Navigation – Plan du site

La construction d’une économie touristique sur la côte aquitaine sous la Ve république (1958-1988)

The construction of a tourist economy on the Aquitaine coast during the fifth republic (1958-1988)
La construcción de una economía turística en la Costa Aquitana durante la quinta república (1958-1988)
Mikael Noailles
p. 37-42

Résumés

Longtemps réservé à une élite, le tourisme connaît un développement spectaculaire en Aquitaine après la Seconde Guerre mondiale. Il faut donc étudier comment par la démocratisation et la massification, le tourisme est passé de la marge au cœur du système socio-économique et politique aquitain. Cette longue période de profonds changements se traduit par l’organisation du secteur touristique à travers un réseau d’acteurs diversifié, par des mutations dans les pratiques touristiques. Le tourisme passe aussi d’une activité complémentaire à un secteur économique autonome et source de développement local ce qui prouve son affirmation et sa légitimation.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est partiellement issu de notre thèse soutenue le 25 novembre 2008 : M. Noailles, La construction d’une économie touristique sur la Côte aquitaine des années 1820 aux années 1980 : pratiques sociales, politiques d’aménagement et développement local, thèse de doctorat d’histoire sous la direction du professeur Christophe Bouneau, Bordeaux III, 2008, 557 p.

Texte intégral

1Par économie touristique, il faut comprendre la construction d’un système socio-économique organisé et valorisé, reflet de l’affirmation et de la légitimation du tourisme. Le littoral aquitain, réputé désert, a connu plusieurs aménagements, notamment, au XIXe siècle, la plantation de la forêt de pin et la fixation des dunes et des courants. Avant de devenir la Côte aquitaine, le littoral des Landes et de la Gironde a connu plusieurs identités : tout d’abord la Côte des Landes de Gascogne organisée par la Compagnie du Midi des frères Pereire, ensuite la Côte d’Argent née en 1905 sous la plume de Maurice Martin. Mais le tourisme n’y a pas connu un fort développement avant les années 1950.

  • 1  MIACA, « L’aménagement de la Côte aquitaine », La documentation française illustrée, no 265-266, m (...)

2De 1950 à 1975, la fréquentation de la Côte aquitaine s’accroît rapidement avec un rythme de 5 % par an se faisant écho de sa redécouverte par le plus grand nombre1. Depuis la fin des années 1950 le tourisme est devenu un phénomène de masse. Le grand virage se produit également dans la politique de l’État. Le tourisme s’inscrit véritablement comme un instrument de planification avec la mise en place de la Mission interministérielle pour l’aménagement de la Côte aquitaine (MIACA) dès la fin des années 1960. Elle ne s’occupe pas de maîtriser le flux touristique mais plutôt de le guider pour éviter qu’il ne soit source de destruction. Mais elle n’entre véritablement en jeu qu’avec l’appui de Jacques Chaban-Delmas, maire de Bordeaux de 1947 à 1995, nommé premier ministre en 1970.

3Il s’agit de voir comment peu à peu les loisirs et le tourisme sont étatisés et servent d’outils de mise en valeur du territoire dans le cadre de l’évolution des pratiques touristiques.

I – L’éclatement des pratiques touristiques

1. La massification des pratiques touristiques dans les années 1960 et 1970

4Avec la reprise économique et la « moyennisation » de la société, les pratiques touristiques se démocratisent voire se massifient. Le tourisme de masse est donc le fils de l’industrialisation en favorisant une hausse des conditions de vie, de meilleurs salaires et un développement urbain. Certains auteurs y voient une uniformisation puisque la majorité des touristes a développé la même façon de vivre le tourisme : la recherche de la meilleure plage pour pouvoir bronzer. Mais la Côte aquitaine est longtemps restée à l’écart des grands flux touristiques. Les acteurs économiques et associatifs de la Côte aquitaine ainsi que les politiques ont su se montrer innovants pour créer un produit touristique différent et une image de marque spécifique capable de fédérer et d’attirer de nouvelles clientèles.

5Le tourisme balnéaire est une pratique dominante dans les années 1960 et 1970. Pour de nombreux sociologues, il se caractérise par un modèle hédoniste et massifié, uniformisé et mis en scène. La plage qui n’était qu’un lieu de passage pour la prise des bains au XIXe siècle, est devenue le lieu de vie des touristes. Les mass media véhiculent un modèle stéréotypé de consommation touristique : les 4 S (sea, sun, sand, sex), qui s’accompagnent d’une « invasion touristique ». Le tourisme de masse bénéficie de la baisse des coûts autorisée par l’innovation technique et organisationnelle. La plage apparaît alors comme un lieu de sociabilité avec ses codes et ses valeurs.

  • 2  J.-D. Urbain, Sur la plage. Mœurs et coutumes balnéaires aux XIXe et XXe siècles, Payot, 1994, p.  (...)
  • 3  A. Gardinier, Les tontons surfeurs, Atlantica, Biarritz, 2004, 189 p. ; et Sud-Ouest, « Il a march (...)
  • 4  J.-P. Augustin, « De la station balnéaire à la station surf : l’exemple du littoral aquitain », Re (...)
  • 5 Archives départementales des Landes (ADL), 1064 W 4, 5 et 6 : le point sur l’affaire Promo-Nature, (...)

6Le tourisme balnéaire aquitain est aussi marqué par un fort développement des sports qui servent aussi de support à la croissance touristique. Les 4 S en Aquitaine sont plutôt surf, sailing, sand and sun (surf, nautisme, plage et soleil). Le développement des sports californiens fondés sur le rejet des codes, sur la recherche de la qualité et de l’intensité des sensations nouvelles2 s’oppose aux traditionnels sports nautiques : la planche à voile est importée pour la première fois en Europe en 1973 et en France en 1974 sur les plages girondines ; le surf est importé à Biarritz en 1956 et arrive à Lacanau dans les années 19603. Mais ils ne connaissent leur véritable essor qu’après leur diffusion sur tout le littoral, contribuant au processus de surfurbia4, calqué sur le modèle californien, qui voit l’intégration du surf aux différentes institutions, un urbanisme influencé par le phénomène surf, la multiplication des clubs de surf et l’apparition de maisons de la glisse. Le développement du nudo-naturisme sur la Côte aquitaine ne se fait pas sans problème5. C’est la première fois en France et en Europe que le naturisme est reconnu avec le développement du Centre hélio-marin de Montalivet créé en 1950.

  • 6  M. Cassou-Mounat, La vie humaine sur le littoral des Landes de Gascogne, 2 vol. , thèse de géograp (...)

7Les flux se massifient et concernent de nouvelles couches sociales, moyennes et modestes, venant de régions plus éloignées : c’est un tourisme de moyenne distance qui se développe dans les années 1960 et 1970. La fréquentation s’accroît et se diversifie, faisant de la Côte aquitaine une terre d’accueil hétérogène. Entre 1974 et 1975, la Côte aquitaine connaît une hausse de sa fréquentation avec 12,5 millions de nuitées en résidences secondaires et campings en 1974 contre 13,15 millions en 1975, soit une hausse de 9 %. D’après M. Cassou-Mounat6, globalement, la population originaire du Sud-Ouest représente 40 à 60 % de la clientèle, celle de la région parisienne 15 à 30 %, et les étrangers 5 à 10 %.

2. La diversification des comportements touristiques dans les années 1980

8Au seuil des années 1980, de nouveaux touristes semblent faire leur apparition. Ils sont plus avertis, plus informés, plus forts d’une expérience longue d’une trentaine d’années mais affectés par une baisse de leur pouvoir d’achat en raison de la récession économique due aux chocs pétroliers. La Côte aquitaine, par la variété de ses paysages et de ses stations, peut répondre d’autant plus facilement à ces évolutions. C’est la nouvelle donne du tourisme notamment balnéaire qui passe une nouvelle diffusion sociale, l’affirmation de tendances minoritaires auparavant et des pratiques sociales plus diversifiées.

  • 7  Cité par P. Py, Le tourisme, un phénomène économique, La Documentation française, Paris, 1996, p.  (...)

9Les transformations socio-économiques comme l’obtention de la cinquième semaine de congés payés dissociée des quatre autres, l’avancement de l’âge de la retraite, le raccourcissement de la durée hebdomadaire du travail et le ralentissement de la croissance du pouvoir d’achat ont modifié les structures des vacances. Selon Joffre Dumazedier7, de nouvelles valeurs sont apparues autour des 3 L (lore, landscape, leisure : tradition, paysage et loisir). Cela débouche sur la quête de couleur locale, la recherche de l’épanouissement personnel et physique, le désir de fêtes et de distractions. Le touriste devient sportif, veut du sur-mesure, cherche l’autonomie, refuse les conformismes, rejette les formules d’adhésion, veut s’éloigner de la foule. C’est une étape vers le sur-mesure de masse alliant le qualitatif et le quantitatif. Les nouvelles techniques de production flexible ainsi que le développement d’une politique de gamme permettent la personnalisation du produit touristique. Le nouveau modèle est basé sur les 4 E : équipement, encadrement, événement, environnement.

  • 8  La première compétition internationale n’est née que trois ans avant : la AMCO/radio Hamaki Pro à (...)
  • 9  La marque a été créée en Australie en 1969.

10Ce sont en fait les comportements minoritaires de la période précédente qui se développent et se diversifient. Le nouveau touriste balnéaire cherche un environnement dynamique. Les touristes veulent diversifier leurs occupations par des pratiques sportives ou des manifestations culturelles. Ceci explique le succès du surf comme pratique et comme soutien publicitaire pour valoriser la région. On assiste donc à un glissement vers un hédonisme consommatoire surtout chez les classes moyennes. L’image du surf en Aquitaine s’est renforcée par l’organisation d’un événement, dans la logique des 4 E : depuis 1979, une compétition internationale, le Grand prix international de Lacanau, anime la station de Lacanau-Océan et attire les surfeurs professionnels du monde entier ainsi que les touristes8. Cet événement est un facteur d’attrait touristique car des centaines de touristes férus de surf viennent spécialement pour l’événement ou pour faire du surf sur ce spot devenu mythique. La « surfurbanisation » se poursuit avec l’insertion du surf au circuit économique et donc la création du surf business : en 1982, l’entreprise Rip Curl Europe9 est fondée à Hossegor et, en 1985, Oxbow est créée en Gironde. Ainsi une Surf Valley commence à se construire en Aquitaine renforçant son image auprès des touristes amateurs de surf.

  • 10  J.-P. Augustin, « Pratiques de mer et territoires urbains : de nouveaux espaces de loisirs pour l’ (...)
  • 11  Sud-Ouest, « Le plan golf : 13 parcours en 7 ans », 29 juillet 1986.
  • 12  Archives départementales de la Gironde, 3425 W 14.
  • 13  Sud-Ouest, « Vacances 1976 dans le Sud-Ouest : dans les Landes, le naturisme fait tache d’huile », (...)
  • 14  Sud-Ouest, « Une vaste animation de la Jeunesse et des Sports avec les estivants », 20 juin 1978 ; (...)

11La planche à voile connaît un succès fulgurant : en 1974, 500 planches à voile sont vendues en France contre 100 000 en 1981, ce qui place la France au premier rang des marchés mondiaux10. Le golf poursuit son développement avec le lancement d’un « plan golf » en 1985-198611 pour développer cette activité annuelle intégrée à l’environnement dans le cadre du deuxième plan vert « 100 golfs pour 100 000 golfeurs »12. Parallèlement, la pratique du naturisme tend à se développer13. Vielle-Saint-Girons est la première à l’autoriser en 1975. En 1977, quelques plages bénéficient d’un arrêté municipal d’autorisation et d’autres d’une tolérance. Le développement du tourisme sportif passe aussi par une opération originale : CAP 3314, en 1978, pour sensibiliser le plus grand nombre de jeunes, adultes et familles aux activités sportives et culturelles.

  • 15  N. Baron-Yellès, Espaces protégés et tourisme de nature sur le littoral atlantique français : stra (...)
  • 16  Très développés dans les pays d’Europe du Nord depuis la fin du XIXe siècle, ces musées présentent (...)
  • 17  F. Gestin, Le parc naturel régional des Landes de Gascogne : une création touristique au sein de l (...)

12L’écotourisme s’est développé tardivement en Aquitaine par rapport à la Bretagne ou à la Vendée15. Les différentes réserves naturelles créées dans les Landes et en Gironde en constituent les bases. Le Centre permanent d’initiation à l’environnement du Teich est créé en 1970 : il est le premier construit en France. La Côte aquitaine accueille aussi le premier écomusée français à Sabres, Marquèze, reconstitution d’un airial landais. C’est un concept suédois16 importé par G. H. Rivière au début des années 1950. Ce dernier aide Ph. Saint Marc à le mettre en place en 1968-1969. L’écomusée de la Grande Lande est un « passeur de mémoire » et doit contribuer à la structuration et au développement du territoire du Parc naturel régional des Landes de Gascogne17.

13L’évolution des pratiques touristiques et les politiques d’aménagement sont interdépendantes. Les politiques d’aménagement tentent de suivre les tendances touristiques tout en essayant de créer aussi de nouveaux produits touristiques qui font l’image de marque d’une région. Sur la Côte aquitaine, le plus surprenant est que c’est l’État qui prend en charge l’aménagement de la côte.

II – L’Étatisation des politiques d’aménagement

1. La genèse de la MIACA

  • 18  INSEE, Étude statistique de l’activité touristique en Aquitaine 1963-1966, Bordeaux, 1967, 279 p.
  • 19  ADL, 144 W 98-104, l’opération Seignosse et G. Dupin, op. cit., p. 41-111, explique l’édification (...)
  • 20  La Croix, « Une nouvelle station se crée : Seignosse le Penon », 18 juillet 1969.

14Selon une étude de l’INSEE18, la Côte aquitaine est sous-équipée. La crise des activités traditionnelles et le dépeuplement de l’arrière-pays font que les ressources des collectivités publiques sont limitées et leur capacité d’endettement aussi. L’état sauvage de la côte nécessitant des investissements énormes, l’initiative privée ne peut suffire. Une Société d’économie mixte (SEM) est créée pour réunir les efforts locaux, et les moyens financiers et techniques externes : en mai 1961, le conseil général de Gironde en vote la création et celui des Landes en 1962 avec la création de la Société pour l’aménagement touristique et l’équipement du département des Landes (SATEL). En mai 1962, l’architecte J. Marty est chargé d’élaborer un plan d’aménagement pour le Médoc mais il est abandonné suite aux oppositions des maires médocains et à l’absence de crédits accordés par le Ve Plan. Dans les Landes, la construction d’une station touristique à Seignosse au lieu-dit Le Penon est lancée : la station est prévue pour l’accueil de 22 000 personnes. Les travaux débutent en 1965 selon les plans élaborés par J. Marty19 et la première tranche s’achève en 196920.

  • 21  Sud-Ouest, « O. Guichard, délégué à l’aménagement du territoire, a pris connaissance sur place des (...)
  • 22  S. Romelot, Philippe Saint Marc, l’aménagement du territoire et les premières politiques d’environ (...)
  • 23  ADL, 1064 W 32, le voyage de G. Pompidou a été préparé par les services de la préfecture. On peut (...)
  • 24  Le Figaro, « Demain entre Gironde et Adour, 250 km de sable fin, de lacs, et de forêts : la zone d (...)

15Après la création en 1963 de la Mission interministérielle pour l’aménagement touristique du littoral Languedoc-Roussillon (MIATLLR), et l’espoir déçu de voir le Ve plan dégager des crédits pour l’aménagement du littoral aquitain, le préfet de Région G. Delaunay décide de créer en 1964 un groupe régional de travail placé sous l’autorité du préfet de Région. Après une visite en août 196521, la DATAR décide le 5 janvier 1966 la mise en place d’un groupe interministériel d’études pour l’aménagement de la Côte aquitaine portant le nom de groupe central et se tenant à Paris. Il est présidé par un jeune conseiller à la Cour des comptes, Philippe Saint Marc22. Parallèlement, à Bordeaux, un groupe d’études régionales présidé par Gabriel Delaunay s’est constitué depuis 1964. En 1966, le groupe central se joint au groupe régional pour ne faire plus qu’un. Le 16 mai 196623, le premier ministre Georges Pompidou se rend en Aquitaine24, annonce un effort du gouvernement pour l’aménagement de la côte et se prononce pour l’institution d’un organisme coordinateur pour développer les activités touristiques et freiner leur prolifération désordonnée.

2. La Mission Saint Marc, un faux départ (1967-1970)

16Le pouvoir central décide alors de transformer le groupe d’étude en mission interministérielle sur le modèle de celle du Languedoc-Roussillon. Le décret du 20 octobre 1967 instaure la MIACA Ses statuts diffèrent en quelques points de ceux de la MIATLLR Elle est « chargée de définir le programme général d’aménagement de la Côte aquitaine, d’en déterminer les moyens d’exécutions et d’en suivre la réalisation par l’État, les collectivités publiques, les collectivités locales et par tout organisme public ou privé agissant avec l’aide de l’État ou sous son contrôle » (article 4). Elle est dirigée par un conseil interministériel formé de représentants de tous les ministères concernés (Défense, Agriculture, Intérieur, Équipement, Économie et Finances) qui se réunissent en présence du préfet de Région, des préfets des départements littoraux, du commissaire général au Plan, d’un représentant de l’ONF, sous l’égide du président de la Mission. Un groupe régional d’études animé par son urbaniste en chef, M. Tagliani, placé sous l’autorité du président de la Mission, est installé à Bordeaux auprès du préfet de Région au début de l’année 1968.

17La Mission possède deux atouts majeurs : les décisions qu’elle prend sont marquées du sceau de l’autorité de l’État et elle a la capacité de distribuer des subventions sur son budget. Mais elle ne dispose d’aucun crédit propre jusqu’en 1970 et elle est financée au « coup par coup » pour des opérations particulières.

  • 25  Il adhère au MRP en 1955.
  • 26  Ph. Saint Marc, Socialisation de la nature, Stock, Paris, 1971, 380 p., et L’économie barbare, Fri (...)
  • 27  Sud-Ouest, « Demain la Côte Aquitaine », J.-C. Guillebaud, 19-22 décembre 1967.

18L’expérience de la MIACA constitue pour Philippe Saint Marc une occasion de mettre à profit ses idéaux humanistes qu’on qualifierait aujourd’hui de développement durable. Ph. Saint Marc, énarque marqué par une culture technicienne et professionnelle démocrate-chrétienne25, conseiller à la Cour des Comptes, est un théoricien radical de l’écologie politique face au mal libéral26. Le plan Saint Marc de 1969 a comme idée fondamentale le refus de toute destruction de la nature par un programme de conservation de vastes zones naturelles (fig. 1). Toute construction est interdite sur les dunes et les rivages maritimes dans une zone de 100 à 500 mètres. Le plan Saint Marc prévoit six stations nouvelles27 : trois dans les Landes (Seignosse, Moliets et Biscarrosse Plage) et trois dans le Médoc (Carcans-Maubuisson, Hourtin et Montalivet). L’organisation de l’aménagement de la côte doit se faire selon trois catégories d’axes de développement : la ligne du littoral maritime, la ligne des lacs intérieurs et les grandes rivières. L’organisation des stations doit être conçue de façon polynucléaire, c’est-à-dire associant plusieurs noyaux donnant à la fois sur l’océan, les lacs et dans la forêt. La construction de routes littorales longeant l’océan doit être évitée pour ne pas détruire l’unité du milieu naturel. L’accent est mis sur le tourisme social. La seule concession au gigantisme est le canal d’Aquitaine pour ouvrir une voie nautique intérieure. L’objectif retenu est compris entre 330 000 et 480 000 lits pour 1985, soit le double de la capacité d’accueil de l’époque évaluée en 1967 à 180 000 lits pour la zone d’action prioritaire.

Fig. 1 – Le plan Saint Marc en 1969

Fig. 1 – Le plan Saint Marc en 1969

Source : Micheline Cassou-Mounat, La vie humaine sur le littoral des Landes de Gascogne

19Sous la pression de la demande, des opérations dites pilotes sont lancées avant l’élaboration du programme d’aménagement Des actions intérieures dans les vallées peuvent être entreprises sans attendre : l’équipement de la Leyre, le centre de plein air d’Hostens et la base de plein air de Bombannes. L’exemple des opérations pilotes constitue une responsabilité importante pour la crédibilité de la Mission et de son président puisqu’il voit dans ces réalisations la possibilité d’amorcer un nouveau type d’aménagement à la fois rural et littoral.

  • 28  Pour en savoir plus sur cette affaire, on peut consulter les articles 238 W 29-30 des archives dép (...)

20En exprimant son désaccord le 5 novembre 1969 sur le projet de lotissement des Hautes Rives sur la rive ouest du lac de Cazaux à Biscarrosse, Ph. Saint Marc cristallise contre lui de nombreuses oppositions28 des différents lobbies qui accusent le président d’être trop idéaliste. L’opposition s’appuie sur Jacques Chaban-Delmas nommé premier ministre en juin 1969. C’est alors une véritable crise politique qui éclate, engageant partisans de Philippe Saint Marc contre promoteurs et élus locaux. Philippe Saint Marc est alors contraint de démissionner le 22 janvier 1970. En réalité, il s’agit d’un limogeage pur et simple car c’est le Conseil des ministres lui-même qui décide brusquement de mettre fin à ses fonctions. Au même moment le préfet des Landes Y.-B. Burgalat est remplacé par M. Buchet.

3. La Mission Biasini, une véritable rupture ? (1970-1984)

21Sous l’impulsion de J. Chaban-Delmas, maire de Bordeaux, « duc d’Aquitaine », devenu premier ministre en 1970, de G. Delaunay, préfet de Gironde depuis 1958 et d’Y. Glotin, à la tête de Marie Brizard et président de la Chambre de Commerce et d’Industrie, l’aménagement de la Côte aquitaine prend un nouveau tournant mais qui met du temps à se mettre en place. Ce volontarisme d’État mais aussi régional correspond à une nouvelle doctrine d’aménagement faisant du tourisme l’un de ses instruments. E. Biasini, nouvel élément chabaniste dans la région, cherche à ignorer ce qui s’est passé pendant les années précédentes et veut lancer une nouvelle phase de l’aménagement qui permette la participation des Aquitains à cette mutation. Il veut donc donner l’impulsion centrale et déterminante mais laisser la réalisation aux autochtones dans la perspective du développement économique et social de la région. Il souhaite développer l’identité aquitaine et graver son action entre le respect de la tradition et la nécessaire innovation. Le nouveau président, qui réutilise quand même certains arguments de son prédécesseur mais d’une autre manière, se veut plus volontariste, fidèle à cette via media, et parvient à ses fins par la neutralisation des associés-rivaux.

  • 29  Sud-Ouest, « M. Biasini succèdera à M. Saint Marc », 22 janvier 1970.

22Sous la présidence Biasini29, la Mission est organisée en deux pôles, l’un à Paris, sous l’autorité du président qui s’occupe des questions générales de promotion, d’architecture… et l’autre au Taillan Médoc, sous l’égide de l’Organisme régional d’étude de l’Aire métropolitaine de Bordeaux. Puis le pôle aquitain est administré par un secrétaire général, nommé à partir de 1974, qui envisage les programmes, gère le budget et s’occupe des études.

  • 30  Cette politique a été annoncée dans Sud-Ouest du 9 février 1971 : « Les pièges de la concertation  (...)
  • 31  P. Mann, op. cit., p. 107 ; Sud-Ouest, « Les pièges de la concertation », J-C. Guillebaud, 9 févri (...)

23Pour trouver une légitimité locale, la MIACA lance une politique d’animation entre juillet 1971 et 197430 dans le but de créer une vaste concertation qui, pour certains, apparaît comme une simple consultation31.

  • 32  ADL, 143 W 81, mise en place des pré-ZAD.

24Le 8 décembre 1970, pour contrôler l’espace foncier et éviter une flambée de spéculation, la MIACA a fait mettre en place par deux arrêtés préfectoraux une pré-ZAD de 188 000 hectares soit 119 000 en Gironde et 69 000 dans les Landes32.

25Désormais la MIACA dispose d’un budget annuel qui lui permet d’attribuer des subventions pour les équipements publics : en 1970, la MIACA dispose d’un budget de 13,7 millions de francs contre 45 millions en 1974.

  • 33  P. Barrère, M. Cassou-Mounat, « Le schéma d’aménagement de la Côte aquitaine », Revue géographique (...)

26Le nouveau plan reprend les idées de son prédécesseur. Le 20 avril 1972, le schéma d’aménagement33 de la zone Gironde-Landes est approuvé (fig. 2). Cette esquisse de schéma, préparée par Ph. Saint Marc, a été présentée par son nouveau président E. Biasini ; à la conception humaniste et idéaliste du premier s’oppose l’objectif humaniste et commercial du second. La grande originalité de ce schéma est la division en seize secteurs : neuf Unités principales d’aménagement (UPA) et sept Secteurs d’équilibre naturel (SEN). L’objectif est de passer de 310 000 à 585 000 lits touristiques pour 1980. Le canal transaquitain est considéré comme la pièce maîtresse de l’aménagement de la Côte aquitaine.

27La phase préparatoire (1970-1974) a permis de mettre en place les thèmes généraux inspirant l’aménagement de la Côte aquitaine, de définir un schéma d’aménagement, de définir une politique de maîtrise foncière, de créer une image spécifique du tourisme aquitain, de chercher à ouvrir l’Aquitaine au plus grand nombre et d’assurer aux Aquitains la maîtrise du développement touristique. Durant cette phase ont lieu aussi les travaux préalables d’équipements généraux et les opérations pilotes (34) : le réseau routier est amélioré et un plan de génie sanitaire est mis en place pour installer les infrastructures de base. Mais les premières opérations ne sont lancées en 1974-75 qu’à Lacanau par la société aquitaine Parallèle 45 et à Capbreton par le SIVOM.

Fig. 2 – Le plan Biasini en 1972

Fig. 2 – Le plan Biasini en 1972

Source : Micheline Cassou-Mounat, La vie humaine sur le littoral des Landes de Gascogne

Haut de page

Notes

1  MIACA, « L’aménagement de la Côte aquitaine », La documentation française illustrée, no 265-266, mars-avril 1971, Paris, 60 p.

2  J.-D. Urbain, Sur la plage. Mœurs et coutumes balnéaires aux XIXe et XXe siècles, Payot, 1994, p. 314.

3  A. Gardinier, Les tontons surfeurs, Atlantica, Biarritz, 2004, 189 p. ; et Sud-Ouest, « Il a marché sur l’eau de Lacanau », 15 avril 2002.

4  J.-P. Augustin, « De la station balnéaire à la station surf : l’exemple du littoral aquitain », Recherches urbaines no 8, CESURB-MSHA, Talence, 1993, p. 67.

5 Archives départementales des Landes (ADL), 1064 W 4, 5 et 6 : le point sur l’affaire Promo-Nature, sur les interventions de la FFN, de la MIACA et de la préfecture face au problème naturiste. Mais il ne faut pas oublier les articles du journal Sud-Ouest : « Chez les naturistes : le nu sauvage et l’ordre », du 27 août 1976, et « Dans les Landes, le naturisme fait tache d’huile », du 8 août 1976.

6  M. Cassou-Mounat, La vie humaine sur le littoral des Landes de Gascogne, 2 vol. , thèse de géographie, Bordeaux 3, 25 mars 1975, Atelier de reproduction des thèses, Lille, 1977, p. 651.

7  Cité par P. Py, Le tourisme, un phénomène économique, La Documentation française, Paris, 1996, p. 42-43.

8  La première compétition internationale n’est née que trois ans avant : la AMCO/radio Hamaki Pro à Piha Beach en Nouvelle-Zélande ; et l’International Professional Surfers (IPS) est née dix mois plus tard.

9  La marque a été créée en Australie en 1969.

10  J.-P. Augustin, « Pratiques de mer et territoires urbains : de nouveaux espaces de loisirs pour l’agglomération bordelaise », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, tome 57, fascicule 4, Toulouse, 1986, p. 589-609.

11  Sud-Ouest, « Le plan golf : 13 parcours en 7 ans », 29 juillet 1986.

12  Archives départementales de la Gironde, 3425 W 14.

13  Sud-Ouest, « Vacances 1976 dans le Sud-Ouest : dans les Landes, le naturisme fait tache d’huile », 8 août 1976, et « Chez les naturistes », 27-28 août 1976.

14  Sud-Ouest, « Une vaste animation de la Jeunesse et des Sports avec les estivants », 20 juin 1978 ; « CAP 33 : un premier bilan », 8 août 1978 ; « CAP 33, une expérience originale, allier sport et culture », 2 juillet 1980 ; « Juillet et août avec CAP 33, dix pôles d’animation en Gironde », 20 avril 1983.

15  N. Baron-Yellès, Espaces protégés et tourisme de nature sur le littoral atlantique français : stratégies et enjeux, thèse de géographie sous la dir. de G. Cazes, Paris 1 Sorbonne, 1997, 380 p.

16  Très développés dans les pays d’Europe du Nord depuis la fin du XIXe siècle, ces musées présentent sur de vastes sites des bâtiments représentatifs d’un pays ou d’une région, transférés de leur lieu d’origine. M. Maggi, V. Falletti, Gli Ecomusei, Umberto Allemandi & C., 2000 ; et Les écomusées en Europe, Istituto di Recerche Economico-Sociali del Piemonte, Turin, 2000, 102 p.

17  F. Gestin, Le parc naturel régional des Landes de Gascogne : une création touristique au sein de la Haute Lande, mémoire de maîtrise en géographie sous la direction de L. Laurens, université de Caen, 2001, 197 p.

18  INSEE, Étude statistique de l’activité touristique en Aquitaine 1963-1966, Bordeaux, 1967, 279 p.

19  ADL, 144 W 98-104, l’opération Seignosse et G. Dupin, op. cit., p. 41-111, explique l’édification de la station avec tous les travaux, l’équipement commercial…

20  La Croix, « Une nouvelle station se crée : Seignosse le Penon », 18 juillet 1969.

21  Sud-Ouest, « O. Guichard, délégué à l’aménagement du territoire, a pris connaissance sur place des grandes possibilités touristiques de la Côte landaise », 23 août 1965.

22  S. Romelot, Philippe Saint Marc, l’aménagement du territoire et les premières politiques d’environnement en France, TER de géographie sous la dir. de P. Claval et J.-R. Pitte, Paris IV-Sorbonne, 1999, p. 53.

23  ADL, 1064 W 32, le voyage de G. Pompidou a été préparé par les services de la préfecture. On peut consulter également le Sud-Ouest du 18 mai 1966 : « Voyage de G. Pompidou : le développement du tourisme est essentiel à l’équilibre économique de la région landaise. »

24  Le Figaro, « Demain entre Gironde et Adour, 250 km de sable fin, de lacs, et de forêts : la zone de vacances la plus attractive d’Europe », 21 juin 1966.

25  Il adhère au MRP en 1955.

26  Ph. Saint Marc, Socialisation de la nature, Stock, Paris, 1971, 380 p., et L’économie barbare, Frison Roche, Paris, 1994, 491 p.

27  Sud-Ouest, « Demain la Côte Aquitaine », J.-C. Guillebaud, 19-22 décembre 1967.

28  Pour en savoir plus sur cette affaire, on peut consulter les articles 238 W 29-30 des archives départementales des Landes. On y trouve les raisons initiales du projet, l’intervention de M. Debré, ministre des Armées, pour défendre les implantations militaires, des articles de presse issus de L’Humanité dimanche (« Foire d’empoigne pour l’aménagement de la Côte aquitaine », 1-7 septembre 1971) ou de Sud-Ouest (« Les cabanons de Biscarrosse : le préfet des Landes vient d’assigner les constructeurs devant le tribunal », 4 juillet 1970), et un dossier confidentiel établi entre le préfet des Landes et le premier ministre.

29  Sud-Ouest, « M. Biasini succèdera à M. Saint Marc », 22 janvier 1970.

30  Cette politique a été annoncée dans Sud-Ouest du 9 février 1971 : « Les pièges de la concertation », par J.-C. Guillebaud.

31  P. Mann, op. cit., p. 107 ; Sud-Ouest, « Les pièges de la concertation », J-C. Guillebaud, 9 février 1971.

32  ADL, 143 W 81, mise en place des pré-ZAD.

33  P. Barrère, M. Cassou-Mounat, « Le schéma d’aménagement de la Côte aquitaine », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, tome 44, fasc. 2-3, Toulouse, 1973, p. 303-320. (34) Archives départementales de Gironde, 3425 W 1, Rapport général d’activité (1970-1984), décembre 1984, 56 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le plan Saint Marc en 1969
Crédits Source : Micheline Cassou-Mounat, La vie humaine sur le littoral des Landes de Gascogne
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1395/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 2 – Le plan Biasini en 1972
Crédits Source : Micheline Cassou-Mounat, La vie humaine sur le littoral des Landes de Gascogne
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1395/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mikael Noailles, « La construction d’une économie touristique sur la côte aquitaine sous la Ve république (1958-1988) », Sud-Ouest européen, 29 | 2010, 37-42.

Référence électronique

Mikael Noailles, « La construction d’une économie touristique sur la côte aquitaine sous la Ve république (1958-1988) », Sud-Ouest européen [En ligne], 29 | 2010, mis en ligne le 24 février 2016, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/soe/1395 ; DOI : 10.4000/soe.1395

Haut de page

Auteur

Mikael Noailles

Docteur en histoire contemporaine, professeur certifié d’histoire-géographie.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals