Navigation – Plan du site

Quand la forêt est patrimonialisée : les enjeux du cadre forestier du Bassin d’Arcachon

From patrimony to heritage: what is at stake for the forest surrounding the Arcachon Basin
Cuando el bosque es patrimonializado : los desafíos del espacio forestal de la cuenca de Arcachon
Aude Pottier
p. 125-138

Résumés

Massif pensé et conçu pour produire, les Landes de Gascogne sont aujourd’hui porteuses de valeurs dépassant largement leur simple vocation économique. Au travers de l’exemple des forêts du Pays Bassin Arcachon Val de l’Eyre, cet article propose une lecture des différentes valorisations (par, notamment, les zonages de préservation) qui font entrer cet espace forestier dans une logique patrimoniale. De la forêt perçue à petite échelle au pin, de la forêt de production « ordinaire » à la forêt usagère de la Teste de Buch, les regards que portent les acteurs institutionnels, associatifs et professionnels de la forêt révèlent une pluralité d’approches de cet objet. Celles-ci, dans le cas du site classé « Dune du Pyla et forêt usagère », peuvent prendre une tournure conflictuelle.

Haut de page

Texte intégral

1Le patrimoine est le fruit d’une « sélection » et d’une « qualification » (Sol, 2007) qui visent à définir un objet comme porteur de valeurs (esthétiques, historiques, écologiques, etc.). Depuis les années 1980, on assiste à un important élargissement des éléments entrant dans la catégorie patrimoniale. Dans « L’ère de la commémoration », Pierre Nora fait référence à cette extension : « Brutalement, par pans entiers, sont entrés dans le domaine patrimonial des catégories d’objets, des champs esthétiques ou culturels obsolescents que la transformation industrielle et l’aménagement de l’espace menaçaient de disparition. » (Nora, 1992) L’intégration des éléments dits « naturels » dans la sphère patrimoniale est loin d’être nouvelle mais elle s’est, elle aussi, accentuée et constitue une des facettes les plus marquantes de cette extension qui n’est pas sans poser quelques interrogations. Au questionnement lié à l’utilisation même de la notion de « nature » (Arnould et Glon, 2005) se surajoute celui attaché à la distinction ontologique entre les termes de « patrimoine » et « naturel » (Héritier et Richard-Anguis, 2008). L’association de ces deux mots pose en creux la problématique de la protection (institutionnelle ou non) de ce qui, par essence, est évolutif à partir d’un état de référence qui reste théoriquement et opérationnellement difficile à définir (Simon, 2005).

2Les forêts ont été parmi les premiers milieux à avoir été concernés par la volonté de préservation des objets « naturels ». Le rapport que le royaume puis l’État a entretenu avec la forêt a été marqué, surtout à partir du XVIIe siècle, par une logique de gestion « en bon père de famille » : l’ordonnance de Colbert 1669, acte considéré comme fondateur de l’aménagement forestier, a ainsi rationalisé la gestion forestière instaurant une vision nouvelle de la forêt en tant que « noble et précieuse partie du domaine » (Larrère et Nougarède, 1993). Avec la promulgation du Code forestier en 1827, c’est le moyen de « reconstituer et protéger le patrimoine forestier national » (ibid.) dont s’est doté l’État. En parallèle, et souvent en opposition à une conception purement productiviste de la forêt, s’est également développée une vision esthétique dont l’exemple le plus célèbre a été la mise en place des séries artistiques de Fontainebleau, sous l’impulsion de l’École de Barbizon, entre 1852 et 1861 (Vivien, 2005). De ce « musée vert », pour reprendre l’expression de Bernard Kalaora (1993), on a glissé au cours du XXe siècle vers une nouvelle valorisation de la forêt comme « symbole par excellence de la Nature » (Deuffic et al., 2004). L’éloignement de notre société de la réalité du monde rural et sa sensibilité accrue envers tout ce qui touche à l’environnement, depuis la fin des années 1980, n’est pas sans conséquence sur la manière dont elle perçoit la forêt (Breman, 1995 ; Deuffic et al., 2004). Celle-ci ne porte plus guère de valeur vitale pour la population citadine mais elle s’est chargée d’une valeur symbolique en tant qu’ « archétype de la nature » (Eizner, 1995). Selon la même logique que pour son homologue culturel, l’approche patrimoniale de la nature a ainsi, elle aussi, évolué. La qualité patrimoniale n’est plus l’apanage des éléments naturels institutionnellement conservés : « On est passé d’une nature artistique et monumentale à des considérations écologiques d’éléments “remarquables” pour aborder aujourd’hui l’idée de la protection de la nature ordinaire. » (Barrère et al., 2005)

3Au sein des forêts françaises, il en est une qui se détache tant par son étendue et son histoire que par sa forte propension à être justement considérée comme « ordinaire » : les Landes de Gascogne. Ce massif forestier forme un vaste triangle « vert » de 10 000 km2 au relief peu marqué où la forêt de production en futaie régulière de pin maritime prédomine. De par le caractère intensif de son exploitation et sa superficie, la forêt landaise est souvent dénoncée pour son uniformité paysagère et sa faible richesse floristique et faunistique. Elle ne semble pouvoir se prémunir d’aucune autre caractéristique que celle d’être avant tout « une forêt utilitaire […] ne présent[ant] pas d’aspects “remarquables” particuliers » et qui « offre peu d’intérêts aux yeux des visiteurs » (Boutefeu, 2007). Le massif forestier des Landes de Gascogne peut parfois même voir son caractère forestier interrogé : « [Une] nouvelle forêt du XIXe siècle, mais que plus d’un siècle d’existence n’a pas encore rendu véritablement forestière. » (Arnould, 1991) Il ne s’agit pas ici d’une remise en question de son caractère forestier selon des critères physionomiques et structuraux mais de son apparente incapacité à être porteuse des valeurs généralement attribuées à l’espace forestier (écologique, esthétique ou encore sociale). Son caractère artificiel et le paysage qui découle des pratiques sylvicoles vont à l’encontre de l’imaginaire forestier dominant.

  • 1 Terme d’origine gasconne : « pinhadar », désignant la forêt de pin maritime.

4Pourtant, derrière cette apparente uniformité, la forêt landaise recèle des réalités historiques, écologiques et paysagères variées imperceptibles à petite échelle (Bouisset et Pottier, 2009). Reflet de cette diversité, le Pays de Buch, aujourd’hui institutionnellement rattaché au Pays Bassin d’Arcachon Val de l’Eyre, tire sa spécificité de la mosaïque de milieux naturels et de paysages qui le composent : bassin d’Arcachon où se verse la Leyre bordée de ripisylves, océan, dunes littorales où l’on trouve une des rares forêts d’origine naturelle du massif (la forêt usagère de la Teste de Buch), etc. En opposition avec un regard extérieur souvent critique à l’égard de la forêt landaise, celui localement porté sur ce « superbe pignada1 » (charte Pays Bassin d’Arcachon Val de l’Eyre, 2010) porteur, entre autres, d’une « fonction identitaire » (SYBARVAL, 2009) et composante essentielle du « patrimoine rare » de ce territoire à « transmettre aux générations futures » (ibid.), nous questionne.

  • 2 Direction régionale de l’environnement (aujourd’hui Direction régionale de l’environnement, de l’am (...)
  • 3 Office national des forêts.
  • 4 Centre régional de la propriété forestière.

5Cet article propose de saisir les processus qui ont conduit à intégrer le cadre forestier du Pays Bassin d’Arcachon Val de l’Eyre dans la « sphère » patrimoniale. C’est donc cette « procédure d’appropriation » que nous allons questionner par l’analyse de documents administratifs (charte de Pays, diagnostic environnemental, schéma de cohérence territoriale), des différentes formes de zonages de préservation et d’entretien semi-directifs effectués auprès des acteurs (DIREN2, ONF3, CRPF4, associations locales). Comment cette portion du massif forestier landais se voit-elle ainsi valorisée ? Sous quelles valeurs et quels critères est-elle patrimonialisée ? Quels impacts cela engendre-t-il sur le territoire ?

6Nous aborderons, dans une première partie, la place et les valeurs attribuées à cet espace forestier à l’échelle du Pays Bassin d’Arcachon Val de l’Eyre par les institutions locales et les politiques de conservation qui maillent le territoire. Au travers du cas des espaces forestiers de la commune de la Teste de Buch et de la mise en place de zonages de protection, nous affinerons, dans un deuxième temps, le regard porté par les instances étatiques en charge de la conservation officielle sur la forêt. C’est la confrontation des discours des différents acteurs concernés par le site classé « Dune du Pyla et forêt usagère » qui va, dans un dernier temps, nous intéresser. Ceux-ci vont faire émerger les valeurs et les enjeux liés à une pluralité d’approche.

I – L’espace forestier du Pays Bassin d’Arcachon Val de l’Eyre : de l’unité à la diversité

7À l’instar de nombreux territoires situés au sein du massif forestier des Landes de Gascogne, la forêt constitue une des grandes dominantes paysagères du Pays Bassin d’Arcachon Val de l’Eyre (fig. 1). L’espace forestier n’est pourtant pas ici seulement le résultat de l’ensemencement des dunes du littoral et de la lande puisqu’il préexistait en bordure des cours d’eau et sur les dunes anciennes. L’exploitation des produits résineux de cette forêt a constitué, avec la commercialisation des produits de la mer, l’un des moteurs du développement économique du Sud-Bassin (Pajot-Tauzin, 1995). Aujourd’hui, la surface recouverte par la forêt est bien supérieure à la moyenne française et régionale (respectivement 27 % et 47 % de la superficie totale). Elle occupe 66 % du territoire du Pays Bassin d’Arcachon Val de l’Eyre, soit près de 100 000 ha (CRPF, 2007). À l’image du reste du massif forestier landais, le pin maritime prédomine, la propriété privée est largement majoritaire (88 % de la surface) et les forêts publiques soumises et domaniales ne concernent qu’une faible part de la surface (12 % soit 12 200 ha). L’omniprésence de la forêt de production n’induit pas pour autant une homogénéité complète de la physionomie forestière. Le relief dunaire, les cours d’eau et les zones humides permettent la présence d’essences feuillues (chêne pédonculé, chêne tauzin, aulne, par exemple) qui vont s’immiscer dans les résineux au sein de ces secteurs bien particuliers. La pinède possède un rôle affirmé de production : son exploitation est à l’origine de 22 % du total des emplois salariés industriels du bassin d’emploi « Bordeaux-Arcachonnais » (CRPF, 2007). C’est au cours du XXe siècle que le déclin progressif du gemmage a laissé la place à la valorisation de ce qui était auparavant un sous-produit de la forêt : le bois. Actuellement, on dénombre 103 établissements liés au travail du bois, à l’industrie du papier et du carton, dont la papeterie Smurfit-Cellulose du Pin implantée à Facture-Biganos qui est pourvoyeuse, selon la Charte du Pays, de 3 000 emplois directs et indirects.

Fig. 1 – Le Pays Bassin d’Arcachon Val de l’Eyre  : un espace où domine la forêt

Fig. 1 – Le Pays Bassin d’Arcachon Val de l’Eyre  : un espace où domine la forêt

8Cependant, le rôle productif de l’espace forestier se voit, depuis plusieurs décennies, concurrencé par une autre fonction : celle de réserve foncière. Souvent perçue comme « un bien à consommer, un espace en attente sans intérêt particulier » (BKM et al.), la forêt a été la première victime de l’urbanisation. Parfaitement desservi depuis le pôle bordelais, le Pays Bassin d’Arcachon Val de l’Eyre, qui compte 128 290 habitants (SYBARVAL, 2009), croît chaque année un peu plus. Avec une augmentation de sa population de plus de 78 % depuis 1975, il connaît la plus forte croissance démographique du département grâce à des flux migratoires intra et extra-girondins particulièrement importants (SYBARVAL, 2009). Le nombre de logements (dont la part de résidences secondaires peut aller jusqu’à 66,5 % sur la commune de Lège Cap-Ferret) s’est accru de manière importante. Toutefois, depuis 2002, au niveau des communes littorales, l’association des fortes densités déjà existantes, d’un prix de l’immobilier souvent dissuasif voire, comme c’est le cas sur la commune de la Teste de Buch, d’une protection officielle omniprésente (cf. partie II) a induit une progression des constructions moindre que sur d’autres secteurs littoraux (INSEE, 2008). La saturation des rivages et l’inflation des prix ont eu tendance à transférer la demande sur l’arrière-pays.

9Face aux enjeux de la gestion et de la planification liés à la croissance démographique et urbaine, le Pays s’est donné comme première priorité de préserver la qualité de l’environnement qui constitue « la richesse principale du Bassin d’Arcachon et du Val de l’Eyre » (Charte du Pays Bassin d’Arcachon Val de l’Eyre 2010). Quand on sait l’importance de la surface forestière sur ce territoire, on peut se demander si une place et des valeurs particulières lui sont attribuées. L’étude de deux diagnostics territoriaux, menés dans le cadre de la mise en place du SCOT, va nous apporter des éléments de réponse. Le premier, commandité par les services de l’État (DRE, DDE, DIREN), établit les enjeux écologiques et paysagers sur le Pays (BKM et al., 2006). Le second, mené par le Syndicat mixte pour la réalisation et le suivi du SCOT (SYBARVAL) en 2009, constitue un état des lieux plus large, préalable à la construction de ce document de planification stratégique. Le regard institutionnel, nous allons le voir, se module selon deux critères : l’échelle d’appréhension de l’espace forestier et les spécificités qu’il renferme.

10Pensé à l’échelle du Pays dans son ensemble, l’espace forestier se voit assigner un certain nombre de fonctions : « fonctions identitaires, économique, paysagère ou écologique caractérisent cet espace de nature » (SYBARVAL, 2009). L’importance prise par la forêt dans l’histoire locale, son omniprésence paysagère, son rôle dans l’identification notamment touristique du territoire, constituent le ciment de ces fonctions. Le plus étonnant vient dans sa dénomination en tant qu’« espace de nature ». Cette affirmation ne doit pas être assimilée à une méconnaissance des réalités de son histoire, celle-ci étant clairement connue et expliquée, mais par simple opposition aux espaces urbanisés. Ainsi, dans la typologie des grands espaces de nature instituée dans ce diagnostic territorial, la forêt artificielle de production côtoie l’océan et les dunes vives. C’est sous cette même unité que la forêt fait partie intégrante de la « trame verte » du Pays. Son maintien en tant que grand espace d’équilibre et de coupure d’urbanisation est considéré comme primordial face à une urbanisation galopante (BKM et al., 2006). L’espace forestier est donc, à petite échelle, abordé comme un tout et son essence même de forêt tend à gommer son caractère en grande partie artificiel.

11A contrario, lorsque l’échelle d’analyse s’affine, l’espace forestier est divisé en parties bien distinctes où valeurs écologiques et paysagères s’échelonnent. Aussi, forêt de production de pins, forêt dunaire ainsi que forêt de feuillus et forêt-galerie vont se différencier. Bien que constituant l’entité paysagère la plus vaste du Pays, la forêt de production est loin d’être la plus valorisée. Les descriptions faites insistent avant tout sur sa fonction économique, et sa gestion, souvent intensive, « limite l’intérêt écologique et favorise l’homogénéité des paysages » (SYBARVAL, 2009). À l’inverse, les forêts de feuillus et les forêts-galeries, grâce à une diversité de végétation plus importante, et surtout pour les secondes par une inscription en bordure des cours d’eau, sont considérées comme possédant un réel intérêt écologique et paysager. Cette valorisation est d’autant plus exacerbée que ces forêts s’inscrivent au cœur de la forêt de production. De fait, l’importance qui leur est donnée est toujours affirmée par opposition à la forêt de pins attenante. Ainsi peut-on lire que « la relative rareté des paysages forestiers feuillus dans le contexte de la forêt landaise dominée par les pins maritimes ajoute encore à l’intérêt de la forêt galerie et de feuillus » (SYBARVAL, 2009) et que « leur faible visibilité dans la pinède n’enlève rien à leur intérêt paysager » (BKM et al., 2006). Quant à la forêt dunaire, pourtant tout aussi artificielle et exploitée que la forêt de production du plateau, l’intérêt qui lui est porté tient avant tout à la diversité du couvert forestier, à la création de points de vue sur le pourtour du bassin mais également à la limite visuelle que son vallonnement induit.

  • 5 Source : Journal municipal de Lège-Cap Ferret, no 39, avril 2009, p. 45.

12Dans cette typologie « forestière », il reste un dernier élément à prendre en compte : la « pinède habitée » qui brouille la frontière entre espace forestier et espace urbanisé en faisant entrer la « nature » dans la ville. La forêt, qu’elle se situe sur les dunes littorales (Cap-Ferret, Arcachon, la Teste) ou sur le plateau landais, contribue de « façon essentielle à imprimer une identité locale » (SYBARVAL, 2009). À cette fonction identitaire, la pinède apporte une plus-value paysagère qui fait paraître certains rivages « plus naturels qu’ils ne le sont en réalité » (BKM et al., 2006). Tout le paradoxe entre le discours et la pratique de l’espace forestier provient de la double fonction de ce dernier : support à l’étalement urbain mais aussi élément majeur de l’attractivité du territoire. Car, à l’instar de ce qui a fait la réputation de la Côte d’Argent, l’association de la forêt, de l’océan Atlantique, de la dune du Pyla, de la lagune ainsi que de l’étang de Cazaux a assuré la publicité du Bassin. La construction de la Ville d’Hiver d’Arcachon en 1862 sur la petite montagne d’Arcachon, est devenue, sous le Second Empire, le moteur de l’évolution économique et de la croissance démographique du Sud Bassin (Labatut, 1995). À une époque où cures thermales et bains de mer connaissent un grand intérêt, la promotion faite par des médecins fit débuter l’afflux des Bordelais et des Parisiens. Ceux-ci étaient alors amenés à bon port grâce à la récente ligne de chemin de fer. Le développement résidentiel d’Arcachon a ainsi promu un type d’urbanisme : le lotissement forestier où « l’essentiel est bien ce tissu végétal de l’urbanisme, constitué de grands arbres (essentiellement des pins) qui dominent les villas et assurent la cohésion urbaine de l’ensemble » (Folléa et Gautier, 1997). L’omniprésence de la végétation apporte ainsi tout « le romantisme du décor » (Cassou-Mounat et Barrère, 1986). Autre exemple emblématique, la construction, après la Première Guerre mondiale, de la station balnéaire de grand standing de Pyla-sur-Mer sur la commune de la Teste, s’établit sur les dunes boisées. Bien qu’étendant l’urbanisation le long de la côte (fig. 2), cette nouvelle station conçue pour une clientèle aisée se fit selon une haute exigence en matière de préservation de l’espace forestier. La logique ici n’est pas écologique mais bien esthétique, le cahier des charges ayant pour objectifs de donner tout le cachet souhaité. L’agencement des villas au style néo-basque dans un cadre de verdure où le pin maritime prédomine créa un paysage de « villes sous la forêt » qui a fondé et qui fonde toujours l’attractivité du lieu. Ainsi, les nouveaux lotissements qui se développèrent tels Haut-Pyla ou Super-Pyla, construits sur le versant ouest du cordon dunaire, ont eu l’obligation de maintenir 80 % au moins de la forêt sur la surface des lots ainsi que d’entretenir le tapis végétal fait d’arbousiers, de genêts, de lauriers et de mimosas (Cassou-Mounat, 1977). Le maintien du caractère forestier, et donc de la valeur esthétique de ce cadre de vie, constitue toujours une problématique centrale pour certains élus. Suite aux tempêtes de 1999 et 2009, la commune de Lège-Cap Ferret s’est lancée dans une vaste campagne de reboisement considérant que la forêt et tout particulièrement le pin maritime « constitue l’image de marque de la commune, véritable “village sous les pins5” ».

Fig. 2 – La station balnéaire de Pyla-sur-Mer, commune de la Teste

Fig. 2 – La station balnéaire de Pyla-sur-Mer, commune de la Teste

Cliché : A. Pottier

13Parallèlement à ce regard politique local qui affecte un certain nombre de valeurs et de rôles à l’espace forestier, les services de l’État en charge des politiques de conservation portent également une attention à ce milieu qui va prendre corps dans des zonages de préservation.

14Si l’on considère que les différentes formes de préservation de la nature sont liées aux idéologies qui les sous-tendent (Cadoret, 1985 ; Depraz, 2008), étudier l’inscription et l’évolution de ces espaces protégés sur ce territoire et la place qui est donnée à la forêt dans cette dimension va nous permettre de comprendre sous quels critères et quelles valeurs cet objet est officiellement considéré comme patrimonial. Reflet de l’accumulation des concepts et des politiques de préservation de la nature (Charles et Kalaora, 2008), le Pays « Bassin d’Arcachon Val de l’Eyre » contient bon nombre d’espaces et de sites faisant l’objet de mesures réglementaires et contractuelles ou bien recensés au titre des inventaires scientifiques (fig. 3). L’espace forestier, par son omniprésence sur le territoire du Pays, se retrouve, sans grande surprise, dans les multiples zonages de la protection officielle.

Fig. 3 – Répartition des principaux zonages de protection sur le Pays Bassin d’Arcachon Val de l’Eyre

Fig. 3 – Répartition des principaux zonages de protection sur le Pays Bassin d’Arcachon Val de l’Eyre
  • 6 Fiche site classé « Zone littorale du parc des Abatilles », DIREN Aquitaine, en ligne : http://www2 (...)

15Il est tout d’abord important de rappeler que les premiers zonages de protection de la nature qui apparurent en France au début du XXe siècle, ne peuvent être assimilés à la même démarche que les actuels espaces protégés qui cherchent à protéger des espèces ou des habitats supports de la biodiversité (tel le réseau Natura 2000). Ces premiers zonages s’inséraient dans une approche profondément anthropocentrée, au sein d’un paradigme que Samuel Depraz nomme « naturaliste sensible » (2008). La volonté de protection de la nature répondait alors au besoin de préservation de lieux de ressourcement, de contemplation mais également de la sauvegarde d’une « nature-témoignage de la nation » (ibid.). Base de la protection environnementale française, la loi du 21 avril 1906 instaure ainsi la « protection des sites et monuments naturels de caractère artistique » selon des critères et des valeurs du patrimoine culturel (Lefeuvre, 1990). Le terme même de « monument naturel » reflète bien l’influence du pan culturel du patrimoine, et notamment des valeurs esthétiques et historiques, dans l’intégration de la nature dans la « sphère » patrimoniale. Selon le même procédé, la loi du 2 mai 1930, calquée sur celle de 1913 relative aux monuments historiques, va administrer la protection des monuments naturels et des sites dont la conservation présente un intérêt de par leur caractère « artistique, historique, scientifique, légendaire ou pittoresque ». Elle va alors agir selon deux degrés de protection : le classement et l’inscription. Sur le territoire du Pays étudié, on dénombre 21 sites inscrits et 7 sites classés (cf. fig. 3). Géographiquement parlant, ces sites se concentrent sur des secteurs bien précis : la frange ouest du bassin et en particulier le milieu dunaire, les rivages du bassin et la vallée de la Leyre. L’implantation de ces sites de tailles variables relève de trois grandes tendances. La première tient dans la reconnaissance de secteurs emblématiques du bassin comme la dune du Pyla (classé selon un premier périmètre en 1943), l’île aux oiseaux et ses cabanes tchanquées (inscription en 1942, classement en 2008) ou encore le parc des Abatilles à Arcachon (site classé en 1936). Ces lieux emblématiques ont été adoubés pour leur importance intrinsèque, leurs caractéristiques uniques mais également pour la vue sur le bassin que leur position géographique permet. Le site classé de la « dune du Pyla et forêt usagère » constitue ainsi un exemple éclairant de l’importance que prend l’espace forestier en tant qu’élément constitutif du décor « bassin d’Arcachon ». Le classement s’est fondé sur le caractère paysager qu’offre la vue depuis la dune, de cette association jugée exceptionnelle d’eau, de sable en mouvement et de forêt. Le « spectacle forestier » que l’on embrasse depuis le sommet de la dune n’est donc qu’une composante du paysage classé, mais une composante indispensable dans la mise en valeur même de la dune car elle constitue également l’écrin de verdure sublimant la vue depuis le pourtour du bassin. Outre son rôle d’écrin, la forêt voire l’arbre en lui-même, et en premier lieu le pin, peut jouer un rôle dans la mise en valeur du paysage. Ainsi, au sein du site « Zone littorale du parc des Abatilles », classé pour le pittoresque de la vue qu’il offre sur l’entrée du bassin et le Cap-Ferret, le pin maritime joue le rôle de premier plan, filtre boisé contribuant à rendre remarquable « une séquence où le paysage du bassin […] se découvre au travers des troncs de pins6 ». La protection paysagère est donc centrale et les ouvertures visuelles sur le bassin, qu’elles se fassent depuis les hauteurs dunaires ou depuis le rivage, constituent bien souvent l’accroche principale de la protection.

  • 7 Fiche site classé « Réservoir à poisson du Piraillan et bois qui l’entourent », ibid.
  • 8 Fiche site inscrit « Val de l’Eyre », ibid.

16Aux premiers sites classés s’ajoutent ceux reconnus pour la spécificité de leurs milieux voire pour la mosaïque qu’ils proposent. Au sein de la diversité de ces milieux, forêt, bois, arbres vont constituer des éléments très présents mais dont la valeur n’apparaît qu’au sein d’un contexte particulier. Tel est le cas pour le site inscrit « Parc et bois du château de Certes » (1943) ou pour le site classé (1943) du « Réservoir à poisson du Piraillan et bois qui l’entourent » « formé de plans d’eau bordés de dunes boisées de pins [où] se dégage un point de vue remarquable à la fois sur le bassin, le port ostréicole et les réservoirs à poissons7 ». La particularité de la reconnaissance patrimoniale de la vallée de la Leyre (inscrite sous le critère pittoresque) tient dans le contraste des forêts-galeries avec le reste de leur environnement : « Dans une région où domine l’exploitation du pin et les champs géométriques de l’agriculture intensive concentrés sur les plateaux, la ripisylve feuillue des cours d’eau dans les vallons est remarquable.8 » Cette vallée a toujours été centrale dans les politiques de protection et de valorisation de la nature. En 1970, la construction du Parc naturel régional des Landes de Gascogne en a d’ailleurs fait sa « colonne vertébrale ».

  • 9 Fiche site inscrit « Bois du Broustic », ibid.
  • 10 Ibid.
  • 11 Fiche site inscrit « Lieux-dits du quartier neuf et du Betey », ibid.

17Autre critère, la prise en compte de la pression urbaine, et ce dès les années 1940, constitue également un leitmotiv de la protection pouvant aller jusqu’à constituer le critère central. Deux cas particulièrement éclairants se trouvent sur la commune d’Andernos-les-Bains. Le « Bois du Broustic », constitué de chênes et de quelques pins, a été inscrit en 1943 certes pour sa « beauté9 » mais surtout pour sa situation en plein centre-ville : il faut le protéger « pour éviter qu’on le coupe et qu’on le lotisse10 ». La reconnaissance de certains sites ne se justifie d’ailleurs que par la lutte contre l’urbanisation. Ainsi le site « Lieu-dit du quartier neuf et du Betey » inscrit en 1974 est composé d’une prairie, d’un bosquet de pins et de platanes. Il « ne représente pas d’intérêt plus particulier que les autres espaces non protégés. […] Il ne mérite d’être inscrit qu’au regard de son implantation dans un tissu urbain très important11 ». Ce qui est en jeu ici c’est la forêt comme cadre de vie, comme garante de la qualité du lieu. Sa simple position géographique en milieu ou à proximité de l’urbain, fonde sa valeur.

18L’exemple de la commune de la Teste de Buch permet, en changeant d’échelle d’analyse, d’évoquer l’agencement de ces critères au sein d’un même territoire et l’utilisation du zonage de protection comme outil contrariant les dynamiques urbanistiques et forestières locales.

II – La patrimonialisation officielle, une réponse à des menaces multiples : l’exemple des forêts de la Teste de Buch

19Ce territoire (fig. 4) nous paraît être particulièrement pertinent pour traiter des différents regards et des différentes formes de reconnaissances patrimoniales qui s’exercent sur l’espace forestier. Ne serait-ce que sous l’angle de la patrimonialisation officielle, la commune est « recouverte » par de multiples protections ou inventaires. On comptabilise pas moins de 22 zonages sur le territoire testerin, dont 12 affectent d’une manière plus ou moins directe l’espace forestier. À ce regard institutionnel s’ajoutent les points de vue d’acteurs locaux. L’étude des conflits dont les forêts testerines sont le théâtre reflète la diversité des valeurs attachées à cet espace forestier.

Fig. 4 – Statuts des forêts de la Teste de Buch et évolution des limites du site classé

Fig. 4 – Statuts des forêts de la Teste de Buch et évolution des limites du site classé
  • 12 Les « montagnes » sont le nom gascon attribué aux vieilles dunes boisées du littoral.
  • 13 Le CRPF a pour mission de fournir un appui technique à la gestion des forêts privées.
  • 14 Entretien CRPF, avril 2010.
  • 15 Entretien CRPF, avril 2010.

20Le massif testerin se décompose principalement en trois secteurs distincts en fonction de leur statut : une forêt domaniale gérée par l’ONF, une forêt privée artificielle de production, ainsi qu’une forêt privée usagère. À cela s’ajoutent des surfaces plus modestes appartenant au ministère de la Défense, au Conservatoire du littoral, aux départements ainsi qu’à la commune. À l’instar de l’ensemble des communes du Pays, la forêt occupe une large superficie mais, peut-être ici plus qu’ailleurs, elle a aussi joué un rôle économique, historique et paysager central qui imprègne encore les relations entre nombre de ses habitants. L’histoire forestière locale est marquée par le premier des deux aménagements qui transformèrent radicalement les Landes de Gascogne : l’ensemencement des dunes du littoral pour lutter contre l’avancée des sables. Mais la grande spécificité du massif testerin tient à la présence de la forêt privée usagère qui se démarque des forêts ordinaires par son implantation, son origine, sa physionomie et son histoire. Nommée « la grande montagne12 », la forêt usagère est implantée sur des dunes paraboliques anciennes au relief accidenté, ce qui lui donne une physionomie particulière et explique pour une bonne part l’originalité de sa végétation (Aufan, 2009). Elle est aussi l’une des rares forêts d’origine naturelle du massif forestier des Landes de Gascogne. Avec une superficie d’environ 3 800 ha, elle s’étend sur 8 km au sud de la Teste. Sa physionomie est également à mettre en lien avec son mode de gestion, des droits d’usage s’y appliquant toujours. Elle bénéficie d’un statut désormais unique en France puisqu’elle est toujours gérée par des « Baillettes et transactions », actes notariés dont les premières traces écrites remontent à 1468 (Bouisset et Pottier, 2009). Les droits, octroyés par le seigneur local, permettaient aux habitants la récolte du bois de feu et du bois d’œuvre, ainsi que l’exploitation de la gemme contre le versement d’une redevance (Ragot, 1985). Ces droits ont été confirmés et maintenus au fil des siècles et les usages de la « grande montagne » se sont répartis au sein de la population créant, de fait, deux catégories d’habitants : les « ayants pin » qui ont fait de l’exploitation de la résine leur activité principale en se partageant la forêt en parcelles, et les « non ayants pin », correspondant au reste de la population qui gardait sur la forêt un droit de pacage, de glandage et le droit de prélever des arbres. La ressource économique et vivrière induite par l’exploitation de la forêt est donc indissociable de l’histoire testerine, elle en constitue l’un des fondements. Pourtant, dans le sillage d’Arcachon, l’attractivité touristique et résidentielle de la Teste s’affirma avec le temps grâce, notamment, à la présence sur son territoire d’un des emblèmes du bassin : la dune du Pyla et ses 1,5 million de visiteurs annuels. La Teste est passée de plus de 15 000 à près de 25 000 habitants entre 1968 et 2006, et compte plus de 22 % de résidences secondaires. Parallèlement à l’évolution de la structure urbaine et économique du territoire, la forêt, de forte ressource économique et vivrière, est devenue un cadre de vie apprécié et défendu contre son nouveau rôle de potentielle réserve foncière. La vocation de la forêt en tant que support à l’urbanisation a pu nous être soulignée par le CRPF13 : « proche des zones urbanisées, vous avez beaucoup de propriétaires qui sont des sociétés immobilières14 » mais l’achat de parcelles à proximité des secteurs urbanisés avait été effectué « à une époque où ils espéraient qu’un jour ce serait constructible mais bon ça le sera jamais du moins en l’état actuel des choses15 ».

  • 16 Source : Rapport général, annexe de l’Arrêté ministériel promulguant le classement du site, 1943. A (...)
  • 17 Ibid.
  • 18 Source : Note sur la forêt usagère de la Teste – à l’attention de M. le sous-préfet de Bordeaux, 16 (...)

21Tout comme les lotisseurs ont rapidement compris l’intérêt paysager du site et la manne financière qui se faisait jour, les services de l’État eux aussi ont bien appréhendé l’enjeu foncier du secteur. De fait, la course aux zonages de protection dans laquelle ils se sont lancés a eu pour objectif de contrecarrer les menaces pesant sur l’espace forestier. Comme nous l’avons dit précédemment, le site de la dune du Pyla a été classé dès 1943 mais dans des limites très restreintes comprenant une infime partie de la dune (Grande Dune du Sabloney) et deux parcelles en forêt usagère correspondant au lieu-dit Hourn Peyran. La justification première du classement s’appuie sur l’intérêt paysager du site fondé sur la hauteur de la dune (114 m) qui en fait un « site mondialement connu16 ». La vue depuis son sommet permet l’opposition entre « une mer bleue et l’océan vert des pins » tandis que sa vision depuis la partie nord du bassin offre une « tache blonde qui tranche sur le sombre des pins ». Une fois ce premier critère officiel établi, le second va mettre en avant la volonté de l’État de préserver le site contre une éventuelle urbanisation que l’exceptionnalité du lieu, la proximité géographique des lotissements pylatais et les investissements fonciers de sociétés immobilières présupposaient. Ainsi, le classement est considéré comme « indispensable parce qu’achetée en partie par la Société de lotissement de Pilat-Plage, la Grande Dune est destinée – peut-être… – à être fixée, replantée et lotie17 ». Rempart à une urbanisation non souhaitée, l’inscription du massif et l’extension des limites du classement montrent également la volonté des services de l’État de contrer les problématiques locales d’urbanisation dont les évolutions sont perçues comme mettant à mal les spécificités forestières du territoire. L’inscription de la forêt usagère à l’inventaire des sites en est un exemple éclairant. La demande effectuée en août 1977 par l’inspecteur régional des sites met en avant la forêt usagère comme site naturel exceptionnel, que le pré-inventaire de 1970 avait révélé. Le mode d’exploitation original, qui confère à certains le droit d’exploiter la résine et à d’autres celui de prélever le bois, explique, avec son implantation sur des dunes anciennes, la physionomie forestière de l’époque et sa reconnaissance institutionnelle. Les prélèvements d’arbres se faisant pied par pied, et non par coupe rase à l’échelle d’une parcelle comme ailleurs dans le massif, accentuent cette « végétation luxuriante qui saisit le visiteur habitué aux autres formations boisées de la région18 ». C’est donc tout autant pour ses qualités intrinsèques que pour son opposition au reste des forêts environnantes que la forêt usagère est considérée avec intérêt.

  • 19 Source : Recensement des sites de la France, ministère des Affaires culturelles, août 1977. Archive (...)
  • 20 Ibid.
  • 21 Source : Note explicative Extension du site classé de la dune du Pyla, 1990. Archives DIREN Aquit (...)

22Au critère esthétique s’ajoute une volonté d’inscription « de toute urgence […] en raison de risques d’urbanisation sauvage, de défrichements et surtout de dépôt d’un projet de cantonnement auquel la collectivité locale est opposée19 ». Les statuts de la forêt usagère induisent concrètement que les « ayants pin » n’ont pas l’entière propriété de la forêt : ils possèdent le sol, les cabanes et la gemme, mais ils ne peuvent disposer librement de l’arbre qui reste géré par les règles du droit d’usage (Aufan, 2009), ce qui constitue un frein pour la jouissance pleine et entière de leur propriété (Aubin, 1992). Les relations entre propriétaires et usagers ont toujours été difficiles, chacune des parties ayant cherché au cours de l’histoire à évincer l’autre. Mais les conflits s’accentuèrent avec la fin du gemmage dans les années 1970, les propriétaires « ayants pin » subissant une perte sèche de revenus. De fait, pour pouvoir jouir de leurs biens, certains propriétaires se sont lancés dans une procédure judiciaire dite de cantonnement, visant à défaire la forêt du droit d’usage. L’inscription du site par les services de l’État vise donc aussi à contrer les propriétaires cantonnants et leur volonté d’exploiter la forêt usagère selon un modèle sylvicole plus conventionnel. Cette méfiance vis-à-vis des propriétaires n’est pas sans lien avec les tentatives de gestion « rationnelle », comme les coupes rases, qui s’effectuèrent illégalement sur certaines parcelles dans les années 1970 (Aufan, 2009). Ainsi, la procédure de cantonnement conduirait inévitablement, selon l’inspecteur régional des sites de l’époque, « à la dégradation de l’ensemble de la forêt, donc à un début de sa destruction20 ». Il existe donc, selon l’État, une hiérarchisation entre un bon et un mauvais usage de la forêt usagère. Le bon usage serait manifestement le plus traditionnel, ou du moins le plus ancien, à la noble vocation : celle de se loger, de se nourrir, de se chauffer, faisant des droits d’usage un « patrimoine historique21 ». Même s’il s’avère que les pratiques, actuelles, ne répondent pas forcément à ce tableau idéaliste (prélèvement anarchique de bois de chêne par exemple), le principe même des droits d’usage semble fonder la plus-value du site.

III – Des regards différenciés sur un objet patrimonial complexe

23La mise en place des zonages de protection officielle et l’importance de leur inscription spatiale n’ont pas été sans conséquences sur le territoire testerin. La manière dont les associations de protection de l’environnement, les propriétaires ou les gestionnaires de l’espace forestier ont agi en faveur ou en opposition à la patrimonialisation officielle, révèle des différences d’appréhension de la situation. Le cas de l’extension du site classé en 1994 en est un exemple particulièrement éclairant.

  • 22 Source : Rapport du Commissaire enquêteur. La Teste : extension du classement du site de la dune du (...)

24Le rapport du Commissaire enquêteur sur l’enquête menée auprès du public et de l’administration, suite à la demande d’extension du site classé22, révèle le positionnement des différents acteurs. Diverses logiques vont prévaloir face à cette expansion géographique qui vise à inclure dans le site classé la forêt usagère mais également la forêt privée ordinaire de production et la forêt domaniale. Les propriétaires forestiers, premiers intéressés, vont entrer dans une logique d’opposition au projet. Sur les 537 propriétaires concernés, seuls 108 ont donné leur avis, toujours défavorable. À la lecture de leurs objections, on peut comprendre que la grande majorité des propriétaires ayant donné leur opinion sont ceux de la forêt usagère (preuve de la prédominance de cette problématique sur l’espace forestier testerin). Les objections contestent à la fois la procédure et le périmètre de protection. Ils s’appuient tout particulièrement sur l’atteinte au droit de propriété et sur l’inutilité du classement par rapport aux protections déjà existantes. Un troisième élément s’ajoute à leur argumentaire : l’invalidité de l’intérêt historique de la forêt, les droits d’usage n’étant, selon eux, plus exercés. La baisse effective de l’utilisation du droit d’usage, à peine 35 m3 de bois d’œuvre actuellement prélevé par an, sert ainsi de justification aux propriétaires cantonnants.

  • 23 La baisse de l’utilisation du bois d’œuvre pour l’usage induit des prélèvements d’arbres sur pied b (...)
  • 24 Service départemental d’incendie ou de secours.
  • 25 Direction départementale de l’agriculture et de la forêt.
  • 26 Entretien, agent de l’ONF, avril 2010.

25La deuxième réaction face au classement relève de l’inquiétude face au vieillissement de la forêt usagère. La fin du gemmage et la baisse de la pratique des droits d’usage ont eu des conséquences importantes sur la physionomie de la forêt usagère23. Dans une logique d’aménagement forestier, une forêt doit être gérée. Analyser le milieu, fixer des objectifs et déterminer les interventions sont les éléments pivots de l’aménagement forestier (Boutefeu, 2005). Or, selon cette logique, protéger les droits d’usages en état revient à pérenniser un système qui va à l’encontre des intérêts de la forêt. Ainsi, et bien que reconnaissant l’intérêt écologique de cette forêt et l’importance de sa conservation face à l’urbanisation ou l’exploitation intensive (coupe à blanc), l’ONF, le SDIS24 ou encore la DDAF25 s’opposent à la préservation des droits d’usage en état. Ces acteurs y voient soit une accentuation du risque incendie, soit une sous-exploitation aboutissant à un vieillissement de la forêt et donc à sa progressive dégradation. En d’autres termes, pour eux, protéger les droits d’usage n’est pas un moyen de préserver une forêt déjà considérée comme vieillissante voire malade : « En tant que forestier je trouve que c’est un espace non géré […] Il y a un gros problème de renouvellement et […] cette forêt, elle a beau avoir toute la valeur écologique que l’on veut, elle n’est pas en équilibre.26 » La patrimonialisation par le classement ne serait alors en définitive qu’une menace pour la survie de cette forêt.

  • 27 Entretien, ADDU-FU, juillet 2009.
  • 28 Les propriétaires non cantonnants regroupent ceux qui ne souhaitent pas la disparition des droits d (...)
  • 29 Entretien propriétaire non cantonnant, septembre 2009.

26La troisième prise de position est au contraire largement favorable à l’extension du site classé mais sous certaines conditions. Les associations de protection de l’environnement locales voient dans le classement du site un moyen de préserver la biodiversité du lieu et de le pérenniser face à l’urbanisation. Pour autant, l’approche n’est pas la même selon les associations. Pour l’Association de la défense des droits d’usage de la forêt usagère (ADDU-FU), créée en 1920 et qui compte actuellement 900 membres, la démarche consiste surtout à s’opposer à toute tentative de cantonnement initiée par une partie des propriétaires. Cette structure constitue un interlocuteur associatif unique et central sur la question des droits d’usage. Preuve de sa capacité d’action, sur les 853 avis donnés par des particuliers au cours de l’enquête publique, 771 lettres provenaient d’adhérents de l’association. Bien plus que la reconnaissance du caractère exceptionnel de la forêt à l’échelle nationale, le classement est surtout vu comme un allié supplémentaire contre les propriétaires cantonnants : « c’est nous qui avons soutenu le classement de la forêt […] parce qu’on s’est dit : ils veulent supprimer nos droits, on va essayer de verrouiller encore un peu plus.27 » Il s’agit donc d’une logique d’instrumentalisation de la protection officielle de la part de l’association qui voit dans le classement un outil figeant l’espace. Selon le même raisonnement, une demande de classement des droits d’usage au patrimoine immatériel de l’UNESCO a été formulée par cette association. Cette volonté de défendre « bec et ongles » les droits d’usage, alors même que leur connaissance et leurs pratiques restent circonscrits à une part infime de la population actuelle, relève incontestablement de valeurs historique et identitaire. L’ancienneté des droits, leur survivance à la révolution française, au Code napoléonien, au Code forestier sont des référents identitaires au même titre que les cabanes et les pontons du port ostréicole (généralement construits avec du bois de la forêt usagère) qui fondent, selon l’ADDU-FU, la « mémoire locale ». Que ce soit pour les usagers investis dans la préservation de leurs droits ou les propriétaires non cantonnants28, on ne peut comprendre leur conviction sans également appréhender l’attachement affectif à cette forêt. Par exemple, un propriétaire non cantonnant nous a présenté sa volonté de se battre pour la forêt usagère en insistant particulièrement sur l’histoire familiale : « Ces souvenirs m’ont fait adorer la forêt. Pépé qui taillait les pins, c’était l’été, les cigales, les odeurs de térébenthine, de résine, de chaleur, c’était magique ! […] On a ça dans les gènes, j’ai toujours vécu dans cette forêt quasiment, c’est ma vie, j’y suis tous les jours29. » L’importance que revêt la défense du statut, et donc de la forêt, tient dans la reconnaissance de son caractère particulier au sein du massif des Landes de Gascogne, mais également dans sa non-inscription dans une logique purement économique qui remettrait en question ses valeurs intrinsèques : « Aujourd’hui, l’argument numéro un, [c’est] le pognon, la rentabilité, mais vous voyez, vous, une grosse machine qui vient dans la forêt et vous décanille 20 ha comme ça ? Vous plaisantez ou quoi ? Il n’en est pas question ! […] Vous auriez des pins plantés en rang d’oignon, une forêt des Landes, quoi. » Cette logique du « bon usage » de la forêt testerine se retrouve parfaitement dans le discours et la gestion du site par la DIREN. Il en va de même dans le discours et le combat mené par certaines associations de défense de l’environnement présentes sur le territoire.

27Pourtant, l’argumentation avancée pour la préservation de la forêt usagère ne trouve pas forcément d’écho lorsqu’elle s’applique ailleurs. Rappelons ici que le site protégé englobe, outre la forêt usagère, de la forêt domaniale et privée. Or le site classé est considéré comme un tout et est, de fait, réglementé selon cette unité théorique. Ainsi « englobée », l’exploitation de la forêt privée artificielle de production, pourtant base d’une partie paysage classé, devient très difficile : à la stricte réglementation qui accompagne le classement se surajoute la vigilance des associations de défense de l’environnement local (Bouisset et Pottier, 2010). En cas de non respect de la réglementation par les propriétaires (volontairement ou par simple méconnaissance de la législation), des associations de protection de l’environnement locales s’emparent du dossier forestier et assignent en justice le contrevenant. Cette démarche va susciter colère et désarroi de la part des propriétaires forestiers.

  • 30 Entretien DIREN, Juillet 2009.
  • 31 Un Plan simple de gestion est un document programmant la gestion forestière de 10 à 20 ans. Les pro (...)
  • 32 Entretien CRPF, avril 2010.

28Entre la DIREN, les associations de protection de l’environnement d’une part et les propriétaires et les ingénieurs du CRPF d’autre part, s’affrontent deux conceptions opposées des fonctions attribuées à la forêt. Pour les premières l’action humaine sur la forêt privée doit être limitée (alors même qu’elle constitue l’essence même d’une partie du paysage classé.) Ainsi, la plus visuelle des actions forestières, à savoir la coupe rase, n’est plus désirée en ce lieu et doit rester dévolue à des espaces sans valeur paysagère particulière : « des coupes rases de 50 ha, c’est des façons de gérer qui vont bien en plaine [plateau landais], dans d’autres secteurs30. » Les restrictions dues au classement et l’intransigeance de la commission des sites chargée de traiter de la recevabilité des plans de gestions des forêts privées31, ont ainsi bloqué toute action d’envergure sur la forêt privée. L’inadéquation entre une logique basée sur l’esthétisme, figeant l’espace à un instant donné, et celle fondée sur une gestion forestière rationnelle trouve une bonne illustration dans la problématique sanitaire. Afin d’alerter la commission des sites du danger de la propagation d’un champignon engendrant sur certains secteurs des « forêts d’arbres morts » et la nécessité de faire des coupes sanitaires, des ingénieurs du CRPF ont présenté des photographies illustrant l’étendue du problème : « erreur fatale, parce qu’ils ont trouvé que c’était fantastique, ces arbres morts […] Donc voilà, on a des chicots tout blancs au milieu des buissons de chênes verts, c’est n’importe quoi32. »

  • 33 Entretien propriétaire forestier, délégué cantonal du Syndicat des sylviculteurs du Sud-Ouest (SYSS (...)

29Le classement aboutit donc à la remise en cause de la simple existence d’une gestion forestière en forêt pourtant privée et ébranle les rapports qu’entretiennent les propriétaires avec leur forêt. Sans remettre en question l’importance économique que peut tenir la forêt pour bon nombre d’entre eux, la surface de propriété, sa localisation mais également l’origine de cette possession sont autant de facteurs qui nuancent le rapport à la propriété. Comme le souligne une propriétaire à la Teste, la propriété forestière est avant tout « un patrimoine familial33 ». Ce qui se transmet est, certes, du foncier, mais c’est surtout un bien familial où attachement affectif et culture forestière se mêlent : « Moi je suis fille de forestier […] J’ai grandi dans cette forêt, je sais ce que c’est la sylviculture. » La préservation de ce bien forestier passe par une démarche patrimoniale qui est justement mise à mal par les restrictions de conservation officielle : « J’essaye de préserver ce qu’on m’a donné, et de le garder, et de le faire correctement […] Aujourd’hui, moi je peux pas transmettre ça à mes neveux. » De fait, la remise en question de ce qui fonde l’existence du propriétaire, à savoir l’exploitation, n’est pas possible à accepter : « moi je peux pas tenir le raisonnement de ne pas l’exploiter, c’est des pins. » Le discours développé ici par une propriétaire étaye l’idée que l’impossibilité de gérer la forêt est dommageable parce que justement c’est « une forêt magnifique ».

30Pour mettre fin à cette situation de blocage, un guide de recommandations paysagères a été conçu en 2008 (14 ans après l’extension spatiale du site) à l’initiative du CRPF et en concertation avec toutes les parties prenantes. Deux ans après sa validation et l’adaptation des Plans simples de gestion par les propriétaires, aucun dossier n’est encore revenu du ministère.

Conclusion

31L’analyse des critères qui portent la reconnaissance patrimoniale officielle constitue un exemple de la diversité des approches et des visions portées sur l’espace forestier. Symbole d’un territoire touristique, chaînon indispensable à la valorisation esthétique des zones urbanisées, espace de respiration d’une structure urbaine en perpétuelle extension et densification, écrin sublimant des éléments naturels spectaculaires, telle la dune du Pyla, ou plus intimes, comme les ripisylves, la forêt de pins maritimes brille par son indispensable présence en tant que lien entre toutes ces unités. Paradoxalement, lorsqu’elle n’existe que pour elle-même et non plus par « association » ou par « opposition à », les valeurs qui lui étaient attribuées disparaissent et la forêt redevient le simple support d’une économie, un milieu à faible valeur floristique et faunistique pouvant potentiellement servir de socle à l’urbanisation. L’exemple du massif forestier testerin nous offre une approche complémentaire par la multitude des regards mise en évidence par la constitution et l’extension du site classé. S’intéresser aux modalités de création du site classé de la « Dune du Pyla et forêt usagère » nous a amenés à, inévitablement, interroger l’espace protégé sous l’angle des conflits, reflets d’une reconnaissance patrimoniale officielle qui ne se fait pas sans heurts. Pour autant, l’exemple développé ici complexifie un schéma de constitution des espaces protégés largement vu comme binaire. En effet, généralement, s’oppose, d’un côté, la patrimonialisation officielle, démarche souvent extérieure au territoire qui « repose sur l’intervention d’un pouvoir donné sur une portion de [ce] territoire » (Depraz, 2008), et de l’autre côté, le local. Celui-là, au travers des propriétaires et gestionnaires ruraux, reproche fréquemment l’application d’une vision exogène et urbaine sur « son » territoire. La « levée de boucliers » lors de la mise en place dans les années 1990 du réseau Natura 2000 en constitue un exemple connu et révélateur « au point d’être vécue […] comme un conflit entre une culture urbaine, triomphante et conquérante, et une culture rurale traditionnelle, fragilisée et sur la défensive » (Barthod, 2010). De prime abord, on peut relever dans le cas testerin cette même dichotomie : une patrimonialisation « par le haut » ressentie localement comme une politique qui ostracise et qui culpabilise. Au-delà de ce point, l’exemple étudié se détache de cette situation classique par la complexité des formes d’appui ou d’opposition au site. Le milieu associatif investi dans la défense de l’environnement, de la forêt et des droits d’usage se démarque par l’hétérogénéité du profil de ses membres. Ici les genres se mélangent : aux néo-ruraux portés sur la défense de l’environnement et du cadre de vie, s’associent des propriétaires en forêt usagère s’opposant au cantonnement, ou bien des usagers qui peuvent parfois également être propriétaires forestiers en d’autres lieux sur le massif. Ainsi, l’offensive associative contre la gestion traditionnelle dans le site classé ne peut être analysée comme le simple fait d’une population néo-rurale détachée de toute réalité du monde en question. En effet, les plus actifs et les plus « virulents » sont en l’occurrence des gens du « pays » connaissant parfaitement l’histoire et les rouages du monde forestier traditionnel et ceux de la forêt usagère. Il faut donc voir derrière la volonté de protection de l’environnement à laquelle répond le consensus autour de l’extension du site classé une véritable « instrumentalisation » du dispositif de protection. La reconnaissance étatique du caractère paysager et historique du site n’est pas tant ce qui motive l’adhésion associative mais bien la volonté de voir appliquer en ce lieu un format d’aire protégée extrêmement contraignant pour le « camp » adverse. Ainsi, le clivage né de l’extension du site ne constitue pas une simple confrontation autour de la question de la protection paysagère et de ses conséquences puisque ce qui est véritablement en jeu est la domination d’un groupe et de sa vision du territoire. De fait, la patrimonialisation officielle, quand elle est soutenue, se voit utilisée comme un outil supplémentaire dans la défense d’intérêts qui dépassent le simple cadre des critères de classement. Les différentes formes d’adhésion ou d’opposition au site révèlent bien une diversité des conceptions patrimoniales liées à cet espace forestier : ce qui constitue les fondements du patrimoine pour les uns peut être contradictoire avec ce qui fait patrimoine pour les autres. La multitude de critères et valeurs associés à la notion appliquée à l’espace forestier est ici particulièrement lisible.

Haut de page

Bibliographie

Arnould P., « Forêts : Nouvelles forêts et vielles forêts », in La Forêt, Actes du 113e Congrès national des sociétés savantes, Éditions du CTHS, Paris, 1991, p. 13-30.

Arnould P., Marty P., Simon L., « Deux siècles d’aménagements forestiers : Trois situations en marge méridionales de la France », Eria, no 58, 2001, p. 251-267.

Arnould P., Glon E. (dir.), La nature a-t-elle encore une place dans les milieux géographiques ?, Publications de la Sorbonne, Paris, 2005, 270 p.

Aubin G., « La transaction du 7 août 1746 et la forêt usagère de la Teste », in Études offertes à Pierre Jaubert, Presses universitaires de Bordeaux, 1992, p. 51-65.

Aufan R., La Forêt usagère de la Teste de Buch, 2009. En ligne : http://r.aufanforetusagere.free.fr

Barrère C., Barthélémy D., Nieddu M., Vivien F.-D., Réinventer le patrimoine. De la culture à l’économie, une nouvelle pensée du patrimoine ?, L’Harmattan, Paris, 2005, 304 p.

Barthod C., « Quelques réflexions sur l’acceptation sociale de la politique de création et de gestion des espaces protégés », in Laslaz L., Gauchon C., Duval-Massaloux M. et Héritier S. (dir.), Espaces protégés, acceptation sociale et conflits environnementaux, Cahiers de Géographie, Collection « EDYTEM », 2010, p. 5-8.

BKM, DIREN, DRE, DDE, Étude des enjeux écologiques et paysagers du littoral du bassin d’Arcachon, BKM, Bordeaux, 2006, 76 p.

Bouisset Ch., Pottier A., « La forêt des Landes de Gascogne entre protection et exploitation : une “nature” ordinaire écartelée », in Laslaz L., Gauchon C., Duval-Massaloux M. et Héritier S. (dir.), Actes du colloque Espaces protégés et territoires. Conflits et acceptation, Chambery, septembre 2009, Belin, coll. « Mappemonde », Paris, (sous presse).

Boutefeu B., « L’aménagement forestier en France : à la recherche d’une gestion durable à travers l’histoire », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement, vol. 6, no 2. [En ligne], mis en ligne le 1er septembre 2005, http://vertigo.revues.org/index4446.html.

Boutefeu B., La forêt comme théâtre ou les conditions d’une mise en scène réussie, sous la direction de P. Arnould, thèse de nouveau régime, École normale supérieure Lettre et Sciences humaines, ONF, laboratoire « Environnement, Ville, Société », UMR 5600, 2007, 519 p.

Breman P., « Le paysage forestier », in La Forêt. Les savoirs et le citoyen, Éditions ANCR, 1995, p. 291-293.

Cadoret A. (dir.), Protection de la nature. Histoire et idéologie. De la nature à l’environnement, L’Harmattan, Paris, 1985, 245 p.

Cassou-Mounat M., La vie humaine sur le littoral des Landes de Gascogne, tome 1, Atelier de reproduction de thèse, Lille, 1977, 589 p.

Cassou-Mounat M., Barrère P., « Tourisme et environnement sur le littoral des Landes de Gascogne », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, tome 57, fasc. 4, 1986, p. 491-518.

Charles L., Kalaora B., « Pensée, sensibilité et action dans la société française autour de la question de la nature », Annales de Géographie, no 663, 2008, p. 3-25.

CHARTE DU PAYS BASSIN D’ARCACHON VAL DE L’EYRE 2010, validée par le Comité de pilotage du 8 octobre 2004, 39 p.

Choay F., L’Allégorie du patrimoine, Seuil, Paris, 1992, 272 p.

CRPF, La forêt privée sur le territoire SCOT Bassin d’Arcachon Val de l’Eyre, 2007, 3 p.

Delort R., Walter F., Histoire de l’environnement européen, PUF, coll. « Le nœud gordien », Paris, 2001, 352 p.

Depraz S., Géographie des espaces naturels protégés. Genèse, principes et enjeux territoriaux, Armand Colin, Paris, 2008, 320 p.

Deuffic P., Granet A.-M., Lewis N., « Forêt et société : une union durable – 1960-2003 : évolution de la demande sociale face à la forêt », Rendez-vous techniques, no 5, 2004, p. 10-14.

Di Méo G., « Processus de patrimonialisation et construction des territoires », Colloque Patrimoine et industrie en Poitou-Charentes : connaître pour valoriser, Poitiers – Châtellerault (2007). [En ligne], mis en ligne le 26 mai 2008, http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00281934/fr/

Eizner N., « La forêt, archétype de la nature », in La Forêt. Les savoirs et le citoyen, Éditions ANCR, Paris, 1995, p. 17-19.

Follea B., Gautier C., Connaissance et valorisation des paysages de Gironde, Direction départementale de l’équipement de la Gironde, Direction régionale de l’environnement de l’Aquitaine, Bordeaux, 1997, http://www2.cdu.urbanisme.developpement-durable.gouv.fr/cdu/texteintegral/gironde/sommaire.htm

Gallochet M. (dir.), La Forêt. Ressource et patrimoine, Ellipses, Paris, 2006, 271 p.

Glevarc H., Saez G., Le Patrimoine saisi par les associations, La Documentation française, Paris, 2002, 412 p.

Héritier S., Richard-Anguis S. (dir.), « Le patrimoine naturel : entre culture et ressource », Géographie et cultures, no 66, 2008, 143 p.

INSEE, Littoral aquitain. Diagnostic de territoire, 2005, 45 p.

INSEE, « Le littoral aquitain étend son influence », Le Quatre Pages INSEE Aquitaine, no 177, juin 2008.

Jeudy H.-P. (dir.), Patrimoines en folie, Éd. de la MSH, coll. « Ethnologie de la France », Paris, 1990, 297 p.

Kalaora B., Le Musée Vert. Radiographie du loisir en forêt, L’Harmattan, 2e éd., Paris, 1993, 304 p.

Labatut F., « Le poids des hommes dans l’évolution du paysage », in Daney Ch. et Boyé M. (dir.), Une histoire du Bassin. Arcachon, entre landes et océan, Mollat Éditeur, Bordeaux, 1995, p. 229-241.

Larrère R., Nougarède O., Des hommes et des forêts, Gallimard, coll. « Découvertes », Paris, 1993, 128 p.

Lazzarotti O, « Patrimoine », in Lévy J. et Lussault M. (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Belin, Paris, 2003, p. 692-693.

Lefeuvre J.-C., « De la protection de la nature à la gestion du patrimoine naturel », in Jeudy H.-P. (dir.), Patrimoine en folie, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Paris, 1990, p. 29-75.

Leniaud J.-F., L’Utopie française, essai sur le patrimoine, Menges, Paris, 1992, 181 p.

Micoud A., « Patrimonialisation : redire ce qui nous relie ? », in Barrère C., Barthélémy D., Nieddu M. et Vivien F.-D. (dir.), Réinventer le patrimoine. De la culture à l’économie, une nouvelle pensée du patrimoine ?, L’Harmattan, Paris, 2005, p. 81-96.

Nerey R., « Du monument isolé au “tout patrimoine” », Géocarrefour, vol. 79/3, 2004, [En ligne], mis en ligne le 12 mars 2008, http://geocarrefour.revues.org/index746.html.

Nora P., « L’ère de la commémoration », in Les Lieux de mémoire, tome III, Gallimard, Paris, 1992, p. 977-1012.

Pajot-Tauzin M.-J., « Un certain équilibre de vie au XVIIIe siècle », in Daney Ch. et Boyé M. (dir.), Une histoire du Bassin. Arcachon, entre landes et océan, Mollat Éditeur, Bordeaux, 1995, p. 33-44.

Papy L., Les Landes de Gascogne et la Côte d’Argent, Privat, coll. « Pays du Sud-Ouest », Toulouse, 1978, 191 p.

Ragot J., Baillettes et transactions et droits d’usages sur la forêt usagère de la Teste de Buch, 1985, 182 p. (non publié)

Rautenberg M., La Rupture patrimoniale, À la croisée, Bernin, 2003, 173 p.

Simon L., « Conclusion : “Oui” », in Arnould P. et Glon E. (dir.), La nature a-t-elle encore une place dans les milieux géographiques ?, Publications de la Sorbonne, Paris, 2005, p. 263-267.

Sol M.-P., « La patrimonialisation comme (re)mise en tourisme. De quelques modalités dans les Pyrénées catalanes », in Violier Ph. et Lazzarotti O. (dir.), Tourisme et Patrimoine. Un moment du monde, Presses de l’Université d’Angers, 2007, p. 161-175.

SYBARVAL, Schéma de cohérence territoriale Bassin d’Arcachon Val de l’Eyre. Diagnostic territorial, juin 2009, 296 p.

Vivien F.-D., « Et la nature devient patrimoine », in Barrère C., Barthélémy D., Nieddu M. et Vivien F.-D. (dir.), Réinventer le patrimoine. De la culture à l’économie, une nouvelle pensée du patrimoine ?, L’Harmattan, Paris, 2005, p. 45-70.

Haut de page

Notes

1 Terme d’origine gasconne : « pinhadar », désignant la forêt de pin maritime.

2 Direction régionale de l’environnement (aujourd’hui Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement - DREAL).

3 Office national des forêts.

4 Centre régional de la propriété forestière.

5 Source : Journal municipal de Lège-Cap Ferret, no 39, avril 2009, p. 45.

6 Fiche site classé « Zone littorale du parc des Abatilles », DIREN Aquitaine, en ligne : http://www2.aquitaine.ecologie.gouv.fr/sites1930/index.html

7 Fiche site classé « Réservoir à poisson du Piraillan et bois qui l’entourent », ibid.

8 Fiche site inscrit « Val de l’Eyre », ibid.

9 Fiche site inscrit « Bois du Broustic », ibid.

10 Ibid.

11 Fiche site inscrit « Lieux-dits du quartier neuf et du Betey », ibid.

12 Les « montagnes » sont le nom gascon attribué aux vieilles dunes boisées du littoral.

13 Le CRPF a pour mission de fournir un appui technique à la gestion des forêts privées.

14 Entretien CRPF, avril 2010.

15 Entretien CRPF, avril 2010.

16 Source : Rapport général, annexe de l’Arrêté ministériel promulguant le classement du site, 1943. Archives DIREN Aquitaine.

17 Ibid.

18 Source : Note sur la forêt usagère de la Teste – à l’attention de M. le sous-préfet de Bordeaux, 16 novembre 1978. Archives DIREN Aquitaine.

19 Source : Recensement des sites de la France, ministère des Affaires culturelles, août 1977. Archives DIREN Aquitaine.

20 Ibid.

21 Source : Note explicative Extension du site classé de la dune du Pyla, 1990. Archives DIREN Aquitaine.

22 Source : Rapport du Commissaire enquêteur. La Teste : extension du classement du site de la dune du Pyla. Archives DIREN Aquitaine.

23 La baisse de l’utilisation du bois d’œuvre pour l’usage induit des prélèvements d’arbres sur pied bien moindres et donc un renouvellement moins important. De plus, après la fin de la pleine activité de gemmage dans les années 1970, certaines espèces, dont par exemple les chênes pédonculés, ont pu se développer à loisir, alors qu’ils étaient auparavant coupés pour l’ombre qu’ils faisaient aux pins.

24 Service départemental d’incendie ou de secours.

25 Direction départementale de l’agriculture et de la forêt.

26 Entretien, agent de l’ONF, avril 2010.

27 Entretien, ADDU-FU, juillet 2009.

28 Les propriétaires non cantonnants regroupent ceux qui ne souhaitent pas la disparition des droits d’usage qu’induirait une procédure de cantonnement. Pour autant, leur motivation n’est pas unique. Les uns ne voient pas l’intérêt de modifier le statut et donc la physionomie de la forêt, celle-ci leur convenant parfaitement en l’état, tandis que d’autres souhaitent l’aboutissement d’une nouvelle transaction, seul moyen de faire évoluer les statuts de la forêt sans défaire les droits d’usage.

29 Entretien propriétaire non cantonnant, septembre 2009.

30 Entretien DIREN, Juillet 2009.

31 Un Plan simple de gestion est un document programmant la gestion forestière de 10 à 20 ans. Les propriétaires qui possèdent une forêt sur un site classé doivent avoir leur plan validé par la Commission départementale des sites et approuvé par le ministère en charge des sites.

32 Entretien CRPF, avril 2010.

33 Entretien propriétaire forestier, délégué cantonal du Syndicat des sylviculteurs du Sud-Ouest (SYSSO), juillet 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le Pays Bassin d’Arcachon Val de l’Eyre  : un espace où domine la forêt
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1303/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2 – La station balnéaire de Pyla-sur-Mer, commune de la Teste
Crédits Cliché : A. Pottier
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1303/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 3 – Répartition des principaux zonages de protection sur le Pays Bassin d’Arcachon Val de l’Eyre
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1303/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Fig. 4 – Statuts des forêts de la Teste de Buch et évolution des limites du site classé
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1303/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 478k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aude Pottier, « Quand la forêt est patrimonialisée : les enjeux du cadre forestier du Bassin d’Arcachon », Sud-Ouest européen, 30 | 2010, 125-138.

Référence électronique

Aude Pottier, « Quand la forêt est patrimonialisée : les enjeux du cadre forestier du Bassin d’Arcachon », Sud-Ouest européen [En ligne], 30 | 2010, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 16 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/1303 ; DOI : 10.4000/soe.1303

Haut de page

Auteur

Aude Pottier

Doctorante en géographie, laboratoire SET - UMR 5603 CNRS, Bât. IRSAM, université de Pau et des Pays de l’Adour, Domaine universitaire, 64 000 Pau, aude.pottier@etud.univ-pau.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals