Navigation – Plan du site

Les loisirs sportifs de nature, vecteurs du renouvellement des contours du tourisme

The nature sporting activities, as medium of the renewal of tourism outlines
Los deportes de esparcimiento al aire libre, vectores de la renovación de los contornos del turismo
Olivier Bessy
p. 105-114

Résumés

La large diffusion des loisirs sportifs de nature dans la société, mais aussi leur fort ancrage territorial, source de retombées touristiques conséquentes, sont des faits établis qui permettent de se questionner sur la participation de ces derniers au renouvellement des contours du tourisme. Nous allons voir comment ces pratiques y parviennent en s’inscrivant de manière originale dans un tourisme identitaire, un tourisme à la carte et un tourisme durable, qui sont les formes les plus repérables de ce que l’on pourrait appeler aujourd’hui le « post-tourisme ». Nous montrerons aussi que cette évolution s’explique par l’émergence progressive d’une culture récréative plurielle plus que par la mise en place d’une contre-culture récréative.

Haut de page

Texte intégral

1Le tourisme connaît aujourd’hui des évolutions qui contribuent à redéfinir ses fins, ses contours et ses formes (Bourdeau, 2006, 2008 ; Urbain, 2002, 2004, 2008 ; Viard, 2004, 2006), en relation avec un ensemble de mutations politiques, économiques, socioculturelles et technologiques propres à l’émergence de notre société contemporaine, qu’elle soit dénommée « post-moderne » (Lipovetsky, 1983 ; Maffesoli, 1990 ) ou « hyper-moderne » (Auber & Lipovetsky, 2004).

2Dans ce nouveau contexte, quel rôle jouent les nouvelles pratiques récréatives et notamment les loisirs sportifs de nature ? Quels changements accompagnent-ils ou induisent-ils dans les comportements des touristes, dans leurs attentes comme dans leurs modes de consommation des espaces et des temps ou encore dans leurs relations avec autrui ?

3Leur rôle est à replacer dans le développement exponentiel de ces pratiques ces dernières années et dans la position originale qu’elles occupent à l’interface du sport, des loisirs et du tourisme. Selon l’enquête MJS/INSEP menée en 2000 sur les pratiques sportives en France, un Français sur trois entre 15 et 75 ans s’adonne à une activité sportive de nature (Mignon, 2002). Le canyoning, l’escalade, la randonnée pédestre et équestre, le VTT, le vol libre, le ski, les activités d’eaux vives, le surf, la plongée et la voile sont les activités qui structurent le plus les territoires. Elles se déclinent en de multiples modalités de pratique qui per­mettent aux différents profils de pratiquants de s’adonner à leurs activités préférées en hybridant les rapports au temps, à l’espace et aux autres. La diffusion sociale de ces pratiques se reflète aussi dans l’aménagement de nombreux sites naturels (sentiers, pistes, voies, aires de décollage et d’atterrissage…) et équipements sportifs innovants (stations surf, espaces eaux vives, bases multi-loisirs…). Elle est visible, enfin, dans l’apparition d’une nouvelle génération d’événements sportifs nature à vocation participative (Rando Raid, défis nature en tout genre) qui ne fait que se renforcer (Bessy, 2004, 2008). À ce titre, de nombreux sociologues (Pociello, 1995 ; Chazaud, 2000 ; Corneloup, 2004) concluent que le développement des loisirs sportifs de nature ne relève pas d’un effet de mode mais au contraire d’une tendance lourde installée dans la durée. En effet, les loisirs sportifs de nature ont dépassé leurs seuls intérêts hygiéniques ou ludiques pour les pratiquants. Ils sont devenus, plus que du sport, de véritables vecteurs de production identitaire et de structuration des territoires qui influencent directement et indirectement les pratiques touristiques.

4Dans cette perspective, notre objectif est de montrer ici que le développement des loisirs sportifs de nature dans notre société peut être analysé comme un vecteur de renouvellement des contours du tourisme. La prise en compte d’aspirations identitaires variées, son inscription au cœur de multiples territoires et la déclinaison de modalités de pratique très diversifiées nous serviront ici d’analyseurs.

I – Données théoriques générales

1. Cadre de référence théorique

5Il s’inspire des travaux socio-anthropologiques sur le tourisme (Bourdeau, 2006, 2008 ; Potier, 2002 ; Urbain, 2002, 2008) qui incitent à questionner les modèles et les schémas dominants du tourisme en invoquant la notion de « post-tourisme » pour décrire les nouvelles formes de vacances qui bouleversent les repères spatiaux, temporels et humains traditionnels.

6Il intègre aussi les analyses sociologiques sur la « mise en loisir de la société » qui mettent en évidence une modification chez nos contemporains du rapport à soi, aux autres et à l’environnement (Yonnet, 1999 ; Huet et Saez, 2002 ; Viard, 2000, 2002 et 2006). Cette évolution répond au « processus d’acculturation de masse aux loisirs » (Viard, 2002), qui s’est réalisé en provoquant des changements au niveau des finalités et des modes de consommation, repérables notamment dans le développement des loisirs sportifs de nature (Bessy, 2004 ; Corneloup, 2004).

7Il s’inscrit également dans une sociologie de l’identité explicative des comportements du plus grand nombre aujourd’hui. Sommé de s’auto-définir dans une société éclatée, privée de certitudes collectives et de repères bien établis (Ehrenberg, 1995 ), la construction de son identité devient pour l’individu du troisième millénaire (« l’individu hypermoderne », Auber, 2004), un enjeu de première importance car confronté de manière récurrente à l’invention de soi. « L’identité est un processus historiquement nouveau lié à l’émergence du sujet et dont l’essentiel tourne autour de la fabrication de sens à donner à sa vie. C’est bien parce qu’il y a crise, mise en flottement des repères de définition de soi, que se développe avec tant de vigueur la quête identitaire. » (Kaufmann, 2004.)

8Il fait le lien, enfin, avec les théories socio-économiques sur le développement durable (Aubertin et Vivien, 2006 ; Bensahel et Donsimoni, 2001 ; Martagne, 2005) qui incitent à envisager le développement local et plus particulièrement le tourisme en s’intéressant aussi aux aspects socioculturels et environnementaux.

2. Démarche méthodologique

9Les résultats présentés ici proviennent de l’exploitation partielle d’une enquête à la fois quantitative et qualitative réalisée en 2004 sur l’île de la Réunion et qui a déjà donné lieu à des productions (Bessy, 2004, 2008).

10La dimension quantitative, peu présente dans l’article, repose sur la passation d’un questionnaire auprès de 800 personnes, censées être les plus représentatives possibles de la réalité locale de la pratique. Pour cela, nous avons interrogé des touristes extérieurs, des touristes locaux et de simples pratiquants de loisirs sportifs, à différents moments (semaine, week-end, vacances…). Nous avons recueilli nos données sur la base des dix sports de nature les plus pratiqués à la Réunion (parapente, canyoning, escalade, randonnées équestre et pédestre, VTT, activités d’eaux vives, plongée, surf, voile) ainsi que sur les territoires les plus fréquentés et les plus emblématiques. L’objectif du questionnaire, construit sur un équilibre de questions fermées et ouvertes, était, outre une meilleure connaissance du profil sociologique des pratiquants, de mieux identifier leurs attentes et leurs modes de pratique.

11Dans le souci d’illustrer nos propos, nous exploitons ici davantage la dimension qualitative de notre recherche en utilisant un certain nombre d’extraits d’entretiens réalisés en complément de l’enquête quantitative, la même année. Ces derniers se fondent sur le matériau recueilli à partir de trente entretiens semi-directifs passés auprès d’un nombre limité mais choisi de personnes. L’échantillon terminal comprend les différentes catégories de personnes et les différents sports de nature retenus pour le questionnaire mais se veut aussi le plus représentatif possible au niveau des variables sociologiques (sexe, âge, origine géographique…) et sportives (niveau de pratique, engagement dans l’activité…). Ce travail plus ethnographique a été réalisé en étant extérieur à l’activité mais aussi en lien avec une observation participante dans un certain nombre d’activités. Il nous a permis d’aller plus en profondeur sur les modes de consommation, les représentations et les attentes des pratiquants de loisir et tourisme sportif de nature.

12Une nécessaire prudence dans l’interprétation sera toutefois de mise dans la mesure où la thématique traitée aurait nécessité des investigations croisées dans d’autres régions de France, une actualisation plus récente de nos données, mais aussi certainement un nombre d’entretiens plus élevé afin de remédier à la complexité du secteur du tourisme et des loisirs sportifs de nature, qui est éclaté en de multiples espaces, modalités de pratique et types de consommateurs.

13Il convient de préciser cependant que les conclusions présentées dans cet article s’inspirent aussi de lectures de travaux plus récents sur la question (Bourdeau, 2006 ; Corneloup, 2007).

II – Loisirs sportifs de nature et renouvellement des contours du tourisme

14La large diffusion des loisirs sportifs de nature dans la société mais aussi leur fort ancrage territorial source de retombées touristiques conséquentes sont des faits établis qui permettent de se questionner sur la participation de ces derniers au renouvellement des contours du tourisme. Nous allons voir comment ils y parviennent en alimentant un tourisme identitaire, un tourisme à la carte et un tourisme durable, qui sont les formes les plus repérables de ce que l’on pourrait appeler aujourd’hui un tourisme post-moderne.

1. Un tourisme identitaire

15Dans un contexte de crise identitaire où la famille, l’entreprise, la religion, l’action publique ou syndicale contribuent moins qu’hier à donner du sens à la vie (Dubar, 2000), et d’une manière plus générale où les programmes institutionnels déclinent (Dubet, 2002), le loisir devient un espace-temps privilégié de la construction identitaire. Plus seulement assimilable à un temps de récupération de la force de travail (Marx), à une mode synonyme de passe-temps ostentatoire (Veblen) ou encore à une simple pratique de consommation (Marcuse), le loisir constitue désormais dans nos sociétés développées un temps social structurant le mode de vie et participant à « l’invention de soi » (Kaufmann, 2004). Il tient lieu de référent existentiel pour un grand nombre de personnes en raison des nouvelles valeurs qu’il véhicule, des nouveaux usages du temps et des espaces qu’il engendre ainsi que des nouvelles formes de sociabilité qu’il favorise (Yonnet,1999 ; Huet et Saez, 2002 ; Urbain, 2002 ; Viard 2002, 2006). « La dynamique du temps libre devient la toile de fond de l’existence. » (Viard, 2002.)

16Moment de loisir particulier car vécu comme une période d’émancipation vis-à-vis du monde du travail et des loisirs habituels, le tourisme exacerbe cet enjeu identitaire car ce qui compte le plus pour le touriste, c’est que ses vacances lui renvoient une image valorisante de lui-même. Le tourisme se présente, selon J.-D. Urbain, comme une « question d’identité avant d’être d’activités. Le désir d’être devance et détermine le désir de faire, de ne pas faire ou de ne rien faire » (Urbain, 2002).

17Les loisirs sportifs de nature répondent particulièrement bien à cette demande de tourisme identitaire car ils sont praticables à la fois durant des séjours touristiques courts ou longs en milieu naturel, et à la journée au cœur des grandes agglomérations urbaines ou à la périphérie, grâce à l’artificialisation croissante des modes de pratique.

a) Les loisirs sportifs de nature comme terrain privilégié de production de son identité

18Plus fondamentalement, ces loisirs apparaissent comme un terrain d’expression et de production de soi privilégié car ils répondent aux attentes très diversifiées des consommateurs à la poursuite d’idéaux pluriels (l’idéal de la performance, celui du jeu, ainsi que celui du bien-être et celui de la découverte) conditionnés par une quête identitaire de tous les instants.

La quête identitaire dans la démesure et l’excès

19Elle privilégie en toute occasion la recherche du dépassement de soi. Elle fait référence à l’individu hyperactif qui déclare aimer « se mettre la pression », « se défoncer » ou « s’éclater » dans le loisir sportif comme dans d’autres secteurs de la vie sociale.

20Elle s’incarne dans la poursuite de l’idéal de la performance, philosophie de vie qui se traduit par des comportements soucieux d’efficacité en réponse à une société exaltant le jeunisme et l’excellence à tout prix (Ehrenberg, 1991 ; Heilbrun, 2004). Les conquérants de l’extrême en constituent la figure emblématique à la recherche d’une identité performative et normative construite sur le modèle d’un corps « surnaturé ». Les « traileurs » et « raideurs » en tout genre qui parcourent les espaces naturels en marchant, courant ou pédalant le plus vite possible et en recherchant des variantes toujours plus corsées sur le plan énergétique, en sont les représentants les plus fidèles (Bessy, 2002).

21Elle se retrouve aussi dans la poursuite de l’idéal ludique où l’individu en quête de jouissance dans le débordement corporel, cherche à multiplier les sensations en bouleversant ses repères quotidiens et en privilégiant un corps pulsionnel au service d’une identité hédoniste et transgressive. Elle est à mettre en perspective avec une société qui laisse place en même temps au vertige et à la turbulence. Les adeptes de la glisse sous toutes ses formes (surf, kite surf, snow-board, skate…) en sont un bon exemple.

22Dans les deux cas, les pratiquants concernés viennent chercher une forme de réassurance identitaire en explorant leurs propres limites souvent jusqu’à l’excès, en défiant la norme, et en jouant symboliquement avec la mort. Ils y trouvent un modèle d’identification de masse (Yonnet, 1998) qui fonctionne, selon les cas, comme le meilleur antidote à une « identité défaite » (le Breton, 2002), comme un aboutissement idéal de leur mode performatif de production de l’existence (Ehrenberg, 1991) ou encore comme un moyen de transgresser l’ordre sportif et social (Pociello, 1995). Ils ont ainsi le sentiment d’exister davantage au sein d’une société inégalitaire et incertaine. Ces derniers se retrouvent bien dans la définition de l’individu hypermoderne proposée par N. Auber :

« un être débordé de sollicitations, en quête d’absolu, sommé d’être toujours plus performant, talonné par l’urgence, développant des comportements compulsifs, visant à gorger chaque instant d’un maximum d’intensité. Il se trouve alors dans l’excès d’existence mais il peut tomber aussi dans un excès d’inexistence lorsque la société lui retire les supports indispensables pour être un individu au sens plein du terme (2004) ».

La quête identitaire dans la mesure et l’équilibre

23Elle structure les deux autres idéaux en privilégiant la recherche de l’harmonie, qu’elle soit intérieure dans le maintien de sa santé ou fusionnelle dans la découverte de l’environnement. Elle s’exprime dans la poursuite de l’idéal du bien-être en réponse à une société qui encourage de plus en plus à la maîtrise de soi, à la recherche de l’équilibre avec soi-même, les autres et le cosmos mais aussi à la durabilité de son capital santé. Toutes les pratiques de déambulation et de ressourcement en milieu naturel s’inscrivent dans cette logique et œuvrent en faveur de la construction d’une identité intériorisée et réflexive.

24Elle se traduit aussi dans la poursuite de l’idéal de la découverte du milieu naturel et urbain en relation avec une société qui privilégie l’évasion vers de nouveaux horizons et l’immersion dans le patrimoine. Les adeptes de loisirs sportifs entretiennent alors un rapport contemplatif, sensible et culturel avec l’environnement. Ils sont à la recherche d’une osmose avec ce dernier qu’il soit vierge, patrimonial ou exotique dans le but de se construire une identité fusionnelle et écocitoyenne. L’engouement grandissant pour les pratiques de randonnées à pied, à cheval, en vélo, à ski, en canoë, en roller, participent de cet idéal.

25C’est à un individu soucieux de vivre autrement, de ne pas se laisser emporter par le mythe du progrès infini, la culture de l’urgence et du toujours plus, en relation avec une « orientalisation » de la société, que nous avons affaire ici.

26Ces quatre idéaux se structurent et se combinent de façon variable chez les individus en fonction des pratiques, des périodes et des modes de sociabilité choisis. Leur présence simultanée vérifie le caractère multi-identitaire de la personne qui se construit une histoire éclatée en consommant des loisirs sportifs aux valeurs et aux modèles pluriels, voire contradictoires (fig. 1). Le corps mis en jeu dans ces pratiques apparaît comme un lieu privilégié de bricolage et de fabrique des identités. Selon D. Lebreton : « Le corps est aujourd’hui un autre soi-même disponible à toutes les modifications, preuve radicale et modulable de l’existence personnelle et affichage d’une identité provisoirement ou durablement choisie. » (2002.) Le témoignage de ce surfeur est exemplaire à cet égard : « Lorsque je surfe le matin de bonne heure, quasiment seul dans les vagues, et que je fends l’écume avec ma planche en me procurant des sensations extraordinaires, je me sens appartenir à une communauté : celle des glisseurs. »

Fig. 1 – Modèle des constructions identitaires observables chez les pratiquants de loisirs sportifs de nature

Fig. 1 – Modèle des constructions identitaires observables chez les pratiquants de loisirs sportifs de nature

b) Les loisirs sportifs de nature comme vecteurs d’appropriation des territoires

27Ces loisirs favorisent également, grâce à leur rapport sensible et interactif avec l’environnement, l’appropriation des territoires, de leurs patrimoines, de leurs cultures, et contribuent ainsi au renforcement identitaire des touristes. Les pratiques de randonnées à pied, à cheval, à vélo, en canoë, en ski sont les plus susceptibles de jouer ce rôle en permettant le ressourcement et l’enrichissement culturels. Les touristes extérieurs cherchent en s’investissant dans ces formes de pratique un supplément identitaire fourni par les valeurs socialement porteuses véhiculées par ces activités. Ils parcourent ainsi chaque année des contrées différentes (Alpes, Corse, Pyrénées…) car pour eux c’est plus l’attitude globale et l’orientation de la pratique qui donnent du sens que le territoire en lui-même. Pour les touristes locaux, c’est plutôt l’inverse, dans la mesure où c’est le territoire qui est premier et où ces pratiques apparaissent alors comme des activités emblématiques d’identification communautaire. Une recherche réalisée sur l’île de la Réunion à propos des attentes des locaux en matière de randonnée pédestre et de participation au Grand Raid nous a montré comment ces pratiques participent à l’affirmation de la culture identitaire créole (Bessy, 2002, 2004, 2005). À l’image de cet homme créole, pratiquant de randonnée pédestre, qui nous déclare : « J’aime aller marcher dans la montagne plusieurs jours. Je m’y sens bien. C’est vraiment mon domaine. J’y retrouve mes racines. »

28Les loisirs sportifs de nature présentent donc une forte valeur ajoutée identitaire. Pratiqués dans un cadre touristique ils peuvent être considérés comme des moyens symboliques, originaux et efficaces au service de ses propres fins identitaires.

2. Un tourisme à la carte

29Les touristes se caractérisent aujourd’hui par des modes de consommation extrêmement diversifiés et changeants en relation avec le développement dans notre société du processus de personnalisation qui met en avant le désir d’être le plus autonome possible dans ses choix de vie et a fortiori de vacances. C’est donc un tourisme à la carte qui domine en se fixant en toute circonstance ses propres normes d’investissement tout en empruntant à la fois aux modèles traditionnels et modernes de consommation. Cette tendance lourde se retrouve dans la construction progressive de nouveaux rapports à soi, aux autres et à l’espace, particulièrement observables dans la pratique des loisirs sportifs de nature.

a) Un rapport ambivalent à soi-même

30Il se construit dans la cohabitation entre un fort désir d’indépendance qui privilégie l’auto-organisation, la liberté d’action, la versatilité et un souci pas toujours déclaré ou conscient de s’inscrire en conformité avec des normes qui passe généralement par la soumission à des contraintes et des formes de dépendance (lieu, horaire, rythme, fréquence…).

31La pratique des loisirs sportifs de nature s’inscrit bien dans cette tendance. En effet, la majorité des adeptes (54 %) de ces sports définissent eux-mêmes la totalité des paramètres de leur engagement. Le taux élevé de pratiquants non licenciés (69 %), l’accessibilité grandissante aux espaces naturels et l’intensité du processus d’autonomisation des comportements, notamment dans la sphère des loisirs, en sont les principaux facteurs explicatifs. Cependant, les mêmes ou d’autres s’en remettent à des structures et des encadrements (33,4 % au sein du secteur marchand et 19,2 % dans un cadre associatif) pour améliorer leur niveau et gagner en sensations, privilégiant ainsi un certain nombre de valeurs dont la puissance normative n’a d’égal que l’efficacité de leur pénétration dans le tissu social. La combinaison alternée des formes d’encadrement en fonction des sports choisis, des objectifs poursuivis et des lieux investis est au final le mode de pratique le plus fréquemment cité (66 %). Il illustre davantage le besoin de choisir dans l’instant le cadre le plus approprié à sa consommation personnalisée au sein d’une offre diversifiée, que le souci de s’inscrire dans des formes non encadrées en marge de la société.

32La randonnée pédestre est ainsi pratiquée dans la majorité des cas de manière auto-organisée. Néanmoins, le recours à un encadrement (accompagnateur, guide…) n’est pas si isolé que cela dans la mesure où il permet à un moment donné de mieux découvrir un territoire ou encore de flirter avec l’extrême. Cette modalité de pratique répond soit à un besoin de s’enrichir culturellement, soit à un besoin d’explorer ses limites physiques et psychologiques, qui sont devenus l’un comme l’autre de véritables normes sociales de référence.

b) Un rapport pluriel et changeant aux autres

33Nos résultats montrent, à l’évidence, que les pratiquants de loisirs sportifs de nature ne sont pas tous des individualistes forcenés comme certains clichés le laissent entrevoir. Ils développent au contraire un mode de sociabilité multiforme qui varie au gré des objectifs fixés, des moments et des lieux de pratique choisis. Recherche de solitude, sociabilité familiale et sociabilité amicale s’observent donc chez des pratiquants différents mais peuvent cohabiter aussi chez la même personne. Ces trois formes n’ont cependant pas toutes la même intensité. C’est la sociabilité amicale qui est la plus fortement exprimée (81 %), devant la sociabilité familiale (48,7 %) et la pratique solitaire (38 %).

34Le besoin de partager ses sensations entre amis ou en famille, en privilégiant la dimension sensible et émotionnelle, reste le plus fort. Il correspond à la montée dans notre société des « relations tribalo-amicales hors du travail […], au désir de faire ensemble des choses différentes […], à la domination d’une altérité construite et discrète en lieu et place des anciennes astreintes » (Viard, 2002, p. 98 et 106 ; 2000, p. 14).

35Mais la pratique individuelle souvent orientée vers une motricité plus performative ou contemplative existe aussi. Elle s’inscrit dans la recherche de sensations intimes voire existentielles, dans le jeu de soi avec soi en symbiose avec les éléments naturels.

36Ce mode multiforme et changeant de sociabilité corres­pond à une évolution du rapport à autrui qui privilégie les relations floues, multiples et fluctuantes au détriment d’appartenances fortes, uniques et stables, dans le but de poursuivre des objectifs différenciés. Il illustre parfaitement le fonctionnement alternatif en convivialité ouverte et convivialité restreinte ainsi qu’en réseaux d’appartenance divers et non sécants, repérable dans les comportements sociaux en général.

c) Un rapport variable et redéfini à l’espace

37Il se retranscrit à la fois dans des formes diverses d’infidélité ou de fidélité aux espaces de pratique. La multiplicité des lieux de pratique investis révèle un désir affirmé de varier les endroits pour varier les plaisirs. Il est exprimé par 65 % des pratiquants à la recherche de nouvelles sensations, de nouveaux horizons, de nouvelles cultures. Il s’inscrit dans l’évolution des mobilités qui permettent un choix élargi d’espaces sportifs plus ou moins éloignés du lieu d’habitation (Augustin, 2002 ; Viard, 2006). Mais la fidélité spatiale (35 %) est aussi recherchée. Elle obéit à des motivations différentes selon les niveaux des pratiquants. Elle favorise la venue de débutants en les rassurant. Elle facilite pour les confirmés la constitution de repères nécessaires à leur progression. Elle permet aux experts l’évaluation de leur niveau. Mobilité et fixité spatiales se combinent ainsi le plus souvent chez les mêmes pratiquants en fonction des sports pratiqués et des périodes mais aussi en réponse à des projets de loisir sportifs de nature fondamentalement pluriels.

38De même, la pratique des loisirs sportifs de nature participe à la redéfinition des rapports entre le proche et le lointain (« Ailleurs, c’est ici. ») en revalorisant les espaces ordinaires du quotidien susceptibles de répondre à leurs attentes. Elle contribue aussi à créer un nouveau rapport entre le naturel et l’artificiel en renouvelant le regard et l’usage de la ville grâce à des aménagements qui répondent au processus de naturalisation de l’espace urbain (Paris Plage, La neige à Pau, City aventure, piscines à vague, ski-dôme, murs d’escalade, stade d’eaux vives…) et permettent la pratique d’activités habituellement effectuées en milieu naturel. Toutes ces évolutions ne sont pas sans conséquence sur les pratiques touristiques.

39Les pratiquants de loisirs sportifs de nature, à l’image des touristes post-modernes, peuvent être assimilés à de véritables « consommateurs caméléons » (Dubois, 1993) dont le comportement s’explique par un besoin de libre expression qui les amène à reproduire, dans ce secteur, leur mode de vie du quotidien. Ils privilégient une « consommation expérientielle » (Brée, 1996), changeant souvent, à la recherche de sensations inconnues, de dépaysements plus forts et de nouveaux partenaires. « Cette forme de zapping touristique ne doit pas être considérée comme un signe d’instabilité mais plutôt comme une manifestation de l’éclectisme croissant des individus » (Rochefort, 1995). Ces derniers ne se fixent plus, en effet, sur une seule configuration de tourisme, mais sur un panel de solutions possibles qui fluctue au gré des circonstances. Le touriste, à l’image de l’individu contemporain, est pluriel et ne peut être cantonné à un mode d’organisation univoque.

3. Un tourisme durable

40Dans la mouvance de la généralisation de la démarche de développement durable, s’est progressivement imposée la nécessité de travailler pour les prestataires touristiques à la mise en œuvre d’un tourisme durable davantage éthique et responsable, c’est à dire minimisant les coûts environnementaux et sociaux pour les territoires concernés (Beckers, 2004 ; Laurent, 2004). La création au début des années 2000 de deux associations de professionnels (ATR-Agir pour un tourisme responsable, et ATES-Association pour un tourisme équitable et solidaire), la montée en puissance de l’écotourisme (création d’une revue et multiplication de travaux universitaires, Lequin, 2000 ; Blangy, 2002 ; Brunel, 2006 ; Lozato-Giotard, 2006), ou encore la réflexion menée à travers la presse spécialisée sur la question du tourisme solidaire et responsable (revue Espaces no 220, 2004) et de « Quel tourisme pour une planète fragile ? » (LaRevueDurable n11, 2004), sont de bons indicateurs de la prise en compte d’une tendance de fond qui se structure autour de l’idée de voyager autrement, plus intelligemment, en se préoccupant de l’impact environnemental et humain de ses vacances. En effet, les touristes du troisième millénaire sont de plus en plus sensibles à cet enjeu qu’ils tentent de respecter, en dépit d’un certain nombre de contradictions, en faisant des choix différents en matière de projets de voyage (boycott de certaines destinations, tourisme solidaire et humanitaire…), de formes de déplacements (moins lointains, plus doux, écomobilité…) et de modes de consommations dans le pays visité (choix d’hébergement, de restauration, de souvenirs, de culture et de sport affichant le label « tourisme responsable »).

41En quoi la pratique des loisirs sportifs de nature contribue-t-elle à la consolidation d’un tourisme durable ?

a) Une contribution à l’écocitoyenneté

42Pour la grande majorité des personnes interrogées (92 %), la pratique des loisirs sportifs de nature favorise « une découverte active, harmonieuse et sensible du patrimoine », qui provoque en retour « un respect, une appropriation et une défense » de ce dernier par les usagers. En effet, l’immersion dans le milieu naturel et la recherche d’harmonie avec les éléments font prendre conscience de la beauté, de la richesse mais aussi de la fragilité des lieux. Ce type de pratique apparaît ainsi comme stimulant la construction d’une attitude écocitoyenne en émergence au sein de la population et favorisant le développement d’un tourisme plus durable. L’engouement renouvelé pour des destinations écotouristiques (Costa Rica, Madagascar…) et pour les treks à pied, en vélo ou à cheval dans le monde entier, est un bon indicateur de cette tendance. Le développement d’associations comme Surfrider Foundation ou Mountain Wilderness en sont aussi deux bons exemples. De même, la signature de chartes de protection de la nature par les consommateurs est de plus en plus proposée par les prestataires de services comme par les organisateurs d’éco-événements (écotrails, écomarathons…). Enfin, les formes d’hébergement (camping sous toile, gîtes à la ferme, cabanes dans les arbres…) comme les modes de transports (collectifs et non-motorisés) privilégiés dans le cadre de ces activités, sont plus écologiques et contribuent ainsi à préserver et à valoriser la nature. Toutes ces données incitent aujourd’hui les acteurs concernés par le développement des loisirs sportifs de nature à mettre en œuvre une gestion participative de l’environnement.

43B. S., 52 ans, professeur des écoles nous déclare à ce propos : « Quand je pars faire de la randonnée je suis sensible à l’environnement, à ses couleurs, à ses odeurs, et mon objectif premier est de contribuer à sa préservation. Il en est de même pour les personnes que je peux rencontrer, avec qui je cherche à tisser des liens. J’aime avoir le sentiment de partager les sentiers et pas seulement de les sillonner. »

b) Une contribution à une meilleure cohésion sociale

44Hier réservée à une minorité de privilégiés ou de spécialistes, la pratique des loisirs sportifs de nature regroupe aujourd’hui d’après notre enquête des personnes d’horizons variés grâce au double processus de diversification de l’offre et de massification de la demande. Elle favorise des échanges entre hommes et femmes, entre les différentes générations, entre les différentes ethnies et entre les différents groupes sociaux. Lieux de rassemblement, de brassage culturel et de convivialité, ces pratiques jouent ainsi un rôle de cohésion sociale en favorisant les expériences communes créatrices de liens entre les personnes.

45D. D., 45 ans, enseignant : « Lorsque je descends un canyon avec des personnes différentes de moi que je ne connaissais pas au début et qu’à l’arrivée des liens se sont tissés à travers les émotions partagées et les moments de solidarité vécus ensemble, je me dis qu’il s’est passé quelque chose de chouette sur le plan humain. »

46Elle contribue de la même façon à respecter les populations locales qui vivent sur les lieux investis en favorisant la compréhension de leurs identités grâce à une prise de conscience active des ressources et des contraintes des territoires traversés, car ces dernières façonnent le plus souvent les activités pratiquées en leur donnant leurs âmes, leurs piments, leurs intérêts.

47H. B., 38 ans, ingénieur : « Lorsque je traverse en courant le cirque de Mafate avec son relief accidenté et ses îlets perdus dans la montagne, c’est toute la Réunion qui s’offre à moi. Je comprends mieux ainsi la vie difficile de ses habitants confrontés à la rudesse quotidienne et je les respecte d’autant plus. »

48De manière encore plus forte, la pratique des loisirs sportifs de nature peut déboucher sur un tourisme humanitaire en permettant, sous formes d’expéditions ou de projets événementiels, l’accès à des populations déshéritées habitant des contrées très enclavées.

c) Une contribution à l’économie solidaire

49La consommation de loisirs sportifs de nature dans un cadre touristique se caractérise le plus souvent par des dépenses d’hébergement et de restauration, mais aussi dans certains cas par des dépenses de location et d’encadrement qui contribuent à faire vivre une branche d’activités plurielles associées à la pratique. Ces retombées économiques participent pour une part non négligeable à une forme de tourisme solidaire dans la mesure où, en concernant davantage la population et les petites entreprises locales, elles compensent les déséquilibres économiques propres à l’industrie touristique traditionnelle. Dans la même logique, elles offrent des opportunités de formation et de professionnalisation pour les autochtones qui trouvent ainsi un emploi au pays.

50Il n’en reste pas moins que des limites à cette triple contribution des loisirs sportifs de nature au tourisme durable doivent être évoquées. Des limites sur le plan environnemental, tout d’abord, dans la mesure où la pratique de ces activités peut générer des formes de banalisation du milieu mais aussi de la surfréquentation sur certains sites, toutes choses particulièrement néfastes pour l’environnement. Des limites sur le plan social, ensuite, car des conflits d’usage entre pratiquants et des conflits d’intérêts entre acteurs concernés peuvent éclater et entraîner du non-respect et parfois même de la violence physique ou symbolique entre personnes, ce qui ne rime pas vraiment avec les valeurs du développement durable. Des limites économiques, enfin, si l’on considère que des stratégies de rentabilité à court terme ne prenant pas suffisamment en compte le processus de valorisation du territoire existent toujours aussi bien du côté de l’offre que de la demande.

51Plus fondamentalement, on peut s’interroger aussi sur la difficulté pour ce tourisme durable de dépasser les déclarations d’intention et de se généraliser en raison des enjeux économiques qui restent dominants dans notre société de marché insuffisamment régulée (Morin, 2007) et de l’augmentation constante du nombre de touristes (5 % par an en moyenne) pour une planète qui, elle, ne s’agrandit pas. Le cas des stations de sports d’hiver confrontées à la nécessité de s’adapter au tourisme durable et qui connaissent des fortunes diverses et rarement séduisantes en la matière, est à cet égard exemplaire.

Conclusion

52Le développement des loisirs sportifs de nature n’est pas sans influence sur le renouvellement des contours du tourisme dans la mesure où il participe, sous différentes formes, à un tourisme identitaire, à un tourisme à la carte et à un tourisme durable qui sont les déclinaisons les plus repérables de ce que l’on pourrait appeler un tourisme post-moderne. De manière plus subtile, nous avons montré que ce tourisme post-moderne ne se construit pas dans une opposition catégorique au tourisme moderne mais plutôt dans une hybridation des modèles et des pratiques de référence. En effet, l’engouement pour les loisirs sportifs de nature ne peut être interprété comme une réponse au partage d’une contre-culture récréative générant « un mode de vie sportif alternatif » (Loret, 1995). Si un certain nombre de pratiquants (surfeurs, véli-planchistes, parapentistes, grimpeurs, free-riders…) ont investi dans les années 1960-1970 ces activités en adoptant des comportements anticonformistes et se sont posés en s’opposant aux valeurs du sport fédéral et de la société de consommation, ils n’en restent pas moins très minoritaires aujourd’hui. La majorité des adeptes ne sont pas, en effet, des rebelles du sport et de la société car leurs attentes, comme leurs modes de pratique, s’inscrivent bien davantage dans le développement d’une culture récréative plurielle associée à des modèles de référence variés, ambivalents, voire parfois contradictoires (Bessy, 2005, 2008) à l’image du tourisme post-moderne.

53Il est bien évident que le rôle joué par les loisirs sportifs de nature dans la structuration du tourisme post-moderne doit être relativisé au regard de toutes les autres formes d’activités qui y participent.

Haut de page

Bibliographie

Aubert N. (dir.), L’Individu hypermoderne, Érès, Paris, 2004.

Aubertin C., Vivien F.-D., « Le développement durable : décrypter les enjeux politiques », in Aubertin C., Vivien F.-D. (dir.), Le Développement durable. Enjeux politiques, économiques et sociaux, La Documentation française, Paris, 2006, p. 11-14.

Augustin J-P., « Pratiques sportives et territoires : Les atouts des Régions », Sud-Ouest Européen, no 13 : « Territoires et pratiques sportives », Presses universitaires du Mirail, 2002, p. 3-10.

Beckers T., « Constats et pistes pour que loisirs et tourisme deviennent durables », LaRevueDurable, no 11, 2004.

Bensahel L., Donsimoni M., « Tourisme et développement », in Bensahel L., Donsimoni M. (dir.), Le tourisme, facteur de développement local, PUG, Grenoble, 2001, p. 13-34.

Bessy O., « La mise en loisir du sport. L’ambiguïté des pratiques », in Ferréol G., Vieille Marchiset G. (dir.), Loisirs, sports et sociétés. Regards croisés, PUFC, Besançon, 2008, p. 43-54.

Bessy O., Sports, loisirs et société. De la diffusion sociale à la construction identitaire. De l’innovation marketing au développement durable des territoires, HDR de l’université de la Réunion, 2005, 175 p.

Bessy O., « Sociologie des pratiquants de sports de nature. L’exemple de la Réunion », Les Cahiers Espaces, no 81 : « Sports de nature. Évolutions de l’offre et de la demande », 2004, p. 52-78.

Bessy O., Le Grand Raid de la Réunion. À chacun son extrême et un emblème pour tous, Océan Éditions, 2002, 350 p.

Bourdeau Ph., « Territoires de montagne et tourisme durable », in Bessy O. (dir.), Sport, loisir, tourisme et développement durable des territoires, PUS, Voiron, 2008, p. 77-85.

Bourdeau Ph. (dir.), La montagne. Terrain de jeu et d’enjeux, Éditions du Fournel, L’Argentière La Bessée, 2006.

Blangy S., Dubois Gh., Kouchner F., « L’écotourisme, un concept fructueux pour le tourisme français », Espaces, no 195, 2002.

Brée J., « Les mobiles du consommateur », Sciences Humaines, no 66, 1996, p. 18-22.

Brunel S., La Planète disneylandalisée. Chroniques d’un tour du monde, Éditions Sciences Humaines, Paris, 2006.

Chazaud P., « Les logiques du sport, des loisirs et du tourisme face aux stratégies de développement du territoire », in Actes Territoires et développement local, 8e Université sportive UFOLEP/USEP, 2000, p. 22-33.

Chazaud P., Management du tourisme et des loisirs sportifs de pleine nature, PUS, Voiron, 2004.

Corneloup J. (dir.), Sciences sociales et loisirs sportifs de nature, Éditions du Fournel, L’Argentière La Bessée, 2007.

Corneloup J., « D’hier à demain. Évolution du marketing des loisirs sportifs de nature », Les Cahiers Espaces, no 81 : « Sports de nature. Évolutions de l’offre et de la demande », 2004, p. 104-116.

Dubar Cl., La Crise des identités, L’interprétation d’une mutation, PUF, Paris, 2000.

Dubet F., Les Inégalités multipliées, Éditions de l’Aube, Paris, 2004.

Dubois B., « Le consommateur caméléon », L’Expansion, été 1993, p. 50-57.

Ehrenberg A., Le Culte de la performance, Calmann-Lévy, Paris, 1991.

Heilbrunn B. (dir.), « (Re-)penser la performance », in La performance, une nouvelle idéologie, La Découverte, Paris, 2004, p. 5-12.

Huet A., Saez G., Le Règne des loisirs, Éditions de l’Aube, La Tour d’Aigues, 2002.

Kaufmann J.-C., L’Invention de soi. Une théorie de l’identité, Armand Colin, Paris, 2004.

Laurent A., « La longue marche du tourisme responsable vers le développement durable », Espaces, no 220, 2004.

Lipovetsky G., Charles S., 2004, Les Temps hypermodernes, Grasset, Paris.

Lipovetsky G., L’Ère du vide. Essais sur l’individualisme contemporain, Gallimard, Paris, 1983.

Le Breton D., Passions du risque, Métailié, Paris, 1991.

Le Breton D., Signes d’identités. Tatouages, piercings et autres marques corporelles, Métailié, Paris, 2002.

Lequin M., Écotourisme et gouvernance participative, Presses de l’université du Québec, Canada, 2000.

Lozato-Giotart J.-P., Le Chemin vers l’écotourisme. Impacts et enjeux environnementaux du tourisme aujourd’hui, Delachaux et Niestlé, Paris, 2006.

Matagne P., « L’émergence d’un modèle : concepts et contextes », in Matagne P., (éd.), Les Enjeux du développement durable, L’Harmattan, Paris, 2005, p. 21-27.

Mignon P., Truchot G., Les Pratiques sportives en France, MJS/INSEP, Paris, 2002.

Morin E., Vers l’abîme, L’Herne, 2007.

Pociello Ch., Les Cultures sportives, PUF, Paris, 1995.

Potier F., « Les métamorphoses du tourisme », Sciences Humaines, no 73, 1997, p. 34-37.

Rochefort R., La Société des consommateurs, Odile Jacob, Paris, 1995.

Urbain J.-D., L’Idiot du voyage. Histoires de touristes, Plon, Paris, 1991.

Urbain J.-D., Les Vacances, Le Cavalier bleu, Paris, 2002.

Urbain J.-D., « Mais où est donc la nature des vacanciers ? », Les Cahiers Espaces, no 81 : « Sports de nature. Évolutions de l’offre et de la demande », 2004, p. 35-42.

Viard J., Court traité sur les vacances, les voyages et l’hospitalité des lieux, Éditions de l’Aube, La Tour d’Aigues, 2000.

Viard J., Le Sacre du temps libre. La société des 35 heures, Éditions de l’Aube, La Tour d’Aigues, 2002.

Viard J., Potier F., Urbain J.-D., La France des temps libres et des vacances, Éditions de l’Aube, La Tour d’Aigues, 2002.

Viard J., Éloge de la mobilité, Éditions de l’Aube, La Tour d’Aigues, 2006.

Yonnet P., Systèmes des sports, Gallimard, Paris, 1998.

Yonnet P., Travail, loisir : temps libre et lien social, Éditions Gallimard, Paris, 1999.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Modèle des constructions identitaires observables chez les pratiquants de loisirs sportifs de nature
URL http://journals.openedition.org/soe/docannexe/image/1470/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Bessy, « Les loisirs sportifs de nature, vecteurs du renouvellement des contours du tourisme », Sud-Ouest européen, 29 | 2010, 105-114.

Référence électronique

Olivier Bessy, « Les loisirs sportifs de nature, vecteurs du renouvellement des contours du tourisme », Sud-Ouest européen [En ligne], 29 | 2010, mis en ligne le 24 février 2016, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/soe/1470 ; DOI : 10.4000/soe.1470

Haut de page

Auteur

Olivier Bessy

Professeur d’université au département de géographie et aménagement, SET - UMR CNRS 5603, université de Pau et des Pays de l’Adour, olivier.bessy@univ-pau.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals