Navigation – Plan du site

Le Tourisme social et associatif : illusion entretenue ou contexte singulier ?

Social and associative tourism: a maintained illusion or a peculiar context?
El turismo social y asociativo : ¿ilusión sustentada o contexto singular ?
Luc Greffier
p. 65-76

Résumés

Le tourisme social agrège des opérateurs associatifs, des comités d’entreprise et des collectivités territoriales qui proposent, parfois selon des modalités d’accès particulières, différentes formes d’hébergement touristique. Ces opérateurs, souvent engagés dans des projets ayant pour finalité la mise en œuvre du droit aux vacances pour tous, ont parfois des difficultés à faire reconnaître leur spécificité au sein du champ général du tourisme. L’article tente de définir les contours du tourisme social et présente les éléments qui structurent les métiers du tourisme social et plus précisément ceux de l’animation.

Haut de page

Texte intégral

1Le tourisme social, mouvement émergent des revendications populaires du droit aux vacances et aux loisirs pour tous, porté par de nombreuses organisations ouvrières, de jeunesse et d’éducation populaire, s’est développé dans la seconde partie du XXe siècle à partir d’équipements permettant l’organisation d’activités touristiques en réponse aux besoins socio-éducatifs des publics concernés. Auberges de jeunesses, campings, foyers communautaires, maisons familiales, villages de vacances, etc., étaient alors considérés comme des supports permettant d’assouvir des envies de nature et de liberté, de plein air, de soleil et de mer. Il s’agissait principalement de faciliter l’accès aux vacances de primo-partants, d’accompagner un processus d’acculturation vers un univers totalement inconnu où ces véritables défricheurs du tourisme populaire avaient tout à apprivoiser : paysages, bien sûr, mais également style de vie, codes de conduites, matériels, vêtures…

2Ce paradigme culturel du tourisme social s’est trouvé confronté au cours des années 1970 et 1980 à un contexte de crise économique, accentué pour ce secteur par un repositionnement des prescripteurs sociaux qui participaient à son financement vers d’autres espaces d’interventions tels que le soutien aux activités économiques et le soutien aux personnes en difficulté. Cette situation a conduit les opérateurs du tourisme social, au péril de leur survie, à passer d’un mode de production artisanal à une structuration organisationnelle de type industriel (Lanquar et Raynouard, 1995). La dilution du tourisme social dans le champ général du tourisme a dès lors très souvent été invoquée pour annoncer sa disparition.

3Les années 1990 et 2000, après une phase de recomposition et de stabilisation des acteurs, ont été celles d’un renouvellement, d’un élargissement et d’une segmentation du concept. En effet, le tourisme social a été rattrapé par une multitude d’appellations qui, tout en se distinguant de la notion originelle, sont venues réactualiser une terminologie souvent perçue comme désuète sans pour autant être inutile ou dépassée. Ainsi certaines des préoccupations sociales et environnementales fortes défendues par les opérateurs historiques du tourisme social se matérialisent au travers de néo-appellations telles que : tourisme solidaire, tourisme équitable, tourisme durable, tourisme d’aventure, tourisme culturel, tourisme de découverte, tourisme participatif, tourisme citoyen, tourisme alternatif, ethno-tourisme, écotourisme…

4Alors que la loi de développement et de modernisation des services touristiques votée le 22 juillet 2009, dans une volonté annoncée de simplification de la réglementation applicable aux opérateurs touristiques, fusionne les quatre régimes d’autorisation (la licence pour les agents de voyages, l’autorisation pour les organismes locaux du tourisme, l’agrément pour les associations et l’habilitation pour les professionnels du tourisme qui exercent cette activité de façon non exclusive) en un seul régime déclaratif, il semble nécessaire de réaffirmer la réalité du tourisme social et associatif qui, de fait, vient ici de perdre l’une de ses caractéristiques identitaires, et sûrement pas la moindre. Pour ce faire, nous présenterons dans un premier temps un état des lieux des équipements et des activités proposées par les acteurs de l’économie sociale, nous évoquerons dans un deuxième temps leur particularité en termes de dynamiques territoriales, puis traiterons dans un troisième temps leur singularité au regard de l’emploi tout en ayant une attention particulière pour ce qui concerne les fonctions d’animation.

I – Quelques points de repères concernant le tourisme social

5Quantifier le nombre d’établissements ou de lits du tourisme social est un travail difficile tant les opérateurs et les équipements sont disparates et nombreux : les chiffres qui dénombrent les capacités d’accueil sont multiples et oscillent en fonction des documents de référence entre 500 000 et 800 000 lits, parfois même 900 000 lits toutes structures confondues (Froidure, 1997) (tabl. 1).

Tableau 1 – Répartition de l’offre d’hébergement touristique en France (2001)

Nombre de lits

Taux

tous secteurs confondus

Taux hors

résidences secondaires

Résidences secondaires (hors résidences

principales)

13 000 000

70,65 %

Offre « commerciale »

4 500 000

24,46 %

83,33 %

Offre « du tourisme social »

900 000

4,89 %

16,67 %

Offre touristique totale hors « résidences

secondaires »

5 400 000

29,35 %

100,00 %

Offre touristique totale

18 400 000

100,00 %

Source : Répartition évaluée d’après les données de la Direction du tourisme et de l’UNAT

6L’offre produite par les opérateurs du tourisme social représente 4,89 % de l’ensemble des lits touristiques nationaux, ce qui place le secteur en quatrième position de l’offre d’hébergement touristique (Chauvin, 2002), derrière les résidences secondaire (70 %), les campings (14 %) et l’hôtellerie (14 %). Si l’on extrait de l’offre globale la part occupée par les résidences secondaires (secteur non-marchand), le tourisme social représente alors 16,7 % des lits touristiques. Cette offre est communément segmentée en deux sous groupes organisés en fonction du niveau d’accessibilité proposé. C’est ainsi que l’on repère une offre banalisée créée par les associations de tourisme avec l’aide des fonds publics ou sociaux et accessible à tous, et l’offre corporatiste développée par les comités d’entreprise et structures assimilées dont l’accès reste souvent limité à l’usage des mandants des organisations.

  • 1 Fondée en 1920 à l’initiative de l’Automobile club de France, du Club alpin français et du Touring- (...)

7L’offre produite par le secteur du tourisme social banalisé peut être elle-même segmentée en trois types d’équipements distingués en fonction du public qu’ils accueillent (familles, jeunes, enfants) ou de leurs activités (centres sportifs, centres de santé, etc.). Une partie de cette offre d’hébergement de vacances est gérée par des opérateurs affiliés à l’Union nationale des associations de tourisme et de plein air (UNAT)1 qui revendique un rôle de tête de réseau ainsi qu’une fonction représentative du secteur. En 2005, cette union rassemblait au niveau national 1 402 équipements pour une capacité d’accueil de plus de 240 000 lits, soit environ 30 % du potentiel d’hébergement du tourisme associatif. Les adhérents de l’UNAT, présents sur l’ensemble du territoire français, avaient accueilli au cours de cette même année plus de 5,7 millions de personnes soit 38 millions de journées vacances pour un chiffre d’affaires estimé à environ 1,5 milliards d’euros.

  • 2 Le Nouvel Économiste du 10 septembre 2009, no 1488, Claire Ageneau.

8Le secteur du tourisme social corporatif, non-banalisé, est représenté par les 26 000 comités d’entreprise (dans toute entreprise de plus de 50 salariés relevant du droit privé) auxquels sont assimilés les 4 000 comités des œuvres sociales, comités d’actions sociales ou amicales du personnel (dans toute structure relevant du droit public). Les comités d’entreprise et assimilés sont des institutions représentatives du personnel qui concernent environ 11 millions de salariés (soit entre 20 et 30 millions d’ouvrants droit) et qui disposent de prérogatives spécifiques pour la gestion des activités sociales, dont celles relatives aux vacances et aux loisirs des salariés, de leur famille et des retraités de l’entreprise. Le volume économique des activités sociales gérées par ces organismes est évalué (données Salon CE-UniStatis2) à plus de 15 milliards d’euros dont 7,5 milliards sont induits par la participation des salariés, 57 % de ce volume économique étant consacrés au tourisme et aux loisirs. Cependant, l’absence à ce jour et à notre connaissance d’un organisme fédérateur de l’ensemble des activités touristiques réalisées par les comités d’entreprise rend très difficile le traitement analytique ainsi que l’actualisation de ces données globales.

9Les deux secteurs du tourisme social, associatif banalisé et corporatif non-banalisé, sont présents en Aquitaine. Le secteur associatif est représenté par l’UNAT Aquitaine, créée le 31 janvier 1986 à l’initiative de l’Union nationale. En 2010, cette UNAT régionale fédère 26 associations qui gèrent un total de 72 installations, soit plus de 14 000 lits répartis pour 79 % en villages de vacances, 9 % en centres de vacances, 5 % en centres sportifs, 5 % en centres d’accueil de jeunes et 2 % en campings et autres formes d’hébergement (fig. 1).

Fig. 1 – Les installations des adhérents de l’UNAT Aquitaine

Fig. 1 – Les installations des adhérents de l’UNAT Aquitaine

Source : UNAT, février 2010

10La distribution régionale de ces hébergements révèle (en février 2010) une forte disparité entre les départements : 33 % des établissements sont situés dans les Pyrénées-Atlantiques, 31 % en Gironde, 15 % dans les Landes, 11 % dans le Lot-et-Garonne, et 10 % en Dordogne.

  • 3 Enquête de Marina Barrau pour le compte de l’UNAT Aquitaine (1994) in supplément Flash UNAT, no 85, (...)

11Le chiffre d’affaires généré par les établissements adhérents de l’UNAT Aquitaine atteignait en 2002 les 130 millions d’euros, ce qui représentait 10 % du chiffre d’affaires du tourisme associatif national3.

  • 4 Source : Agence nationale pour le chèque-vacances, 2003.

12De son côté, le tourisme social corporatif est représenté en Aquitaine par de nombreux comités d’entreprises nationales (SNCF, EDF, Air France, RATP, France Télévision, la Poste, l’Administration financière…) et par un potentiel de plus de 600 comités issus d’entreprises régionales4. Certains de ces comités sont engagés dans la gestion directe de villages de vacances, d’appartements, de gîtes, ou de campings, d’autres gèrent des allotements auprès d’opérateurs associatifs ou privés, ou aident plus directement leurs mandants à partir en vacances. L’Aquitaine, avec une offre correspondant à 11,7 % des lits nationaux, est la troisième région française derrière le Languedoc-Roussillon et la Provence-Alpes-Côte-d’Azur au titre de la capacité en hébergements collectifs offerte par l’ensemble des comités d’entreprise propriétaires.

  • 5 Tourisme social et associatif en Aquitaine, CRP Consulting, mai 2003.
  • 6 Annuaire des associations de tourisme, UNAT et UNAT Aquitaine, 2002.
  • 7 Bilan de la saison touristique, région Aquitaine et INSEE Aquitaine, 1998.

13Le tourisme social, nettement organisé autour des vacances familiales, a fait du village de vacances un équipement emblématique (43 % des établissements de l’UNAT nationale sont des villages de vacances, 79 % des lits gérés par les adhérents de l’UNAT Aquitaine sont implantés en villages de vacances). Les données régionales aquitaines concernant ce type d’établissement sont fournies par différentes études dont celle de CRP Consulting5 (2002), celle de l’UNAT régionale6 (2001) et celle de l’INSEE / CRT7 (1998). Selon l’étude CRP Consulting, la région accueillait plus de 34 000 lits classés répartis au sein de 104 villages de vacances : 57 d’entre eux étaient gérés par le secteur associatif (24 000 lits, soit 71 % de l’offre), 15 étaient gérés par le secteur corporatif (5 000 lits, soit 14 % de l’offre), une trentaine d’établissements étaient également gérés par le secteur privé (6 000 lits, soit 15 % de l’offre). En complément de ces données, l’étude de l’INSEE / CRT proposait une lecture spatiale de la distribution des villages de vacances. Ces établissements étaient fortement concentrés sur le littoral atlantique et particulièrement sur quatre pôles : Seignosse (4 200 lits), Carcans-Maubuisson (3 000 lits), Souston (1 364 lits) et Hourtin (1 200 lits).

II – Le tourisme social et associatif et la médiation territoriale

14Le tourisme social s’est construit en France en combinant des soutiens divers provenant des pouvoirs publics d’une part et des actions conduites par des militants d’autre part. Institutionnalisé à l’échelle européenne en 1963 par la création du Bureau international du tourisme social (BITS), il est considéré à l’époque en France comme un vecteur d’accompagnement des politiques économiques.

15En 1972, la charte de Vienne, adoptée par l’assemblée générale du BITS, présentait le tourisme et plus particulièrement le tourisme social comme « un moyen d’épanouissement et de maturation humain ». Le contexte politique de la fin des années 1980, la montée en puissance du libéralisme économique, la baisse conséquente des subventions vont engendrer une évolution profonde du tourisme social qui se donnera en 1996 un nouveau cadre idéologique avec la déclaration de Montréal. Cette déclaration revendiquait un tourisme qui concilie le « développement touristique, la protection de l’environnement et le respect de l’identité et de la population locale » dans une démarche d’aménagement de sites « avec la volonté de ne pas en dilapider les ressources ».

16Du point de vue statutaire, la déclaration ouvrait le secteur du tourisme social au monde économique en précisant que « ce ne sont pas les statuts juridiques ou les procédures utilisées qui légitiment les opérateurs touristiques mais l’action qu’ils constituent au service d’objectifs clairement affirmés » (article 15). Ainsi,

  • 8 Déclaration de Montréal, 1996, Bureau international du tourisme social.

« toute entreprise de tourisme (association, coopérative, mutuelle, fondation, fédération, entreprise à caractère « non-profit », société…) dont l’acte fondateur ou l’objectif principal indique clairement poursuivre un projet d’intérêt général et rechercher l’accessibilité du plus grand nombre aux loisirs touristiques (se démarquant ainsi de la recherche du seul profit maximal) peut revendiquer son appartenance au tourisme social8 ».

17Soucieux d’affirmer leur « vision humaniste et sociale du tourisme », les membres du BITS réunis en assemblée générale à Aubagne au mois de mai 2006, ont adopté un addendum précisant la déclaration de Montréal sur dix points. Une attention particulière est portée sur la pertinence d’établir des formes de coopération et de partenariat avec « les associations locales de développement à but non lucratif, les organisations non-gouvernementales, les entreprises d’économie sociale et solidaire engagées dans des opérations de finances solidaires, de commerce équitable et de micro-crédit ». L’addendum précise également « qu’une gestion valorisante du personnel, conforme aux lois sociales, doit respecter les principes énoncés par l’organisation internationale du travail, les droits fondamentaux au travail et les conventions collectives en vigueur ».

18L’addendum attire également l’attention des opérateurs sur le fait que les actions de développement touristique doivent concerner les visiteurs et les visités, que les transactions économiques doivent permettre d’accroître les bénéfices et les retombées économiques pour les populations des pays d’accueil, que les populations des pays d’accueil doivent avoir accès aux bénéfices du tourisme, que l’accueil de groupes dont la dimension est adaptée doit éviter les impacts négatifs sur les environnements naturels et culturels, que les voyages sont des moments privilégiés de découverte d’autres environnements, d’autres personnes, et concourent à la réalisation du lien social.

19C’est cette volonté d’inscription territoriale forte qui a inspiré la focale du regard que nous avons porté sur des opérateurs du tourisme social et associatif en Aquitaine. Ces opérateurs, au-delà de leurs fonctions traditionnelles d’accueil, d’hébergement et de restauration, proposent d’assurer une fonction globale d’animation en articulant sur les lieux et dans le temps des vacances des projets inscrits dans une logique de développement des personnes et des territoires. La mise en œuvre de ce projet conduit les acteurs du tourisme social à jouer un rôle de médiation territoriale entre les vacanciers (en provenance de bassins distants d’émissions touristiques) et l’environnement de proximité dans lequel ils développent leurs pratiques de loisirs. Il s’agirait alors, pour reprendre l’expression de Pierre Py (2001), « d’inventer une double histoire d’amour, entre les hommes d’abord et entre les hommes et le territoire ensuite » mettant en œuvre l’utopie concrète, ici et maintenant, de la rencontre possible entre les figures symboliques d’une part du touriste en visite et d’autre part de l’autochtone accueillant.

20Afin d’étudier le niveau et la qualité de cette fonction de médiation territoriale défendue par les opérateurs du tourisme social comme un élément les distinguant du champ général du tourisme, nous avons engagé, en prenant appui sur le modèle d’analyse de la Formation socio-spatiale (FSS), une investigation centrée sur les villages de vacances gérés par des opérateurs du tourisme social en Aquitaine. Ce modèle d’analyse, développé par Guy Di Méo (1998), se propose d’observer les processus de construction territoriale de manière globale à partir de quatre instances constitutives du territoire : la géographie, l’économie, la politique et l’idéologie. C’est donc au travers de ces quatre filtres que nous sommes invités à poser un regard sur les villages de vacances considérés ici en tant qu’acteur agissant localement.

1. Le regard géographique

21Les opérateurs du tourisme social, souvent issus des mouvements d’éducation populaire, ont été dès le début des années 1960 engagés dans la politique d’aménagement du territoire, ce qui leur a permis d’élargir leur champ d’activités et leur territoire d’implantation géographique mais également de devenir des interlocuteurs privilégiés des pouvoirs publics. En Région Aquitaine, cela s’est traduit, au cours des années 1970, par une forte implantation de villages de vacances du tourisme social dans les unités principales d’aménagement touristiques (UPA) déterminées par la mission d’aménagement de la Côte aquitaine (MIACA), mais également par une implantation plus diffuse d’équipements sur des zones à faible pression touristique. C’est ainsi que l’on peut dire que les villages de vacances du tourisme social ont participé à la distribution spatiale du tourisme aquitain tout en « corrigeant » certains effets de concentration par des implantations d’équilibre soutenues par les collectivités territoriales. Cette double structure de localisation traduit de la part des opérateurs une démarche solidaire et citoyenne à l’échelle des territoires, que ce soit en réponse aux logiques planifiées d’aménagement ou de manière volontariste par des engagements en marge des grands pôles d’attraction touristique. Cette logique d’implantation sur des territoires d’équilibre, marquée par la nature des relations entretenues entre les opérateurs et les collectivités territoriales, s’inscrit souvent dans une perspective de développement local. Elle est pour ainsi dire révélatrice d’une forte contextualisation du projet de développement touristique dans une logique qui met en avant des dynamiques collectives basées sur la notion de « vivre-ensemble ». Le village de vacances est ici considéré comme un système ouvert sur son environnement naturel et social.

2. Le regard idéologique

22Les principaux leaders du tourisme social revendiquent une posture idéologique ancrée dans leur histoire et leur engagement militant pour la défense du droit aux vacances pour tous. Cette revendication particulière permet d’identifier les opérateurs à partir de valeurs qui les conduisent à mettre en œuvre des services touristiques dans une perspective éducative et de développement des personnes. Si l’ancrage historique des villages de vacances étudiés apparaît bien réel, l’actualité des opérateurs révèle par contre des positionnements très disparates. D’un point de vue idéologique, on peut dire que deux conceptions s’opposent : celle qui défend l’indépendance et l’autonomie des vacanciers, capables de faire leur choix dans une offre du tourisme social ouverte au marché (modèle anglo-saxon fondé sur la fourniture de prestations à faible coût low-cost), et celle qui considère que le tourisme social est un secteur à part entière, seul capable d’accompagner les politiques sociales du tourisme (modèle ouest-européen fondé sur un engagement réciproque de l’État et du secteur associatif). Pour ces derniers, le temps des vacances est chargé de sens et ne doit pas être laissé à une seule régulation par l’offre au risque de voir le rôle des acteurs sociaux réduit à celui d’une simple solvabilisation de la demande.

23Cette double proposition idéologique se traduit par une segmentation des opérateurs du tourisme social : d’un côté les tenants d’un engagement fort qui se cristallise par un positionnement politique et une revendication d’appartenance à un tourisme social éducatif, d’un autre côté, les tenants d’une approche plus commerciale qui mettent en avant le risque de stigmatisation du terme « social » et privilégient l’identification plus banalisée de tourisme associatif. Pour les premiers, cette seconde posture révèlerait une perte de l’engagement social et participerait à la dilution du tourisme social dans le champ général du tourisme.

3. Le regard économique

24L’observation des villages de vacances étudiés révèle que le pôle « vacances familiales » reste un des principaux secteurs d’activité du tourisme social devant le tourisme des jeunes et les classes de découverte, les séjours de groupes, les séjours de retraités, l’accueil de séminaires et de formations… Ce positionnement se traduit par une tendance au développement de la capacité d’hébergement en « formule gîte » au détriment des formules plus intégrées de type « pension complète ». Il s’agit là d’une évolution qui répond à une demande de liberté de plus en plus forte de la part des familles mais également à une contrainte de prix, liée à la réduction du volume des budgets familiaux de vacances. Cette situation interpelle fortement la logique historique du secteur qui s’inscrivait dans une perspective de produits « tout compris », libérant les vacanciers – et en premier lieu les femmes – des contraintes matérielles quotidiennes, en proposant des activités d’animation sans surcoût financier. Aujourd’hui encore, cette fonction d’animation familiale et enfantine apparaît essentielle et mobilise une part importante des chiffres d’affaires, comme si les mouvements verticaux générés par la fonction revendiquée de brassage social s’accompagnaient de phénomènes d’advection nécessitant des espaces et des activités de régulation. Cette dimension de régulation est également mise en œuvre d’un point de vue strictement financier : en effet, bien au-delà d’un principe de juste prix permettant de proposer des produits les plus performants possibles, ces opérateurs proposent souvent des systèmes de tarifications spécifiques, calculées sur la base de quotients familiaux.

4. Le regard politique

  • 9 Effectivement, les grands rêves d’autogestion collective d’équipements partagés de vacances ont som (...)
  • 10 Rapport du MEDEF : Pour que la France reste en tête, les recommandations de l’industrie touristique(...)

25La dimension politique se traduit ici par l’analyse des relations partenariales entretenues par les trois éléments interagissant sur le village de vacances : les vacanciers, les territoires et les villages de vacances eux-mêmes. De ce point de vue, les opérateurs du tourisme social défendent des intentions éducatives et des perspectives de médiation avec les territoires d’accueil touristique. Que ce projet apparaisse dépassé au regard de l’évolution des attentes des Français au sujet de leurs vacances9 ou que les opérateurs soient considérés comme des concurrents déloyaux10 (Espalioux, 2002), il n’en reste pas moins vrai que le tourisme social offre encore aujourd’hui la possibilité à des milliers de familles d’accéder à des vacances de qualité. En ce sens, nous défendons l’idée que le refus d’accepter une existence au tourisme social n’est qu’une forme de cécité à l’égard d’acteurs qui militent pour des pratiques touristiques fondées sur des valeurs de solidarité, de brassage social et de respect des hommes et des territoires, comme autant d’éléments de distinction des courants dominant le secteur touristique.

26Les responsables d’animation et les directeurs considèrent les publics en tant que vacanciers ou usagers, autonomes et libres de déterminer leur pratique d’activité et d’animation, dans le cadre proposé par le village de vacances ou à l’extérieur de celui-ci. La nature des projets pédagogiques proposés par les villages de vacances étudiés peut être analysée en fonction des positionnements des opérateurs : d’un côté, il y aurait des établissements marqués par le développement de prestations touristiques d’accompagnement ; d’un autre côté, il y aurait des établissements plus inscrits dans une libre découverte des territoires. Dans tous les cas, il semble que les opérateurs défendent une conception éducative des temps vacanciers, pour laquelle on peut noter ici un effet complexificateur lié à la pression touristique exercée sur les territoires d’accueil des villages de vacances, comme si le processus d’intégration ne pouvait exister que dans un contexte préservé des pratiques touristiques de masse.

27Pour conclure cette approche socio-spatiale, nous pouvons noter que la fonction essentielle de médiation territoriale jouée par les villages de vacances du tourisme social puise ses sources dans l’histoire des opérateurs, dans les valeurs véhiculées, dans leurs compétences et savoir-faire en particulier en matière d’animation. La rencontre entre « touristes et territoire d’accueil », loin d’être automatique du simple fait de la mise en présence des acteurs, semble être conçue comme un processus porté de manière volontariste par ces opérateurs touristiques. Les choix d’implantation, les formes d’aménagement retenues, les modalités d’organisation et de fonctionnement choisies tiennent une place essentielle dans les relations qu’entretiennent les équipements touristiques avec leur territoire d’accueil, mais ces relations sont soumises à une contingence essentielle qui concerne directement la question des personnels. Dans un contexte professionnel où la notion de service est prépondérante, il nous semble nécessaire maintenant d’aborder la problématique des métiers, problématique qui sera présentée d’abord de façon générale avant d’être focalisée sur l’animation.

III – Quel cadre pour définir les métiers du tourisme social ?

1. Éléments de définition des « structures employeurs »

  • 11 CCN, Titre 1er, Article 1 modifié par l’avenant 36 du 22/05/01.

28Le champ conventionnel du tourisme agrège, selon le ministère délégué au Tourisme, six branches professionnelles que l’on peut identifier à partir des différentes conventions collectives en exercice. Parmi ces six conventions collectives nationales, celle du tourisme social et familial caractérise l’activité de la branche qui rassemble des organismes qui exercent comme activité principale « l’exploitation de maisons familiales, de centres et villages de vacances mettant éventuellement à la disposition des touristes des services de restauration, de loisirs ou de sports et des installations sanitaires. À titre accessoire, ils peuvent exploiter des terrains de camping caravaning, des agences de voyages11 ».

Les conventions collectives nationales représentatives du champ du tourisme

• Convention collective du personnel des organismes de tourisme à caractère non lucratif, étendue par arrêté du 9 mars 1984 qui couvre le champ des offices de tourisme et syndicats d’initiative, des comités départementaux du tourisme, des gîtes ruraux et des stations de sports d’hivers communales (brochure no 3175) ;
• Convention collective du tourisme social et familial, étendue par arrêté du 30 juin 1986 (brochure no 3151) ;
• Convention collective du personnel des agences de voyages et de tourisme, guide accompagnateur étendue par arrêté du 21 juillet 1993 (brochure no 3061) ;
• Convention collective de l’hôtellerie de plein air, étendue par arrêté du 15 octobre 1993 (brochure no 3271) ;
• Convention collective des parcs de loisirs et d’attractions (parcs zoologiques exclus) étendue par arrêté du 25 juillet 1994 (brochure no 3275) ;
• Convention collective des hôtels, cafés restaurants (HCR) étendue par arrêté du 3 décembre 1997 (brochure no 3292).

(Source : ministère délégué au Tourisme)

29Plus précisément, les partenaires sociaux de la branche professionnelle du tourisme social et familial repèrent sept familles d’opérateurs caractérisés par la nature des activités qu’ils proposent et des publics qu’ils accueillent en priorité : les villages vacances et les maisons familiales de vacances (qui accueillent une clientèle familiale et de groupes : retraités, sportifs, séminaires), les centres d’accueil de jeunes et/ou de sportifs, les centres de vacances pour enfants et adolescents, les classes de découverte (mer, patrimoine, neige, environnement…) auxquelles sont associés les voyages scolaires, les activités de séjours linguistiques, les voyages pour adultes à l’étranger et enfin les associations relais n’ayant pas à titre principal une activité de production touristique (gestion d’hébergement ou voyagiste), mais dont le rôle d’éducation populaire, d’action sociale ou de regroupement d’usagers implique un soutien matériel, humain ou informationnel au voyage.

30Le champ d’application de cette convention collective nationale concerne les entreprises le plus souvent classées sous le code NAF 55-2E, les établissements dépendant d’organismes de tourisme social et familial et développant des activités à titre accessoire le plus souvent classés sous les codes NAF 55-2C et 63-3Z, et enfin les sièges sociaux et centres d’activité administrative des organismes associatifs visés ci-dessus, généralement référencés sous les codes NAF 74-1J et 91-3E. Cependant, ces codes NAF n’étant pas spécifiques aux établissements du tourisme social et familial, ceux-ci se retrouvent catégorisés parmi l’ensemble des établissements touristiques. Cette réalité statistique rend donc impossible de réaliser un quelconque recensement à partir de ces critères. À titre d’exemple, les fichiers INSEE identifiaient en 2005 plus de 74 000 établissements touristiques, les fichiers UNEDIC de la même année plus de 62 000 alors que la branche professionnelle, via les adhésions à l’OPCA Uniformation, comptabilisait quant à elle seulement 654 unités.

31Selon la branche professionnelle du tourisme social et familial, ces entreprises se distinguent de celles identifiées dans le champ général du tourisme par leurs finalités, à savoir « leur vocation à faciliter l’accès aux vacances au plus grand nombre de personnes, y compris au plus démunies ».

Répartition des établissements du tourisme social selon les données de la branche professionnelle

• 361

Hébergements touristiques

(code 55-2E) 

soit 55,20 %

• 129

Organisations associatives

(code 91-3E) 

soit 19,72 %

• 61

Exploitants de terrains de camping

(code 55-2C) 

soit 9,33 %

• 20

Auberges de jeunesse, refuges

(code 55-2A)

soit 3,06 %

• 12

Agences de voyage

(code 63-3Z) 

soit 1,83 %

• 12

Autres formes d’action sociale

(code 85-3K) 

soit 1,83 %

• 11

Administration d’entreprises

(code 74-1J) 

soit 1,68 %

• 6

Autres activités sportives

(code 92-6C) 

soit 0,92 %

• 5

Hébergements collectifs non touristiques

(code 55-2F) 

soit 0,76 %

• 3

Hôtels avec restaurant

(code 55-1A) 

soit 0,46 %

• 3

Syndicats de salariés

code 91-2Z) 

(soit 0,46 %

• 31

Autres

soit 4,74 %

(Source : Uniformation - Infocentre / mars 2007)
N.B. : Les codes correspondent à la NAF rév. 1, 2003 (NDLR).

  • 12 Avenant no 42 du 3 juin 2004 entré en vigueur le 1er janvier 2005, BO conventions collectives 2004- (...)

32Deux groupements syndicaux d’employeurs fédèrent les principaux opérateurs du tourisme social et familial, et participent à l’activité de la Branche professionnelle en particulier dans le cadre des activités de la Commission paritaire nationale emploi formation (CPNEF) créée au mois de juin 2004 par avenant12 à la convention collective :

  • le Syndicat des associations de tourisme, de promotion sociale, de vacances et de loisirs (SATPS, créé en 1976), regroupe des associations à but non lucratif dont l’activité principale concerne le tourisme social ou associatif et qui appliquent les dispositions de la convention collective du tourisme social et familial. Selon les informations mises en ligne sur le site internet du syndicat, les associations adhérentes au SATPS développent leur action dans le domaine des vacances et des loisirs avec la volonté d’organiser la solidarité et l’échange entre leurs membres dans la perspective de favoriser la cohésion sociale. Ces associations font appel à des équipes dans lesquelles des bénévoles, eux-mêmes souvent salariés d’autres structures, partagent les responsabilités de la gestion avec les salariés qu’elles embauchent. Le SATPS ne saurait ignorer la dimension humaniste de ses adhérents lorsqu’il définit et engage son action. C’est pourquoi, tout en ayant le souci de préserver les intérêts légitimes des associations adhérentes dans leur fonction d’employeur, il ambitionne de rechercher et promouvoir des voies originales pour régler les problèmes qui se posent dans le cadre des rapports entre employeurs et salariés, et de mettre en œuvre une politique sociale motivante pour les salariés du secteur du tourisme social et familial ;

    • 13 Ce syndicat a été créé en 2007 par l’agrégation de quatre syndicats professionnels œuvrant dans le (...)

    le Conseil national des employeurs associatifs13 (CNEA) est un syndicat professionnel représentatif dans les domaines de l’animation, du sport et du tourisme social et familial. Il a donc un champ d’intervention qui dépasse la seule branche du tourisme social et familial et se positionne dans la perspective de « rassembler, accompagner et représenter les associations employeurs relevant de l’économie sociale gérant de façon désintéressée des activités éducatives, sportives, culturelles, scientifiques, sociales, de tourisme, de formation, de protection de l’environnement ». Les associations et structures qui adhèrent au syndicat sont des entreprises qui mettent en œuvre un ensemble de principes, qui les caractérisent, les distinguent et les unissent dans le secteur de l’économie sociale.

« Ce sont des entreprises de personnes et non de capitaux, qui défendent la primauté de leur objet social sur le capital, en privilégiant le service rendu à la personne ou à la collectivité, en plaçant l’adhérent, l’usager, le pratiquant au cœur de l’action. Sans capitaux à rémunérer, leurs ressources sont affectées à la réalisation de leur projet. Enfin, pour mener à bien ce projet, elles pratiquent un partage équitable du pouvoir à travers l’élection de leurs dirigeants, selon le principe : une personne, une voix. »

2. Les métiers du tourisme social et associatif

33Les principaux métiers du tourisme s’organisent en six domaines. Les données disponibles relatives à ces métiers sont diffusées par le ministère délégué au Tourisme et proviennent de l’UNEDIC et de l’INSEE pour les emplois permanents et de l’INSEE pour les emplois saisonniers. Elles sont issues du fichier SIRENE et des DADS en ce qui concerne l’INSEE et du fichier des établissements pour l’UNEDIC.

34Il s’ensuit que toutes ces données sont construites sur la base des codes NAF. Nous sommes donc ici confrontés à la même difficulté que celle évoquée relativement à la définition des établissements du tourisme social et familial. Étant donné que les métiers de ce secteur ne sont pas spécifiques (au-delà peut-être des répartitions et modalités d’exercice), c’est-à-dire non isolables des métiers traditionnels du tourisme, il n’existe pas de moyen de les repérer dans les données publiques disponibles. De fait, les seuls chiffres disponibles sur l’emploi dans le tourisme social et familial proviennent des organisations professionnelles impliquées dans le domaine : à titre d’exemple, la branche professionnelle recensait au 31 décembre 2005 plus de 7 200 salariés ; dans le même temps, l’UNAT revendiquait de son côté 12 070 salariés permanents et 60 000 salariés saisonniers.

Les métiers du tourisme

• les métiers de l’accueil et l’hébergement : Agent ou Hôtesse d’accueil (12210), Réceptionniste (13122), Responsable d’hébergement (13134), Lingère blanchisseuse (13111) ;
• les métiers d’animation : Animation enfants / jeunes (23132), Animation socioculturelle (23131), Animateur spécialisé (23132), Coordinateur d’activités (23133), Guide accompagnateur environnement (53131), Guide accompagnateur touristique (43411) ;
• les métiers de la restauration : Commis de cuisine / plongeur (13211), Cuisinier (13212), Chef de restauration (13233), Econome / Intendant (13233), Employé de salle (13221), Serveur / Barman (13222) ;
• les métiers de l’administration et du système d’information : Employé administratif et aide comptable (12121), Assistant de direction (12133), Technicien des services administratifs (12141), Comptable (12142), Cadre comptable et financier (32111), Technicien de vente tourisme et transport (12241), Technicien de production du tourisme (12242), Informaticien d’exploitation (32311), Informaticien d’étude (32321), Informaticien réseau (32331), Vendeur (142) ;
• les métiers de l’entretien / maintenance : Employé de collectivité (11122), Agent de gardiennage et d’entretien (11221), Ouvrier qualifié d’entretien (44341), Jardinier (41113) ;
• les métiers du management : Directeur et Cadre technico-administratif des services au public (32165).

Les chiffres entre parenthèses précisent les codes ROME (NDLR : ancienne version)

Source : Direction du tourisme, 2006b ; Direction du tourisme, 2006c, p. 43-44.

Répartition des salariés du tourisme social en fonction de la taille des établissements

• moins de 10 salariés ► 911 personnes pour 275 établissements
• de 10 à 19 salariés ► 424 personnes pour 53 établissements
• de 20 à 49 salariés ► 1 492 personnes pour 48 établissements
• de 50 à 99 salariés ► 873 personnes pour 13 établissements
• de 100 à 499 salariés ► 3 015 personnes pour 13 établissements
• 500 salariés et plus ► 518 personnes pour 1 établissement
• non indiqué ►251 établissements

( Source : Uniformation – Infocentre / mars 2007)

3. La fonction d’animation, analyseur du positionnement des opérateurs

35« Nous accueillons, hébergeons, restaurons les vacanciers dans le tourisme social et associatif vraisemblablement de la même manière que le font les opérateurs du champ commercial ; ce qui nous distingue c’est la façon de mettre en œuvre le projet d’animation », déclarait en 2002 le président de l’UNAT Aquitaine. Si l’on considère l’animation touristique comme l’activité mise en œuvre par les animateurs, définition qui semble aller de soi, il apparaît alors nécessaire de décrypter la nature des emplois identifiés dans le cadre de la convention collective.

36L’emploi d’animateur au sens strict du terme est repéré sur quatre degrés de l’échelle des niveaux de rémunération (A1, A2, B & C) qui correspondent à des niveaux d’étude de type V et IV c’est-à-dire CAP, BEP Baccalauréat. Les emplois de responsable d’animation ou d’adjoint de direction (D & E) font référence à des niveaux III de formation, c’est-à-dire BTS, DUT. Les emplois de directeur d’établissement (F & G), les premiers animateurs de l’établissement de vacances, selon la convention collective, sont quant à eux positionnés sur les référentiels de formation supérieure (niveaux II et I).

37Ces salariés sont inscrits dans des rapports contractuels avec leur employeur en référence à l’avenant 38 du 25 juillet 2001 de la CCN qui propose quatre critères de classement : le type d’activités et la qualification de la fonction, l’autonomie et l’initiative (représentation, gestion du personnel, gestion du budget), les responsabilités (représentation, gestion du personnel, gestion du budget), le niveau de connaissance et / ou d’expérience (présenté pour indication en termes de niveau de diplôme de V à I).

Tableau 2 – Nature des emplois identifiés dans le cadre de la convention collective du tourisme social et familial

Niveaux

Types d’activités

Emplois repère

Salaire brut de base 01 / 2007

G

Prévision, organisation et fonctionnement

d’une activité nécessitant de traiter, modifier,

corriger un ensemble de situations complexes

Directeur de village,

chef de service

2 526 €

F

Fonctionnement d’une activité nécessitant

de traiter, modifier, corriger un ensemble

de situations complexes

Directeur de village,

chef de service

2 026 €

E

Conception et mise en œuvre

de programmes d’activité

Responsable d’établissement, adjoint de direction

1 737 €

D

Fonctionnement de secteurs ou de services

Responsable d’animation

1 519 €

C

Exécution d’opérations variées complexes

relevant de spécialités bien définies.

Adaptation à l’imprévu

Animateur hautement qualifié

1 351 €

B

Exécution d’opérations variées

relevant de spécialités bien définies

Animateur qualifié

1 277 €

A2

A1

Exécution de tâches prescrites

Animateur

SMIC

Luc Greffier (2008), d’après la grille salariale de la convention collective du tourisme social et familial

4. La fonction d’animation, un enjeu identitaire ?

38La fonction d’animation dans le tourisme social s’inscrit dans un paysage complexe marqué par un certain nombre de tensions.

39La première de ces tensions est historique. Si l’on considère le phénomène touristique comme un double processus (entamé dans la première moitié du XXe siècle) d’émancipation des travailleurs et de développement des personnes, les projets d’animation proposés par le secteur du tourisme social s’inscriraient originellement dans le champ de l’éducation populaire alors que la demande contemporaine est de plus en plus orientée vers des logiques consuméristes. Deux champs théoriques s’affrontent ici : celui qui considère l’animation comme un temps d’investissement possible dans l’espace social sous forme d’engagement privilégiant l’action collective et le loisir réparateur – champ des théories marxistes orthodoxes – et celui qui considère l’animation comme un ensemble de pratiques multiples tendues par le désir d’équilibre, d’expression de soi, de consommation et d’enrichissement personnel – champ des théories libérales (Lanfant, 1972). Le questionnement qui en résulte pour les opérateurs du tourisme social est donc du type : les temps de vacances et de loisirs sont-ils des temps d’assouvissement pulsionnels ou des temps éducatifs ?

40La deuxième de ces tensions est plus pragmatique et fonctionnelle. Elle procède d’une dialectique entre d’une part une demande vacancière de plus en plus forte en termes de production de services et d’autre part une offre difficile à financer qui se traduit par une fragilisation et précarisation des métiers. Si les opérateurs touristiques parviennent à maîtriser leurs besoins en personnels d’animation, ce n’est pas sans difficultés et sans un turn-over important. En effet, l’aspect fortement saisonnier de l’activité conduit souvent les animateurs à articuler des doubles saisons, ce qui demande des capacités de mobilités géographiques importantes et des compétences multiples. Cette situation se traduit par la forte représentation des jeunes et des célibataires (souvent les deux) parmi les salariés de l’animation dans le tourisme, salariés qui n’ont pas nécessairement pour objectif de faire carrière dans des métiers dont les conditions de travail restent particulièrement exigeantes. Il semble également qu’apparaisse une pénurie dans certaines régions touristiques isolées : la difficulté de recruter des personnels localement est un discours récurrent (Greffier, 2006). Dans un contexte où les professionnels du tourisme recherchent la compétence et la polyvalence en animation, la question du recrutement des animateurs devient un enjeu réel. Le questionnement qui en résulte est alors du type : les opérateurs dans le cadre de leur fonction d’employeur recrutent-ils des personnels ayant les compétences minimales requises afin d’assumer cette fonction éducative ?

41La troisième tension est structurelle et statutaire, et se cristallise par le rôle de plus en plus déterminant que joue le diplôme dans le processus de professionnalisation. En effet, même si celui-ci n’est pas toujours demandé, il n’en reste généralement pas moins un sésame pour atteindre des niveaux de responsabilité et il devient un attribut essentiel du métier qui influence nettement les contenus des pratiques professionnelles (Piotet, 2002).

« Les dispositifs de formations doivent former des personnes à un niveau de qualification suffisamment élevé (qualité et accueil), être flexibles pour intégrer les besoins nouveaux et les spécificités locales, être accessibles aux salariés et permettre des passerelles avec les secteurs qui accompagnent le tourisme tels l’agriculture, la mer, l’environnement, le sport, la gastronomie, la santé… »
(Franco, 2003)

  • 14 Décret n° 202-883 du 3 mai 2002 Art. 14, Arrêté du 21 mars 2003, Instruction n° 03-075 du 17 avril (...)

42Les nouvelles réglementations14 concernant l’encadrement des mineurs accueillis en espaces collectifs, celles plus anciennes qui concernent l’encadrement des pratiques sportives, confirment cette tendance à aborder la fonction d’animation non pas au travers de l’indépendance militante et volontaire mais à partir de la subordination dans le cadre d’un contrat de travail soumis à un niveau de formation. Dans la mesure où le métier d’animateur dans le champ du tourisme se concentre de plus en plus vers la dimension technicienne de type individuelle, il se plie bien aux règles qui se développent concernant l’évaluation des compétences et qui accentuent la tension entre la pratique professionnelle technicienne et la dimension historique politique de la fonction d’animation. Si le changement social reste une valeur sûre de l’éducation populaire, celui-ci semble être de moins en moins une préoccupation des animateurs recrutés dans le champ du tourisme. Le questionnement qui en résulte est du type : les salariés du tourisme social accèdent-ils à des dispositifs de formation adaptés leur permettant d’acquérir les compétences nécessaires à leur activité ?

Diplôme de responsable d’établissement touristique

Suite à une première expérimentation pour professionnaliser les salariés du tourisme, l’Union nationale des associations de tourisme (UNAT) Provence-Alpes-Côte-d’Azur a lancé un projet de formation pour les responsables de 12 structures (petites associations ou établissements d’associations plus importantes) relevant de la branche du tourisme et de celle de l’animation. Le diplôme choisi par l’Unat pour professionnaliser 20 stagiaires (12 responsables d’établissements touristiques et 8 salariés d’établissements touristiques visant une promotion de responsable) est le titre AFPA de niveau III : responsable d’établissement touristique. La formation divisée en modules de 3 à 5 jours (comptabilité et finances, organisation des prestations, management, marketing, patrimoine, droit du travail, informatique, tourisme durable, connaissance de soi, et anglais), soit 420 heures, a débuté en septembre 2004 pour se terminer en décembre 2005. Sur les 20 stagiaires, 8 ont décidé de suivre la totalité des modules de formation afin de viser le titre AFPA dans son intégralité. Deux d’entre eux ont obtenu le diplôme et 2 partiellement. Douze autres stagiaires ont préféré suivre quelques modules afin de se perfectionner dans la mesure où les modules non suivis étaient déjà acquis par un diplôme ou par l’expérience.
Le financement a été assuré par Uniformation, par le conseil régional et par la DRTEFP.

Source : Uniformation, UNAT Provence-Alpes-Côte-d’Azur

Conclusion

  • 15 Animation centrée sur une fonction de divertissement, une approche technicienne, un enrichissement (...)
  • 16 Animation fondée sur une fonction de développement, une dynamique de médiaction, un enrichissement (...)

43Le tourisme social, souvent oublié par les instances du tourisme, parfois remis en cause, reste, à l’aube de la deuxième décennie du XXIe siècle, un acteur essentiel du champ du tourisme. Sa réalité peut être observée à partir de l’inventaire des équipements gérés par les multiples opérateurs intervenant dans le secteur, qu’ils soient agrégés ou non au sein de réseaux identifiés. Sa singularité peut également être analysée à partir des projets que ces différents opérateurs développent, projets qui se définissent à partir de finalités élaborées en référence au droit aux vacances pour tous et au développement des territoires d’accueil touristique. Son identité, enfin, peut être qualifiée selon les démarches d’animation mises en œuvre, mettant en avant des principes de développement volontaire (Dumazedier, 1962), d’intégration ou d’insertion harmonieuse dans un environnement (Cazes, 1992), d’approche globale de l’animation fondée de manière équilibrée sur les trois pôles « technique – médiaction – militance » (Gillet, 1995). Dans ce contexte, l’un des principaux enjeux pour les opérateurs du tourisme social est de se positionner dans la tension entre ce que Bogdan Suchodokti (1960) appelle la pédagogie de l’essence et la pédagogie de l’existence. La pédagogie de l’essence ayant pour finalité le développement des individus au maximum de leurs possibilités (au risque de l’égocentrisme), la pédagogie de l’existence s’inscrivant dans une perspective de préparation des individus à l’aptitude à entrer dans la société et, mieux, à la transformer (au risque de l’endoctrinement). Plus généralement, la question qui se pose est de savoir si le tourisme social doit être considéré dans le strict champ de l’économie en tant que produit marchand ou s’il doit être considéré au sens de l’économie politique comme un bien collectif nécessaire au développement de la société. La première proposition conduirait vers un processus de régulation par le marché touristique dans une perspective de consommation ; la seconde conduirait via une dynamique de régulation par la fonction politique vers une perspective sociale fondée sur le « vivre-ensemble ». C’est ainsi que nous avons pu identifier deux conceptions de l’animation touristique, l’une consumériste15, l’autre globale16 (Greffier, 2003).

44C’est dans ce modèle que s’opposent, y compris dans le champ du tourisme social, des opérateurs pragmatiques tenant d’une animation construite en réponse aux attentes des vacanciers, et des opérateurs idéologiques défendant une animation motivée par une finalité de transformation sociale. Entre ces deux conceptions de l’animation s’inscriraient des acteurs plus « stratèges » souhaitant accompagner les vacanciers dans un processus de régulation sociétale. Il s’agirait pour eux de participer à l’élaboration d’une politique alternative des loisirs et des vacances qui concrétiserait l’utopie d’une mixité des publics. À ce titre, et si l’on accepte avec Daniel Mothé (1999) la thèse selon laquelle l’action politique du peuple a d’autant plus de possibilité de se pratiquer si elle se déroule dans un champ d’interaction, on conclura alors que plus les lieux de socialisation s’appauvriront en acteurs différenciés, et les lieux vacanciers sont à ce titre des espaces révélateurs, plus se renforceront le corporatisme et l’atonie politique universaliste. Les animateurs engagés dans ce secteur d’activité ne peuvent se dédouaner d’une réflexion politique autour de ces problématiques au risque de perdre le sens de la fonction qui les stimule et de fait ainsi verser le tourisme social dans le domaine de l’illusion.

Haut de page

Bibliographie

Ageneau C., « Comité d’entreprise, un marché pas comme les autres », Le Nouvel Économiste du 10 septembre 2009, no 1488.

Cazes G., Fondements pour une géographie du tourisme et des loisirs, Bréal, Paris, 1992, 190 p.

Chauvin J., Le Tourisme social et associatif en France, acteur majeur de l’économie sociale, L’Harmattan, Paris, 2002, 176 p.

Dewailly J.-M., Flament E., Géographie du tourisme et des loisirs, Sedes, Paris, 1993, 287 p.

Di Meo G., Géographie sociale et territoires, Nathan Université, Paris, 1998, 317 p.

Dumazedier J., Vers une civilisation du loisir ?, Seuil, Paris, 1962, 309 p.

Duteil Ph., Mignon J.-M., Le Tourisme associatif au service de l’économie et de la solidarité nationale, unat, Paris, 1993, 86 p.

Espalioux J.-M., Pour que la France reste en tête : les recommandations de l’industrie touristique, Rapport du MEDEF, conférence de presse du 20 novembre, 2002, 23 p.

Franco A, Les Diplômes et les formations aux métiers du tourisme, Éd. de la Documentation française, collection « Rapports officiels », Paris, 2003, 102 p.

Froidure J., Du tourisme social au tourisme associatif : crise et mutations des associations françaises de tourisme, L’Harmattan, Paris, 1997, 190 p.

Greffier L., « Les métiers de l’animation, niveaux de formation, niveau de responsabilité : étude comparative des conventions collectives nationales », Agora / Débat-Jeunesse, no 48, INJEP, 2008, p. 78-79.

Greffier L., L’Animation des territoires, les villages de vacances du tourisme social, L’Harmattan, Paris, 2006, 258 p.

Greffier L., « Le système d’animation et ses fonctions identitaires pour les villages de vacances du tourisme social français », in Actes du colloque l’Animation en France et ses analogies à l’étranger, ISIAT, Bordeaux, L’Harmattan, Paris, 2003.

Gillet J.-C., Animation et animateurs, le sens de l’action, L’Harmattan, Paris, 1995, 326 p.

Lanfant M.-F., Les Théories du loisir : sociologie du loisir et des idéologies, PUF, Paris, 1972, 256 p.

Lanquar R., Raynouard Y., Le tourisme social, PUF, Que sais-je ? no 1725, Paris, 1995, 128 p.

Mothe D., Le Temps libre contre la société, Desclée de Brouwer, Paris, 1999, 110 p.

Piotet F. (dir.), La Révolution des métiers, PUF, Paris, 2002, 362 p.

Py P., « Exposé introductif aux premières rencontres parlementaires sur le tourisme », in Actes du colloque, Agora Europe, Paris, 2001, p. 13-15.

Suchodokti B., La Pédagogie et les grands courants philosophiques, Pédagogie de l’essence et pédagogie de l’existence, Préface de M. Debesse, Éd. du Scarabée, Paris, 1960.

Haut de page

Notes

1 Fondée en 1920 à l’initiative de l’Automobile club de France, du Club alpin français et du Touring-Club de France, l’UNAT a tout d’abord été en charge du service des examens du permis de conduire avant de s’engager à partir des années 1950 dans l’accompagnement des mesures en faveur du tourisme populaire.

2 Le Nouvel Économiste du 10 septembre 2009, no 1488, Claire Ageneau.

3 Enquête de Marina Barrau pour le compte de l’UNAT Aquitaine (1994) in supplément Flash UNAT, no 85, mai 1999, données actualisées par l’annuaire UNAT 2002.

4 Source : Agence nationale pour le chèque-vacances, 2003.

5 Tourisme social et associatif en Aquitaine, CRP Consulting, mai 2003.

6 Annuaire des associations de tourisme, UNAT et UNAT Aquitaine, 2002.

7 Bilan de la saison touristique, région Aquitaine et INSEE Aquitaine, 1998.

8 Déclaration de Montréal, 1996, Bureau international du tourisme social.

9 Effectivement, les grands rêves d’autogestion collective d’équipements partagés de vacances ont sombré dans des logiques vacancières plus pragmatiques tournées vers le désir de confort, de calme et de liberté.

10 Rapport du MEDEF : Pour que la France reste en tête, les recommandations de l’industrie touristique.

11 CCN, Titre 1er, Article 1 modifié par l’avenant 36 du 22/05/01.

12 Avenant no 42 du 3 juin 2004 entré en vigueur le 1er janvier 2005, BO conventions collectives 2004-29 étendu par arrêté du 25 octobre 2004, JORF 9 novembre 2004.

13 Ce syndicat a été créé en 2007 par l’agrégation de quatre syndicats professionnels œuvrant dans le champ de l’animation, du sport, de l’éducation populaire :

• le SNOGAEC (Syndicat national des organisations gestionnaires d’activités éducatives et culturelles) ;
• l’UNODESC (Union nationale des organismes de développement social, sportif et culturel) ;
• le SADCS (Syndicat des associations de développement culturel et social) ;
• le SNEFA (Syndicat national des employeurs formation et animation).

C’était, avant création du CNEA, plus particulièrement l’UNODESC qui était représentatif de la branche du tourisme social.

14 Décret n° 202-883 du 3 mai 2002 Art. 14, Arrêté du 21 mars 2003, Instruction n° 03-075 du 17 avril 2003.

15 Animation centrée sur une fonction de divertissement, une approche technicienne, un enrichissement économique et une logique d’enclavement.

16 Animation fondée sur une fonction de développement, une dynamique de médiaction, un enrichissement social et sur une logique d’intégration territoriale.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Les installations des adhérents de l’UNAT Aquitaine
Crédits Source : UNAT, février 2010
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1423/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Greffier, « Le Tourisme social et associatif : illusion entretenue ou contexte singulier ? », Sud-Ouest européen, 29 | 2010, 65-76.

Référence électronique

Luc Greffier, « Le Tourisme social et associatif : illusion entretenue ou contexte singulier ? », Sud-Ouest européen [En ligne], 29 | 2010, mis en ligne le 24 février 2016, consulté le 20 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/1423 ; DOI : 10.4000/soe.1423

Haut de page

Auteur

Luc Greffier

Maître de conférences, IUT Michel de Montaigne, UMR ADES 5185 du CNRS.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals