Skip to navigation – Site map

Attractivité touristique et attractivité résidentielle du littoral charentais : lorsque les Anglais brouillent la donne

Tourist attractiveness & residential attractiveness of the charentais shore: when the English confuse the deal
Atractivo turístico y atractivo residencial del litoral de Charente : cuando los Británicos enredan las reglas
Isabelle Sacareau, Luc Vacher and Didier Vye
p. 7-22

Abstracts

Is there a link between tourist attractiveness and residential attractiveness in the case of the British who frequent the Atlantic west centre of France? If the Atlantic coast is attractive on the tourism as well as on the residential plan for the French, it is not so with the Britons, who do not always make the residential practice with the tourist habits. Whereas they travel around on the shore, they will privilege the less sought after rural spaces of the Poitou-Charentes region to settle down. The study of the situation of British second homes in these different spaces enables to qualify the correlation between tourist and residential attractiveness and show its dynamic aspect.

Top of page

Full text

1Fréquentés depuis maintenant près de trois siècles par les touristes, les espaces littoraux français se sont vu assigner dans la période récente de nouveaux usages résidentiels. Ces derniers sont le fait de populations actives et retraitées qui ont choisi d’y vivre de façon temporaire ou permanente (Cribier & Kych, 1994 ; Bésingrand, 2005). Ceci pose l’hypothèse d’un lien entre la fréquentation touristique d’un lieu et les stratégies d’installation résidentielle dans ce même lieu (Duhamel, 1997, 2005 ; Casado-Diaz, 1999), autrement dit entre attractivité touristique et attractivité résidentielle. Le mot attractivité n’est pas utilisé ici dans le sens d’une force d’attraction mécanique des lieux sur les individus, mais au sens de l’adéquation géographique entre le projet des individus de vivre, de travailler ou de se recréer dans un lieu et la façon dont la qualité du lieu, qu’elle soit intrinsèque ou produite par le jeu des acteurs, répond à ce projet (Stock, 2006 ; Vye, 2005). Ce lien entre attractivité touristique et attractivité résidentielle repose en partie sur la connaissance et / ou l’expérience préalable que les individus peuvent avoir du lieu à travers leur mobilité touristique. Il repose également sur l’existence d’aménités spécifiques propres aux lieux touristiques, accessibilité, qualité de l’environnement et du cadre de vie, variété et qualité des équipements de loisirs, qui conduisent les individus à choisir de venir « vivre au pays des vacances » (Gravier, 1947). Ce lien est également dynamique dans la mesure où le tourisme, en favorisant l’installation de populations et d’activités nouvelles dans les lieux touristiques, produit les conditions de leur propre dépassement. C’est le cas par exemple lorsque la fonction résidentielle l’emporte sur la fonction touristique (Équipe MIT-Mobilités, Itinéraires, Territoires, 2002).

2Quelle est alors, dans ce contexte, la place de certaines catégories d’espaces comme les littoraux ? Les côtes françaises de la Méditerranée et de l’Atlantique sont à la fois attractives sur le plan touristique et attractives sur le plan résidentiel, et cette attractivité ne s’exerce pas seulement à l’échelle nationale mais également à l’échelle européenne, comme le montre l’installation de résidents britanniques en France. Ces Britanniques, historiquement inventeurs du tourisme et de nombreux lieux touristiques, constituent toujours aujourd’hui la première clientèle touristique du pays. Mais ils sont également de plus en plus nombreux à faire le choix de l’achat d’une résidence dans les régions touristiques françaises, qu’ils occupent de façon temporaire ou définitive. Pour autant, lorsqu’on analyse les choix de localisation qu’effectuent ces Britanniques à l’échelle du Centre-Ouest atlantique français, on constate l’existence d’autres logiques. Celles-ci nous conduisent à nuancer le lien entre attractivité touristique et attractivité résidentielle appliqué à l’espace littoral et à nous interroger sur la dynamique des lieux affectés par ces nouvelles formes de résidentialité.

I – Existe-t-il un lien entre attractivité touristique et attractivité résidentielle en France ?

1. Une corrélation spatiale entre attractivité touristique et attractivité résidentielle

3À l’échelle nationale, il est possible d’observer une corrélation spatiale entre une forte fréquentation touristique et l’attractivité résidentielle (fig. 1a et 1b). En dehors des Alpes et de l’Alsace, elle touche essentiellement les espaces littoraux méditerranéens et atlantiques. Leur dimension touristique conjuguée à la présence de métropoles régionales dynamiques (Nantes, Rennes, Montpellier, Nice) font que ces territoires cumulent des fonctions diversifiées. Ils sont à la fois lieux de travail, de vacances et de retraite, attirant diverses catégories de nouveaux résidents.

Fig. 1 – 1a : Solde migratoire en France par département (1990-1999) / 1b : Fréquentation touristique en France en 2005

Fig. 1 – 1a : Solde migratoire en France par département (1990-1999) / 1b : Fréquentation touristique en France en 2005

Cartographie : CTIG Université de La Rochelle
Sources : estimations, Direction du tourisme in Terrier C (dir.), 2006, Mobilité touristique et population présente

4À l’inverse, faible fréquentation touristique et faible attractivité résidentielle caractérisent d’une manière plus générale les départements de l’intérieur. Dans les régions atlantiques de la France, la discontinuité entre la situation des départements littoraux et ceux de l’arrière-pays est particulièrement accusée : de la Mayenne à la Charente, la faible attractivité touristique et la répulsivité migratoire contrastent avec la double attractivité du littoral. Le Centre-Ouest atlantique est à cet égard exemplaire. La Charente-Maritime et la Vendée accueillent massivement touristes et nouveaux résidents à la différence des Deux-Sèvres et de la Charente. Bien que situé à l’intérieur des terres, le département de la Vienne est un pôle d’attraction non négligeable en raison de la présence du parc de loisirs du Futuroscope situé au sein de l’aire urbaine de Poitiers, pôle d’attraction migratoire à l’échelle régionale (Vye, 2005).

5Toutefois ces corrélations ne sont pas systématiques : la région parisienne, haut lieu du tourisme mondial, combine forte fréquentation touristique et solde migratoire négatif. Cependant, Paris ne saurait être considéré comme un pôle répulsif mais comme un pôle organisateur des flux migratoires en France accueillant des jeunes actifs et laissant partir des actifs d’âge intermédiaire et des retraités.

6Ce dernier exemple démontre que la notion d’attractivité ne doit pas uniquement être appréhendée de manière globale et peut ainsi être déclinable selon différentes catégories de populations.

2. Un lien malmené par les Britanniques dans les régions atlantiques

7En effet, l’observation du comportement touristique des clientèles étrangères et de leurs acquisitions immobilières semble indiquer que le modèle dominant associant attractivité résidentielle et attractivité touristique n’est pas valable pour tout le monde. L’examen des acquisitions de résidences secondaires en France par des étrangers (fig. 3a, 3b, 3c) montre clairement que, si les Allemands ont des pratiques assez similaires à celles des Français, d’autres nationalités, comme les Britanniques ou les Néerlandais, ne sont pas dans les mêmes logiques. Les Anglais, première clientèle touristique en France (18,7 % des nuitées en 2005, devant les Allemands, 17,6 %, et les Néerlandais, 12,9 % ) et en Poitou-Charentes (35 % des nuitées des étrangers), ont des logiques d’acquisition foncière et des pratiques de résidence (fig. 2) qui font une place importante à l’intérieur des terres, alors que leurs pratiques touristiques sont alignées sur le modèle dominant qui privilégie le littoral par rapport au rural (tabl. 1).

Tableau 1 – Nuitées en hôtellerie de tourisme en France par pays de résidence, selon l’espace touristique, en 2006

Total

Littoral

Montagne

Rural

Urbain

France

123 104 691

19,0 %

7,7 %

13,8 %

59,5 %

Étranger

68 820 502

15,6 %

5,7 %

9,2 %

69,5 %

dont

Royaume-Uni

14 963 726

19,7 %

8,1 %

10,5 %

61,8 %

Allemagne

6 798 651

15,6 %

4,9 %

14,7 %

64,8 %

Italie

6 700 989

20,6 %

3,5 %

5,2 %

70,7 %

Espagne

5 532 658

8,4 %

2,5 %

4,4 %

84,7 %

Belgique

5 147 611

18,5 %

14,9 %

22,3 %

44,2 %

Pays-Bas

3 299 976

12,7 %

7,5 %

18,4 %

61,4 %

Source : INSEE, Direction du tourisme, 2006

Fig. 2 – Électeurs britanniques dans les départements français aux élections municipales de 2001

Fig. 2 – Électeurs britanniques dans les départements français aux élections municipales de 2001

Cartographie : CTIG Université de La Rochelle
Souce : Observatoire de la Vie Politique et Parlementaire in Labie M., 2004, L’installation des Britanniques en Poitou-Charentes, IAAT

8Le fait qu’une des raisons principales pour les acquisitions foncières des Britanniques en France soit le prix de l’immobilier joue bien sûr en faveur de l’espace rural où les prix sont en général plus faibles que sur le littoral (Labie, 2004).

9L’importance du mythe de la countryside chez les Anglais est aussi à souligner. La recherche d’une qualité de vie supposée des campagnes qui aurait été perdue outre-Manche est une raison régulièrement avancée dans les motivations d’achats des Britanniques en France (Labie, 2004). La recherche d’un environnement perçu comme naturel, préservé, calme, moins stressant et plus sain motive l’intérêt pour des campagnes françaises offrant un caractère « authentique », un climat agréable et une gastronomie réputée.

10C’est ce qui explique qu’en dehors de l’agglomération parisienne et de la Côte méditerranéenne, qui attire par la douceur de son climat en hiver les Britanniques depuis le XVIIIe siècle, la première région d’implantation des résidents anglais en France soit un espace qui s’organise autour de la Dordogne, entre la Charente et la Haute-Garonne. Ce pôle du grand Sud-Ouest, qui est particulièrement remarquable au regard de la localisation des résidents britanniques en France (fig. 2), ne concerne que de manière périphérique le littoral. Cependant les logiques d’acquisitions foncières analysées à partir des données du SESDO (Service d’enquêtes statistiques et de documentation) pour les années 1994-2000 (L. Davezies, A. Goujard, B. Vayssière, 2003) montrent un déplacement des achats vers le nord, en particulier vers les Charentes, qui font maintenant jeu égal en termes de volume de transactions avec la Dordogne et le Lot-et-Garonne. S’agit-il d’un changement de logique avec un glissement vers la côte comme semble le montrer la carte de localisation des résidences secondaires britanniques (fig. 3b) ? Le développement d’un lien entre attractivité touristique et attractivité résidentielle sur le littoral est-il en cours chez les Britanniques ? Une observation plus fine au niveau de la région Poitou-Charentes nous montre que les choses ne sont pas si simples.

Fig. 3 – Résidences secondaires en 2004

Fig. 3 – Résidences secondaires en 2004

Cartographie : CTIG Université de La Rochelle
Source : Direction Générale des Impôts 2004, in Comité Régional du Tourisme Poitou-Charentes, Les résidences secondaires étrangères en Poitou-Charentes, http://www.poitou-charentes-vacances.com/​docs/​Residences_Secondaires_2004.pdf

II – Comment les Anglais brouillent la donne en Poitou-Charentes

1. Une fréquentation touristique littorale reposant sur l’hébergement marchand…

11L’observation de la fréquentation touristique des Anglais reposant sur l’hébergement en hôtel et camping (fig. 4) montre que les pratiques sont essentiellement littorales. L’hébergement commercial concerne de manière beaucoup moins importante l’arrière-pays. La zone définie par les villes de la vallée de la Charente (Saintes, Cognac et Angoulême) comme celles de Niort et de Poitiers connaissent une fréquentation modeste (Futuroscope mis à part). En dehors de ces espaces urbains et de la bande littorale, la fréquentation est très faible. Les nuitées des Britanniques dans l’espace rural correspondant aux Mellois, Civraisien, Montmorillonnais, Nord Saintonge, Ruffecois et Charente Limousine représentent un tiers de celles passées dans l’île de Ré.

Fig. 4 – Nombre de nuitées passées par des Britanniques en hébergement marchand dans la région Poitou-Charentes en 2004

Fig. 4 – Nombre de nuitées passées par des Britanniques en hébergement marchand dans la région Poitou-Charentes en 2004

Cartographie : CTIG Université de La Rochelle
Source : CRT Poitou-Charentes, Observatoire régional du tourisme, 2005, L’année touristique 2004 en Poitou-Charentes : bilan et synthèse par ZEPT.

12Toutefois, le fait que ces données (Comité régional du tourisme -CRT Poitou-Charentes, 2005) concernent uniquement l’hôtellerie et l’hôtellerie de plein air nous conduit à relativiser le propos. Les enquêtes du Comité départemental du tourisme (CDT) de Charente-Maritime (OQCT 17, 2007) montrent en effet que, dans ce département, les Britanniques privilégient dans l’intérieur des terres d’autres formes d’hébergement commercial : les gîtes et les locations de meublés y représentent 60 % du total des séjours (26 % sur le littoral). Néanmoins, l’écart entre la fréquentation du littoral et celle de l’intérieur est tel que, même en tenant compte de cette particularité, la situation reste clairement contrastée en faveur du littoral.

13De plus, l’évolution récente de la fréquentation touristique des Britanniques en Poitou-Charentes montre que les dynamiques à l’œuvre confirment l’importance du littoral pour cette clientèle. Depuis 2000, si le littoral peut sembler perdre en attractivité avec la baisse du nombre de nuitées britanniques dans le Royannais, une croissance de la fréquentation des îles vient totalement compenser ce déficit. Dans l’île de Ré, l’importance de la clientèle en provenance de Grande-Bretagne et d’Irlande passe ainsi de 25 000 à 80 000 nuitées entre 2001 et 2006 (CDT Charente-Maritime). La fréquentation de l’intérieur se maintient avec une diminution de la part de l’hébergement en gîtes et meublés au profit du camping. L’importance du littoral est renforcée par le fait que la visite de sites touristiques populaires chez les Britanniques, comme les arènes romaines de Saintes ou la ville de Cognac, s’organise souvent à partir d’un hébergement sur la côte (Observatoire qualitatif des clientèles touristiques de la Charente-Maritime, OQCT 17, 2007).

2. … mais une préférence pour l’intérieur dans le choix du lieu de vie

14Depuis le début des années 1990, les stratégies résidentielles des Britanniques en Poitou-Charentes, prolongeant les logiques analysées à l’échelle nationale, semblent privilégier les espaces ruraux de l’intérieur de la région. Le littoral et les principaux pôles urbains ne sont guère attractifs pour cette catégorie de migrants (fig. 5) à l’inverse des campagnes charentaises ou du sud des Deux-Sèvres et de la Vienne.

Fig. 5 – Les résidents britanniques en Poitou-Charentes en 1999

Fig. 5 – Les résidents britanniques en Poitou-Charentes en 1999

Cartographie : CTIG Université de La Rochelle
Source : INSEE, RPG 1999.

15Cet espace d’installation permanente représente ainsi la frontière septentrionale d’un grand Sud-Ouest à la fois rural et intérieur traditionnellement prisé par cette catégorie de migrants. Il s’agit toutefois d’une tendance récente : près de 78 % des Britanniques qui habitaient en 1999 dans la région Poitou-Charentes sont arrivés après 1990. Cette proportion atteint même les 87 % en Saintonge intérieure qui apparaîtrait ainsi comme la « nouvelle frontière » des Britanniques. Depuis 1999, le nombre de ces résidents s’est encore sensiblement accru : 11 600 immigrés d’origine britannique résideraient en Poitou-Charentes selon les premières estimations du recensement rénové, débuté en 2004 (INSEE Poitou-Charentes, 2007), contre 3 341 personnes en 1999. Puisqu’aucun chiffre précis à l’échelle locale n’est à ce jour disponible, il est difficile de savoir si d’autres espaces sont aujourd’hui concernés par l’implantation anglaise, en particulier dans le nord de la région, peu attractif durant les années 1990. Toutefois, il semble que cela soit le cas : le Pays de Civray, dans le sud de la Vienne, aurait enregistré récemment une vague migratoire importante. Selon Madeleine Labie, les Britanniques y représenteraient en 2004 environ 10 % de la population (Labie, 2004).

16Quoi qu’il en soit, ces territoires attractifs pour les Britanniques ont comme point commun d’être des campagnes plutôt désertées par les migrants français, qu’ils soient régionaux ou extrarégionaux. Les Franciliens, qui constituent la principale catégorie de nouveaux résidents en Poitou-Charentes depuis 1990, privilégient les villes littorales comme La Rochelle ou les espaces insulaires comme Ré (Vye, 2005). Les premières tendances du recensement débuté en 2004 confirment la poursuite du déclin démographique de l’intérieur des terres (INSEE Poitou-Charentes 2007). Situé en grande partie en dehors des aires urbaines principales de la région et, à ce titre, ne profitant guère des effets du desserrement périurbain, cet espace rural est aussi trop à l’écart de la Côte atlantique pour bénéficier de la littoralisation des flux migratoires. On peut toutefois faire l’hypothèse que l’arrivée de Britanniques puisse contribuer ponctuellement à la reprise démographique de certaines communes de ce « rural profond » : Sainte-Soline, petite commune de 400 habitants du Mellois, ou Linazay (Pays de Civray) ont ainsi respectivement gagné 8,5 % et 8,8 % d’habitants entre 1999 et 2005 (INSEE Poitou-Charentes, 2007).

17Les stratégies résidentielles des Britanniques dessinent donc bien une attractivité « en creux » au sein de notre espace d’étude : la campagne plus que la ville, l’intérieur davantage que le littoral attirent cette catégorie de populations. Mais si ces territoires accueillent des résidents permanents, ils sont aussi le cadre de pratiques en relation avec l’acquisition et l’usage de résidences secondaires. Cela nous conduit à définir la place particulière qu’occupe ce type de résidence dans l’analyse du lien entre attractivité touristique et attractivité résidentielle.

3. Entre les deux, les résidences secondaires ?

18La question du lien entre attractivité touristique et attractivité résidentielle pose en fait celui du statut de la résidence secondaire, dans la mesure où cette dernière relève à la fois de logiques touristiques et de logiques résidentielles. La résidence secondaire se définit généralement comme un logement utilisé pour les week-ends, les loisirs ou les vacances. Or cette définition ne rend pas compte de la multiplicité des usages de la résidence secondaire ni du rapport particulier des individus au lieu touristique qu’induit sa pratique. L’usage le plus fréquent consiste à occuper la résidence secondaire dont on est propriétaire ou à la prêter à des parents ou amis, pour des pratiques de loisirs durant les week-ends ou pour des vacances. Elle relève alors de l’hébergement touristique non-marchand. S’y ajoute la location à des tiers, pour un usage touristique ou non, location qui la classe alors dans le parc de l’hébergement marchand. Cependant, le fait que cette pratique ne soit pas toujours déclarée ne favorise pas l’évaluation de son importance réelle.

19Mais surtout, il existe bien d’autres usages de la résidence secondaire qui ne sont pas uniquement touristiques, ce qui brouille encore sa lisibilité. Comment faire la part entre le touristique et le résidentiel dans le cas, par exemple, de l’acquisition d’une résidence secondaire destinée à devenir une résidence principale au moment de la retraite, le projet initial ne conditionnant pas forcément les usages effectifs du logement ? De même, il existe souvent un flou dans la distinction du caractère principal ou secondaire de la résidence dite secondaire dans le cas de la multirésidence, phénomène qui tend à s’affirmer avec la mobilité croissante des individus et l’éclatement des lieux de vie et de travail (familles recomposées, couples bi-actifs). La déclaration fiscale (ou électorale) d’un logement n’empêche en rien les individus d’organiser leur existence entre plusieurs lieux de vie, ce qui rend difficile la distinction entre résidence principale et résidence secondaire. Les statistiques officielles de l’INSEE ne font rien pour améliorer la connaissance du phénomène, en comptant, dans la définition statistique de la résidence secondaire, des catégories comme les logements meublés loués, mais aussi les gîtes ruraux, les villages de vacances ou les résidences de tourisme.

20Si la résidence secondaire est donc bien d’abord un hébergement touristique, qui participe de la dimension touristique des lieux, elle est l’indicateur d’une appropriation territoriale particulière, qui rend également compte de l’attractivité résidentielle des lieux touristiques. En ce sens, elle se situe au cœur de la problématique du lien entre attractivité touristique et attractivité résidentielle, comme le montre la répartition des résidences secondaires des Britanniques en Poitou-Charentes (fig. 6).

Fig. 6 – Résidences secondaires en Poitou-Charentes en 2004 dont le propriétaire réside au Royaume-Uni

Fig. 6 – Résidences secondaires en Poitou-Charentes en 2004 dont le propriétaire réside au Royaume-Uni

Cartographie : CTIG Université de La Rochelle
Source : Direction Générale des Impôts 2004, in Comité Régional du Tourisme Poitou-Charentes, Les résidences secondaires étrangères en Poitou-Charentes, http://www.poitou-charentes-vacances.com/​docs/​Residences_Secondaires_2004.pdf

21De manière générale, cette répartition coïncide avec les logiques de la résidence permanente (fig. 5) beaucoup plus qu’avec celles de la fréquentation touristique marchande (fig. 4). Certes le littoral charentais n’est pas totalement négligé : Royan est ainsi un pôle touristique accueillant un nombre conséquent de résidents secondaires britanniques (304 résidences secondaires en 2004, CRT, 2004) mais il reste un lieu d’installation permanente peu important bien qu’ancien : plus de la moitié des Britanniques présents en 1999 sont arrivés avant 1990 (INSEE, RGP 1999). Mais, comme pour la résidence permanente, c’est bien le rural intérieur qui est clairement recherché par les Britanniques (plus de 400 résidences en Sud-Charentes, en Ruffecois, Mellois, etc., voir fig. 6).

22En effet, aussi « profond » soit-il, l’arrière-pays picto-charentais n’en est pas moins accessible pour ces nouvelles populations. D’une part, ces territoires ruraux sont desservis par plusieurs types de réseaux à grande vitesse s’inscrivant à une échelle nationale et européenne : autoroute A10 et Route Nationale 10, desserte TGV (gares de Ruffec, Saint-Maixent, Surgères), liaisons aériennes. C’est en particulier l’ouverture de lignes low cost avec la Grande-Bretagne, à partir des aéroports de Poitiers, Limoges, Angoulême et de La Rochelle-île de Ré, qui a renforcé l’accessibilité de la région. La fréquentation de ce dernier aéroport a ainsi doublé en trois ans avec plus de 200 000 voyageurs estimés en 2007 contre 108 000 en 2004 (CCI La Rochelle, 2007). Or, selon une enquête réalisée en 2006 auprès de la clientèle britannique de ces aéroports, 23 % des passagers (18 % à La Rochelle, 29 % à Poitiers) possédaient une résidence secondaire. De plus, la fréquentation ou la recherche d’une résidence secondaire représentait le deuxième motif de séjour (Territoires, Marchés, Opinion - TMO Régions / CRT Poitou-Charentes, 2006).

23D’autre part, moins convoité par d’autres populations, ce « rural intérieur » reste encore accessible au regard du prix de l’immobilier. Il bénéficie de la disponibilité d’un parc résidentiel ancien très recherché par les Britanniques, qui peuvent parfois représenter plus de 40 % des acheteurs comme en Charente Limousine (fig. 7). Ainsi, en 2004, le prix plancher d’une maison ancienne de 3 à 5 pièces était compris entre 60 000 et 100 000 euros contre des prix supérieurs à 120 000 euros dans les cantons littoraux et 320 000 euros sur l’île de Ré (Direction régionale de l’équipement, DRE Poitou-Charentes, 2006).

Fig. 7 – Part des Britanniques dans l’achat de maisons anciennes en Poitou-Charentes entre 2000 et 2004

Fig. 7 – Part des Britanniques dans l’achat de maisons anciennes en Poitou-Charentes entre 2000 et 2004

Cartographie : CTIG Université de La Rochelle
Source : DRE Poitou-Charentes – Notaires de France – PERVAL, in L’immobilier en Poitou-Charentes, des prix qui n’en finissent pas de monter, La lettre de l’habitat, n° 16 - 4e semestre 2006.

24Ainsi, la résidence secondaire britannique est à la fois plus proche de la résidence permanente dans ses logiques spatiales d’acquisitions, mais plus proche du tourisme dans l’usage du lieu. Cependant il convient de ne pas surestimer l’importance de l’usage touristique de la résidence secondaire. Les enquêtes du CDT de Charente-Maritime (OQCT 17, 2007) montrent que ce mode d’hébergement représente à l’intérieur du département comme sur le littoral moins de 20 % des séjours touristiques des clientèles de Grande-Bretagne et d’Irlande. C’est ainsi que la place des résidences secondaires définit un modèle particulier qui prend tout son sens dans l’intérieur.

III – Les formes de la relation attractivité touristique-attractivité résidentielle pour les Britanniques en Poitou-Charentes

1. Trois types de relation…

Fig. 8 – Attractivité résidentielle et attractivité touristique dans la pratique des lieux par les Britanniques en Poitou-Charentes

Fig. 8 – Attractivité résidentielle et attractivité touristique dans la pratique des lieux par les Britanniques en Poitou-Charentes

Conception : I. Sacareau, L. Vacher & D. Vye
Équipe AGILE, UMR LIENSS 6250.

25Les particularités de la traduction spatiale de la relation attractivité touristique-attractivité résidentielle chez les Britanniques dans la région Poitou-Charentes peuvent se penser à partir d’une déclinaison en trois types (voir fig. 8). L’analyse de ces figures remarquables permet de visualiser l’opposition entre un espace intérieur et un espace littoral, comme elle permet de s’interroger sur les évolutions possibles de ces types.

  • La relation entre une forte attractivité touristique et une forte attractivité résidentielle pour les Britanniques est caractéristique du type « ruffecois ». L’originalité de ce type réside d’abord dans le fait qu’il est caractéristique de l’intérieur des terres, loin de la préférence littorale qui opère pour la plupart des populations dans l’Ouest de la France. Il s’épanouit, à l’écart des principales villes régionales, dans les régions rurales qui attirent peu, voire pas du tout, les autres populations. Dans ces espaces, l’attractivité touristique s’exprime pour les Britanniques essentiellement par la fréquentation des résidences secondaires et subsidiairement par la location de meublés ou par le séjour en camping. La forte attractivité résidentielle se traduit par une très forte croissance de population résidante de nationalité britannique en particulier depuis les années 1990. Ce type se rapproche de la situation périgourdine, hormis le fait que l’hébergement commercial y soit plus discret et que l’augmentation récente du nombre des résidents du Royaume-Uni semble indiquer une découverte plus tardive de la région Poitou-Charentes.

  • Vient ensuite le type « royannais » qui est peut-être plus classique d’une relation entre attractivité touristique et attractivité résidentielle que l’on retrouve chez d’autres populations étrangères fréquentant touristiquement la France. D’abord il s’agit d’un type littoral qui semble donc se rapprocher du « modèle » national. Néanmoins ici la relation est très clairement déséquilibrée : à une attractivité touristique forte correspond une attractivité résidentielle modérée. De plus, contrairement à ce qui se passe dans l’intérieur, l’accueil touristique repose ici largement sur l’hébergement commercial et non sur le secteur des résidences secondaires. Ce qui semble confirmer l’hypothèse selon laquelle si la résidence secondaire britannique participe de l’attractivité touristique, elle se rapproche plus de la résidence permanente que de l’hébergement commercial dans ses logiques de localisation.

  • Enfin, il convient de distinguer un type « île de Ré ». Celui-ci se rapproche du type « royannais » dans la mesure où la relation concerne là aussi l’espace littoral avec le même déséquilibre en faveur de l’attractivité touristique. Mais ce dernier est encore plus marqué dans le cas rétais, l’attractivité touristique reposant presque uniquement sur l’hébergement commercial. La place des résidences secondaires appartenant à des Britanniques est faible comme le nombre des résidents permanents originaires du Royaume-Uni. Ce type illustre une situation littorale où le lien entre une forte attractivité touristique et une forte attractivité résidentielle ne fonctionne pas.

26La déclinaison de ces différentes situations montre qu’attractivité touristique et attractivité résidentielle se combinent, chez les Britanniques fréquentant l’Ouest de la France, dans des espaces qui leur sont propres, en l’occurrence des espaces ruraux, où ils peuvent enclencher une dynamique nouvelle.

2. … et quelques interrogations

27En effet, les observations précédentes permettent d’avancer l’hypothèse d’un lien dynamique à double sens entre attractivité touristique et attractivité résidentielle : l’attractivité touristique favorise une attractivité résidentielle qui en retour alimente une attractivité touristique.

28Les Anglais qui choisissent de s’établir à demeure dans des espaces globalement délaissés par les Français ne participent pas seulement à la restauration des vieilles pierres. Certains les transforment en gîtes, en chambres d’hôtes ou en fermes équestres, fréquentés principalement par des touristes britanniques. Cette implication dans l’activité touristique peut être illustrée dans les Deux-Sèvres par la création en 2003 de l’International Tourist Association Deux-Sèvres. Cette association rassemble une quarantaine de prestataires de services, principalement britanniques, qui participent, en partenariat avec le Comité départemental du tourisme des Deux-Sèvres, à la promotion du département au salon « Vive la France » à Londres. D’autres ressortissants britanniques créent de nouvelles entreprises. Elles vont du gardiennage des résidences secondaires de leurs compatriotes à des services de traduction et d’aide aux formalités administratives nécessaires à leur installation durable dans la région, en passant par des entreprises artisanales de bâtiment et de restauration. Ainsi, dans le sud de la Vienne, 80 % des Britanniques qui se sont implantés en 2005 ont créé une entreprise, tandis que 10 % d’entre eux ont repris une affaire. 50 % des entreprises ont été créées dans le secteur des services, dont une majorité est en fait destinée à entretenir les résidences secondaires d’autres Britanniques (CCI de la Vienne, 2005).

29Attractivité touristique et attractivité résidentielle forment ici un système qui s’autoalimente. La fonction touristique pourrait alors se renforcer via le tourisme marchand, dont les résidents britanniques sont les nouveaux acteurs, ou via l’augmentation du nombre de résidences secondaires. Par ailleurs, le fait que des lieux ruraux soient attractifs pour les Britanniques permet de formuler l’hypothèse d’une dynamique de requalification qualitative de ces lieux. Liée au développement de nouvelles aménités touristiques et aux représentations plus positives que portent les Britanniques sur ces espaces, elle serait susceptible d’engendrer une attractivité globale (touristique et résidentielle) auprès des Français eux-mêmes, d’autant que le marché du foncier apparaît de plus en plus saturé sur le littoral.

30La dynamique actuelle des espaces littoraux et insulaires, au regard des pratiques britanniques, offre-t-elle les mêmes perspectives ? Pour l’instant, ces espaces ne constituent pas les lieux préférentiels d’implantation durable des Anglais. L’attractivité récente des îles et en particulier de l’île de Ré auprès des touristes du Royaume-Uni permet-elle cependant d’imaginer de nouvelles stratégies résidentielles ? Le succès des lignes low cost présentes sur l’aéroport de La Rochelle et la croissance des demandes d’information de la part de touristes anglais et irlandais auprès des agences immobilières de l’île de Ré pourraient aller dans ce sens : d’après les responsables de deux grandes agences de Saint-Martin-de-Ré interrogés en août 2007, la moitié de leurs contacts durant le mois de juillet proviendrait de ces clientèles. Mais cette tendance ne peut concerner qu’un nombre limité de résidents britanniques potentiels à haut niveau de vie, compte tenu des disponibilités limitées du marché du foncier insulaire et de son coût très élevé. De plus, il n’est pas interdit de penser que le transfert annoncé des lignes low cost en provenance des îles britanniques vers l’aéroport de Rochefort puisse recentrer l’attractivité touristique et résidentielle sur le littoral royannais et l’île d’Oléron comme sur la Saintonge intérieure.

Conclusion

31En définitive, le lien dialectique entre attractivité touristique et attractivité résidentielle constitue un système complexe qui joue un rôle essentiel dans la dynamique de certains territoires. Il varie, non seulement en fonction des populations concernées, mais aussi en fonction des contextes locaux (évolution de l’accessibilité et du marché du foncier, entre autres). Une partie de sa compréhension passe par l’identification du rôle joué par les résidents secondaires. Or, la connaissance quantitative de ces pratiques résidentielles et de leur lien avec le tourisme, de même que les enquêtes qualitatives sur l’évolution des usages de la résidence secondaire, demeurent encore insuffisantes pour bien saisir ces évolutions. S’inscrivant dans le contexte de l’émergence de nouveaux modes d’habiter polytopiques (Stock, 2006), les pratiques résidentielles des Britanniques constituent un enjeu de recherche au cœur de la compréhension des recompositions territoriales, liées à l’accroissement des mobilités des Européens, qui s’exercent désormais à l’échelle d’une grande façade atlantique.

Top of page

Bibliography

Bésingrand D., La mobilité résidentielle des seniors sur la façade atlantique de l’Europe, thèse de l’université d’Angers, 2005.

Bonnin P., De Villanova R (dir.), D’une maison à l’autre, parcours de mobilités résidentielles, Creaphis, 1999, 376 p.

Bonvallet C., « De la résidence principale à la multirésidence », Atelier Mobilité et Résidence, 16 et 17 novembre 2004, 2004, CEPED, Nogent-sur-Marne.

Cribier F., Kych A., La Côte d’Azur, région d’accueil des retraités. Tome 1, La Côte d’Azur, région de retraite ; Les arrivées des années 1970 et 1980 : une enquête auprès de retraités installés depuis plus de 10 ans, 1994, 95 p.

Casado-Díaz M. A., “British Retirees Living on the Costa Blanca: from Tourists to Residents”, in Conference Geographies of the Future, Leicester, Royal Geographical Society - Institute of British Geographers, 1999.

Chambre de Commerce et d’Industrie de la Vienne, « L’entreprenariat britannique dans la Vienne en 2005 », in CRT Poitou-Charentes, L’installation des Britanniques en France et en Poitou-Charentes, 2006, p. 3.

Comité Régional du Tourisme, « Les résidences secondaires étrangères en Poitou-Charentes en 2004 », site officiel du Comité régional du tourisme Poitou-Charentes [en ligne] (dossier téléchargé le 2 décembre 2007), 2005 : http://www.poitou-charentes-vacances.com/docs/Residences_Secondaires_2004.pdf

Comité Régional du Tourisme Poitou-Charentes, L’année touristique 2004 en Poitou-Charentes : bilan et synthèse, par ZEPT, Poitiers, CRT Poitou-Charentes, Observatoire régional du tourisme, 2005, 100 p.

Davezies L, Goujard A., Vayssière B., Les investissements étrangers réalisés sur le territoire national en matière d’immobilier de loisir. Le fichier SESDO et les autres sources, exploitation géographique (1994-2000), étude menée pour la Direction du tourisme, universités de Paris XII et de Savoie, 2003.

Direction Régionale de l’Équipement Poitou-Charentes, « L’immobilier en Poitou-Charentes, des prix qui n’en finissent pas de monter », La Lettre de l’habitat, no 16 - 4e semestre 2006, 2006, p. 19-26.

Dubost F. (dir.), L’autre maison. La « résidence secondaire », refuge des générations, Autrement, coll. « Mutations », no 178, avril 1998, 181 p.

Duhamel Ph., « Au fondement du tourisme : habiter autrement le monde », Travaux de l’institut de géographie de Reims, no 115-118, 2005, p. 75-90.

Duhamel Ph., Les résidents étrangers européens à Majorque (Baléares). Pour une analyse de la transformation des lieux touristiques, thèse de doctorat en géographie, université Paris VII-Denis Diderot, 1997, 614 p.

Équipe MIT, Tourismes 1. Lieux communs, Belin, coll. « Mappemonde », 2002, 319 p.

Goujard A., Résidences secondaires des étrangers et territoire français. Localisation et retombées économiques locales, la valorisation d’un capital symbolique, mémoire de DEA, Institut d’urbanisme de Paris, Université Paris-Val-de-Marne, 2003.

Gravier J.-F., Paris et le désert français, Paris, Le Portulan, 1947, 418 p.

INSEE Poitou-Charentes, « Attractivité élevée pour la partie littorale, en hausse dans les quatre départements », Décimal, 2007, no 269.

Labie M., L’installation des Britanniques en Poitou-Charentes, Notes de synthèse, Poitiers, Institut atlantique d’aménagement des territoires, 2004, 8 p.

Observatoire Qualitatif des Clientèles Touristiques de la Charente-Maritime, Fiche « clientèles étrangères » no 60 – Les Britanniques, La Rochelle, OQCT 17, 2007, 4 p.

Observatoire du Tourisme, Fréquentation touristique 2004, La Rochelle, Comité départemental du tourisme de la Charente-Maritime, 2005, 10 p.

Orthar N., « Les multiples réalités du terme “résidence secondaire” », in Bonnin P., De Villanova R. (dir.), D’une maison à l’autre, parcours de mobilités résidentielles, Creaphis, 1999, 376 p., p. 139-176.

Stock M., « L’hypothèse de l’habiter polytopique. Pratiquer les lieux géographiques dans les sociétés à individus mobiles », EspacesTemps.net, « Textuel », 26-02-2006, 2006, http://espacestemps.net/document1853.html

Terrier C. (dir.), Mobilité touristique et population présente - Les bases de l’économie présentielle des départements, Paris, Direction du tourisme, 2006, 128 p.

Urbain J.-D., Paradis verts : désirs de campagne et passions résidentielles, Payot, 2002, 392 p.

Vye D., Une lecture géographique de l’attractivité : le cas des principales villes du Centre-Ouest atlantique français, thèse de géographie de l’université Paris XIII, 2 tomes, Lille, Atelier national de reproduction des thèses (ANRT), 2007, 678 p.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 – 1a : Solde migratoire en France par département (1990-1999) / 1b : Fréquentation touristique en France en 2005
Credits Cartographie : CTIG Université de La RochelleSources : estimations, Direction du tourisme in Terrier C (dir.), 2006, Mobilité touristique et population présente
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1357/img-1.jpg
File image/jpeg, 812k
Title Fig. 2 – Électeurs britanniques dans les départements français aux élections municipales de 2001
Credits Cartographie : CTIG Université de La RochelleSouce : Observatoire de la Vie Politique et Parlementaire in Labie M., 2004, L’installation des Britanniques en Poitou-Charentes, IAAT
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1357/img-2.jpg
File image/jpeg, 592k
Title Fig. 3 – Résidences secondaires en 2004
Credits Cartographie : CTIG Université de La RochelleSource : Direction Générale des Impôts 2004, in Comité Régional du Tourisme Poitou-Charentes, Les résidences secondaires étrangères en Poitou-Charentes, http://www.poitou-charentes-vacances.com/​docs/​Residences_Secondaires_2004.pdf
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1357/img-3.jpg
File image/jpeg, 716k
Title Fig. 4 – Nombre de nuitées passées par des Britanniques en hébergement marchand dans la région Poitou-Charentes en 2004
Credits Cartographie : CTIG Université de La RochelleSource : CRT Poitou-Charentes, Observatoire régional du tourisme, 2005, L’année touristique 2004 en Poitou-Charentes : bilan et synthèse par ZEPT.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1357/img-4.jpg
File image/jpeg, 892k
Title Fig. 5 – Les résidents britanniques en Poitou-Charentes en 1999
Credits Cartographie : CTIG Université de La RochelleSource : INSEE, RPG 1999.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1357/img-5.jpg
File image/jpeg, 916k
Title Fig. 6 – Résidences secondaires en Poitou-Charentes en 2004 dont le propriétaire réside au Royaume-Uni
Credits Cartographie : CTIG Université de La RochelleSource : Direction Générale des Impôts 2004, in Comité Régional du Tourisme Poitou-Charentes, Les résidences secondaires étrangères en Poitou-Charentes, http://www.poitou-charentes-vacances.com/​docs/​Residences_Secondaires_2004.pdf
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1357/img-6.jpg
File image/jpeg, 828k
Title Fig. 7 – Part des Britanniques dans l’achat de maisons anciennes en Poitou-Charentes entre 2000 et 2004
Credits Cartographie : CTIG Université de La RochelleSource : DRE Poitou-Charentes – Notaires de France – PERVAL, in L’immobilier en Poitou-Charentes, des prix qui n’en finissent pas de monter, La lettre de l’habitat, n° 16 - 4e semestre 2006.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1357/img-7.jpg
File image/jpeg, 712k
Title Fig. 8 – Attractivité résidentielle et attractivité touristique dans la pratique des lieux par les Britanniques en Poitou-Charentes
Credits Conception : I. Sacareau, L. Vacher & D. VyeÉquipe AGILE, UMR LIENSS 6250.
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1357/img-8.jpg
File image/jpeg, 348k
Top of page

References

Bibliographical reference

Isabelle Sacareau, Luc Vacher and Didier Vye, « Attractivité touristique et attractivité résidentielle du littoral charentais : lorsque les Anglais brouillent la donne », Sud-Ouest européen, 29 | 2010, 7-22.

Electronic reference

Isabelle Sacareau, Luc Vacher and Didier Vye, « Attractivité touristique et attractivité résidentielle du littoral charentais : lorsque les Anglais brouillent la donne », Sud-Ouest européen [Online], 29 | 2010, Online since 24 February 2016, connection on 22 November 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/1357 ; DOI : 10.4000/soe.1357

Top of page

About the authors

Isabelle Sacareau

Maître de conférences HDR de géographie, université de La Rochelle, équipe AGÎLE, UMR LIENS 6250, isabelle.sacareau@univ-lr.fr

By this author

Luc Vacher

Maître de conférences de géographie, université de La Rochelle, équipe AGÎLE, UMR LIENS 6250, lvacher@univ-lr.fr

Didier Vye

Maître de conférences de géographie, université de La Rochelle, équipe AGÎLE, UMR LIENS 6250, dvye@univ-lr.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals