Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29Destinations touristiques et attr...

Destinations touristiques et attractivités résidentielles

Jean-Pierre Augustin
p. 1-5

Texte intégral

1Le tourisme est devenu un genre commun, un idiome mondial pour des centaines de millions d’individus, et peut être considéré comme l’un des modes d’organisation de nos sociétés contemporaines. Il est un système et l’élément de systèmes plus vastes qui, du site touristique à la station et aux univers urbains (Duhamel, Knafou, 2007), impose sa logique économique et son empreinte (Rieucau, Lageste, 2006) à l’espace-monde. Il s’inscrit dans une mondialité (Retaillé, 1997) et peut être présenté comme un accélérateur de la mondialisation, une pratique d’invention de soi, mais aussi comme un organisateur territorial qui réactive, par la diversité de ses formes et de ses cultures, le sens du rapport à l’espace ; comme d’autres cultures-monde, les pratiques touristiques ne se réduisent pas aux pratiquants, aux sites, aux stations ou aux villes touristiques. Les milliers d’images (photographies, films, vidéos…) qui se multiplient à l’ère numérique représentent le phénomène dans les médias, parfois le précèdent et en tout cas le construisent. Dans ce jeu, les médias n’ont pas un simple rôle d’information ; en présentant le territoire planétaire du tourisme, ils l’énoncent, c’est-à-dire qu’ils l’inventent.

2Les faits touristiques, dans leur diversité, sont analysés par les sciences humaines et sociales depuis plus d’un demi-siècle et les géographes ont apporté dans ces recherches une large contribution, même si la reconnaissance de ce thème d’étude a mis un certain temps à s’imposer. Il n’est pas inutile de rappeler d’abord les premiers écrits concernant le tourisme dans la Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest (RGPSO) devenue en 1998 la revue Sud-Ouest Européen (SOE), puis de montrer comment une des régions de ce vaste espace, la région Aquitaine, offre des particularités, tant au niveau des pratiques que des recherches, avant d’évoquer enfin les apports de ce numéro spécial.

Les recherches sur le tourisme dans la RGPSO puis dans SOE

3Les articles et chroniques de la RGPSO, fondée en 1930 par Daniel Faucher, sont de bons analyseurs de l’évolution des thématiques de la géographie. L’étude de ces écrits est facilitée par l’existence de tables décennales présentées en supplément de la revue depuis son origine. Durant les trois premières décennies, les géographes du Sud-Ouest valorisent les questions de géographie classique et en particulier celles de la géographie physique, du peuplement, de l’économie rurale et industrielle. Les premiers articles concernant le tourisme n’apparaissent que dans la quatrième table rassemblant les écrits des années 1960. Le premier article concernant le tourisme dans le Lot, par R. Milon, date de 1960, puis plusieurs auteurs s’intéressent aux stations de sports d’hiver, dont l’étude illustre les mutations de l’économie montagnarde (G. Cazes, 1964, et J. Coppolani, 1966), ou au tourisme social et aux gîtes ruraux (M. Chadefaud, 1968). La montagne et les espaces ruraux sont donc valorisés et l’espace littoral délaissé : un peu comme si le fait d’étudier les loisirs hédonistes qui se développent sur les plages était considéré comme un « passe-temps » ou une « galéjade » (Dewailly, 1990), un sujet secondaire qui ne mérite pas encore une attention particulière.

4Mais les temps changent et la société agricole et industrielle traditionnelle commence à se défaire, à se recomposer, et le tourisme littoral est de plus en plus pris en compte par les organismes d’aménagement et en particulier par les oréam (Organismes régionaux d’études et d’aménagement des aires métropolitaines). La cinquième table décennale de la revue, celle des années 1970, souligne un changement de tendance. Dès 1971, P. Barrère et M. Cassou-Mounat analysent le schéma d’aménagement de la Côte aquitaine, puis P. Laborde (1973) la Côte landaise, C. Teixudor (1977) la Costa Brava, et surtout, la table analytique stipule pour la première fois le thème du tourisme dans son index.

5La sixième table décennale, celle des années 1980, renforce la place du tourisme dans les publications puisque 25 références (y compris les recensions d’ouvrages) sont fournies dans la rubrique thématique « tourisme / loisir » et que le premier numéro spécial consacré à ce sujet est proposé en 1986 par M. Cassou-Mounat sous le titre « Tourisme, milieu et société ». Il s’agit d’une contribution des chercheurs du Centre d’études des espaces urbains (CESURB), associé au CNRS, où l’on trouve les contributions de P. Barrère, M. Cassou-Mounat, M. Genty, P. Laborde, J. Dumas et J.-P. Augustin.

6Durant la décennie suivante, les productions touristiques se maintiennent et après le changement de titre de la revue, en 1998, le premier numéro de SOE est consacré au tourisme et au littoral aquitain sous la direction de P. Laborde, nouveau directeur du CESURB, avec les contributions de L. Larroque, I. Degrémont, V. Delcroix, P. Laconme, et O. Ballesta. La revue a modifié son fonctionnement, son titre et son logo, et s’ouvre à des sujets plus spécialisés en favorisant les numéros thématiques autour de la ville, la montagne, les périphéries, mais aussi le sport, la culture et le tourisme. Notons qu’après le tourisme, le premier numéro spécial sur la culture paraît en 2000 (Augustin, Berdoulay, 2000), et celui sur le sport en 2002 (Augustin, 2002). C’est dans ce contexte que s’inscrit ce troisième numéro spécial sur le tourisme, 24 ans après celui de 1986 et 12 ans après celui de 1998 ; il reste surtout centré sur le Sud-Ouest, et plus particulièrement sur l’Aquitaine, en soulignant certaines de ses spécificités.

Les spécificités du tourisme aquitain et de son littoral

7L’Aquitaine se situe au cinquième rang des régions touristiques françaises si l’on retient l’indicateur classique des « nuitées commerciales enregistrées ». Elle se place après Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Rhône-Alpes, Languedoc-Roussillon et Bretagne, mais devance les Pays de la Loire et Midi-Pyrénées. Cet indicateur ne souligne pas suffisamment les atouts et la diversité de l’offre touristique de la région (Delfaud, 2006). Ces atouts peuvent être résumés à plusieurs types d’espaces et plusieurs types de pratiques touristiques.

8Le premier espace attractif est depuis les années 1980 le littoral atlantique. Sa mise en tourisme a été plus tardive que celle d’autres régions comme la Côte normande, la Côte d’Azur ou la Bretagne, mais ce retard a été bénéfique puisqu’il a permis d’éviter certaines erreurs et de profiter d’une politique volontariste de maîtrise qui s’inscrit aujourd’hui dans les perspectives du développement durable. Les 230 km de littoral sableux ont bénéficié du plan de sauvegarde et d’aménagement de la MIACA (Mission interministérielle d’aménagement de la Côte aquitaine) qui a proposé une alternance d’unités principales d’aménagement (UPA) et de secteurs d’équilibre naturel (SEN) pour éviter une urbanisation continue et une liaison routière littorale. La gestion des 35 km de côtes rocheuses est plus complexe, mais on peut admettre que près de 40 ans après la création de la MIACA en 1967, les propositions énoncées ont été largement appliquées et ont permis d’éviter un mitage des constructions en préservant les zones sensibles. Les effets de la décentralisation, en confiant plus de responsabilités aux collectivités territoriales, n’ont pas vraiment eu d’effets néfastes même si les associations locales soucieuses de préservation ont dû agir ici et là.

9Le deuxième espace est lié à la chaîne des Pyrénées et au tourisme de montagne. Le développement des stations de ski a en partie résisté aux grandes opérations immobilières des Alpes et aux créations ex nihilo. À l’initiative de l’État, le parc national des Pyrénées-Occidentales, partagé avec la région Midi-Pyrénées, a été constitué dès la fin des années 1960 et renforce le caractère de préservation et de durabilité de l’espace montagnard tout en attirant les touristes écologiques. Le troisième espace est celui du tourisme rural. Moins attractif que les deux premiers, il dispose cependant des atouts liés à des zones de faibles densités démographiques possédant un habitat rural traditionnel. Il est susceptible d’attirer des résidents régionaux, nationaux et étrangers en jouant sur les spécificités de ses productions agricoles (vignobles, vergers, élevage…) et ses gastronomies locales. Les Hollandais et surtout les Anglais sont sensibles à ce tourisme intérieur et certaines régions comme la Dordogne (« Dordogneshire ») sont en partie colonisées par ces communautés qui valorisent certains villages désaffectés (Gervais-Aguer, 2006). Deux parcs naturels régionaux (PRN) bénéficient du label d’État, celui des Landes de Gascogne et celui du Périgord-Limousin.

10Enfin, le quatrième type d’espace est celui du tourisme urbain associé aux villes et aux agglomérations. Même si les villes et le tourisme entretiennent une relation ancienne, le tourisme urbain n’a pas toujours été pris en compte dans les catégories touristiques. Pourtant, toutes les villes, grandes, petites ou moyennes, affichent par leur syndicat ou leur bureau touristique une offre diversifiée. Cette offre n’est plus seulement patrimoniale, liée aux arts et à l’architecture, mais se double d’une offre événementielle autour de festivals et autres journées attractives pour les populations régionales et internationales ; Bordeaux, de par la renommée des vins liée à son nom, est devenu une ville mondiale du tourisme, renforcée par l’inscription au classement de l’UNESCO en 2006 ; mais les autres agglomérations, celles de Biarritz et de Bayonne ou celles de Périgueux et de Pau, affichent une grande diversité que l’on retrouve dans les types de pratiques touristiques.

11La pratique liée au patrimoine historique, archéologique et architectural, est un atout de l’Aquitaine. Il suffit de rappeler les sites préhistoriques de Lascaux, les vestiges gallo-romains, les églises romanes, les chemins de Compostelle, les bastides et châteaux médiévaux pour mesurer la diversité de ses hauts lieux historiques. Le tourisme thermal est aussi une tradition aquitaine datant de l’époque romaine, mais réactivée au XIXe siècle comme à Dax qui reste la ville comptant le plus de curistes en France. Le tourisme de santé se modernise et se complète avec la thalassothérapie développée au Pays basque à l’initiative d’anciens sportifs de renoms (Bobet et Blanco), mais aussi à Arcachon et dans de nombreuses stations littorales.

12Le tourisme d’affaires reste à dimension urbaine et les villes cherchent dans une compétition nationale à marquer leur différence en accueillant les foires internationales ou régionales, les salons et congrès. Bordeaux n’a pas encore réussi à rivaliser avec les villes basques espagnoles malgré une organisation spécifique, mais décentrée dans le secteur du Lac. Biarritz, Pau et Arcachon tentent de trouver leur place dans le jeu attractif des entreprises d’affaires. Le tourisme culturel a aussi une forte dimension urbaine liée aux grands équipements artistiques, opéras, théâtres, musées, mais de plus en plus aux événements de renommées nationales et internationales comme le nouvel événement biennal « Evento » proposé, pour la première fois, en novembre 2009 et qui célèbre la ville au travers de créations urbaines inédites. Les festivals en milieu rural ont obtenu des résultats non négligeables à partir des petites villes d’Uzeste, Langon, Luxey, Castillons… (Augustin, Lefebvre, 2004).

13Enfin, le tourisme sportif s’impose comme élément attractif, que ce soit en montagne ou en bord de mer, avec les sports d’hiver, les stations voiles, les golfs, mais aussi en agglomérations avec les équipes professionnelles dont les matchs drainent une large population (30 000 spectateurs pour les rencontres des Girondins au stade Chaban-Delmas de Bordeaux). À côté de ces pratiques instituées, se développent de nouvelles activités ludo-sportives sur les chemins de randonnées, les pistes cyclables, les bords de mer et les moyennes montagnes. Les sports de glisse autour du surf sont une spécificité aquitaine reconnue au niveau international en raison des vagues océanes qui en permettent la pratique. Les stations surf, complétant les stations balnéaires, se sont créées avec leur « Maison de la glisse » et leurs écoles de surf, notamment à Lacanau, Hossegor et Biarritz qui accueillent les étapes de compétitions internationales. Dans le sud de l’Aquitaine, une industrie de la glisse s’est constituée, labélisée comme un système productif local (SPL) sur le modèle des clusters, et l’on évoque le nom de « Glissicon Valley » pour cet ensemble d’entreprises à dimensions internationales qui bénéficie d’une image favorable autour des pratiques surfiques.

14Cet ensemble touristique aquitain est renforcé par les formations et par les recherches des universités de Bordeaux (Escadafal, 2006 ; Greffier, 2006 ; Augustin, Bourdeau et Ravenel, 2008), de Pau et des Pays de l’Adour (Vlés, 2006 ; Bessy, 2008), mais aussi de La Rochelle (Sacareau et Vacher, 2001) et de Perpignan (Hœrner, 2008), où des observatoires et des formations supérieures en économie touristique, en marketing ont été développés. D’autres écoles privées complètent l’offre de formation et de recherche touristique du grand Sud-Ouest.

Destinations touristiques et attractivités résidentielles

15Le tourisme dans le Sud-Ouest européen, comme dans les autres régions touristiques d’Europe et du reste du monde, est en constante progression et souligne la forte attractivité de cette zone qui génère de nombreux emplois et un volume de recettes toujours en augmentation. Cette situation mérite d’interroger le contexte particulier des destinations touristiques et de l’attractivité résidentielle.

16Les destinations touristiques subissent les variations de leur attractivité, de leur capacité à attirer et à fidéliser les clientèles. Ces variations sont souvent conjoncturelles, comme lorsque la situation météorologique dégrade les conditions de séjour, mais ces variations sont aussi structurelles et tiennent à la façon dont l’offre en matière de produits et de services répond aux attentes, elles-mêmes très fluctuantes, des clientèles. La nature de l’offre reste un facteur essentiel. À la différence de la plupart des autres univers de consommation, le tourisme est profondément lié à l’espace dans lequel s’inscrivent les activités, aux territoires qui reçoivent ces activités et aux clientèles attirées par les sites et les aménagements. Le territoire est consubstantiel au produit touristique : il n’est pas seulement un cadre, un contexte ou un support matériel, mais un construit social et un système d’interactions, autrement dit un véritable acteur collectif (Di Méo, Buléon, 2005). Il est donc partie intégrante du produit. D’abord parce que la consommation touristique est une consommation de lieux dans un temps donné, une consommation d’espace-temps dans laquelle le consommateur vient au produit en venant au territoire, ensuite parce qu’une partie non négligeable de l’attractivité de la destination est constituée de caractéristiques et d’éléments liés au territoire.

17Mais le touriste n’est pas seulement un consommateur, il est un acteur qui participe par ses pratiques et ses représentations à la construction du produit. En ce sens on peut évoquer une redéfinition de la géographie touristique et son articulation plus grande avec la géographie sociale et culturelle. La géographie touristique des années 1960, sous la forme de l’analyse spatiale, est renouvelée par les modes d’analyse liés au tournant géographique, et la nouvelle géographie économique porte davantage crédit aux courants culturels qui ont touché la discipline. On assiste ainsi au passage d’une science de l’espace à une science des « lieux » (pour les Anglophones) ou du « territoire » (pour les Francophones). Alors que la mondialisation accentue les flux, la prise en compte des territoires spécifiques, selon des échelles variées, souligne que l’espace reste marqué par sa concrétude et sa singularité, même s’il est toujours en élaboration.

18Ainsi, pour ne prendre qu’un exemple, celui des résidences secondaires, on constate, et les recensements de l’INSEE le confirment, qu’elles se concentrent de plus en plus sur les littoraux et que ces lieux de villégiature ont tendance à devenir des résidences alternatives. Le tourisme, en devenant un genre commun, pose la question des limites conceptuelles entre tourisme et résidentialité. Si les touristes sont présents partout, les résidents sont aussi de plus en plus nombreux à s’installer dans des lieux touristiques et notamment à proximité des grandes villes. Cette tendance participe à l’enracinement périphérique des urbains qui, plus mobiles dans leurs trajectoires professionnelles, sont à la recherche de lieux stables et protégés servant de points de fixation (Augustin et Favory, 1998). Avec l’entrée dans une société de déplacements rapides, de stratégies de trajets résidentiels pour les temps libérés et la retraite, ces résidences changent de fonction. Elles fixent plus durablement les populations et s’inscrivent dans le phénomène de birésidentialité, qui les transforme plus souvent en maisons principales et réaménage le territoire, notamment à la proximité des grandes villes.

19Les articles proposés dans ce troisième numéro « Spécial Tourisme » de la revue s’inscrivent à la fois dans la continuité des recherches des universitaires du grand Sud-Ouest, en particulier de celles menées à l’UMR ADES du CNRS, et dans une réflexion renouvelée concernant l’offre, les destinations et l’attractivité touristique.

20Isabelle Sacareau, Luc Vacher et Didier Vye examinent le cas des populations britanniques dans l’Ouest atlantique français, qui, outre leur intérêt pour le littoral, privilégient aussi les espaces ruraux moins convoités pour s’y établir durablement. Les trois situations abordées permettent de nuancer le lien entre attractivité touristique et résidentielle, et de montrer le caractère dynamique de leurs choix.

21Anne-Marie Meyer analyse les résidences secondaires en Aquitaine en soulignant leur progression et le fait que leur fréquentation n’est plus seulement rythmée par les vacances, mais aussi par les fins de semaine. Ces résidences deviennent souvent une deuxième résidence principale, alternante, et non plus secondaire, alternative.

22Mikael Noailles rappelle comment s’est constituée sous la Cinquième République une économie touristique sur la Côte aquitaine. Le tourisme devient alors un instrument de planification organisé par la MIACA qui oriente l’évolution des pratiques touristiques. L’exemple d’une station symbole de cet aménagement, celle de Lacanau-Océan, permet à Jean-Pierre Augustin de souligner comment s’est constituée progressivement une petite ville de troisième génération proposant aux résidents d’exploiter leur désir d’individuation et d’invention de soi en milieu naturel. La station s’affirme alors comme une figure de spatialité contemporaine où se mêlent les formes concrètes de l’enracinement et de l’ouverture.

23L’attractivité de Lacanau-Océan est en grande partie liée à ses plages littorales ; Marie-Claire Prat et Teddy Auly proposent une réflexion sur l’histoire de ce rivage qui est en modification permanente. Le recul du trait de côte est un phénomène ancien et souvent méconnu que les auteurs analysent sur une longue période en soulignant comment la station reste confrontée au problème récurrent de l’érosion marine.

24Luc Greffier rappelle l’importance du tourisme social et associatif dans l’offre touristique en France et spécialement en Aquitaine. Ce tourisme, qui affirme une vision humaniste fondée sur des formes de coopération et de partenariat, propose une médiation territoriale qui puise ses sources dans l’histoire des opérateurs et de leurs compétences en matière d’animation. Ce tourisme structure des emplois diversifiés grâce à l’action des partenaires sociaux dans les conventions collectives ; il offre un modèle à finalité de régulation et de transformation sociale.

25Marina Duféal, Julien Gilly et Franck Mérillon observent la diffusion du web touristique en Aquitaine. Les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) et notamment d’Internet modifient l’offre du tourisme, et les auteurs analysent les images de l’Aquitaine fournies par les sites web. À une échelle plus réduite, celle de la Dordogne, ils proposent une approche plus qualitative à travers le choix des langues utilisées et les possibilités de réservation en ligne.

26Sonia Cappellazzo et Luc Greffier, après une analyse des pratiques vacancières des enfants et des jeunes, interrogent les enjeux des vacances comme instrument de pédagogie sociale et illustrent leur propos par deux exemples de dispositifs aquitains.

27Olivier Bessy propose une approche des pratiques sportives de nature qui renouvelle les contours du tourisme. Ces pratiques, à l’interface du sport, des loisirs et du tourisme, se déclinent sur des modalités variées qui participent à la production identitaire et à la structuration des territoires. Fondés sur une enquête menée à La Réunion, les résultats obtenus peuvent être en grande partie élargis à la région Aquitaine et plus largement à l’espace français.

28Barbara Évrard, Damien Femenias et Michel Bussi étudient le sens et la place des activités récréatives sur le littoral haut-normand au regard de la faible attractivité de ce territoire. La côte d’Albâtre présente pourtant une diversité d’images, d’espaces et d’usages considérables et insuffisamment médiatisés.

29Enfin, Philippe Duhamel propose une réflexion sur la longévité des stations touristiques littorales françaises en jouant sur le lien incontournable entre touristicité, urbanité et centralité.

30Ainsi, cet ensemble de textes où se mêlent des recherches théoriques, méthodologiques et des études de cas, s’élargit aux questions d’aménagement et aux processus politiques de construction territoriale dans une perspective soucieuse d’unité et de renouvellement face à la complexité et à la diversité des phénomènes étudiés.

Haut de page

Bibliographie

Augustin J.-P., Bourdeau Ph., Ravenel L., Géographie des sports en France, Vuibert, Paris, 2008.

Augustin J.-P., Lefebvre A. (dir.), Perspectives territoriales pour la culture, MSHA, Pessac, 2004.

Augustin J.-P. (dir.), Sud-Ouest Européen : Territoires et cultures sportives, no 13, 2002.

Augustin J.-P., Berdoulay V. (dir.), Sud-Ouest Européen : Géographies culturelles, no 8, 2000.

Augustin J.-P., Favory M., « Bordeaux et la métropolisation culturelle de la Gironde », Sud-Ouest Européen, no 2, 1998, p. 79-92.

Bessy O. (dir.), Sport, loisir, tourisme et développement durable des territoires, PUS, Voiron, 2008.

Cassou-Mounat M., La Vie humaine sur le littoral des Landes de Gascogne, Champion, Paris, 1997.

Delfaud P., « Mutations territoriales et tourisme : l’exemple de l’Aquitaine », Bulletin CPAU Aquitaine, no 41, 2006, p. 4-7.

Dewailly J.-M., Tourisme et aménagement en Europe du Nord, Masson, Paris, 1990.

Di Méo G., Buléon P., L’Espace social, lecture géographique des sociétés, Armand Colin, Paris, 2005.

Duhamel P., Knafou R. (dir.), Mondes urbains du tourisme, Belin, Paris, 2007.

Escadafal A., « Intercommunalités et mutations territoriales : vers l’émergence de nouvelles destinations ? », Bulletin CPAU, no 41, 2006, p. 16-22.

Greffier L., L’Animation des territoires, les villages de vacances du tourisme social, L’Harmattan, Paris, 2006.

Gervais-Aguer M.-M., « Le tourisme, vecteur d’ancrage résidentiel. Les Britanniques et la France : des attractivités territoriales à explorer », Bulletin CPAU, no 41, 2006, p. 40-51.

Hœrner J.-M., Géopolitique du tourisme, Armand Colin, Paris, 2008.

Laborde P. (dir.), Sud-Ouest Européen : Tourisme et littoral aquitain, no 1, 1998.

Retaillé D., Le Monde du géographe, Presses de Sciences-Po, Paris, 1997.

Rieucau J., Lageiste J. (dir.), L’Empreinte du tourisme. Contribution à l’identité du fait touristique, L’Harmattan, Paris, 2006.

Sacareau I., Vacher L. (dir.), La Mise en tourisme des lieux et des espaces, Let-Otelo, La Rochelle, 2001.

Sibertin-Blanc M. (dir.), Sud-Ouest Européen : Cultures et projets de territoire, no 27, 2009.

Vlès V., Politiques publiques d’aménagement touristique, PUB, Pessac, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Augustin, « Destinations touristiques et attractivités résidentielles »Sud-Ouest européen, 29 | 2010, 1-5.

Référence électronique

Jean-Pierre Augustin, « Destinations touristiques et attractivités résidentielles »Sud-Ouest européen [En ligne], 29 | 2010, mis en ligne le 24 février 2016, consulté le 17 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/soe/1342 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.1342

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Augustin

Professeur à l’université de Bordeaux, UMR ADES du CNRS.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search