui attribuer une valeur économique à de multiples services non-marchands rendus par la forêt dans la perspective de guider les choix publics20 (Merlo et Croitoru, 2005 ; Chevassus-au-Louis, 2009) : l’absence de marché n’étant aucunement synonyme d’absence de valeur, cette dernière constitue un équivalent monétaire des sacrifices auxquels les individus consentent (en termes d’un renoncement à d’autres biens marchands) afin de continuer à profiter de ce service. Les estimations de la valeur économique des loisirs en forêt sont maintenant nombreuses (Wibe, 1995 ; Zandersen et Tol, 2009). Les techniques d’évaluation se perfectionnent toujours plus (Hanley, Shaw et al., 2003) et tentent notamment d’intégrer des considérations et motivations qui vont parfois au-delà de l’usage individuel strict avec des notions telles que l’altruisme, le legs aux générations futures voire la reconnaissance d’un droit fondamental à l’existence des écosystèmes (Merlo et Croitoru, 2005 ; Millenium Ecosystem Assessment, 2005). Malgré cela, le principe de la monétarisation ainsi que son utilisation dans la sphère de la décision publique font toujours débat (Gowdy, 2007 ; Chevassus-au-Louis, 2009).

16Ces diverses raisons expliquent sans doute pourquoi, dans la pratique, on observe plutôt des systèmes inspirés des biens publics locaux, c’est-à-dire une offre de service financée par les collectivités publiques locales sur la base de leurs ressources propres. Comme nous l’avons vu, ce principe n’est pas dénué de sens connaissant la localisation des déplacements. Il n’en demeure pas moins que plus de 4 individus sur 10 fréquentent des sites extra-communaux (cf. supra) et que ceux-ci peuvent provenir de localités où le développement urbain est plus intense et donc générateur d’un développement économique plus important. On reconnaît là une autre expression du phénomène de « passager clandestin », cette fois au préjudice des acteurs de la protection de l’environnement : certaines communes supportent seules les coûts de la protection et ne bénéficient pas (ou peu) de retombées (via les dépenses des visiteurs ou les impôts locaux), dès lors que les usagers résident sur d’autres localités. Sachant qu’environ 90 % des visiteurs restent à l’intérieur de leur département, cet échelon administratif constitue un niveau de péréquation intéressant (les conseils généraux disposent de la Taxe départementale des espaces naturels sensibles).

  • 21 À ce sujet, on cite souvent les exemples fameux des villes de New York ou de Munich qui aident fina (...)
  • 22 Les contrats Natura 2000 peuvent également jouer ce rôle.
  • 23 Politique des « Plans-Plage » (ONF, 2006b).

17Les conventions proposées par la loi d’Orientation forestière visaient a priori plutôt les forêts privées (Rambonilaza, Gadaud et al., 2008a). Ainsi, les conventions de passage signées dans la réserve naturelle nationale du courant d’Huchet dès 1997 montrent que ce type de démarche est possible et ont d’ailleurs servi d’exemple par la suite, notamment dans le cadre du plan départemental des itinéraires de promenade et de randonnée. En France, très peu de conventions assorties de compensations financières ont vu le jour (Rambonilaza, Gadaud et al., 2008a). L’expé­rience récente du conseil général des Landes (qui incluait pourtant une indemnisation en cas d’incendie) montre toute la difficulté de l’élaboration d’un tel système et la nécessité d’avoir des fondements économiques solides. Les paiements sylvo-environnementaux sont pourtant développés dans d’autres pays et concernent de nombreux services rendus par la forêt21 (Landell-Mills et Porras, 2002). Récemment, le FEADER (Fonds européen agricole pour le développement durable) a d’ailleurs offert une opportunité pour l’élaboration de tels contrats dont l’État français n’a finalement pas souhaité se saisir22 (Chauvin, Dehez et al., 2005). En définissant plus clairement les fondements de la compensation sur un échantillon de propriétaires privés des Landes, Rambonilaza et Gadaud (2010) et Rambonilaza, Gadaud et al. (2008b) ont montré que la contractualisation en faveur de l’accueil du public était parfaitement envisageable. Toutefois, au-delà du montant de la compensation, il reste à résoudre des difficultés d’organisation et de coordination entre les propriétaires forestiers d’une part, et les échelons administratifs d’autres part : sur un sentier de randonnée par exemple, il suffit qu’un propriétaire refuse d’ouvrir sa parcelle pour que le projet avorte… Enfin, les forêts publiques ne sont en théorie aucunement exclues de ce dispositif et, d’une certaine façon, elles s’en sont même saisies avant les forêts privées. En Gironde par exemple, l’accueil du public en forêt domaniale fait l’objet d’un cofinancement où les collectivités locales (au premier rang desquelles figurent les communes et le conseil général) sont très largement majoritaires23.

3. La régulation de l’accès

18Les discussions précédentes supposent finalement acquis le principe de garantir un accès des forêts au public. Or, nombre d’arguments économiques (coûts prohibitifs, absence de financement), politiques (oppositions de principe, respect du droit de propriété) ou environnementaux (dégradation d’un espace naturel remarquable) peuvent être évoqués pour défendre la décision contraire. Et même si l’option est plus souvent envisagée par les propriétaires privées soucieux de protéger leur bien (Schlumberger, 2002 ; Cinotti, 2008), l’Office national des forêts ne s’interdit pas non plus de restreindre ponctuellement la fréquentation sur les espaces les plus sensibles. Pour le moment, les forêts d’Aquitaine sont encore très largement ouvertes au public. L’accroissement des pressions exercées sur certaines portions du massif, auparavant peu concernées par cet usage, le développement de nouvelles pratiques (loisirs motorisés) et le durcissement du contexte économique et environnemental (tempête, maladies, baisse des cours du bois) sont autant de coups portés à ce principe. Dans cette perspective, plusieurs stratégies coexistent, faisant appel à des outils variés. In fine, les populations visées et les formes de discriminations induites sont tout aussi variables.

19Si l’on exclut l’interdiction pure et simple, matérialisée par la clôture des parcelles, l’option la plus fréquente reste le dimensionnement des équipements d’accueil. C’est souvent ce qu’on rencontre en forêt publique, où le gestionnaire joue sur des éléments tels que la surface des aires de repos, le nombre de tables de pique-nique ou encore la longueur des sentiers. Or, cette technique présente l’inconvénient d’être relativement rigide, en particulier lorsque la demande affiche des variations saisonnières marquées. Hors saison, il y a un risque d’artificialisation abusive des lieux et les coûts d’entretien sont élevés.

  • 24 Ces expériences concernent des sites emblématiques (la dune du Pyla en Gironde) mais aussi des espa (...)

20Au-delà de sa capacité à dégager des ressources financières, le prix est un autre instrument de régulation (ATEN, 1999) et peut être modulé selon les sites et les saisons afin de changer les comportements. Or, on a vu que cette option restait hautement impopulaire et pas nécessairement facile à mettre en œuvre. Aujourd’hui encore, les quelques exemples connus de parkings payants n’exploitent pas réellement le caractère incitatif des prix et recherchent plutôt une couverture (complète ou partielle) des dépenses de fonctionnement24. Ceci dit, il existe des notions connexes au prix, telles que la distance via l’effort et le coût qu’elle impose à l’usager qui désire se rendre en forêt (Loomis et Walsh, 1997). Ce principe est d’ailleurs connu depuis longtemps dans la gestion des espaces naturels protégés (plus particulièrement en montagne) où la localisation des parkings et des points de départs de randonnée est une variable d’action incontournable (ATEN, 1999). En outre, on peut coupler à l’éloignement à une variation de la qualité de l’accueil, en distribuant les équipements de sorte à répartir la fréquentation en différents endroits, plus ou moins sensibles (ATEN, 1999 ; Horne, Boxall et al., 2005). En Gironde, le travail réalisé par Rulleau, Dehez et al. (2009, 2010) a confirmé les perspectives ainsi offertes, en démontrant les arbitrages auxquels les individus procédaient, entre différents attributs récréatifs d’une part et un trajet supplémentaire à parcourir d’autre part.

21Ces exemples n’illustrent bien sûr qu’une partie des outils actuellement disponibles pour le gestionnaire soucieux de limiter la fréquentation en forêt. En forêt publique, la régulation par les quantités ou par l’effort est aujourd’hui encore privilégiée. Malgré tout, on doit reconnaître que, suite aux contraintes de plus en plus fortes qui pèsent sur les conditions de financement, l’idée d’une incitation par les prix réapparaît périodiquement. Des parallèles sont parfois tentés avec la gestion des monuments historiques afin de justifier ce choix (AFIT, 2000). Enfin, cette organisation de la fréquentation se conçoit nécessairement à une échelle territoriale, avec une vision collective, car des effets de report d’un site à l’autre sont inévitables.

Conclusion

22En Aquitaine, la forêt est bien un espace fréquenté. Le phénomène atteint même une ampleur qu’on n’aurait pas nécessairement soupçonnée, comme en témoigne le chiffre (rappelons-le, provisoire) des 100 millions de visites annuelles. Naturellement, les disparités locales sont aussi très fortes. En outre, le visiteur poursuit une diversité des expériences qui le conduit bien souvent à sortir de l’espace forestier stricto sensu et à rechercher d’autres milieux et des équipements (légers). Pour le gestionnaire forestier, un tel élargissement de sa sphère d’action est loin d’être anodin. Il ouvre la voie à de nouvelles relations et des partenariats qui ne vont pas de soi, notamment en associant des acteurs (tourisme, pouvoirs publics) a priori étrangers au monde forestier (Dehez [coord.], Candau et al., 2009). Les tensions qui émergent ponctuellement autour des sports motorisés ou de la chasse ne sont aucunement représentatifs de cette fréquentation où la plupart des activités sont, somme toute, assez communes (promenade en tête). Au final, les conflits avec les propriétaires ne semblent pas si fréquents, ce qui explique sans doute pourquoi les forêts d’Aquitaine restent dans leur majorité ouvertes. Ceci dit, ce principe est de plus en plus remis en question. Comme nous l’avons vu, certaines pratiques récréatives sont difficilement acceptées (tant par les propriétaires que par les usagers eux-mêmes) et l’urbanisation gagne de plus en plus de terrain, donnant accès à des territoires jusque-là peu fréquentés. Le cadre institutionnel semble pourtant accorder plus de poids à ces usages sans pour autant définir les modalités précises de leur exercice et leur encadrement. Si l’on ajoute à cela un environnement économique peu favorable et un renforcement du poids des collectivités locales, nous croyons déceler ici les sources d’un basculement dans les modalités d’organisation de l’offre de services récréatifs avec, entre autres, une référence accrue au principe de l’utilisateur payeur (direct ou via ses impôts locaux). Naturellement cette hypothèse mériterait d’être approfondie par des recherches complémentaires et ces dernières devraient impérativement accorder une part importante à l’analyse de la demande. Les sciences sociales ont d’ores et déjà apporté de précieux renseignements sur le sujet, mais la diversité des comportements est sans aucun doute nettement plus complexe que ce que nous avons décrit dans cet article.

Haut de page

Bibliographie

AFIT (Agence française d’ingénierie touristique), Sites naturels : contribution du tourisme à leur gestion et à leur entretien, guide de savoir-faire, AFIT, Paris, 2000.

Anonyme, « Vingt années touristiques en forêt domaniale (1966-1986) », Forêt, loisirs et équipements de plein air, no 20, 1987, p. 21-32.

ATEN, « Vaut le détour ! Les grands sites », Les Cahiers techniques de l’ATEN, Ateliers techniques des espaces naturels, 1999.

Berger R., Clauss P., Maillot R., Les Parcours acrobatiques en forêt de montagne, AFIT, Paris, 2002.

Bouisset C., Dehez J., Rapport du critère D2 : Social : paysage, tourisme, loisirs, chasse, Expertise « Avenir du massif forestier landais », GIP ECOFOR, Paris, 2010.

Cazaly M., « La forêt méditerranéenne française et son public, enquête par sondage », Forêt méditerranéenne, 23 (3), 2002, p. 173-182.

Chauvin C., Dehez, Deuffic P., « Le FEADER, nouvelle étape vers une politique forestière européenne », Ingénieries - EAT, numéro spécial « Politiques de développement rural - Enjeux, modalités et stratégies », 2005, p. 91-106.

Chevassus-au-Louis B., Approche économique de la biodiversité et des services liés aux écosystèmes, Centre d’analyse stratégique, Paris, 2009.

Cinotti B., « Propriété privée : défense d’entrer. Quelle signalétique pour les forêts privées ? », Forêts de France, 511 (mars 2008), 2008, p. 33-37.

Dehez J. (2002), « Analyse économique du coût de l’ouverture au public des espaces naturels protégés. Application au littoral girondin » in Mermet L., Moquay P. (dir.), Accès du public aux espaces naturels. Outils d’analyse et méthodes de gestion, Hermès, Paris, p. 91-105.

Dehez J., Candau J., Deuffic P., Gadaud J., Point P., Rambonilaza M., Rulleau B., Services récréatifs et multifonctionnalité des forêts en Aquitaine, CCRRDT Aquitaine, convention 20071204001, Cemagref, Bordeaux, 2009.

Dehez J., Lyser S., Les Loisirs en forêt d’Aquitaine, partie 1, étude CEMAGREF no 121, Bordeaux, 2008.

Dehez J., Lyser S., Rulleau B., La fréquentation estivale des « Plans Plages » girondins en 2006. Partie 1 : description des visiteurs et des pratiques, juin 2008, Bordeaux, 2008.

Dehez J. (coord.), Candau J., Deuffic P., Gadaud J., Point P., Rambonilaza M., Rulleau B., Services récréatifs et multifonctionnalité des forêts en Aquitaine, rapport pour le CCRRDT Aquitaine, CEMAGREF, Bordeaux, 2009.

Dobré M., Granet A.-M., « Les citadins et la forêt en France », Revue forestière française, LXI (5), 2009, p. 521-534.

Edwards D., Jay M., Jensen F. S., Lucas B., Marzano M., Montagne C., Peace A., Weiss G., Public Preferences for Silvicultural Attributes of European Forests, D2.3.3 EFORWOOD Sustainability impact assessment of the forestry-wood chain, 2010.

FNCOFOR, Évaluation des chartes forestières de territoires, rapport d’évaluation, Fédération nationale des communes forestières, Paris, 2009.

Giraud-Labalte C., Morice J., Violier P. (coord.), Le patrimoine est-il fréquentable ?, juillet 2009, Presses de l’université d’Angers, 2009.

Gowdy J., “Toward an Experimental Foundation for Benefit-Cost Analysis”, Ecological Economics, 63 (4), 2007, p. 649-655.

Hanley N., Shaw W. D., Wright R. E., The New Economics of Outdoor Recreation, Edward Elgar, Cheltenham, U.K. - Northampton, MA, USA, 2003.

Horne P., Boxall P., Adamowicz W., “Multiple-Use Management of Forest Recreation Sites: a Spatially Explicit Choice Experiment”, Forest Ecology and Management, 207 (1-2), 2005, p. 189-199.

IFEN, Forêt, économie et environnement, Données économiques de l’environnement, Lavoisier Tec&Doc, 2002, Paris.

Landell-Mills N., Porras I. T., Silver Bullet or Fools’ Gold. A Global Review of Markets for Forest Environmental Services and their Impact on the Poor, The International Institute for the Environment and Development (IIED), London, 2002.

Lewis N., De 1960 à 2003, des enquêtes pour cerner le lien entre forêt et société, CEMAGREF - Département Gestion des territoires, Bordeaux, 2004.

Loomis J. B., Walsh R. G., Recreation Economic Decisions: Comparing Benefits and Costs, second edition, Venture Publishing, Inc., State College, Pennsylvania, 1997.

Maresca B., La fréquentation des forêts publiques en Île de France - Caractéristiques de sorties et flux de visites des franciliens, CREDOC, Paris, 2000.

Merlo M., Croitoru L., Valuing Mediterranean Forests Towards Total Economic Value, CABI Publishing, Cambridge, 2005.

Merlo M., Milocco E., Panting R., Virgilietti P., “Transformation of Environmental Recreational Goods and Services Provided by Forestry into Recreational Environmental Products”, Forest Policy and Economics, 1 (2), 2000, p. 127-138.

Mermet L., Moquay P., Accès du public aux espaces naturels, outils d’analyse et méthodes de gestion, Hermès, Paris, 2002.

MILLENIUM ECOSYSTEM ASSESSMENT, Ecosytems and Human Well-Being: General Synthesis, Island Press Washington D. C., 2005.

Moigneu T., Gérer les forêts périurbaines, Office national des forêts, Paris, France, 2005.

Normandin D., « Une évaluation de la demande sociale de services environnementaux de la forêt », INRA sciences sociales, 2 juin 1998, 1998.

ONF, Bilan patrimonial des forêts domaniales, Office national des forêts, Paris, 2006a.

ONF, Directives régionales d’aménagement, Sud-Ouest Aquitaine, Dunes Littorales de Gascogne, Office national des forêts, Toulouse, 2006b.

ONF, Forêt et Société, Office national des forêts, Paris, 2004.

Peyron J.-L., « Vers des comptes intégrés économiques et environnementaux de la forêt », De l’observation des écosystèmes forestiers à l’information sur la forêt, GIP ECOFOR, 2-3 février 2005, Paris, 2005.

Peyron J.-L., Première évaluation économique globale des dégâts forestiers dus aux tempêtes de décembre 1999, Laboratoire d’économie forestière UMR ENGRE / INRA, Nancy, 2000.

Peyron J.-L., Harou P., Niedzwiedz A., Stenger A., National Survey on Demand for Recreation in French Forests, Laboratoire d’économie forestière UMR ENGRE / INRA, Nancy, 2002.

Rambonilaza M., Gadaud J., “Amenity Values and Payment Schemes for Free Recreation Services from Non-Industrial Private Forest Properties: A French Case Study”, Journal of Forest Economics, 2010, sous presse.

Rambonilaza M., Gadaud J., Dehez J., « L’approche contractuelle de l’accueil du public en forêt privée : comment définir la compensation pour services rendus ? », Revue forestière française, 1 (2008), 2008a.

Rambonilaza M., Gadaud J., Point P., « Améliorer l’accès aux loisirs des Français : l’ouverture des forêts privées au public. Quelles contraintes faut-il lever et à quel prix ? », Revue française d’économie, 23 juillet 2008, 2008b.

Rulleau B., Dehez J., Point P., « Une approche multi-attributs de la demande de loisirs sur les espaces naturels : l’exemple de la forêt publique », Revue française d’économie, 1 (XXV), 2010.

Rulleau B., Dehez J., Point P., « Approche multidimensionnelle de la valeur économique des loisirs de nature », Économie et Statistique, 421, 2009, p. 29-46.

Scees M., « La forêt privée en Aquitaine : un patrimoine entretenu », Agreste Aquitaine, août 2001.

Schlumberger V., « L’accès aux forêts péri-urbaines privées d’Île-de-France », in Mermet L., Moquay P. (dir.), Accès du public aux espaces naturels, outils d’analyse et méthodes de gestion, Hermès, Paris, 2002, p. 179-190.

Wibe S., Non-Wood Benefit in Forestry: a Survey of Valuation Studies, UN-ECE / FAO Timber and forest discussion papers, United Nations, New York and Geneva, 1995.

Zandersen M., Tol R. S. J., “A Meta-Analysis of Forest Recreation Value in Europe”, Journal of Forest Economics, 15, 2009, p. 109-130.

Haut de page

Notes

1  Giraud-Labalte, Morice et al. (2009) par exemple postulent que la fréquentation des monuments historiques est le meilleur moyen de leur protection. Nous ne discuterons pas cette hypothèse dans ce qui suit.

2  Plus particulièrement d’une enquête téléphonique réalisée en février 2007 sur un échantillon aléatoire de 500 individus en Aquitaine, avec un quota de 100 individus par département. Signalons également que les résultats ont été redressés a posteriori conformément à la structure de la population aquitaine (source : Recensement général de la population). Pour plus de détails, nous renvoyons à Dehez et Lyser (2008).

3  Soit plus de 2,3 millions d’habitants.

4  À ne pas confondre avec la fréquence de visite, cf. infra.

5  Mais il est difficile d’y voir une spécificité de la forêt, sachant que les catégories sociales les plus élevées ont globalement plus accès aux loisirs que les autres. La forêt semble toutefois atténuer une partie des inégalités (ONF, 2004).

6  Ceci n’exclut pas des variations importantes, une personne ayant déclaré parcourir 200 kilomètres !

7  Dans l’enquête de Peyron, Harou et al. (2002), 70 % des individus déclarant se rendre en forêt utilisaient leur voiture.

8  Contrairement à ce que les chiffres laissent penser, il n’y a aucune corrélation entre ce taux et la couverture forestière.

9 Plus de la moitié déclare se rendre « souvent » ou « très souvent » en forêt.

10 Les propriétaires forestiers sont plus nombreux à répondre « très souvent ».

11 Ce qui contredit au passage les conclusions de l’ONF (2004).

12 Contrainte au moins aussi limitante que le revenu (Loomis et Walsh, 1997).

13 On parle ici de randonnée sportive, distincte de la simple promenade.

14 De façon schématique, le résultat est obtenu après extrapolation des réponses fournies par les enquêtés à la population totale des visiteurs (soit 77,6 % des Aquitains). Les données qualitatives initiales (« une fois par semaine », « une fois par mois », etc.) ont été au préalable recodées sous forme de nombres entiers (par exemple, « une fois par semaine » équivaut à 52 visites par an).

15 En Gironde, certaines propriétés domaniales accueillent près de 500 000 visites durant les seuls mois de juillet et août (Dehez, Lyser et al., 2008).

16 Population comprise entre 2 000 et 20 000 habitants, conformément à la définition retenue par l’Office national des forêts dans la dernière enquête nationale (ONF, 2004).

17 Les explications sont peut-être opposées (abondance de forêt dans un cas et absence dans l’autre ?).

18 Les deux tempêtes de 1999 et 2009 n’ont fait qu’accélérer ce processus.

19 En économie, on parle de « défaillance de marché » liée aux caractères de bien public du service de loisir que nous traitons ici.

20 Certains auteurs préconisent une généralisation de la démarche afin de constituer des comptes patrimoniaux de la forêt (Peyron, 2005).

21 À ce sujet, on cite souvent les exemples fameux des villes de New York ou de Munich qui aident financièrement les propriétaires forestiers privés situés sur les bassins versants dont ces collectivités tirent leur eau potable, réalisant ainsi une économie en terme d’épuration (Chevassus-au-Louis 2009).

22 Les contrats Natura 2000 peuvent également jouer ce rôle.

23 Politique des « Plans-Plage » (ONF, 2006b).

24 Ces expériences concernent des sites emblématiques (la dune du Pyla en Gironde) mais aussi des espaces moins connus (forêt de Lit-et-Mixe dans les Landes).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Les loisirs pratiqués dans les forêts d’Aquitaine
Légende Source : Dehez J. (coord.), Candau et al., 2009
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1272/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 2 – Éléments déplaisants au point de ne pas se rendre en forêt en Aquitaine
Légende Source : Dehez J. (coord.), Candau et al., 2009
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1272/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jeoffrey Dehez, « Les forêts d’Aquitaine : un patrimoine fréquenté », Sud-Ouest européen, 30 | 2010, 99-108.

Référence électronique

Jeoffrey Dehez, « Les forêts d’Aquitaine : un patrimoine fréquenté », Sud-Ouest européen [En ligne], 30 | 2010, mis en ligne le 17 février 2016, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/1272 ; DOI : 10.4000/soe.1272

Haut de page

Auteur

Jeoffrey Dehez

Chargé de recherches en économie, CEMAGREF, unité « Aménités et développement des espaces ruraux », 50 avenue de Verdun, 33612 Cestas, jeoffrey.dehez@cemagref.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals