Navigation – Plan du site

Patrimoine foncier… et naturel ? Les propriétaires forestiers face à l’écologisation des Landes de Gascogne

Patrimony or Heritage in the first place? How forest owners in Gascony respond to the rise of “ecologization”?
Patrimonio territorial... y natural ? Los propietarios forestales frente a la “ecologizacion” en Gascuña
Philippe Deuffic, Ludovic Ginelli et Kevin Petit 
p. 109-124

Résumés

La notion de patrimoine naturel sous-entend deux processus en jeu : la patrimonialisation et la « naturalisation » de l’objet considéré. Dans cet article, nous exposerons la conception traditionnelle du patrimoine forestier à l’œuvre chez les propriétaires forestiers des Landes de Gascogne. Ensuite nous verrons comment ils perçoivent la requalification de leur forêt en tant que « patrimoine naturel ». Enfin, nous analyserons leurs réactions face à l’écologisation de la gestion forestière. Pour comprendre cette évolution, nous mobiliserons les travaux d’Heinich (2009) sur le processus de patrimonialisation, de Trom et Zimmerman sur la construction des problèmes publics, et de Kalaora sur la notion d’écologisation.

Haut de page

Texte intégral

1Épargne en nature ou nature à épargner, la forêt cristallise des conceptions très variées de la notion de patrimoine. Cet article se propose d’étudier les différentes acceptions de la notion de patrimoine forestier ainsi que sa récente requalification en patrimoine naturel. Qu’entend-on par patrimoine forestier, patrimoine naturel et que pensent les propriétaires forestiers de ces étiquettes ? Le concept de patrimoine n’est déjà pas simple et l’adjonction de qualificatifs tels que « forestier » et « naturel » complexifie encore un peu plus cette notion.

2Le patrimoine désigne communément « l’ensemble des biens que l’on hérite de ses ascendants ou que l’on constitue pour le transmettre à ses descendants » (9e édition du Dictionnaire de l’Académie française). Cette définition sommaire intègre la plupart des dimensions de la notion de patrimoine, à savoir celle d’un bien approprié, transmissible entre générations au sein d’une unité sociale plus ou moins élargie, le ménage, la famille, voire des groupes sociaux très élargis dans le cas des patrimoines dits collectifs, nationaux ou de l’Humanité.

3Quant au patrimoine dit « naturel », son institutionnalisation dans le système de comptabilité national au début des années 1980 a poussé la Commission interministérielle des comptes du patrimoine naturel (CICPN) à proposer sa propre définition. Le patrimoine naturel est désigné comme « l’ensemble des biens dont l’existence, la production et la reproduction sont le résultat de l’activité de la nature, même si les objets qui le composent subissent des modifications du fait de l’Homme » (INSEE, 1986). Selon cette commission, font partie du patrimoine naturel « les espèces animales et végétales […], les systèmes écologiques où ces espèces se reproduisent et les éléments permanents de l’écosphère terrestre qui sont rattachables à un territoire et peuvent, de ce fait, être appropriés » (INSEE, 1986). Les éléments qui ne peuvent être transformés et appropriés par l’homme et les éléments dont l’origine et le renouvellement lui sont imputables (les biens culturels par exemple) sont en revanche exclus. La commission établit ainsi une filiation directe entre la notion de patrimoine naturel et forestier. Selon ses membres, le « droit des eaux et forêts peut être considéré comme une étape majeure dans l’histoire du patrimoine naturel » dans la mesure où il introduit la notion d’intérêt public – certains types de biens, dont la forêt, ne pouvant pas toujours être gérés par le seul droit de la propriété privée (INSEE, 1986). Le droit forestier – par l’ordonnance de 1518 qui serait la première à légiférer en dehors du domaine forestier royal – aurait anticipé l’extension de la notion d’intérêt général comme le droit de l’environnement le fait aujourd’hui pour le patrimoine naturel.

4Cette convergence de définitions entre patrimoine forestier et patrimoine naturel révèle un double mouvement de patrimonialisation et d’écologisation qui affecte depuis une trentaine d’années la forêt et, plus généralement, la société. Par patrimonialisation, Dibie (2006) entend « ce processus par lequel un collectif humain cherche à conserver en l’état le passé, ou à le ressaisir afin de le mettre en collection, autrement dit en évidence ». N. Heinich (2009) parle d’une inflation patrimoniale qui touche depuis une vingtaine d’années tous les domaines de la vie courante et dont l’extension est aussi bien chronologique que topographique, catégorielle et même conceptuelle. Elle constate qu’« au-delà des paysages, c’est la nature même – et non plus seulement les objets produits par l’homme – qui va devenir un bien patrimonial dès les années 1970 avec l’apparition, dans les conventions internationales, de la notion de « patrimoine naturel » (Heinich, 2009). L’extension patrimoniale est concomitante de l’écologisation de la pensée de nos sociétés suscitant l’apparition d’un nouveau sens commun qui « constitue l’environnement en un problème central autour duquel tous les discours et projets sociaux doivent être reformulés pour être légitimes » (Kalaora, 2001). Or, en plus d’être un archétype de nature (Eizner, 1995), la forêt est un espace sur lequel la société française projette nombre d’angoisses environnementales. Un sondage réalisé en 2004 montre que 55 % des Français considèrent que l’état de la forêt en France s’est dégradé depuis vingt ans (Dobré et al., 2006). La même étude révèle que 82 % des Français jugent prioritaire de préserver la forêt comme espace de nature et 27 % d’utiliser la forêt pour la production de bois. Du point de vue sociologique, ce double mouvement de patrimonialisation et d’écologisation nous interroge :

  • Cette tendance à l’extension patrimoniale s’applique-t-elle aux espaces forestiers ?

  • Quelles dimensions de la notion de patrimoine – naturel ou pas – prévalent chez les propriétaires forestiers ?

  • Comment réagissent-ils face à l’écologisation de la gestion forestière ?

5Pour étudier ces trois questions, outre des éléments bibliographiques, nous mobilisons des données d’enquêtes qualitatives que nous avons réalisées avant et après la tempête Klaus (en 2006 et 2009) auprès de 45 propriétaires et conseillers forestiers du Massif landais, dont une majorité située dans le canton de Mimizan. Initialement centrés sur les questions de gestion forestière, les entretiens semi-directifs portent aussi sur les motivations qui orientent l’action des propriétaires forestiers notamment en matière patrimoniale et leurs pratiques en matière d’environnement.

6Nous verrons tout d’abord comment ce groupe de forestiers landais appréhende la notion de patrimoine (I). Leurs discours seront mis en perspective avec le mouvement d’extension de la notion de patrimoine forestier dans les Landes (II), puis celui, plus récent, d’écologisation de la forêt landaise (III), afin de comprendre comment les propriétaires forestiers réagissent face à l’écologisation de la gestion forestière (IV).

I – Les dimensions traditionnelles de la notion de patrimoine chez les forestiers landais

7S’en tenir à la notion de patrimoine – forestier ou naturel – vue comme un ensemble de biens transmissibles, ne nous dit rien sur la valeur et les enjeux que lui affecte son titulaire et sur son comportement en matière de gestion. Or, avant d’être vue comme un patrimoine « naturel », nous allons voir que la forêt landaise est perçue comme un patrimoine « forestier » où la dimension économique, plus ou moins forte, est souvent prépondérante sur la valeur environnementale.

8Ayant privilégié la diversité des acteurs, notre étude montre un panel de relations relativement hétérogènes à la forêt considérée comme un patrimoine. Nous avons donc adapté la grille de classification proposée par Normandin (1987), qui met en évidence des figures de patrimoine basées sur les caractéristiques du propriétaire et de son ménage d’une part, et de la propriété et des activités de gestion d’autre part. Nous retrouvons ainsi un certain nombre de profils et de relations caractéristiques au patrimoine.

1. La gestion financière des groupements forestiers et des très grandes propriétés familiales

  • 1 Le Code général des impôts (CGI) prévoit certaines dispositions fiscales susceptibles d’être accord (...)
  • 2 La papeterie de Gascogne a été créée en 1925 à l’initiative de propriétaires forestiers landais.
  • 3 Dans le cas des patrimoines fonciers agricoles étudiés par Arrondel et Grange, « une fortune double (...)
  • 4 Des compagnies d’assurances comme Groupama (11 000 ha), ou des sociétés privées puis parapubliques (...)

9Ce type de gestion se caractérise par « un souci de valorisation (plus-value foncière) du capital placé par amélioration du capital sur pied et la recherche d’un rendement de ce capital par des ventes régulières et soutenues » (Normandin, 1987). Elle concerne des propriétés où la forêt représente une partie importante mais non-exclusive du patrimoine familial qui comprend souvent d’autres types de biens, immobiliers notamment. Dans certains cas, la détention de forêt de ce type de patrimoine forestier est aussi motivée par des intérêts fiscaux1. Dans le Massif landais, ces propriétés de plus de 500 ha appartiennent à moins de 200 propriétaires qui détiennent ainsi 25 % de la surface boisée, les propriétés privées de plus de 1 000 ha étant détenues par une cinquantaine de personnes physiques ou morales (données cadastrales 2003). Selon d’Antin de Vaillac (2008), en imposant la propriété privée aux dépens des communaux, l’émergence de la propriété foncière a été la nouveauté « totalisante » de la loi de 1857. Dupuy (1996) rappelle aussi que cette loi a favorisé la constitution de grands domaines forestiers privés et profondément modifié les rapports sociaux avec l’apparition de nouvelles classes sociales (métayers-gemmeurs, propriétaires forestiers) et la disparition d’autres catégories (les bergers). Certaines grandes propriétés créées à la fin du XIXe siècle ont été divisées au fil des successions. D’autres ont été consolidées grâce aux stratégies d’alliance matrimoniale entre grandes familles et aux échanges fonciers qui ont suivi les aléas économiques (crise de la gemme) et naturels (incendies de 1949). Leur pérennité dans le temps montre une adaptabilité forte aux différentes crises qui ont secoué le massif. Celle-ci est liée à des réorientations et des diversifications de leur patrimoine forestier vers d’autres sources de revenu que la seule vente de bois sur pied (forges puis industrie de la gemme, du papier2, du sciage…). Dans le cas des propriétés familiales, le recours à des statuts juridiques spécifiques (groupements forestiers, sociétés civiles immobilières) a permis d’éviter le morcellement au fil des successions. Si l’attachement à la propriété familiale des différents ayants droit demeure, l’éloignement géographique, le désintérêt pour la sylviculture, la délégation de gestion à un spécialiste et la succession récente de crises graves (tempêtes de 1999 et de 2009, sécheresse de 2003) ébranlent leurs relations à ce patrimoine. Pour ce gestionnaire girondin d’un domaine de plus de 5 000 ha, le mandat donné par les ayants droit du groupement forestier est clair : la propriété forestière doit dégager des revenus réguliers avant de rendre éventuellement d’autres services écosystémiques comme on pourrait en attendre de la part d’un patrimoine dit « naturel » : « C’est une forêt de production donc […], à la marge si on peut rendre service au paysage, à la biodiversité, on le fait, mais nous, moi, je ne suis pas payé pour ça. » (entretien no L11, gestionnaire d’un groupement familial, 39 ans.) Or, des aléas comme la tempête Klaus amènent à douter de l’intérêt financier de ce type de bien. Plusieurs gestionnaires de propriétés font état de divergences entre ayants droit qui s’interrogent sur l’intérêt de posséder des parts dans le groupement forestier, vu la faiblesse des résultats économiques et le risque encouru par ce type d’investissement. Bien que le marché foncier forestier landais soit un des plus dynamiques de France, cela ne signifie pas que ces propriétés soient proposées à la vente à court ou moyen terme. Dans un autre contexte, des travaux sur la transmission des fortunes entres générations d’héritiers (Arrondel et al., 2004) ont montré que les revers de fortune ne sont pas les situations les plus courantes pour les détenteurs de patrimoines fonciers importants. On assisterait plutôt à une régression vers la moyenne des fortunes3. Il est difficile de dire que cela vaut aussi pour la transmission du patrimoine forestier. Mais si on se fie aux chiffres donnés par Sargos (1949) de « 53 familles landaises privilégiées quant à la superficie de leurs propriétés », le nombre de propriétaires forestiers possédant plus de 1 000 ha n’a pas beaucoup varié entre 1949 et 2003. Cette hypothèse permet aussi de comprendre le soin évoqué par plusieurs gestionnaires de ce type de propriété à garder l’intégrité du patrimoine foncier et forestier au-delà de sa seule génération et des divers aléas. Dans le cas des grands groupes financiers4, la dimension économique est aussi très importante même si, à la différence des grandes propriétés familiales, la notion de transmission à des descendants n’est pas pertinente. La forêt constitue un investissement substituable en cas de revirement de la conjoncture comme cela a été le cas pour certaines institutions bancaires qui se sont séparées de leur patrimoine forestier au cours de la dernière décennie. Quant à la dimension environnementale, celle-ci est affichée comme une préoccupation institutionnelle (« faire de la nature une valeur sûre ») et systématisée sous diverses formes : écocertification, adhésion au « programme d’aide au repeuplement en feuillu et diversité biologique » du conseil régional (fig. 1), mise en œuvre de mesures environnementales volontaires comme le maintien d’îlots de vieux bois, etc.

Fig. 1 – « Programme d’aide au repeuplement en feuillu et diversité biologique »

Fig. 1 – « Programme d’aide au repeuplement en feuillu et diversité biologique »

Cliché : Ph. Deuffic, L. Ginelli, K. Petit

2. La gestion en bon père de famille des propriétés de surface moyenne

  • 5 Centre régional de la propriété forestière.
  • 6 à la différence de ce qui se passe sur les grandes propriétés familiales vues plus haut qui délègue (...)

10Dans ce groupe, l’importance et la fréquence des opérations sylvicoles et des ventes montrent un souci de tirer un revenu régulier de la forêt à court terme mais aussi d’améliorer la capacité productive à plus long terme. Assez proches des « sylviculteurs de pointe » mentionnés par le CRPF5 Aquitaine (2006), ils assument la gestion forestière seuls ou avec leur famille6. Ces 1 600 propriétaires de 100 à 500 ha détiennent 35 % de la surface. Leur idéal de gestion est tourné vers l’équilibrage des classes d’âges afin d’assurer un revenu régulier et un investissement permanent afin de transmettre une propriété rentable à leurs descendants. Mais une propriété relativement importante en termes de surface est nécessaire pour atteindre ces objectifs. La plupart des propriétaires et des conseillers forestiers interrogés admettent qu’en dessous de 300-500 ha, il est en effet difficile de vivre uniquement de la forêt dans le Massif landais. Ces patrimoines familiaux peuvent perdre de leur intérêt économique à cause du morcellement lors des successions. Le rachat de parcelles, le regroupement des biens des héritiers au sein d’une structure juridique adéquate ou la constitution de groupe de producteurs localisés sont des moyens de conserver une structure rentable à moyen ou long terme.

3. La gestion usagère des petites propriétés avec une activité forte ou faible

11Comme dans la typologie proposée par Normandin ou celle du CRPF Aquitaine, cette catégorie recouvre des situations contrastées vu le très grand nombre de détenteurs de ce type de patrimoine et la diversité de leur profil socio-économique. La notion même de petite propriété est relative dans le Massif landais puisque la superficie moyenne des propriétés forestières privées du massif des Landes de Gascogne est bien supérieure à la moyenne nationale (14 ha toutes propriétés confondues contre 9 ha en France [CRPF Aquitaine, 2005 ; MAPA, ministère de l’Agriculture et de la Pêche, 2001]). Ces propriétaires de 4 à 100 ha sont très nombreux (16 500 propriétaires forestiers qui représentent 30 % de la surface). Pour ces détenteurs de patrimoine forestier, l’intérêt économique de la forêt est objectivement faible à très faible. Pourquoi alors conserver ces bois ? Les principales motivations à la détention de telles propriétés sont très diverses : atavisme familial (« on a toujours eu de la forêt dans la famille »), valeur symbolique forte (en termes de filiation et d’inscription des générations dans une lignée familiale), mimétisme social qui pousse à faire comme ses voisins, système d’épargne alternatif à l’offre bancaire classique, activités récréatives (chasse, cueillette de champignons, « passe-temps au moment de la retraite », « plaisir de faire de la sylviculture », etc.), facteur d’intégration sociale (les réunions forestières sont l’occasion de rencontrer les voisins, de se sentir encore actif comme cela a été démontré dans le cas de la forêt paysanne [Nougarède, 1999]). Pour d’autres, posséder de la forêt n’est plus vraiment un choix ; ayant hérité, ils souhaiteraient vendre leurs terrains mais la qualité des peuplements et le morcellement des parcelles rend les transactions plus difficiles et peu lucratives.

4. La forêt, patrimoine individuel et collectif

  • 7 Le régime fiscal de la forêt prévoit des réductions d’impôts lors des successions. En contrepartie, (...)
  • 8 Le plan chablis est un dispositif d’aide mis en place par le ministère de l’Agriculture en charge d (...)

12Tous ces types de gestion patrimoniale accordent une dimension économique à la notion de patrimoine forestier. Si Durkheim (1892) prédisait la fin de l’héritage et la disparition d’un droit successoral qu’il considérait comme la survivance d’un communisme familial archaïque, les événements lui ont donné tort. Barthélémy (2004) nous rappelle que les transferts héréditaires de patrimoine n’ont cessé, dans la seconde moitié du XXe siècle, de se développer pour gagner des fractions toujours plus larges des populations. La transmission des biens forestiers n’échappe pas à cette tendance, facilitée par un régime fiscal spécifique7. De plus, grâce à sa relative rentabilité, la forêt landaise a sans doute évité la marginalisation économique comme cela a pu être le cas de peuplements forestiers voisins (chênaies des coteaux de l’Adour, suberaie du Marensin). Néanmoins, cette motivation d’ordre économique a été sérieusement ébranlée par les deux tempêtes de 1999 et de 2009. La situation est contrastée suivant les propriétaires forestiers qui oscillent entre abattement, intention de vendre tout ou partie de leurs parcelles, abandon pur et simple de la gestion forestière (en laissant les parcelles en l’état mais sans les vendre) et attentisme vis-à-vis du plan chablis8. D’autres encore réfléchissent sur des supports alternatifs à la forêt (centrale photovoltaïques, immobilier). Mais la majorité des propriétaires enquêtés en avril et septembre 2009 déclaraient vouloir réinvestir en forêt, voire mêler plusieurs des options précédentes dans le cas de patrimoines fonciers importants. Quand l’option « réinvestissement forestier » est prise, la perspective patrimoniale semble en revanche réfléchie à plus court terme. Il ne s’agit plus de faire pousser des pins pour la génération suivante mais pour soi, en ramenant l’âge d’exploitabilité à 35 ans voire moins même si d’autres modèles sylvicoles dits de « haute qualité » envisagent de laisser les pins jusqu’à 50 ans ou plus.

  • 9 Extrait d’une délibération du conseil général des Landes de 1843, cité par Nougarède (1995) : « Nul (...)

13Si la notion de patrimoine forestier se déploie au niveau individuel et familial, la dimension collective est aussi importante. La forêt landaise possède une identité forte partagée voire cultivée par les forestiers. Dès la fin du XIXe siècle et jusqu’à la Grande guerre, de nombreux acteurs reprennent le discours dominant sur les bienfaits du boisement des Landes mais en passant sous silence les conflits sociaux (Nougarède, 1995). À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le forestier Roger Sargos (1949) réactive le discours-type des grands propriétaires sur l’histoire des forêts landaises. Il procède à une mise en récit et à la construction d’une image particulièrement flatteuse du boisement des Landes de Gascogne : héroïsme des pionniers du reboisement et de Crouzet en particulier, histoire des grandes familles de sylviculteurs et d’industriels du bois, célébration du dynamisme et du volontarisme des forestiers landais, etc. Ce discours se construit aussi autour d’une rhétorique de la menace naturelle ou anthropique contre laquelle les forestiers luttent sans relâche : « eaux stagnantes », « feux », « fisc », « affairistes » et investisseurs « étrangers ». Cette rhétorique est aujourd’hui abondée par les dénonciations sur le « mitage » du massif forestier par toutes sortes d’activités : agriculture, périurbanisation, grandes infrastructures, et, plus récemment, nouveaux acteurs venant du secteur du tourisme (randonneurs, vététistes, 4×4) ou de l’énergie (solaire, éolien, et bois énergie). Ces discours tiennent à la fois de menaces réelles mais aussi d’intérêts sectoriels : défendre une identité forestière du massif ancrée dans une certaine « tradition » permet de minimiser voire de délégitimer les activités concurrentes. Pourtant, cette édification de la forêt en objet patrimonial, symbole de la reconquête forestière de territoires déclarés incultes, a été contestée dès la mise en place de la loi de 1857. Des personnalités locales dénoncent les conséquences sociales du boisement telles qu’Octave Cazauvielh, maire de Salles, Dromart, le chimiste du domaine de Solférino ou encore le gérant forestier Lalanne (Nougarède, 1995). Mais c’est surtout Félix Arnaudin qui témoigne par le texte et l’image des bouleversements subis par les acteurs traditionnels de la société agropastorale locale. L’impact social du reboisement continue de faire l’objet de recherches de la part des historiens et des anthropologues (Dupuy, 1996 ; Nougarède, 1995 ; Sargos, 1997). Des interrogations persistent sur les intentions des « pères fondateurs » du massif forestier landais, les apports respectifs de Chambrelent et de Crouzet, la façon dont certaines propriétés foncières se sont constituées dans certains secteurs des Landes9… Pour Nougarède (1995), « différents groupes sociaux utilisent aujourd’hui certains discours pour mettre en valeur l’image de la Lande qu’ils estiment être la plus conforme à leurs intérêts ». Ce patrimoine forestier collectif – dont l’histoire est sans cesse précisée et réinterprétée – continue donc de faire l’objet d’enjeux forts, sur le plan économique, social et symbolique. Ces revendications sur la paternité de la forêt landaise dissimulent des enjeux stratégiques visant à légitimer la place et le rôle respectifs des acteurs du massif.

II – Les extensions récentes de la notion de patrimoine forestier

14Si la forêt des Landes est aujourd’hui perçue par les propriétaires forestiers landais comme un objet patrimonial, au sens traditionnel entendu précédemment, est-ce que ce fut toujours le cas ? A-t-elle fait l’objet au cours de ces dernières décennies d’une extension patrimoniale et, le cas échéant, de quelle nature ? Quels acteurs en sont les promoteurs ?

15Dans la société française en général et au niveau des institutions chargées de dire ce qui relève ou non du patrimoine, Heinich constate en effet une extension de cette notion de patrimoine dans quatre dimensions : chronologique, spatiale, catégorielle et conceptuelle. La forêt landaise n’a pas échappé à ce phénomène, notamment sous l’impulsion des historiens et des folkloristes à la fin du XIXe siècle puis des acteurs du Parc national régional des Landes de Gascogne (PNRLG) dans les années 1970. Ces acteurs ont effectué un important travail de mémoire et de mise en scène de ces récits. Paradoxalement, cette extension patrimoniale a semblé échapper aux forestiers eux-mêmes. Pourtant, les quatre dimensions de l’extension patrimoniale identifiées par Heinich sont repérables localement, à des degrés divers.

1. Une extension chronologique

16La période de référence dans la mise en récit des Landes comme dans la mémoire des habitants a longtemps été l’époque de la Grande Lande d’avant 1857, c’est-à-dire celle antérieure à la forêt elle-même (Ribereau-Gayon, 1993). Mais seuls les objets et les acteurs précédant cette date pouvaient être qualifiés de patrimoine. Ces témoins privilégiés du passé, ceux dignes d’être élevés au statut d’objet patrimoniaux, sont liés à l’activité agropastorale : le berger, la brebis, la lande. En revanche, la toute jeune forêt landaise représente la modernité et le progrès. Elle ne peut être considérée comme un objet patrimonial, un objet muséal. Ce n’est qu’avec la fin du gemmage et l’abandon de l’exploitation du liège (et donc le fait que ces activités appartiennent désormais à l’histoire) que l’extension chronologique devient possible. Divers témoignages, études et ouvrages évoquent les derniers gemmeurs encore en activité au tournant des années 1960-1970. Si le regard muséal s’est fixé depuis une quarantaine d’années sur cette pratique et ce groupe social des gemmeurs et des résiniers, les forestiers landais interrogés dans notre enquête limitent aussi l’extension chronologique à cette époque charnière. La fin de la récolte de la gemme appartient au passé et ouvre une nouvelle ère de progrès dans laquelle une majorité d’entre eux s’inscrivent toujours. Depuis les années 1970, il y a certes eu des changements techniques mais qui ne justifient pas d’être patrimonialisés à leurs yeux. Les plus âgés d’entre eux adoptent même la perspective inverse. L’abandon voire l’élimination des objets et des savoir-faire qui freinaient le progrès dans les années 1960-1970 a été faite sans regret. L’arasement des anciens talus – les « baradeaux » – a permis de constituer des unités de gestion « viables », l’abandon des pratiques de reboisement par semis de bénéficier du progrès génétique, la mécanisation et la rationalisation de la gestion forestière de réaliser des gains de productivité jamais atteints auparavant. De fait, pour la plupart des propriétaires forestiers interrogés aujourd’hui, la forêt « moderne » naît avec les techniques mises en œuvre dans les années 1970. Cependant, depuis le début des années 2000, des propriétaires forestiers – minoritaires mais structurés dans un réseau technique alternatif – interrogent ces pratiques issues du progrès technique des Trente Glorieuses, leur préférant une approche plus « proche de la nature ».

2. Une extension spatiale

17Selon Heinich, l’extension spatiale de la notion de patrimoine s’est aussi portée sur la notion de paysage dans d’autres régions françaises. Mais celle-ci n’a pas franchement opéré dans les Landes ou alors de manière atténuée. À cet égard, les caractéristiques paysagères de la forêt landaise semblent à double tranchant : son homogénéité, liée à la prédominance du pin maritime, fait à la fois sa force et sa faiblesse ainsi que l’opposition très nette entre la forêt dunaire littorale et la forêt de production rétrolittorale (Pottier, 2010). Dans le discours des Landais et notamment des propriétaires forestiers, l’ampleur et l’identité du Massif landais sont exceptionnels. Mais c’est en même temps son problème. Ces mêmes caractéristiques paysagères sont interprétées par d’autres acteurs – y compris les forestiers eux-mêmes – comme des éléments de monotonie, d’artificialité, d’ennui, et, comme le dit ce gestionnaire landais, « c’est un peu monotone et c’est parfois agréable de voir autre chose que du pin » (entretien no L35, gestionnaire forestier d’un domaine de 200 ha dans les Landes, 63 ans). De fait, la forêt de pin maritime n’a pas vraiment bénéficié de cette extension patrimoniale. Nous verrons plus loin que cette extension spatiale a essentiellement porté sur d’autres types d’espaces, non ou faiblement forestiers et qualifiés de « naturels » (lagunes, ripisylves, dunes littorales).

3. Une extension catégorielle

  • 10 Les pins « bouteilles » sont des pins ayant subi un gemmage à mort (sur tout le pourtour de l’arbre (...)

18Pour Heinich, l’extension catégorielle amène une ouverture de la catégorie patrimoniale, traditionnellement circonscrite à celle de « monument historique », à des œuvres « valant moins pour leur adéquation aux canons de l’esthétique traditionnelle que pour leur singularité […], ou bien encore, à l’opposé, pour leur valeur de témoignage sur la vie quotidienne traditionnelle… c’est le « “nouveau patrimoine” qui doit souvent son émergence à l’action des associations locales » (2009). Ce phénomène a aussi eu lieu dans les Landes lorsque ont été incorporés les édifices architecturaux de la vie quotidienne (maisons landaises), le petit patrimoine rural bâti (fontaines, lavoir, bergerie, etc.) et leur environnement. L’élément symbolique de cette extension catégorielle est l’airial landais. Côté forêt, l’extension chronologique avec l’intégration du gemmage comme pratique patrimoniale induit aussi une extension catégorielle. Mais quelles catégories d’objets forestiers ont été jugées dignes de cette extension catégorielle ? Celles qui témoignent des activités disparues comme le gemmage ou la subériculture, ou celles qui leur ont succédé, comme la forêt de production de bois d’œuvre et de trituration ? De ce point de vue, l’extension catégorielle est partielle. Les divers témoins du gemmage – gemmeurs et résiniers – ont pour la plupart disparu. Leurs instruments de travail – hapchot, pitey, pot Hugues – sont entrés au musée. Sur le terrain, seuls quelques pins « bouteilles10 » persistent encore dans certaines zones du Massif landais. Ils dépérissent les uns après les autres, noyés dans la masse des arbres destinés à la production de bois. Quant aux chênes-lièges, leur espérance de vie un peu plus longue que celle du pin a simplement retardé l’échéance finale (même si certains acteurs économiques tentent de relancer la filière liège dans le Marensin). De fait, l’extension catégorielle à la forêt de pin de production n’est pas encore d’actualité. Pour Ribéreau-Gayon (1993), les modes de gestion actuelle font que « le bûcheron abat des arbres qui n’ont pas eu le temps d’assurer leur charge symbolique ». L’extension catégorielle se ferait alors sur des objets connexes liés à des formes de biodiversité dites « remarquables ».

4. Une extension conceptuelle

19Cette extension conceptuelle se signale par un changement dans le principe fondamental de qualification de l’objet patrimonialisé. Celui-ci passe d’une logique de l’« unicum » (l’unique, exceptionnel) à une logique du « typicum » visant l’élément d’une série, d’un ensemble, voire d’un contexte » (Ribéreau-Gayon, 1993). L’objet patrimonialisé est moins unique (comme dans le cas des monuments historiques ou des arbres remarquables) que typique de sa catégorie ; il en cumule toutes les propriétés caractéristiques. Cette logique permet de protéger (mais plutôt par l’inscription que par le classement) une maison à colombages, une ferme ancienne, un décor de boutique… Dans le cas de la forêt landaise, cette extension conceptuelle est ambivalente. Son caractère unique est souligné par les forestiers qui rappellent que le Massif landais est « le plus grand massif d’Europe ». Son caractère typique a été affirmé plus récemment par les responsables forestiers régionaux qui ont avancé l’idée de « forêt cultivée » : la forêt des Landes serait l’archétype de la forêt de production du Sud-Ouest européen. Si cette affirmation souligne le caractère anthropique, artificiel et productif de la forêt landaise, elle ne renforce pas forcément l’aspect patrimonial. Elle réactive le clivage traditionnel entre nature et culture, ce qui a des conséquences sur le processus et les tentatives d’écologisation de la forêt landaise.

20Hormis le site de la forêt usagère de la Teste patrimonialisé à de nombreux titres dont celui des sites inscrits et classés, la grande partie de la forêt des Landes de Gascogne connaît donc une extension patrimoniale partielle qui ne touche pas le cœur de la forêt, sa partie productive.

III – De la patrimonialisation des espaces naturels à l’écologisation de la forêt ?

21Les objets patrimoniaux forestiers landais se limiteraient-ils aux traces et souvenirs du gemmage et de la transformation de la résine, à quelques vieux « pins bouteilles », et aux chênes qui entourent les airiaux ? Depuis une quinzaine d’année, de nouvelles extensions patrimoniales d’ordre catégoriel sont à l’œuvre via des acteurs de l’environnement régionaux (PNR, SEPANSO - Société pour l’étude, la protection et l’aménagement de la nature dans le Sud-Ouest, DIREN), nationaux (INPI - Institut national de la propriété industrielle, MNHN - Muséum national d’histoire naturelle, MEDD - ministère de l’Écologie et du développement durable) voire européens (DG « environnement » de l’Union européenne). Les étapes caractéristiques de cette extension de la patrimonialisation décrite par Heinich à propos des monuments historiques sont repérables dans le cas des espaces naturels de la forêt landaise. Ce modèle, très général, mérite d’être enrichi par les travaux de Trom et Zimmerman (2001) sur la patrimonialisation des paysages, compte tenu de la spécificité du regard contemporain sur la nature. La patrimonialisation de la nature se caractérise en effet par une écologisation du regard posé sur les objets candidats au classement patrimonial. L’objet ou la pratique à patrimonialiser ne relève plus seulement du domaine culturel ou du « bâti » mais d’une catégorie très prisée depuis le début des années 1980, celle du patrimoine « naturel ». Cette extension à une nouvelle catégorie d’objet passe par quelques étapes quasi incontournables.

1. Une phase d’alerte et de dénonciation

22Comme Trom et Zimmerman le constatent à propos de la protection des paysages (2001), les acteurs locaux de l’environnement établissent un discours spécifique et souvent alarmiste vis-à-vis des objets à patrimonialiser. Il s’agit de les distinguer de la masse des autres éléments susceptibles de retenir l’attention des décideurs publics. Le recours à une rhétorique de la dénonciation permet d’insister sur l’absence de moyens, d’orientation et de cohérence des actions menées en matière de protection des espaces naturels. Ils sont doublés d’un registre de dramatisation. Dans le cas des objets de nature, la rhétorique de la « perte » de biodiversité, de « l’extinction » prévisible de certaines espèces et de la « disparition » des biotopes associés est mise en avant pour alerter les décideurs publics. Les menaces sur le vison d’Europe, la cistude, les oiseaux migrateurs ou la disparition des lagunes et des mares deviennent emblématiques des enjeux environnementaux qui traversent le Massif landais.

2. Le recensement des objets et des pratiques par un organisme officiel

  • 11 Le grand capricorne est inscrit dans l’annexe II de la convention de Berne depuis 1990 et dans l’an (...)
  • 12 Le groupe des neuf est un collectif d’organisations professionnelles nationales forestières, agrico (...)
  • 13 Le Docob, ou document d’objectif, est un rapport qui définit pour chaque site Natura 2000 les orien (...)

23Cette phase d’alerte ne suffit pas en soi ; elle demande à être objectivée. Est-ce vrai que les lagunes disparaissent et que les populations de tortue sont menacées ? Pour confirmer ces menaces, un intense travail d’inventaire est mené au cours des années 1980 par les associations environnementales locales avec le soutien de la Direction régionale de l’environnement (DIREN) et de la mission « patrimoine naturel » du PNR. Cet inventaire a pour objectif de quantifier – et donc d’objectiver par le chiffre – la perte des objets « naturels ». Il porte à la fois sur les espèces – listes d’animaux et de végétaux protégés – et sur leur milieu de vie – lagunes, ripisylves, lisières feuillues, arbres à cavités, bois mort. Il a donné lieu à une cartographie sous forme de Zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF). Ne pouvant tout classer et les objets n’étant pas tous menacés au même niveau, une hiérarchisation des espaces naturels s’opère : alors que les ZNIEFF de type I concernent assez peu les espaces forestiers, les ZNIEFF de type II s’appliquent à la plupart des espaces forestiers littoraux et rétrolittoraux. La supervision et la centralisation de ce travail d’inventaire par l’INPN (Inventaire national du patrimoine naturel) et son utilisation par la France pour alimenter le futur réseau européen Natura 2000 permet de faire ressortir la spécificité de la faune et de la flore associées au massif des Landes de Gascogne. À titre d’exemple, un insecte comme le grand capricorne, très présent dans les vieux chênes des forêts landaises mais rare dans les forêts d’Europe du Nord, a été protégé au niveau national en 1993 car il était inscrit comme espèce rare à protéger dans une convention et une directive européenne11. De commun localement, cet insecte acquiert le statut d’espèce rare et digne d’être protégée au niveau européen. De même, le recensement des lagunes a permis de montrer qu’il y avait un millier d’espaces de ce type sur le territoire du PNR au début des années 1980 et moins de 500 à la fin de l’inventaire en 1996. Cette recension permet de légitimer ce qui pouvait être considéré comme une dénonciation sans fondement. Cette méthodologie d’inventaire et les premières tentatives d’inscription au titre de Natura 2000 des sites recensés dans le cadre des ZNIEFF ont été critiquées localement et au niveau national par « le groupe des neuf12 » (Pinton et al., 2006). En réponse, les acteurs de l’inventaire leur ont opposé la scientificité des méthodes et la qualité des relevés. Le Docob13 sur les lagunes détaille ainsi précisément le nombre de lagunes étudiées et les types de relevés effectués même si, de l’avis des auteurs du rapport, ces relevés auraient pu être encore plus précis. Cet exemple montre une difficulté inhérente à tout travail de recension concernant le vivant : l’exhaustivité ne pouvant être atteinte, l’inventaire induit des choix, souvent sources de controverses (fig. 2).

Fig. 2 – Espaces naturels et protégés

Fig. 2 – Espaces naturels et protégés

3. La mise en exergue de caractéristiques « remarquables »

24Inventorier des espèces est une chose. Justifier l’intérêt de leur protection et retenir l’attention des décideurs publics à la cause de ces espèces est une autre étape. Si quelques espèces de grands mammifères et d’oiseaux font l’objet de toutes les attentions, des compartiments entiers de la biodiversité sont ignorés du grand public qu’il s’agisse des insectes, des bactéries, des virus, des champignons unicellulaires, de la flore et de la microfaune du sol (Deuffic, 2009 ; Kellert, 1993). Pour attirer la sympathie et le soutien du public et des politiques, il faut souvent passer par une phase de qualification et de mise en exergue de « hauts lieux » de la biodiversité et des espèces remarquables. Au sein du Massif landais, cette exemplification est particu-lièrement nette pour les lagunes, les forêts-galeries et pour certaines espèces telles que le vison d’Europe, la cistude, le fadet des laîches, etc. Le qualificatif de remarquable ne se suffisant pas à lui-même, un travail d’argumentation est développé afin de montrer que les objets conservés sont « uniques », « rares », « authentiques », « vulnérables », « fragiles » et qu’ils méritent d’être ajoutés à la liste des espèces et/ou des espaces déjà protégés. Ce n’est qu’après la médiatisation réussie des menaces pesant sur la cistude et le vison que des espèces moins médiatiques peuvent être à leur tour inscrites à l’agenda médiatique et politique : crapaud calamite, triton marbré (fig. 3), couleuvre vipérine et autres chauves-souris.

Fig. 3 – Triton marbré

Fig. 3 – Triton marbré

Cliché : Ph. Deuffic, L. Ginelli, K. Petit

4. L’attribution d’un statut juridique visant à les protéger

25Nombre d’espèces et d’espaces peuvent être déclarés menacés, retenir l’attention des politiques mais ne bénéficier que de leur compassion. L’acquisition d’un statut juridique permet à l’objet patrimonialisé de bénéficier d’un régime de protection voire de moyens financiers spécifiques. Cette institutionnalisation est un degré supplémentaire dans la hiérarchisation des objets dignes de relever de la catégorie du patrimoine naturel. Face à la banalisation, la généralisation et l’extension parfois excessive de la notion de patrimoine naturel à tout élément relevant du vivant, l’attribution d’un statut spécifique délivré par une autorité reconnue permet d’ordonner les objets patrimoniaux. Le niveau de ce statut, son degré de coercition et sa capacité juridique sont variables dans le cas des objets protégés au titre de la nature. Les outils de protection conventionnelle du type Natura 2000 ou les conventions de gestion de sites n’ont pas la même contrainte juridique qu’une protection de type réglementaire comme un arrêté de biotope, un site classé ou un statut de réserve naturelle. De plus, ces outils réglementaires ne concernent pas toujours directement l’espace forestier lui-même mais une de ses composantes – une espèce particulière – ou un milieu associé – une mare, une lagune, une lande humide (fig. 4).

Fig. 4 – Lande humide

Fig. 4 – Lande humide

Cliché : Ph. Deuffic, L. Ginelli, K. Petit

26Dans le Massif landais, les arrêtés de biotope et les réserves naturelles comprennent rarement une zone forestière importante, hormis la réserve naturelle de Cousseau. De même un seul espace forestier est protégé au titre des sites classés : la forêt usagère de la Teste. Ce classement qui date de 1943 portait à l’origine seulement sur la zone dunaire du Pilat. La partie forestière n’a été inscrite qu’en 1979 et classée que cinquante ans plus tard en 1994. C’est d’ailleurs l’un des rares espaces forestiers landais reconnu institutionnellement comme un patrimoine. Ce classement a été fait pour des raisons paysagères à l’origine mais il a été renforcé par un classement au titre de ses qualités écologiques (site ZNIEFF et Natura 2000). On peut y voir un exemple de l’écologisation du patrimoine naturel. La superposition des statuts de protection y est telle qu’on en arrive presque à une « sur-patrimonialisation » qui n’est pas sans causer de problème pour les propriétaires dont la gestion forestière au quotidien s’est considérablement compliquée.

27La patrimonialisation progressive des espaces naturels a, en fin de compte, assez peu touché les espaces forestiers de production. Mais comme les espaces et les espèces protégés sont situés au cœur de la forêt, on assiste à une imbrication progressive des espaces patrimoniaux, forestiers et naturels. Certaines espèces ne se cantonnent pas en effet à un habitat, fût-il juridiquement désigné comme tel, ce qui élargit potentiellement encore un peu plus l’espace susceptible d’être patrimonialisé au nom de la nature.

IV – Les propriétaires forestiers et le rapport à la nature patrimonialisée

28Comment les propriétaires forestiers vivent ce mouvement de patrimonialisation et d’écologisation de leur forêt ? Un sondage récent (CREDOC, 2010) a montré que 95 % des propriétaires forestiers et 93 % des Français en général se sentaient concernés par l’environnement. Ce type de chiffre, qui ne précise pas si cet intérêt est positif ou négatif, contribue au mieux à renforcer l’hypothèse de Kalaora d’une écologisation généralisée de la société à laquelle les propriétaires forestiers n’échappent pas. Lors de nos enquêtes, nous constatons aussi que les propriétaires forestiers landais se disent préoccupés par des enjeux environnementaux très globaux tel le changement climatique. Toutefois, ces questions environnementales n’entrent dans leur univers de sens qu’à partir du moment où ils se sentent directement touchés par un problème environnemental précis. La perspective du changement climatique est évoquée à propos des tempêtes de 1999 et de 2009 ou la sécheresse de 2003. Ils déclinent également des enjeux environnementaux locaux tels que la question de la ressource en eau, la présence de déchets en forêt, la pression de l’urbanisation sur les massifs forestiers… Quant à la question de la biodiversité dont l’intérêt patrimonial est mis en avant par les écologues forestiers, elle est considérée de différentes manières selon les propriétaires rencontrés. À la différence de la typologie sur le type de relation au patrimoine forestier proposée par Normandin, ce n’est pas tant la taille de la propriété ou le projet économique qui distingue les enquêtés entre eux que leurs relations à la nature. On distingue ainsi deux pôles, déjà identifiés par Larrère (1997) et entre lesquels les propriétaires forestiers enquêtés oscillent : un pôle socio-centré qui met l’homme à l’extérieur de la nature en position d’expérimentation et de maîtrise et un pôle éco-centré « qui réinscrit l’homme dans la nature, sans position privilégiée, et qui le considère comme un compagnon-voyageur des autres espèces ». Pour notre part, nous identifions trois groupes de propriétaires forestiers qui s’échelonnent entre ces deux pôles – socio-centrés et éco-centrés. La place qu’ils accordent à la notion de biodiversité révèle une distance plus ou moins forte à la patrimonialisation et l’écologisation de la forêt.

1. Les sceptiques vis-à-vis de la nature

29Un premier groupe de propriétaires est sceptique vis-à-vis du discours écologiste sur l’intérêt fonctionnel et économique de la biodiversité. Ils estiment connaître des succès économiques sans avoir eu besoin d’intégrer cette notion. Pour eux, la prise en compte de l’environnement est acceptable quand elle n’induit pas ou très peu de changements de pratiques. Pour réduire les coûts de gestion et d’exploitation, ils poussent ainsi au maximum la rationalisation et la mécanisation des opérations forestières. Ils laissent peu de place à l’incongru, qu’il s’agisse de sous-étage, de mares ou de bois morts. L’idée leur paraît même aberrante de promouvoir la biodiversité dans un espace aussi artificialisé que le Massif landais et consubstantiellement hostile à tout autre arbre que le pin maritime, à l’image de ce jeune propriétaire forestier : « Si vous vous baladez dans la forêt landaise, vous voyez bien que c’est pas une forêt écologique ! Quand vous avez les arbres qui sont alignés comme des légionnaires romains… on n’est pas du tout dans ça quoi ! On en a vite fait le tour ! » (Entretien no L23a, propriétaire forestier de 100 ha dans le canton de Mimizan, 36 ans.) Pour cette catégorie de propriétaire, la biodiversité n’est pas un objectif en soi. Elle est tout au plus une conséquence de la sylviculture voire une variable d’ajustement. Ils sont donc généralement hostiles à l’idée d’ériger la forêt en patrimoine naturel.

2. Les adeptes de la biodiversité ordinaire

30Un second groupe de propriétaires forestiers distinguent les formes « extraordinaires » de biodiversité qui désignent les espèces protégées et les formes « ordinaires » qui relèvent de leur pratique sylvicole quotidienne. La première forme de biodiversité échappe à leur domaine d’intervention ; ces espaces et ces espèces remarquables sont déjà fortement investis par les naturalistes. La seconde forme de biodiversité permet en revanche de repositionner les forestiers dans le débat sur l’intérêt de la sylviculture pour la diversité biologique. À défaut d’être à l’initiative et le principal vecteur de la protection de la biodiversité extraordinaire, ils redonnent du sens et de la légitimité à leur action en intervenant sur la biodiversité « ordinaire ». Ils circonscrivent cette forme de biodiversité aux essences de production c’est-à-dire aux arbres susceptibles de jouer un rôle dans la sylviculture – « essences secondaires », « feuillus précieux », « fruitiers ». Pour sortir d’une approche centrée sur les espèces ligneuses et de façon à montrer la plus-value du travail forestier en matière de biodiversité, ils ne déclinent pas la biodiversité en termes de diversité spécifique – la variété des essences citées restant limitée – mais en termes de mosaïque paysagère. Ils mettent ainsi en avant la diversité des classes d’âges et des surfaces à l’échelle du massif et du paysage, ce qui augmente à leurs yeux l’hétérogénéité des forêts gérées. Ils partagent aussi avec les forestiers du groupe précédent l’idée que le faible niveau de biodiversité est lié aux conditions de sol. Pour ces forestiers, la biodiversité ne s’exprimerait que sur des terrains riches, ce qui les amène à négliger le fait que certaines pratiques culturales influent sur le niveau de biodiversité. Quand bien même ces pratiques généreraient une faible biodiversité, celles-ci leur semblent justifiées au nom de la rationalité économique : « En forêt le sylviculteur, lui, il combat la bruyère quoi ! Bon, les apiculteurs, ça ne les fait pas beaucoup rire, mais la bruyère, nous, il faut qu’on fasse un choix : on fait pousser les pins ou on fait pousser la bruyère, mais jusqu’à maintenant, on vend les pins plus que la bruyère hein… (Entretien no L21, propriétaire de 25 ha et entrepreneur de travaux forestiers, canton de Mimizan, 45 ans) ». Dans ce groupe, la diversité faunistique est également perçue du point de vue de la sylviculture. Elle rime avec « chevreuils », « cerfs », « sangliers » et « insectes ravageurs », c’est-à-dire des animaux qui interviennent directement sur le processus de production sylvicole et qu’ils classent comme nuisibles ou comme ravageurs. Ce groupe de forestier comprend d’autant moins le caractère imposé de certaines mesures qu’ils ont le sentiment d’avoir toujours travaillé en faveur de la biodiversité depuis des générations en maintenant les ripisylves ou quelques chênes près des parcelles. Cette sélection des objets qui font la biodiversité du massif et ce « bon sens » forestier qui prévaut à leur gestion s’opposent aux catégories d’objets « naturels » retenues par les acteurs de l’environnement et aux mesures réglementaires qui en cadrent la gestion. Pour eux, la prise en compte de la « nature » par les forestiers est antérieure, spontanée, intergénérationnelle à cette patrimonialisation extérieure à la sphère professionnelle forestière : « On n’a pas attendu qu’on nous dise de faire telle ou telle chose pour le faire. Y a le bon sens qui est intervenu pour maintenir la biodiversité. » (Entretien no L24, propriétaire de 700 ha, canton de Mimizan, 41 ans.)

3. Les promoteurs de la biodiversité comme pratique intégrée

  • 14 La présence d’essences forestières feuillues permet en effet de faire diversion aux attaques de rav (...)

31Un troisième groupe est plus réceptif à la notion de biodiversité. C’est une notion qu’ils n’hésitent pas à replacer dans un ensemble de concepts propres à l’écologie scientifique comme la notion de rôle fonctionnel, de diversité du vivant, d’extinction des espèces, de résilience… Ils revendiquent le fait d’intégrer cette notion de biodiversité dans les discours mais aussi dans leurs pratiques de gestion. Ils affirment le faire de façon centrale – et non pas à la marge de leur système – quitte à bouleverser les modèles de gestion forestière classique et à en adopter de nouveaux. De fait, prendre en compte la biodiversité ne relève pas d’une attention ou d’une action particulière mais cela fait partie intégrante du travail même du forestier : « [La biodiversité], ça m’agace que ce soit un sujet à la mode parce que ça devrait faire partie depuis toujours du travail du forestier. » (Entretien no L25, propriétaire de 200 ha, sylviculteur, 48 ans.) Dans ce groupe, la biodiversité est souvent déclinée par des actions favorisant la diversification des essences de production, le maintien du sous-étage, la mise en place de lisière feuillue, la rétention d’arbres sénescents et de bois morts… Le maintien des chênes et l’entretien des ripisylves ne sont pas effectués dans l’idée de maintenir un niveau minimal de biodiversité – garder des chênes pour eux-mêmes – mais parce que ces actions bénéficient au système productif dans son ensemble. Ces forestiers sont très réceptifs aux travaux des entomologistes (Jactel et al., 2002) qui ont montré un effet préventif des lisières feuillues vis-à-vis des ravageurs du pin maritime comme la pyrale du tronc ou la chenille processionnaire du pin14. Alors que la posture du groupe précédent est de « s’accommoder » de la biodiversité, ce groupe l’entretient et la développe dans l’espoir d’en tirer divers avantages : résistance aux aléas, résilience des peuplements, gains de productivité, etc.

4. Le patrimoine naturel, entre intérêt et contrainte

32L’ensemble des forestiers interrogés a également distingué la patrimonialisation à portée juridique de celle qui n’en avait pas ou peu. Ils ont été très critiques vis-à-vis des cas de patrimonialisation institutionnalisée par un cadre juridique contraignant (site classé, arrêté de biotope, voire zone Natura 2000). La motivation même de la patrimonialisation n’est pas toujours comprise : transformer la forêt – outil de production – en paysage ou en écosystème sort des cadres de référence et d’interprétation de la réalité de la plupart des propriétaires forestiers. En réaction, les forestiers du premier et du deuxième groupe réaffirment la prépondérance de la fonction de production de la forêt sur la fonction environnementale alors que les forestiers du troisième groupe tentent de les garder sur le même plan. Cet affichage de la primauté de la production sur l’environnement ou le social est souvent plus discursif que réel dans le cas des petites et moyennes propriétés forestières dont la rentabilité économique peut vraiment être interrogée. Mais l’image du propriétaire forestier – sylviculteur et donc producteur de bois – reste fortement ancrée. S’occuper de ses bois est un « plaisir » mais aussi un « travail » avec, au final, un « produit ». Au moment de la vente, l’échelle de référence qui fait la fierté du vendeur reste le prix du mètre cube de bois. Cet étalon monétaire témoigne à leurs yeux d’une juste rémunération du temps de travail investi et de la qualité du bois produit même si un calcul économique réalisé sur l’ensemble du cycle sylvicole ébranlerait sûrement les croyances des propriétaires forestiers dans la rentabilité de leur système. La rentabilité très incertaine voire négative des peuplements de pin maritime est d’ailleurs assez fréquemment évoquée par les petits propriétaires landais, rejoignant ainsi une opinion également émise par une majorité de propriétaires forestiers français selon qui les bois ne leur rapportent pas d’argent (CREDOC, 2010).

33Déjà sceptiques sur la rentabilité réelle de leur patrimoine, les propriétaires forestiers interrogés se montrent encore moins enthousiastes à l’idée d’une écologisation de leur patrimoine forestier. Quand celle-ci s’impose à eux, certains propriétaires adoptent parfois des stratégies d’évitement qui consistent à orienter les mesures de protection dans les espaces les moins productifs. Faute d’y parvenir, certains propriétaires exploitent leurs bois avant le classement de peur de ne plus pouvoir réaliser par la suite aucune opération sylvicole : « Il y a des propriétaires qui ont accéléré le mouvement parce qu’ils avaient peur de ne plus pouvoir intervenir dans ces fameuses zones [Natura 2000]… et ça a déclenché un phénomène inverse quoi… Ils ont coupé les chênes, ils seraient restés peut-être plus longtemps, et maintenant ils n’y sont plus… » (Entretien no L21.) Une fois la protection juridique effective, le patrimoine naturel forestier ne fait pas l’objet de la même attention. Si on ressent une certaine fierté des propriétaires forestiers à l’idée de transmettre un patrimoine forestier économiquement viable, ce sentiment est moins net à propos des zones classées au titre du patrimoine naturel.

Conclusion

  • 15 Les « séries artistiques » sont considérées comme les premiers espaces forestiers ayant fait l’obje (...)
  • 16 La trame verte et bleue (TVB) est un outil d’aménagement du territoire prévue par le Grenelle de l’ (...)

34Considérée depuis longtemps comme un patrimoine de par sa dimension économique, la forêt a connu – comme d’autres objets du quotidien – une patrimonialisation liée à ses caractéristiques écologiques. Mais cette écologisation du patrimoine forestier est ambiguë. L’acception strictement juridique du patrimoine naturel forestier concerne des espaces relativement circonscrits. Pour les gestionnaires et propriétaires forestiers, cette situation est plus ou moins bien vécue. Ils ne sont guère partie prenante de ce phénomène même s’ils finissent par intégrer plus ou moins consciemment et partiellement la grille de lecture patrimoniale et écologique. Comme Candau et Deuffic (2006) l’ont montré à propos des relations au paysage, les agriculteurs ne sont pas indifférents à la dimension environnementale des espaces qu’ils travaillent. Ils développent en revanche une conception et des pratiques décalées par rapport aux politiques publiques paysagères. Pour être qualifiés de paysage, ces espaces doivent être travaillés, « entretenus ». Les forestiers expriment sensiblement la même chose : un espace remarquable du point de vue biologique et écologique est un espace dont la nature est cultivée et non pas ensauvagée. Peut-on alors s’attendre à un peu moins de réticences des forestiers si l’écologisation de la forêt produit à la fois du sauvage vraisemblable (Micoud, 1993) teinté d’une haute technicité en matière de gestion écologique, de restauration voire de récréation des espaces « naturels » ? Rien n’est moins sûr surtout si la dimension économique s’efface totalement car cela reste une motivation importante à la détention d’un patrimoine forestier. Cependant les forestiers montrent aussi une intégration lente mais progressive des enjeux environnementaux. Cette écologisation de leurs pratiques est sélective, plus ou moins intentionnelle, souvent circonscrite sur les espaces forestiers les moins productifs et témoigne d’une difficulté plus générale de patrimonialiser et naturaliser les espaces de production. Il n’empêche que, sur le temps long, ce double phénomène de patrimonialisation et de naturalisation a commencé en France avec les premières séries artistiques15 à Fontainebleau (Fritsch, 1997), puis il s’est généralisé avec la loi sur la protection de la nature de 1976 et la mise en place du réseau Natura 2000. Il se poursuivra prochainement avec la mise en place de la trame verte et bleue16.

Haut de page

Bibliographie

Antin de Vaillac D. (d), L’Invention des Landes. L’État français et les territoires, L’Harmattan, Paris, 2008, 301 p.

Arrondel L., Grange C., « Transmission et inégalité des fortunes : une étude empirique de la mobilité des patrimoines entre 1800 et 1938 », Sociétés contemporaines, vol. 56, no 4, 2004, p. 49-69.

Candau J., Deuffic P., « Paysage : un mot et des maux pour se dire agriculteur », in Auclair L., Aspe Ch., Baudot P. (dir.), Le Retour des paysans ? à l’heure du développement durable, coll. « Écologie humaine », Edisud-IRD, Aix-En-Provence, 2006, p. 155-174.

CREDOC, « Les propriétaires forestiers français sont attachés à leur patrimoine mais peu motivés par son exploitation commerciale », Crédoc-Consommation et modes de vie, vol. 228, 2010, p. 1-4.

CRPF Aquitaine, Schéma régional de gestion sylvicole des forêts privées d’Aquitaine, CRPF Aquitaine, Bordeaux, 2005, 70 p.

CRPF Aquitaine, CFPA, « Le “comportement de gestion” des propriétaires forestiers du nord-ouest des Landes », Forêt de Gascogne, vol. 532, supplément, novembre 2006, p. 1-8.

Deuffic P., “The institutionalization of biodiversity as a public issue. The example of deadwood conservation”, in 9th Conference of the European Sociological Association, 2-5 of September 2009, Lisboa, Portugal, 2009, p. 10.

Dibie P., Le Village métamorphosé. Révolution dans la France profonde, coll. « Terre humaine », éditions Plon, Paris, 2006, 412 p.

Dobré M., Lewis N., Granet A.-M., « Comment les Français voient la forêt et sa gestion », Rendez-vous techniques, vol. 11, hiver 2006, p. 55-63.

Dupuy F., Le Pin de la discorde. Les rapports de métayage dans la Grande Lande, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Paris, 1996, 407 p.

Durkheim E., « La famille conjugale », in Les classiques des sciences sociales, 1892. [En ligne] http://classiques.uqac.ca/classiques/Durkheim_emile/textes_3/textes_3_2/famille_conjugale.html, consulté le 25 mai 2010.

Eizner N., « La forêt, archétype de la Nature », in Meiller D., Vannier P. (dir.), La Forêt, les savoirs et le citoyen, ANCR, Châlons-sur-Saône, 1995, p. 17-19.

Fritsch P., « Les séries artistiques dans la forêt de Fontainebleau : genèse d’une perception », in Arnould P., Corvol A., Hotyat M. (dir.), La Forêt : perceptions et représentations, L’Harmattan, Paris, 1997, p. 205-218.

Heinich N., La Fabrique du patrimoine. De la cathédrale à la petite cuillère, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 2009, 286 p.

INSEE, « Les comptes du patrimoine naturel », Collections de l’INSEE, vol. no 535-536 des Collections de l’INSEE, série D, no 137-138, 1986, p. 552.

Jactel H., Goulard M., Menassieu P., Goujon G., “Habitat diversity in forest plantations reduces infestations of the pine stem borer Dioryctria sylvestrella”, Journal of Applied Ecology, vol. 39, no 4, 2002, p. 618-628.

Kalaora B., « À la conquête de la pleine nature », Ethnologie française, vol. XXXI, no 4, 2001, p. 591-597.

Kellert S. R., “Values and Perceptions of Invertebrates”, Conservation Biology, vol. 7, no 4, 1993, p. 845-855.

Larrère C., Larrère R., Du bon usage de la Nature : pour une philosophie de l’environnement, Aubier, Paris, 1997, 355 p.

MAPA (ministère de l’Agriculture et de la Pêche), « La forêt privée morcelée », Agreste primeur, vol. 90, avril 2001, p. 1-4.

Micoud A., « Vers un nouvel animal sauvage : le sauvage naturalisé vivant ? », Nature Sciences Sociétés, vol. 1, no 3, 1993, p. 202-210.

Normandin D., « La gestion des patrimoines forestiers privés. Structures et activités », Revue Forestière Française, vol. XXXIX, no 5, 1987, p. 393-407.

Nougarède O., Discours sur la Grande Lande. Archéologie de la constitution et de la transmission d’un patrimoine d’écrits idéologiques sur la mise en valeur des Landes de Gascogne du XVIIe au XXe siècle, INRA, Unité STEPE, Ivry-sur-Seine, 1995, 287 p.

Nougarède O., « Les agriculteurs et la forêt dans huit régions françaises », in Cailliez F., Lecomte E. (dir.), Bois et forêt des agriculteurs, Cemagref éditions, Clermont-Ferrand, 20-21 octobre 1999, p. 309-334.

Pinton F., Alphandéry P., Billaud J.-P., Deverre C., Fortier A., Géniaux G., La construction du réseau Natura 2000. Une politique européenne de conservation de la biodiversité à l’épreuve du terrain, La Documentation française, Paris, 2006, 249 p.

Pottier A., « Les ambiguïtés du paysage forestier des Landes de Gascogne », in Projets de Paysages, 2010. [En ligne] http://www.projetsdepaysage.fr/fr/les_ambiguites_du_paysage_forestier_des_landes_de_gascogne, consulté le 25 août 2010.

Ribereau-Gayon M.-D., « Re-production identitaire dans les Landes de Gascogne », Écologie humaine, vol. XI, no 2, 1993, p. 71-85.

Sargos J., Histoire de la forêt landaise. Du désert à l’âge d’or. L’Horizon chimérique, Bordeaux, 1997, 560 p.

Sargos R., Contribution à l’histoire du boisement des Landes de Gascogne, Éditions Delmas, Bordeaux, 1949, 836 p.

Trom D., Zimmerman B., « Cadres et institution des problèmes publics. Les cas du chômage et du paysage », in Cefaï D., Trom D., Les formes de l’action collective. Mobilisation dans les arènes publiques, Éditions de l’EHESS, Paris, 2001, p. 281-315.

Haut de page

Notes

1 Le Code général des impôts (CGI) prévoit certaines dispositions fiscales susceptibles d’être accordées aux propriétaires forestiers : l’exonération partielle des droits de mutation (donations ou successions ou mutations de parts de groupement forestier) pour des cessions de bois et forêts, dite « amendements Monichon », un abattement de la valeur vénale de la forêt servant de base au calcul de l’impôt sur la fortune (ISF), des exonérations de taxe foncière non bâtie dans certaines situations (régénération naturelle, zones humides, contrat et charte Natura 2000).

2 La papeterie de Gascogne a été créée en 1925 à l’initiative de propriétaires forestiers landais.

3 Dans le cas des patrimoines fonciers agricoles étudiés par Arrondel et Grange, « une fortune double de la fortune moyenne dans la génération des pères se traduit en moyenne pour leurs enfants à une fortune au décès qui représente 1,45 fois la fortune moyenne de leur propre génération ».

4 Des compagnies d’assurances comme Groupama (11 000 ha), ou des sociétés privées puis parapubliques comme la Compagnie des Landes créée en 1834. Après bien des vicissitudes cette dernière finira par être rachetée en 1963 par la Société forestière de la Caisse des dépôts et consignations. (SFCDC) Cette société gère aujourd’hui un domaine de 15 000 ha environ au sein du massif.

5 Centre régional de la propriété forestière.

6 à la différence de ce qui se passe sur les grandes propriétés familiales vues plus haut qui délèguent souvent la gestion à un gestionnaire spécialisé.

7 Le régime fiscal de la forêt prévoit des réductions d’impôts lors des successions. En contrepartie, les propriétaires forestiers qui ont bénéficié de ces allégements fiscaux s’engagent à suivre certaines règles de gestion forestière pendant trente ans.

8 Le plan chablis est un dispositif d’aide mis en place par le ministère de l’Agriculture en charge des forêts afin d’aider les sylviculteurs à exploiter, nettoyer et reconstituer les peuplements dévastés par la tempête Klaus du 24 janvier 2009.

9 Extrait d’une délibération du conseil général des Landes de 1843, cité par Nougarède (1995) : « Nul ne saurait nombrer les milliers d’hectares que l’usurpation réunit à la propriété privée dans quatorze ou quinze cantons […]. On peut avancer, sans crainte d’exagération, que les vacans ont ainsi cédé à la propriété privée, depuis cinquante ans, le quart au moins de l’étendue des propriétés privées. »

10 Les pins « bouteilles » sont des pins ayant subi un gemmage à mort (sur tout le pourtour de l’arbre) et dont la cicatrisation provoque un renflement de la partie inférieure de l’arbre.

11 Le grand capricorne est inscrit dans l’annexe II de la convention de Berne depuis 1990 et dans l’annexe IV de la directive Habitats Faune-Flore depuis 1992.

12 Le groupe des neuf est un collectif d’organisations professionnelles nationales forestières, agricoles, cynégétiques et halieutiques qui s’est fortement opposé à Natura 2000.

13 Le Docob, ou document d’objectif, est un rapport qui définit pour chaque site Natura 2000 les orientations de gestion, leurs modalités de mise en œuvre, et les moyens financiers prévisionnels pour maintenir les habitats et les milieux naturels en bon état de conservation. Il est rédigé par un « opérateur Natura 2000 » et avalisé par un comité de pilotage qui réunit les acteurs locaux concernés par le classement en site Natura 2000.

14 La présence d’essences forestières feuillues permet en effet de faire diversion aux attaques de ravageurs, de réduire l’accessibilité au pin maritime en créant une barrière physique, chimique et temporelle à la colonisation et d’augmenter l’impact des ennemis naturels des ravageurs.

15 Les « séries artistiques » sont considérées comme les premiers espaces forestiers ayant fait l’objet d’une initiative spécifique de protection au titre des paysages par un décret de Napoléon III du 13 août 1861 et sous la pression des peintres de Barbizon.

16 La trame verte et bleue (TVB) est un outil d’aménagement du territoire prévue par le Grenelle de l’environnement. La trame verte constitue un réseau d’espaces naturels reliés par des corridors. Elle est complétée par une trame bleue formée des cours d’eau, des masses d’eau et des ripisylves qui les bordent. L’objectif de la TVB est d’assurer une continuité biologique entre les grands ensembles naturels et dans les milieux aquatiques pour permettre la circulation des espèces sauvages.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – « Programme d’aide au repeuplement en feuillu et diversité biologique »
Crédits Cliché : Ph. Deuffic, L. Ginelli, K. Petit
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1296/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 2 – Espaces naturels et protégés
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1296/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 3 – Triton marbré
Crédits Cliché : Ph. Deuffic, L. Ginelli, K. Petit
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1296/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 4 – Lande humide
Crédits Cliché : Ph. Deuffic, L. Ginelli, K. Petit
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1296/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 818k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Deuffic, Ludovic Ginelli et Kevin Petit , « Patrimoine foncier… et naturel ? Les propriétaires forestiers face à l’écologisation des Landes de Gascogne », Sud-Ouest européen, 30 | 2010, 109-124.

Référence électronique

Philippe Deuffic, Ludovic Ginelli et Kevin Petit , « Patrimoine foncier… et naturel ? Les propriétaires forestiers face à l’écologisation des Landes de Gascogne », Sud-Ouest européen [En ligne], 30 | 2010, mis en ligne le 17 février 2016, consulté le 18 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/1296 ; DOI : 10.4000/soe.1296

Haut de page

Auteurs

Philippe Deuffic

Ingénieur de recherche en sociologie, CEMAGREF UR ADBX, 33612 Cestas.

Ludovic Ginelli

Assistant ingénieur en sociologie, CEMAGREF UR ADBX, 33612 Cestas.

Articles du même auteur

Kevin Petit 

Géomaticien, CEMAGREF UR ADBX, 33612 Cestas.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals