Navigation – Plan du site

Le départ en vacances des enfants et des jeunes, un enjeu pour les régions ?

Children’s and young people’s departure on holidays, stakes for regions?
La salida de vacaciones de los niños y de los jóvenes, ¿un desafío para las regiones?
Sonia Cappellazzo et Luc Greffier
p. 95-104

Résumés

Le départ en vacances des enfants et des jeunes reste encore aujourd’hui un chantier ouvert à tous. En effet, plus de 2,8 millions d’enfants et de jeunes ne sont pas partis en vacances en 2004 (dernières données disponibles de l’enquête vacances INSEE) ; et plus de deux millions ne sont pas même partis deux nuits de suite ou un week-end au cours de la même année. Après une analyse des pratiques vacancières des enfants et des jeunes, les auteurs interrogent les enjeux des vacances comme instrument de pédagogie sociale avant d’analyser les différents niveaux d’engagement des régions dans ce secteur. Deux dispositifs aquitains sont plus spécifiquement évoqués, l’opération « sac ados » et le projet « premier départ en vacances ».

Haut de page

Texte intégral

1Les pratiques vacancières, résultats des luttes menées pour la conquête du temps libéré et des loisirs pour tous, induisant une lente acculturation d’une société fondée essentiellement autour du travail vers une société plurifonctionnelle, présentent aujourd’hui une réalité paradoxale. D’une part elles font partie intégrante de la vie sociale contemporaine et constituent un des éléments dynamiques de notre culture, d’autre part elles sont loin d’être totalement partagées par l’ensemble de la population française.

2À ce titre, on peut constater que les inégalités devant les loisirs et plus particulièrement les vacances ne cessent de croître et posent une question particulièrement importante, celle de la cohésion de la société. Cette question cruciale interpelle plus particulièrement une population singulière, celle des enfants et des jeunes, adultes en devenir qui constitueront les familles vacancières ou non de demain.

3Après une première partie qui présentera la réalité contrastée des départs en vacances des enfants et des jeunes, nous nous attarderons dans une deuxième partie sur les enjeux que ces pratiques vacancières représentent en tant « qu’instrument » de pédagogie sociale.

4Pour finir, nous nous proposons de présenter les expériences d’aides au départ initiées par les régions françaises et plus spécifiquement par le conseil régional d’Aquitaine : l’opération « sac ados » ainsi que le projet innovant « d’aide au départ d’enfants et de jeunes » soutenu par l’Union nationale des associations de tourisme d’Aquitaine.

I – Les départs en vacances des enfants et des jeunes : un contexte singulier, une réalité contrastée, des ruptures avérées

5La crise de la bulle financière et spéculative de ces derniers mois et les retombées économiques qu’elle a entraînées ont fait passer au second plan les préoccupations sociales relatives aux vacances et aux loisirs. Les discours politiques relayés par les médias n’ont mis en avant au cours de cette période que les problématiques relatives au travail, ou à l’absence de contraintes de travail, et ont occulté en cela l’existence des grands noyaux horaires constitués par le temps professionnel, le temps des obligations domestiques, familiales et sociales, et le temps des loisirs. Ce sont pourtant ces trois « enveloppes de temporalités » qui, en s’articulant les unes aux autres, participent au maillage fondamental de la société contemporaine et structurent l’idéal de la demande sociale (Yonnet, 1999). Il ne s’agit pas ici d’abonder la thèse de la fin du travail (Rifkin, 1996) ou de la disparition de la valeur du travail (Meda, 1995) mais plutôt, tout en reconnaissant que le travail reste le mode dominant d’insertion sociale (Castel, 1998), de considérer que d’autres pratiques, dont celles relatives aux vacances, viennent participer à la construction sociale de l’individu.

6Ces pratiques vacancières, résultats des luttes menées pour la conquête du temps libéré et des loisirs pour tous, induisant une lente acculturation d’une société fondée essentiellement autour du travail vers une société plurifonctionnelle, sont aujourd’hui encore loin d’être totalement partagées par l’ensemble de la population française. Le « droit au repos et aux loisirs », affirmé dans la Déclaration universelle des droits de l’homme, et le « droit au tourisme » revendiqué par la charte de Vienne rédigée par le Bureau international du tourisme social stipulant que « le tourisme fait partie intégrante de la vie sociale contemporaine et que de ce fait l’accès au tourisme doit être considéré comme un droit inaliénable de l’individu », sont plus des revendications sociales que des droits effectifs. Est-ce pour autant que les ambitions humanistes qui les portent doivent être abandonnées, alors que l’on ne peut que constater que les inégalités devant les loisirs et plus particulièrement les vacances ne cessent de croître et posent une question particulièrement importante, celle de la cohésion de la société ? Cette question cruciale interpelle plus particulièrement une population singulière, celle des enfants et des jeunes, adultes en devenir, qui constitueront les familles vacancières ou non de demain. C’est donc plus particulièrement sur ce public âgé entre 5 et 19 ans, c’est-à-dire majoritairement en situation d’être scolarisé, que nous allons focaliser notre attention.

  • 1  Répartis comme suit : Été – 62 jours, Toussaint – 12 jours, Noël – 16 jours, Hiver – 16 jours, Pri (...)
  • 2  Vacances : selon l’Organisation mondiale du tourisme, et depuis 1995, ensemble des déplacements d’ (...)

7Cette population, qui représente en France un peu plus de 14,5 millions de personnes, bénéficie d’environ 122 jours de vacances par an 1 auxquels s’ajoutent 68 jours de « week-ends », soit un total potentiel annuel de 190 « jours non-scolarisés ». Pour les 11 millions d’enfants et de jeunes qui sont partis en 2004 en vacances 2, soit 74,5 % de la population des 5-19 ans, deux formes structurelles de séjour peuvent être repérées : la première fait référence aux séjours organisés dans le cadre de la cellule familiale, la seconde prend appui sur les réseaux familiaux ou amicaux et sur des structures, souvent associatives, organisatrices de « séjours collectifs ». Compte tenu des périodes de vacances scolaires, le départ des enfants et jeunes est massif durant l’été (plus de 70 % des départs en centres de vacances) et plus particulièrement au mois de juillet (le mois d’août étant principalement dédié aux vacances en famille). Depuis quelques années, on peut constater en revanche que les vacances d’hiver gagnent une part de marché sur les vacances d’été, situation surtout vraie pour les 13-18 ans (source INSEE, Conditions de vie – Société, les vacances 2004).

  • 3  Le Jeannic T. et Ribera J., « Hausse des départs en vacances, mais 21 millions de Français ne part (...)

8Cependant, alors qu’en France le départ en vacances est devenu une « norme culturelle », on ne peut négliger qu’une grande partie de la population reste privée de ce que certains revendiquent être un « droit social » : être en vacances (ou plus précisément bénéficier de périodes de congés scolaires) n’est donc pas nécessairement synonyme de départ en vacances. En 2004, 21 millions de personnes, soit environ un Français sur trois, ne sont pas parties. Cette situation concerne 2,8 millions d’enfants et de jeunes âgés de 5 à 19 ans, soit 25,6 % de la catégorie d’âge. Selon l’INSEE 3, le manque d’argent reste le frein principal pour 37 % des non-partants. Viennent ensuite le choix délibéré de ne pas partir pour 20 % des individus, les raisons de santé pour 15 % et les raisons professionnelles ou d’études pour 10 %. Cette inégalité sociale de l’accès aux vacances des enfants et des jeunes est également sensible lorsque l’on observe les catégories socioprofessionnelles des parents : les agriculteurs exploitants, les retraités et les ouvriers sont les catégories les plus sédentaires, contrairement aux cadres ou professions intellectuelles supérieures et aux professions intermédiaires (tabl. 1).

Tableau 1 – Taux de départ en vacances des enfants de moins de 18 ans selon la catégorie socioprofessionnelle des parents (en France)

Catégorie socioprofessionnelle des parents

2004

Cadres ou professions intellectuelles supérieures

93 %

Professions intermédiaires

80 %

Artisans, commerçants, chefs d’entreprise

76 %

Employés

70 %

Ouvriers (y compris agricoles)

63 %

Retraités

62 %

Agriculteurs exploitants

56 %

Autres inactifs

20 %

Source : Insee, enquêtes permanentes sur les conditions de vie des ménages 2004

  • 4  Selon Joël Plantet, le nombre de familles monoparentales en France a quasiment doublé en 40 ans : (...)
  • 5  Source : CREDOC, Consommation et mode de vie, no 140, janvier 2000.

9De plus, une autre réalité familiale, « la monoparentalité » 4, influence fortement le taux de non-départ des enfants et jeunes. Si, en théorie, il serait possible d’imaginer que cette situation favorise les chances de partir en vacances (les vacances du parent qui a la garde des enfants venant se cumuler avec les vacances de l’autre parent), cette hypothèse est loin d’être vérifiée puisque 52 % des enfants issus de famille monoparentale ne partent pas en vacances 5.

II – Les vacances, un instrument de pédagogie sociale

  • 6  Cité par Georges Cazes comme l’un des principaux initiateurs de la recherche touristique moderne ( (...)

10Les vacances, souvent présentées comme l’expression d’une mobilité humaine et sociale fondée sur l’existence d’un excédent budgétaire susceptible d’être consacré au temps libre passé à l’extérieur de la résidence principale (Wackermann, 2001), seront considérées ici selon une perspective culturaliste fondée sur le principe qu’elles sont un objet social construit (Bertho-Lavenir, 1999) qui met en tension des activités humaines et des appareils techniques et économiques organisés en sa faveur (Kraft, 1964) 6. Le temps libre, les loisirs, les vacances, identifiés dès 1962 par Joffre Dumazedier comme des phénomènes centraux de notre civilisation, apparaissent aujourd’hui comme des éléments qui rythment les temporalités collectives et participent à l’élaboration d’une méta-culture partagée. « Le tourisme et les loisirs sont devenus omniprésents dans le monde actuel » (Dewailly et Fament, 2000), et les vacances, qui en constituent un sous-ensemble « reprenant pour partie les fonctions des grands rituels collectifs anciens, religieux ou sociaux » (Viard, 1998) sont devenues un temps collectif à part entière alternant avec celui de la vie active. Définies par l’association de trois composantes majeures, « le lieu - le temps - l’activité » (Mitchell, 1991), prétendument libérées des contraintes matérielles et économiques de la vie de tous les jours, les vacances « placées au centre du faisceau des désirs, des attentes et des regrets » (Corbin, 1995) apparaissent comme des moments privilégiés durant lesquels chacun peut mettre une distance plus ou moins importante avec ses habitudes quotidiennes. À ce titre, il est possible d’identifier, dans le temps social des vacances, trois échelles de temporalité qui participent conjointement à la structuration de cet objet singulier :

  • Les vacances s’inscrivent dans le temps long comme un phénomène rythmique qui « a le mérite de réinjecter dans les rythmes annuels des sociétés industrielles, les cycles de la nature grâce à l’invention (…) de la saisonnalité touristique et de ses pratiques rituelles : baignade, ski… » (Viard, 1994). Elles marquent le temps, construisant ainsi des repères au même titre que certains événements cultuels, culturels, familiaux… ;

  • Les vacances sont un objet pensé et parlé qui fonctionne dans le temps conjoncturel comme un système doublement identifié, d’une part en tant que norme sociale marquée par la décontraction, la convivialité, la sociabilité, et d’autre part en tant que norme culturelle qui impose la nécessité de partir et de réussir ses vacances. Pour Pierre Périer (2000), « les vacances posent la question d’un autre temps et d’un autre lieu, en même temps qu’elles interrogent leurs fonctions d’antidote voire d’insoumission au présent » ;

  • Les vacances, enfin, peuvent apparaître dans leur temporalité événementielle comme un temps de la fête (pendant les vacances tout est permis) considérée en tant que « célébration symbolique d’un objet au travers d’activités collectives partagées et à fonction expressive inscrite dans la société » (Caillois, 1967).

  • 7  Rauch A., « Les vacances et la nature revisitée », in Corbin, L’avènement des loisirs, 1850-1960, (...)

11Ces multiples pesées temporelles des vacances deviennent selon André Rauch « l’autre face de la condition sociale de chaque individu 7 » au point parfois d’effacer certains des devoirs liés à l’exercice même de cette condition sociale. Par exemple, lors du second tour des élections présidentielles organisées le 5 mai 2002, un grand opérateur touristique international affirmait sur ses affiches publicitaires « on peut tout rater, sauf ses vacances », laissant planer le doute : tout rater, y compris l’acte citoyen d’aller voter ?

12Les vacances, en tant que pratiques culturelles partagées, font partie du quotidien de chacun. À ce titre, elles sont médiatisées, représentées, parlées par les enfants et les jeunes aux travers de mots et d’expressions tels que « liberté, rencontre, aventure, indépendance, revenir différent, souvenirs, photos, etc. ». Elles sont considérées comme propices pour la pratique d’activités diverses (culturelles, sportives, artistiques…), pour développer des apprentissages à vivre en société (élaborer des règles communes, partager et assumer des responsabilités, gagner en autonomie…) et ce au-delà de ses origines sociales et géographiques, pour se ressourcer (se reposer, lire, écouter de la musique…), pour partager une expérience (découvrir la mixité sociale, la diversité, le respect des uns et des autres visant à valoriser la tolérance, la fraternité et la solidarité…).

13Les parents, de leur côté, souhaitent généralement que leurs enfants puissent partir seuls une partie de leurs vacances d’été, pour leur épanouissement. Partir seul, c’est devenir autonome, s’ouvrir aux autres et apprendre la vie de groupe. Selon les parents, l’âge moyen idéal pour partir en centres de vacances et de loisirs est de huit ans et demi, et il est situé aux alentours de onze ans pour un premier séjour linguistique (CREDOC, Consommation et modes de vie n° 140 du 31 janvier 2000).

14Enjeu éducatif, social et économique, les vacances des enfants et des jeunes représentent un objet culturel de première importance. Ces temps singuliers, qui rythment l’écoulement du temps tout au long d’une vie, sont autant l’occasion d’espoirs et de ruptures, de découvertes et d’ouvertures, que de liens sociaux et familiaux resserrés. Les vacances apparaissent autant comme une expérience en soi que pour soi et cette expérience se vit aussi au travers du regard des autres. Être exclu de ces pratiques vacancières, aujourd’hui considérées comme une norme sociale, peut donc être perçu comme un facteur de disqualification. Dans une société où les frontières entre « exclusion – précarité – inclusion » sont de plus en plus poreuses et où l’accès à un travail stable socialement épanouissant est de plus en plus difficile, les pratiques vacancières doivent être considérées avec toute l’importance qu’elles requièrent en tant que vecteur d’insertion sociale et culturelle (Matteudi, 1998). La question se pose donc maintenant d’identifier les processus d’accompagnement mis en œuvre ou à inventer permettant de faciliter le départ en vacances des enfants et des jeunes jusqu’alors exclus de ces pratiques.

III – L’accompagnement au départ en vacances : des collectivités territoriales régionales s’engagent

15Compte tenu des considérations sociales, culturelles et économiques présentées ci-avant, les dispositifs d’accompagnement financiers – qu’ils proviennent des comités d’entreprises (CE), des Caisses d’allocations familiales (CAF), des collectivités locales ou des associations – permettent, lorsqu’ils sont mobilisables et mobilisés par les familles, de faciliter l’accès aux vacances ou d’augmenter la durée des séjours. Dans ce contexte, il nous a semblé intéressant de focaliser notre attention sur la place que pouvaient jouer les Régions dans les dispositifs d’incitation ou d’accompagnement au départ en vacances.

1. La Région, territoire pertinent pour la mise en œuvre de dispositifs ?

16Rappelons ici tout d’abord que les vingt-deux collectivités territoriales régionales métropolitaines, bien que très souvent engagées dans le champ des activités touristiques, n’exercent pas de compétences principales sur les questions de vacances, pas plus que sur celles relatives au départ en vacances. Pour autant, cela ne les exclut pas, en fonction des orientations politiques qu’elles définissent, d’intervenir dans ce domaine. Ainsi, certaines d’entre elles sont engagées directement dans des politiques « vacances des jeunes » alors que d’autres considèrent que ce domaine est couvert par d’autres acteurs au travers par exemple des actions menées sous la compétence des conseils généraux (tabl. 2).

Tableau 2 – Synthèse des aides financières proposées par les Régions métropolitaines en 2007

Régions

Politique « vacances des jeunes »

Actions

Alsace

Non

Aide plutôt au niveau du réceptif.

Pas de budget à l’aide à la personne.

Aquitaine

Oui

Opération « Sac Ados »

Réflexion sur l’opération « 1er départ »

Auvergne

Non

Cf. conseils généraux

Basse-Normandie

NC

Bourgogne

Non

Aide à la pierre pour les hébergeurs

et sur programmes d’action pour l’UNAT

Bretagne

En cours

Prévu dans le schéma régional du tourisme en 2009

Centre

Oui

Aides au départ à hauteur de 80 000 € par l’intermédiaire de

8 associations et 45 000 € pour l’ingénierie de l’UNAT

Champagne-Ardenne

Non

Cf. conseils généraux

Corse

Non

Franche-Comté

Oui

Opération « 1er départ » en 2008, Budget :15 000 € (100 € / enfant)

Haute-Normandie

Non

Cf. conseils généraux

Ile-de-France

Oui

Tickets-loisirs et Mini-camps

Languedoc-Roussillon

Non

Aide les hébergeurs œuvrant pour le tourisme haut de gamme

Limousin

Non

Cf. conseils généraux

Lorraine

Oui

Opération « 1er départ » : 80 € / enfant / séjour et environ 12 000 €

pour le fonctionnement de la JPA (Jeunesse en plein air)

Midi-Pyrénées

Oui

Opération « 1er départ » et aide au transport.

Nord-Pas-de-Calais

NC

Pays de la Loire

Non

Cf. conseils généraux

Picardie

Oui

Opération « Sac Ados »

« Train à la mer » : gratuité transports

Poitou-Charentes

Oui

Inscrit dans le schéma directeur : à destination des 16-25 ans

Provence-Alpes-Côte d’Azur

Oui

Opération « Sac à dos »

Rhône-Alpes

En cours

« accès à tous aux vacances »,

prévu dans le schéma directeur du tourisme

Réalisation : Sonia Cappellazzo, 2008

17L’analyse du positionnement de ces collectivités territoriales régionales en rapport avec ces différentes actions permet de formaliser ici une proposition de quatre scénarii organisés selon une échelle d’engagement cumulatif à quatre niveaux (pour chacun de ces scénarii, une « région type » est identifiée) : S1, aucune aide ; S2, aide à la personne ; S3, aides à la personne et à l’ingénierie de projet ; S4, aides à la personne, à l’ingénierie de projet et réductions tarifaires (fig. 1).

Fig. 1 – Schéma représentatif des quatre scénarii d’engagement des Régions métropolitaines

Fig. 1 – Schéma représentatif des quatre scénarii d’engagement des Régions métropolitaines

Réalisation : Sonia Cappellazzo, 2008

18Du point de vue de l’activité touristique, la concurrence entre les régions françaises (en outre de celle exercée par des destinations internationales) est rude. S’il semble donc indispensable de soutenir l’action touristique des acteurs locaux, toutes les régions ne s’engagent pas avec la même intensité dans l’accompagnement des départs des enfants et jeunes en vacances.

19Dans ce contexte, il apparaîtrait que les orientations définies par les différentes régions soient fondées sur la perception plus ou moins forte de différents enjeux, deux principaux ayant retenu notre attention :

  • Le premier de ces enjeux est de nature sociale. Partant du principe que « rendre accessible les vacances à tous c’est contribuer à l’équilibre de la société », il semblerait nécessaire et important pour les décideurs régionaux de permettre aux enfants qui ne le peuvent pas, de vivre eux aussi l’expérience de la découverte et du voyage et ainsi d’apprendre les valeurs issues de la relation à l’altérité, qu’elles soient de nature spatiale (de nouveaux paysages et territoires) ou de nature sociale (de nouvelles personnes et cultures) ;

  • Le second enjeu est de nature économique. La promotion du tourisme en général, mais également du tourisme des enfants et des jeunes est ici considérée comme un vecteur de maintien ou de création d’emplois et contribue à la valorisation du tissu économique régional. Permettre le départ en vacances, même des plus défavorisés, est ainsi perçu comme une activité génératrice de flux financiers qui ne sont pas sans conséquences sur les territoires d’accueil touristique.

20Concernant le départ des enfants et des jeunes, un certain nombre de dispositifs d’accompagnement innovants sont mis en œuvre par les Régions. Celles-ci peuvent soutenir le départ en vacances des enfants et jeunes en leur accordant des tarifs réduits pour les transports express régionaux (TER), mais également en subventionnant des projets pédagogiques. Certaines régions encouragent les actions menées par les associations soit en les aidant au niveau de l’ingénierie d’un projet, soit en finançant une partie du séjour des enfants, ou les deux. Elles favorisent également le premier départ des enfants en leur permettant d’effectuer une première expérience de séjour en autonomie ou en séjour collectif. Certaines régions décident de s’impliquer dans le tourisme des jeunes en œuvrant pour rassembler et promouvoir les centres de vacances collectives et valoriser leur image auprès du grand public. Au niveau des territoires, elles peuvent également accompagner les collectivités locales et créer des réseaux d’appui.

21À ces différents titres, on peut dire que les collectivités territoriales régionales contribuent à rendre effectif le droit aux vacances. En intervenant dans ce domaine, elles favorisent la mixité sociale et encouragent les valeurs de citoyenneté et solidarité.

2. La région Aquitaine et les aides au départ des enfants et des jeunes

  • 8  Source : Direction du tourisme – Comptes du tourisme 2006.

22L’Aquitaine, avec 70 millions de nuitées en 2007, est la cinquième région française pour la fréquentation touristique. Cette activité génère 7 % du produit intérieur brut régional, soit près de 6,3 milliards d’euros 8. Au-delà du fait que la région est considérée comme la première région européenne pour la filière glisse et la première région française pour le thermalisme, l’autorité régionale prévoit dans son règlement d’intervention concernant le « tourisme solidaire » de s’engager dans un projet d’accompagnement de la requalification de l’offre du tourisme associatif et souhaite soutenir l’accès aux vacances pour les ménages défavorisés et les jeunes.

23Pour ce faire, trois axes d’interventions sont repérés :

  • le soutien au tourisme social et associatif, dont l’objectif général est la consolidation de son économie, la création et la modernisation d’équipements touristiques à vocation sociale. Cet axe d’intervention concerne des acteurs publics (800 000 euros) et privés (1 million d’euros) ;

  • le soutien au droit aux vacances pour tous dont l’objectif vise à favoriser l’égalité des chances en facilitant l’accès à tous les Aquitains aux richesses de la région (vacances d’Aquitains en Aquitaine). Quatre actions sont identifiées : l’accompagnement de dispositifs d’animation en ingénierie sociale (150 000 euros), l’aide au diagnostic et à l’étude de faisabilité (30 000 euros), l’animation du réseau de professionnalisation (70 000 euros), l’incitation des bénéficiaires de subvention régionale à proposer des offres solidaires (150 000 euros) ;

  • le soutien de chantiers solidaires et de valorisation du patrimoine dont l’objectif est la restauration et la valorisation touristique du patrimoine (20 000 euros par chantier).

24Dans ce réglement d’intervention la région Aquitaine est mobilisée sur un dispositif spécifique d’accompagnement au départ des jeunes, l’opération « Sac ados », et participe activement à une réflexion concernant un projet d’aide au « 1er départ ».

25► L’opération « Sac ados » est un dispositif commercial proposé « clé en main » par l’association « Vacances ouvertes » qui s’adresse aux opérateurs qui souhaitent lancer et développer localement un dispositif de vacances autonomes à destination de leur public jeune âgé de 16 à 25 ans. Pour l’association Vacances ouvertes, l’originalité du dispositif se situe dans le partenariat qu’il suscite entre les différents acteurs locaux (collectivités territoriales ou CAF). Mis en place à l’échelle de vingt-deux départements, mobilisant près de 370 structures, l’opération « Sac ados » a permis en 2008 de faire partir 3 500 jeunes.

26Dans le cadre de sa politique transversale « Temps libres solidaires en Aquitaine », le conseil régional s’est engagé dans cette opération tout en en réduisant la tolérance d’âge à 22 ans. Il s’agit d’accompagner les jeunes souhaitant réaliser un premier projet de vacances autonomes en France (séjour individuel ou en groupe) et qui ne pourraient pas le faire sans un accompagnement méthodologique et / ou financier. L’animation locale de cette opération s’appuie sur les structures sociales et sur les organismes de jeunesse d’Aquitaine qui candidatent à l’appel à projets annuel « Sac ados Aquitaine ». Ce dispositif est donc un outil proposé par le conseil régional aux structures partenaires dans la mise en œuvre de leurs propres politiques « jeunesse », seuls les jeunes identifiés par ces structures partenaires pouvant candidater en élaborant un projet de vacances autonomes. En 2009, 269 jeunes ont bénéficié de ce dispositif (233 jeunes étaient partis en 2008, 146 en 2007). L’opération a été reconduite en 2010 avec l’objectif de permettre le départ autonome de plus de 500 jeunes issus des territoires « politique de la ville » et des territoires « ruraux ». Le nombre de structures partenaires est en nette progression, passant de 25 en 2006, à 44 en 2007, 49 en 2008, 71 en 2009 et 87 en 2010. Ces dernières se situent essentiellement en Gironde et plus particulièrement dans la communauté urbaine de Bordeaux (CUB). Parmi elles, des associations œuvrant dans le champ de l’éducation populaire, de la prévention spécialisée, mais également des Bureaux information jeunesse (BIJ) et différents services jeunesse.

27Si le conseil régional met en place cette opération depuis 2006, c’est avec pour objectif de favoriser l’apprentissage de l’autonomie, la mobilité et la responsabilité dans le cadre d’une démarche éducative permettant à la fois : la valorisation du jeune ; le renouvellement, voire le renforcement du lien parents / jeunes dans l’autonomie ; l’implication du jeune dans son quartier, son territoire ; l’animation territoriale en mobilisant un réseau de professionnels ; la cohésion sociale.

28Le jeune vacancier type (54 % de garçons) ayant participé à l’opération « Sac ados » en 2008 est âgé d’un peu moins de 19 ans, il vit à 91,8 % chez ses parents, n’est jamais parti en vacances pour 29 % et n’est jamais parti en vacances en autonomie pour 84,5 %. Il dit avoir trouvé un intérêt à l’opération par ou pour quatre raisons principales : l’envie de liberté entre copains et / ou copines ; vivre de nouvelles expériences ; sortir du quartier ; se débrouiller seuls, partir à l’aventure.

29Les lieux de vacances (majoritairement hors Aquitaine à une distance moyenne de près de 300 km du domicile principal) sont choisis en fonction des loisirs sportifs et culturels que l’on peut y pratiquer : le littoral représente la destination phare avec plus de 75 % des séjours. La durée moyenne des séjours est à la hausse : 7,8 jours en 2008 contre 6,7 jours en 2007 et 2006, alors que la dépense moyenne par jeune pour son séjour varie peu : 252 euros en 2008 contre 254 euros en 2007. Le camping est l’hébergement le plus convoité par les vacanciers du fait des prix qui peuvent être pratiqués. Les moyens de transport utilisés sont prioritairement la voiture personnelle (61 %), le train (30 %), puis la voiture avec les parents ou minibus, le bus et le vélo (respectivement 6 %, 2 % et 1 %).

30► L’opération « 1er départ en vacances » a vu le jour en région Midi-Pyrénées en 1996 à l’initiative du conseil régional et des Caisses d’allocations familiales de la région. On retrouve en termes d’objectifs des motivations assez proches de celles précédemment développées qui consistent à favoriser le départ en vacances d’enfants qui en étaient jusqu’alors privés. Le dispositif repose sur un partenariat singulier associant le conseil régional, la Fédé­ration des CAF de Midi-Pyrénées, la SNCF et l’UNAT de Midi-Pyrénées.

  • 9  La mixité sociale étant la valeur recherchée, les organisateurs de séjours doivent intégrer les je (...)

31Dans le cadre de cette opération de solidarité, chaque année, 1 600 enfants âgés de 6 à 14 ans partent pour la première fois pendant l’été (soit 20 300 journées vacances) et 350 enfants pendant les petites vacances. Au total, depuis le lancement du dispositif et jusqu’en 2009, ce sont plus de 22 000 enfants qui sont partis en vacances dans le cadre de séjours banalisés 9 organisés autour de 61 thématiques différentes, telles que la découverte de la nature, de la pratique sportive et d’activités culturelles, permettant aux enfants de découvrir la vie en collectivité grâce aux rencontres avec des jeunes venus d’autres horizons.

32Fort de l’expérience réussie en Midi-Pyrénées, les opérateurs aquitains associés au sein de l’UNAT Aquitaine ont mobilisé dès 2007 les moyens nécessaires à la mise en place d’une étude de faisabilité relative à une opération « 1er départ en vacances ». Ce travail, contractualisé avec le conseil régional d’Aquitaine et inscrit dans le plan d’action 2008 de l’UNAT, partait de ce quadruple constat :

  • Les centres de vacances participent à l’éducation de l’enfant : l’école, la famille et les loisirs étant considérés comme trois espaces complémentaires d’une éducation globale ;

  • Les loisirs et les vacances constituent des temps essentiels dans le développement de l’enfant, ils sont sources d’éducation, de plaisir, de découverte et de lien social ;

  • Les centres de vacances prônent les valeurs de l’éducation Populaire comme la détente, la mixité sociale, la socialisation, pour un développement harmonieux de la personnalité de chaque enfant ;

  • L’ensemble du secteur associatif reste mobilisé autour d’un projet à dimension socio-éducative pour permettre au tiers des enfants qui ne partent toujours pas en vacances de pouvoir y accéder.

33Ayant tenu ces engagements, l’UNAT Aquitaine a rendu son étude de faisabilité « 1er départ en vacances » au conseil régional au mois de décembre 2008. Depuis lors, une série de rencontres impliquant, en complément des acteurs déjà identifiés, le conseil général de la Gironde et les CAF des départements de la Gironde et des Landes, laissent supposer, sous réserve de ne pas être emporté par la Révision générale des politiques publiques, que le projet pourrait voir le jour pour l’été 2011.

Conclusion

  • 10  Loi du 29 juillet 1998, article 140 : « L’égal accès, tout au long de la vie, à la culture, à la p (...)

34Le départ en vacances des enfants et des jeunes, considéré par la loi d’orientation no 98-657 relative à la lutte contre les exclusions comme un objectif national 10 permettant de garantir l’exercice effectif de la citoyenneté, reste encore aujourd’hui un chantier ouvert à tous. En effet, plus de 2,8 millions d’enfants et de jeunes ne sont pas partis en vacances en 2004, plus de deux millions ne sont même pas partis deux nuits de suite ou un week-end au cours de la même année. Dans un contexte où le départ en vacances s’est peu à peu imposé comme une norme, cette situation de « non-départ » peut être considérée comme un vecteur de disqualification sociale et culturelle. Ce « non-départ », ne permettant pas aux enfants et aux jeunes concernés d’accéder à une forme de méta-culture partagée, les prive également de toute immersion culturelle leur permettant à leur tour de devenir les vacanciers adultes et parents de demain.

35Ces enjeux sociaux et éducatifs, historiquement perçus par les acteurs publics, se traduisent par la mise en œuvre de nombreux dispositifs d’aide au départ en vacances, tels ceux proposés par les comités d’entreprise, les Caisses d’allocations familiales ou les collectivités locales. L’impact indéniable de ces aides sur les taux de départ montre en même temps l’importance des contraintes financières et l’importance accordée par les familles à ces pratiques vacancières. L’étude conduite pour le compte du conseil régional d’Aquitaine par l’Union nationale des associations de tourisme d’Aquitaine, centrée sur le positionnement en termes de « politiques vacances jeunesses » des régions métropolitaines, a permis de tracer une typologie de ces régions en fonction de leur mode d’intervention.

36Dans ce cadre, la région Aquitaine, engagée en termes de développement touristique par un règlement d’intervention concernant le tourisme solidaire, apparaît dans le paysage régional comme dynamique bien qu’encore « non leader » en termes de politique vacances jeunesse.

Haut de page

Bibliographie

Bertho Lavenir C., La roue et le stylo, comment nous sommes devenus touristes, Éditions Odile Jacob, Paris, 1999.

Caillois R., Le jeu et les hommes : le masque et le vertige, Gallimard, Paris (1re édition : 1958), 1967.

Cappellazzo S., Étude de faisabilité « premier départ en vacances en Aquitaine », UNAT Aquitaine et conseil régional d’Aquitaine, 2008.

Castel R., « La fin du travail, un mythe démobilisateur », Le Monde diplomatique, septembre 1998.

Cazes G., Fondements pour une géographie du tourisme et des loisirs, Bréal, Paris, 1992.

Corbin A., L’Avènement des loisirs, 1850-1960, Éditions Aubier, Paris, 1995.

Dewailly J.-M., Flament É., Le Tourisme, Sedes, Paris, 2000.

Dumazedier J., Vers une civilisation du loisir ?, Seuil, Paris, 1962.

Hatchuel G., « Plus d’un quart des enfants de 5 à 18 ans ne partent pas en vacances d’été », in CREDOC, Consommation et mode de vie, no 140, janvier 2000.

Lafortune J.-M., Introduction aux analyses sociologiques du temps hors travail. Fondements théoriques et enjeux sociaux du temps libre, du loisir, du jeu et du sport, Presses de l’université du Québec, 2004.

Matteudi G., Les Vacances, facteur d’insertion sociale, Conseil national du tourisme, 1998.

Méda D., Le Travail, une valeur en voie de disparition, Éditions Alto-Aubier, 1995.

périer P., Vacances populaires. Images pratiques et mémoires, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2000.

Région Aquitaine, Bilan 2008 de l’opération Sac Ados, Conclusions et Perspectives 2009, 2009.

Rifkin J., La Fin du travail, Édition La Découverte, Paris. Traduction en français par Pierre Rouve de The End of Work: The Decline of the Global Labor Force and the Dawn of the Post-Market Era, et préfacé par Michel Rocard, 1996.

Rigalleau M., Incitation au départ en vacances des non-partants, Conseil national du tourisme, 2001.

Viard J. (dir.), Réinventer les vacances. La nouvelle galaxie du tourisme, La Documentation française, Paris, 1998.

Viard J., Penser les vacances, Actes Sud, Le Paradou, 1984.

Yonnet P., Travail, loisir : temps libre et lien social, Éditions Gallimard, Paris, 1999.

Wackermann G., « Tourisme, prise de vue », in Encyclopédie Universalis électronique, version 7, 2001.

Haut de page

Notes

1  Répartis comme suit : Été – 62 jours, Toussaint – 12 jours, Noël – 16 jours, Hiver – 16 jours, Printemps – 16 jours.

2  Vacances : selon l’Organisation mondiale du tourisme, et depuis 1995, ensemble des déplacements d’agrément d’au moins quatre nuits consécutives hors du domicile. Sont exclus les déplacements professionnels, les voyages d’études, les séjours motivés par la maladie ou le décès d’un proche, les séjours de santé dans des établissements spécialisés, les courts séjours d’agrément (deux ou trois nuitées) et les week-ends réguliers. Un même déplacement peut enchaîner plusieurs séjours.

3  Le Jeannic T. et Ribera J., « Hausse des départs en vacances, mais 21 millions de Français ne partent pas », INSEE Première n° 1093, 2006.

4  Selon Joël Plantet, le nombre de familles monoparentales en France a quasiment doublé en 40 ans : en 1999 elles étaient 1,5 million, soit près d’une famille sur cinq. Au sein de ces familles, 2,4 millions d’enfants, soit 15 % du chiffre total. Source : Lien Social n° 809 du 21 septembre 2006, « Les familles monoparentales dans la précarité ».

5  Source : CREDOC, Consommation et mode de vie, no 140, janvier 2000.

6  Cité par Georges Cazes comme l’un des principaux initiateurs de la recherche touristique moderne (Cazes, 1992, p. 8).

7  Rauch A., « Les vacances et la nature revisitée », in Corbin, L’avènement des loisirs, 1850-1960, éditions Aubier, Paris, 1995, p. 83-116.

8  Source : Direction du tourisme – Comptes du tourisme 2006.

9  La mixité sociale étant la valeur recherchée, les organisateurs de séjours doivent intégrer les jeunes bénéficiant de l’aide au premier départ dans un groupe déjà existant.

10  Loi du 29 juillet 1998, article 140 : « L’égal accès, tout au long de la vie, à la culture, à la pratique sportive, aux vacances et aux loisirs constitue un objectif national, permettant de garantir l’exercice effectif de la citoyenneté. »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Schéma représentatif des quatre scénarii d’engagement des Régions métropolitaines
Crédits Réalisation : Sonia Cappellazzo, 2008
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1459/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sonia Cappellazzo et Luc Greffier, « Le départ en vacances des enfants et des jeunes, un enjeu pour les régions ? », Sud-Ouest européen, 29 | 2010, 95-104.

Référence électronique

Sonia Cappellazzo et Luc Greffier, « Le départ en vacances des enfants et des jeunes, un enjeu pour les régions ? », Sud-Ouest européen [En ligne], 29 | 2010, mis en ligne le 24 février 2016, consulté le 18 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/1459 ; DOI : 10.4000/soe.1459

Haut de page

Auteurs

Sonia Cappellazzo

Consultante en tourisme, chargée de mission UNAT Aquitaine.

Luc Greffier

Maître de conférences IUT Mich Maître de conférences IUT Michel de Montaigne, UMR ADES.el de Montaigne, UMR ADES.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals