Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29L’évolution du littoral médocain ...

L’évolution du littoral médocain à Lacanau

Evolution of the Médoc shore at Lacanau
La evolución del litoral del Médoc en Lacanau
Marie-Claire Prat et Teddy Auly
p. 53-64

Résumés

À Lacanau, le recul du rivage est bien antérieur aux aménagements. L’érosion marine a permis la remobilisation des sables par le vent et la mise en place de plusieurs systèmes de dunes. Les plus récentes, encore actives il y a 200 ans, ont été fixées par l’homme mais la dune littorale conçue pour protéger la forêt a évolué sous l’influence des dynamiques naturelles et des actions anthropiques. Dans un contexte de pénurie sédimentaire et d’élévation du niveau marin, le recul du trait de côte est inéluctable. La gestion multifonctionnelle des milieux dunaires intègre déjà cette réalité. Au niveau de Lacanau-Océan, la défense lourde contre l’érosion marine reste coûteuse et génère des impacts négatifs. Le recul stratégique est une alternative prise en compte par le GIP Littoral aquitain.

Haut de page

Texte intégral

1L’évolution du littoral de Lacanau s’inscrit dans l’histoire des rivages médocains. Sur cette portion du littoral aquitain (fig. 1), l’orientation nord-sud favorise l’action des houles, majoritairement d’ouest (77 %) et nord-ouest (20 %). Le recul du trait de côte y est un phénomène ancien, alors que le littoral comptait très peu d’aménagements jusqu’au milieu du XIXe siècle. Autrefois répulsive, menacée par les houles et l’avancée des sables, la côte est devenue attractive avec le développement de la pratique des bains de mer et des activités de loisirs liées à l’océan. En arrière des plages, les dunes et la forêt complètent le triptyque Nature sur lequel s’appuient les stations pour attirer les touristes. Aujourd’hui le littoral, toujours très convoité, est confronté au problème récurrent de l’érosion marine.

Fig. 1 – Contexte général du terrain d’étude

Fig. 1 – Contexte général du terrain d’étude

I – Évolution holocène et tendance à la régularisation

1. Recul du trait de côte vers l’est

  • 1 BP : Before Present, c’est-à-dire « avant le présent », est un terme utilisé en archéologie. Alors (...)

2Lors de la transgression flandrienne, le trait de côte se déplace vers l’est avec la remontée du niveau marin (fig. 2). Des témoins sédimentaires des littoraux submergés permettent de retracer cette évolution holocène (Gensous, 1971 ; Froidefond, 1985). Vers 6000 BP1, à environ une dizaine de kilomètres du littoral girondin actuel, des flèches sableuses discontinues isolent des lagunes et ces îles-barrières migrent vers l’est au fur et à mesure de l’élévation du niveau marin.

Fig. 2 – Évolution de la Côte aquitaine depuis la fin de l’ère quaternaire

Fig. 2 – Évolution de la Côte aquitaine depuis la fin de l’ère quaternaire

Source : d’après Gensous, 1971

3Vers 2000 BP, le niveau marin était proche de l’actuel. Le littoral n’était pas rectiligne en raison des estuaires de petits fleuves, comme celui de La Canau, qui rejoignaient l’océan Atlantique. À cette époque, des cordons littoraux et des dunes se formaient, tendant à obturer les petits estuaires côtiers, mais le recul du rivage est avéré comme en témoignent les textes qui évoquent « de grands cataclysmes » vers 580.

4Après l’an 1000, plusieurs baies existaient encore sur le littoral médocain, et elles étaient encore utilisées lors de la guerre de Cent Ans par les Anglais qui y débarquaient des troupes. L’une de ces échancrures abritées du littoral médocain entre la rivière Anchise et Arcachon, était le havre de Saint-Vincent, qui évacuait les eaux de La Canau.

5Mais les exutoires des petites rivières se fermaient progressivement avec l’arrivée des sables apportés par la dérive littorale nord-sud. La forme des étangs s’ébauchait tandis que des marais se formaient en arrière des dunes. Au bord du futur étang de Lacanau, existait un port lagunaire dont le débouché vers l’océan devait se trouver au niveau du « Trou de Fer » mentionné sur certaines cartes anciennes.

6Ainsi le littoral tendait-il vers la régularisation depuis la fin de la transgression flandrienne et vers une orientation perpendiculaire aux houles dominantes d’ouest-nord-ouest. En même temps, l’activité éolienne était importante et de grosses masses de sable migraient vers l’est à partir des plages.

7De nouvelles datations par la méthode de thermo-luminescence IRSL (Clarke et al., 1999, 2002) sont venues compléter la connaissance des dunes holocènes que l’on datait jusque là à partir des datations C14 des paléosols mais aussi d’après les objets trouvés par les archéologues. En associant les différentes méthodes, plusieurs périodes de forte mobilisation du sable et de développement des dunes ont été mises en évidence dont la plus ancienne, entre 4000 et 3000 BP, ne se retrouve enregistrée qu’à la base de la dune du Pilat où le recul du trait de côte fait apparaître différents paléosols séparant les différentes invasions de sable.

8Une autre période de forte activité éolienne a été identifiée entre 1300 et 900 BP, soit pendant le Moyen Âge (du VIIe siècle au XIe siècle). Ces dunes dites « anciennes » corres­pondent aux dunes paraboliques situées le plus à l’est. Peu représentées à Lacanau, elles se retrouvent à 4-5 km du littoral actuel. À partir de sables provenant de l’érosion de la côte et du remaniement des systèmes dunaires antérieurs, ces nouvelles dunes ont recouvert en grande partie les anciennes.

9Elles ont été fixées naturellement par une forêt mixte de pins maritimes et de chênes durant la dernière période, plus chaude, du Moyen Âge et ont donc connu une pédogénèse assez longue se traduisant par la présence d’un horizon humique épais de quelques décimètres. Au-dessous, des sables tachetés de roux indiquent une mobilisation des oxydes de fer.

2. Érosion marine et formation des dunes sont liées

10À l’époque moderne, érosion marine et invasion des sables continuent sur la côte médocaine. En 1550, Montaigne écrivait qu’en Médoc, le long de la mer, son frère « le sieur d’Arsac veoid une sienne terre ensevelie sous les sables que la mer vomit devant elle ; le faiste d’aucuns batiments paroist encore ; ses rentes et domaines se sont échangez en pacages bien maigres. Les habitants que depuis quelques temps la mer se poulse si fort vers eux qu’ils ont perdu quatre lieues de terre ». Selon les commentaires de H. de La Popelinière, contemporain de Montaigne, l’avancée de la mer avait été inquiétante pour les paysans (1592). Elle aurait été de six lieues en peu de temps.

11En même temps, la fermeture des estuaires se poursuit et les cartes du XVIIe siècle montrent déjà l’existence d’un seul étang à l’emplacement des deux lacs actuels de Carcans et Lacanau (fig. 3). L’érosion marine permettait la remobilisation du sable dont une partie était reprise par le vent pour alimenter les dunes qui avançaient vers l’est et le reste était entraîné vers le sud par la dérive littorale.

Fig. 3 – Carte de 1604 de Salomon Rogers, d’après Hondius au XVIe siècle

Fig. 3 – Carte de 1604 de Salomon Rogers, d’après Hondius au XVIe siècle

Cartographie : T. Auly, LGPA, UFR de géographie et d’aménagement

12Lorsque Masse parcourut la côte médocaine pour ses levés de 1688 à 1723, la côte était assez rectiligne. Les plages océanes étaient bordées par de « grandes montagnes de sables dont quelques-unes » étaient « fort hautes », appelées « Peu ou Deu ». « Ces dunes étaient élevées de 60, 80 à 90 pieds ». Selon Masse, les dunes étaient « d’affreux remparts dont les hauteurs étaient variables et où les gens du pays n’osaient s’aventurer de peur de se perdre ou de tomber dans les sables mouvants » (fig. 4). Les paysans empruntaient des passages dans les dunes avec les troupeaux pour accéder au littoral, mais les dunes bloquant les écoulements provoquaient des inondations hivernales. Masse écrivait : « Encore faut-il passer souvent dans l’eau jusqu’à la ceinture pour sortir de ces dunes surtout l’hiver. » Ce gonflement des étangs par les eaux de pluie était un problème majeur car les terres cultivables étaient inondées. Seules les dunes étaient hors d’eau mais elles provoquaient les inondations en obturant les boucaux. En arrière des dunes se trouvaient des marais et les lacs avec à l’est « de grands bois de pignadas ».

Fig. 4 – Carte de Masse de 1708

Fig. 4 – Carte de Masse de 1708

Cartographie : T. Auly, LGPA, UFR de géographie et d’aménagement

13En arrière des plages, les dunes ne formaient que « de médiocres rideaux contre lesquels les vagues de la mer se brisaient avec impétuosité. Quand la mer était agitée, ce sable se mettait en mouvement que par sa finesse et était bientôt séché quand il faisait soleil. Alors un peu de vent l’enlevait et c’était de cette façon que la coste se mangeait ». Le recul était selon Masse de 10 à 12 toises par an (soit 20 à 24 m / an). Il était évident que « la grande coste se mangeait » et que les dunes « avançaient à proportion dans les étangs et faisaient regonfler les eaux du côté des terres » (Masse).

14Sur le 4e carré de la carte de Masse, on remarque deux lacs. Le premier s’appelait Sainte-Hélène et le second de Canaeau ou Cartignac. Géographiquement, le Bas-Médoc se terminait au sud de la paroisse de la Canaeau et le ruisseau de la Canaeau marquait la séparation entre le Médoc et le pays de Buch. « On assurait que l’étang de la Canaeau profond de 53 pieds se débouchait autrefois dans la mer où on prétendait qu’il y avait un boucau » et « un port considérable que l’on appelait Saint-Vincent ». L’écoulement des eaux des étendues se situant en retrait ainsi qu’à l’est devait s’effectuer de ce Boucau vers l’océan au niveau du Trou de Fer.

15Un chenal faisait communiquer les deux étangs de Carcans et Lacanau et était entouré de marais presque toujours inondés. Une autre branche partait du lac pour aller vers le havre d’Arcachon et son embouchure était située au niveau de la commune de Liège (Lège).

16La carte de Belleyme (1786) permet de voir l’évolution de la zone par rapport aux cartes de Masse. Les étangs étaient séparés du littoral par des dunes de sable dont la largeur était de 2 200 à 3 000 toises (2,4 à 3 km). Des marais entouraient les étangs.

17Les datations des dunes holocènes par IRSL (Luminescence infrarouge stimulée) (Clarke et al., 2002) permettent de situer la dernière période de mouvements des sables entre le XVe siècle et le début du XIXe siècle. Cette période corres­pond à la période froide du Petit Âge glaciaire. Le Roy Ladurie (1971) a mis en évidence le refroidissement à la fin du XVe siècle. Cette période est marquée par une extension des glaces et des eaux froides vers le sud, d’où un gradient thermique plus marqué entre 65° et 55° N avec un accroissement de la fréquence des tempêtes dans l’Atlantique Nord (Lamb, 1995). La péjoration climatique agissait sur la couverture végétale, facilitant la remobilisation des sables, mais les activités humaines ont pu aggraver la situation par le surpâturage et les coupes de végétation.

18Les dunes mises en place sont essentiellement des barkhanes isolées ou accolées en grands cordons dunaires longitudinaux, perpendiculaires aux vents dominants, et séparés par de grands couloirs à fond plat appelés localement « lettes » ou « lèdes » en gascon. Mais certaines dunes paraboliques appartiennent à cette génération. Ces nouvelles dunes ont recouvert en partie les anciennes (fig. 5).

Fig. 5 – Les différentes générations de dunes à Lacanau-Océan

Fig. 5 – Les différentes générations de dunes à Lacanau-Océan

Source : modifié d’après Cassou-Mounat, 1975

19Un plus grand nombre de datations pourrait conduire à étendre cette période de formation des dunes. De plus, les datations ont été faites à partir de prélèvements réalisés dans la partie sommitale des dunes. Leur formation a donc pu commencer avant. Les forts vents d’ouest mettaient en mouvement les sables provenant de l’érosion de la côte et ceux provenant du remaniement des systèmes dunaires antérieurs. Les périodes de fortes tempêtes d’ouest étaient ainsi des temps forts de l’érosion marine mais aussi des moments favorables à la formation des dunes surtout si la végétation raréfiée n’entravait pas la remobilisation des sables.

20Les nouvelles datations justifient la distinction établie par Buffault (1942) entre les dunes dites « anciennes » fixées par la forêt à la fin du Moyen Âge, et les dunes « modernes » encore actives au début du XIXe siècle jusqu’à ce qu’elles soient fixées par la plantation de pins maritimes.

21Au XVIIIe siècle, les nombreux écrits de Fleury, Masse, Brémontier donnent des avancées de dunes de l’ordre de 20 m / an pour celles dont le déplacement était le plus rapide. En 1764, l’église de Lacanau a été démolie et transférée sur son emplacement actuel en raison de la montée des eaux consécutive à l’avancée des sables bloquant les écoulements continentaux. Les menaces que les dunes représentent vont conduire la société à agir pour tenter de modifier les dynamiques naturelles.

II – Les interventions humaines au XIXe siècle : une volonté de maîtriser la nature

1. La fixation des dunes modernes

22La fixation des dunes est initiée au XVIIIe siècle avec des opérations réussies mais qui restent ponctuelles. Le pouvoir central s’en désintéresse et la population locale y est souvent hostile, notamment les bergers car les dépressions interdunaires sont utilisées pour faire pâturer le bétail. Brémontier va à la fin du XVIIIe siècle rechercher les appuis administratifs et les moyens financiers nécessaires à la fixation des dunes. Il s’appuie sur les travaux antérieurs (Amanieu de Ruat, l’abbé Desbiey, Charlevoix de Villers) et rédige le Mémoire sur les dunes en 1788. En Gironde, la commission des dunes est créée en 1801 et un premier atelier est organisé à la Pointe de Grave. La commission s’arrête avec la chute de l’Empire mais en 1817 une ordonnance relance le boisement sous la responsabilité des Ponts et Chaussées. Les ateliers de boisement sont de vastes polygones de plusieurs centaines d’hectares délimités par des lignes d’atelier en périphérie. Des semis sont faits avec 20 à 30 kg de graines à l’hectare (pin, genêt, ajonc, gourbet). L’atelier de Lacanau (fig. 6) est un des derniers (1857).

Fig. 6 – Atelier de Lacanau, 1857

Fig. 6 – Atelier de Lacanau, 1857

Source : cité par Duparc, 1983

23Lorsque les peuplements ont plus de sept ans, les chantiers sont remis à l’administration des Forêts qui dispose de la totalité des nouveaux boisements sur les terres domaniales dès 1862. Le boisement des dunes modernes, achevé en 1876, va figer leur morphologie et assécher les lettes autrefois inondées en hiver.

24Le domaine forestier de Lacanau reste d’un point de vue foncier très morcelé et l’État cède une partie des dunes pour la création de la station balnéaire Lacanau-Océan, simple projection sur le littoral du bourg ancien de Lacanau.

2. La dune littorale : une protection pour la forêt nouvellement plantée

25Le transit éolien à partir des plages reste important car l’érosion marine libère du sable qui est remobilisé par les vagues, les courants et par les vents lorsque l’estran est asséché entre deux marées. Pour protéger la forêt nouvellement plantée, il fallait arrêter ce sable avant qu’il n’atteigne la lisière forestière.

26Des palissades vont jouer le rôle de brise-vent et modifier les dynamiques naturelles. Elles sont mises en place selon les instructions de Goury, ingénieur des Ponts et Chaussées, qui préconise de favoriser un profil de dune comportant un versant en pente douce (20 %) du côté de l’océan, un plateau sommital (de pente inférieure à 5 %) et une pente plus forte (60 %) vers l’intérieur des terres, ce qui correspond à la pente d’équilibre des sables (32 °). Pour obtenir ce profil (fig. 7), il faut capter le sable en provenance de la plage par des palissades que l’on rehausse au fur et à mesure de l’accumulation. Les travaux, réalisés au début par le service des Ponts et Chaussées, sont poursuivis par l’Administration forestière. Après 1862, ce sont les Eaux et Forêts qui en assurent la gestion.

Fig. 7 – Profil de la dune littorale et principe de mise en place selon Goury

Fig. 7 – Profil de la dune littorale et principe de mise en place selon Goury

Source : en partie d’après Grandjean, 1896

27En fait, le profil de la dune littorale, imaginé par Goury (1827), évolue inévitablement sous l’action des dynamiques naturelles. L’érosion marine et éolienne montre très vite le caractère illusoire de cette dune littorale calibrée. Lors des tempêtes, la dune est attaquée et l’enlèvement d’un prisme sableux amène la formation de falaises. Le vent ouvre des brèches et creuse des cuvettes de déflation. Des gardes cantonniers sont affectés dans les dunes (un pour 5 km de littoral) mais les deux guerres affectent l’entretien tandis que la construction du Mur de l’Atlantique conduit à une topographie chaotique de la dune littorale. Après la Deuxième Guerre mondiale, les travaux sont relancés avec des remodelages mécaniques.

III – Poursuite de l’érosion marine et recul du trait de côte

28Depuis le XVIIIe siècle, l’évolution du rivage peut être évaluée sur la côte de Lacanau par comparaison entre différents documents (fig. 8). Si la carte de Masse (1708) ne peut pas être considérée comme totalement fiable, les cartes du conseil général (1875), la carte d’État-Major (1935), les documents récents de l’IGN (cartes topographiques et photographies aériennes) ont permis après géoréférencement de mesurer les mouvements du trait de côte. Une partie des blockhaus du Mur de l’Atlantique, initialement construits sur la dune et aujourd’hui basculés sur l’estran ou immergés, sont les témoins visibles du recul du rivage. Cette évolution traduit la persistance d’un bilan sédimentaire global déficitaire depuis plusieurs siècles (Paskoff, 1998 ; Prat, 2010).

Fig. 8 – Évolution du trait de côte du XVIIIe siècle à nos jours

Fig. 8 – Évolution du trait de côte du XVIIIe siècle à nos jours

1. Une évolution irrégulière dans le temps et dans l’espace

29Les temps forts de l’érosion sont séparés par des périodes de répit, voire d’accrétion. Pendant l’hiver 1903-1904, de violentes tempêtes modifièrent profondément le trait de côte sur tout le littoral médocain. De même, de 1914 à 1915, le rivage a reculé à Lacanau-Océan de 10 à 15 m vers l’intérieur et sur 6 km. En 1924, c’est selon Buffault un « raz de marée » qui a dévasté la côte girondine. La dune a été ultérieurement reprofilée mais elle subit de telles transformations en fonction des dynamiques marine et éolienne que très vite le bourrelet dunaire littoral n’est plus régulier.

30Le bilan sur de plus longues périodes permet d’évaluer la tendance générale. Un même secteur de côte passe par des phases d’érosion marine active et des phases de répit voire d’accrétion, traduisant le passage le long du littoral de bancs sédimentaires (Prat et Salomon, 1997).

31Entre 1875 et 2004, le recul est de 290 m à 3 km au nord de Lacanau-Océan mais dans la période précédente (1708-1875) il y aurait eu accrétion (+ 161 m). Entre 1875 et 1935, la côte aurait faiblement reculé (environ 28 m). Au total, le bilan depuis le XVIIIe siècle serait un recul d’environ 129 m.

32Dans la partie centrale, au niveau de la station balnéaire, à une phase de recul entre 1708 et 1875 (130 m), a succédé une phase d’accrétion entre 1875 et 1935 (65 m) suivie d’un nouveau recul de 145 m entre 1935 et 2004. Au final, le bilan global est un important recul estimé à environ 200 m depuis la carte de Masse et de 80 m depuis 1875.

33Au sud de Lacanau, au niveau de la maison forestière du Lion, après une phase d’accrétion évaluée entre 1708 et 1875 à 55 m, on enregistre un recul de 25 m entre 1875 et 1935 puis une certaine stabilité.

34Cette évolution différenciée situe le littoral de Lacanau entre le nord de la Gironde où le taux de recul est très élevé et la partie méridionale où la tendance à la stabilité sur le long terme est marquée.

35Les liens entre érosion marine et déflation/accumulation éolienne doivent être soulignés. L’érosion marine, en enlevant un prisme sableux aux dépens de la dune, fait naître une falaise sableuse. Sur cet abrupt, l’accélération de la vitesse du vent donne à celui-ci la compétence nécessaire pour entraîner le sable vers l’intérieur des terres. Mais contrairement à ce que l’on croyait au début du XXe siècle, le volume de sable perdu par érosion éolienne est nettement inférieur à celui entraîné par les vagues (Prat, 2002).

36Avec l’érosion et le recul du trait de côte, apparaissent sur les plages les débris végétaux et les souches d’arbres appartenant à d’anciennes forêts situées il y a quelques siècles à plusieurs kilomètres du rivage, tandis que sur l’estran démaigri les argiles marneuses compactes sont mises à nu.

2. Le choix de la résistance face à l’érosion marine

37À l’époque de Buffault, lorsque celui-ci parlait de « la marche envahissante des dunes vers l’est », le vent était considéré comme le facteur essentiel du recul du trait de côte. On croyait que fixer les sables permettrait d’arrêter le processus érosif. Il n’en a rien été.

38Dans les années 1970, la station de Lacanau-Océan a fait le choix de la défense lourde afin de poursuivre le développement touristique et maintenir une plage attractive. Elle s’appuie sur le Syndicat mixte de Lacanau créé en 1975. À partir de 1976, des protections longitudinales en bois puis des enrochements sont posés en haut de plage et progressivement étendus jusqu’en 1984 sur un linéaire de 750 m. Mais s’ils paraissent fixer le trait de côte au droit de la station, les travaux ont eu pour conséquence logique un démaigrissement de la plage, alors que celle-ci reste l’attraction essentielle pour une station balnéaire. Afin de capter du sable sur la plage, un premier épi est mis en place en 1986 au sud de la station et prolongé en 1988. Dès 1989, l’érosion marine montre l’inefficacité des travaux. La promenade piétonnière, le poste de secours et le restaurant Le Kayoc sont menacés.

39Malgré tout, l’urbanisation en front de mer se poursuit, avec des aménagements de promenades piétonnes, de parcs de stationnement, d’une esplanade et d’un belvédère.

40Dans les années 1990, la station recourt à des transferts de sable du bas estran vers le haut de plage, mais le budget sédimentaire le long du profil transversal, de la plage aux petits fonds, n’est pas modifié et reste déficitaire. L’érosion se poursuit.

41Un nouvel épi est construit au nord de la station en 1992. Les deux épis sont longs de 145 m et espacés de 300 m. Certes, l’estran s’engraisse au nord de la station mais à l’aval du deuxième épi, au sud, l’érosion s’intensifie et les enrochements sont prolongés vers le nord en 1993. La station est ainsi entrée depuis les années 1970 dans un engrenage de travaux de défense lourde (fig. 9) et coûteuse, équivalant sur vingt ans à plus d’un million d’euros financés par la commune et la Région Aquitaine.

Fig. 9 – Les travaux de défense lourde de la station balnéaire de Lacanau-Océan

Fig. 9 – Les travaux de défense lourde de la station balnéaire de Lacanau-Océan

42Au final, les impacts négatifs des ouvrages sont importants. On observe une aggravation de l’érosion devant les enrochements qui augmentent la réflexion des houles et accentuent leur pouvoir érosif. S’il y a accumulation au nord de l’épi, la plage a fortement démaigri au centre et au sud de la station. Le trait de côte au niveau de la plage centrale est fixé mais la poursuite de l’érosion au nord et au sud transforme la station en promontoire.

43Le fonctionnement du littoral ne peut plus bénéficier aujourd’hui que de la redistribution des sables arrachés par la mer aux plages et aux dunes, et des apports des fleuves. Or, les matériaux apportés au niveau de la Gironde sont très fins, essentiellement des limons et des vases. D’autre part, la dérive littorale est orientée du sud-ouest vers le nord-est au nord de la pointe de la Négade (fig. 1), ce qui ne permet pas au littoral aquitain situé au sud de cette pointe de bénéficier des apports de la Gironde.

44Si la dune côtière peut jouer un rôle de réserve de sable et amortir l’érosion marine, elle ne peut s’y opposer. En l’absence d’aménagements durs, le maintien des relations entre la plage et la dune permet de ralentir le rythme d’érosion mais non de le stopper dans un contexte de pénurie sédimentaire. Lorsque les liaisons plage-dune sont préservées, le recul du trait de côte s’accompagne d’un mouvement vers l’est de la dune bordière qui roule sur elle-même.

IV – Une nette évolution dans la gestion des dunes

1. Des dunes littorales très dégradées dans les années 1960-1970

45La dune bordière a été entretenue dans l’entre-deux-guerres mais elle était fortement dégradée au lendemain du second conflit mondial en raison de l’absence d’entretien et de la construction des blockhaus. Elle continue d’évoluer surtout lors des fortes tempêtes, particulièrement nombreuses dans les années 1960 et 1970. L’érosion marine est responsable du recul du versant externe de la dune, et la formation d’une falaise sableuse accélère la vitesse du vent en haut de l’escarpement ce qui accentue l’érosion éolienne. Celle-ci se traduit par la formation de brèches, couloirs, siffle-vent et l’évolution par déflation-transit du plateau sommital de la dune littorale. Dans les années 1970, la dune bordière est fragmentée (fig. 10) par les siffle-vent, tandis que le plateau tend vers la dévégétalisation et que les cuvettes de déflation ou caoudeyres deviennent coalescentes. Le développement du tourisme accélère l’évolution régressive de la dune par la multiplication des cheminements anarchiques et le piétinement. À l’arrière, des langues de sable ou pourrières s’étalent dans la lette et menacent les habitations. La dune littorale ne remplit plus sa mission première de protection de l’arrière-pays.

Fig. 10 – Évolution des dunes littorales sous l’influence des dynamiques naturelles

Fig. 10 – Évolution des dunes littorales sous l’influence des dynamiques naturelles

Source : modifié d’après Barrère, 1990

46À partir de 1975, la construction de l’Océanide a été accompagnée d’un remodelage de la dune (1975-1982), puis de sa stabilisation par une couverture végétale et la pose en pied de dune d’un rideau de rondins de bois. Des murets de bois sont construits au niveau du Kayoc mais ils sont inefficaces face à l’énergie des houles.

47La situation d’urgence est proclamée en 1982. Devant la plage démaigrie et la dune bordière disloquée, la ville de Lacanau a choisi d’établir des protections dures dont les effets pervers ont été démontrés. La dune est reprofilée en 1985 puis fixée par une couverture de brandes et des plantations d’oyats, mais les problèmes demeurent pour la dune Labat qui était propriété privée. En 1985, la falaise est à ce niveau coupée de siffle-vent localisés sur les chemins d’accès à la plage, avec à l’arrière des pourrières qui menacent les habitations.

48D’autres secteurs sont également en mauvais état, comme la dune de la Rousse qui a connu une forte érosion dans les années 1970. La falaise est entaillée par des caoudeyres frontales, et sur le plateau la topographie est chaotique. La couverture végétale tend à disparaître tandis qu’à l’arrière l’abrupt d’envahissement progresse vers l’intérieur des terres et le saupoudrage de sable entraîne la régression de la végétation de dune grise et menace la lisière forestière.

49Depuis les années 1980, les études scientifiques (Laboratoire de géographie physique appliquée-LGPA, université de Bordeaux III, Pierre Barrère) ont permis d’avoir une meilleure connaissance de la dynamique dunaire et la collaboration avec le service littoral de l’Office national des forêts a conduit à un changement d’orientation dans la gestion des dunes.

2. Un contrôle souple de la dynamique dunaire

50Les reprofilages de dunes ont été abandonnés. Réalisés au bulldozer avec la recherche d’un hypothétique profil « idéal » et une mise à blanc de la dune, ils conduisaient à une perte de la végétation et de la diversité géomorphologique. Le contrôle de la dynamique dunaire doit, au contraire, être souple de manière à modérer les actions de la mer et du vent tout en maintenant une certaine mobilité des dunes littorales, source de diversité géomorphologique et végétale. Tout remodelage massif doit être évité et la recherche d’un profil aérodynamique de la dune et sa végétalisation doit permettre de ralentir le mouvement des sables vers l’intérieur des terres.

51Le plan de sauvetage proposé et mis en œuvre par l’ONF à Lacanau répond à ces objectifs. La mise en place de plans-plages au nord et au sud de la station balnéaire va également dans le sens d’un meilleur accueil du public, tout en améliorant sa sécurité et l’environnement.

52La pose de grillages à mouton permet d’éviter le piétinement et les touristes sont canalisés grâce à des caillebotis. Sur la dune littorale, l’emploi d’engins reste limité à quelques opérations pour écrêter la falaise et redonner les sables à l’estran, combler les caoudeyres et les siffle-vent. Quelques gros tucs (bossellements) sont arasés et des ganivelles (brise-vent) sont installées à l’arrière du plateau. En 1985, une couverture de genêts est posée sur le plateau puis des oyats sont plantés sur l’ensemble du secteur (1986-1987). D’autres travaux portent sur la lisière et les cuvettes de déflation dans la dune grise : pose de branchages et de brise-vent, plantation de jeunes pins en lisière.

53En 1998, l’expropriation de la dune Labat permet à l’ONF de prendre en charge sa gestion. Les mêmes principes, évoqués ci-dessus, y sont appliqués de manière à modérer le transit sableux afin de protéger les habitations à l’arrière.

54Le profil actuel des dunes de Lacanau découle donc de ces différents héritages :

  • celui de la dynamique marine avec la formation de falaises sableuses ;

  • celui de la dynamique éolienne (brèches, couloirs et siffle-vent, avec à l’arrière des langues sableuses) ;

  • celui des différentes étapes de la gestion (reprofilage, écrêtage, colmatage, plantations).

3. Vers une gestion multifonctionnelle des dunes littorales

55Si la protection contre le risque d’ensablement reste essentielle, d’autres objectifs sont aujourd’hui assignés aux dunes littorales. Les interventions actuelles recherchent l’accompagnement des dynamiques naturelles qui favorisent une mosaïque de milieux tout en limitant les effets négatifs sur les installations humaines.

56L’évolution de la végétation est liée au recul du rivage et aux modifications de la dynamique éolienne. Après un reprofilage et la plantation d’oyats, la dune présente une certaine monotonie végétale avec l’oyat (Ammophila arenaria) et son cortège de plantes psammophiles (panicaut, euphorbe, liseron). Mais cette végétation de dune blanche permet un certain contrôle des mouvements de sable et protège l’arrière-pays de l’ensablement. À l’arrière, dans la lette et en situation d’abri, la dune grise peut prospérer. Elle est plus dense et plus riche en espèces. L’immortelle des sables y domine (Helichrysum stoechas), témoignant de la stabilité du substrat car elle ne supporte pas l’arrivée de sables même en saupoudrage.

57Toutefois, avec l’érosion marine, la dune est entaillée à l’ouest en falaise ce qui accélère les effets de la dynamique éolienne en sommet de falaise tandis que sur le plateau se forment des bossellements. On observe alors une diversification géomorphologique avec une progression du sable vers l’arrière accompagnée par les plantes de la dune blanche. Avec le saupoudrage de sable dans la lette se développe une dune grise de transition. La recherche de cette diversité géomorphologique et végétale constitue un nouvel objectif de gestion (Favennec, 2007).

58Aujourd’hui, les attentes de la société sont différentes de ce qu’elles étaient au XIXe siècle. De nouvelles valeurs, patrimoniale et paysagère, ont émergé. Les milieux dunaires, par la variété des paysages mais aussi par les habitats qu’ils présentent, font partie des éléments attractifs du littoral, associés aux plages. Leur patrimoine biologique est particulièrement riche, croissant de la plage vers l’intérieur des terres, en fonction d’un gradient de salinité, de vent et de mobilité du sable qui décroît avec l’éloignement du rivage. La richesse et la diversité des arrière-dunes notamment sont à prendre en compte (Géhu, 1997).

59Les communautés végétales les plus nombreuses et les plus intéressantes sont en arrière de la dune littorale dans les zones de transition dune blanche / dune grise et dans la dune grise. Là se trouvent également les espèces rares et menacées. La valeur patrimoniale de ces milieux dunaires est aujourd’hui reconnue et certaines espèces sont protégées (flore et faune). Les dunes grises sont inscrites sur la liste des habitats prioritaires au niveau européen (code Natura 2000 : 2110). Il faut donc tenir compte de ces exigences dans la gestion des dunes non boisées et favoriser une mosaïque de milieux de la plage à la forêt qui permette le maintien de la biodiversité tant végétale qu’animale.

60La recherche d’une biodiversité optimale doit également permettre d’éviter une banalisation des paysages dunaires vers laquelle pourraient tendre les plantations monospécifiques. Elle répond aussi aux attentes des citadins à la recherche de « paysages de nature » variés. La nécessité de conserver une dune grise riche et suffisamment large exclut les reboisements dans les lettes grises et impose de canaliser la fréquentation pour éviter l’ouverture de cheminements anarchiques et pour ne pas gêner les processus d’adaptation et de régénération de la végétation. Avec une érosion marine chronique, il est important de faciliter la translation vers l’intérieur des terres de la succession la plus complète possible des faciès écodynamiques.

Conclusion

61Dans un contexte de pénurie sédimentaire et avec l’élévation du niveau marin le recul du trait de côte est inéluctable. Face à cette réalité, les mentalités évoluent depuis quelques années. Après la lutte acharnée et coûteuse contre l’érosion marine est venue la prise de conscience du caractère vain de ce combat. Le GIP Littoral aquitain, créé en 2007, vient de lancer à la fin de 2009 une étude qui va dans un premier temps porter sur quelques sites du littoral aquitain dont celui de Lacanau. L’objectif est d’évaluer les enjeux pour pouvoir mener l’analyse coût / avantages des différentes solutions possibles y compris celle du recul stratégique.

62La gestion actuelle des milieux dunaires tient déjà compte du caractère inéluctable du recul du trait de côte. Le concept de « profil idéal » a été abandonné. L’accompagnement des dynamiques naturelles est favorisé de manière à assurer le maintien, de la plage à la forêt, d’une succession complète de groupements végétaux, hors des secteurs déjà urbanisés. Il s’agit de faciliter l’adaptation de la végétation aux modifications des conditions de salinité, de vent et de mobilité du sable qui accompagnent logiquement le recul du rivage. La préservation d’une mosaïque paysagère présente aussi un attrait supplémentaire pour les touristes et, tout en assurant le maintien de la biodiversité, elle permet une meilleure résilience face aux perturbations naturelles et anthropiques.

Haut de page

Bibliographie

Barrère P., Mémento technique des dunes du littoral aquitain, Office national des forêts, 1990.

Barrère P., Atlas des types de dunes du littoral aquitain, Office national des forêts, 1990.

Bastère C., L’impact des tempêtes sur la Côte aquitaine, TER de Géographie, LGPA, université de Bordeaux 3, 1999.

Cassou-Mounat M., La vie humaine sur le littoral des Landes de Gascogne, thèse de doctorat d’État, 1975, 672 p.

Clarke M. L., Rendell H., Pye K., Tastet J.-P., Pontee N. I., Massé L., “Evidence for the timing of dune development on the Aquitaine coast, southwest France”, Zeitschrift für Geomophologie Supplementbände, 116, 1999, p. 147-163.

Clarke M. L., Rendell H., Tastet J.-P., Clavé B., Massé L., “Late-Holocene sand invasion and North Atlantic storminess along the Aquitaine coast, southwest France”, The Holocene, vol. 12, no 2, 2002, p. 231-238.

Clus-Auby C., La gestion de l’érosion des côtes : l’exemple aquitain, Presses universitaires de Bordeaux, 2003, 255 p.

Duffart C., « Nouvelle preuve de l’existence de baies ouvertes sur le littoral gascon pendant les temps quaternaires », Bulletin de géographie historique et descriptive, Imprimerie nationale, Paris, 1902, p. 149-154.

Duparc J.-L., La restauration des dunes littorales de Gascogne, thèse, université de Bordeaux 3, 1983.

Favennec J., « Principes et évolutions de la gestion dunaire », Rendez-vous techniques, no 17, Office national des forêts, 2007.

Froidefond J.-M., Méthode de géomorphologie côtière. Application à l’étude de l’évolution du littoral aquitain, coll. « Mémoires de l’Institut géologique du bassin d’Aquitaine », no 18, Bordeaux-IGBA, 1985, 273 p.

Géhu J.-M., « Phytodiversité et intérêt patrimonial de la végétation des dunes littorales françaises », in Favennec J. (dir.), Biodiversité et protection dunaire, Lavoisier, collection « Technique et documentation », Paris, 1997.

Gensous B., Contribution à l’étude des sédiments meubles superficiels du plateau continental aquitain, thèse de 3e cycle, université de Bordeaux 1, 1971, 58 p.

Lamb H. H., Climate, history and the modern world, London Routledge, 1995, 433 p.

Lorin J., Migniot C., Évolution du trait de côte du littoral aquitain. Mission de contrôle, MIACA, 1986, 28 p.

Manaud F., L’Yavanc J., Nègre S., Tougeron C., Trut G., Élaboration d’un outil de gestion prévisionnelle de la Côte aquitaine. Phase 3, rapport IFREMER DEL-AR, 2001.

Masse C., Mémoire de 1715, tome I, bibliothèque de La Rochelle, 1715, 260 p.

Paskoff R., Les littoraux. Impact des aménagements sur leur évolution, Masson et A. Colin, Paris, 1998, 260 p.

Prat M.-C., « La théorie de la pénurie sédimentaire appliquée au sud-ouest de la France », in Duvat V. (coord.), Livre d’hommage à Roland Paskoff (à paraître).

Prat M.-C., « Transferts sableux, échanges entre plage et dune, bilan sédimentaire », in Favennec J. (dir.), Connaissance et gestion durable des dunes de la côte atlantique, Office national des forêts, 2002, p. 37-49.

Prat M.-C., Salomon J.-N., « L’évolution récente du littoral charentais : lignes de rivage et systèmes dunaires », Quaternaire, vol. 8, no 1, 1997.

Ribatet G., L’évolution du trait de côte sur le littoral atlantique à l’époque historique de la Seudre à l’Adour, mémoire de Maîtrise, LGPA, université de Bordeaux 3, 1996, 99 p.

Haut de page

Notes

1 BP : Before Present, c’est-à-dire « avant le présent », est un terme utilisé en archéologie. Alors que les dates historiques et protohistoriques sont exprimées par rapport à la naissance du Christ au début de l’ère chrétienne, celles du Paléolithique sont présentées par rapport à 1950 du calendrier grégorien, qui est la date de référence pour le radiocarbone (14C). (NDLR)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Contexte général du terrain d’étude
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1406/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 2 – Évolution de la Côte aquitaine depuis la fin de l’ère quaternaire
Crédits Source : d’après Gensous, 1971
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1406/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 3 – Carte de 1604 de Salomon Rogers, d’après Hondius au XVIe siècle
Crédits Cartographie : T. Auly, LGPA, UFR de géographie et d’aménagement
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1406/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 4 – Carte de Masse de 1708
Crédits Cartographie : T. Auly, LGPA, UFR de géographie et d’aménagement
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1406/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 5 – Les différentes générations de dunes à Lacanau-Océan
Crédits Source : modifié d’après Cassou-Mounat, 1975
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1406/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Fig. 6 – Atelier de Lacanau, 1857
Crédits Source : cité par Duparc, 1983
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1406/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Fig. 7 – Profil de la dune littorale et principe de mise en place selon Goury
Crédits Source : en partie d’après Grandjean, 1896
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1406/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 8 – Évolution du trait de côte du XVIIIe siècle à nos jours
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1406/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 884k
Titre Fig. 9 – Les travaux de défense lourde de la station balnéaire de Lacanau-Océan
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1406/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 10 – Évolution des dunes littorales sous l’influence des dynamiques naturelles
Crédits Source : modifié d’après Barrère, 1990
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1406/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 422k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Claire Prat et Teddy Auly, « L’évolution du littoral médocain à Lacanau »Sud-Ouest européen, 29 | 2010, 53-64.

Référence électronique

Marie-Claire Prat et Teddy Auly, « L’évolution du littoral médocain à Lacanau »Sud-Ouest européen [En ligne], 29 | 2010, mis en ligne le 24 février 2016, consulté le 27 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/soe/1406 ; DOI : https://doi.org/10.4000/soe.1406

Haut de page

Auteurs

Marie-Claire Prat

Laboratoire de géographie physique appliquée (LGPA), UMR 5222 « Europe, Européanité, Européanisation » (EEE), université de Bordeaux.

Teddy Auly

Laboratoire de géographie physique appliquée (LGPA), UMR 5222 « Europe, Européanité, Européanisation » (EEE), université de Bordeaux.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search